Dans ma petite boîte à anomalies

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Je vous ai déjà fait part de mon intérêt pour l’anomalie et même si je n’en avais pas parlé, vous l’auriez deviné.

Je conserve ainsi sur mon bureau une petite boîte à anomalies. Pour le moment elle en contient trois.

La première, c’est le parlementaire américain Alan Grayson, qui demande le 5 mai à Mme Elizabeth Coleman, Inspecteur Général de la Federal Reserve, la banque centrale américaine, qui a reçu la somme dépassant le trillion de dollars (en français : billion) ajouté au bilan de la Fed depuis septembre 2008 ? Et la dame lui répond qu’elle ne sait pas et que son service n’a pas examiné cet aspect particulier de la question.

La deuxième anomalie dans ma petite boîte, c’est Mr. Joseph Facciponti, Assistant du Procureur Général américain qui déclare au tribunal le 4 juillet (fête nationale US) à propos de l’arrestation de Sergey Aleynikov, le voleur de programme de trading, que « La banque (Goldman Sachs) a mentionné la possibilité qu’il existe un danger que quelqu’un qui sache utiliser ce programme puisse l’utiliser pour manipuler les marchés de manière malhonnête », suggérant que son emploi habituel consiste à manipuler les marchés honnêtement.

La troisième anomalie nous vient de Larry Levin, un trader vedette sur les marchés à terme américains (on le voit souvent sur CNBC), à propos de la séance d’hier 8 juillet. Dans sa « Nightly Newsletter & Trading Signals », qu’il envoie à qui cela intéresse, il rapporte que la cote du contrat à terme, future, S&P500, un indice boursier, s’était effritée en séance, tombant progressivement de 888 à 875, quand quelque chose se passa soudain … Je lui laisse la plume : « … cela devint fou. Paul passa un ordre de 400 contrats [soit un notionnel de 100 millions de dollars], et un autre, et un autre… et encore un autre. Le dernier ordre ne trouva pas preneur. Qu’est-ce qui s’était passé ? Les courtiers à la corbeille avaient leur version des faits : quelle que soit l’identité de cet acheteur, rien ne l’arrêterait […] … quelqu’un était prêt à acheter pour près de 500 millions de dollars de contrats S&P à terme ». Qu’est-ce que cela signifie ? Cela veut dire que quelqu’un quelque part a à sa disposition des sommes colossales destinées à lancer sur les marchés boursiers des signes d’optimisme forcé.

Ah ! Je vois la question qui vous démange : « Et s’il s’agissait avec ces trois anomalies d’un mystère semblable à celui de la Sainte-Trinité ? »

Question intéressante mais dont je vous laisse l’entière responsabilité. C’est après tout vous qui la posez !

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

110 réflexions sur « Dans ma petite boîte à anomalies »

  1. tiens ! On parle du LEAP ?
    le LEAP donne dans le sensationel, un peu comme la presse à scandales, ils font de l’accroche pour vendre leur revue. En prédisant le pire, par les temps qui courent, facile de tomber pile en face !
    et puis, c’est pas agréable à lire, ce style monologue froid et anxiogène.
    bon …

  2. A propos de cette histoire de trillion de dollars « égarés » à la FED, ce qui est gênant, c’est que l’info circule sur le pire de l’internet depuis des semaines: sites conspirationnistes, antisémites, fascistes etc….
    Ca donne à l’info en question une sorte d’aura chez ceux-ci puisqu’ils sont les seuls à commenter cette vidéo. Ailleurs rien…jusqu’à ce commentaire de Paul Jorion qui ouvre enfin une lucarne éclairante sur le sujet.
    Tapez sur google par exemple « 9000 milliards de $ égarés par la Réserve Fédérale (FED) » et voyez les blogs, sites d’infos qui sortent sur les permières pages….

  3. @ Gabs

    Quelle est la question? Toutes les allégations contenues sur le site que vous mettez en lien viennent d’un néo-nazi américain, spécialiste en théories complotistes, et qui est en prison pour avoir menacé des hommes politiques américains et d’autres personnalités publiques, et au domicile duquel on a trouvé des munitions prohibées…

  4. Les bons du trésor américains détenus par les japonais sont probablement des faux. D’ailleurs, d’après ce que j’ai lu dans un reportage publié sur internet il ne s’agit pas de japonais mais de philippins (et d’après leur photo, si la photo est authentique, ils avaient l’air de philippins). Je ne sais plus dans quel fil j’avais mis le lien vers l’info.

  5. @Ton vieux copain Michel
    Un extrémiste de droite très bien informé , il dévoilait le résultat des stress test une semaine avant tout le monde.

  6. @ D comme David

    Il n’a pas donné les résultats avant tout le monde. Il a publié des chiffres mais qui n’avaient rien à voir avec les résultats officiels qui sont tombés par la suite (75 milliards de recapitalisation nécessaires pour10 des 19 premières banques américaines) puisqu’il affirmait que toutes les banques ou presque étaient insolvables. Quant à dire qu’elles sont insolvables, c’est à la portée du premier venu. Il n’est pas le seul à le dire, loin de là. D’ailleurs, de nos jours, tout le monde peut lancer un bobard. C’est ça l’ère Internet!

    Soyons sérieux. Comment voulez-vous qu’un demi-dingue, néo-nazi, dans sa petite radio de rien du tout où il passe son temps à crier sa haine au monde entier, ait pu être au courant à l’avance d’informations ultra-confidentielles?

  7. Je ne sais pas Michel, depuis le début cette histoire m’intrigue c’est comme un ovni, alors oui j’ai vu ce qui dit que c’est faux , je ne trouve pas d’explication claire même sur l’escroquerie si s’en est une, j’ai cherché. Et la réaction américaine juste après ressemble beaucoup à celle de Sarko quand on lui a parlé de l’affaire au Pakistan. Y’a quelquechose qui cloche. Mais bon jpeux me tromper ça m’arrive souvent.

  8. Sacré Larry Levin. Déjà qu’on en a marre de voir sa tronche sur CNBC mais en plus il arnaque les gens avec sa société secretoftraders.com qui ne sert qu »a agrandir son compte en banque :

    Larry Levin’s Elite Trader Mentorship
    Here’s What you Get (The Total Access Larry Package)

    An all-expenses paid trip to Chicago (travel, hotel, meals, and transportation is on Larry! All you have to do is show up ready to experience a lesson in trading like you have never experienced before!
    Spend an entire day trading with Larry at the Chicago Mercantile Exchange! Receive personal, extensive, one-on-one trading mentorship and advice from Larry. This is your opportunity to get inside the head of the guy CNBC, BloombergTV, The Business News Network, and many more media outlets all want to hear from on a daily basis.
    Be Larry’s personal guest on the floor of the CME . Watch Larry’s live TV spots, walk around as his guest on the floor of the CME, and experience a day-in-the-life of a real trader.
    AND to top off an educational and memorable trading day, spend a night out with Larry and his trader buddies!!! Learn what it’s like to run with an elite crowd as Larry and his friends take you out for a night in Chicago to experience the top restaurants, lounges, and nightclubs the city has to offer. Truly a superior, once-in-a-lifetime experience!
    Total Value $34,650

  9. Oui les bons au porteur découverts par les douaniers sont des faux, ceci dit une photo du douanier découvrant le contenu de la valise serait.. priceless

  10. @ Patriste
    Des photos y’en a , je ne sais pas comment on les passe.
    Pour ceux que ça intéresse c’est sur un blog (avec adscriptor dans un moteur ça y va) que j’ai trouvé le plus d’infos en français.

  11. J’avais lu l’adresse du site internet d’où provient « l’ article qui a alerté le monde » ainsi: the mistrading.com.

  12. GS : gagnant à tous les coups

    – GS a accès à toutes les infos utiles, avant tout le monde, grâce à leurs « anciens » employés (Paulson, Geithner, etc…)
    – GS a détruit, avec l’aide bienveillante d’Henry Paulson, son principal concurrent, Lehman Brothers.
    – GS a du financement quasi-gratuit et quasi-illimité (AIG, TARP, etc…)
    – GS utilise le meilleur programme d’algo-trading existant (lire le commentaire de Vladimir)
    – GS, avec autant d’argent gagné (3.44 milliards USD de bénéfice sur les 3 derniers mois), peut facilement acheter et corrompre n’importe qui sur cette planète

    Bref, nous assistons impuissants au plus gros jeu de l’avion de tous les temps.

    D’après Politico, de l’American political journalism – organisation basée à Washington – Obama aurait affirmé devant un groupe de banquiers à la Maison-Blanche qu’il était le seul recours qui restait entre eux et les «fourches» de la population en colère qui exigeaient que Washington mette un terme au favoritisme qu’il accorde à Wall Street.

    C’est le moment d’orner les fourches de quelques têtes…

  13. Une autre perle:

    http://www.chrismartenson.com/blog/market-manipulation/22801

    Market Manipulation

    Thursday, July 23, 2009, 2:59 pm, by cmartenson

    The following is an addition to the In Session thread made today (available to all enrolled members).

    I want to comment on the notion of market manipulation, which I have hinted at recently. What does this mean, « manipulation? » For me, the definition is « moving markets in a given direction for overt political or financial gain for a relative few in opposition to basic fundamentals. »

    There’s lots of evidence, both direct and indirect, to support the notion that our « markets » are not really markets at all, but rather subject to non-economic forces producing something other than « orderly price discovery. »

    Here’s a prime example from yesterday:

    S&P flip-flop sows confusion in CMBS market

    By Aline van Duyn in New York

    Published: July 23 2009 00:23 | Last updated: July 23 2009 00:23

    Confidence in the dysfunctional market for securities backed by commercial mortgages has been further dented after a rating flip-flop by Standard & Poor’s caused confusion.

    The rating agency, which recently changed its criteria for large numbers of bonds backed by loans for shopping malls, office towers and other commercial property, upgraded bonds to triple A just days after those same bonds had been sharply downgraded.

    My comments: Hmmmmmm, that’s kind of strange, don’t you think? AAA bonds had been downgraded not just ‘sharply’ as the article says, but all the way to BBB, which is right down there at the very edge of deep junkdom. From triple-A to triple-B and back again. In a few days. What could the reason for this be? Whatever the reason, we can certainly strike « economic » from our list of considerations. Let’s see if the article provides any further clues.

    Let’s keep reading…the real reason is buried near the bottom of the article (as they often are).

    The Federal Reserve is seeking to reignite the market for CMBS, in part by financing purchases of the securities, as long as they are rated triple A.

    Ding! Ding! Ding! We have a winner!! It turns out that the market for CMBS is still in a deep funk and the Federal Reserve wants to step in here with its thin-air money program and start buying them up. But they are restricted to buying AAA securities. Which means that the ones that S&P downgraded could no longer be purchased by the Fed under the rules of the game as they currently stand.

    Clearly the Fed wanted to buy the particular issues involved, and of the two things that could be done, forcing S&P to change its rating was deemed to be easier than changing the rules at the Fed. So S&P took another hit to its already shredded credibility (which had to gall them terribly) and made a major and embarrassing revision to a recent downgrade.

    This raises a number of troubling issues and conclusions:

    1. Ratings are not worth anything because where they were subject to market forces making them too high during the formation of the credit bubble, they are now too high due to political pressure and manipulation on the way down. Ratings are worthless.

    2. Political pressure is being overtly used to effect specific market outcomes. Where else is it being used? Does any of this explain the recent stock market behavior and GS’s outlandishly good ‘trading returns’? If so, then we are in trouble, because false prices lead to bad investments and therefore serve to enable, not cure, the particular pathology that afflicts us.

    3. There are still enough bad debts on the books of large banks to require this sort of skullduggery. The notion of a rebounding economy and green shoots are entirely inconsistent with this sort of desperate maneuvering. It is this sort of manipulation that leads me to be especially skeptical of the notion that the economy is on the mend. If it were, then this bizarre action would not have been required.

    There are a number of other troubling issues for me here, but I think that’s a sufficient list for now. Because I can see such manipulation here in the CMBS market, I assume that manipulation is happening elsewhere, where there is perhaps less transparency. I make this assumption because in every financial crisis there are two components: the actual financial damage and the associated loss of confidence.

    Of the two, the crisis in confidence is the part most addressable by politicians using their power to effect specific market behaviors. During the Great Depression, FDR used government power to directly target higher agricultural prices by openly destroying crops and livestock. The idea was that once people regained their confidence, they were supposed to begin buying and selling with their former vigor.

    Under the very best of circumstances, the confidence-building efforts of the politicians will also provide outlandish returns to well-connected financial elite, who will therefore not put up any opposition to the actions.

    Here we have large banks getting full price compensation from the Fed for a pile of ruined debt, in an action designed to « restore confidence » to the CMBS markets so that market participants will resume buying and selling with their former vigor. That’s a win-win-win as far as everyone is concerned.

    Well, everyone except the taxpayers, of course.

  14. Je ne comprends pourquoi les états-uniens continuent à voter dans un système aussi manifestement manipulé, en bout de course et qui va leur éclater à la gueule, puisque le quantitative easing va faire exploser les prix, à terme.
    Enfin, les états-uniens…Comme si ce n’était pas versa-vice at home…
    J’ai arrêté de lire des journaux et surfer le matin, je ne tiens pas à enrager toute la journée.

  15. @ Paul Jorion + les blogonautes

    Dans une « petite boîte à choses qui ne tournent pas rond et qui puent plus le temps passe » je vois la chose suivante: la possibilité, à ce jour grandissante, que le député et leader politique français Marine Le Pen puisse être interdit de participation au scrutin présidentiel français de 2012. C’est en train de se passer tout près de chez nous.

    Je me permets de prendre triplement position à ce sujet:

    à un niveau personnel, d’homme engagé, je ne la voterai pas. Pour la petite histoire, comme beaucoup d’entre nous, pour ne pas voter son « digne » père j’ai dû, au deuxième tour de la présidentielle de 2002, voter Jacques Chirac, qui n’était pas (du tout) mon favori. Il m’en a coûté (jamais je n’aurais cru un jour voter Chirac), mais dans l’isoloir ma main n’a pas hésité. Mais là c’est l’homme libre qui parle, libre de voter qui il veut

    en tant que citoyen français (et européen) JE SUIS PROFONDÉMENT OUTRÉ par le fait qu’un tel déni de représentation démocratique soit en passe d’être réalisé dans mon pays. Il risque de mutiler grandement le débat d’idées de l’élection présidentielle, en mettant hors-jeu l’un de ses acteurs reconnus, qui porte la voix d’un nombre en aucun cas négligeable de nos concitoyens. Ce déni, sciemment maintenu possible, est le fait, principalement, de l’actuelle classe politique. Cela comprend – certes – également le principal parti d’opposition, mais cela est avant tout le fait du principal parti au pouvoir (et de son leader, un Président qui oublie qu’il devrait être au dessus des parties et des partis et qu’il devrait incarner, dans l’esprit et dans la lettre, les idéaux démocratiques fondamentaux de la nation). Citoyens, il est l’heure de faire respecter nos droits. La démocratie est incompatible avec la pusillanimité, les mauvaises idées politiques il faut les battre non pas à coups de subterfuges infâmes, mais à coups de bonnes et courageuses idées politiques

    en tant qu’intellectuel (chômeur, certes, mais aussi philosophe et mathématicien) je me dis et je vous dis: comment un tel silence assourdissant, de la part des « intellectuels » médiatiquement auto-proclamés (… BHL, Ferry, MBK, etc, etc, …) est-il possible? Que tout le monde se mette bien dans le cerveau la chose suivante: UN SARTRE AURAIT DÉJÀ BONDI DEPUIS LONGTEMPS POUR EXIGER QUE SAUTE CETTE LOI PROFONDÉMENT ANTI-DÉMOCRATIQUE QUI RISQUE DE PRIVER LE DÉPUTÉ MARINE LE PEN DE SON DROIT FONDAMENTAL A REPRÉSENTER POLITIQUEMENT SES IDÉES. UN SARTRE SE SERAIT BATTU AVEC GRANDE ET EFFICACE RÉSOLUTION CONTRE CE PITOYABLE MAIS GRAVE RISQUE DE DÉNI DE DÉMOCRATIE. Intellectuels, si vous voulez mériter votre prestigieux titre il est l’heure de sortir des bois de l’ignominie.

    En conséquence, il est grand temps que des voix non ambiguës (la mienne ne le sera pas, les vôtres, je l’espère, non plus) s’élèvent, se structurent et se fassent suffisamment entendre pour qu’une aussi grave et périlleuse entorse au mécanisme démocratique fondamental ne soit perpétrée. Il faut agir et sans plus tarder.

    Aujourd’hui ça peut être le député front national Marine Le Pen à disparaître dans les sombres pièges du déni commode de candidature (= « tais-toi, ça nous arrange tous »), demain ça peut être quelqu’un d’autre (socialiste, centriste, UMP, communiste, vert, …) à qui des instances de pouvoir non démocratiquement installées interdiront (« ah, merde, là ça ne nous arrange plus trop »), par une violence anti-démocratique inouïe, de proposer électoralement leurs idées pour enrichir le libre et vital débat démocratique

Les commentaires sont fermés.