Interdiction des prises de position à découvert « nues » en Allemagne

On vient d’apprendre (19h50) que si le New York Stock Exchange est en baisse (-0,76 %), c’est parce que l’Allemagne a décidé d’interdire à partir de minuit, les ventes à découvert (c’est-à-dire pariant à la baisse) en position « nue » (c’est-à-dire de la part d’un intervenant qui n’est pas exposé à une perte occasionnée par cette baisse).

La mesure équivaut à interdire les prises de position financières qui sont de simples paris sur des fluctuations de prix, sans justification économique (et qui font donc partie de ce que Lord Adair Turner, patron du FSA, le régulateur des marchés financiers britanniques, qualifie d’opérations « qui ne sont pas nécessairement socialement utiles »).

Madame Merkel devrait justifier la mesure dans une allocution qu’elle prononcera dans la matinée de demain mercredi devant les parlementaires allemands. Les lecteurs du Blog de Paul Jorion savent qu’une telle mesure s’imposant depuis longtemps, en raison du risque systémique engendré par les prises de position à découvert « nues » – et de manière générale du fait de leur nature « prédatrice » -, n’a pas réellement besoin de justification.

Les achats de CDS (Credit–Default Swaps) [voir Glossaire] en position « nue » ont en particulier contribué à déstabiliser la Grèce (et la zone euro en général) depuis le mois de février.

Le blogueur espère à titre personnel que l’ensemble des nations suivront l’Allemagne dans cette voie.

Partager :

130 réflexions sur « Interdiction des prises de position à découvert « nues » en Allemagne »

    1. Oui déjà fait mais dans la panique. Là le message me semble clair : spéculez si vous voulez mais attention il y aura des retours de bâtons. Je me demande même si l’affaire grecque n’a pas été, de la part des allemands, qu’un génial chantage à la grenade dégoupillée (d’où la panique de Barak OBAMA).

  1. C’est une victoire, une grande victoire.
    Et en Allemagne en plus!

    Elle vous doit beaucoup.
    La bataille des idées est sur le bon chemin.
    Rien de ce qui est bon ne se perd. Le désert n’ existe pas.

    J ‘espère de tout coeur que le gouvernement allemand
    aura la constance de maintenir. ( ce qu’il n’a pas trop montré).
    On peut facilement imaginer les pressions qu’il doit subir.
    Un hourra pour M.e Merkel !

  2. Intéressant et à suivre…
    Ce n’était pas NS qui voulait s’attaquer à la spéculation ?
    Mme Merckel semble s’y atteler efficacement.
    Un pas en avant qui pourrait être prolongé par une taxation des banques comme l’Allemagne semble vouloir le faire.
    Une solution pour le financement de nos retraites à explorer sérieusement…

    1. Et renationaliser les autoroutes. Il n’est pas normal de laisser des infrastrutures si importantes au privé, qui récolte ainsi impôt sur une base très large sans avoir à rendre de compte sur l’utilisation de cette manne. Ce gouvernement aura été le pire de toute l’histoire de France.

    2. Martine Aubry vient d’annoncer ce type de financement pour les retraites : taxation du capital, des stock-options, contribution des banques, augmentation de l’impot sur les stés.

  3. Si cela se concrétise c’est une bonne nouvelle donc ne boudons pas notre plaisir.
    J’ai quand même l’impression quand je les éditos récent de journaux comme lesoir.be ou lecho.be qu’il y a une prise de conscience de ce qu’il faudrait faire, ainsi de ce que n’est pas entrepris notamment par les politiques. Il est aussi intéressant de noter que des commentaires sur ces articles vont dans ce sens. Certains vous citent d’ailleurs 🙂

    Récemment, Eric De Keuleneer, que vous connaissez probablement, a été interviewé par la RBTF et est passé au journal de 19h30. Il a défendu ses positions contre la spéculation. Positions d’autant plus appréciables qu’il est économiste.

    Enfin, une récompense et une reconnaissance pour votre travail, même si le chemin est encore long.

  4. « les ventes à découvert (c’est-à-dire pariant à la baisse) »
    Quelqu’un pourrait il expliquer un peu plus, j’ai du mal avec cette terminologie, comment peut on gagner de l’argent « à la baisse » ou en pariant à la baisse? Est ce comme pour les CDS une espèce d’assurance que l’on appelle ventes à découvert?? Un exemple concret pourrait être utile.

    Merci

    1. La façon dont on vend à découvert [en Bourse] est la suivante : dans un premier temps on se met en rapport avec une personne qui dispose d’actions de la compagnie visée, et on lui propose de lui louer pour une certaine durée ses actions en échange d’une compensation financière, disons d’un « loyer » ou d’une « prime ». Aussitôt que l’on est en possession des actions on les vend au prix actuel du marché. Puis l’on attend que — comme on l’avait à juste titre prédit — le prix de l’action baisse de manière substantielle, à la suite de quoi l’on rachète les actions en quantité égale à celle que l’on avait empruntée et on les retourne à leur propriétaire légitime. Dans l’opération, on empoche la différence entre le prix auquel on avait tout d’abord vendu les titres, et le dernier prix qui est — censément — beaucoup plus bas. Bien entendu, on attendra que le profit réalisé rembourse au moins le « loyer » qui a été versé pour la location des titres, et si l’on se conduit en vrai « pro » sur ces questions, on ajoutera au coût de la location les intérêts que le montant du loyer aurait généré s’il avait été placé au taux du marché — correspondant au temps durant lequel la somme est restée immobilisée en tant que loyer d’une vente à découvert — ou, mieux encore, on négociera avec le prêteur des titres une rétrocession partielle ou totale des flux d’intérêt qu’il obtient lui-même en plaçant le « loyer » des titres durant la période où ceux-ci sont prêtés. Bien entendu, il n’est pas à exclure que l’on se soit trompé et que le tuyau relatif à l’effondrement imminent de la société X ou Y s’avère crevé, et qu’après une période d’anxiété croissante on soit obligé de racheter à perte les actions empruntées pour pouvoir les retourner ; si tel est le cas, on aurait bien entendu été mieux avisé de se contenter d’acheter les actions comme tout un chacun et de les conserver dans son portefeuille boursier !

      Paul Jorion, Le prix, à paraître, Editions du Croquant (septembre 2010)

    2. Merci pour l’explication ! moi aussi j’avais besoin d’un petit briefing sur les ventes à découvert.
      Quelqu’un aurait-il un lien vers un ‘lexique’ accessible au lecteur non-érudit ? Il doit me manquer encore d’autres notions….

    3. A ajouter à l’explication de Paul, qu’il existe encore une façon plus facile d’opérer à la baisse : sur le marché à terme. Là, il n’est pas nécessaire de ‘louer’ les actions que l’on veut vendre. On les vend tout simplement et espère qu’à l’échéance du terme, leur cours se soit suffisamment tassé pour les racheter. A l’échéance, on se contente alors d’encaisser la différence. Et si l’évolution ne s’est pas produite dans le sens qu’on escomptait, on a le loisir de ‘reporter’ sa position, contre une prime (dans ce cas-là, la procédure répond à celle qu’explique Paul). Voir http://www.six-swiss-exchange.com/knowhow/exchange/securities/spot_fr.html

    4. Il existe des dizaines de produits financiers tous plus farfelus les uns que les autres qui permettent d’avoir des effets de levier. Par exemple un effet de levier de 2 permets lors d’une plus value d’une action de 10% d’empocher 10*2=20%. (en cas de moins value évidement c’est 20%).

      Certains société de trading sur le Forex (pari sur les fluctuations de monnaie) par example proposent des effets de levier de l’ordre de 200, une variation de 1% entraine une +/- value de 200%. Ce qui est absolument énorme. Trés lucratif pour les initiés, dévastateur pour les aventuriers…

    5. J’imagine que pour ces gens là , travailler pour gagner sa vie , doit être la meilleure blague de l’année !

    6. @Jean-Pierre
      Vous avez raison le marché à terme permet cela. Mais ce que vient d’expliquer Paul relève justement du marché à terme. Il a juste essayé de l’expliquer en des termes (sic) compréhensibles par tout le monde.

      Les instruments financiers permettant cela sont des options.

    7. oui, on peut aussi rappeler qu’avec des systèmes du type RM (règlement mensuel) ou SRD de nos jours, on pouvait jouer au sein de la même liquidation sans avoir à payer de « prime ». Il suffit de vendre des titres non détenus pour les racheter ensuite moins cher et boucler sa position, le risque est grand, mais dans un marché baissier, les vendeurs à découvert font la tendance. On payait des frais en cas de « report » de sa position sur la liquidation suivante.
      bon il faut maintenant s’attaquer aux « options négociables ».

    8. @ Frédéric 2

      A une petite nuance près. Comme l’indique Karluss, il ne faut pas emprunter les titres. Ce que Paul explique est ce qu’on pratique sur un marché au comptant : on loue les titres, les vend en vue de les racheter à meilleur prix au bout du terme conclu avec le prêteur. C’est la pratique la plus courante dans les pays anglo-saxons où le marché à terme pour titres boursiers n’est pas courant. Sur le marché à terme (ici au sens de ‘forward’ en anglais) on ne doit pas louer les titres et peut agir à sa guise. Le but étant de racheter les titres avant l’échéance ou à l’échéance-même. Là il faut effectivement livrer les titres. Mais comme on les a rachetés, l’opération s’annule en chambre de compensation et l’opérateur encaisse la différence. Si on ne parvient pas à racheter plus bas et qu’on ne veut pas subir la perte, il faudra alors effectivement louer les titres auprès d’une bonne âme compatissante, contre paiement d’une prime. Ce n’est qu’à partir de ce moment que le mécanisme décrit par Paul entre en jeu. Le porteur prolonge ainsi sa position pour un terme supplémentaire.

    9. Merci beaucoup, c’est bon de comprendre un peu mieux, même si j’ai quand même du mal à y croire ; c’est vraiment devenu une usine à gaz la bourse!!! Il faudrait la classer CEVESO d’urgence lol!! Encore merci et bonne soirée à tous.

    1. Clémence
      Vous n’auriez pas dû mettre une moustache (qui ne vous irait sûrement pas) à votre smiley, ça l’empêche de sourire… 😉 (avec juste un tiret au lieu du signe égal)

    2. Bravo Mme Merkel ?

      Oui et non. Mme Merkel par elle-même n’entend pas grand chose à la finance.

      Oui, parce qu’elle a finalement rendu son arbitrage et dans le bon sens. Elle subissait le lobbying de deux camps opposés que l’on peut caricaturer en:
      . le clan de la finance dite moderne (et donc spéculative) représenté par l’élite de Francfort,
      . le clan de la finance traditionnelle du financement de l’industrie qui n’est plus guère représentée que dans l’industrie même.

      Non, parce qu’elle y a quand même mis le temps et que c’est en fait sous la contrainte qu’elle prend cette décision et non suite à une réflexion profonde. De plus rappelons que cette mesure est probablement temporaire (l’échéance n’est pas affiché à ma connaissance car c’est trop tôt). De telles interdictions ont déjà été prononcée par le passé. Elles ont toutes été levées au final. Elles ne relèvent donc pas d’une compréhension structurelle du problème mais d’une compréhension conjoncturelle.

    3. Rappelons également pour modérer l’enthousiasme que la mesure ne concerne que les dix plus importantes institutions financières du pays pour les options sur action et les CDS.

      Elle concerne également les obligation d’état.

      On voit donc bien que le but est simplement de se protéger là où il peut y avoir faiblesse. Pour le reste, les spéculateurs sont libres d’agir.

    4. @ Frédéric 2

      Je serais plus nuancé et prospectif que vous.

      Faut-il s’en tenir uniquement, pour apprécier la décision Allemande à propos des CDS, à sa portée immédiate, qui est effectivement limitée ? Et la réduire à un simple symbole ? Ou n’est-il pas nécessaire de prendre en compte le contexte dans laquelle elle a été prise, ainsi que sa dynamique ?

      Certes, il s’agit pour une part d’une opération de politique intérieure, au moment où le Budenstag discute du plan de stabilisation financière, afin aussi de rassurer une opinion à laquelle Angela Merkel vient par ailleurs d’annoncer que des « choix difficiles » allaient devoir être fait pour réduire les dépenses budgétaires.

      Mais cette mesure a aussi pour but de tenter de reprendre la main vis à des marchés. Une bataille engagée et qui n’est pas terminée. Au fur et à mesure que les marchés se voient interdits certains jeux (la spéculation directe ou indirecte sur les obligations d’Etat, en raison de la surveillance exercée par la BCE), ils en cherchent d’autres. Le terrain de l’euro était tout trouvé, sur lequel ils avaient commencé à jouer.

      La nouvelle réunion de l’Ecofin de vendredi prochain, qui avait pour objet initial de conclure à propos du plan de sauvetage européen (faudra-t-il ou non un vote du parlement pour débloquer chaque tranche d’aide d’un pays ?), a désormais un deuxième sujet sur lequel se pencher.

      Les Autrichiens ont annoncé qu’ils allaient proposer l’extension à d’autre pays de la mesure Allemande et qu’ils y sont pour leur part favorable.

      Une chose est donc la portée en-soi de la mesure, une autre est d’assister aux efforts que font les gouvernements pour essayer de desserrer l’étau dans lequel ils se trouvent. C’est l’expression de cette dynamique-là à laquelle nous assistons. Qui peut dire jusqu’où elle ira ? Cela dépendra de la manière dont l’étau se resserra !

      On en a vu ces derniers temps une autre manifestation aux Etats-Unis, à l’occasion de la bataille des amendements sénatoriaux sur le projet de loi de régulation financière.

    5. Et la finance désapprouve : euro +2%; or -2%. « Ils » font même donner l’ AMF et Mâame LAGARDE là-contre.

    6. J’ai vu passer l’information selon laquelle les autorités françaises sont furieuses. Pour Sarkozy, je comprends. C’est une initiative sur laquelle il ne peut pas réclamer la moindre responsabilité. Cette raison seule suffit à la faire rejeter. Après, les amis de Sarkozy sont plutôt au CAC40 et jouent en bourse. Ils n’aiment pas. Donc Sarkozy n’aime pas.
      Je ne vois pas Lagarde et Woerth aimer cette mesure. Elle va contre toute leur carrière. Selon cet article ( http://www.marianne2.fr/Jouyet-gendarme-des-marches,-sympathise-avec-les-voleurs-_a193028.html ), la position de Jouyet, patron de l’AMF, ne peut qu’être opposée à cette même mesure. J’espère qu’ils avaleront leur chapeau et s’y mettront. Ce serait le moyen de dire aux fameuses divinités du XXIème, nommées Marchés, que les êtres humains y ont une place.
      Les réactions opposées à cette mesure de Merkel ne sont que les premiers tirs contre elle. Je les vois plus dans la position des tirs de réglage avant un barrage d’artillerie.
      Le côté mesurette, décrié par quelques uns, devrait permettre à Merkel de tenir le choc.

  5. Eh bé, on peut dire que vos efforts se voient spectaculairement récompensés ! Toutes mes félicitations, Paul, vous aviez raison d’être optimiste malgré tout.

  6. Preuve est faite (sous réserve d’examiner le détail des mesures) que l’autorité politique, légitime car démocratiquement élue peut tout à fait prendre des mesures visant à interdire les excès de la finance. Il faut maintenant espérer que l’ensemble des nations Européennes emboîteront le pas à l’Allemagne. C’est un bon début. Espérons seulement que le courage politique ne manquera pas aux autres dirigeants européens.

    VM

    1. il semble que le couteau sous la gorge, ce sont les courageuses qui reagissent le plus vite. A souhaiter que les courageux les suivront

    2. Clémence,
      Oui, bravo Angela, OK !

      Mais n’essayez pas de donner un sexe à la bonne volonté ou au courage, c’est un mauvais départ pour les porter et les soutenir.

    3. @thomas
      bien sur que mon propos est réducteur et je reprouve les approches genrées quand elles sont caricaturales.

      pour autant, c’est un fait que la finance est à 99% masculine et une évidence que le chaos qu’elle engendre est aussi une affaire d’hormones quand les traders se livrent un combat à coup de testosterone.

      cf cet article : What If Women Ran Wall Street? Testosterone and risk –
      http://nymag.com/news/businessfinance/64950/
      extraits :
      « Le système financier a été créé par des hommes, 99 % de ses employés sont des hommes ; ils ont une mentalité de troupeau, ils sortent tous des mêmes écoles, pensent tous la même chose, ont les mêmes amis, lisent les mêmes livres, parlent le même jargon, en conséquence le système est très déséquilibré » !

      D’autres ont dit que « si lehman brothers s’etait appelé lehman sisters, elle n’aurait pas fait faillitte »

      Thomas, merci aussi de pointer avec force à quel point est caricatural le peu de femmes en politique , leur absence dans les conseils d’administration (changement prévu en 2014, je crois avec 40% de femmes obligatoires dans les C.A dont mme Chirac, mme Woerth, mme clara gaymar deja en place ou pressenties) et dans tous les postes de pouvoir.

      je maintiens que si l’Allemagne a pris cette decision, c’est pour partie aussi, parce que la chanceliére est une femme.

  7. L ‘instant, pour Paul, est historique.
    Il n’ y a rien de plus important si on s’intéresse à notre
    devenir. (Pour moi : celui des générations suivantes.)
    Sans révolution, les changements induits peuvent être
    prodigieux.
    Et ces soit-disant marchés, repaire d’un consevatisme
    borné , obligés de se soumettre au politique !
    Prodigieux- Honneur à Paul.

  8. Madame Merkel, la Chancelière, a peut-être lu le blogueur, son compère François
    et les contributeurs avisés qui se reconnaîtront.

  9. VOUS savez que l’interdiction des ventes à découvert à été imposée en octobre 2008.

    PUIS a été rétablie.

    On ne change pas la puissance de la pourriture. Elle rapporte trop.

    1. http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20100518trib000510387/l-euro-tombe-sous-la-barre-de-122-dollar.html

      Ce que ce « journal » oublie de préciser, c’est que nous allons avoir une inflation importée qui va enfoncer encore plus une « relance » qui était déjà fausse.

      On comprend mieux les « investissements » (prises de contrôle) dans les matières premières en Europe. (goldman sachs vendeur de gaz..)

      Rendez-vous dans un mois avec des chiffres de balance de commerce extérieur qui seront un peu « moins » bons.

      Nous sommes une poule aux œufs d’or. Tant que nous ne truanderons pas autant que les US, nous serons dévorés.

    2. exact Yann, c’est ce qui m’exaspère le plus. Ils ne défendent pas les intérêts de l’europe, ils sont aux pieds des us, c’est tout.
      Et quand on voit ce qui se passe la fourmis se fait dévorer par la cigale.
      Et dans nos banques on a quoi comme chargé d’entreprise : des 25 ans plein de théorie qui ne comprennent rien à l’entreprise plus souvent en stage ou en vacance qu’au travail.
      Les US peuvent être heureux, ce n’est pas demain qu’ils vont trouver un adversaire en Europe.

    3. Je ne crois pas que les prises de position gazières de GS et Morgan Stanley en France aient grand chose à voir avec le cours €/$, mais plus avec la forte poussée de la dérégulation sur le marchéet du gaz français, en cours et à venir. Sans compter, j’en conviens, quelques éventuelles arrières- pensées géo-stratégiques télé-guidées…

      Quant à l’inflation importée, je suis pas Mme Irma, mais ça ne me paraît pas être le risque majeur. Sans compter qu’une bonne poussée spéculative sur le pétrole ou les céréales auraient, par exemple, des incidences bien supérieures que la parité monétaire en elle même. Avec, là, une inflation qui toucherait les plus vulnérables sur des dépenses incompressibles. Mais de toutes façons, étant donné le niveau présent et à venir de la demande en Europe, l’inflation ne peut pas s’installer durablement à court ou moyen terme.. Ya vraiment que les allemands Weimaro-conditionnés pour psychoter à l’hyper-inflation!

      Bien spirituellement votre.

      Ps: un effort que diable! Cessez un peu de jouer les rabats-joie et les pisse-vinaigre. Ne cachez plus votre joie, ventrebleu!

  10. Je ne sais pas si c’est bien choisi, mais la première chose qui m’est venue à l’esprit en lisant le titre est simplement « Félicitations »…

  11. Plus sérieusement, j’ai une question pour Paul Jorion: bravo pour l’interdiction des ventes à découvert « nues ».
    Mais j’avais compris que certains CDS et d’autres produits dérivés constituent, eux aussi, des paris sur les fluctuations de prix, et qu’ils représentent des montants de transactions incomparablement plus grands que les opérations sur actions, fussent-elles à découvert.
    Me trompé-je?

    1. Question toute bête, M. Jorion : cette décision aura-t-elle un impact autre que symbolique (ce qui n’est déjà pas mal) ? Qu’a voulu faire l’Allemagne, au juste ? Redorer son image passablement écornée auprès des autres Etats membres de l’UE ou frapper un grand coup en montrant la marche à suivre à tous ? J’ai personnellement l’impression qu’il s’agit d’un cavalier seul que personne n’attendait et, surtout, dont personne n’entrevoit les conséquences… me trompe-je ?

  12. Une brassée de –{–@ pour Angela!
    Dommage que ce triomphe de Paul aille de pair avec celui de l’ordo-libéralisme teuton… Mais pas de fine bouche. C’est finalement dans « l’ordre » des choses!

  13. Réponse de la bergère à not’ berger pourfendeur du capital!
    Ca va pas Nico? T’es tout pâle!….

    1. @dissy
      Le ton est assez plaisant, un peu vulgaire certes, mais on sent que l’auteur se soulage et il semble dire ce qu’il pense. J’attends qu’un journaliste du 20 heures parle comme ceci, non je rêve.

  14. Ca va enfin dans le bon sens, mais ne sommes nous pas sensé montrer un Europe forte et unie au reste du Monde. Pourquoi l’Allemagne agit seule? Ce devrait être toute la zone euro d’une seule voix qui décide enfin de progresser dans ce sens.

    On marche sur la tête !!! A montrer encore et encore des divergences… Si j’avais des milliards a ne pas savoir quoi en faire, je « shorterais » tout ça rien que pour les mettre devant le fait accompli… Bon OK je m’emporte, mais quand même…

    1. Les Britanniques font partie de l’Europe et s’opposent à toute règlementation, en particulier sur les ‘hedge fonds’. On a décidé de passer outre. Enfin.
      La BAFIN allemande rétablit une règlementation levée il y a quelques mois.
      Plus important encore : il y a une offensive tous azimuts en Allemagne et en Autriche , de la part de parlementaires et d’économistes influents, pour l’établissement d’une taxe ressemblant à la taxe Tobin … Apparemment, tous ont compris qu’on a risqué la disparition de l’euro la semaine dernière. Les gouvernements (je parle surtout de l’Allemagne qui est la seule à avoir son mot à dire, les autres se contentant de gesticulations) d’Europe vont-ils enfin prendre les bonnes mesures ? Parmi celles-ci : faire payer aux banques et à tous ceux qui se sont enrichis, la dette colossale des Etats. On peut rêver.

    2. J’aurais préféré aussi très nettement une position commune de l’Europe (comme beaucoup je crois sur ce blog), ceci dit, vu le bordel que c’est, avec Sarko qui veut pas faire pleurer « ses » banques, et récuperer à son compte tout ce qui peut redorer son blason, les anglais qui jouent leur partition (on ne sait plus trop laquelle d’ailleurs), et les autres pays qui écopent en mendiant des sous et en tapant sur leur peuple, je félicite Me Merkel et son Ministre des finances de cette position.
      J’espère que l’orgueil délirant de NS, ne l’empêchera pas de copier cette mesure.

  15. Bravo pour votre infatigable détermination à promouvoir cette interdiction !
    Souhaitons lui longue vie et grande efficience.

  16. Deutchland uber alles , enfin quelqu’un qui fait son taf comme devrait le faire tous les autres .
    A ce propos j’ai trouvé ubuesque l’argument de woerth pour ne pas baisser le salaire des ministres : cela obligerait a baisser le salaire des fonctionnaires . Que je sache un ministre n’est pas fonctionnaire , enfin j’espere . Et que je sache les fonctionnaires ne sont pas elus !

    1. Argumentaire ubuesque en effet d’autant que la majorité des ministres est contre cette baisse … naturellement.
      A l’opposé, il est normal qu’un  »grand » patron touche des dizaines de millions d’euros, des milliers de stock-options … et bénéficie accessoirement du bouclier fiscal.

      Nous vivons une époque formidable. Certaines déclarations méritent de rentrer dans le bêtisier des déclarations politiques.

    2. Il existe une solution pour que Woerth et les ministres puissent baisser leurs salaires: Il faudrait que tous les fonctionnaires fassent un geste de soutien envers leur ministre de tutelle. Il suffit que les fonctionnaires acceptent de combler la baisse de salaires des ministres, par un prélèvement mensuel sur leurs salaires et le tour est jouer. Comme cela nos ministres préférés pourraient plus facilement accepter la baisse (ainsi compensée ) de leurs salaires !
      Mais, trêves d’ironies, il n’y a pas de mots pour décrire ce que je pense de la réponse de Woërth quant à l’éventualité qu’il puisse participer à l’effort qu’il veut nous imposer.
      Bah !!!

    3. Drôle d’argument, car quand il y a quelques années le salaire des ministres avait été sacrément revalorisé (du fait je crois de la réforme concernant les fonds secret) et les fonctionnaires n’avaient pas eu droit à une augmentation. Ce qui marche dans un sens doit également fonctionner dans un autre…

      Et j’ose à peine parler de l’augmentation du chef de la bande…

      Par ailleurs le salaire des gouvernants et des élus ne devrait plus faire référence à la grille de la fonction publique, mais être établi en fonction du minimum garanti (X fois le MG) et évoluer en fonction de sa revalorisation (une nano-goutte dans la masse financière, mais une montagne du côté éthique…).

    4. @perceval

      Avez vous la référence , SVP, je souhaite faire encadrer cette phrase, et puis pour être franc, ça fait un bail que ce technocrate prétentieux et bien poli m’agace prodigieusement, et j’ai l’impression que depuis qqs temps il est de plus en plus paumé, et j’avoue que j’y prends un certain plaisir (un peu malsain certes, mais…).

      Cordialement

  17. Enfin, sur un point décisif concernant le capitalisme financier un dirigeant européen frappe fort en a unilatéralement en prenant cette mesure dont l’idée était désormais dans l’air mais qu’on désespérait de voir appliquer à court terme.

    C’est très important ce que vient de décider Mme Merkel, car bien évidemment sa décision crée un précédant. L’argument selon lequel il est impossible de décréter unilatéralement une telle mesure ne tiendra plus quand les trois coups de minuit auront retenti. Et surtout, cette mesure en apparence très technique, pour le profane, devait avoir des effets bien au delà du périmètre du seul secteur financier. Reste maintenant aux autres dirigeants à faire de même sans quoi cela ne serait qu’ un coup d’épée dans l’eau.
    En tous cas il va désormais être très difficile à MM Sarkozy et Barnier de justifier leur inertie face à la spéculation.

  18. Tenir dans l’intenable. Le réel vient. Cela fait bien fou pour les enfants que nous avons mis au monde.

  19. Si votre information est confirmée, cela est une excellente chose. Mais j’avoue que j’ai un peu de mal à y croire.

    Et si c’est vraiment le cas, quel est l’évènement qui a motivé cette interdiction des ventes à découvert purement spéculatives ? Et comment se fait-il que ce soit l’Allemagne qui n’est pas à la pointe dans la volonté de réguler les marchés soit celle qui lance ce mouvement ? Et seule ?

  20. Pour contourner l’interdiction : vous vendez l’indice à découvert puisque cela ne me semble pas être interdit … comme en 2008.

    1. vendre l’indice à découvert en achetant en même temps les valeurs non financières de ce même indice.

    2. Si l’on considère que cette décision est, à minima, une simple mesure d’urgence pour protéger, en RFA, le DAX et l’euro des shorts massifs qui les menacent (les bunds n’étant à priori pas concernés), alors on peut supposer que tout va être verrouillé pour éviter les manip sur indices que vous décrivez.
      Et ce d’autant plus que les banques restent effectivement en première ligne, Deutschbank en tête, avec qui plus est des volatilités énormes… Bon ça resterait juste une fragile ligne Siegfried, après ça, faudra penser au mur de l’Atlantique…
      Mais je pense que le geste est d’abord politique, en interne comme au niveau européen.

  21. Ils ne nous reste plus maintenant qu’à convaincre nos élites de l’ouvrir qu’une seule fois dans l’année,

  22. L’interdiction récente des prises nues est considéré (en Allemagne) comme un acte plutôt symbolique, d’autant plus que les acteurs du marché se sont préparés à cette mesure annoncée depuis des semaines. De plus, le volume de ce type de transactions semble relativement faible. Mais c’est un bon début, j’espère que la classe politique allemande tiendra tête aux américains qui s’opposeront aux mesures proposées par les européens. Notamment en ce qui concerne le la taxe sur les transactions.

  23. Un bon point pour nos cousins germains. Maintenant on attend que la France et les autres
    pays de la zone euro en fassent de même. L’union fait la force ! Que les spéculateurs aillent
    exercer leurs activités malfaisantes chez nos amis anglais et yankees.

  24. Yesss

    entre la mouche du coche et l’agent d’influence

    je pense que ce blog comme un certain nombre d’autres depuis 2005 ( eh oui déjà)
    font un peu avancer le shmilblick dans la bonne direction

    En toute modestie bien sûr.

    Mais le fait d’exprimer correctement quelques vérités empêche de vrais imbéciles de continuer à proférer les leurs en toute impunité et à nos frais.

    Je suggère à angela et nicolas de fermer les marchés pendant une semaine pour voir si un certains nombre d’intervenants sont capables de passer la semaine en couvrant leur position.

    On appellerai çà le coup du volcan islandais !!!

    En tout cas merci à Paul pour la qualité du message et la liberté d’expression sur ce blog.

  25. Tout va bien, on est sorti de la crise !!!!!!!!!!!!!!!! pfffffffffffff

    L’appel d’offre de la BCE pour les dépôts à terme a été sursouscrit dix fois par les banques
    le 18/05/2010
    Selon un communiqué de la Banque centrale européenne, 223 établissements bancaires ont proposé d’apporter un total de 162,7 milliars d’euros de dépôts à une semaine, alors que l’autorité monétaire ne prévoit de collecter que 16,5 milliards. A l’issue de l’appel d’offre, ces dépôts seront rémunérés à un taux d’intérêt marginal de 0,29%. Il s’agit du premier retrait de liquidité dans le cadre du plan de stabilisation de l’Union européenne et du FMI. Les retraits doivent compenser les rachats de dette publique de pays en difficulté de la zone euro (dont la Grèce) et limiter ainsi les risques d’inflation.
    information agefi

  26. Pour autant que je comprenne leur anglais,
    les traders déjantés de ZeroHedge prédisent l’ apocalypse.
     » If true, this is huge, as it means the market will
    become massively dislocated once again. « .
    Un signe encourageant.

    Le « marché » ne se trompe jamais. Cela se dit…
    Rassurer un « marché » qui craint des pertes
    est impossible. Autant se passer d’eux.
    Espérons qu’ils auront à coeur à laisser
    reconstruire un marché en Europe sans « intérêt »
    pour eux.

    « http://www.zerohedge.com/article/germany-ban-short-selling-midnight »

  27. Ouf, une note optimiste enfin, il faut peut être un peu de temps de réflexion à Angela mais le résultat est là, et vlan. Vivement la suite, bravo Paul, bon courage.

  28. Paul, François et leurs invités
    quelle nouvelle !
    merci pour votre travail CONSIDERABLE et votre determination.

    Quand le sentiment qu’il n’y’a plus de pilote dans l’avion-Europe devient anxiogéne, je lis ce blog, car, même en avis de tempete, y’a sacré capitaine breton à la barre.

  29. Bonsoir,

    L’Allemagne va interdire à partir de mercredi les ventes à découvert à nu sur les dix plus importantes institutions financières du pays, déclare un porte-parole du ministère des Finances.

    Cette interdiction concerne également les emprunts d’Etat de la zone euro et les CDS adossés à ces obligations, a précisé ce porte-parole.

    « L’interdiction prend effet à minuit », a-t-il dit.

    Résumons : l’Allemagne interdit donc les ventes à découvert à nu sur des titres pour ainsi dire « pourris »

    Les titres des institutions financières dévissent depuis quelques semaines, de nombreux experts estiment qu’elles sont virtuellement en faillites. Quand aux emprunts d’états de la zones euro, ils commencent à être monétiser par la BCE tellement ils inspirent confiance aux investisseurs donc aussi pourris !

    Question bête probablement mais quand tant de porteurs de mauvais titres veulent vendre leurs mauvais titres et que dans le même temps, au pire moment de la crise, on leur retire une catégorie d’acheteurs de titres (les vendeur à découvert) que va-t-il se passer pour eux sur le long terme d’après vous ?
    Même si les jours qui suivent, ce changement des règles du jeu à minuit, sans délai donc déloyale, entraine les cours à des hausses souvent violentes généralement par l’effet mécanique du rachat des positions « short , sur le long terme, les porteurs de ses titres « régulés » trouveront-ils aussi assez d’acheteurs dans le futur pour leurs titres ? Un titre pourri même régulé reste un titre pourri ! Cette régulation n’entrainera t-elle pas encore plus de pression finalement à la baisse sur les prix s’il y a encore moins d’acheteurs ?

    NB Un vendeur à découvert fait monter le cours quand il ferme sa position puisqu’il achète ce qui d’une certaine façon permet au vendeur du titre de sortir plus honorablement aussi !!!

  30. Bravo Paul!

    Bien sûr, vous n’avez pas tout fait tout seul, mais vous avez été de longue date le plus obstiné et le plus tenace pour identifier, puis promouvoir, cette mesure clé, dont on peut penser qu’elle est de nature à changer en profondeur l’allure du capitalisme. Avoir pu contribuer à changer son temps, c’est un beau destin pour un homme!

    C’est inespéré. L’Allemagne, en plus! Comment les autres pourront-ils résister?

  31. Quand j’ai lu cette prise de position de Mme Merkel, mes pensées se sont envolées vers MM. JORION et LECLERC et tous les AUTRES combattants de ce site. Un grand moment rempli d’espoir et de contentement et je ne regrette pas d’avoir été qualifiée d’anxiogène par mon entourage. J’ai tant appris de vous tous.

  32. Professeur Tournesol – J’ai fait monter la notation du champagne de A- à AAA++ !
    Tintin – Sekt ?
    Capitaine Haddock – Et le whisky va baisser à B, malheur !
    Rastapopoulos – Je compte vendre mes actions de champagne à découvert.

    Disons en clair que la réaction du chateau de carte va être intéressante.

    L’ingéniosité va jouer à plein,
    … et si peu à peu elle se recentrait sur « la seule querelle qui vaille » (celle de l’homme… citation de de Gaulle, pour les d’jeunes)
    L’argent déconstruit ?

  33. Question:

    Pourquoi cette mesure allemande ientraine l’Euro à la baisse, ce qui semble être le cas à la lecture da LA TRIBUNE ? ? Si c’est une mesure pour renforcer l’Euro, comme devrait l’entendre Merkel je pense, Pour qui l’Euro baisse à cette nouvelle ? Je ne comprends Pas.

    Merci pour vos explication

    1. Wall Street Journal

      Germany to Ban Some Naked Short-Selling
      • By MARCUS WALKER And NEIL SHAH
      • MAY 18, 2010, 3:56 P.M. ET

      Tuesday’s announcement came after European stock markets had closed. Investors instead dumped the euro, pushing the battered currency to a fresh-four year low of $1.2205. But the market’s swift reaction—the euro stood at $1.2357 just a few hours before—has some scratching their heads.
      Win Thin, a currency analyst at Brown Brothers Harriman, says one explanation for the market’s violent move is that investors are disturbed by Germany’s decision to focus on short-selling at a time when Greece’s—and Europe’s—debt troubles and fiscal challenges loom much larger as a problem. « This heightens the market’s perception that European policy makers are just throwing anything at the wall to see what sticks, » he said.

      Another possibility is that investors are betting that the euro will become the main way to bet against Europe if German regulators—and others elsewhere—take away investors’ ability to express bearish views on European government bonds and bank stocks, even if only temporarily. « If you can’t short these bonds, then short the euro, » Mr. Thin said.

      —Andrea Thomas contributed to this article.
      Write to Marcus Walker at marcus.walker@wsj.com

    2. Oui bon, alors grosso modo, pour les cow boys de Wall Street, l’annonce de Merkel juste à la fermeture des marchés européens, et avec application immédiate, (à minuit), est bien un coup de massue.

      L’effet à été immédiat: l’euro est passé très vite de forte hausse à forte baisse (dans la journée de 1.22à 1.235 puis à 1.22 ! Énorme variation pour une devise). Pourquoi?

      Tout simplement parce qu’il ont interprété ce signal comme un signe d’intense fébrilité et de grande fragilité des autorités de marchés et politiques européennes face aux parieurs à la baisse contre les dettes souveraines et les actions bancaires du vieux continent. Les Européens, noyés dans leurs insurmontables défis budgétaires et de dettes, sont aux abois et tirent sur tous les leviers pour stopper la panique! Jusqu’à nous interdire les ventes à découvert nues!

      Et donc la conclusion pour eux, c’est tous et tout contre l’euro! On peut plus shorter vos dettes ni vos banques? On va shorter l’euro!

      C’est donc bien pour les spéculateurs une simple mesure de protection d’urgence, dont il faut tirer parti en montrant sa force.

      À l’Europe de leur montrer que la hache de guerre est déterrée… Les cartes sont sur la table, plus l’heure de bluffer!

  34. Voilà une excellente nouvelle. Je commençais à désespérer. L’Allemagne reste la plus lucide dans cette crise (elle renâclait déjà à renflouer pour rien la Grèce), loin devant la France ou la GB.

    En outre, comme c’est l’Allemagne, on peut espérer voir les pays de la zone UE adopter cette mesure.

  35. Ce matin, coincé dans la circulation routière, j’écoutais distraitement à la radio Mr Michel Barnier Commissaire Européen en charge de la régulation financière, de sa moralisation, etc, etc …

    Il a notamment dit qu’il ferait des propositions d’ici à la fin de l’année visant à moraliser, réglementer la finance en coopération avec ses homologues américains.

    Au journaliste qui l’interrogeait sur les CDS, il a répondu entre autre que ces intruments financiers étaient nécessaires, utiles mais qu’ils devaient faire preuve de transparence tout comme le marché des dérivés estimé à 600.000 milliards (six cent mille milliards) d’euros ou de dollars (je ne sais plus) qui fonctionne en totale opacité. Personne ne sait ce qu’il s’y passe réellement.

    Si ce que pense Paul est exact – si je l’ai bien compris – , c’est à dire que l’interdiction des ventes à découvert s’appliquera aux CDS cela signifierait que les événements s’accèlèrent grandement par rapport à ce que Mr Barnier disait ce matin.

    Serait-ce là la conséquence de décisions ou de non décisions prises lors de la réunion des ministres des finances ayant eu lieu hier ? L’Allemagne n’en a t’elle pas eu vraiment ras le bol de cette cacophonie européenne pour prendre unitéralement une telle décision ?

    En tout cas, je n’imagine pas Mme Merckel faire une annonce bidon devant une assemblée de parlementaires.
    La gesticulation, les effets d’annonce, elle les laisse probablement à d’autres dirigeants européens qui se sont régulièrement distingués dans ce domaine tout au long de la crise.
    Je crois que Mme Merckel a une autre envergure et qu’elle ne peut pas se permettre d’annoncer des mesurettes.

    Peut-être mon espoir, mon attente est-elle excessive mais mon petit doigt me dit que l’annonce qu’elle fera demain sera majeure.
    Est-il possible qu’il en soit autrement vu la situation ?

  36. Ventes à découvert ou pas, L’euro baisse à cause de la crise européenne qui est structurelle et politique, Rien à voir avec les CDS ou autres outils spéculatifs, qui sont annexes pour générer du profit sur les crises et non une cause.

    Le problème européen reste entier, l’effet de cette annonce ne changera rien à l’évolution de cette crise.

    1. L’origine de cette crise est en effet à rechercher du côté du déclin d’une Culture au bénéfice d’une autre. L’Europe, faute d’avoir pu se rassembler en réelle force politique plutôt qu’en simple club d’affairistes, tiraillée entre son passé et ses égoïsmes nationaux, n’a pu à l’évidence emprunter la seule voie qui pouvait donner à chacun de ses membres un destin. Au rayon des occasions manquée voici un très bel et pitoyable exemple. Reste en effet l’Allemagne qui se défend avec honneur et protège sa monnaie, notre monnaie devrions nous dire. Il est possible que l’effet de ces dispositions du fait de l’isolement actuel de ce pays soit encore modeste, mais quelle leçon !

  37. Pour l’instant, cette mesure ne concernerait que les cotations sur le DAX. Alors…

    Est-ce que la France et d’autres pays vont suivre? Pas sûr, surtout quand on voit l’exemple du Royaume-Uni qui s’est déjà fait tirer les oreilles pour accepter une directive européenne sur les hedge funds (directive qui risque d’être transposée à la vitesse supersonique de la tortue au repos, comme souvent…)

    Cependant, je me demande si cette annonce de Mme Merkel n’est-elle pas, avant tout, faite pour rassurer ses électeurs et tenter de redynamiser sa coalition gouvernementale?

    1.  » .. Cependant, je me demande si cette annonce de Mme Merkel n’est-elle pas, avant tout, faite pour rassurer ses électeurs et tenter de redynamiser sa coalition gouvernementale? ..  »

      Je ne pense pas, le mal est fait.

    2. Cette mesure est avant tout faite pour rassurer les lecteurs du blog de Paul Jorion ! En tout cas c’est ce que je crois percevoir à travers les réponses.
      Je suis heureux de voir que l’Allemagne est moins perçue comme le vilain petit canard du blog.

  38. Pour enchaîner sur la remarque de Tano., et sachant que les autres places européennes ne pourront probablement pas prendre le risque de ne pas suivre Berlin, qu’en est il de la capacité d’intervention des autorités françaises, compte tenu de la dépendance de la place parisienne vis à vis du NYSE?

    J’ose croire que cela ne peut interférer sur la souveraineté réglementaire française… Mais néanmoins? Pourrait on éclairer ma lanterne?

    Par ailleurs il me semble que c’est sur le FOREX que la mesure annoncée hier serait la plus profitable au bien commun mondial. Mais là, la route est encore longue…

  39. Je me réveille en entendant la nouvelle à la radio. Difficile à croire, mais peut-être suis-je pessimiste. De toute manière, bravo à Paul, qui avait anticipé la nécessité de la mesure depuis longtemps! Les Allemands deviendraient-ils pour autant des sages? Et quid du fait que les transactions sur positions nues sont interdites uniquement dans le périmètre de la bourse de Francfort? Angela Merkel croit-elle à un effet d’entraînement sur les autres pays de la zone euro? Aurait-elle des garanties en ce sens?

    Il s’agit quand même d’une mesure ‘radicale’ qu’on imagine mal ne pas avoir été pré-signalée à Sarkozy et Co…

  40. Bonjour Paul, François,
    « A la fin de l’envoie, je touche ».
    Savez vous ce qui a décidé le gouvernement Allemand? Quels acteurs dans ce rpocessus de décision? Economistes, Fonctionnaires, Bundesbank, autres?
    Qu’en est il dans d’autres pays Européens? Que dit Mr Barnier?
    Peut on envisager un vertueuse contagion aux pays de l’Europe du nord, Pays-Bas, France, etc?
    Par ailleurs, n’aviez vous pas indiqué que la chine avait également pris une décision identique sur les ventes à découvert en octobre 2009?

    Bonne journée.

  41. Bonjour,

    tous Allemand aujourd’hui, c’est l’Allemagne qui va enfin forcer le carré Euro à se former contre la horde des marchés, et les faire marquer le pas.

    Mr Barnier … il y a urgence !

    Mme Lagarde et consorts d’Elysée… c’est à vous de jouer !

  42. Depuis le temps que vous le réclamez!
    Mais le bon sens comme le courage sont des qualités souvent inconnues des politiques. Autrement, feraient-ils ce métier? Poser la question, c’est y répondre.

  43. Oui mais.

    C’est une mesure de bon sens, mais qu’est ce qui interdit aux pays hors juridiction Allemande de prendre des paris, entre autres sur la santé financière des états (y compris de l’Allemagne).

    Je pense à la City, Wall Street, aux Caraïbes (Caïman la bien nommée !) et bien d’autres.

    Le ventre est encore fécond …

  44. C’est à l’évidence la réponse de la bergère au berger, soit à notre Sarko qui a tout fait pour protéger nos banques en forçant la main aux allemands pour le plan d’aide à la Grèce, remettant en cause l’orthodoxie que l’Allemagne veut voir appliquée par la BCE.
    C’est à mon humble avis un signal pour les autres nations européennes, en bref une reprise en main de la politique économique du continent.
    Soit vous suivez, soit nous repensons à rétablir le Mark, si il y a des sacrifices à faire, nous sommes les mieux armés pour résister. Nous n’avons pas le choix!

  45. Vadeurs, j’espère que vous ne craignez aucun mal maintenant que vous entrez dans la vallée de l’ombre de la mort…

    Enfin, une décision avec cojones!

    Sarkozy, comme d’habitude, n’a rien fait si ce n’est une conférence de presse après la réunion de dimanche, où il se félicitait, en artisan central naturellement, d’avoir sauvé l’euro en offrant 750 milliards au MF, au cas ou leurs coups de crocs dans les bonds des Etats leur laisseraient des petits creux.

    L’euro n’a jamais plongé à une vitesse aussi rapide depuis six mois.

    La spéculation a fonctionné de plus belle, les banques de tous pays planquées en paradis fiscaus, les hedges funds idem, les bancassureurs, les fonds de toute nature on montré la valeur de Sarkozy et de ses assertions. En UE comme ailleurs.

    Heureusement, les allemands ont un minimum de raison, de courage et de souci de l’intérêt général, eux.

    C’est une étape, la prochaine sera l’extension de cette mesure à la zone euro, la suivante, je le souhaite, serait la fermeture du SRD et/ou la taxation dissuasive de l’échange des swaps.

  46. Enfin une vraie décision politique courageuse et intelligente !
    A quand la même chose en France ?

    et pour rappel…
    A. Merkel a fait voter le renforcement et l’application systématique de la mesure anti-chômage allemande appelée : « KurzArbeit » qui consiste à faire passer la plupart des entreprises en difficulté à …

    30 H / SEMAINE (plusieurs dizaines de milliers d’entreprises concernées) !

    Résultat, depuis que la mesure est en place (2008), le nombre de nouveaux chômeurs n’a augmenté que de 220.000 contre 950.000 chez nous, alors que la crise est 2x plus violente en Allemagne qu’ici (-5% du PIB contre -2,5 en France).

    http://nouvellegauche.fr

  47. En tous cas c’est encore une preuve de rigueur et d’action.
    Comme Vigneron je m’interroge sur l’indépendance d’Euronext par rapport au Nyse.
    Et de l’indépendance de Lagarde vis à vis de Chicago?

  48. Le faire de unilatéralement est clairement une façon se se protéger, tout en affaiblissant ses partenaires qui ne le font pas dans le contexte de baisse de l’euro.

  49. C’est un bon début mais limité dans le temps (mars 2011) et sur 10 institutions financieres allemandes max….

  50. Enfin, ça commence à bouger.
    Merci Paul, pour tout le travail d’explication qui nous permet de comprendre,
    -comment la finance tire les ficelles au niveau mondial,
    -comment elle a réussi à pomper la plus grosse part du gâteau au détriment de la classe laborieuse, incitée à vivre à crédit,
    -et, ne sachant que faire de ce fric détourné, comment elle a conduit à la plus grosse crise depuis 1929.
    Il est temps de changer le mode de fonctionnement de nos sociétés en mettant l’homme au coeur du développement, ce qui conduit à mettre tous les instruments financiers au service du plus grand nombre (renationalisation des banques, possibilité des états de financer comme avant 1975, leur dette par des emprunts d’état, ou en zone euro par des emprunts européens , véritable gouvernement économique de l’Europe -en créant une fédération des Etats d’Europe- , nouveau Grenelle avec augmentation géneralisée de la part des salaires, ce qui permettrait d’augmenter au passage les cotisations retraites et de résoudre en partie le problème des retraites, interdiction de la vente à découvert en bourse, et bien d’autres mesures….
    Ce système conduit à l’épuisement des ressources naturelles, à la pollution généralis
    ée, car les couts indirects ne sont jamais pris en compte dans les prix.
    Il parait en outre évident qu’on va droit dans le mur.

    Merci, encore merci, Paul pour aider à une prise de conscience du public, et peut être on peut l’espérer des décideurs, afin de les convaincre de reprendre le pouvoir sur les banquiers (pour autant qu’ils ne soient pas acoquinés avec). Sinon ça va mal finir, la déflation stagflation qui s’annonce pour 10 ans peut être ou plus (comme pendant les années 30) ne permettra pas de rembourser les dettes qui grossiront de plus en plus – car ce système ne fonctionne que par la dette.. Avons nous des solutions pour en sortir ??

  51.  » nous arrivons au pied du Mont Ventoux… la météo est médiocre aujourd’hui, est-ce que les organismes vont supporter les alternances de chaud et de froid… nous allons voir… le peloton est déjà très étiré mais les leaders sont tous devant…. je vois Socrates, Sarkozy, Merkel, Trichet, Barroso, Van Rompuy, Balkenende… Zapatero est là aussi… on le sait, la montée est décisive, ça va être la bagarre, il va falloir s’accrocher… certains peuvent tout perdre aujourd’hui… pour l’instant personne n’est encore décroché même si le coup de pédale semble moins bien pour certains…ah oui, on le voit la pente devient raide, très raide, c’est au moins du 6 à 8% de dénivelé même 12% à certains endroits… vous vous rendez compte le calvai…
    Attaque ! Attaque de Merkel !
    Alors qu’on sentait quelques tergiversations à l’avant, Merkel est sorti… on ne l’attendait pas si tôt, quelle surprise! elle a profité d’un ralentissement et s’est échappée …Oh là là elle creuse l’écart là… quel écart déjà… derrière on se regarde, personne ne semble vouloir y aller, Sarkozy discute avec Barroso, les autres ne semblent pas en mesure… à moins qu’ils ne cachent leur jeu… Alors, Alors… va-t-elle pouvoir maintenir son effort ? vont-ils pouvoir la rattraper ? Tout est en train de se jouer en ce moment… la grande bagarre a commencée… ce soir on verra ceux qui pourront encore prétendre au maillot jaune et les autres… On attendait ça depuis le début, on y est. Surtout ne quittez pas… A vous les studios !

  52. Je ne comprend absolue pas pourquoi l’Allemagne protège ses banques avant de faire chuter les marché avec des déclaration fracassantes le lendemain.
    Déclaration qui conclue à l’imposition du contrôle des budgets des pays de l’U.M. par la comission…

  53. Je suis sidéré, abasourdi par l’ensemble des réactions.

    La vente à découvert n’est pas le problème. C’est simplement une conséquence. Le vrai problème, c’est que la valeur de l’action baisse. L’interdiction de la vente à découvert n’empechera pas que les banques allemandes ne vaudront plus rien, ou feront faillite si la Grèce ne rembourse pas ses emprunts.

    1. « La vente à découvert n’est pas le problème. C’est simplement une conséquence. Le vrai problème, c’est que la valeur de l’action baisse. »

      Encore un qui pense que le marché dicte le « vrai » prix.
      Wait and you will see quel était le problème.

    1. C’est une variation du « c’est inutile si un seul pays le fait, il faut une coordination internationale ». Autrement dit: il est urgent de reporter la décision à la semaine des quatre jeudis.

  54. http://economicedge.blogspot.com/

    Some very sharp guys are starting to turn very bearish. Richard Russell who writes the Dow Theory Newsletter had this to say:

    Do your friends a favor. Tell them to « batten down the hatches » because there’s a HARD RAIN coming. Tell them to get out of debt and sell anything they can sell (and don’t need) in order to get liquid. Tell them that Richard Russell says that by the end of this year they won’t recognize the country. They’ll retort, « How the dickens does Russell know — who told him? » Tell them the stock market told him.

    …Just as for years I asked, cajoled, insisted, threatened, demanded, that my subscribers buy gold, I am now insisting, demanding, begging my subscribers to get OUT of stocks (including C and BYD, but not including golds) and get into cash or gold (bullion if possible). If the two Averages violate their May 7 lows, I see a major crash as the outcome. Pul – leeze, get out of stocks now, and I don’t give a damn whether you have paper losses or paper profits!

    Pretty powerful statement. I have followed his writing for quite some time and can tell you that he is one of those old wise voices that may not time events perfectly but is almost always on the right side of them. He knows that all is not well beneath the façade.

  55. Bonjour à tous moi qui trade depuis trois ans je viens de lire un peu le début de vos réponses et un peu la fin, je suis perplexe en vous lisant, dîtes moi comment l’indice du CAC40 vas monter, s’il ne peut descendre ça va être l’étouffement plus de marge de manoeuvre donc abandon momentané pour toutes les positions short et bullit. Bref c’est un peu comme un patron qui aurait une centaine de camions qui reste au dépôt, je sais bien que l’on est en France mais quand même.
    D’ailleurs les traders l’on bien compris le CAC40 est descendu de -2,92% rien que pour aujourd’hui quant à demain matin il est certain qu’un gap va plomber le marché, en somme l’effet inverse pour
    sauver l’euro et les liquidités en général. Heureusement je vis en suisse et là les instruments financiers dieu sait que l’on a plus besoin d’en inventer tellement il y en a. En bref je souhaite bien du plaisir à Mme Merkel et à ses stratèges. Jack.

    1. Je dois dire que je me soucie du CAC40 comme de Colin-Tampon. L’économie réelle est ce que l’on doit sauver, pas les casinos.
      Profitez bien de vos trades, il se pourrait que même en Suisse on s’en lasse prochainement.

    2. je ne vois aucun inconvénient a ce que Lagardère, Bouygues, Danone, Total, Carrefour, ou Renault se cassent la gueule et débarrassent le plancher.
      Ok quelques emplois a remplacer, mais aussi quelques suicides en moins chez FT, quelques avions de chasse en moins chez Kadaffi ou je ne sais quel dictateur, quelques voitures en moins sur les routes, etc…
      Il ne faut pas oublier la manière dont ces entreprises font du profit. Ce n’est plus l’innovation technique depuis longtemps.
      Ce sont les « externalités » (=refourguer certains coûts cachés à d’autres en douce, du genre, refourguer le cout de la pollution dans les rivières ou les pays pauvres, ou les pénuries de ressources a nos descendants), les niches fiscales, les lois, l’exonération de charges sociales, l’évasion fiscale.

      Il faut savoir dans quel monde on veut vivre.

    3. l’économie réelle est ce qu’on doit sauver. Oui, mais c’est un peu tard pour y penser. Il ne reste plus grand chose comme industrie en france. Et c’est pas un problème de casinos, parce que le casino français ou allemand, c’est un peu kif kif. Mais pas l’industrie.

      Supprimer le casino. Ben oui, mais alors qui finance l’économie réelle ? Le casino d’aujourd’hui fait plein de trucs peut être inutiles, mais c’est quand même lui qui finance l’économie réelle.

    4. Avant de supprimer le casino, ce à quoi les gens raisonnables aspirent, il faut déjà DECOUPLE le besoin de financement de l’économie réelle à la source qui est la finance. La nationalisation du secteur bancaire peut y contribuer.
      Mais si vous fermer les casinos avant le découplage, alors cela sera un CHAOS absolu.

  56. Autant je suis contre l’interdiction inutile de vente à découvert, autant je suis pour la taxe Tobin que A Merkel vient de relancer.

  57. Les ventes à découvert permettent de réguler le marché car il permet :
    – d’éviter les bulles haussières sans fin en permettant de se positionner au « top » supposé par le spéculateur. Les hausses sont donc régulées par des mouvements de baisse plus profonds.

    – de permettre des rebonds lors de baisse des marchés (un vendeur à découvert en position devient obligatoirement un acheteur). Les baisses ne répondent pas seulement à la vente panique des anciens acheteurs : les « vadeurs » achètent et créent donc des rebonds pour prendre leur bénéfice. Ces rebonds n’existeraient pas sans eux.

    Cela a été observé dès la fin du 19è siècle en France…
    Il ne faut donc pas confondre l’effet de levier (qui permet de spéculer sur ce que l’on a pas) et la vente à découvert qui n’est qu’un achat à l’envers.

    1. Vous vous rendez certainement compte en écrivant ceci que vous faites de la justification a posteriori à partir de conséquences qui ne se matérialiseraient justement pas si les ventes à découvert étaient interdites. En somme vous nous dites : « ça fout le bordel, mais comme ça permet aussi de réparer, laisser nous jouer en paix ». Certains ont la candeur de penser qu’il vaudrait mieux vous retirer les jouets.

Les commentaires sont fermés.