La vérité et M. Trump 

Ouvert aux commentaires.

Les rapports entre le récent Président des Etats-Unis, Donald Trump, et la vérité et la réalité semblent à ce point problématiques que certains n’ont pas hésité à imaginer que pourrait exister entre les faits et les non-faits, une troisième catégorie : celle des “faits alternatifs“, voire même que nous serions entrés peut-être dans une nouvelle ère : celle de la “post-vérité”.

Une analyse de l’entretien “sur la vérité et les faussetés” que M. Trump a accordé le 23 mars au magazine Time révèle cependant que les notions existantes suffisent amplement à décrire la relation qui est la sienne avec la vérité et les faits.

“Je suis une personne très intuitive”, dit M. Trump. Cette intuition lui permet de connaître la nature des choses sur le mode de l’éternité. Quand le journaliste de Time magazine lui fait remarquer qu’il a faussement affirmé qu’un très grave incident avait eu lieu en Suède, il répond : qu’importe, un incident du genre de celui que j’avais évoqué s’est produit le lendemain. Le journaliste revient alors à la charge, rappelant que si le passé est connu, le futur ne l’est pas : “Vous dites maintenant que vous rapportiez quelque chose qui arriva le lendemain”. Et Trump de lui rétorquer : “Je parle du fait que ce que la Suède s’est infligée est très triste”. C’est donc de la Suède en tant que telle que parle le Président et ce qu’elle est aujourd’hui explique aussi bien ce qui s’y passera demain que ce qui s’y est passé hier. Parce que je suis un intuitif, affirme M. Trump, les faits s’avèreront être ce que je dis et, soit ils me donnent d’ores et déjà raison, soit ils me donneront raison a posteriori.

D’où lui vient ce talent particulier ? “J’ai cette tendance à avoir raison. Je suis une personne instinctive. Il se trouve que je suis une personne qui sait comment marche le monde.”

On aura bien entendu reconnu dans cette dernière affirmation, non pas un changement de paradigme épistémologique justifiant l’introduction d’un nouveau type de faits ou une nouvelle ère pour la vérité, mais un jugement classique des gens d’affaires à propos des intellectuels ou des moralistes : “Nous savons nous comment fonctionne véritablement le monde (sous-entendu : c’est l’argent qui mène la danse)”.

Un autre propos de M. Trump renforce ce trait quand, en fin d’entretien, il s’adresse de cette manière au journaliste : “Écoutez, en attendant, il me semble que je ne me débrouille pas si mal puisque je suis Président et que vous ne l’êtes pas”. On aura reconnu là aussi un grand classique de la manière dont les gens d’affaires s’adressent aux intellectuels et aux moralistes : si vous étiez aussi intelligent que vous l’imaginez, pourquoi ne gagnez-vous pas autant d’argent que moi ?

Et l’on voit apparaître ici une seconde raison pour laquelle M. Trump se trompe rarement, en plus de son tempérament intuitif : le fait que disposer d’argent permet de faire que le monde soit de la manière dont on a dit qu’il serait. Et le fait d’être Président des États-Unis démultiplie encore cette capacité “performative” à faire du monde ce que l’on veut qu’il soit : tout propos que l’on tient contribue à ce que le monde devienne ce que l’on a dit.

Et dans ce cas, si l’on est riche et Président des États-Unis, pourquoi se préoccuper encore des faits et de la vérité ? D’ailleurs, la vérité est banale alors que la fausseté constitue toujours en soi un scoop. C’est ce que le journaliste de Time magazine fait remarquer très justement à M. Trump : “Le fait que vos assertions soient mises en doute en rendent le message plus percutant, il se diffuse plus loin.”

En vérité, si l’on est riche et Président des États-Unis, et Président des États-Unis pour aucune autre raison que le fait que l’on soit riche, il est plus payant de prêcher le faux que de dire le vrai.

Partager

48 réflexions au sujet de « La vérité et M. Trump  »

  1. Et pour la planète ainsi que tous ses locataires, poilus, à branchies, honnêtes et moins riches, c’est désastreux.
    Mais de ça il s’en tape.
    Que justice soit faite.

      1. C’est sûr qu’avec ces commentaires aucune justice sera faite. Waou
        Je fais confiance à la CIA qui va le faire craquer,
        il est en porc elaine si on le grattouille sur son terrain
        (ou à un taré opportun caché dans une foule :S ça ne réglerai rien mais prouverai que ses ignominies ne restent pas impunies).
        Hormis des financiers, ça peut venir de n’importe où, pauvre trump.
        USA ton univers pitoyablement impitoyable.

      2. La CIA, les barbouzes et l’assassinat politique pour mettre fin au « populisme de droite » ?

        Je ne suis pas convaincu.

        Au fait, pour mettre fin au « populisme de gauche »… quelles méthodes seraient à votre avis utilisées ?

      3. « pour mettre fin au « populisme de droite » ? »
        Non, pour mettre fin au règne d’un bigconnardo.

        C’est pas pour rien que la finance la pire se délecte de sa présidence, entre « meurtriers du monde » ils se retrouvent. Erk.

  2. Et encore, on accordera à Trump la circonstance atténuante qu’il est un  » gens d’affaires  » qui privilégie une intuition un peu à la va comme je te pousse certes mais qui fait néanmoins sourire, le pire étant les gens d’affaires qui se prennent pour des intellectuels et le summum de l’insupportable les gens d’affaires qui se prennent pour des moralistes .

    1. Enfin des gens de bon sens ! qui n’échangeraient pour rien au monde leur baril-de-Donald-avec-cadeau-bonus-qui-fait-sourire contre deux barils de Buffet ou quatre barils de Soros.

  3. Voilà une analyse exclusivement centrée sur l’attribut de businessman plus ou moins enrichi du Donald qui passe un peu vite sur les sources effectivement très « alternatives » des « intuitions » du canard sans tête quoique couronné en question.

  4. En vérité, si l’on est riche et Président des États-Unis, et Président des États-Unis pour aucune autre raison que le fait que l’on soit riche

    Si le fait d’être riche suffisait alors Ross Perot aurait été POTUS, lui aussi, non ?

  5. Pardon, pardon ?
    A vous lire, Paul, sa position de POTUS et de riche ET surtout POTUS parce qu’il est riche, expliquerait les arrangements de M Trump avec la réalité des faits sensibles ? C’est un peu court, il me semble.

    Il utilise simplement et très efficacement tout l’arsenal connu pour faire SA propagande. C’est à ses yeux plus efficaces que les « subtilités trop subtiles » des politiciens qu l’ont précédé. Un raccourci, si l’on préfère.

    Ce choix a des avantages :
    – Effet « scoop » assuré dans un premier temps
    – Donne le sentiment de modifier très vite le regard qu’on porte sur ses assertions et celles de ses opposants, en lien avec ce pourquoi il a été élu
    – Soutien des masses pro-Trump qui l’ont élu pour faire bouger la donne

    Il a ses inconvénients :
    – Il galvaude la parole présidentielle et donc sa portée à long terme. Qui le croira çà l’avenir ?
    – Il laisse craindre des réactions « de force » quand sa parole ne sera pas prise en compte – Car quand les paroles ne sont plus prises au sérieux, les actes, eux, le sont un peu par la force des choses…

    La richesse n’a pas grand-chose à avoir avec tout ceci, je pense.

    1. Il me semble que le fait que Trump soit riche est un élément essentiel de sa psychologie. Se rappeler que beaucoup de ses électeurs se sont identifiés à cet homme d’affaires qui puisqu’il avait gagné beaucoup d’argent était forcément compétent.
      Depuis son enfance Donald Trump est pénétré de l’idée que réussir sa vie c’est gagner des parts de marché, et gagner beaucoup d’argent. Devenu président ce noyau dur de sa psychologie n’a pas été atteint. Il y a bien sûr toutes les « sources » extrême-droitières, , sexistes, auxquelles ils s’est abreuvé, il n’en demeure pas moins que c’est sa réussite personnelle comme homme d’affaires, qui a ses propres yeux, et aux yeux d’un certain nombre des contemporains, lui offre la principale clé d’interprétation du monde et donc de son rapport à la vérité et à la réalité. Ne pas oublier que les USA ont été marqués par le calvinisme, où la réussite personnelle, fruit du labeur, est interprétée comme grâce divine. Trump, entendons-nous bien, n’est pas lui-même calviniste au sens strict, le calvinisme authentique goûte peu l’affairisme, mais il en reste quelque chose, qui est le fait que l’argent et son accumulation ont une valeur positive. Peu importe alors qu’il faille prêcher le faux si cela sert la seule vérité qui compte, celle du règne de l’argent tout puissant puisque ce règne est bon par soi-même.

      1. Bla bla bla, Perot était plus riche (et aussi populiste) et quoi ? Il avait juste pas le dixième du talent d’escroc et de communicant d’un Donald, point.

      2. Le talent indéniable de Trump d’escroc, de bonimenteur, d’as de la téléréalité, de communiquant hors pair, cela n’explique pas l’image qu’il se fait de lui-même et l’image dans laquelle peuvent se retrouver beaucoup de gens aux Etats-Unis. S’il se fait une haute idée de lui-même c’est bien qu’il la voit attestée par le fait qu’il est parvenu à gagner beaucoup d’argent. Le fait qu’il ait pu gruger ses contemporains, ce talent donc, supérieur sans nul doute à celui de Pérot, n’épuise pas la compréhension et l’impact du personnage. Tu éludes le fait que beaucoup d’américains ont trouvé motif à voter Trump en s’identifiant à l’homme d’affaires qui a réussi, se souciant peu des moyens par lesquels il est parvenu à « se faire lui-même ». Difficile de nier le contexte religieux, ou du moins de ce qu’il reste de la religion quand on en a tout oublié dans le contexte américain.

        Les mafiosos croient aussi à la sainte vierge, pour faire court.

        En France même, le cas est différent, mais pas sans similarités, comment expliquer que beaucoup de cathos, y compris pratiquants (et j’en connais) vont voter Fillon sans états-d’âme ? Cela heurte le sens éthique, la sensibilité (en tous cas dans mon cas) mais le fait est que la religion, peut s’accommoder tout à fait des pires turpitudes. « Fillon va redresser la France » disent-ils. Il est vu comme celui qui a abusé, péché même sans doute, mais c’est finalement l’homme de la situation, car il prouve en définitive sa supériorité morale, presque sa rédemption, en se présentant comme l’homme qui veut s’imposer, malgré les obstacles, le « chemin de croix » et affiche des convictions, mordicus, seul contre tous.

        Les fillonistes cathos ne sont pas dupes quant à la rectitude du sieur Fillon. Il me semble que c’est un phénomène similaire qui se produit dans le cas Trump. Il y a une part de crédulité chez ceux qui ont voté pour lui, mais pas que.

  6. Le gouvernement putinien vient de révéler deux faits extraordinaires à propos des manifestations anticorruption massives d’hier :
    1) Les manifestants anticorruption ont été payés pour manifester.
    2) On a menti aux manifestants pour qu’ils manifestent contre la corruption.
    On en conclue que le gouvernement putinien paye et ment moins bien que les corrupteurs.

    1. Ou que ce que révèle le gouvernement putinien relève de la corruption même. Mais ça c’est une supposition hein.
      Heureusement que les manifestants ont la vodka pour oublier.
      Ils se feront abominablement mater si il continue.
      Vive la france

    2. voici un triste exemple de la manière qu’on a de manipuler la vérité.
      L’officiel Russe n’a pas dit « LES » manifestants ont été payé ce qui est effectivement grotesque mais soyez honnête un instant svp, relatez le vrai propos. Il a dit « des mineurs » se sont vu proposés des gratifications matérielles. « des » mineurs, ce n’est pas « les » manifestants.
      Ensuite, l’accusation en mensonge portait sur la légalité de ces manifestations.
      Venant de vous, ça ne m’étonne pas. Mais aujourd’hui, même de prétendus « grands »intellectuels se commettent dans d’aussi minables procédés.

      1. J’suis con, mais pourquoi donc que j’vais pas chercher mes infos oùsqu’elles sont fraiches, tamponnées par les services d’hygiène de Vladivostok et bien emballées aussi ? chez Berruyer quoi. Tain mais que j’suis con. Que j’suis con, mais que j’suis con de m’être fait virer de chez le meilleur poissonnier à l’Est de Donetsk…

      1. A part ça bravo, la leçon du Donald est bien apprise. Quelle différence entre ici et là-bas, entre nous et eux ? aucune, n’est-ce pas ?

      2. Atroce. Ce brave Navalny pour avoir manifesté sans autorisation (en faut-il chez « Nous »?) s’est vu infliger une peine de 15 jours de prison et une amende de 330 euros.
        Cette manifestation « monstre » (le Figaro) avait réuni 8000 (huit mille) personnes. Rendez-vous compte. Dont des jeunes de 12/13 ans à qui on a promis des bonbons… Après les cookies de Nuland, la fête continue.
        Sur 12 millions d’habitants, 8000 sont descendus dans la rue derrière cet incomparable figure de l’avenir, Alexeï Navalny. http://antisemitism.org.il/article/81401/un-politicien-russe-lev%C3%A9-un-verre-%C3%A0-la-sant%C3%A9-de-lholocauste
        Russie Unie c’est Poutine; Russie Pure c’est Navalny.
        http://www.lefigaro.fr/international/2017/03/27/01003-20170327ARTFIG00118-navalny-devant-la-justice-apres-des-manifestations-monstres-en-russie.php
        Le Figaro ment. Des milimillions qu’y étaient!
        https://twitter.com/ReaganBattalion/status/846210317403246593
        J’sais pas pourquoi, ça m’rappelle la loi Travail de celui qui te fascine et que tu suis depuis 5 ans.
        Faut dire qu’on n’a pas eu droit à d’aussi belles photos chez « Nous ». Notre pudeur sans doute…?
        Tiens, là en revanche il y a un peu de monde. Yemen? Quessecé? Associated press, ça te va?
        https://www.youtube.com/watch?v=2NKTh0AEAas
        Des milliers…? Euh, comment dire… Pas plus?
        Navalny par Libé/Le monde (tu vois j’fais du léger)
        http://www.liberation.fr/planete/2013/11/04/operations-racistes-la-haine-descend-dans-la-rue-russe_944577
        http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/12/13/l-opposant-alexei-navalny-annonce-sa-candidature-a-la-presidentielle-russe-de-2018_5048260_3214.html
        Vigneron, gardien de phare.
        Pour animer les soirées rien de plus poilant que de lire à haute voix les sorties de vigneron, grand succès.

  7. la « post vérité » n’est hélas pas une spécificité de Donald Trump. C’est un mal qui semble toucher surtout l’ensemble de la presse main-stream tout comme les tenants de la mondialisation heureuse.
    J’ai lu et entendu tellement de mensonges ou d’erreurs martelées comme vérités ces dernières années qu’on est en droit de se demander si l’ensemble de notre société n’est pas devenue complètement cinglée.
    On monte même d’un cran dans « l’orwellisme » en instaurant des ministères de la vérité érigés par ceux mêmes qui mentent le plus et se ravalent ainsi du statut de presse de référence à celui d’inquisiteurs aux petits pieds du saint-index catholique de glorieuse mémoire.
    Même sur ce blog j’ai lu des « vérités » que j’aurai prises pour une mauvaise blague si je ne les avais pas lues de mes yeux.
    La dernière en date?  » la CIA, le FBI, la NSA et tout le complexe militaro industriel des USA œuvreraient pour le bien commun et la sauvegarde de la démocratie ».
    Lire ça sur le blog de Jorion …
    Même Giesbert, Lellouche, Madelin ou Adler ne l’auraient pas osée celle-là.

    Tel est le triste sort de la vérité à l’heure actuelle, encore une fois clouée à poil, au pain sec et l’eau au fond de son puits pour mieux l’invoquer à faux dans le but d’assouvir les plus primaires instincts partisans.

    1. Merci pour avoir bien voulu jouer le rôle de l’idiot berruyrien de service, oh combien utile ! pour mettre ici un peu de cette bonne vieille pâte humaine qui pégue tant sous les doigts, cornonchouille bien sous les narines.

      1. Prenez garde Vigneron, il y a un émule de Berruyer sous votre lit.

        Vérifiez bien qu’il n’y est plus avant de vous endormir ce soir.

      2. Quand on est poli on dit du blog berruyrien que c’est un exutoire improbable du blog Jorion, quand on est direct on dit la décharge sauvage du BJ, quand on est du Sud-Ouest comme moi on appelle juste ça un bourrier.

  8. « Cette capacité “performative” à faire du monde ce que l’on veut qu’il soit : tout propos que l’on tient contribue à ce que le monde devienne ce que l’on a dit »

    Un angle d’analyse intéressant. A rapprocher de la fameuse sortie d’un conseiller de Bush en 2002 http://www.nytimes.com/2004/10/17/magazine/faith-certainty-and-the-presidency-of-george-w-bush.html
    « Le monde ne marche plus ainsi. Nous sommes un empire maintenant, et quand nous agissons nous créons notre propre réalité. Et alors que vous étudiez cette réalité – et vous l’étudierez avec pertinence – nous agissons encore, créant de nouvelles réalités, que vous pouvez étudier aussi, et c’est ainsi que les choses se passeront. Nous sommes les acteurs de l’Histoire… et vous, vous tous, il ne vous restera que d’étudier ce que nous faisons »

    Bien sûr, agir sans penser, et encore s’imaginer tout-puissant… peut donner des résultats inattendus…

  9. Ça c’est passé sur la BBC l’an dernier, ça dure 2h45, c’est de Adam Curtis, ça s’appelle HyperNormalisation et ça commence en 1975 à New York et Damas avec une ville en faillite, un Assad tout-puissant et des banquiers qui prennent les clefs du camion, plus Kissinger, plus Patti Smith larguée de chez larguée, plus un Donald qu’a tout compris.
    https://youtu.be/dlhg_QF1cBk

    1. On est 42 ans plus tard, Kissinger est toujours dans les parages, Trump a compris plus que jamais, Patti Smith dit les discours de Robert Zimmerman au Nobel et le fils Assad est toujours sur le trône.

    2. Zut alors, j’allais justement mettre un lien sur ce docu.
      Bah, ceux qui en redemandent sur le storytelling pourront voir « Bitter lake », un vrai chef-d’oeuvre. Et pour ceux qui préfèrent les histoires d’informatique, « All watched over by machines of loving grace ».

  10. Je suis intelligent, et moralement respectable, du fait que j’évite de nuire à quiconque (bon, sauf si on me cherche noise).
    Ces deux qualités expliquent parfaitement que je ne sois pas riche, d’une part car je n’ai jamais cherché à l’être (il y a tellement de façons bien plus gratifiantes d’utiliser son intelligence que de chercher inutilement à s’enrichir) et d’autre part parce que, dans mes affaires je n’ai jamais roulé qui que ce soit quand bien même les occasions furent nombreuses à se présenter, qui m’auraient enrichi…

    A transmettre à Donald, nan mais quel crétin celui-là !

  11. Bon, ça y est, Trump s’apprête à effacer d’un executive order les politiques pour le climat d’Obama et Noah Smith s’en trouve éclairé sur l’attitude du GOP vis à vis du réchauffement (tweetos). Je suis assez d’accord, décision 100% politique :

    For decades, I’ve struggled to understand GOP policy on climate change. Now, with Trump’s help, I’m getting it : I used to think it was all about fealty to oil companies, coal miners, utilities, and other GOP-allied businesses. About capitalism, etc. But I don’t think Trump actually has fealty to those (or any) companies. I think all his policies are for affect and image and posturing.

    1. @vigneron (28/3 a 7h45)
      Ouf… enfin le retour sur le sujet du billet… (dont vous ne sembliez pas estimer qu’il se suffisait a lui-meme hier 27/3 a 17h44… declenchant deliberement les reactions dont vous adorez vous plaindre… juste pour avoir le plaisir d’en remettre une couche… ad nauseam)…
      Vous n’en avez pas marre de remettre systematiquement sur le tapis l’eternelle resucee du conflit parental entre  » l’oeuf et la poule  » ??

      1. 1) Je ne suis jamais sorti du sujet sur ce fil et de toutes façons il me semble difficile d’en sortir quand il s’agit du mensonge.
        2) Toi même avec ce post n’en sort pas puisque tu te démerdes pour y inclure un voire deux false facts : je ne suis pas intervenu sur ce fil à 17h44 mais à 17h14 et avec un lien et une citation qui ne négligeaient pas le billet mais en étendaient la problématique.

  12. @vigneron (28/3 à 11h05)
    Merci pour le tutoiement que j’interprète comme une marque de considération , voire d’affection… (désolé , ceci écrit , pour le doigt qui glisse d’un 4 vers un 1..)
    Pour le reste , « une question me taraude »…et la réponse je l’attends quelle qu’en soit la forme..n’hésitez pas à vous lâcher.. :
    Imaginons l’inimaginable… :second tour Mélenchon-Le Pen!!!…
    Il fait QUOI?? le vigneron…?
    ++ il a une taille urgente à faire au vignoble <bjustement ce jour-là..et il prend le risque( à l’insu de son plein gré bien entendu.. ) de laisser sa copine devenir la première femme président(e) de la France… ??
    ++ autre ? …quid?

      1. @vigneron (28/3 à 23h59)
        L’ordonnancement des messages me laisse croire que ceci est votre réponse à mon interpellation du 28/3 à 23h46……!
        Auquel cas , j’en déduis , paraphrasant Monsieur , que « votre pudeur de gazelle » vous amène à oser prendre le risque de contribuer à l’émergence dominatrice , pour longtemps , des pires représentants de la (F)france rance… Dont acte.

      2. Il y a deux groupes de lecteurs quant aux moyens de repérer la question correspondant à ma réponse amazonienne :
        – Le groupe de ceux qui font appel à la topologie probabiliste, l’ordonnancement des messages.
        – Le groupe de ceux qui font appel au bon sens.

      3. Sachez sinon que j’attache moins d’intérêt à la « pudeur des gazelles » qu’à la gamelle des dupeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *