BFM Radio, USA Hebdo, samedi 28 mars 7h-8h

Durant le premier quart d’heure, j’évoquerai la conférence de presse du Président Obama, mardi, l’éventualité d’un rebond de l’économie américaine (?) et le rôle du dollar comme devise de référence.

Durant le dernier quart d’heure, je parlerai des diverses mesures prises en faveur des banques américaines, du sentiment du peuple américain dans l’affaire AIG et de la visite d’Hillary Clinton au Mexique.

Podcast ici.

Partager :

20 réflexions sur « BFM Radio, USA Hebdo, samedi 28 mars 7h-8h »

  1. Arrêtez de tirer sur le plan Obama car il va dans un sens que jamais on n’aurait pu espérer: un soutien à l’économie et en même temps une régulation comme jamais on en a vu.

    Défendez une relation USA-Europe cohérente et synergique.

    C’est une chance historique que le président Obama soit actuellemnt en fonction avec une détermination importante pour sortir du tunnel et et affirmer la relation Europe-USA.

    Le monde démocratique a besoin de ce soutien mutuel entre ces 2 continents.

  2. @Ken Avo:

    Je ne suis pas enclin à faire confiance à une dictature communiste qui applique l’ultralibéralisme le plus sauvage.

    Je ne fait pas confiance à un pays qui régule son système politique et économique grâce aux executions capitales ( dernier exemple Sanlu et la condamnation à mort des dirigeants ayant faillis, mais il y en a d’autre).

  3. Obama ne connait pas l’Europe, se fiche totalement de la relation avec l »Europe et ne cherche qu’à maintenir un impérialisme américain que personnellement je ne supporte plus si je l’ai jamais supporté.

    D’autre part, vous semblez oublier que la Chine fut introduite dans le commerce mondial par les USA eux-mêmes selon le vieux concept du progrès de la démocatie via le commerce. Pourquoi reculer maintenant sur cette thèse ?

  4. Il faut tourner la page de l’ultralibéralisme de GW Bush; ça nous a mener à 2 doigts du chaos.
    Obama ça n’est pas Bush, il serait temps de remettre les pendules à l’heure.

  5. C’est amusant de voir ce genre de discussions entre européens sur la géostratégie et la crise financière. Si l’on en croit les questions posées par internet à Obama, les américains sont eux surtout tracassés par la légalisation du cannabis. 🙂

  6. Personellemnt je ne vois as de difference entre la dictature américaine et la dictature chinoise. Le premier dicte a coup de planche a billet et de fond de pension, les second par la force et l’esclavagisme. Quand aux européen ont essaietant bien que mal a ménager la chévre(anglo-us) et le choux(chinois). Mais il est clair que cahcun vise ses propres interet. Et j’espére que nos dirigeant européen ont bien compris la leçon (polonais, espagnol et autres afficionado des ricains).
    Mais personnellement si j’avais a choisir entre la chine et les USA je choisirait la russie.

  7. @bob: c’était pour rire, ne vous vexez pas. Lorsqu’on dit « les » américains ou « les » ceci ou « les » cela, on n’est jamais dans la description de la réalité. Surtout si les conclusions sont tirées d’un pseudo-sondage par internet.
    J’ai mes petits préjugés mais je crois pouvoir les relativiser.

  8. @moi: c’est très drôle, mais personellement je suis très inquiet pour la survie de la démocratie occidentale sans une synergie Europe-USA.

  9. @ bob,

    Etes-vous inquiet pour l' »Occident » ou pour la « démocratie Occidental » … Effectivement, l’Occident est mal en point, et sa propre responsabilité est énorme … quand à la « démocratie », là il n’y a pas trop de quoi être inquiet. Elle n’existe déjà plus que dans la forme. Nos « élites » ont quasiment abandonné l’idée de servir les intérêts des peuples (leurs électeurs).

  10. @Dominique Larchey-Wendling,

    Bravo ! je rajouterais même qu’ils n’ont fait que se se servrir et asservrir leur peuple. En prenant au passage de super avantage. A quand la modification du status des elus français. Qui pour 3,4 ou 5 ans de service prennent une rente a vie. Ont parler des dirigeant qui se servent de beaux stock option alors que leur société doit être renfloué. Mais qu’est il de nos ancien elus de tout bord qui nous ont mené la ou nous en sommes et qui continue a recevoir une belle rente pour avoir servi leur pays (la dernière phrase c’est la blague bien sur).

  11. Si je peux me permettre, l’urgence est à notre porte, nos universités sont en grève totale, les personnels occupaient ce soir la Sorbonne, avant d’en être délogés par les CRS, les plans sociaux se multiplient, la crise nous désoriente tous, citoyens, associations, syndicats, partis politiques.
    http://sorbonneengreve.revolublog.com/
    Le pouvoir en place risque de perdre rapidement sa légitimité, s’il l’a jamais eu, enfin c’est mon opinion.
    Sur le pont d’Avignon, cet après-midi, des étudiants et des enseignants ont symboliquement enterré (jeté dans le Rhône) le cerceuil de l’école pour tous…
    Michael

  12. @ bob Les états-unis sont la cause du probleme actuel-ILS SONT LE PROBLEME- Nous sommes ensemble comme la corde et le pendu. Il n’y a pas d’autre synergie! Euthanasiez Wall-Street et envoyez-nous des Janis Joplin (et beaucoup d’autres .. Janis est mon symbole du génie culturel américain) et j’adhere à une Union Atlantique. Mais d’abord règlez VOS problemes (Wall-Street). Je plaide pour une finance au service de l’économie matérielle volontairement circonscrite et sans créativité…c’est a dire réglementée. L’isolationnisme européen ne devrait pas effrayer la superpuissance du moment.La France et l’Europe d’abord, le monde sans les USA ensuite,le reste à qui en voudra. C’est un défi qui devait plaire.

  13. En quoi l’Europe pourrait-elle aider les Etats Unis ? Prendre à sa charge une part de la dette ? Reconnaître implicitement l’utilité du parapluie militaire américain ? Cela fait un peu sourire. Il n’y à qu’à penser aux réactions des USA devant un non ferme européen pour se convaincre que l’assisté est devenu la victime d’un chantage. Ainsi par exemple les cris d’horreur devant la décision des espagnols de retirer leurs troupes du Kosovo. Ils ont trahi l’OTAN ! L’OTAN a besoin de vous, en Afghanistan comme ailleurs ! Mais qu’est ce qui finance tout ça ? Qui travaille réellement pour payer ces avions à 150 millions de dollars pièce ? Il est à craindre que l’obèse Amérique ne se soit trop reposée sur ses esclaves chinois. Je peux dire personnellement que la politique économique américaine me fait plus peur que celle de n’importe quel pays du monde. Je ne parle pas de politique mais de sales habitudes, d’arrogance effrenée et même de paresse. Il faudrait renflouer sans discuter, pour le bien de qui ? Et de toute façon nous ne pouvons le faire, tant le gouffre est insondable. La question est réglée.

  14. @Bob
    J’aime bien vos interventions, elles ont le mérite de la franchise, vous vous faites un peu (beaucoup..?) l’Avocat du Diable, et  » vous prenez vos désirs pour des réalités, parce que vous croyez à la réalité de vos désirs » ( souvenez vous Mai 68…).
    Ne vous inquiétez pas pour les américains, c’est un peuple entreprenant, très pragmatique, qui dispose d’une puissante Recherche; ils s’adapteront, simplement il faut qu’ils maigrissent un peu pour faire de la place à d’autres peuples autour de la table…..

  15. @Lacrise,

    Je crois qu’il est question d’un marché unique transatlantique dans les projets fumeux bruxellois. Pas d’information précise à ce propos. Si quelqu’un en avait, qu’il veuille bien se lever et le dise maintenant ou se taise à jamais ! Merci. (tiens je suis lyrique moi ce matin)

  16. >Ken Avo

    Ce projet de marché transatlantique est fort ancien: en fait, il remonte à l’échec de l’Accord Multilatéral sur les Investissements. À l’époque, cela s’appelait le Partenariat Économique Transatlantique.
    Les débuts de cette négociation furent lancé par le commissaire européen Sir Leon Brittan sans aucun mandat des dirigeants européens de l’époque…

    Ce projet montre qu’il est illusoire de penser à une Europe Démocratique: pire, il semble bien que la construction européenne n’ait d’autres buts que d’éloigner un peu plus les citoyens du droit d’élaborer les bonnes questions et d’y répondre.

  17. @ Bob

    « Je ne fait pas confiance à un pays qui régule son système politique et économique grâce aux executions capitales »

    et que dire d’un pays qui, pour maintenir et asseoir toujours plus son hégémonie enchaîne depuis des lustres plus d’exécutions, tortures et coups tordus qu’il n’est possible d’imaginer ?

Les commentaires sont fermés.