DE LA CARRIERE DE CERTAINS ECONOMISTES

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Un article publié hier par l’agence Bloomberg : Fed Officials Saw Housing Bubble in 2005, Didn’t Alter Policy : Les dirigeants de la Fed avaient vu la bulle de l’immobilier en 2005, leur politique était restée inchangée, par Craig Torres, rapporte une conversation qui eut lieu à la Fed en juin 2005, lors de la réunion d’un comité en présence d’Alan Greespan – qui serait encore pour six mois président de la banque centrale américaine.

Lors de la réunion, le Dr. Richard Peach, chercheur à la Réserve Fédérale de New York déclara :

Il ne se passe pas de jour sans qu’un article sensationnaliste n’affirme dans la presse que les États-Unis connaissent une bulle de l’immobilier qui ne tardera pas à éclater, entraînant des conséquences désastreuses pour l’économie. Le marché de l’immobilier résidentiel est en excellente forme depuis un certain temps ; la construction ainsi que les ventes de logements individuels ont atteint des sommets au cours des mois récents et le prix des habitations est en hausse rapide, tout particulièrement le long des côtes Est et Ouest du pays. Une telle activité s’explique aisément par des fondamentaux robustes.

J’ai voulu mieux comprendre la carrière des économistes. Aussi, je viens d’appeler le Dr. Richard Peach, qui travaille toujours comme chercheur à la Reserve fédérale de New York. On est samedi, et je suis malheureusement tombé sur son répondeur. Je lui ai laissé un message, où je lui explique que je serais intéressé de lire ce qu’il a écrit récemment sur le sujet (je n’ai même pas dû mentir !).

Les recherches du Dr. Richard Peach sont toujours financées par la Reserve fédérale de New York, rien n’a changé. En 2005, je terminais d’écrire La crise du capitalisme américain (publié en janvier 2007). Mes recherches sont toujours financées par ceux qui achètent mes livres. Rien n’a changé là non plus. Seule différence : s’ajoutent depuis un an et demi à la liste de mes sponsors, ceux qui comme vous ont la gentillesse de faire un don au Blog de Paul Jorion. La recherche indépendante – et permettez moi d’ajouter sans amertume excessive « de qualité » – vous remercie !

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

183 réflexions sur « DE LA CARRIERE DE CERTAINS ECONOMISTES »

    1. « Mais, hélas, aujourd’hui les banques disposent de 51 % des votes, car elles achètent les gouvernements. »

    2. Il y aura d’autres Tunisie pour d’autres raisons mais le résultat sera identique…des pouvoirs qui tombent en quelques jours et ou semaines….

    3. @dissy, avec des pillages et on sait pas encore s’il y aura la terreur, sinon pour l’austérité essaye le plan Marshall, cela à l’air idiot, mais c’est un message qui parle (car il nous parle de notre histoire), quand un pays est dans la mouise, vaut mieux un plan Marshall que l’austérité (sauf que les pays sous tutelle du FMI n’auront jamais cette chance)

    1. Je ne sais si vous avez remarqué la petite illustration en début d’article.Piotr a fait sa petite enquête, elle fait référence à un film de Clint Eastwood de 1992 intitulé en français;Impitoyable ,Unforgiven en anglais.

    1. Quatre solutions;haircut ou défaut de paiement/inflation/allongement de la maturité de la dette/mutualisation de la dette…
      There Will Be Blood …
      Manque Vigneron pour les objurgations,Jérémie pour les lamentations.

    2. @Marlowe

      Vigneron n’est pas loin. Il a seulement changé de nom.

      M’étonnerait fort.
      L’incognito c’est tout petit con-con quand on s’appelle Vigneron.

    3. à Martine Mounier,

      Pourtant je crois que dans ses voyages il boit du rouge ou il voit rouge, comme vous voulez…

    4. Mon ami Eddie se cacherai-t-il sous un pseudo dont la couleur évoque irrésistiblement des révolutions et le début une chaine de télévision pour enfants ?
      Mr le détective vous avez du flair !

    5. Le style,
      Le style est tout, surtout chez ceux qui en ont un peu.
      Et aussi, comme pour nous tous quelques obsessions…

    6. @Alexandre-Marlowe&Associés Détectives,

      J’aime pô les filatures… suis comme les enfants, je veux Vigneron en Vigneron, sinon je pleure. ;]

    7. à Martine Mounier,

      Merci de m’épargner le couplet sur la filature : il s’agit d’un peu de logique et d’attention.
      Point bare.

    8. @Marlowe

      Vous n’avez pas vu le smiley au bout de ma phrase ou bien ? La logique c’est important, mais l’humour aussi !

    9. Snif… 🙁 Cessez Martine, je vous en prie… Zallez m’fair pleurer. 😉
      Gardez donc vos larmes pour les tyranzélérentiers, ce sera encore trop pour eux – Agape oblige, « per curam ecclesiae et agapen fratrum », et vos sourires ou vos prières pour tous les autres, ce sera jamais trop… et déjà énorme.
      PS : ça fait du bien de vous lire, et de vous revoir passer le nez à la fenêtre. 😉

      @ Les pieds nickelés, les zapatistes-zadopistes immodérés de contrebande, les Sam Spade de la 25ème heure, les zercules Poireaux du dimanche soir, avec ou sans moustache et coupe de douilles à beugler Aliiiine sur les plages en chouinant aux cormorans.

      Bien heureux qu’il est le pépère gironflon, bien que – à peine ,à peine – froissouillé aux entournures et tout de même un peu – quoique là franchement kâmême – assis, que vous vous satisfitassassiez d’un pâlichon et ersatzoïde Casper swiftien vaguement rubicond et tout à fait nanifié en lieu et place d’un macrobouffon rabelaizoïdaire et authentiquement cabernophile… L’étrange zoosphère du blog à Popaul ne laissera donc jamais de surprendre le dilettantéthologue viti-vinicole rangé des limousines bloguesques – et revenu de la nature humaine – que je m’efforce d’être…
      Tsssss…

      Que vive la révolution tunisienne ! Vive Hamma Hammadi et tous les clandestins et résistants authentiques de la première heure comme lui !

    10. à Martine Mounier,

      Je ne vois pas grand chose qui ressemble à de l’humour et pas de smiley non plus.
      Je garde en mémoire le « m’étonnerait fort ».
      Le détective a un trait de caractère dont il est plutôt fier : il aime bien ne pas se tromper ni être trompé.
      Bien à vous.

    11. Pfouuu ! Petit, petit, Captain Lemol…
      Pas pu m’faire ma r’ligion entre Maxiboutiens et Miniboutiens ! Rin à fair ! On finit par boulotter des œufs barlocs à pas s’décider… et pi d’façons les avergots j’les mange que durs, ou à la poêle à la graisse de Donald ! Et les Houyhnhnm, j’vous dis pas l’ennui… d’façons jamais aimé les canassons ! Vivent les Zozos et les Yahoos. Foi de spéculateur de flanelle, rendu à l’eau et au pain sec !

    12. @ Marlowe

      L’humour était dans le Détective’s Associated. Dans le j’aime pÔ (sinon j’aurais dit j’aime pas). Dans le fait de plaisanter sur le fait que je voulais mon Vigneron avec sa tête de Vigneron, le Terrible, sinon BoUUUUh, gros chagrin. L’humour était dans le smiley minimaliste parce que, figurez-vous, j’aime pô non plus les smileys jaunes (je suis pénible, hein !?). Quant à l’expression « m’étonnerait fort », elle n’avait pour intention que de dire que, compte tenu du tempérament ouvert, en lien avec les autres, grande-gueule-qui-dit-qui-signe, de Vigneron, je ne le voyais pas vraiment passer discretos dans sa petite veste grise. Rien de vexant pour vous qui pensiez le contraire.

      Mazette, c’est qu’il va bientôt falloir prendre des pincettes avant d’ouvrir la bouche sur ce blog !

      @Vigneron

      Parfois une solidarité vous manque et c’est tout le courage qui vous fait soudain défaut.
      Fragile équilibre de nos forces.
      (En plus Gastroenteritis s’était invité à la maison…)
      Vous restez un peu, j’espère.

    13. «@ vigneron
      Rappel du post du … 11 janvier 2011 à 20:25…. » aimez vous le vin gullirouge?….. parce que vos commentaires ont un tanin qui m évoque un peu la « madeleine « de Bacchus.Vinteuil me direz vous.  »
      Ah…..!Les struldbruggs ….?!
      M etais bien dit qu ‘ça avait un goût d os!

  1. Merci Dissy pour ce lien
    http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2011/01/comment-en-finir-une-fois-pour-toute-avec-la-crise-de-la-dette-souveraine-qui-ravage-la-zone-euro-depuis-un-an-autrement-dit.html

    (…) »La France veut aller plus loin en obligeant chaque pays à se doter d’un « programme de convergence interne » afin, par exemple, de régler les problèmes de compétitivité identifiés par Bruxelles. De même, pour Paris, une plus grande souplesse de l’aide européenne ne peut se faire sans une harmonisation progressive (d’abord les assiettes, puis les taux) de la fiscalité des entreprises et du capital au sein de la zone euro. L’harmonisation sociale, « infiniment plus compliquée », comme on le souligne à l’Elysée, est aussi à l’ordre du jour : « si on annonce en commun que l’on va retarder l’âge de la retraite, cela sera le signal que les contraintes budgétaires à venir seront allégées d’autant ».

    Faut-il aller plus loin et créer des « eurobonds », c’est-à-dire des emprunts européens, comme l’ont proposé l’Italie et le Luxembourg ? Dans un entretien au Monde daté de samedi, le ministre chargé des affaires européennes, Laurent Wauquiez, suggère plutôt de lancer des « project bonds » qui financeraient des grands projets d’infrastructures, comme le proposait déjà Jacques Delors, l’ancien président de la Commission, en…1993. Bref, sous la pression des marchés la zone euro essaye de rattraper une décennie d’intégration perdue.

    Rédigé le dimanche 16 janvier 2011 à 15:57 dans  »

    …Si ce n’est pas de la dichotomie financière, c’est quoi?…

  2. D’ailleurs tout le monde parle de crise financière , il serait plus juste aujourd’hui de parler de génocide financier. Le peuple serait certainement plus aptes à réaliser l’ampleur de la tragédie.

  3. Le FMI en Espagne, mais pas pour discuter d’un plan d’aide

    Une délégation du Fonds monétaire international (FMI) se trouve actuellement en Espagne, mais pour des raisons de routine, et la discussion d’un plan d’aide à ce pays n’est pas à l’ordre du jour, a indiqué dimanche une porte-parole de l’institution. « Une équipe du FMI voyage actuellement dans un certain nombre de pays pour préparer le rapport sur la stabilité financière dans le monde », qui sera publié comme chaque année en avril, avant les réunions de printemps du FMI, a précisé cette responsable dans un courriel à l’AFP. « L’Espagne figure parmi les pays dans lesquels cette équipe s’est rendue. L’équipe ne discute pas des politiques économiques de l’Espagne », selon elle. lesoir.be

    1. C’est bien connu, ils sont en Espagne pour fêter la nouvelle année autour d’une paella géante.

      Rien d’extraordinaire …

Les commentaires sont fermés.