L’actualité de la crise: à trop vouloir prouver…, par François Leclerc

Billet invité.

A TROP VOULOIR PROUVER…

Quand c’est parti en crabe, il est rare que l’on puisse remettre les choses d’équerre !

Au fur et à mesure que s’approche l’heure de la publication des résultats officiels des tests des banques, les fuites se multiplient. Une téléconférence de dernière minute entre ministres des finances pourrait même aboutir à une publication de ceux-ci plus tôt que prévu demain vendredi. Afin de ne pas laisser le premier mot à Wall Street et de permettre aux Bourses européennes de réagir en premier, est-il expliqué. A moins que cela ne soit pour éviter que ce secret difficilement gardé soit totalement éventé. Même à propos de l’heure de publication de ces résultats, les Européens n’arrivent pas se mettre facilement d’accord  !

D’autres informations corroborent les interrogations qui s’étaient déjà faites jour à propos de la qualité de ces tests, le FMI n’hésitant pas à mettre hier mercredi les pieds dans le plat à ce propos. Une manière semble-t-il efficace d’obtenir un peu plus de transparence dans ce monde décidément voué à l’opacité, même quand il prétend faire preuve du contraire.

Un document du Committee of European Banking Supervisors (CEBS) qui a – tout du moins officiellement – la haute main sur le processus, vient de confirmer que le risque de défaut partiel des obligations souveraines n’a pas été véritablement pris en compte pour effectuer les tests. La distinction entre Trading Book et Banking Book ayant été mise à profit afin de ne prendre en compte une décote éventuelle de ces obligations que si elles figurent dans le Trading Book. Alors qu’elles figurent traditionnellement et pour l’essentiel dans le Banking Book des banques.

Sous la pression des milieux financiers, un questionnaire du CEBS daté du 15 juillet a été envoyé aux banques testées afin qu’elles produisent un relevé détaillé de l’imputation des obligations souveraines qu’elles détiennent dans les deux cas, mais rien n’est moins sur que la publication de leurs réponses.

D’autres informations parues ce jeudi matin dans le journal espagnol El Economista laissent encore plus rêveur. 8 banques et 19 caisses d’épargne ont été testées. Mais la Banque d’Espagne aurait donné son accord pour que les 10,2 milliards d’euros du fonds du Frob (le fonds d’aide aux banques) injectés dans les établissements soient pris en compte dans le calcul de leurs fonds propres de première catégorie. Or, il s’agit de prêts !

Tout semble avoir été fait pour que l’Etat ne soit pas dans l’obligation de financer des recapitalisations, alors que les 12 milliards du Frob ont été presque entièrement utilisés, impliquant qu’il se retourne vers les marchés ou qu’il demande l’activation du plan de stabilisation financière européen, toujours pas opérationnel. Pour mémoire, RBS avait estimé que 50 milliards d’euros devraient être consacrés à la recapitalisation du système bancaire espagnol, UBS aboutissant au même ordre de grandeur.

Déjà confrontés à l’impossibilité de mesurer le risque de défaillance des banques prises une par une, pour ne pas parler du risque systémique propre au système bancaire lui-même, qu’aucun modèle ne permet d’estimer, les autorités ne se résolvent pas à utiliser les pauvres outils dont elles disposent et biaisent de toutes les manières possibles.

Il devient de plus en plus difficile de répondre à la question : qui vont-elles tromper ? Il est par contre de plus en plus impressionnant de constater qu’elles en sont réduites à de telles grossières manipulations. Serait-ce l’habitude dans le monde financier, la nouveauté étant que l’on s’en aperçoit ?

Partager :

67 réflexions sur « L’actualité de la crise: à trop vouloir prouver…, par François Leclerc »

  1. « Mais la Banque d’Espagne aurait donné son accord pour que les 10,2 milliards d’euros du fonds du Frob (le fonds d’aide aux banques) injectés dans les établissements soient pris en compte dans le calcul de leurs fonds propres de première catégorie. Or, il s’agit de prêts !  »

    C’est pas complètement idiot. Il s’agit en réalité de dons. 🙂

    1. M’enfin, Moi, tout est pourtant bien clair :

      Pour parer à la menace de l’immonde big-blank, qui sous ses doigts, rétréci le cosmos sous l’effet du tombovirus, Shadoko prouve que pour sauver les Shadoks, il suffit de regonfler le cosmos, en pompant, naturellement, et il ressort alors la vieille cosmopompe qui pompait le cosmogol au tout début de notre histoire.

      Juste un petit complément (lumineux) pour notre hôte Aristotélicien :

      « Une des dernières idées de Shadoko fut le traité de causologie universelle : J’appelle cause, tout instrument, animal, ou légume raisonnable et qui fait de l’effet. J’appelle effet, l’intégrale des différentes différences entre une entité réelle, ou imaginaire, et qui remue, et ce qu’elle remuerait ou ne remuerait pas si elle n’avait pas de cause. Découpez une belle tranche d’effets et farcissez en la cause. Alors tout se complique. Car en effet, l’effet fait le même effet à la cause, que l’effet que la cause lui a causé par le fait.  »

      Un petit a-parte pour François Leclerc (dont je partage l’optimisme) :

      Puis voyant que les efforts des Shadoks pour regonfler le cosmos était un échec, Shadoko prononça ces paroles historiques :  » Alors tout est foutu  »

      Source :
      http://www.lesshadoks.com/index2.php?page=27

    2. Shadokos n’aurait-il pas le plus grand mal à se débarasser d’un tic? Celui de passer son temps à dire, contre vent et marée, de manière subliminale à son cher cosmos shadokien: « Je vous ai compris!!! ». En tout cas: je m’interroge…

    3. Sur le scandale des tests des banques espagnoles, un article cinglant (en espagnol) du très lucide Marc Vidal dans sa rubrique « Sortie de secours »:

      « En somme, c’est si scandaleusement ridicule que ça devient une insulte à l’intelligence. C’est clair qu’avec des actifs surévalués et des crédits « ponts » notre situation financière apparente et ponctuelle est plus que bonne alors qu’en réalité est une souveraine merde [soberana mierda] »

      http://www.cotizalia.com/salida-emergencia/pagar-20100723-3621.html

      Pour les hispanophones, son excellent blog économique:

      http://marcvidal.cat/

  2. Les vacances aidant, l’objectif de montant mensuel des donations à Paul Jorion est loin d’être atteint alors que son terme approche. Un petit rappel est-il inconvenant ?

    1. @ François Leclerc,

      SDF+RSA=pas de sous, même la connexion se mendie, et oui, il y a de tout ici…un monde.

      Mesdames et messieurs les mieux lotis, une contribution suplémentaire alors, « je » vous prie,
      évitons à Paul ces tracas matériels, ne lui coupons pas les ailes

      Belle journée

    2. Bonjour M. Leclerc,

      le montant des donations aujourd’hui est très inférieur à un 22 du mois normal ?

      je ne me rends pas compte de l’historique …

      merci

  3. A TROP VOULOIR GAGNER SUR LES MARCHES VERS QUOI CONDUISENT-ILS LE MONDE ?

    Les points de vue sur la crise comme sur l’univers sont nombreux et immenses à chacun son monde et qui vont-ils encore tromper ? Qui vont-ils encore corrompre et acheter dans des chateaux et bien loin de l’opinion et du vécu de plus en plus douloureux des peuples ?

    La folie des grandeurs et du pouvoir des grands de ce monde dans des chateaux ou alors dans des lieux bien peu connus de tous à chacun son meilleur carnet d’adresse pour mieux faire encore partout des affaires d’hommes et d’argent en plus :

    http://tarotchoco.quebecblogue.com/files/2008/10/imagesagard1.jpg

    Quand on prend peu à peu conscience de cela, nous nous rendons mieux compte alors que nous sommes bien peu de choses pour ces gens là et au regard de toute l’histoire humaine comme de l’univers, prenons nous aussi de la hauteur et demandons-nous en toute conscience pourquoi les choses ne changent plus guère de nos jours dans les esprits comme dans les peuples …

    http://www.youtube.com/watch?v=7loDuK4kZwU&feature=related

  4. « Il devient de plus en plus difficile de répondre à la question : qui vont-elles tromper ? »

    Et si les autorités ne voulaient rassurer qu’elles-mêmes?

    « Tous les jours et à tous points de vue, je vais de mieux en mieux » méthode Coué

  5. En tout cas ont se rends bien compte que prêt au argent se confondent. De là a se qu’il faissent des prêts avec le l’argent pretté, puisque ceux ci sont considéré comme fond propres. Ont en revient toujours a la même question. C’est quoi l’argent 🙂 🙂

    1. @ Cedric,

      Un homme malade, se soigne différemment ici ou ailleurs,
      Un programme malade possède-t-il médecin, programmateur et sociolgue, capable de nous définir comme symptôme d’icelui?

      Un remède au chômage en voie de découverte derrière l’a-monnaie?

    2. Vincent Bénard, auteur de l’article que vous signalez, est le directeur de l’Institut Hayek, qui se revendique de la droite libérale et bien entendu de son mentor Friedrich Hayek (école Autrichienne).

      Ne pas confondre !

    3. Lorsque l’esprit de l’homme ou de l’humanité en finit par trop appartenir à une seule école de penser aussi rationnellle soit-elle par rapport à une autre, celle par exemple de la grande école autrichienne ou du commerce mondial pour beaucoup, est-il néanmoins encore possible de sécher les cours, il y a déjà tellement tant de premiers dans ce monde en pleine faillite morale je trouve.

      C’est sur afin de pouvoir mieux sauver sa vie et tous les honneurs matériels de ce monde, je conseille vraiment à tous de bien suivre jusqu’au bout le choix le plus rationnel et concret soit-il sur terre.

      Jean 12:25 Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle.

    4. @ F Leclerc.

      Je me doutais qu’il était assez libéral (voir discours).
      Mais même les libéraux mettent en avant le pb de modélisation financière et la sociabilisation des pertes……on progresse, non?

    5. « Mais même les libéraux mettent en avant le pb de modélisation financière et la sociabilisation des pertes……on progresse, non? »

      Sarko, cet autre libéral, a même aussi dit « j’irai chercher la croissance avec les dents » ou encore « travailler plus pour gagner plus ». On progresse, c’est clair.

  6. Bon papier ! Une petite remarque :

    « 8 banques et 19 caisses d’épargne ont été testées. Mais la Banque d’Espagne aurait donné son accord pour que les 10,2 milliards d’euros du fonds du Frob (le fonds d’aide aux banques) injectés dans les établissements soient pris en compte dans le calcul de leurs fonds propres de première catégorie. Or, il s’agit de prêts ! »

    Il s’agit d’argent tout de même, c’est à dire du cash, certes cher (environ 7% il me semble) mais du cash quand même. Non ?

    1. Dans l’état actuel des choses, il s’agit de prêts, donc destinés à être remboursés. Ils sont assortis d’un intérêt.

      Les comptabiliser dans les fonds propres est pour le moins tiré par les cheveux, même si la créativité financière dans ce domaine réserve de nombreuses surprises.

      La décision de la Banque d’Espagne n’aurait de sens que si les fonds du Forb avaient dès à présent explicitement vocation à être capitalisés par leurs destinataires. Ce n’est pas le cas, cela s’appelle un maquillage.

    2. Certes ces capitaux doivent être remboursés un jour ou l’autre mais comme c’est la BCE le prêteur je me dis qu’ils ne sont pas forcément très pressés de revoir leur argent… Mais il s’agit bel et bien de dettes et vous avez raison de dire que les comptabiliser comme capitaux propres n’est pas très rigoureux.
      La question que je me pose c’est : d’où vient cet argent ? planche à billet ou bien ?? Parce qu’après de rapides recherches j’ai lu que la BCE n’avait pratiquement pas de ressources (des recherches rapides, je précise…). Vu le graphe de l’euro j’aurais plutot tendance à dire planche à billet ! 🙂

    3. @François

      Ne pourrait on y voir une subtile, et nécessaire, anticipation de la divine transmutation de ces prêts du Frob en cocos, puis en participation de l’État ibère au capital de ses banques lourdement médicalisées et sous respirateur artificiel?

    4. @ Vigneron

      On peut effectivement le voir ainsi. Mais cette anticipation n’en reste pas moins une distorsion comptable.

      C’est comme HRE, en Allemagne, qui se déleste dans l’urgence d’un gros paquet d’actifs toxiques dans la structure de défaisance (bad bank) mise en service par le gouvernement. Les tests les prendront-ils en compte ou non  ?

    5. @François

      Des comptabilités non distordues ça existe? A part celle de l’apôtre Judas l’Iscariote, comptable de l’entreprise Christ vers l’an 0, et encore ça s’est mal fini, le principe de la comptabilité, c’est quand même de prendre des gens très droits pour faire des trucs très tordus…
      Un peu le contraire de la recherche mathématique! Sauf que les matheux tordus pondent souvent des modèles tordus…

  7. Après réflexion, et en lisant certains articles et commentaires du blog de Paul Jorion, il m’est venu à l’esprit une chose évidente. Voici l’axiome: autant la comptabilité est « statique » (= cliché à un moment T, en général, au 31/12…), autant la finance est « dynamique » (= le film de la suite des événements sur une période donnée, dont on mesure les varations, éternelles, par exemple sur un marché…). Le but de ces déclarations voulant avant tout et à tout prix indiquer qu’il y a « un pilote dans l’avion » à tous les passagers (même clandestins…), ne serait-il pas le signe même que l’on assiste à la plus vaste des manipulations? Dans le but, justement, si mon axiome est exact, d’inciter tous les acteurs, en les rassurant, à continuer à « jouer le jeux », en participeant à ladite dynamique financière, pour que le système en place « ne s’écroule pas »? Quant à mettre en cause « la mondialisation », soyons sérieux deux minutes: on n’a pas attendu la naissance de la Compagnie des Indes pour qu’il y ait des échanges commerciaux d’envergure à travers la planête. Comme vous le voyer au quotidien, heureusement que le monde politique existe: que serait-on sans lui…

    1. L’Europe a REUSSI que 51% soit mis en circulation pour sa valeur faciale… Ce qui est déjà un exploit et en plus, reste théorique.

      On va pas tuer la poule aux oeufs d’or, non plus…
      Peut-être que les quêtes marchent moins bien.

    2. @bruno

      « La vérité Tibère! » Caligula.

      « La vérité ibère! » Z(appat)ero.

      « La vérité obère! » MÔÔa. (double zéro circonflexé!)

    3. Voilà Mlle Vérité habillée pour l’hiver! De quoi renouveler notre désir vain de déshabiller cette nymphe barbare… Ne plus nous contenter de ses trompeuses exuvies et poursuivre la chasse.
      Ugh!

    4. Plus terre à terre: qu’est ce que le Vatican fout dans l’Europe ? un juriste!? une explication !? le ver est dans le fruit !!!

  8. Parce que le système politico-économique est (trop) corrompu et nous qui obeissons à ce système peuvent changer ce système si nous trouverons le courage de le faire, par:

    I. Dé-hiérarchisé l’économie et politque
    II. Quelle sont notre vrais priorités poltiques et économiques
    III. L’homme devient co-responsable de la sociète et lui-même.
    IV. Vaincre la peur de nous même et l’autre
    V. Le faire, chacun est entrepreneur à sa façon

    1. Merci!
      Le FMI confirme dans ce doc publié hier la révision de prévision de croissance à 1% pour 2010,
      et pour ne pas desespérer les marchés, à 0,15% de plus en 2011.

      En 24 heures, personne n’a fait l’honneur au FMI du moindre commentaire.
      A moins que la modération veille au grain…

  9. Info du jour:
    Lu dans l’Echo:
    La Chine est devenue le 1er dévoreur d’énergie en 2009 selon l’AIE.
    2.252 millions de tonnes d’équivalent pétrole. 4% de plus que pour les USA.
    Z’hou Xian a évidemment contesté les chiffres.
    C’est du côté du charbon qui représente 70% de la consommation d’énergie qui fait passer la Chine en 1er (1537 millions de tonnes consommés). Le pétrole lui, c’est toujours les USA qui est sur la plus haute marche.
    C’est l’industrie lourde qui mange le gâteau. Les citoyens restent bien en dessous, mais cela augmente.
    Mais, on investit le plus en Chine en énergie verte.
    Conclusion de l’article: La Chine est devenu l’acteur principal de la métamorphose géopolitique du monde.

    1. Et les responsables sont les cahiers des charges des multi-nationales et entreprises occidentales !
      C’est à dire Nous consommateurs de plus en plus pour toujours moins cher !

  10. A la question « que faire ? » de Peter ci-dessus et récurrente tous les jours,
    rappelons la déclaration de plusieurs dizaines d’organisations de la gauche radicale européenne:
    http://www.labreche.ch/Ecran/GreceDeclGRad04_10.html

    La conclusion:

    Nous avons besoin d’un programme de mesures qui puissent sortir l’économie de la crise sur la base de la priorité donnée aux besoins sociaux plutôt qu’aux profits et qui impose un contrôle démocratique sur le marché. Nous devons nous battre pour une réponse anticapitaliste: nos vies, notre santé, nos emplois valent plus que leurs profits.

    • Toutes les coupes dans les budgets publics domestiques doivent être arrêtées ou inversées: arrêt des «réformes» des systèmes de retraite; la santé et l’éducation ne sont pas à vendre;

    • Un droit garanti à l’emploi et un programme d’investissement public dans des emplois verts: transports publics, industries des énergies renouvelables et adaptation des bâtiments privés et publics pour réduire les émissions de dioxyde de carbone;

    • Pour un système bancaire et financier public unifié sous le contrôle populaire !

    • Les immigrants et les réfugiés ne doivent pas être les boucs émissaires de la crise: des papiers pour tous !

    • Non aux dépenses militaires : retrait des troupes occidentales d’Irak et d’Afghanistan, réductions massives des dépenses militaires, et dissolution de l’OTAN.

    1. Charles A., je crains le pire pour les manouches! Comme en Italie ou en Europe Centrale, ils ont les chiens policiers de l’abjection populiste aux fesses! Ils vont pas se laisser faire et c’est tant mieux…

    2. Cher Charles A. , je n’ai aucune raison de ne pas être franc avec vous, je n’arrive absolument pas à cerner comment un système tel que vous semblez le proposer peut arriver à fonctionner de manière pérenne, même après un délais d’adaption. C’est un fait, la situation a de quoi faire peur, en particulier sur le plan social, et pour chacun. Mais de là à proposer « le grand soir », sans proposition constructive, il ya un pas à ne pas franchir. Sur un plan économique: même si, par exemple, la masse salariale des fonctionnaires -je n’éprouve absolument rien contre eux-, au moins en France, est comptabilisée dans le PIB (à mon avis économiquement aussi absurde que d’y comptabliser la TIPP, la taxe sur les produits pétroliers, soit 80% environ du prix à la pompe, comme c’est le cas! Une taxe considérée comme de la valeur ajoutée, on marche la tête!). Je rappelle que le PIB est la somme des richesses crées dans un pays, et donc des valeurs ajoutées, ce PIB servant à financer tout, y compris les impôts, taxes, fonctionnaires, etc. Le problème est, à mon avis, de trouver un « dosage » optimisé afin que le système, dans sa globalité, tourne le plus rond possible, et pas carré. Je vais prendre la question par l’absurde: si du jour au lendemain, le PIB doublait, à savoir la création de richesses (ATTENTION: je viens de montrer par deux exemples qu’il y avait « valeur ajoutée » et « valeur ajoutée »…), les déficits n’existeraient plus, et bien, tout le monde aurait le sourire aux lèvres!!! Sur un plan politique: le « conflit » _pour ne pas dire guerre-, n’a jamais cessé d’exister, en général à un niveau économique, un moindre mal. Il est à craindre qu’un conflit militaire soit au bout de la route. N’oublions-pas que c’est avec la « seconde » guerre mondiale que les USA sont réellement sortis de la crise. A propos de Keynes, une anecdote: un journaliste lui demanda comment on allait payer les déficits, conséquences de sa politique. Il répondit qu’il serait mort avant. Il oubliait (est-ce possible?) que le seul impôt qui ne se vote pas est l’inflation… Et sur un plan personnel: la lecture des pré-socratiques ne peut être que bénéfique: en effet, l’être compte plus que l’avoir, et la fin d’une éventuelle « aliénation » personnelle passe effectivement par une non-spécialisation, et donc par un esprit ouvert à de nombreux domaines… Cordialement

    3. Ici les manouches, là les musulmans, plus loin les juifs, ailleurs d’autres encore…
      Dans la crise le capital crée toujours des boucs émissaires afin de masquer la racine des problèmes.
      Inversement, l’histoire enseigne que dans la crise, la seule façon de combattre efficacement le racisme, c’est de s’unir dans toute nos diversités contre la dictature du capital.

    4. @ Bruno

      J’espère que vous ne serez pas surpris.
      Je partage en gros vos commentaires et vos interrogations.

      Et même votre inquiétude sur l’alternative au capitalisme.
      L’évolution des techniques a été le moteur des changements des modes de production précédents.
      Mais l’acteur du passage du mode de production capitaliste au mode socialiste,
      c’est la souveraineté populaire, la démocratie étendue à la sphère de la production et de la distribution.

      Toute personne rationnelle, réfléchie, objective, le reconnait:
      les premiers prototypes de cette démocratie, à ce jour appelée socialisme, ont failli.
      Tout comme les premières tentatives de voler.
      Depuis le mythe d’Icare et les croquis (et un peu plus…) de Léonard de Vinci, des siècles se sont écoulés. Mais l’homme a fini par réussir à voler, jusqu’à la lune.

      Evidemment, peu pouvaient y croire au départ.
      Peu croyaient au socialisme au départ.
      Encore moins peut-être après plusieurs échecs.
      Mais c’est des échecs que l’on apprend.

      Qui défend aujourd’hui le parti unique ?
      Qui défend l’utopie d’un socialisme dans un seul pays ?
      Qui défend le réalisme « socialiste »?
      Qui défend la science « prolétarienne »?
      Qui défend la planification bureaucratique ? Etc…
      A peu près personne.

      Qui défend ce qui se révèle au cours de la Grande Crise actuelle, comme la dictature du capital?
      Chaque jour, sans doute, des millions de personnes en moins.

    5. @CharlesÀ
      J’admire votre foi, votre ferveur et votre patience. Vous astreindre à répondre à de telles inepties, cela relève de l’angélique. Répondre à quelqu’un qui traite les fonctionnaires de clandestins du PIB, qui ne comprend pas qu’un pétrole à 75 $ le baril ça représente 0,40 € par litre à la pompe hors taxe et marges, que la TIPP est une taxe forfaitaire de l’ordre de 0,50 € max et qui se permet de mettre en doute la pérennité de votre programme de grand soir avec toute la force de résistance du vide argumentaire sidéral, tout en n’omettant pas de souligner son inquiétude quant à la « situation sociale »! Vous êtes un Saint homme!
      Euh, la métaphore des pionniers de l’aviation et des échecs premiers du socialisme, ça résiste pas trop à l’analyse quand même… Mais bon, bien tente! 🙂

  11. Bonsoir,

    pensez vous que aprés la publication des stress test il sera possible pour chaque banque de connaître le montant de l’argent déposé en compte courant par ses clients particuliers ou entreprises ainsi que le montant des différents placements effectués par les organismes de retraites.

    Ma question est certainement simplette pour des spécialistes, mais il me semble que si ces stress test sont interessants c’est justement pour savoir précisément ce qui devra être sauvé dans le naufrage banquaire, et il me semble que c’est uniquement l’argent en espéces des déposants et l’épargne pour retraite (selon modalités) qui méritent d’être sauvé.

    Merci cordialement

    1. Ce n’est pas du tout cela qui est mesuré, mais la capacité des banques à résister (à ne pas faire faillite) à des situations critiques.

      En cas de faillite, les dépôts sont garantis par l’Etat, dans la limite en France de 70.000 euros par compte, par banque et par personne. En ce qui concerne les organismes de retraite, il faut se renseigner auprès d’eux.

  12.  » Serait-ce l’habitude dans le monde financier, la nouveauté étant que l’on s’en aperçoit »
    P’tet ben qu’oui, p’tet ben qu’non. »
    C’est ben com’ça qu’on doit répondre!

  13. Airbus double son carnet de commandes, Boeing est heureux, tous ces avions qui ne serviront jamais à rien, est-ce bien raisonnable… Les patrons ont le moral, mais pas les ménages, est-ce que les patrons vont bien, ou sont ils comme Obélix dans la grande traversée, qui hallucine des sangliers ?

  14. « Un Britannique fait flamber le prix du cacao.

    Anthony Ward, un spéculateur britannique, a fait monter le prix du cacao en achetant 7% de la production mondiale, soit 240.100 tonnes de cacao, 15% des stocks mondiaux et 25% des stocks européens estimés. Le prix du cacao a subi, en raison de cet achat massif, une hausse jamais atteinte depuis 33 ans. Le Figaro.fr souligne que la spéculation sur les matières premières prend des proportions démesurées:

    «L’opération est une réussite: les cours du contrat de juillet,arrivé à échéance jeudi 15, ont grimpé mercredi jusqu’à 2725livres la tonne. Du jamais vu depuis septembre 1977».

    Le site note qu’Anthony Ward, surnommé «Chocolate Finger» («Doigt en chocolat»), n’en est pas à son premier coup de poker. En 2002, il avait engrangé près de 40 millions de dollars de bénéfices après avoir revendu environ 202.000 tonnes de cacao.

    Bien que légal, ce type de manœuvre occasionne beaucoup de critiques. L’organisation non gouvernementale The World Developpement Movement l’a déploré

    «Nous encourageons les citoyens à se soulever contre ces investisseurs qui font des paris et des profits sur la nourriture, entraînant une inflation et une hausse de la faim dans le monde».

    http://www.slate.fr/lien/25189/speculation-cacao-prix-bourse

    1. On en a déjà parlé sur le blog, c’est Paul je crois qui l’avait abordé. Remarquons juste que c’est de la spéculation à l’ancienne effectuée par un acteur qui agit à visage découvert, et en prenant livraison immédiate du stock (entreposé en grande partie en France, les usines Barry y sont prêtes à transformer la matière première pour Ferrero, Nestlé et compagnie…).
      Et entre nous, je me souviens très bien des articles de la presse économique lors de son premier exploit, mi scandalisés, mi admiratifs du coup de maître. Et rien n’a changé. Donc il recommence et à juste raison. Il paye plus cher le cacao aux producteurs et fait monter les enchères. Tant mieux pour eux. Même s’ils ont perdu beaucoup sur la durée avec ces variations insensées des cours.
      Mais le cacao en Côtes d’ivoire qui représente il est vrai la moitié de la prod mondiale, c’est un bizness que chacun doit aborder avec prudence. L’actualité de l’époque nous apprit que certains fouineurs dans les affaires de l’or brun ont terminé en page faits divers. Sans procès ni prévenus bien sûr.
      Et n’oublions pas qu’il ne s’agit que de chocolat, absolument pas vital même si emblématique de notre mode de consomation et du fait post colonialiste. C’est d’ailleurs pour cela que ça excite les gazettes. On s’inquiète moins des spéculations purement financières sur le blé, le riz ou le soja.

    2. Cela me rappelle que deux banques italiennes préservent leurs avoirs en stockant, non pas de l’or mais … des meules de parmesan qui prend de la valeur en vieillissant et qui trouve toujours preneur. Il s’agit de la Banque Populaire de Modène et du Credito Emiliano qui a donc construit entre Reggio et Modène deux dépôts géants qui abritent 440 000 meules de parmesan évaluées à 132 millions d’euros.

      On peut s’étonner que l’or, métal mou inutilisable et qui ne se mange pas, soit considéré comme une valeur refuge . Par contre, le parmesan vieilli en cave … miam !
      Qu’en penserait Bill Bonner ?

      Article de La Tribune de Genève
      « Le parmesan, valeur refuge pour les banques italiennes
      FINANCES | Les prêts bancaires sont subordonnés à la mise en dépôt du fromage. Le principe vaut pour le vin et pour le vinaigre balsamique. »
      http://www.tdg.ch/actu/monde/parmesan-valeur-refuge-banques-italiennes-2009-10-27

  15. oui François entièrement d’accord avec vous:
    la nouveauté est probablement que l’on s’aperçoit des manipulations des banques !
    finalement c’est déjà un gros progrès

    1. Vous découvrez seulement que les banques sont là pour d’abord gagner de l’argent pour eux et ce, au mépris de tous sentiments ou moral?

  16. Avec un mauvais esprit à toute épreuve, peut-on considérer que ces dettes dans la colonne des actifs symbolisent une partie des actifs fantomes offshore des banques ? Ou doit-on penser que d’anciens cadres d’agences de notation sont devenus commissaires aux comptes dans les banques qui les faisaient travailler ?

    1. « Ou doit-on penser que d’anciens cadres d’agences de notation sont devenus commissaires aux comptes dans les banques qui les faisaient travailler ? »

      Ridicule. Impensable. C’est comme si d’anciens dirigeants politiques travaillaient maintenant pour des lobbies qui les sucraient auparavant. Ou que la femme d’un ministre responsable de la traque à la fraude fiscale travaille au vu et au su de tous pour le compte d’un gros fraudeur.
      Nous sommes en démocratie môsieur, ce genre de choses n’arrivent jamais.

  17. @ Charles A

    Et à tous ceux qui partagent le plus votre approche prolétarienne de la crise sur le blog.

    Je comprends votre grande impatience de changement mais je ne vous suis pas, car au delà de tous nos échanges intellectuels ou pas et précis sur le sujet vers quoi se dirige peu à peu la majorité des êtres malheureux ?

    Le tout socialisme bureaucratique ne contribuera pas mieux à rendre le monde plus différent et moins plombant au final pour l’humanité en souffrance.

    Je le constate d’ailleurs mieux aujourd’hui dans mon propre quotidien. Des gens de bureau, des gens de droite ou de gauche, des gens se prétendant même politiquement plus ou moins bien marqués par tout cela mais qui au fond d’eux-mêmes ne manifestent plus guère de différence spirituelle de conduite et de parole envers autrui.

    Pourriez-vous s’il vous plaît Charles A quand bien même le capitalisme mondial et dans sa grande folie actuelle vous pousserait encore à exprimer cela ne pas rechercher à faire ouvertement la promotion du tout bureaucratique pour l’humanité en souffrance, laissez-moi encore un peu l’espoir que l’homme à venir dans l’histoire ne retombera pas de nouveau les deux pieds dedans.

    Surtout si demain une plus grande masse de gens mécontents en finit par prendre le pouvoir sur une petite minorité devenu bien irresponsable et inconsciente au fil du temps.

    Croyez moi Charles l’expérience de la bureaucratie je sais de quoi j’en parle, regardez plutôt toutes mes belles cicatrices mais pas seulement sur moi, quand bien même le capitalisme de plus en plus aveugle et sénile conduirait davantage le monde à tout cela par dépit et faute de mieux.

    Charles comment pouvez-vous encore croire au tout socialisme bureaucratique, comment pouvons-nous encore croire à ce que les autres nous aident derrière tant de bureaux et de mascarade, bureaucrate socialiste ou pas nous nous trompons, lorsqu’ils recherchent continuellement à nous faire entendre les mêmes choses pour nous faire du bien paraît-il.

    Car après et une fois au pouvoir que voyons-nous de mieux dans des bureaux ? Surtout lorsque tout le monde devient de plus en plus surveillé et fiché à la chaîne et cela pour la moindre petite chose obligatoire de plus et un peu partout, n’avez-vous donc jamais subi cela dans votre vie à moins bien sur que le fait que vous soyez déjà en retraite ne puissent pas déjà mieux vous faire voir cela, possible.

    A chacun son propre vocabulaire de changement, dans l’espoir peut-être de pouvoir mieux amener automatiquement les êtres à un meilleur niveau de conscience en société, ce serait tellement plus facile pour tous. A votre avis, tous ces bureaucrates dans le monde nous aident-ils vraiment derrière leur bureau et face à tous ces gens du marché ? Oh non, ils pensent surtout d’abord à eux croyez-moi, tout le temps d’ailleurs c’est-à-peine parfois s’il vous disent encore merci de pouvoir encore se permettre d’expérimenter quelque chose de plus douloureux sur la personne humaine.

    Science prolétarienne ou pas et oui il y a des gens dans ce monde qui s’imaginent pouvoir encore mener collectivement le monde au bien et à l’antenne, mais qui ne peuvent même plus concevoir et accepter qu’un jour l’homme à venir puisse se passer d’eux.

    Charles A croyez-vous vraiment que le tout socialisme bureaucratique pour l’homme puisse réellement faire mon propre bien moral ou spirituel ? Non n’y comptez pas, qu’attendez-vous encore de gens comme moi dans leur modeste condition matérielle de vie ? Se faire endoctriner pour qui et pour quoi d’abord jusqu’au bout sur terre ?

    Tous ces bureaucrates du monde veulent-ils vraiment nous faire sortir du grand jardin d’enfants ? Aux petits autres manèges enchantés de plus mois après mois, comme si cela d’ailleurs n’était pas suffisamment désolant à vivre partout, balancoires, filets et autres bacs à sable de plus à la carte ?

    Tout ce que les gens attendent de nos jours c’est surtout que l’on répare au plus tôt leur jouets dans la mise en place d’une plus grande chose sécuritaire pour tous petits et grands.

    La belle préparatione du monde, rendez-moi mon marché sinon je ne pourrais plus guère faire le malin, rendez-moi mon bureau sinon je ne pourrais plus faire la maline de plus derrière un autre bureau, j’adore tellement faire le bien de mon prochain à travers ma si précieuse bureaucratie.

    Le monde est devenu en fait bien bête à voir je trouve partout, si si je vous assure à quoi ça rime tout ce grand carnaval de conduite entre les êtres ?

    Non non je vous assure ce n’est vraiment pas des blagues je n’invente rien, il suffit simplement d’ouvrir les yeux, rendez-moi vite mon travail, ma promotion, ma femme, mon bureau, ma bureaucratie, mon marché, ma croissance, mon social, mon influence perdue, sinon comment l’homme pauvre que je suis pourra-t-il encore tenir debout et sans rien demain ?

    C’est surtout cela ce que veulent voir les gens, les plus grands psychologues ou pas de ce monde vous leur confirmerons, tout ce que les gens recherchent en majorité ce n’est bien sur pas du tout le réel changement spirituel de l’homme, comme d’ailleurs dans leur propre famille de penser.

    Car le réel processus du réveil serait trop douloureux, comment des gens peuvent-ils encore prétendre me faire du bien, me libérer de l’idéologie d’autrui en pleine crise mondiale alors qu’ils ne recherchent en fait qu’à me parler d’abord de Karl Marx, de leur socialisme, du prolétariat ou
    je ne sais quoi d’autre encore du même genre tout cela n’a pas de sens, on tourne en rond.

    Pour moi ce n’est pas hélas que le capitalisme qui est responsable de tout le mal du monde, à si seulement la plupart d’entre nous pouvait encore mieux le reconnaître le monde serait certainement plus autre et plus honnête en société vous ne croyez pas ? Merci aux intellectuels !

    Peu importe d’ailleurs pour la matrice que voyez d’abord étiquetté droitier ou gaucher, capitaliste ou socialiste, l’essentiel avant tout c’est que la matrice puisse toujours autant attraper de petits oisillons dans ses filets et cela jusqu’au bout, car plus c’est populaire et mieux c’est pour l’homme.

Les commentaires sont fermés.