FRANCE CULTURE, « LES MATINS », MARDI 7 DECEMBRE, LA SEQUENCE DE 8h00 À 9h00

France Culture ne met à notre disposition comme podcast de l’émission à laquelle j’ai participé mardi, qu’un enregistrement de la séquence qui va de 7h40 à 7h55. Or, l’« invité du matin » est encore là de 8h00 à 9h00 et a l’occasion de dire dans l’heure qui suit des choses qui ne lui semblent pas moins pertinentes et dans un style peut-être plus incisif, vu qu’il répond à des objections venant de chroniqueurs à la langue bien pendue.

Merci à DomWL d’avoir découpé tout cela à notre intention.

De 8h00 à 9h00 :

Les paniques bancaires – L’évolution du capitalisme du XIXe au XXIe siècle

Cantona – La rémunération des gens qui gagnent beaucoup d’argent

Les dominos européens – Franco : « Likambo Ya Ngana ».

Rappel : la séquence de 7h40 à 8h00.

Partager :

38 réflexions sur « FRANCE CULTURE, « LES MATINS », MARDI 7 DECEMBRE, LA SEQUENCE DE 8h00 À 9h00 »

  1. Merci M. Jorion pour votre intervention comme toujours pertinente et éclairée!
    quand j’entends le mot (France)culture, je sors mon « Jorion »! 🙂

    1. @pernodo : dites ça à l’auteur de ce blog qui a réponse à tout et réfute brillamment tous les arguments contre « l’interdiction des paris sur les fluctuations de prix » ! 🙂

  2. Merci à domiWL, je n´avais pas pu écouter en direct.

    Le capitalisme familial présentait en effet l´intérêt d´être un peu plus vertueux , dans le sens où il liait le destin de la famille possédante à la vie de l´entreprise. Mais n´y a-t-il pas une tendance mécanique à la concentration du capital inscrite dans le système qui fasse que ce type de capitalisme ne pouvait perdurer ?

    1. A creuser .

      On peut aussi penser que , comme pour les agriculteurs ( entreprise familiale par excellence ) , l’ouverture au capital extérieur ( ou à l’endettement ) a été encouragé par la nécessité d’investir dans des outils et installations innatteignables par le capital propre. Le rôle de la production de masse de produits  » bon marché » demandés par ( par qui au juste ?), a surement un impact sur cette accélération des investissements massifs . On note d’ailleurs qu’assez rapidement la fabrication de besoins de consommation sans cesse  » croissants » , a alimenté la rentabilité des investissements faits ( et dont les propriétaires réels n’étaient déjà plus tout à fait les mêmes ) et la nécessité de toujours plus d’investissements nécessitant l’appel au crédit-vache-à-lait magique, maffiosé par les mêmes .

      Le consommateur a donc sa part de responsabilité dans la croissance des vampires . Les vampires sont par contre tellement vampires que le crédit ne leur suffisant encore pas complètement ,ils ont inventé les jeux de magie de casino . Le coup de trop ?

      Par proximité les propriétaires-entrepreneurs  » familiaux » , sont assez fréquemment devenus aussi vampires à temps plus ou moins partiel . Pas tous .

    2. Cas d’entreprise plus très familiale mais échappant au casino : Bosch.

      Les actionnaires majoritaires (héritiers…) n’ont que 3% des voix,
      les gestionnaires (97% des voix) n’ont presque pas de capital.

      En gros, on introduit un terme d’amortissement du type « pouvoir=1/fric » dans les équations qui meuvent ces acteurs « rationnels ».

      Vu de Sirius, Bosch, sans être un parfait parangon de vertu sociale, semble éviter les plus grosses ornières de l’exercice du pouvoir…

  3. Je poste ici, même si ce n’est pas le sujet. Attention : rediffusion demain matin ou sur ARTE+7 :
    http://videos.arte.tv/fr/videos/euro_quand_les_marches_attaquent-3569296.html

    Un document d’archive à voir et à conserver, vu hier soir sur ARTE, avec en vedette la marquise en TGV.
    « Haro sur l’euro »
    « La monnaie européenne, rattrapée par la tourmente des subprimes, vient de frôler la catastrophe. Anatomie d’une crise dont les citoyens commencent à payer la facture ».

    « Euro : quand les marchés attaquent » (Finlande, France, 2010, 60mn)
    Cela m’a rappelé quelques périodes chaudes durant lesquelles Paul & François nous tenaient en haleine et ou nous avions alertés nos édiles.

    Rediffusions : 09.12.2010 à 10:25 suivi d’un débat fort pertinent
    Réalisateur: Jean Quatremer, Jean-Michel Meurice

    « La crise de l’euro est-elle derrière nous ? Pourquoi et comment a-t-elle submergé les économies européennes ? Une enquête qui dévoile les mécanismes à l’oeuvre dans le fonctionnement des fameux « marchés » ».

    1. Excellente vidéo!
      Merci

      C’est stupéfiant de constater à quels point nos décideurs politiques et financier, ainsi que leurs armées d’experts sont aveugles et sourds, ils pensent le monde dans une boite à chaussures.

      Ces gens ont délibérément limité leur vision du monde à leur horizon personnel. Nommant ce qu’ils ont choisit d’ignorer « inconnu », par consensus culturel et social. Et « impuissance » leur démission face aux conséquences de leur volonté d’ignorer ce qu’ils ont choisit d’ignorer pour ne pas remettre en question leur cursus et leur carrière.

      Faisant preuve d’une amnésie historique, n’ont-elle pas décréter tacitement d’un commun accord « la fin de l’Histoire »? Cela en dit long sur la perspective de leur champ de vision.

      Ces personnes revendiquent des postes à hautes responsabilités, pour se déclarer collectivement irresponsables du merdier dans lequel elles ont contribué à nous mettre. Merdier que nous avons vu venir depuis plus de dix ans.

      Nos élites sont dans l’incapacité de mesurer l’ampleur du crime. Par instinct de survie intellectuelle, morale, et spirituelle.

      Je parle de crime est c’en est un. J’ai entendu dire que l’Europe à été conçue pour empêcher les nations de se décimer. Sachant que les conflits éclatent entre les élites entrainant derrière les peuples manipulés par la culture, la religion, l’idéologie. Au sein des nations et entre les nations. Et le plus beau, au nom de « l’Intérêt National » et de « la Mère Patrie ». C’est ainsi que les élites conservent leur position dominante.

      Il est évident que nous n’avons plus rien à attendre de nos élites, empêtrées qu’elles sont dans leurs mensonges et renoncements. Qui sont autant de trahisons à des degrés divers. Cela à l’échelle mondiale. Seule l’entente des peuples contre leurs élites sauveront les nations.

      L’idéal européen à été détourné et saccagé. Sachant le prix en sang et en larmes payé par les générations précédentes. Ce simulacre de devoir de mémoire ,combien de mémoriaux ont-ils été érigés les uns sur les autres aux victimes des délires narcissiques des élites d’alors?
      Pour « plus jamais ça ».

      Quel ennemi à combattre va-t-on nous trouver, en guise d’exutoire? Qu’elle victime innocente sera déclarée coupable pour payer un crime commis par d’autres. Des « innocents » sacrifiés pour venger d’autres » innocents » sacrifiés.

      J’ai mis des guillemets à innocents, puisque nous sommes tous plus ou moins innocents ou coupables de quelque chose. Mais avant tout, nous sommes tous les récipiendaires de notre dignité humaine et collectivement, les garants et coresponsables .

      Que nous le voulions ou non, il en est ainsi.

      La « mondialisation » a le mérite de rendre cela plus visible que jamais.

      Les élites pensent le monde, mais se sont les peuples qui le bâtissent .

      L’anthropologie devrait-être une matière obligatoire.Car sans en faire nécessairement une spécialité. Elle donne l’outil qui permet de reconstituer le visage de « l’Homme » en rassemblant les pièces éparses du puzzle. Et de construire une sorte d' »humanisme ».

      Le 21è siècle sera humaniste ou ne sera pas.

      Nous ignorons l’anthropologue qui sommeille en nous. Le blog de monsieur Jorion le révèle.

    2. Les utilisateurs du système windows XP et/ou Vista7 qui voudraient conserver une vidéo arte (copie privée) peuvent utiliser cette application (TVO 2.9):
      http://www.gratilog.net/xoops/modules/mydownloads/singlefile.php?cid=150&lid=2153

      Télécharcher l’archive en .zip, la décompresser et cliquer sur TVO.exe
      Dans la fenêtre de l’application, choisir « Arte » dans le menu déroulant en haut à gauche, puis « Arte+7 » dans celui d’à coté. Il faut ensuite trouver l’émission dans la liste qui référence par date tout ce qui est disponible sur le site Arte+7.

      L’application n’est plus mise à jour mais fonctionne parfaitement.

    3. @saule
      Je viens de réécouter en partie le débat qui suivait et que je qualifiais de pertinent.
      Le journaliste et spécialiste de l’Europe, Jean Quatremer, est l’invité de Thomas Kausch.
      Excellente illustration de l’Europe des 27 en les comparant aux copropriétaires d’un immeuble à étages, les grecs en bas et les allemands en haut.
      J’espère que nos dirigeants sont à l’écoute des citoyens des 4 mers.
      http://videos.arte.tv/fr/videos/debat_euro-3578942.html

    4. Quatremer il est à la masse : 50 % à titre national c’est à dire qu’au moindre soupçon de début éventuellement envisageable qu’il pourrait y avoir un semblant de problème ses fameux 50 % deviendraient 0 % à la vitesse de la pensée (de la peur panique pour être plus exact). Tu parles d’un « piège à loup » réglée sur ultra-sensible. L’idée est vraiment « de génie ».

    1. @Papimam

      Merci.

      Cela dit, si je partage l’idée qu’il nous faudrait une Europe plus cohérente. Je trouve que l’analyse de monsieur Quatremer est limitée. Pour moi le but n’est pas tant de rassurer les marchés que de les ramener à leur juste place. Le marché est un outil ce n’est pas une fin. Les marchés doivent contribuer à l’Economie qui est elle même l’outil d’une politique de développement. L’Economie et le Politique n’ont pas vocation de servir et de satisfaire les marchés.

      L’Europe doit s’unir pour tenir tête au « Marché ». Mais l’Europe a grandit trop vite et mal. Sa croissance a été dopée artificiellement par des crédits tous azimuts. Pour que ça change il faudra que le système s’écroule. On peut toujours écoper avec un verre et coller des rustines ici où là. Ce qui est mal fichu est destiné à se casser la figure. La loi de l’équilibre est universelle.

      A moins……à moins que la lumière soit et que dans un éclair de lucidité les individus qui constituent les marchés calment le jeu. Faute de quoi c’est l’économie mondiale qui va se ramasser. Retour à la case départ.

      Nous sommes en plein dans la troisième guerre mondiale contre des hurluberlus immatures et irresponsables atteint de la folie des grandeurs et souffrant de délires multiples. Pris par le mal d’une altitude où ils se sont hissés, bien au delà de leur capacité physique, intellectuelle,morale et spirituelle. Debout sur nos épaules ils se prennent pour des géants.
      Et nous prenons l’ombre qui se projette à nos pieds pour une divinité.

      Alors qu’à la toute fin de l’histoire, ils finiront en poussière, comme tout le reste. La matière qui les constitue et qu’ils méprisent, une fois décomposée servira enfin à chose utile, puisque constituant le terreau porteur des germes d’une nouvelle aventure.

  4. L’opération Cantona n’a pas eu d’écho….. Cantona n’en demandait pas et n’en a jamais demandé.
    Mais c’est un chant Tyrolien sur toute la montagne, et le chef d’orchestre est Jeune et Français, il se nomme Sarfati et sa bande.
    Aphatie n’a qu’à bien se tenir au pied de sa montagne Pyrénéenne ! Même les Basques vont s’y mettre au trou là là itou.
    Et Slama me traite de « tas »……. de sable.
    Bravo Paul pour la suite, calme clair et reposé.

    1. Si les « fils de Mandrin » s’allient avec Robin des bois, nous pourrions peut-être éviter de nous’ allier avec la tribu des Spadgiari……….
      Notoirement d’extrême droite, ce qui n’inquiète personne ni ici, ni ailleurs ?!!
      Pffffffff……….
      On a bien toujours d’éternels problèmes de Gaulois face aux légions de l’Empire !

    2. Bonjour Pierre,

      J’ai déjà signalé qui se tenait derrière cette initiative et pourquoi elle n’était qu’un leurre.

    3. Où ça, je ne vous ai pas lu ?
      Qui se tient derrière Sarfati et ses amis de Face de Bouc?
      Vous êtes bien mystérieux……

  5. Paul,votre liberté d’être et de penser est réjouissante! Jamais vous ne vous êtes éloigné de vous-même, alors qu’on vous a ouvert les portes en GRAND! Merci pour votre authenticité!!!

  6. Bonsoir PAUL

    J’ai bien peur qu’il ne soit pas possible par le seul usage du cheminement démocratique d’apporter un tant soit peu de moralité dans le systême banquaire. Pour cela, il faudrait que nous puissions compter sur l’intégrité de nos politiques et leur dévouement pour l’intérêt général car ce sont eux qui peuvent présenter les propositions de loi nécessaires à ce vaste chantier.
    Il est évident que le systême bancaire ne se réformera pas de lui même dans ce sens et force est de constater que nos politiques traînent tous des casseroles dérière eux. Nous sommes dans l’attente des prochains scandales.
    Quant à l’intérêt général, je ne prendrai que l’attitude exemplaire de Mme LAGARDE concernant les crédits révolving. » Un crédit doit être remboursé ».On se demande bien qui a pu lui souffler cette annotation qui figure maintenant sur les formulaires de dossier de crédit!
    Le client ou plutôt le gogo lui aura encore des taux de 21 à 23% ce qui est du vol. Sainte USURE priez pour nous pauvres banquiers.
    La messe est dite.

  7. On peut regretter que M Voinchet n’ait pas posé relle ou telle question, on peut apprécier plus ou moins A.G.Slama; mais on a entendu clairement, posément Paul Jorion dans une situation accueillante.
    Nous pouvons alors apprécier la différence qualitative avec l’émission télevisuelle de F.Taddei auquel je n’ai rien à reprocher personnellement car il reste convivial et plutot sympa, mais je l’avais déja constaté avec celle ou était présent d’A.Madelin, les intervenants n’arrivent pas à exprimer leurs idées, ils n’ont le temps que de les suggérer; on a l’impréssion que la télevision génère plus le match que le débat.

    La pire des situations a été atteinte par J.P. Elkabah dans la bibliothèque Médicis ( un lieu qui n’est pas un plateau de télé, mais ou souffle les murmures de la pensée) quant le jounaliste lui méme a si peu de respect pour son mètier qu’il ose………….humilier son invité.

    La radio est bien vivante, elle porte des voix, de la pensée sur les ondes

  8. Si j’avais écouté Cantonna, j’aurais planqué mon « magot dans un puits »
    Lapin ! le magot est dans le puits.

  9. Ce soir sur ARD (télé allemande), dans l’émission « Hart aber fair » l’on discutait très librement de l’Euro avec des invités prestigieux comme la fille de Helmut Schmidt :

    http://www.wdr.de/tv/hartaberfair/sendungen/2010/20101208.php5?akt=1

    Susanne Schmidt
    Nationalökonomin, Buchautorin „Markt ohne Moral“

    Max Otte :
    Buchautor u. a. „Der Crash kommt“ und „Die Krise hält sich nicht an Regeln“

    Cet analyste aurait prévu la crise depuis 2006…

    Hans-Olaf Henkel
    ehem. BDI-Präsident

    Un type qui avait encensé la création de l’euro.

    Cet aréopage distingué discutait très librement de l’avenir de l’euro, car concernant le passé tout le monde s’accorde à dire que c’était une erreur de mettre en place l’euro sans politique économique fédérale, bref que tout ce qui arrive actuellement était à prévoir.

    Hans Olaf henkel préconise un euro-nord et un euro-sud. En tout cas le sujet de la fin de l’euro n’est plus tabou, ce tabou a été brisé ce soir par ceux qui en profitent le plus, avec une analyse assez juste concernant le risque de dévaluation et la perte de compétitivité pour l’Allemagne. 40% des exportations Allemandes vont vers la zone euro, certains ont dit que l’Allemagne importe beaucoup également mais comme on sait, c’est la balance commerciale qu’il faut regarder.

    Il y a 13 devises dans la zone euro, une de plus ou une de moins. Seule Schmidt prévoyait une catastrophe à cause des marchés. Ils ont dit aussi que Sarkozy avait empêché Merkel de larguer Grèce, car nous avons des intérêts bancaires impliqués. Que la Grèce ne devait pas rentrer dans l’euro, et que c’était une décision politique… etc.

    Bref, certains envisagent sérieusement la fin de l’euro, sans catastrophe, d’autres prévoient son prolongement sur quelques années avec les euro bond mais la question de l’engagement n’enchante pas les Allemands.

  10. Vous faites preuve de beaucoup de pédagogie, M. Jorion et vous êtes assez percutant dans vos arguments. Ça fait un bien fou de vous d’entendre contrer vos contradicteurs avec efficacité et sans verbiage. Vous avez une capacité à analyser les choses au delà des apparences qui sont souvent le seul horizon de beaucoup d' »experts ».

    Encore merci.

  11. Merci beaucoup Paul ! Du temps pour expliquer, c’est ce qui est nécessaire.

    Poursuivons les convergences des grèves massives illimitées dans tous les pays jusqu’à ce que les aristocrates cèdent définitivement leurs places pour qu’enfin une nouvelle page de l’Histoire, digne et transparente, soit écrite par les peuples solidaires eux-mêmes.
    Que naisse l’éco-socialisme du XXIe siècle !
    Que vive l’humanité et notre mère la Terre !
    Détruisons ce système qui rase les paquerettes et tond les populations !
    Droite dure, gauche molle et uppercut de la rue !
    Alors que les riches pètent des câbles, reprenons les contrôles !
    Papillon (Anticapitaliste)

  12. La conférence de presse de Michel Barnier:

    http://ec.europa.eu/avservices/player/streaming.cfm?type=ebsvod&sid=171003

    En particulier les Q/R àpd 14:50
    Agence Belga : « Vous avez beaucoup insisté sur la spéculation sur les matières agricoles, en précisant que vous trouviez l’hyper-spéculation scandaleuse. Pourtant, si je me souviens bien, à l’été 2008 quand le prix des matières agricoles s’est envolé, la Commission – et la DG Agriculture en particulier – avait martelé que la spéculation n’avait strictement aucun impact sur les prix. Alors j’aimerais savoir si la Commission a revu sa doctrine sur les sujet et s’il y a des études maintenant qui prouvent qu’il y a bien un lien entre la spéculation et les prix des matières agricoles. »
    Michel Barnier : (grand silence, semble visiblement chercher un soutien ou une approbation de ses collaborateurs) « heu … 2008-2010 (…) et comme vous l’avez observé, il y a de nouveaux commissaires » (énorme silence, visiblement ne sais quoi répondre) bla-bla-bla … « On me dit : Vous n’avez pas prouvé que les CDS ont été responsables de tel ou tel phénomène spéculatif » Bref, la transparence, il n’y a que ça qui est important !

    Le meilleur, il faut oser le dire :
    « Les pays les plus pauvres qui dépendent en grande partie des importations ont été touchés par des famines. La transparence et la responsabilité sur les marchés n’est pas la seule réponse. (…) Il y a d’autres réponses en matière de gouvernance mondiale pour l’agriculture et l’alimentation. Le soutient à ces pays d’Afrique et de la Caraïbe pour qu’ils produisent davantage eux-même ce dont ils ont besoin plutôt que de dépendre seulement des importations. »

    1. Peak oil si j’en crois votre lien
       » It’s not that Bernie Maddof was a pyramid scheme. The whole economy is a pyramid scheme.

      The mortal blow to human industrialized civilization will happen when oil prices spike and nobody can afford to buy that oil, and everything will just shut down ».

      Mais pas besoin d’attendre le peak oil pour que tout s’écroule, vous le voyez en ce moment.

      Sur l’economie construite en cavalerie: L’ARGENT mode d’emploi p 252-260.

    2. Si par le plus grand des hazards nous tombions sur un nouveau Ghawar maintenant, tous nos problèmes financiers seraient réglés pour quelque chose comme 10 ans. La plus grande bulle de toutes les bulles est celle des hydrocarbures. Ne pas voir le lien entre effondrement de la croissance et la disponibilité en énergie est tragique. Je vous propose de méditer sur la courbe de production pétrolière pendant les trentes glorieuses, puis les trentes piteuses et les 5 années passées.

      http://gailtheactuary.files.wordpress.com/2010/11/colin-campbell-april-2009-forecast.png

      Et pendant ce temps la demande mondiale n’aspire qu’à une chose : s’envoller !!!

  13. Cher Paul,

    A propos du slogan « Celui qui croit que la croissance peut être infinie dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste ? » – Flore Vasseur vous demande : « N’avons-nous pas un problème de culture de société, celui peut-être même d’une idéologie de croissance infinie, d’enrichissement personnel permanent ? Est-ce que ce n’est pas là le gros mensonge que l’on cherche à cacher ? ».

    Pas besoin de dire que j’ai été très déçu par votre réponse car vous n’avez tout simplement pas répondu à la question à laquelle il ne fallait pas spécialement répondre par oui ou par non. En tous cas votre non réponse ne fait qu’ajouter de la pertinence à cette question et vous renvoie à votre perméabilité sur le sujet.

    Les limites à la croissance sont criantes à tant de niveau et je ne vous ai pourtant jamais vu aborder ce sujet comme pour faire comme si il n’existait pas et qu’il n’arriverait jamais. Je pense qu’il y a là pour vous une révolution à faire. Chacun la sienne.

    Amicalement,

    Dionysos

    1. La culture fait partie du tout, je ne pense pas qu’on puisse changer la culture – par quel bout la prendre d’ailleurs ? – et que le reste se changera de lui-même. Les inventeurs de religion disent aux gens : « Changez ! ». Moïse dit : « N’adorez pas le Veau d’or ! », Socrate dit : « Pensez par vous-même ! », Jésus dit : « Aimez-vous les uns les autres ! », etc. etc. Les gens adoptent les nouveaux rituels avec enthousiasme et le reste ils s’en fichent.

    2. Je crois que la question de Mme Vasseur était surtout de savoir si la culture dominante montre ses limites ? Une culture qui a justement valorisé l’idée selon laquelle l’homme peut sans cesse s’affranchir des limites et qui présuppose que tout ce qui est acquis l’est pour de bon.

      Il y a bien des cultures sur notre bonne vieille Terre et il est frappant de voir à quel point la culture a évolué rapidement et est devenue dominante en très peu de temps, en fait à une vitesse incroyable à l’échelle du temps humain. Je ne pense pas qu’il faille créer une religion en réponse aux lacunes de la culture dominante mais il est important de démonter les aspects dogmatiques de notre culture pour la faire évoluer mais cette fois dans le bon sens, histoire que le ‘bon sens’ reprenne la main. La remise en cause de la culture dominante n’impose pas non plus qu’il faille venir avec ‘une idéologie clé sur porte et prête à l’emploi’ à substituer à celle dont nous héritons, le plus important étant la réflexion collective et non dogmatique.

      Nous sommes ici grâce à vous pour discuter et évaluer ce qu’il y a de bon dans notre culture. Se poser la question des limites des différents types de croissance ne revient pas à dire que tout ce qui a été fait au cours de notre histoire récente est à jeter. L’objet de cette réflexion est d’essayer d’évaluer le champ des possibles dans un contexte où notre cadre a tendance à rétrécir.

      Je pense qu’il faut éviter de se complaire dans les illusions comme ce fut le cas au cours de XXème pour s’éviter une trop grande désillusion qui pourrait se révéler très dommageable. Il faut se battre pour que l’homme ait les pieds sur Terre et qu’il regarde la réalité en face et qu’il soit compréhensif envers ses actes passés même si ceux-ci seront lourds de conséquences.

      Sinon je ne suis certainement pas pour jetter le bébé avec l’eau du bain, je ne voudrais pas qu’un dogme se substitue à un dogme.

  14. @ Monsieur jorion ,

    votre détachement et votre aisance font merveille face à des interlocuteurs largués qui lisent péniblement leus petits papiers…

Les commentaires sont fermés.