« Renforcer la « gouvernance » économique dans la zone euro »

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Je viens de lire le document publié le 10 juin par la Banque Centrale Européenne, intitulé – je traduis de l’anglais : Renforcer la « gouvernance » économique dans la zone euro.

Wolfgang Münchau, le chroniqueur du Financial Times, écrivait hier à son sujet : « Si des sanctions, ça ne marche pas, alors, c’est sûr, des tonnes de sanctions, ça ne marchera pas non plus ». On ne pouvait mieux dire.

L’image qui me vient, c’est celle du pion chahuté qui, tandis que les avions en papier se croisent dans l’espace aérien au-dessus de sa tête et que s’amplifie autour de lui une sarabande infernale (« On se croirait en république ! », s’écriait dans ces cas-là mon instituteur – la scène, il faut le dire, se passait dans une petite nation monarchique), révise avec application son barème de punitions.

Lors d’une réunion la semaine dernière, interrogé à propos de l’espérance de vie de la zone euro, j’ai répondu : « Entre trois semaines et trois mois ». Le document Renforcer la « gouvernance » dans la zone euro ne m’encourage pas a modifier mon pronostic.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

81 réflexions sur « « Renforcer la « gouvernance » économique dans la zone euro » »

  1. On notera le joli shémas récapitulatif page 13.
    Typiquement le type de shémas parfaitement adapté au « génie logiciel » en informatique. J’ai déjà remarqué que l’UE êtant une grande adepte de ce genre de « logiciel ».
    Bizarrement, on pourrait croire que ces mutliples shémas parfois extrêmement complêxes ne servent finalement toujours qu’à une chose: organiser l’incompétence politique européenne !

    Autre tare typiquement UE-péenne, l’emploi abusif comme synonyme d' »europe » et d' »européen » des mots « communauté », « communautaire », etc.
    Bizarrement, j’ai toujours été profondément allergique personnellement à ce champ lexical-là ! Qui est une déviance dramatique tyiquement germanique du concept européen d’origine. C’est à dire l’europe politique !
    Désolé pour nos amis belges lesquels se reconnaîtront sans peine dans ce foutoir à la limite de la xénophobie qui organise également leur propre pays. Lequel pays, allez savoir pourquoi, est justement réputé être le laboratoire de l’Europe !

    J’en ai assez d’avoir mal à ma République.

    1. Yvan, vous vous dites breton je crois ?

      Contrairement à une idée reçue, les « bretons » et les « corses » dans un genre un peu différent ont toujours très bien su trouver leur place au sein de la République. Quant au régime de bananes, sauf à considérer qu’Edouard Leclerc ait fait ses classes à l’United Fruit Company, ce serait assez paradoxal, non ? Hmmm ?

    2. Ken Avo.
      Nous avons toujours très bien su trouver notre place dans la République, en effet.
      Dommage qu’elle n’ait pas su trouver la sienne…
      Mais je jette la pierre à un bouc-émissaire, rien de plus ni d’autre. Au vu de la contagion mondiale de la finance.

      Monsieur Leclerc vaut bien un Mulliez… Des purs fruits du commerce. Avez-vous remarqué, cher voisin, que les rayons de fruits et légumes n’avaient plus aucune odeur, cela dit..??

    3. Juste un détail : depuis trois mois est apparu un vigile avec chien à l’entrée de mon Leclerc local…

      Sans vouloir entrer dans la glorification de notre région, cela m’a un peu choqué car vous qui vous dites Breton, et si vous habitez hors grande ville, vous devez savoir qu’il est inutile, chez nous, de devoir verrouiller une voiture même la nuit.
      A moins que j’ai la chance de vivre dans un quartier et une ville qui sont particuliers, voire qualifiés d’ « extraterrestres », vous devez savoir de quoi je parle… peut-être pas une certaine mentalité, mais, en tout cas, une mentalité certaine.

  2. @ Monsieur Jorion,

    « Entre 3 semaines et trois mois »

    Et ensuite ? Quel serait le ‘tableau’ concretement, dans nos quotidiens ??

    Je pense que cela doit intéresser beaucoup de gens……………

    Merci de bien vouloir donner une idée de ce qui nous attend.

    1. Vous ne trouvez pas que vous un peu abusive là?

      Vous ne trouvez pas déjà que Monsieur Paul vient de dynamiter les ponts après y avoir foutu le feu et qu’il est entrain de finir les restes à la hache?

      Jorion, c’est pas une marque de GPS quand même. Vous souhaitez en plus, qu’il vous prédise à quelle heure vous rencontrerez le grand amour sur la route de détours?

    2. Ce qui nous attend, je ne sais pas.

      Ce qui sera possible de faire, s’asseoir, prendre un peu de repos à l’ombre des arbres, parler et essayer de reconstruire un monde (le nôtre) sur d’autres bases.

    3. Faites gaffe, Laurence,

      Si vous parlez à Paul comme à un grand mamamouchi divinatoire, le blog va passer de
      « N°1 de l’économie », à « suspecté d’activités sectaires »…..

    4. @ Kerjean,

      vous êtes modérateur?

      Des questions il eut fallu en poser BEAUCOUP plus et BEAUCOUP plus tôt.

    5. En fait Laurence,
      Je pense que nous vivons dans un monde qui n’existe déjà plus…
      Pour le reste, il nous appartiendra de le définir dans les intuitions qui nous viendront. Probablement, qu’il nous appartiendra de rejoindre des groupes selon nos « affinités électives ».

    6. votre interrogation est légitime Laurence, on peut s’attendre comme le disait François Leclerc il me semble, à voir la zone euro se scinder en plusieurs parties, il y aurait la zone de « l’eurofranc » et celle de « l’euromark », mais nous n’en sommes pas encore à ce stade. Il ne faut pas prendre toutes nos craintes pour des réalités, ni nos désirs d’ailleurs.
      bien cordialement.

  3. Je remonte à peine sur ma chaise tout groggy d’être violemment tombé après avoir lu cette conclusion.

    Pour le coup, voilà un pronostic qu’il n’est pas jésuitique du tout.

    1. Oui, j’ai plus de mérite parce que la table des 7 c’est plus difficile que la table des 6. Tenez, 7 fois 8 par exemple, avec des centimes, le sac de patates à glisser dans le cabas, et tout et tout. Pendant ce temps là, chaudes effusions à la télé, on dansait dans les couloirs, « ça c’est bien passé » ! Vive la monnaie nouvelle, elle est belle ! Y’a personne dessus, pas un portrait, pas un symbole, rien, pas un souverain, pas un « à mes fidèles sujets, salut », rien des fils dedans pour pas qu’on copie, y’aura pas de copie, une monnaie moderne qu’on nous a dit.

  4. Pour le moment, la zone Euro ne tient que par un fil, la volonté politiqe. En ce qui concerne les motivations économiques, tous les raisonnements conduisent à la conclusion qu’il est urgent de sortir de l’Euro et de revenir aux monnaies nationales. Malheureusement, avec une construction européenne fort peu démocratique, j’ai peur que le politique impose la monnaie unique par la force et la désinformation de longues années encore. Les Européens ont dèjà accepté la montée de la pauvreté et du chômage de masse sans se révolter, je ne vois pas pourquoi ils le feraient dans un futur proche.

    1. Ce fil n’est pas tissé de l’étoffe dont sont faits nos rêves, mais de nos économies et de celles que nous aurions pu faire, et nos enfants aussi, si…

      Je ne suis pas le chantre des « économies » mais qu’elles ne soient pas (ou plus) possibles augmente l’endettement.

  5. Bonjour,
    Votre pronostic fait un peu peur, surtout que comme un idiot, je n’ai pas planté de pommes de terres, et que mes tomates ne poussent pas bien.

    Enfin, ce sera peut-être l’occasion de nous débarrasser de ces vilains jetons et créer enfin une monnaie qui soit un véritable bien public ?

    Ma génération de trentenaire est très impatiente d’avoir un projet pour lequel se démener ; il nous manque sans doute un programme et peut-être quelques leaders visionnaires, mais l’énergie est là, disponible.

    1. Votre dernier paragraphe a de quoi inquièter; l’attente d’un « Leader » se termine généralement par l’arrivée d’un Godot, quand ce n’est pas d’un « Fürher ».

      Les solutions, si elles existent, ce qui me semble assez improbable, doivent venir de chacun et non de quelque Wizard of Oz fantasmé.

      « Ne compter que sur ses propres forces », proclamait le dernier Grand Timonier du siècle passé.

    2. Je suis bien d’accord avec votre point de vue Etienne. Le prochain leader ne sera pas forcément sympathique.

      Cela dit, en France, rien n’avance sans un leader populaire, qui fédère. D’ailleurs depuis De Gaulle, il n’y a eu personne à rassembler plus de 60% des gens. C’est peut être pour cela que tout est déprimant depuis la fin des années 60.

      Il nous manque un Zidane politique !

    3. Comment, pas de grand Leader?
      Mais ‘le Chi’ a pourtant bien rassemblé 82% des suffrages sur son nom en 2002, non? 😀

  6. Monsieur Jorion, vous allez me donner l’impression que vous désirez que je perde mon pari, soit que j’offre une choucroute à BA… blagapar,

    Vu la situation économique qui a un peu de mal avec ses dettes (d’où montée de nationalisme, régionalisme, protectionnisme, individualisme, extrêmisme, radicalisme)
    Vu une Europe qui a la bétise de son intelligence en étant une union de diversités provisoirement définitive…
    J’aurais tendance à penser que je vais être obligé de vous offrir aussi une choucroute.
    Uber… (sorry, I don’t speak english in EuroZone 😉 )

    Mais, donc, l’Europe sera contrainte et forcée de se le faire à l’américaine.. (et non l’Armoricaine comme notre sauce délicieuse qui accompagne si bien le homard)

    Vous savez comme moi qu’un éclatement de la zone Euro, ou même, seulement l’hypothèse de projet de brouillon de début de sortie d’un seul des pays de l’Euro coulerait TOUTE la zone.
    Donc : acte. Même si contraint et forcé.

    1. Tiens, d’ailleurs, ça me fait revenir à l’esprit que j’avais évoqué une course au pouvoir du nerf de la guerre en zone Euro…
      Et bien : on constate…

    1. His pseudo is english, my friend. (friande, pardon)

      I translate for you : sun of the sleep less.

      Bref, en gros, le manque de sommeil devrait le pousser à mettre de l’écran total. Mais ce n’est que mon avis.

    2. Krupps. lol.
      Siemens et BASF sont des entreprises que je torture régulièrement. Mais qui sont plus performantes que leurs homologues françaises… 🙁

      Piotr, faut que je te fasse un aveu : le métal, je ne le connais que sous forme non sonore… Quoique, quand on l’usine, rien que le bruit et les vibrations t’en apprennent plus que toute théorie d’école.
      Il est important d’écouter. Et/ou de lire. Mais écouter déjà les anciens, ceux qui ont bien ou mal vécu, ceux qui sont bons ou mauvais, t’en apprend sur ce que tu n’as pas vécu.
      Enrichissement non matériel. Et donc, fondamental.
      J’en profite pour te tirer la langue :-p

  7. « Entre trois semaines et trois mois », soit début août, c’est à dire juste apès que les principaux pays n’aient pas pu refinancer leurs dettes (voir, dans le dernier livre de J. Attali, les tableaux correspondants)

    ou « trois semaines » = Jorion pessimiste et « trois mois » = Jorion optimiste ?

    A moins que ce ne soit le contraire.

    Bonnes vacances d’été à tous !

    1. le 16 septembre 2010, c’est un jeudi ; c’est bien le jeudi pour une journée noire, c’est souvent le jeudi qui est noir en finances !
      le « retour du jeudi », ce sera peut-être la semaine des 4 jeudis ! 😉
      (il est marrant karluss)

  8. Je reviens, encore une fois, sur l’emploi du terme « gouvernance ».

    Cela veut dire, EXPLICITEMENT, que le citoyen, électeur, contribuable, etc. n’a plus rien à dire et que nous sommes tous entrés dans l’ETAT D’URGENCE.

    1. Gouvernance : Action de sous-traiter toutes actions/ambitions politique à des technocrates non élus. L’emploi du mot gouvernance par les élites signifie l’apogée de notre civilisation, soit la chute prévisible et inexorable du capitalisme qui finira de manière non démocratique puisque ce système n’a rien de « naturel » et qu’il nous fût imposé à la base.

  9. Comment annoncer vos prédictions à mes proches allemands, espagnols, italiens et tous les autres européens avec qui je me sens solidaire et peut être bientôt solitaire ?
    Info en direct de Madrid, hier : les terrasses sont pleines, les appartements sont en vente, c’est le moment d’acheter, des chinois apparaissent discrètement …….
    Ceux qui sont à plaindre sont toujours les mêmes, pas de soucis pour les autres.
    Cultivons nos jardins, du moins ceux qui le peuvent.

    1. Quelques chiffres sur l’Espagne:

      La dette des 17 Autonomies espagnoles a augmentée de 28,4 % depuis un an et bat un nouveau record: 94,6 Mds €. La Catalogne avec 25 Mds est la région la plus endettée.

      La dettes des villes a augmenté de 15 % dans la même période et se situe à 36 Mds €

      http://www.cotizalia.com/noticias/deuda-dispara-primer-trimestre-vuelve-batir-20100618-53967.html

      En Espagne, le secteur immobilier doit aux banques 449 Mds d’€ (45 % du PIB) et la dette, dans les derniers 12 mois à été réduite uniquement de 0,3%.

      http://www.cotizalia.com/en-exclusiva/banca-atraganta-ladrillo-deudas-bajan-323000-20100621-53999.html

      La dette de l’Etat a augmenté de 100 Mds € en un an et elle aujourd’hui de 486 Mds €. En 2010 l’Espagne devra emprunter entre 200 et 250 Mds €, mais si les dettes des Autonomies et celles des villes continuent de progresser comme au premier trimestre, le chiffre montera à 300 Mds €.

      Et le gouvernement, pour des raisons politiques (il est au pouvoir grâce à un parti catalan) ne parle pas de plan de rigueur pour les Autonomies, qui coûtent plus de 100 Mds € par an à l’Espagne.

      http://www.cotizalia.com/disparate-economico/subida-imparable-coste-volumen-deuda-20100621-3242.html

  10. Les sanctions cela me fait penser à une récente loi de N Sarkozy(forcément):ne plus donner d’allocations familiales aux parents d’enfants qui brossent les cours…comme si cela allait changer quelque chose, si justement cela va rendre les parents deja pas bien riches encore plus pauvres et ensuite l’effet domino…..c’est un peu pareil..madame Merkel va prendre sa latte ou son fouet, demander le journal de classe et y mettre une note au marqueur rouge à faire signer par les parents….

    1. Encore une idée géniale d’un député UMP, sortie du chapeau sans doute, en tous cas sans aucune connaissance du dossier comme la semaine des 4 jours à l’école, que de l’électoralisme stérile au raz des paquerettes et quels impacts !
      Le Monde du 18/6 « Suppression des allocations familiales : la fausse bonne idée »
      http://lemonde.fr/idees/article/2010/06/18/suppression-des-allocations-familiales-la-fausse-bonne-idee_1375006_3232.html
      Extraits :
      « Cette idée a été reprise au Canada, au Royaume-Uni ou en Belgique »
      C’est facile de copier/coller, mais svp, intelligemment.
      « Ces politiques se sont cependant révélées infructueuses ». CQFD & factuel.
      « Tous ces dispositifs récemment créés ont-ils été évalués ? »
      Tout à l’avenant et tout cela « c’est juste »

    2. Est-ce que bien sûr, les logiciels de la vie scolaire, utilisés dans les collèges et lycées, sont encore et toujours programmés pour enregistrer comme 1/2 journée d’abscence, tout retard de plus d’1/4 d’heure à la première heure de cours de chaque demi-journée ?

    3. @Cécile
      Je ne suis pas enseignant mais mes petits enfants pratiquent la semaine de 4 jours.
      Il paraît que c’est dans l’intérêt de l’industrie du tourisme, mais que pour une partie des français qui disposent d’une résidence secondaire sans doute, ditto les vacances d’hiver pour encourager l’or blanc et là il y a encore moins d’élus.

  11. Vous dites que l’espérance de vie de l’Euro est de 3 semaines à 3 mois, et selon le Telegraph, la France et l’Allemagne étudieraient la possibilité de créer 2 zones Euro : l’une qui regrouperait la France, l’Allemagne, la Hollande, l’Autriche, le Danemark et la Finlande, l’autre zone Euro qui regrouperait les pays du sud (Grèce, Espagne, Portugal, Italie…) et l’Irlande. Pensez-vous que cette information est crédible ? Qu’en pensez-vous ?

    1. Si crédible, je plains ceux qui seront en première division …récession assurée avec les allemands…ou se situerait la Belgique ou ce qu’il va en rester, euro 1 ou euro 2?

    2. La Belgique a une dette un peu plus élevée que ses pays voisins, mais est fiscalement dans une meilleure posture, et n’a aucun problème dans le secteur immobilier….

  12. Pourquoi, ce document qui concerne plus particulièrement les états de l’eurozone est-il en USAméricain ?
    Existe-il tant de pays de l’eurozone qui soient anglophones ?
    Ou l’eurozone se comporte-t-elle de fait comme une entité géographique revendiquant de sa propre volonté, le si profond, si puissant désir d’être enfin colonisée ?

  13. L’euro est un peu comme un soldat qui dispose encore d’une seule grenade ….il l’utilise (la fait exploser) seulement en dernier ressort et il ne compte pas mourir avec la grenade en poche….

  14. Highlights from an interview by Meredith Whitney currently on CNBC (full interview to be posted later):

    •A double dip in housing is a certainty
    •State economies are plunging, and are $200 billion underwater, will lead to 2 million in state-level layoffs leading to a low-end impact; raising taxes at state level will impact the top-end
    •Retail sales have been stronger only due to consumers not paying mortgages, retail sales have already topped as is
    •Q2 bank results will finally catch up with accelerated mortgage foreclosures; charge-offs and delinquencies in credit cards are better due to mortgage non-payment cash flow going to other obligations, and this will soon top as well
    •Structural employment issues in the US won’t get better any time soon

    http://www.zerohedge.com/article/meredith-whitney-no-doubt-we-have-entered-double-dip-housing

  15. Le président russe Dmitri Medvedev a déclaré samedi craindre une deuxième vague de crise financière et répété que son pays était inquiet pour l’avenir de l’euro, une devise qui représente plus de 40% des réserves de la Russie.

    « Nous craignons une deuxième vague de crise », a-t-il déclaré dans un discours concluant la quatorzième édition du Forum économique de Saint-Pétersbourg.

    « Nous avons très peur pour la santé de l’euro. Nous lui souhaitons un prompt rétablissement car c’est aussi notre devise. Ce n’est pas seulement la devise de l’Union européenne, c’est une devise que nous utilisons car c’est une monnaie de réserve », a ajouté le président russe.

    Les autorités russes suivent « de près les discussions dans l’Union européenne, nous mesurons tous le pouls de nos propres économies, nous étudions les tendances, regardons comment se comportent les devises étrangères », a-t-il ajouté.

    lien : http://www.lemonde.fr/depeches/2010/06/19/la-russie-inquiete-pour-l-avenir-de-l-euro-medvedev_3214_236_42768996.html

  16. Ce qu’on pourrait penser de l’article de Wolfgang Munchau est que tout est entre les mains des pays fourmis, principalement ou en résumé : L’Allemagne.

    Wolfgang Munchau indique que l’intérêt long terme de l’Allemagne pourrait être de jouer les sauveurs, par exemple de l’Espagne. Je n’en suis pas si sûr, car quitte à dépenser de l’argent, à la place de Madame Merkel, je serais tenté d’investir à l’Est, en prêtant de l’argent qui me reviendrait inéluctablement sous forme de commandes de biens d’équipements.

    Que faire : investir chez de futurs clients ou bien tenter de sauver d’anciens clients devenant moins solvables ?

    Après tout on reste en Europe, et l’on comprend mieux pourquoi Madame Merkel tient à l’avis de 27 plutôt que de 16.

    Et l’Euro ? – je prends un Joker (ou plutôt, je rends la main à Wolfgang Munchau).

  17. Cher Paul,

    Si vous avez quelqu’un dans votre entourage qui parle allemand, je vous recommande la lecture de cet entretien du Sueddeutsche Zeitung avec Sven Giegold, d’Attac Allemagne. Il y explique le desarroi des deputes europeens qui, au sujet de la reglementation financiere, n’ont pas d’autre expertise que celles des banquiers. Il y relate notamment que sur les 1600 amendements proposes pour la directive sur les hedge funds, 900 ont ete rediges par les banques.
    http://www.sueddeutsche.de/geld/interview-mit-sven-giegold-eine-unglaubliche-lobby-schlacht-1.962829

    Les deputes europeens demandent la creation d’une organisation, composee d’ONG/fondations/experts independants, pour faire contre poids (cette fois ci en anglais)
    http://www.finance-watch.org/

    1. Je pense que c’est devenu une pratique courante que les lobbys apportent une solution clés en main aux décideurs qui sont justement demandeurs puisqu’ils deviennent en fait de moins en moins compétent vu la complexification croissante précisément organisée par les lobbys !

  18. LA GROSSE INFO DU JOUR :

    AFP le 21/06/2010 à 12:13
    Les députés européens appellent à créer un « Greenpeace de la finance »

    Des députés européens ont dénoncé lundi la trop grande puissance des lobbys du secteur financier, appelant à créer un contrepouvoir sous forme d’une ou plusieurs organisations non-gouvernementales, qui formeraient une sorte de « Greenpeace de la finance ».

    Nous « constatons tous les jours la pression exercée par l’industrie financière et bancaire pour influencer les lois qui la régissent », notent-ils dans un appel publié sur internet (http://www.finance-watch.org/).

    « L’asymétrie entre la puissance de ce lobbying et l’absence de contre-expertise nous semble un danger pour la démocratie », préviennent-ils.
    //…
    « Cette asymétrie constitue à nos yeux un danger pour la qualité des lois », dénonce encore le texte, d’autant qu’elle « s’inscrit dans un contexte de forte proximité entre élites politiques et financière » qui « contribue à renforcer la prise en compte des arguments de l’industrie financière ».
    //…
    ____________

    il faut se rendre compte de quoi il s’agit :

    des élus européens qui lancent un appel au secours en direction des populations civiles
    pour prévenir que la démocratie est en danger face à la puissance de lobbies financiers
    et ceci dans un contexte de forte proximité entre élites politiques et financière.

    Pervenche Berès et Eva Joly font partie des 1ers signataires.

    Quand on sait qu’il s’agit là d’élus et que le texte est forcément modéré par les contraintes du politiquement correct,

    vous pouvez imaginer la gravité réelle du problème ;

    vous pouvez imaginer ce qu’ils révèleraient s’ils pouvaient se lâcher sans crainte de représailles !!!

    1. Le banquiers signent des chèques ? Eh bien, les députés Européens n’ont qu’à voter des lois Na !

    2. Et en plus j’aimerais bien les noms de ceux qui se laissent acheter (même si cà ne doit pas sortir des vestiaires).

    3. A-t-on le droit d’assimiler lobby à corruption de la représentation démocratique?
      C’est à craindre!
      C’est bien la base des théories conspirationnistes.

    4. Que ce ne soit surtout pas un genre de Greenpeace. Ils travaillent en fait pour eux-mêmes et n’ont rien d’altruiste dans leurs actions. Du vent !

  19. A défaut de gouvernance économique de la zone Euro ou au deaà , on ne peut pas dire qu’il y ait actuellement de par le monde aucune élection majeure qui laisse émerger une force politique d’avenir .

    Après l’Angleterre , l’Allemagne , la Belgique , les polonais n’ont pas offert , pour la seule Europe, l’occasion d’un débat qui permette la mise sur l’agora publique de nouveaux concepts structurants, tant sociaux qu’économiques .

    Si devait revenir à notre pays le mérite de cette première naissance , et si les coups de mou de l’Euro en était le prix à payer , j’aimerais bien que l’hypothèse longue de trois mois soit portée à 20 mois . Pour créer l’ambiance et chauffer la salle …

    1. Juan, pardon de décevoir, mais… on ne change pas une équipe qui gagne…

      Et puis… ce serait oublier le passage à l’extrème-droite de la Hollande. Il y en aura d’autres..

    2. Face aux désastres économiques et sociaux qui approchent, la gauche réformiste en proposant de réguler et réformer le système, en refusant d’offrir une alternative au capitalisme, se comporte comme à Munich.

      Elle recule devant la nécessité d’appeler un tigre un tigre et de l’affronter pour s’en débarasser.

      Les succès de l’extrême droite partout où frappe la crise ne sont que les marches en contre-allées dans le boulevard abandonné par la gauche réformiste rêvant des sièges dans la Gauche Solide Erre en 2012.

      Il faut espérer que l’arrivée au pouvoir des fascistes pour sauver le capitalisme dans un pays d’Europe ouvrirait les yeux et rassemblerait pour plus que des grèves à saute-mouton les yeux rivés vers le mirage des urnes.

      Il est encore temps des grands tous ensemble, pas pour l’illusion des urnes, mais pour affronter l’Etat, pour une révolution sociale et écologique.

    3. Pas forcément de l’extrême droite connueYvan.
      D’ailleurs les dictateurs commencent à gauche s’ils ne sont pas militaires lors du coup d’état qui les distingie de la plèbe molle.
      Voici certainement un héros issu de la noblesse de robe.
      ……………………Qui n’avait apparemment rien vu venir en tant que 1° ministre sous Chirak II:
      « Dominique de Villepin est de lointaine descendance aristocratique, issue de la noblesse de robe. Il est le descendant direct en 4ème génération de Marie-Eugénie de Blair de Baltayock, Baronne de Seewald (1815-1896) [1], et ancienne résidente du château de Châteauneuf-sur-Loire [2]. Le titre de baronne lui est hérité de son grand-père lorrain Alexis de Crolbois, anobli le 15 mars 1794 par François II, empereur du Saint-Empire romain germanique. L’anoblissement lui est accordé ainsi qu’à ses descendants des deux sexes selon la proclamation officielle… »
      Wiki.

    4. Je ne le sens pas trop comme tel, Tartar.
      Et pas seulement quand un journaliste lui pose la question : « avez-vous encore votre carte de l’UMP? » et qu’il débite une page de discours sans répondre…

      Le « titre » est peut-être plus une croix telle que peut l’être la beauté à la naissance…
      J’ai eu un collègue de descendance noble qui aurait aimé naitre gueux.

    1. Santini ( trés intéressant) livre un point de vue apparament pointu.

      En temps que cancre et feignant , j’eusse préféré , plutôt que de lire toute sa littérature, qu’il répondisse à cette question :

      « Quel pays accepterait de voir fondre comme neige au soleil une partie de ce qu’il a mis
      à gauche ? »
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Monnaie_de_r%C3%A9serve

      PS :J’imagine qu’il existe un dilemme, suivant le montant des réserves d’un pays donné ( réserves essentiellement en dollars ou en euros) .

      NB :Pause méditative :
      Imaginons une galaxie avec une multitude de monnaies d’échanges, mais où deux grandes monnaies ont cours : le « neureux , et le « nullard ».

      Imaginons le pays des spéculators , 400 milliards de réserve en neureux , 600 milliards de réserve en nullards.

      Quel est le meilleur parti en cas de crise , empêcher la baisse du neureux ou du nullard ?

      A priori , la défense de la plus grande partie du trésor semble la solution la plus optimale .

      Sachant que le « nullard » à quand même ,à terme, toute les chances de s’éffondrer , et commence à fatiguer la galaxie du fait de sa position dominante .
      Sachant que la montée d’un « neureux  » fort serait l’occasion pour bien des pays de la galaxie d’équilibrer la prédominance du nullard , qui se sert de sa supériorité et de son exclusivité pour vivre à crédit …

      Y’a t’il un médium dans la salle ?

  20. entre trois semaines et trois mois, en clair nous ne passerons pas la rentrée.

    un pays riche comme le nôtre…

    je ne vois même pas qui pourrait rafler la mise.

  21. Voulez-vous dire que la zônz euro va éclater … ou qu’il y aura 2 zones euro, ou encore que seuls les « canards boiteux  » ( sans jugement ni connotation péjorative de ma part ) vont devoir s’éjecter ?

  22. J’ai entendu la même chose dans le milieu politique très proche du Chi, l’euro pour eux va exploser.

  23. Je crois que vous sous-estimez la force idéologique de l’Euro. Quand bien même la moitié de la France serait dans la rue et la récession apocalyptique que je ne pense pas que nos politiciens et surtout nos médias (dont l’orientation idéologique guide ce que peuvent ou non dire nos politiciens) ne laisseront pas tomber cette vache sacrée.
    L’inanité économique de cette situation ne suffit pas à faire son inanité idéologique. Vous savez aussi bien que moi que pour les idéologues c’est toujours la réalité qui a tort. La faillite de l’économie risque de renforcer la foi de certains dans le système selon un processus qu’à très bien décrit Orwell.
    S’il y a un effondrement de la zone euro, ce sera dans des circonvolutions que je crains bien plus violentes, sur fond de révolution sociale.
    Et quel qu’en soit le prix économique, ceci risque de prendre plus de trois mois !

  24. naïvement je pensais un peu comme vous, me disant que la confiance ne se mesure pas qu’en terme d’argent, mais parfois de troupe: 150 000 troupes européennes au moyen-orient par exemple n’assureraient-elle pas la pérennité des oléoducs?

    ce qui suggère que l’hypothèse de monsieur jorion est l’hypothèse optimiste dans laquelle nous opterions pour une dangereuse paix souveraine aux prix d’une monnaie mh… d’asservissement à un style de vie?

    hypothèse qu’il n’a pas exclu de modifier dans les dernières lignes..

Les commentaires sont fermés.