178 réflexions sur « Le temps qu’il fait, le 10 septembre 2010 »

  1. Le pouvoir des choses sur les hommes et celui des hommes sur les choses. Et le plus important, le pouvoir de l’homme sur lui-même?. On se rappelle les idées de Gurdjieff sur ce qu’il appelait l'”homme machine”, cet empilement de couches successives de reflexes conditionnés, y compris et surtout intellectuelles, et de la très grande difficulté d’y échapper.

  2. Zebu dit: “Sans compter, que ceux qui décident sont tous au Conseil européen ou à l’Ecofin.”

    Cela est exact en effet, le Commission Européenne n’a pas de pouvoir législatif. C’est le Conseil Européen qui réunit les états membres à travers leurs représentants membres de leurs gouvernements qui ont ce pouvoir, en partage avec le Parlement Européen. L’ECOFIN est de même nature bien qu’ayant des compétences moins étendues: limitées aux décisions en matière économique et financière, là encore en partage avec le Parlement Européen.”
    Zebu dit: “Le reste, c’est du papier cadeaux, ou la surprise de bonux pour vendre la lessive.”
    Je pense que les pires ennemis des institutions européennes sont les états membres jaloux de leurs prérogatives, en particulier quand une réglementation sociale européenne est plus sociale que celle existant dans le pays membre (et oui, il y en a) Là les états font jouer le « principe de subsidiarité qui leur permet de ne pas appliquer cette réglementation européenne en vertu que cela fait partie de la compétence réservée des états… J’ai souvent exprimé que ce principe de subsidiarité devrait pouvoir être contesté par la société civile quand justement, une réglementation européenne serait plus favorable aux personnes vulnérables d’un pays que la loi existante dans ce pays… Mais il n’y a pas de moyen institutionnel pour faire appel face à l’invocation du principe de subsidiarité par les états membres de l’Union Européenne…

    Par ailleurs dans un monde de « communication » les gouvernements des états membres ne se privent pas de dire que « si ça va mal dans leur pays, c’est la faute à l’Europe » et si ça va bien », c’est grâce à leurs actions nationales.

    Zebu dit: “Je sais, je sais, faut pas être monolitihique dans ses avis, certaines choses se font quand même …
    Mais à quel vitesse et à quel prix ?

    Je sais bien que c’est difficile et que c’est souvent long. Mais où peut-on obtenir des résultats sans faire de gros efforts? C’est par une mobilisation populaire massive qu’on arrive à faire bouger les choses. Par exemple le Forum Européen des Personnes handicapées est arrivé à recueillir pas loin de 1,5 millions de signatures pour la protection des droits des personnes handicapées. Le résultat ne s’est pas fait attendre : la Commission a proposé des changements législatifs favorables aux personnes handicapées que le parlement européen a entérinés. Mais c’est ensuite aux organisations nationales de personnes handicapées de faire pression sur leurs gouvernements nationaux pour que les états membres appliquent ces nouvelles lois européennes. En période de «rigueur budgétaire c’est malheureusement sur ces populations les plus vulnérables que les gouvernements ont souvent tendance à faire des économies.

    Nous avons aussi vu la semaine dernière tout le cas qu’a fait le gouvernement français d’un vote au parlement européen concernant l’expulsion de Roms… Ils s’en moquent complètement. La France a fait de même pour certaines directives européennes concernant les conditions d’emprisonnement exécrables dans certains établissements pénitenciers sur notre territoire…

    Remarquez que nous avons peut-être l’Europe que nous méritons quand on voit le faible taux de participation aux scrutins européens mais aussi le peu d’intérêt des politiques eux même à proposer des projets européens porteurs d’un espoir européen ou pour évoquer une vision européenne des choses en particulier au niveau social.

    Pour avoir vécu plus de 5 ans aux USA je peux dire qu’il y a bien une spécificité européenne dans les approches des sujets de société, spécificité qui est assez différente de celle des USA ou même du Canada. Sur les sujets de société, je me sentais plus proche des Italiens des Espagnols, des Allemands des Suédois et des hollandais, etc que des américains pour lesquels j’ai tout de même du respect, ayant appris à mieux les connaître en travaillant jour après jour avec eux. Je pourrais donner des exemples en matière de respect des femmes au travail, de soutien aux personnes handicapées et même de protection de l’environnement u niveau de la population où à la base nous pourrions apprendre pas mal des comportements des américains.
    Mais mon message est déjà trop long…

    Bien à vous.

    Paul

    1. La “Commission Européenne n’a pas de pouvoir législatif”, mais elle a un pouvoir, et c’est énorme, d’initiative législative.

    2. Et Monsanto, qui a autorisé les OGM ? les individus, européens mais sans avoir vraiment le droit d’exprimer leurs opinions, ne veulent pas des OGM, les représentants votent pourtant oui en leur nom. Le peuple a peur des représailles et/ou des effets collatéraux négatif d’une éventuelle action massive…
      J’ai bien peur que l’UE que nous connaissons ne soit pas du tout celle des peuples européens.

    3. Les OGM, ce ne sont pas les oeuvres du seul Monsnato.
      Il y a aussi des entreprises européennes et la participation massive des gouvernants et de “syndicalistes.”

    4. @ Marlowe dit :

      “Les OGM, ce ne sont pas les oeuvres du seul Monsnato.
      Il y a aussi des entreprises européennes et la participation massive des gouvernants et de « syndicalistes. »
      =>
      Justement, ces gens qui s’arrogent, ou pire à qui on délègue institutionnellement, le droit de parler au nom des autres n’ont aucune légitimité à le faire ; c’est bien là que la bât blesse.

      Cdt,

  3. Cher lisztfr,

    A propos des cages en métal. Je vous suis totalement sur l’idée de limiter l’usage de la voiture en ville et particulièrement dans les centres villes. Je vous suis aussi sur l’idée brider les véhicules pour en finir avec le marketing de la vitesse non autorisée qui est une vraie hypocrisie. Depuis fort longtemps je rêve d’un recadrage de la voiture car je considère que la voiture porte atteinte à la qualité de vie en ville et en banlieue. J’aimerais donc que l’on rende la rue aux êtres humains pour plus d’humanité entre eux (plus de contacts), pour plus de sécurité dans la cité (moins d’espaces morts), et en fin de compte pour une meilleure qualité de vie.

    Je vis à Bruxelles où l’espace a entièrement été dédié à la voiture et quand je compare avec les villes flamandes dont le cœur est principalement piétonnier, j’ai mal à ma ville. On nous dit que les commerçants vont perdre leurs clients mais moi je dis que c’est l’inverse qui va se produire car la qualité de vie va rendre ces espaces à nouveau attractifs, il n’y a qu’à voir le villes où les piétons peuvent réinvestir l’espace publique pour voir toute une vie sociale reprendre le dessus (terrasses, marchés, brocantes, balle pelote, fêtes de quartiers, flâner dans les rues). La mère d’un ami m’expliquait qu’il y a quelques décennies, le dimanche, bien des gens plantaient une petite table devant la pas de leur porte pour partager l’après-midi avec leurs voisins. Je n’ai jamais connu cela mais j’ai la nostalgie de mon enfance (j’ai 37 ans) où en balieue bruxelloise je passais des après-midi entières à vélo avec mes copains. Est-ce que les jeunes d’aujourd’hui ont encore droit à cette forme d’émancipation des plus banales ? Que nenni ! Ceux qui s’intéressent au tissu social devraient davantage prendre en compte les effets dévastateurs qu’ont eu à la fois la TV et la voiture sur l’espace publique et sur nos comportements. Il faut réhabiliter la caisse de résonance de la société qu’est la « la place du village ».

    A la fonction utilitaire qu’a indéniablement l’automobile la culture du moteur à combustion a attribué d’autres fonctions ; une fonction ludique, une fonction d’évasion liée au sentiment de liberté qu’offre le véhicule solo, un moyen d’expression qui va jusqu’à être le symbole d’appertenance à un statut social. Il y en a qui sont accros à la vitesse. Il y en a qui en arrrivent à prendre leur voiture pour fuir les voitures un peu comme les bagpackers ne cessent de fuir les zones touristiques préalablement débroussaillées par des bagbackers (le paradis c’est là où ceux qui font comme moi ne sont pas). Il y en a même qui en sont arrivés à considérer leur véhicule comme un élément indissociable de leur personnalité, un véritable moyen d’expression, un prolongement du moi voire du chez moi (ma bulle), je pense par exemple à ceux qui font des tours en bagnole pour montrer qu’ils existent (c’est la frime). Notre drame est qu’une majorité (des plus pauvres aux plus riches) considère maintenant la voiture comme une liberté fondamentale et que cette liberté va leur être retirée de gré ou de force. Je crains que leur désilusion ne se transforme en colère quand on sera confronté au fait accompli.

    En moins d’un siècle l’auto a complètement éclaté l’espace au point de le redéfinir totalement. Du logis au travail en passant par le supermarché il n’y a plus qu’un pas solitaire. La boucle de l’hyper individulisme est bouclée. Et que dire des échanges internationnaux, de la mondialisation, du libre échange, du week-end à l’autre bout de la Terre ? C’est le pétrole par son intensité énergétique et sa transportabilité (fuel) qui rend tout cela possible, les batteries ne compenseront jamais cela. Cette dépendance dans laquelle nous nous sommes installés en toute connaissance de cause et qui a stucturé nos espaces et nos comportements va maintenant nous revenir en pleine tronche et nous confronter à notre irresponsabilité. La non-anticipation de la décroissance de l’offre pétrolière va fondemantalement remettre en cause ce qui a été bati (les infrastructures, les autoroutes, les aéroports, les supermarchés, la banlieue) et bien de valeurs que nous ont été imposées (le consumérisme, l’individualisme). La question qui compte est de savoir comment on va faire pour maintenir quelque chose de viable en place et cela de façon équitable pour tous. Il est trop tard pour un prolongement du modèle auto solo, nous n’avons plus le temps de la subsitution et encore moins les ressources en suffisance pour le faire. La rupture est inévitable en espérant que les crises géopolitiques à venir ne nous imposeront pas une décroissance trop drastique qui nous empêche de nous addapter. Il faut prendre conscience du défi qui est le nôtre et le prendre à bras le corps pour s’organiser différemment tant qu’on en a encore les moyens. Pour redonner du sens aux véhicules évaluons la part vitale du transport pour maintenir le système viable. Il est urgent de responsabiliser les gens sinon le rationnement sera subi qu’il soit ordonné (les TEQs) ou chaotique (effondrement économique). Le temps de la réflexion est presque passé.

    J’aime à dire que j’ai le luxe de ne pas avoir de voiture car pour moi c’est davantage une contrainte que quoique ce soit d’autre (coût, parking, embouteillage, stress, engin de mort). Par contre je crains une désillusion de la plupart des gens quand ils seront privés de cette forme de liberté qu’ils considérent comme acquise. Je crains beaucoup de colère et de déspoir ouvrant la porte à une perte de contrôle totale.

    L’homme est un marcheur, faut-il le rappeler, et c’est quelque chose que nous allons redécouvrir aux XXIème siècle. Cela peut être vu comme une opportunité, les plus grands sages qu’ait connu l’humanité n’étaient-ils pas des marcheurs ?

    Stupeflip – Les cages en métal (top single)
    http://www.youtube.com/watch?v=ABUG5htc_ck

    – A propos d’Yves Cochet, je dois dire qu’il me plaît. Il n’est pas politiquement correct comme la plupart des écolos car il ose aborder les questions qui fâchent, il est le seul à aborder la question mathusienne. Si je voulais devenir ermite en Belgique en aurai-je la possibilité ? Non il n’y plus de place pour cela et cela fait des siècles que c’est la cas. Pourquoi les européens sont allés exterminer les peuples premiers d’Amérique du nord ? C’est simple, à cause de la surpopulation européenne. Pour ces raisons je me sens néo-malthusien car je suis profondément anti-impérialiste et je suis pour apprendre à vivre de ses moyens. Je ressens que nous sommes trop en Europe donc je me batterai pour ne pas avoir d’enfant mais si un enfant arrive je accueilerai ce ptit miracle à bras ouvert. Je ne veux pas être dogmatique là-dessus mais le tabou à ce sujet me gène énormément. Je pense que ne nier ce débat c’est la porte ouverte aux extrêmes car nier le débat démographique c’est accepter l’idée que l’on se dirige vers la faillite et la famine.

    1. Mouais…

      Pas de voiture dans les villes et espaces de vie, ok. On peut imaginer des moyen de transport plus “light” : skate, roller, vélo, trucs électriques, tapis roulant, navette, tram,etc, la liste est longue et sacrément évolutive.

      Concernant le moteur à combustion : Ok, le pétrole c’est tout pourri.

      Mais là où je ne vous rejoins pas, c’est sur le fait que vous ne puissiez imaginer un véhicule propre.
      Le problème n’étant pas qu’il n’existe pas, mais bien que pour l’instant il n’est pas “rentable”, ah quel joli mot.
      Croyez moi il existe bien plus de sources d’énergie que vous ne pouvez l’imaginer. L’histoire de batteries ne tient pas la route 😉
      Il suffit de voir que l’on peut faire voler un avion jour et nuit sur la simple source énergétique solaire.
      Pour en revenir à la combustion, j’ai testé de rouler 2 ans avec de l’huile de colza à 100% acheté directement chez l’agriculteur, le problème n’étant pas que cela ne marche pas, mais ce que ca implique sur le plan agriculture pour les bouches à nourrir. Je tiens à préciser que je vis en Alsace, dans un coin paumé, (depuis tout petit je suis habitué à faire une heure de transport avant d’arriver à la civilisation.)
      bref si je vis ici c’est par choix, là n’est pas le débat

      Donc les “bio-énergies”(les vrais : éthanol, huile, le 100% végétal) c’est définitivement non.

      Par contre chers Français, savez vous comment fonctionnent les centrales nulcléaires?

      Comme une centrale à charbon : On chauffe de l’eau pour créer de la vapeur sous pression qui fait tourner une turbine puis un générateur électrique.
      On imagine toujours le nucléaire comme un système complexe.
      Bref, tout ca pour dire que la centrale N. produit de la chaleur en masse, et qu’une grande partie de cette chaleur est rejetée dans l’atmosphère, sans servir à rien. (c’est ces grosses cheminées)

      Savez vous français, qu’en utilisant l’énergie calorique/ifique rejetée des centrales Nicolas, il existe le moyen de fabriquer à grande échelle un carburant très énergétique et non polluant qu’est l’hydrogène.

      Pour aller plus loin il y a de l’énergie libre dans le soleil (on peut allumer un feu avec loupe, faire tourner un moteur stirling, etc..) il y l’énergie magnétique terrestre, ainsi qu’un paquets d’autres, on ne va pas rentrer dans des détails quantiques afin d’expliquer le générateur n+1 de Mr Tesla et autres inventions.
      Tout se crée, rien ne se perd, croyez moi, on est pas loin d’être surpris.

      Tout ca pour dire qu’on ne vit pas tous en ville, qu’on se chauffe pas tous au fuel, et que faire une croix sur les moyen de transports et d’évasions, j’entends par la des véhicules respectueux des Hommes et de la planète, c’est faire une croix sur tout ce qui suit: Le rêve, la découverte, l’invention, l’envie.

      A se demander si le but de l’homme c’est de “squatter” la planète, en se créant ses philosophies de vie sans rien connaître du lieu où il vit (au sens large), et en se contentant de s’inventer une petite dinette qui va l’occuper le TEMPS que ca passe.
      Ou si au contraire il a envie d’aller voir plus loin, vers le savoir, la recherche.

      Pour ma part la deuxième est la seule à me motiver.
      Si les gens préfèrent la première, alors il n’y a plus de règle en soit. Chacun sera libre de développer ses pathologies intellectuelles, je dirais même que le bien et le mal n’auront plus de valeur.

    2. @ Noux.

      Nous n’avons jamais autant consommé le fuel le plus concentré que nous connaissons et bien que nous soyons dans ces conditions favorables certains crêvent de faim et les autres sont prêts à défier le pouvoir pour qu’il ne revienne pas sur leurs acquis. Le problème que pose le pic pétrolier est celui de l’ordre de grandeur et de la nature du produit concerné et de la dépendance de notre système par rapport à cet état de fait.

      – L’ordre de grandeur : pour que notre système de transport se maintienne en l’état nous devons consommer l’équivalent de 85 millions de barils par jour, ce qui est une quantité d’énergie inimaginable.

      – La nature du produit : le pétrole est avant tout un fuel ce que n’est pas l’électricité. Il s’agit d’un fuel durablement stockable et facilement transportable. On refait un plein en quelques secondes. Nous pouvons produire d’autres fuels tels que les biofuels ou l’hydrogène. Concernant l’hydrogène, sa densité énergétique (énergie par litre) est 5 fois inférieure à celle du pétrole et en plus il est extrêmement instable et se produit à perte. Pour ce qui est des biofuels ils ne se produisent pas à perte mais la plupart des productions demande presque autant de pétrole pour le produire que ce qu’on en obtient en retour (cfr. Eroei).

      Le problème est que quand la pénurie de pétrole se fera sentir, l’accessibilité du produit va chuter durablement, par le prix, par le chute de pouvoir d’achat (lisez l’effondrement économique) et le pénurie (l’irrégularité des approvisionnements). Quelles seront alors nos marges de manœuvre sachant que la situation ne fera que se détériorer et que tout le monde en sera conscient ? Détruire de la demande à coup de bombe nucléaire ???

      Quand le pétrole viendra à manquer (quand les surplus de capacité de l’OPEP auront définitivement disparu), nous serons en faillite avérée (l’économie ne peut plus supporter de hausse des prix), la production des biofuels va flamber (car elle nécessite du pétrole pour être produite), la production de nouveaux types de véhicules va aussi flamber (il faut beaucoup de pétrole pour fabriquer ne fut ce qu’un pneu), entretenir les infrastructures va flamber, fabriquer des centrales nucléaire va flamber, fabriquer des éoliennes va flamber, faire du ciment va flamber, l’asphalt nécessaire à l’entretien des routes (d’une durée de vie très courte) va flamber … Nous n’aurons plus assez de pouvoir d’achat que pour opérer une production de masse (avec économie d’échelles) et la voiture du future restera le privilège des plus aisés.

      Quand le pic sera se fera vraiment sentir (car pour moi il se fait déjà sentir) nous n’aurons plus vraiment d’autre marge de manœuvre que d’utiliser moins ce que nous avons déjà … à savoir des moteurs à combustion conventionnels.

      On peut aussi parler de la durée de vie des batteries …

    3. C’est un discours plutôt réactionnaire je trouve.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/BMW_Hydrogen_7

      200km d’autonomie sur un moteur à combustion 1er génération. Les phases 2 avec moteur rotatif sont à l’essaie. (ceci dit les moteurs actuels vont connaitre une belle embellie pendant la période où les ingénieurs seront payé à se tordre le ciboulot parce que les prix s’envolent)

      Je tiens à préciser que si ils ont mis un réservoir d’essence, c’est bien entendu parce qu’on ne trouve pas d’hydrogène liquide chez le brocanteur du coin. 500km au sans plomb = 40 litres. ils pourraient remplacer celui-ci pour emmener le véhicule à 400km d’autonomie, additionner un toit solaire, un moteur électrique de 100kw et le tour et joué. Rien de tout ceci n’est de la fiction, et la liste n’est pas exhaustive.

      On peut aller plus loin, une serie7 ca pèse, 2.5 tonnes, imaginez une Twingolf de quelques 980 kg…
      En réfléchissant bien les industriels sont capables de nous pondre un véhicule Hybride (hydrogène/solaire) autant voir plus performant que ce qui se fait aujourd’hui.

      Dire qu’il faut du pétrole pour concevoir des générateurs verts de tous types, c’est une évidence et c’est simplement lié au fait qu’aujourd’hui le pétrole est l’élément énergétique de base. Il est le leader de la production, il est normal qu’il soit le papa d’autres énergies, pour le moment. La transition va se faire irrémédiablement petit à petit, les centres de productions passant petit à petit du brun au vert.
      C’est ce qui se passe en ce moment, 4000Mw de centrale solaire en France en 2009 (les contres arguments ne sont que blabla comptables) mais c’est indéniable: Peak.Oil = augmentation des coûts de prod., et donc le soleil devient rentable, la production va migrer du fossile/minéral vers le Photonique, pour qu’en finalité, le solaire fabrique du solaire. (solaire ou autres)

      Sinon j’ai un cheval. c’est pas mal le cheval.

      Ayant déjà lu pas mal de vos posts Peak.Oil.2008, et vous trouvant toujours perspicace sur la plupart de vos réactions et de vos liens, qui m’intéressent d’autant plus, qu’auriez vous comme solutions à proposer après et pendant le Peak.oil.201? ?

    4. J’ai bien compris que votre analyse résume ce qui est fort probable au lendemain, jour pour jour, d’un sévère crash/k économique systémique.

      Comprenez que mes commentaires ne vont pas à l’encontre des vôtres, bien au contraire.
      La vision que j’apporte se placerait certainement bien après une grande période d’instabilité, comme vous l’anticipez. Disons que nous n’étions pas accordés sur les dates 🙂

      Ps : la seule et unique question que je vous retourne c’est, quel pays ou lieu de la planète me conseillez vous pendant qu’ils font péter leurs bombes? 🙂

    5. @ Noux,

      Je m’incruste dans la conversation que vous avez avec Peak.Oil.2008.

      Je me suis arrêté à votre réflexions sur le nombre important de sources d’énergie qui existent pour remplacer le pétrole, et a votre exemple de “faire voler un avion jour et nuit sur la simple source énergétique solaire”.

      Ce problème est qu’il faut des ressources fossiles pour transformer les sources d’énergie renouvelables en objets et en énergie utilisable.

      Imaginons (dans un avenir plus ou moins lointain, peu importe) qu’il n’y ait plus sur Terre de pétrole, de charbon ou de gaz. Il reste donc l’eau, le soleil et le vent. Heureusement l’homme prévoyant (!) a fabriqué des centrales hydrauliques, des centrales solaires et des centrales éoliennes, et surtout des milliards de véhicules (voitures, trains, avions) et de machines (machines outils, ordinateurs) fonctionnant avec ces énergies.
      Ces centrales et véhicules devenant vétustes, vient le temps de les remplacer.
      Problème :
      100 % des composants des centrales, des véhicules ou des machines fonctionnant aux énergies renouvelables, sont issus du pétrole, ou nécessitent obligatoirement du pétrole pour être extraits ou transformés selon les caractéristiques actuelles.

      Jancovici rappelle souvent que de faire voler un avion à l’énergie solaire est tout à fait possible (encore faut-il qu’il n’y ait pas plus d’une ou deux personnes à bord et pas de fret), mais que de FABRIQUER un avion avec de l’énergie solaire est impossible.
      Après avoir miraculeusement fabriqué l’ensemble des composants des avions sans utiliser de pétrole (!) grâce à des centaines d’éoliennes off-shore qui rendent les côtes littorales si romantiques, chaque usine aura besoin d’un champ de panneaux solaires grand comme un département français pour assembler continuellement les pièces. Et bien sûr, les éoliennes et les panneaux solaires n’auront pas nécessité de pétrole pour leur fabrication, mais seulement des hectares d’éoliennes et de panneaux solaires …fabriqués eux-aussi grâce à des centaines d’hectares d’éoliennes et de panneaux solaires …fabriqués grâce à des centaines d’hect… etc. (rappelons à toutes fins utiles que les énergies renouvelables ne sont pas stockables et nécessites d’être produites en permanence…).

      Ségolène Royal a vanté la “génialitude” de la voiture électrique, et les impôts des citoyens de la région Poitou-Charentes ont arrosé trois sociétés pour qu’elles puissent développer ces “concepts”. Quelqu’un pourrait-il lui expliquer, ainsi qu’à tous les thuriféraires des énergies renouvelables à grande échelle, que, s’il est bien possible de faire rouler des millions de véhicules à l’électricité nucléaire (l’hydraulique, le solaire ou l’éolien n’en sont pas capables en flux constant), il est impossible de FABRIQUER des millions d’automobiles sans pétrole… (sans parler de l’impossibilité de fabriquer des millions de kilomètres de routes sans pétrole, ha ha !)

      Le problème de la fin du pétrole n’est pas seulement une question d’énergie.
      Les ressources Terrestres en pétrole sont mathématiquement de l’ordre du fini, peu importe la date de cette fin (et quant à l’idée des frères Bogdanoff ou de Claude Allègre d’aller les chercher sur une autre planète, ils ne nous ont toujours pas expliqué comment ont y allait à pied vers ces autres planètes).
      Le problème est que, quand il n’y aura plus de pétrole sur Terre, …il n’y aura plus la matière première pour fabriquer les immeubles, les routes, les ordinateurs, les voitures, les avions, les fusées inter-planétaires, etc.

      (Pas grave, on continuera à lire Paul Jorion sur des ordinateurs en bois qui fonctionneront à la bougie.)

    6. – L’ordre de grandeur : pour que notre système de transport se maintienne en l’état nous devons consommer l’équivalent de 85 millions de barils par jour, ce qui est une quantité d’énergie inimaginable.

      J’ai fait le calcul, cela fait la longueur de la côte Belge sur 10 km de large et 2cm d’épaisseur.
      Tous les jours cela part en fumée.
      Celui qui viendra encore me dire qu’il n’y a pas de problème je le traite de doux rêveur….. et d’inconscient.

    7. Enfin bref, le déplacement qui coûte le moins cher en matière première et énergie est celui qu’on ne doit pas effectué: d’où relocalisation et prosommation.
      Je ne sais pas combien de fois j’ai cité le mot de “prosommation” sur ce blog, mais c’est drôle, il n’y a que moi qui en parle. Je me sens si seul.. si seul sans toi!!

      @ Jean Luc
      Je suis tout à fait d’accord avec vous.
      Et oui, ce fameux EROEI!!!!!
      On pourrait techniquement parlant remplacer le plastique par du plastique (ou quelque chose d’approchant) végétale mais on ne s’imagine pas les étendues qu’il faudrait cultiver, faut qu’on bouffe quand même.
      Mais rassurer vous, nous ne l’aurons jamais complètement ce pétrole, il en restera toujours et si surtout il nous prend un malain plaisir de vouloir l’extraire à trop grande vitesse.
      Le problème actuel est l’abscence de croisance de production pétrolière qui ne permet plus la croissance économique (encore qu’il faudrait revoir nos indicateurs économiques)

      @Noux
      Méfiez vous de la technologie, elle peut vous jouer de vilains tours, j’ai 40 ans de bouteille en tant que technicien en électomécanique.
      Heureusement, je suis fils d’agriculteur, j’ai vécu mon enfance à la campagne (école buissonière) et cela c’est une autre dimension.
      Dimension que je voudrais transmettre à mes petits enfants.

      @ Peak.Oil.2000

      Je ne pense pas que les prix vont flamber, je pense que c’est le pouvoir d’achat qui va diminuer, les plus riches vont s’arranger pour faire payer les plus pauvres.
      Ces pauvres ne participeront plus à la consommation et le prix du pétrole restera stable et c’est la demande qui baissera.
      C’est d’ailleurs ce qui se passe aujourd’hui.

      Malthus, j’y crois pas trop, il suffit de voir les prises de mesures des Chinois en matière de dénatalité (un enfant par famille), ce n’est pas cela qui a emplêché l’envolée de la consommation d’énergie de la chine par tête d’habitants.
      http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/020675101604-la-chine-devient-le-plus-gros-consommateur-d-energie-au-monde.htm
      http://french.peopledaily.com.cn/Economie/7102921.html

      Je pense comme Tim Jackson qu’il nous faut une Prospérité sans expansion matérielle.
      C’est celle-là même qui pourra nous affranchir de la croissance matérielle et démographique.
      Elle ne dépent que de notre immagination de notre savoir et créativité

    8. à Jean-Luc

      Je comprends bien que dans l’état actuel des choses, il sera impossible de remplacer l’équivalent journalier de consommation énergétique terrestre, pour tout le monde.

      C’est clair et net, je voudrais juste garder espoir quant à la recherche et au développement.

      Aujourd’hui cette consommation sert en grande partie à créer de l’inutile, aux déplacements de masses qui travaillent, se nourrir(tomates d’Espagn, faire des routes, du plastique, etc…
      La base est la relocalisation de l’agriculture, ce qui servira à nourrir les peuple sans qu’on arrive à une patate = 2 litres de brut.
      Les routes, à vrai dire on en à pas besoin, une piste de sable convient très bien. (il faut pouvoir imaginer le véhicule adapté)
      Je travail sur des projets de centrales photovoltaïques, sur des toits agricoles/Usines et particuliers. une surface de 1000m² = à 150-200 kwcrête de production avec la technologie actuelle. On dispose de suffisamment de surfaces privées (toits) pour créer l’énergie nécessaire total à la consommation domestique en France.
      La Nanotechnologie est capable (prototypes) de produire des surface de panneaux à moindres coût et très rapidement (source Arte).
      On ne maîtrise pas la fission à des fins énergétiques, ce qui multiplierait par 10, 100, 1000? la durée de vie de nos stock d’uranium.
      bref le problème n’étant pas l’évolution future de nos technologies, mais que l’homme consomme beaucoup trop d’énergie aujourd’hui, par gâchis, aberration, compétition, promenade, mal isolé, SUV, compétitivité chinoise,moteurs gourmands, ignorance, ….
      Il ne faut pas se baser sur ce que nous consommons aujourd’hui, mais sur ce que nous consommerons demain.
      Voilà je viens de la campagne aussi, des montagnes plutôt, et j’ai appris les choses de la vie, les vrais, chez mon grand-père et ma grand-mère, qui avaient des forêts, des animaux, des fusils pour chasser, un jardin, un ruisseau qu’il défendaient dans son amont, du foin pour l’hiver, une scierie(il était charpentier) avec une turbine qui puisait l’énergie de l’étang situé plus haut, un alambique pour distiller les fruits et autres dérivés carburants pour les moteurs hybrides “du temps” (du gazon = éthanol), bref il vivaient en quasi autarcie, avec un bon niveau de confort.

      C’est sûr et bien sûr que la crise pétrolière va changer bien des coutumes pour monsieur mcDonald.

      Beaucoup de projets scientifiques sont tenus secrets à l’égard du grand public, dans l’intérêt des lobbys pétroliers.

      Les plus invisibles sont les “générateurs sur-unitaire” dont le premier le plus complexe à été inventé par Nicolas Tesla.

      Il y a trois ans on ne pensait pas pouvoir créer un appareil électrique sans câble d’alimentation. c’est chose faite (merci Tesla encore une fois).

      Cela dit, il y a un problème de taille, pas sans solution je l’espère.
      Le pétrole à engendré un boom démographique mondial.

      L’autarcie, la relocalisation, ok , mais comment on fait pour les villes? Les zones de population dense, par manque de place, il est très difficile de fonctionner ainsi. Le problème ne trouvera pas de réponse parce-que de toutes façons les politiques sont aveugles.

      On aura peut-être l’occasion de jouer un rôle dans Mad Max 4, qui sait.

      Si quelqu’un se sent l’âme et trouve l’utilité de faire un billet concernant les énergies et générateurs énergétique dont on dispose aujourd’hui, ceux dont on a entendu parler , ceux dont on rêve la nuit, ceux qui auraient le mérite d’être connus et autres moyens d’économiser tout ca(on peu aller jusqu’à l’isolation, comment fonctionnent les animaux, etc c’est open). Y a pas un Peak.Uranium.2015 dans la salle?
      Il me semble que l’énergie est le point centrale de toutes les théories qu’on avances sur ce site.
      Si on ne trouve pas de solution au pétrole, sachant qu’il faut diviser notre consommation par 2, 3, 4 fois minimum, alors le commerce de poneys et de schnaps va devenir très lucratif .

    9. @ Noux,

      Merci de m’avoir fait découvrir Nikola Tesla. Je retient le destin qu’il donnait à l’être humain : mettre en harmonie ses techniques énergétiques avec les grands rouages de la nature.
      Grâce à Michel Lambotte (et à Peak.Oil.2008, plus haut …je n’aurai pas fait le déplacement ici pour rien !), je découvre aussi une chose : le EROEI (Energy Returned On Energy Invested -en français : TRE – Taux de Retour Energétique). Si j’ai bien compris, il s’agit de calculer le ratio à partir duquel une “source” d’énergie primaire – en continu – se transforme en “puits” – menacé d’épuisement.

      Se baser sur les rouages de la nature et non plus sur ses réserves, voilà qui devrait devenir l’alpha et l’oméga de toutes recherches.

    10. Merci à tous pour alimenter la réflexion.

      @ Noux.

      – Quelques solutions. 1. Prise de conscience collective pour éviter une désillusion ingérable. 2. Faire le part des choses entre ce qui a de l’avenir et ce qui n’en a pas . Ce qui en a (micro-production d’énergie, agriculture à taille humaine et relativement autosuffisante, formation des jeunes aux jobs du futurs, recherche, artisanats, recyclage, troc, communication tournée vers l’éveil et l’éducation). Ce qui n’en a pas (marketing, biens obsolètes, le jetable, moteurs à combustion – ils sont aboutis, communication tournée vers l’oubli de soi). 3. Vivre de nos moyens. 4. Taxer le gaspi pour investir dans notre futur. Arrêter de renflouer notre passé. 4. Donner du sens aux jeunes pour éviter qu’ils ne sombrent dans le syndrome no future.

      – Les pays qui ont tourné le dos à la mondialisation. Le Laos ou le Bouthan n’ont par exemple rien à craindre (en interne) du passage du pic pétrolier et il doit y en avoir d’autre. Cela dit, assumons la situation dans laquelle nous nous sommes mis. La France à toutes ses chances, en Belgique cela sera plus dur (350 hab/km2).

      – L’alternateur et le moteur de Nikola Tesla sont des inventions qui ont de l’avenir, c’est sûr. Vous avez raison d’insister là-dessus. L’enjeu va être d’en produire en masse dans un contexte de raréfaction généralisée tout en se donnant les moyens de les recycler. Ne perdons pas de vue qu’il faut de l’énergie pour recycler. Apprenons à fabriquer des alternateurs avec les ressources présentes en abondance quitte à réinventer les inventions de Tesla. Je crois qu’il faut investir dans la micro production de masse (micro éoliènne et micro barrrages) en intégrant le recyclage. Il y a aussi une guerre à merner contre l’obsolescence. On peut aussi envisager un grand retour des ressorts (énergie potentielle mécanique). Les SREC et STEP (Stations de transfert d’énergie par pompage) sont des exemples de stockage mécanique de l’énergie.

      @ Jean-Luc. Vous avez raison de mettre en évidence la différence à faire entre non-renouvelable, renouvelable issu du non-renouvelable (éolien, PV, biofuel), et renouvelable pure (ex. production de méthane pour les gazinière en chine avec les latrines des habitations, et éventuellement biofuel). Trop de gens perdent tout cela de vue quand ils disent qu’ils n’attendent que la fin du pétrole afin que le renouvelable prenne enfin le dessus, ils ne voient pas que le développement du renouvelable risque paradoxalement de pâtir de la fin du pétrole.

      @ michel lambotte. – Merci de ma faire découvrir le concept magnifique de la prosommation. A faire connaître, définitivement ! Cela ne m’avait pas tapé dans l’œil dans vos posts précédents. – Concernant l’inflation et la chute du pouvoir d’achat, vous avez raison. Je devrais dire que toutes ces choses que nous prenons pour acquises vont flamber relativement à notre pouvoir d’achat. En fin de compte c’est l’accessibilité qui est la résultante des deux qui va chuter et particulièrement pour nous qui avons un pouvoir d’achat très dépendant du pétrole.

    11. @ Peak.Oil.2008,

      Clair et net. Plus que des solutions aux problèmes des matières premières et de l’énergie, vous rappelez les bases solides nécessaires pour les penser et en parler sérieusement.

      Je viens d’apprendre aujourd’hui, par le hasard d’un “click” sur Internet, la mort d’Arthur, alias Henri Montant, le 18 juillet dernier. Si j’avais un blog, je ferais pour lui ce que fait Paul Jorion lorsqu’une personnalité importante de son univers personnel décède. Je ferais une page titrée : “Arthur (Henri Montant) : 1939 – 2010” , et puis je dirais tout ce que la pensée écologiste en France lui doit, ainsi qu’au précurseur Pierre Fournier et à toute la bande de “La Gueule Ouverte – le journal qui annonce la fin du monde” (1972 – 1980). Voilà un homme qui, sans esprit de sérieux, parlait sérieusement de l’avenir de la Terre et de ses hôtes.

    12. à peak.oil

      “On peut aussi envisager un grand retour des ressorts (énergie potentielle mécanique). Les SREC et STEP (Stations de transfert d’énergie par pompage) sont des exemples de stockage mécanique de l’énergie.”

      Vous m’ouvrez l’esprit concernant le stockage d’énergie, par pressurisation (ressorts, gravité, compression magnétique par bobinage).

      Je connaissais la compression gazeuse, mais mécanique/électromagnétique quelle belle trouvaille et si logique en soit.

      Joli merci

    13. Pour tout vous dire, je suis technicien en chauffage et je travaille dans une PME http://www.stic.be/ (c’est pas de la pub, c’est pour l’exemple) qui installe des pompes à chaleur, et qui va bientôt installer des turboliennes domestiques, elles poduisent de l’énergie électrique.
      3,2 kwh par heure en plein vent pour un piods de 280 kg, à placer sur des plateformes ou des mats de 10m.
      La pompe à chaleur est communément le frigo à l’envers, on refroidi l’extérieur de la maison (air, eau, sol) pour réchauffer l’intérieur. (voir le site)
      La PAC a un coeficient de performance COP (un peu le EROEI) qui détermine le rapport entre l’énergie calorifique transportée de la source froide vers la source chaude et l’énergie électrique consommée.
      Ce rapport se situe entre 3 et 5 suivant les cas et dépend surtout de la différence de température entre la source chaude et la source froide.
      Ce que je regrette amèrement aujourd’hui, c’est de mettre mes compétences au service de riches Ne voyez aucun mépris de ma part à leur égard, s’ils sont riche c’est gràce (ou à cause) au système que nous dénonçons sur ce blog. J’ai réalisé des installations composées de 2 pompes à chaleur et d’une chaudière de 45 kw pour chauffer 700 m2 avec piscine couverte, certaine famille possède 2 voitures et un 4×4. (voir certaines villas du site)
      Le système exclusivement basé sur le marché voit dans ces technologies un plan pour réaliser du business, encore une fois je n’en veux à personne, c’est comme cela, les techniques renouvelables ne seront jamais accessiblesaux plus démunis dans une économie exclusivement basée sur le marché.
      Il faudrait que je fasse encore cette étude, mais je pense sans trop me tromper que c’est encore une fois à cause de ce fameux EROEI.
      Une civilisation qui mettera ce rapport en évidence sera une authentique civilisation.
      Quand on fait le compte de la totalité de l’énergie demandée pour produire tous ces dispositifs, énergétiquement parlant il n’est pas certain que, dans une économie exclusivement basée sur le marché, le jeu en vaut la chandèle.
      En regardant ceci on peut se le demander.
      http://video.google.com/videoplay?docid=-6351825321073919380#
      Dans son fort intérieur un guêpard expérimenté va calculer l’énergie qu’il va récupérer de sa proie par rapport à l’énergie qu’il va devoir dépenser pour s’en accaparer.
      Pourquoi n’en serait-il pas de même pour l’homme?
      Parceque grâce à son intelligence il a pu s’accaparer des ressources abondantes, condensées et facilement exploitables qu’il a consommé à sa guise pour répondre à ce mythe capitaliste de l’expansion économique éternel.
      Revenons sur terre et voyons que l’ère industrielle nous a donné la technologie qu’on peut utiliser autrement, tout comme l’argent.
      Aujourd’hui à 62 ans, je parcours 40000km par an en camionette, ce qui fait trois mois de travail au volant.
      Ne croyez vous pas que je pourrais revaloriser ces trois mois de manière beaucoup plus efficace dans une économie relocalisée (quartier) à base de prosommation (une manière de voir ce qui a de l’avenir et ce qui n’en a pas).
      C’est ce que je compte réaliser dans ma dernière ligne droite.
      Je fais aussi partie d’un cercle horticole et coins de terre avec des jardiniers amateurs nous cultivons pour le loisir 3000m2 de terrain qui nous sont attribués gracieusement par la ville.
      Nous avons la chance de rencontrer un projet intéressant en Wallonie et à Bruxelles qui consiste à mettre en réseau les jardins communautaire. http://www.haricots.org/mrjc
      L’étude est financée par la région et il faut en profiter pour mettre la relocalisation en exergue.
      Je n’hisiterai pas non plus à mettre ceci http://users.cybernet.be/Michel.Lambotte/ en évidence.
      Ce qu’il nous faut, c’est une alternative à l’économie exclusive de marché qui puisse par des techniques simples dans une économie relocalisée et prosomationnelle ( oufti) arriver à répondre aux besoins essentiels de tous les hommes sans bousiller la planète.
      Cela ne se fera pas en deux coups de cuillère à pot, mais je pense qu’une telle discussion si elle est lue peut y contribuer.
      Bon maintenant je vais faire un tour chez Tesla.
      Ah oui j’oubliais il y a encore ceci:
      http://quanthomme.free.fr/
      http://www.onpeutlefaire.com/articles/a-pantone2.php
      Ceci dit, avant de vouloir produire de l’énergie, il faut tout d’abord imaginer la meilleure façon de l’utiliser.

      Se baser sur les rouages de la nature et non plus sur ses réserves, voilà qui devrait devenir l’alpha et l’oméga de toutes recherches. Jean-Luc

      A écrire en lettres d’or dans tous les ateliers, labos ou bureaux de recherche….et chez le prosommateur.

    14. @ michel lambotte,

      Bonne chance pour tous vos projets. Puissent-ils, dans les années qui viennent, vous permettre de relocaliser aussi la camionnette 😉 . Vous nous tiendrez informés je l’espère.

      Le blog de Paul Jorion permet à des gens comme vous, qui ont une expérience à transmettre, et des informations à diffuser, de trouver un espace pour le faire (et, de plus, à travers les frontières !). Merci à Paul Jorion. Merci à vous.

    15. à Michel Lambotte

      Merci pour les liens. Je transmets à mon frère (notamment le système Pantone + l’aérateur de sol). Très bricoleur, je pense qu’il va approfondir.
      Cdlt

    16. @ Jean luc
      Merci pour ces encouragements, mais je ne m’inquiète pas pour mes projets, j’ai 8 petits enfants , le problème est de les leurs transmettre.
      Mais bon, ne dit on pas que les petits enfants aiment écouter raconter les histoires par leurs grands parents.
      Je n’ai pas eu la chance de côtoyer longtemps mes grands parents.
      Je vous tiendrez informé, de toutes façons c’est une évolution qui a commencé il y a à peu près 30 ans et qui prend une allure exponentielle.
      Et c’est pas Sarko et son allongement de la carrière qui va me faire reculer.
      Je veux travailler jusqu’à ma mort à mon rythme pour réaliser ce qu’il faut réaliser en sortant du salariat. C’est cela l’objectif. Comment, je n’en sais encore rien, à chaque jour suffit sa peine.

      Ps: Si je relocalise la camionette, je relocalise mon activité, c’est ce que j’espère.

      Encore merci à vous et à Paul Jorion de pouvoir m’exprimer.

      @ octobre
      Merci et en ce qui concerne l’aérateur de sol il est compatible avec le BRF
      http://www.aggra.org/

    17. Attention avec le réacteur pentone, il est prouvé son efficacité sur des moteurs à charge constante ou le régime moteur et les flux sortie/entrées n’ont pas de grande amplitude (Tracteur, camion, tondeuse, générateurs, …)

      En application sur une voiture cela nécessite une adaptation telle, que pour chaque moteur, sans bureau d’étude et de procédés complexes « d’adaptation du système » à chaque régime moteur en fonction de sa charge d’utilisation (on peut être à 3000tr/min pied au plancher, et à 6000tr/min à moitié gaz, autrement dit on peut consommer 4l/100km à 200km/h, et 10l/100km à 70km/h, tout dépend de si la véhicule est en phase d’accélération ou en « vitesse de croisière »).
      Il faut rappeler que le pentone fonctionne exclusivement avec les moteurs à explosions utilisant comme carburant uniquement les dérivés organique diester/HVB/pétrole.
      Donc à vrai dire, connaissant des personnes qui s’y sont attelé depuis bien longtemps, avec des moyens honorables, il va de soit que, si ce n’est pas les industriels qui s’y mettent, vous perdrez votre temps et le jour ou ca marchera il n’y aura plus de pétrole…

      Préférez tester les générateurs HHO. Bien plus simple à construire, voir Stanley Meyer.

      Sinon, les générateurs magnétiques, avec la technique de polarisation/dépolarisation sont des moyens de produire de l’énergie grâce au procédé de « surgénération de force mécanique inertielle par accélération magnétiques. La plupart n’incluant pas d’éléments tel que l’effet levier inertiel afin de « shunter » les polarités en répulsion, qui sans ce « shunt » ne peuvent pas marcher. On en trouve beaucoup sur Quanthomme , qui ne sont à vrai dire que des « Fake », alimentant les rumeurs d’impossibilités dans le domaine.
      On en trouve aussi d’autres, sur ce site, qui sont parfaitement viables.
      Exemple : http://www.youtube.com/watch?v=u_vTR440-Bk&feature=related

      Bien entendu ces procédés offerts aux « bricoleurs » sont bien loin des possibilités à grande échelles qu’offrent des procédés sur-unitaires de type centrales.

      Pour comprendre qui était Tesla :
      http://www.youtube.com/watch?v=fewrvaPeDQo&feature=related

      http://www.youtube.com/watch?v=5Jv0e_7Kaus&feature=related

      http://www.youtube.com/watch?v=7NiwIv3HdWY&feature=related

      http://www.youtube.com/watch?v=U682NNkl7ow&feature=related

      http://www.youtube.com/watch?v=twrCSrid9Es&feature=related

      http://www.neotrouve.com/?p=261

      en musique : http://www.youtube.com/watch?v=TJ2RPv2lxYc&feature=related

      le neutrino, Tesla Vs Einstein : http://www.youtube.com/watch?v=wbvN-5saWuc&feature=related

      Générateur HHO Stanley Meyer : http://www.turbo.fr/video-du-web/nikola-tesla-l-energie-libre/iLyROoafJxLc.html#

      Haarp : http://www.youtube.com/watch?v=Vk62y2tEKKA

      Pour le plaisir : http://www.dailymotion.com/video/x7t2lw_essai-du-tesla-roadster-by-turbo-m6_auto

      Peut servire, je suis tombé dessus par hasard :
      http://www.rencontres-int-geneve.ch/volumes_pdf/rig01.pdf

    18. @ Noux
      Merci pour tous ces liens que j’ai regardé avec beaucoup d’attention.
      C’est très vraissemblable que l’univers n’est qu’énergie que l’homme n’a fait qu’effleurer.
      Les fossiles n’étant que la conséquence lointaine de ce gigantesque potentiel.
      Il me semble qu’il reste quand même un problème à résoudre en ce qui concerne la biomasse sans laquelle nous ne pourrons survrire.
      Jusqu’à preuve du contraire on ne peut remplacer l’énergie de la nourriture par des HHO

    19. Merci Michel car vous vous participez tout autant à la prise de conscience pour une responsabilisation salutaire. Et merci à tous qui ceux qui s’intéressent à l’enjeu de civilisation qu’est l’énergie, j’ai l’impression que la reconnaissance des limites progresse doucement.

      Je vais aujourd’hui profiter du dimanche sans voiture à Bxl, un beau cadeau pour les amateurs de vélo de marche à pied.

  4. Ha! L’histoire! Ex post, comme dit l’autre, elle permet de repérer les visionnaires et les escrocs.

    Et, justement, à propos de l’Europe, j’ai retrouvé le discours du 18 janvier 1957, de Pierre Mendès France, ancien président du Conseil des ministres français, qui intervient à l’Assemblée nationale française contre le projet de Marché commun, et contre le traité de Rome. Extraits…

    (…) Enfin, pour en revenir au fond, le projet de marché commun tel qu’il nous est présenté ou, tout au moins, tel qu’on nous le laisse connaître, est basé sur le libéralisme classique du XIXe siècle, selon lequel la concurrence pure et simple règle tous les problèmes.

    Dix crises graves, tant de souffrances endurées, les faillites et le chômage périodique nous ont montré le caractère de cette théorie classique de résignation. En fait, la concurrence qui s’instaurera dans le cadre du traité tel qu’il est aujourd’hui – mais je veux croire qu’il est encore perfectible – n’assurera pas le triomphe de celui qui a, intrinsèquement, la meilleure productivité, mais de ceux qui détiennent les matières premières ou les produits nécessaires aux autres, des moyens financiers importants, des productions concentrées et intégrées verticalement, de vastes réseaux commerciaux et de transport, de ceux aussi qui ont les moindres charges sociales, militaires et autres. (…)

    L’abdication d’une démocratie peut prendre deux formes, soit le recours à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit la délégation de ces pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle, au nom de la technique, exercera en réalité la puissance politique, car au nom d’une saine économie on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement « une politique », au sens le plus large du mot, nationale et internationale.

    1957! Mendès n’a jamais plus ensuite approché le pouvoir…

    http://www.ena.lu/

    On trouve également sur le site les textes de FO qui, évidemment, est tout à fait favorable au Marché commun…

    (…) Le Marché commun, c’est aussi l’intérêt des travailleurs français, car l’harmonisation des charges sociales, la durée du travail, des congés, l’égalité des salaires, la sécurité sociale appliquée sur le régime le plus favorable doivent permettre de nouvelles conquêtes sociales.

    La CGT communiste ne veut pas de cette Europe-là, car ce ne serait pas une Europe asservie au bloc soviétique.

    Mais devant les perspectives qui s’ouvrent, les travailleurs conscients ne peuvent que soutenir, avec le syndicalisme libre et la CGT-Force ouvrière, la lutte pour plus de bien-être et plus de liberté.

    Et Force ouvrière existe encore! Si si…

    1. Dès le départ, Washington appuyait le marché commun, comme la direction de FO, créature de la CIA…
      L’un et l’autre savaient où allait le monstre, en fait d’harmonisation sociale par le haut…

  5. Merci pour ce texte ignoré ( de moi) de Mendès-France …
    Stupéfiant de lucidité ! et d’honnêteté intellectuelle. Et, voyant loin .
    Encore n’avait-il pas pu prévoir la démence totale qui frapperait les circuits financiers aux mains de mathématiciens fous.

  6. Oups j’ai oublié :

    Concernant l’hydrogène, sa densité énergétique (énergie par litre) est 5 fois inférieure à celle du pétrole et en plus il est extrêmement instable et se produit à perte.

    Ok c’est instable, mais bon… le sp aussi c’est instable, le GPL aussi, et le nucléaire alors. Tout est instable dès lors qu’on lui en donne la possibilité.

    “Se produit à perte” en Euros courant? 😀

    Les islandais ne produisent pas à perte….

    Einstein disait, il y a assez d’énergie dans une tasse d’eau pour évaporer tous les océans de la terre… à méditer.

    Bien à vous cher Peak.oil.2008

  7. (permettez moi de m’étendre un peu ici)

    Je profite du post du 10/7/10 pour mettre en avant certaines sources que j’ai trouvé aujourd’hui.

    A la vue de ces documents, je fais mieux le lien entre chaque aspect problématique d’aujourd’hui:

    Crise économique, Crise énergétique, pseudo “j’m’enfoutisme” américain, occultisme, robotisme d’esprit, réchauffement climatique.
    Essayez de faire un lien entre les dépressions chez Orange, le leader français de la télécommunication, fabriquant d’électromagnétisme à grande échèle, et le projet Haarp militaire.(ceci n’est que spéculation de ma part ;))

    1er lien : http://www.conspiration.cc/sujets/arme/HAARP.htm (les possibilités que donnait Tesla à ce projet dépassent le commun du mortel de 2010).

    2ieme lien : http://www.youtube.com/watch?v=zsiSirIq4SA&feature=related (il est avéré par beaucoup de scientifiques que la thèse du missile désintégré dans l’ionosphère est une marionnette)

    Je conseil à tous de se documenter sur la vie de Tesla et de ces liens avec entre autres JP Morgan, le pourquoi du comment , ou devrais-je dire commun.

Les commentaires sont fermés.