148 réflexions sur « LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 21 JANVIER 2011 »

  1. Bonjour pardon de vous embeter avec mes petits soucis techniques, mais je n’arrive plus a lire la vidéo du vendredi et même via Daily motion, je viens de déménager et de passer du Pc au Mac, j’ai droit a un écran noir ! je ne comprends pas d’autant plus que la semaine précédente j’ai pu lire la vidéo alors que j’étais déja passé au mac, mais il se trouve qu’entretemps une personne à priori bien intentionnée est venu mettre à jour mon ordinateur… j’arrive toujours par ailleurs à lire d’autres vidéos ici ou là, je pensais que ca allait passer tout seul, mais après 3 jours pas de changement. Ceci est un SOS parce que moi aussi sauf erreur je les ai toutes regardées chaque semaine depuis le départ. Par avance merci et sinon tant pis reste l’essentiel.

  2. D’ailleurs, cher Timiota il ne saurait suffire d’avoir fixé la place provisoire ou définitive de la psychologie collective dans l’ordre du savoir ou de la recherche. Il nous importe en premier lieu de connaître comment elle remplira, en effet, cette place.

  3. Timioto, bonjour vous voulez dire que les idées que j’expose sont proche de l’auteur et l’ouvrage cité ci-dessus, probablement, sachez au passage qu’ il n’est pas le seul à avoir écrit des ouvrages sur de la psychologie collective, mais si ce que j’écris s’approche d’auteur connu vous m’en voyez flattée.

  4. Le langage est une chose sociale. Il est donc le fait, non de l’individu, mais des individus pris en groupe. Sans lui, aucun système conceptuel ne serait véritablement ni possible, ni même imaginable. Par conséquent, aucun système conceptuel n’est réalisable en dehors d’une collectivité. Aucun individu, de lui-même et à lui seul, n’est capable de se faire ni un langage, ni un ensemble cohérent de notions. Langage et idées générales sont indépendants de chaque individu pris à part. Ils existaient avant lui, existent autour de lui, existeront après lui. Mais quelque chose qui existait avant nous, qui existe autour de nous et qui existera après nous, nous est bien, en quelque manière, extérieur, et ce qui est reconnu successivement extérieur à chacun, se trouve, en fin de compte, extérieur à tous. Si les idées générales relèvent du langage et le langage de la société, il faut que le langage et les idées générales possèdent une objectivité d’un certain ordre.

    1. Ben, idle; ce que vous présentez, ce sont les rétentions (secondaires et tertiaires) chez Stiegler (/ Simondon),
      ça fait partie des tenants et aboutissants de « l’individuation psychique et collective » …

      Mmm

  5. @ Alain A

    En vérifiant sur Internet, vous auriez du également prendre le temps de constater autre chose
    de votre coté, car vos soupçons à mon égard n’empêchera pas moins les êtres de retomber dans les mêmes ornières comportementales en société, j’en viens d’ailleurs d’en faire une autre constatation de plus ces derniers temps et selon ma propre manière de l’exprimer,
    mais vous savez je n’en suis plus du tout surpris depuis le temps.

    Quand vous me dites que je suis le digne successeur de cet illustre ancêtre qu’était Jérémie, non je ne crois pas, voyez-vous il était en réalité un véritable Prophète bien plus sage et lucide
    que la plupart des êtres les mieux en vus et qualifiés de notre époque, moi à coté je ne suis bien sur que du petit lait sans doute encore bien trop gentil et naïf comme ça.

    Sinon vous avez raison de me dire que le salut de l’homme n’est point de ce monde, car
    en réalité lorsque nous observons et écoutons bien attentivement le meilleur des mondes,
    c’est-à-dire celui de notre époque, de notre naissance, de notre éducation, de notre enseignement en fait principalement marchand et mercantil, quelles sont surtout les
    plaintes médiatiques les plus nombreuses qui reviennent à nos oreilles, les miennes peut-être ?

    Pensez donc vous avez beau écrire de temps en temps pour les gens les plus touchés par
    la crise en serez-vous vraiment bien reçu autrement par le plus grand nombre ? Allons mon cher Monsieur vous n’allez pas non plus me faire croire et penser plus longtemps que tout ce beau monde vous y compris, moi y compris, pourront réellement empêcher les choses quand bien même par le biais d’un plus grand nombre d’écrans, de chaises, de blogs, de claviers et bureaux de plus partout aussi sur terre.

    Je comprends bien naturellement votre propos et je le respecte, mais vous savez si j’exprime cela plus ou moins maladroitement selon vos propres criètres de lecture et d’acceptation des choses, c’est parce que je pense qu’il ne serait pas forcément plus sage et plus prudent pour les gens de les laisser davantage s’épuiser corps et veuves pour toutes ces choses encore et encore, surtout si demain les choses se gâtent davantage, les gens en trouveront-ils toujours bien encore la santé et le moral de surpasser tout cela ? Enfin bref oublions tout de suite aussi le propos du jour de Jérémie, sans réelle importance non plus pour les grands décideurs politiques bien avisés de notre temps.

    Vous savez pour moi les grandes idées du socialisme contre le grand capital ne pourront enrayer le mal du système qui gangrène de plus en plus le monde, toute ma vie j’ai recherché en fait à être le plus honnête et sincère qui soit envers mon prochain, au risque même de passer pour le plus grand idiot du village encore aujourd’hui sur le blog communautaire de paul, et même si je fais parfois pas mal de fautes de langage et mon propos pourrait paraître simpliste pour les plus intellectuels et lettrés socialistes d’entre vous, j’aurais au moins tenté de faire comprendre aux concitoyens de mon temps que même le pauvre et modeste Jérémie n’y changera rien non plus dans ses autres et pauvres lamentations de plus.

    Vous devriez voir aussi ce que je vois lorsque je me mets davantage à acheter des kleenex pour me consoler, pourquoi les gens préfèrent plutôt me faire du mal ?

    C’est vrai on m’y souhaite parfois la bienvenu sur le blog quand j’y passe de temps en temps, mais sur le fond est-ce qu’on me console vraiment ? Enfin bref c’était juste pour vous faire un petit coucou, j’existe moi aussi vous savez, pourquoi la crise devrait-elle toujours appartenir aux mêmes aussi en société, qui donc serait réellement prêt pour me faire plaisir, à jeter par exemple tous les livres de Karl Marx au feu pour me suivre là où je vais, faudrait-il toujours
    se conduirent pareillement comme les gens d’en face pour plus de commerce des êtres encore et encore ? Qui ne sont en fait que l’autre visage de notre moitié littéraire en société .

    Non les ami(e)s vous ne réussirez pas à me faire rentrer de nouveau dans l’enclos,
    ça me fait encore trop mal voyez-vous d’être pauvre, je crois d’ailleurs avoir tout dit.

    Tiens mon ami(e) je préfère plutôt écrire cela pour toi aujourd’hui ?
    http://livredejeremie.unblog.fr/

    1. Jérémie,

      êtes-vous si isolé, en pensée du moins, que vous le dites ?

      Vous et Fab ne partagez-vous pas une conception similaire de l’individu et de son rapport à la société ?
      Je retrouve dans les propos de l’un et l’autre un même soupçon à l’égard de toute tentative de conception et de mise en place des solutions collectives. Vos sensibilités diffèrent quant à l’attitude qu’il faut alors adopter pour s’en sortir. Fab pense que par la prise de conscience individuelle, de proche en proche, et par un vrai dialogue qui concernerait le corps social dans son entier, il pourrait se produire une transformation globale et individuelle, les nouvelle solutions s’imposant d’elles-même à travers le dialogue, pourvu qu’il soit élargi.

      Vous êtes plus pessimiste que Fab. Pour vous l’approche des solutions collectives ne vaut rien parce qu’elle lèse toujours la personne humaine singulière. Quelque soit le système mis en place l’individu demeurerait le jouet des rapports de force. Votre préoccupation est donc la recherche du réconfort moral, puisé à la source religieuse. Pour vous, il faut élever le niveau du réconfort moral puisque toute tentative de réformer la société par voie politique est d’avance voué à l’échec.

      .
      Une question.
      Etre à l’écoute de l’autre, le reconnaître, même et surtout s’il est le dernier des dernier du point de vue de la hiérarchie sociale, est-ce suffisant, même si j’entends bien que c’est un premier pas indispensable, la base de toute éthique.

      Vous dites vous-même qu’il est dur d’être pauvre, c’est donc que la condition économique, objective de pauvreté n’est pas tolérable. Mais d’un autre coté vous nous dites aussi que l’on peut trouver un réconfort dans le religieux. N’y a-t-il pas un risque que votre viatique religieux comme solution unique fasse le jeu de ceux qui mettent en place les mauvaises solutions et qui continent de le faire, cela d’autant plus que les gens ne considèrent pas les solutions alternatives ? Si l’on ne cherche pas des solutions collectives pour réduire le pouvoir de nuisance des rapports de force, ce qui est le but de ce blog il me semble, on est bien certain que les pauvres resteront pauvres.

      D’une certaine façon votre position est plus proche de celle de Paul que celle de Fab car vous reconnaissez l’existence des rapports de force. Fab pense pouvoir les transcender par la prise de conscience individuelle et collective.
      Alors une deuxième question : pourquoi, a minima n’adhérez-vous pas à certaines propositions évoquées sur le blog — même si bien entendu elles ne résolvent pas tout — qui consistent à réduire l’emprise du rapport de force ? Est-ce votre désir de pureté, du refus de toute compromission en pensée et en actes ? Si c’est le cas, ce désir de pureté, ne risque-t-il pas de laisser le champ libre aux pouvoir économique, financier, politique, culturel, lesquels ne s’encombrent pas de certains états d’âmes pour continuer son programme d’assujettissement de l’humain à l’ordre du tout économique ? En d’autres termes, prendre soin d’autrui, des plus humbles, ne doit-il pas passer, aussi , par l’élaboration de solutions collectives. Est-ce vraiment aider l’autre que de ne pas prendre soin de la société ?

    2. Après enquête, le détective en vient à la conclusion que vous avez besoin du blog, tout comme il a besoin de vous.

    3. Bonsoir,

      Nous sommes entrés en société par peur, et l’avons masquée avec la hiérarchie. Cette peur, toujours présente, toujours masquée, venait de la non-résolution des questions existentielles. Nous n’avons pas pu, pas su, pas voulu les affronter. Et nous nous trimbalons depuis ces casseroles.

      La hiérarchie a pris plusieurs formes au cours de notre histoire, mais s’est toujours appuyée sur notre servitude volontaire : « je ne veux surtout pas me retrouver face à moi, face à ma peur, alors je choisis de suivre le système ». L’armée en est un des exemples les plus visibles (pour les civils) : du lever au coucher on te dit ce que tu as à faire. Il en va de même pour le reste de la société, qui réagit à l’impulsion du groupe sous la coupe du salariat. Ce salariat qui lui prend son temps pour fabriquer des choses qu’il va lui vendre, c’est prouvé ! Ce salariat qui à chaque fois qu’il lui vend du confort de vie lui prend du temps ! Trop fort.

      Et on continuerait à se battre contre les élites !? Laissons-les faire peuchère, si ça leur fait du bien, et battons-nous contre nous-mêmes, contre nos peurs.

      Non Jérémie, vous n’êtes pas seuls. Si vous le croyez c’est que les autres ne le crient pas encore assez fort. Il y a des millions de gens qui pensent comme vous, comme nous si je peux me permettre, mais ils ne s’entendent pas entre eux. Ils se regroupent de temps à autres pour une lutte précise, se donnant le sentiment d’être entendus, ça les rassure pour un moment…jusqu’à la prochaine fois. Mais le vrai mal-être lui reste inaudible. La peur étant toujours présente, la sécurité passe par l’acceptation de la hiérarchie en place, et du système de compétition qu’elle s’est choisi : le mal-être est synonyme de dysfonctionnement, de folie. Mais ça ne durera pas. Regardez ce qui s’est passé en Tunisie : qui oserait dire après ça que l’augmentation des prix des matières premières n’a pas du bon ?

      Quelques exemples :

      http://www.pauljorion.com/blog/?p=20033#comment-142738
      http://www.ad-oc.be/doc/journee21fev09/actes.htm
      http://www.pierrerabhi.org/blog/index.php?static/publications (je viens de le découvrir : Pour une insurrection des consciences qu’il titre son blog !)
      http://users.cybernet.be/Michel.Lambotte/

      … la liste est longue et réunit en fait tous ceux qui croient en l’homme, tous ceux qui prennent ou ont le temps d’y croire. Nous sommes très nombreux. Peu audibles, mais très nombreux. La majorité. La totalité en puissance. Il faut continuer à crier, il faut continuer à vivre au mieux son quotidien, à montrer que le temps peut être utilisé agréablement à faire autre chose qu’à se laisser contraindre. À montrer que se laisser contraindre contribue à ce que les autres, et nos enfants, le soient. Continuer à montrer que participer à ce système c’est l’accepter et renforcer davantage la servitude pour un plus grand nombre, que travailler plus pour gagner plus pour consommer plus – pour polluer plus- pour que plus encore aient plus à produire, et donc à travailler plus pour gagner plus…, et bien qu’il serait temps que nous arrêtions de ne nous prendre que pour des cons.

      Arrêtons d’nous prendre pour des cons !

    4. @Fab

      en fait tous ceux qui croient en l’homme, tous ceux qui prennent ou ont le temps d’y croire. Nous sommes très nombreux. Peu audibles, mais très nombreux. La majorité. La totalité en puissance. Il faut continuer à crier, il faut continuer à vivre au mieux son quotidien, à montrer que le temps peut être utilisé agréablement à faire autre chose qu’à se laisser contraindre. À montrer que se laisser contraindre contribue à ce que les autres, et nos enfants, le soient.

      Je ne peux que soutenir vos propos
      C’est effectivement nos peurs qui nous dirigent, c’est mon osthéopate qui m’en a fait prendre conscience, lui aussi a fait un pas de côté.
      http://www.fiammetti.com/
      Nous sommes des créatifs culturels
      http://www.creatifsculturels.be/Presentation%20YM.htm

    5. Fab,

      Regardez ce qui s’est passé en Tunisie : qui oserait dire après ça que l’augmentation des prix des matières premières n’a pas du bon ?

      Si vous voulez dire par cette formule provocatrice que l’insoumission ne doit pas attendre la refonte du système des prix je ne peux être que d’accord. L’exemple tunisien est en effet un exemple de révolte pacifique qui a d’abord consisté à briser les chaînes de la peur. Pourquoi en effet ce qui a été possible en Tunisie, pays dont on disait les habitats peu mûrs pour la démocratie, ne pourrait pas s’appliquer dans nos pays occidentaux que l’on prétendait jusqu’ici plus démocrates ?!!

      Le fait est que cela arrangeait bien nos pseudo démocrates ( y compris dans les rangs du PS, l’internationale socialiste vient tout juste de radier de sa liste le parti de l’ex dictateur Ben Ali) que la liberté soit une idée étrangère hors les frontières de l’Europe.
      Plus de liberté de l’autre coté de la Méditerranée c’était le risque de devoir réviser à la hausse l’exigence démocratique chez nous.

      Cette révolte inattendue remet en selle l’idée de révolution ou du moins dans un premier temps de révolte collective, puisqu’une « révolution » peut se faire par des voies relativement pacifiques. Pour moi cet évènement tunisien est la meilleure nouvelle depuis le début de la crise et sans doute depuis la chute du mur de Berlin.
      Sous-estimer sa portée serait une grave erreur. Tous ceux qui prônent une refonte globale du système ont tord de ne pas prendre en compte la capacité des peuples de renverser un ordre devenu intolérable.

      Ceci dit ce constat ne doit pas nous empêcher de réfléchir aux solutions globales. Au contraire, parce qu’en y réfléchissant sérieusement nous prenons la pleine mesure du caractère inique du régime capitaliste en vigueur. De même, sans vision claire, sans perspectives autres que celle du simple renversement ou du rétablissement de certaines libertés, il est à craindre que ce ne soit le retour du même sous d’autres formes. Le dialogue collectif des insoumis ne produit pas spontanément un régime plus satisfaisant. Les tunisiens qui se sont révoltés n’ont pas seulement fait une insurrection des consciences. Ils avaient d’abord une idée de ce qu’est une démocratie et de ce qu’elle pourrait être.

    6. (suite)

      Pourquoi ne pas considérer que ce qu’est parvenue à faire la Tunisie à savoir passer d’un état de dictature à un état républicain et démocratique inédit chez eux, nos démocraties pourraient tout aussi bien le réaliser en prenant pour objectif d’accomplir elles aussi un acte inédit ? Il s’agirait cette fois pour nos démocraties de rien de moins que de se libérer de la dictature des marchés en régime capitaliste. Puisqu’il s’agit d’une dictature, pourquoi n’y a-t-il pas révolte ? Notre problème principal ne serait-il pas finalement que l’idée de démocratie dont nous disposons aujourd’hui est une idée affadie de la démocratie, problème que n’auraient pas des peuples moins chanceux car n’ayant jamais connu une quelconque démocratie ?
      Dans cette perspective l’idée de constitution actant la nécessité de domestiquer l’économie me semble une excellente idée car précisément elle relève le niveau d’exigence démocratique requis pour mériter le nom de démocratie. Sur le blog il est beaucoup question des solutions techniques, c’est important mais l’objectif démocratique me semble aussi important, sinon plus, car sans lui, les solutions techniques ne pourront aboutir.

    7. Dans cette perspective l’idée de constitution actant la nécessité de domestiquer l’économie me semble une excellente idée car précisément elle relève le niveau d’exigence démocratique requis pour mériter le nom de démocratie. Sur le blog il est beaucoup question des solutions techniques, c’est important mais l’objectif démocratique me semble aussi important, sinon plus, car sans lui, les solutions techniques ne pourront aboutir.

      Je suis tout à fait d’accord, et bien modestement j’en parle autour de moi.
      La principale réaction des citoyens de base est de dire: cela nous dépasse de toute manière on ne peut rien y faire, c’est la finance qui dirige. Quand je sens que je les agace, je change de sujet.
      Je pense que les solutions techniques peuvent aider à la réflexion, mais il faut un suivi démocratique et politique, sans cela elles resteront méconnues et donc marginales.
      On peut tout aussi bien partir du bas de l’échelle en partant du technique que de faire le chemin inverse, l’un aidant l’autre. Je pense également que les masses média joue un grand rôle dans la difusion de toutes ces idées, et on sera peut-être étonné de la rapidité avec laquelle cela va se propager. Je pense que cette vitesse est exponentielle.
      Vous dites également:

      Pour vous (en parlant de Jérémie) l’approche des solutions collectives ne vaut rien parce qu’elle lèse toujours la personne humaine singulière.

      Nous sommes un groupe de jardiniers dans un jardin collectif, notre objectif est de faire vivre le jardin, bien entendu, nous avons tous des sensibilités différentes et des objectifs différents.
      Mais c’est cela qui fait la richesse du groupe ( comme la richesse de ce blog) .
      Si tout le monde voulait la même chose on en viendrait aux mains.
      Le groupe doit élever la personne, la faire évoluer, lui permettre de réaliser ses aspirations pour autant qu’elles ne nuisent pas à l’ensemble, de toutes façons si c’était le cas il serait vite rappeler à l’ordre.
      Bien modestement, il me semble que c’est cela que nous devons essayer de construire là où nous sommes avec nos propres moyens.
      Les solutions collectives ne lèsent en rien l’individu pour autant que l’objectif soit l’amélioration du bien être en consommant moins de sressources, mais comme le dit Fab, c’est une crise de civilisation et il faut tout repenser, c’est cela la difficulté.

  6. Jérimie !
    Mais c’est ça la décadence, quant on crois que BHL est un penseur, qu’eric woertz est présumé innocent et MAM ministre des affaires étranges. Pendant que Marine Le Pen se frotte les mains en écoutant les sondages..

  7. J’aime bien ce sujet que je traduis en c’est bien de réfléchir, mais faut l’appliquer et mettre les mains dans le cambouis

  8. …D’ailleurs voici mon temps qu’il fait…Non seulement l’action de la société s’exerce partout en nous, mais encore c’est à elle que revient la première place parmi les influences que les mentalités humaines sont appeler à subir.
    « Dans l’homme isolé, soustrait, par hypothèse, au contact d’autrui, les causes naturelles qui pousse à la destruction de soi continueraient d’agir, mais en vain. Elles prendraient un autre cours. Si faible que soit l’action sociale, comparée aux actions physiques ou physiologiques, elle est déterminante parce qu’elle est immédiate ». Par conséquent, en ce qui concerne le suicide, Tarde peut avoir eu tort, ainsi que le veut Durkheim, de l’attribuer avant tout à limitation, qui d’ailleurs n’est pas pour lui en cause, car il croit à l’accroissement du nombre des suicides dû à la multiplicité des relations sociales qui favorise la contagion des exemples.
    En tout cas, il ne s’encorde pas moins avec Durkheim pour proclamer que le suicide est de cause sociale et, plus généralement, que, dans la détermination des affections, des pensées et des actions humaines, les causes sociales priment toutes les autres, qui sans leur intervention, resteraient, sans doute, impuissantes.

    1. « le suicide est de cause sociale » , entièrement d’accord avec vous Idle … l’impression de ne pas pouvoir réaliser les désirs des malades qui en veulent toujours plus, je l’ai vécu !
      Au moment des suicides de france télécom, j’avais lu ce post  » Ne vous suicidez pas pour eux, ils n’en valent pas la peine » …et je me disais, ( pour l’avoir expérimenté ici en belgique avec un patron flamand épouvantable qui ne  » voyait que par les 15% cijfers ( chiffre) supplémentaires chaque mois »… et pour avoir réussi seule à lui tenir tête sans  » m’enfoncer  » ni me remettre en cause) …ce que j’ai fini par payer par un préavis pour restructuration bien sur …Je me disais, si seulement, je pouvais être auprès de chacun de ces désespérés se sentant coupable de ne pas pouvoir réaliser les objectifs débiles que leur imposent ces malades…pour les réconforter et leur dire que NON ! c’est eux qui allaient bien …

  9. Les suicidés en effets se multiplient et ne s’offrent guère le choix de leurs obsèques …Aussi peut-être que leurs valeurs et leurs espérances en un avenir meilleur ne leurs permettaient pas de faire le bon choix…Any way…pour avoir fait partie de la catégorie des suicidés rescapés ou ratés au choix selon les valeurs accordées des différents milieux sociaux-culturelles participants…Je dois bien reconnaître que le temps qu’il fait reste un bon baromètre…Suicidés en chute pour 2010…Je remarque votre capacité à l’empathie et votre grande humilité à travers vos propos et cela vous honore…

    1. Merci pour cet article…Les agences de notations sont juge et partie voilà bien un élément juridique essentiel à mettre en lumière pour réformer notre système fiscale et rapatrier le capital sous la démocratie.

  10. Je vois tout de méme des lueurs à l’horizon…………..

    Des jeunes tunisiens qu’on a envie d’étre à nos ages
    Des « vieux » du CNR qu’on souhaite devenir à leur age.
    Des dinausores atteints par la limite d’àge.

    De la bonne musique dans un concert de bétise,
    Du beau temps qui vient toujours apres la pluie, dit la grenouille philosophe.

    Tant fait pas mon popaul, elle est pas si moche ta chambre d’hotel, t’as pas des gouts de luxe.

    Tiens !, Louis Ferdinand, je lui pardonne d’avoir eu du talent, il y a laches sans talent qui font semblant de n’étre pas racistes, car ce n’est pas à la mode, mais qui pourraient étre pires si le vent tournait.. On les connait et on les a déja vu à l’oeuvre…………

    J’aurais pas aimé étre à la place d’un ministre de la culture de Sarko coincé entre le CRIF et la littérature!

  11. Dans ce monde l’impasse idéologique est si grande et si attachante, que plus grand nombre n’ose véritablement sortir de son libéralisme ou socialisme marchand à la fois,

    Même en y mettant davantage les pieds à plusieurs dans le plat, quelle bien sombre époque en vérité.

    Encore plus pour tous ceux et toutes celles qui ont bien plus d’intérêts en jeu que les autres pour exister,

    Car si demain le monde devait véritablement changer qui pourrait encore parler de nos idées, de nos mêmes livres d’hier et de progrès pour construire pareillement le futur de l’homme,

    Nous bien sur la meilleur élite intellectuelle des êtres de notre histoire, hélas tout devient si prévisible même lorsque j’entends un peu plus de papis et de mamis idéologues me faire la leçon de travail et d’esclavage avant tout en société surtout pour plus de médicaments encore,

    Un passant d’octobre, de novembre ou de décembre n’en ferait pas moins la même constatation chez lui comme ailleurs,

    Il n’y a bien sur pas plus de rigueur intellectuelle et d’idéologie cartésienne dans notre temps que celui qui ne pense et fonctionne pas intégralement comme ma tête, votez pour moi,

    La bonne nouvelle des gens et oui si cela ne marche plus trop qu’à cela ne tienne alors basculons même tous davantage en avant pour plus de socialisme mondial,

    C’est aussi très important d’être bien qualifié pour ça de nos jours, c’est dans le vent,

    Pas un seul un homme de droite ou de gauche dans ce monde qui me surprendra réllement dans un commentaire, pas même les plus socialistes et attachés aux choses de la terre,

    Même les premiers renards de la religion, celle surtout des grands prêtres de l’histoire
    des êtres, du commerce en perdent souvent bien plus leur latin que d’autres,

    à celui qui ouvrira on lui ouvrira la porte, mais à tous ceux et celles qui préfèreront jusqu’au bout fermer la porte et faire taire la parole des prophètes alors tant pis pour eux,

    Car moi ça va encore je suis bien gentil et naif comme ça,

    1. Combien sont-ils dans le monde à se sentir de plus en plus mal à l’aise quelque part ?

      Pour certains il aura préféré plutôt fuir les premières valeurs de réussite ou en ruine de Babylone, pour d’autres quelqu’un au contraire de bien plus courageux spirituellement,
      dans le fait de n’avoir pas voulu plus longtemps cautionner tout cela, dans la peur de perdre
      sa place, un poste, un faveur, un cadeau, surtout lorsque tout devient quand même de plus en plus insupportable.

      Et moi bien sur comme personne ne me donne la pièce, je serais donc bien plus à la merci
      de tous ces méchants et méchantes oui c’est vraiment pô juste, de vouloir continuellement faire le bien des premiers idéologues marchands ou socialistes sur la terre,

    2. extrait de l’article cité ci-dessus : ( mieux vaut tard que jamais …)

      … » Mon livre ne prétend pas révolutionner l’analyse économique. Le constat que je fais, tout le monde peut le faire aujourd’hui. Je me fonde sur des données issues de rapports officiels, accessibles à tous. La vraie question est surtout : comment est-on parvenu à créer du consentement à un système qui n’a aucun fondement économique ? Comment on arrive à convaincre les gens de la nécessité de baisser le coût du travail ? Il faudrait sur ce point revenir à l’analyse de Chomsky de la fabrique du consentement. La crise nous a appris une chose : le roi est nu. Le monde n’est pas tel qu’on nous le décrit.

      Pour ce qui concerne l’ENA… Tout le monde sait qu’elle est une école de la pensée unique. Je me souviens d’un camarade durablement stigmatisé parce qu’il avait osé demandé s’il était possible de défendre un euro faible.

      La crise de 2008 signe l’échec du pari rawlsien – selon lequel un système aristocratique est favorable, in fine, à l’ensemble de la société. Cette crise a aussi montré que notre système n’est plus capable de se pérenniser autrement que par la dette. Mais la facture va tôt ou tard nous être présentée. Il faudra alors qu’on ait des explications et notamment la liste de tous ceux qui ont tiré parti de cet endettement qui est peu ou prou celle des bénéficiaires du bouclier fiscal… »

  12. J’ai le sentiment que la profondeur des gens qui ont vécu la guerre comme eux, c’est un peu comme le mécanicien qui connait son moteur sur le bout des doigts. Ils ont vu la pâte humaine dans ce qu’elle a de pire et de meilleur, ils n’en sont pas devenus prophètes pour autant.

    Mais ils voient vers quels attracteurs elle vire, cette pâte humaine, et quand on a réparé un moteur jusqu’au tréfonds, on est indigné de voir que les gens ne veulent pas prendre le temps de regarder dans le moteur.

    Et il faut les évènements tunisiens pour montrer qu’on peut aller encore activement en 2010 vers l’attracteur démocratique, qu’on peut crever l’abcès des accapareurs.
    (sous réserve toutefois, en attendant que le « making of » de Tunisie soit mieux connu, le cas de Timisoara m’a laissé précautionneux sur le sujet.)

    Ce qu’ils nous demandent, c’est un peu la métaphore des nains sur les épaules des géants (B de Chartres, vers 1230 je crois, rapporté par Jean de Salisbury), ce n’est pas parce que notre vue est plus perçante que nous verrions mieux que, mais seulement parce que nous sommes juchés sur leur épaules. Ce qu’ils nous disent est « encore faut-il voir ».
    Et ce que le débat sur l’internet ci-dessus me fait penser, c’est le changement de « ce que nous voyons » , et c’est ce qui nous rend la lecture façon CNR impossible telle quelle, mais c’est un blocage dépassable.

    (Bon, je pense à B. Stiegler et à son « double redoublement », mais Hessel et Morin méritent qu’on s’arrêtent d’abord à eux)

  13. Stéphane Hessel et Edgar Morin.

    Ils sont beaux, ces hommes. Ils ont la profondeur de leur vie, longue et intense, ils ne sont pas apaisés dans une sagesse détachée, mais toujours vigoureux et impliqués. Chapeau.

    1. Et toi qui n’existe même pas dans le même temps,

      Comme lorsque tu mets de plus en plus les quatre fers devant,

      Ah si seulement le monde était un peu plus digne des lamentations de Jérémie,

      Toi bien sur qui n’a aucune profondeur dans la vie, dans ta misérable condition d’homme,

      Oui chapeau bas toi le mécréant qui ne recherche même plus à t’impliquer dans les mêmes
      et vaines actions supplémentaires médiatiques de tous ces êtres,

      Parlant c’est vrai souvent des pauvres gens, mais n’en partageant pas plus la même condition de vie que vous sur le terrain,

      Tant ils en ont si bien écrits aussi des beaux livres sur la misère morale du monde,

      Car je suis aussi un homme de plus en plus irrécupérable sur terre,

    2. On parle de ce qu’on ne fait pas et on ne parle pas de ce qu’on fait.
      Les meilleurs livres parlent des rêves dont nos vies sont tissées.
      C’est quand la réalité ne permet même plus de réver et quand il a faim, que l’individu se révolte et s’associe avec d’autres individus.
      Les livres, du moins certains, peuvent donner alors des raisons à la révolte et aussi indiquer des stratégies et des tactiques.
      Ces livres là sont rares.

    3. Jusqu’au bout et chacun dans leur propre différence d’expression, ils auront essayés de faire changer les choses sans doute même qu’en ce temps là on en faisait pas encore suffisamment l’action du bien commun.

      Ils ne doivent pas non plus être les seuls, sans doute qu’autre part, cela doit-être un peu la même chose qui se produit, ha si seulement nos meilleurs livres écrits sur la crise du monde moderne pouvaient encore nous permettre de bien prévenir tout le monde et cela pendant des années et des années encore avant le retour des dix plaies de l’Egypte.

      On parle et on écrit de toutes ces choses comme si toutes ces choses pouvaient encore nous laisser croire et penser que ça pourrait encore le faire à travers c’est vrai de très grands hommes et autres grands témoins de plus de notre époque.

      Mais cela doit sans doute venir du plus grand courage des hommes à s’imaginer pouvoir encore le faire en lisant d’autres livres plus, c’est important je crois.

    4. L’indignation n’est pas la lamentation.

      Et ces hommes le disent : la pieuvre noire qui furieusement ensanglantait leur jeunesse est morte, mais d’autres sont apparues. Ils n’en ont pas de regret. Ils ne ramènent pas le passé, seulement les souvenir des espérances qui ont triomphées.

      Livres qui sont des amorces et des lignes de fond, qui indiquent des comment sans indiquer le pourquoi tant il est, pour eux, évident. Paroles à saisir pour en faire la sève des actions et les flammes du rassemblement. Pages du temps, mais au sommet de ce temps, après le passé gravi et devant un devenir mouvant dans ses contorsions et ses leurres.

  14. « … Ils ont une science, il n’y a que ce qui est soumis aux sensations. Le monde spirituel, la moitie superieure de l’etre humain, est rejete completement, est chasse avec meme une espece de triomphe, voire avec haine. Le monde a proclame la liberte, ces derniers temps surtout, et, nous que voyons-nous dans ce qu’ils appellent la liberte: rien que de l’esclavage et du suicide ! car le monde dit: « tu as des besoins, et donc satisfais-les, car tu as les memes droits que les hommes les plus riches et les plus notables. N’aie pas peur de les satisfaire, et, meme, fais-les croitre » – voici la doctrine actuelle du monde. C’est en cela qu’ils voient la liberte. Et quel est le resultat de ce droit a multiplier ses besoins ? Chez les plus riches, l’isolement et le suicide spirituel, et, chez les pauvres, la jalousie et le meurtre, car, les droits, certes sont donnes, mais les moyens de satisfaire ces besoins, eux, on ne les indique pas encore. Ils assurent que, plus le monde evolue, plus il se reunit, plus il se forme en communaute fraternelle du fait qu’il raccourcit les distances, qu’il transmet les pensees par les airs. Helas, ne croyez pas en une telle unite des hommes. En comprenant la liberte comme une multiplication et une satisfaction rapide de leurs besoins, ils deforment leur nature, car ils font naitre en eux une multitude de desirs absurdes et stupides, d’habitudes et de lubies des plus ineptes.

    Pour ceux qui ne sont pas riches, nous voyons la meme choses, mais, pour l’instant, la satisfaction des besoins et l’envie des pauvres sont etouffees par l’alcoolime. Pourtant bientot, au lieu du vin,ils boiront du sang, c’est a cela qu’on les mene. Je vous le demande: un tel homme est il libre?

    Et il n’est pas etonnant qu’au lieu de la liberte on soit tombe dans l’esclavage, et qu’au lieu de servir la fraternite, d’une communaute d’homme on tombe, au contraire, dans l’isolement et dans la solitude, comme me l’avait dit dans ma jeunesse mon visiteur mysterieux et mon ami. Voila pourquoi s’eteignent de plus en plus dans le monde l’idee de servir l’humanite, celle de la fraternite, d’une communaute des hommes et, reellement, cette idee la est maintenant acceuilli par le rire, car, comment abandonner ses habitudes, ou donc ira ce prisonnier s’il est si habitue a satisfaire les besoins innombrables qu’il s’est inventes lui-meme? Dans son unicite, qu’ira t’il faire du tout ? »

    Dostoïevski, Les freres Karamazov Chap 6.3 extraits des entretiens et des lecons du starets Zossima

    1. C’est bien de lire Karamazov, il doit y avoir 2-3 pages de valables. Celles concernant le prêche du Staretz à la veuve.

      Sinon essayez le scanner.

      Dostoievsky est très surévalué. Que concluez-vous de ce texte que Rousseau n’ait pas dit avant lui, avec plus de clarté et moins d’arrogance orthodoxe ? Car D était orthodoxe.

      Rousseau a dit que le désir de l’Homme est infini et qu’on ne peut le combler, que la seule solution est de limiter le désir. Dostoievsky utilise cela pour condamner la Révolution française ! merci bien !

      Où est la lutte des classes dans D ? Il est moins socialiste au bon sens du terme, que Tolstoi. Tolstoi est sensible à la misère, pas Dostoievsky.

    2. @ Lisztfr

      La révolution Française, Américaine, Russe, Libérale, Marchande, socialiste n’a pas non plus été bénéfique à 100% pour l’homme ce serait bien aussi de le reconnaîre un peu en disant plutôt merci à Jérémie,

      Savoir dire merci et honorer nos ancètres c’est aussi important pour une société, pour l’histoire, la culture, le savoir vous ne croyez pas ?

       » Où est la lutte des classes dans D ?  »

      Dans toute la bible et chez les prophètes, le juste recherche d’abord à bien entendre la cause de la veuve et de l’orphelin en premier par rapport à la dime et autre chose, et cela au risque même d’y perdre la vie, mais aujourd’hui dans le socialisme ou libéralisme mondial qui donc irait échangerait d’abord sa place pour la votre ?

      C’est aussi en cela voyez-vous Lisztr que je ne crois plus beaucoup au socialisme mondial,
      être plus sensible à la misère de l’autre c’est bien, mais en réalité ça ne vous rapproche pas plus de l’autre en société, ce n’est pas toujours plus suffisant non plus pour mieux lui faire oublier sa pauvre et misérable condition d’homme dans la matière.

      Pauvres gens de Chine et d’ailleurs,

    3. @ Jérémie
      En vérifiant sur Internet, je viens de voir confirmer mes soupçons venus grâce à vous quant au mot jérémiade. « jérémiade : plainte fréquente et importune. ex: Aurez-vous bientôt fini vos jérémiades? Etymologie: référence au lamentations du prophète Jérémie ».

      Vous êtes un digne successeur de cet illustre ancêtre.

      Moi, comme Moi, j’aime assez vos prêches mais aimerais en comprendre la motivation. Si vous pensez que le salut n’est point de ce monde, pourquoi continuer à essayer de sauver les gnostiques qui, sur ce blog, essaient de comprendre ce monde-ci. Croyez-vous pouvoir ramener sur le bon chemin ces brebis égarées? Ne serait-il pas plus charitable de les laisser s’épuiser sans les décourager en attendant que la grâce les atteigne?

  15. Bonjour Monsieur Jorion,

    Vous faites allusion au début de votre vidéo aux problèmes de la SNCF….J’ai l’intime conviction que cette entreprise nationale .va très mal…Pour en être l’usager, chaque jour sur la ligne TER Brest-Rennes, je constate le manque d’entretien du matériel! A titre d’exemple, cette semaine l’éclairage principal d’une rame ne fonctionnait pas. Renseignement pris auprès du contrôleur, c’était lié à un moteur défaillant de l’automotrice…La semaine précédente, un matin il n’y avait qu’une seule rame au lieu de deux accouplées. Résultat, les usagers ont fait debout les 90 kilomètres qui séparent Saint Brieuc de Rennes….Et je ne parlerai pas des retards!Tous les jours, il y a des dysfonctionnements sur cette ligne!

    Tout ceci est le résultat d’un manque cruel d’investissement latent qui aujourd’hui se ressent vraiment. Le pays va mal, ses services publics aussi, j’ai déjà eu l’occasion de le constater dans le cadre de l’hospitalisation de l’un de mes proches.

    On retrouve dans ces dysfonctionnements la volonté politique de toujours repousser l’échéance…Au lieu de traiter les problèmes! Il a été créé il y a quelques années RFF pour soulager la dette de la SNCF…Aujourd’hui RFF scotchée par une dette importante ne peut plus investir dans le réseau!

    La France va-t-elle devenir un pays sous-développé? Je crains malheureusement que nous soyons désormais sur la route du déclin!

    1. A l’époque, dans les années 1990, l’état allemand avait repris à son compte la dette de la DB (Deutsche Bahn) car il s’agissait d’investissements réalisés par cette entreprise pour le compte de l’Etat.
      Critères de Maastricht obligeant, l’Etat français à crée RFF afin de rester sous le seuil des 3%, et a tranféré la dette liée à l’infrastructure à cette entité. Sans lui en donner les moyens financiers.
      Résultats : RFF endetté se voit obligé d’augmenter sensiblement ses péages années après années et c’est sans compter sur les hausses du prix du courant électrique.
      Le bilan est que plusieurs milliards d’euros de charges supplémentaires impactent les comptes de l’entreprise ferroviaire SNCF et ne sont pas investis ailleurs …

      Mais, il ne faut pas en parler, Maastricht, critères de convergence, concurrence libre et non faussée …
      Construction européenne chaotique dont les effets impactent notre quotidien.

    2. oui, et ainsi, le service public fonctionnant mal, on passe à la privatisation !
      revoir le film de Ken Loach « The navigators »

      http://www.allocine.fr/personne/fichepersonne-6440/videos-films/?cmedia=18668215

      .. »Arrivant à point dans cette actualité, The Navigators de Ken Loach est une illustration parfaite de l’impréparation de cette privatisation et de ses répercussions sur les travailleurs de feu British Railways. Loach retrouve le territoire familier de ses films, c’est-à-dire le nord de l’Angleterre et s’attarde sur la vie d’une équipe d’ouvriers de voies. Du jour au lendemain, la privatisation leur tombe dessus avec toutes ses conséquences absurdes. Ainsi, pour des motifs purement géographiques, le dépôt voisin de quelques kilomètres est confié à un autre gestionnaire privé, l’échange de matériels où les aides ponctuelles qui existaient entre les travailleurs prennent fin du jour au lendemain. Chaque dépôt achetant son matériel librement et non plus de manière centralisée, c’est en est aussi fini de la compatibilité technique ou matérielle entre dépôts, les travailleurs étant même forcés de détruire à la masse leurs anciens outils. Chaque dépôt devant se trouver des contrats auprès de Railtrack ou d’exploitants privés du réseau ferroviaire, la compétition et son rapide corollaire le chômage technique s’abattent sur les travailleurs. La sûreté de l’emploi, les avantages sociaux et le dialogue social issus de 50 ans de contrôle public sont ainsi rapidement liquidés.

      Loach montre clairement que la sécurité du transport et des travailleurs est aussi l’une des premières victimes de ce processus, notamment par le recours à des travailleurs ponctuels sans formation spécifique qui viennent se joindre pour certains travaux. Ceux n’ayant ni chaussures de sécurité, équipement réfléchissant, etc., puisque tout cela n’est plus à la charge de l’employeur, sont en quelque sorte des mercenaires du rail où ils bradent leur sécurité personnelle et collective..; »
      http://www.larevuetoudi.org/fr/story/la-privatisation-des-chemins-de-fer-anglais-vue-par-ken-loach

    3. ainsi qu’un article du diplo.

      Comment M. Anthony Blair peut-il préconiser des libéralisations tous azimuts des services publics ? L’exemple, parfois tragique, de la privatisation du rail britannique ne lui suffit apparemment pas…
      http://www.monde-diplomatique.fr/2002/04/NUSSBAUMER/16381

      c’est drôle, il y a comme un parfum connu ces jours-ci …

      est-ce que « Nez » n’a pas été recasé aux zuesses ? bon serviteur ! médaille !

  16. Dans notre temps, dans notre civilisation on n’arrête pas non plus le progrès de l’homme ou ceux qui voudraient continuellement censurer la parole du pauvre esprit de plus de nos jours,

    Le monde de nous jours a-t-il vraiment bien pris en considération la parole des premiers sages d’autrefois, si oui tant mieux alors aucune raison de s’inquiéter plus que cela pour
    le lendemain, pour nos affaires, pour les marchés, pour la politique, pour l’idéologie, etc,

    Evidemment le progrès de la censure sur le Net Mondial on ne sait jamais où cela commence et se termine le plus dans un endroit,

    Malheureusement j’ai bien peur que les gens dans notre siècle ne s’illusionnent encore grandement dans le fait que cela puisse toujours perdurer ainsi entre-eux,

    Quelle grande illusion du monde tout de même !

  17. Sur les deux types de compromis:
    C’est toute la différence entre un « modus vivendi » et un « consensus par recoupement ».
    La distinction/clarification analytique a été faite par J. Rawl et c’est un point absolument central de sa théorie de la démocratie et de sa conception politique de la justice.
    Taper « consensus par recoupement » sur goole, pour ceux que ça intéresse.

    Kojève restera comme le meilleur représentant de la philosophie politique moderne. Pour ceux qui lui préfèrent le cadre dessiné par philosophie politique classique, il constitue le seul adversaire qui vaille la peine d’être discuté. Cette distinction du philosophe et du sage, par un curieux retournement de l’histoire, il l’emprunte ici au meilleur représentant de la philosophie politique classique de son temps, avec lequel il eut je pense l’une des conversations les plus importantes du XXe siècle (L. Strauss). La question de la place du philosophe/sage dans la Cité est l’objet même de cette conversation/mise au point qui prend pour « prétexte » le très beau texte de Glaucon consacré à la tyrannie. La remise à jour de cette distinction distinction ne va pas, à proprement parler, plus loin que la doctrine de Marx sur ce thème: il s’agit bien plutôt d’une critique radicale de cette même doctrine.

  18. France Culture ?

    Ha bon depuis quand les gens recherchent à se cultiver en France comme ailleurs d’ailleurs.

    Le monde ne changera pas, si tout le monde ne commence pas déjà par admettre et reconnaître certaines erreurs de penser comme de conduite surtout à l’égard de tous et toutes celles n’arrivant plus du tout à suivre;

    La bonne nouvelle c’est que je commence déjà dans mon coin à faire ce premier travail en
    me taisant ces derniers temps, bien sur lorsqu’on les gens recherchent continuellement en société à échanger les mêmes choses, sur France Culture ou ailleurs vous constaterez peut-être également un jour de votre coté que les gens dans notre temps aiment beaucoup s’illusionner quand même entre eux et cela d’ailleurs quelque soit le sujet échangé .

    Et oui dans un tel monde la censure du net mondial et bien en train de progresser peu à peu,
    mais ça bien sur c’était fort prévisible depuis le temps que nous progressons beaucoup.

    1. France Culture ? Attention sujet sensible, vous voulez déclencher une révolution ?

      Le Savoir n’est pas la Culture

    2. Pourquoi me parlez-vous de savoir Lisztfr ?

      Ne serait-ce pas plus de courage que nous aurions tous besoin de nos jours ?

      Oui vous avez raison, il y a belle lurette que je me détourne du seul savoir préférentiel, référentiel et bien sélectif des gens de notre temps,

      Un savoir culturel qui n’amène pas toujours mieux les êtres à comprendre pourquoi nous en sommes tous arrivés là,

      Sans trop vous décevoir non plus Lisztfr dans ma propre manière de l’exprimer,
      reconnaissez-le aussi rien qu’une seule fois,

      Ne sommes nous pas tous en vérité et en réalité un peu comme cela ?

      Faut cacher, faut censurer, faut sélectionner, faut d’abord et surtout bien faire entendre ce que nous devrions voir d’abord plus longtemps se faire en société,

      Une plus grande lacheté humaine généralisé en fait pas un pour ratttraper pour l’autre,

      Voyez-vous c’est aussi en cela que je ne fais plus trop d’illusions, quand bien même
      avec des propos aussi savants-ils à l’égard des personnes du marché,

      Ce seul savoir moderne, libéral, socialiste, référentiel très ingrat aussi, qui n’amène pas toujours mieux non plus à mieux faire entendre d’abord la parole des pauvres et modestes personnes à votre place,

      Votre savoir oui, mais le mien en quoi pourrait-il donc vous servir et apporter quoi ce que soit de plus utile à votre cause première Lisztfr ?

      Que recherchons-nous surtout d’abord à faire entendre et faire taire le plus ?

      Oh rassurez-vous ma très chère tout le monde n’est pas aussi influençable que moi,

      On aime ce que vous dites, on aime ce que vous écrivez, mais moi est-ce qu’on m’aime
      encore un peu sur le blog pour ce que je suis ?

      J’ai aussi ma sensibilité vous savez, pourquoi devrais-je me primer de déclencher d’abord une révolution de conduite chez les premières personnes du socialisme ?

      Le socialisme intellectuel aussi cartésien soit-il ne fait pas moins de tort à l’homme,

      Vous savez quoi Lisztfr même sur le blog, j’éprouve parfois l’impression de ne plus pouvoir
      me sentir plus libre de m’exprimer comme je l’entend ces derniers temps,

    3. « en me taisant ces derniers temps »

      Jérémie, welcome back. Je me disais justement hier que certains avaient disparu du blog (pablo75 aussi, on ne le voit plus). Vous me manquiez, sincèrement.

    4. @ Moi

      Merci moi ,

      Pardonne moi si j’interviens bien peu souvent sur le blog,

      A vrai dire j’ai surtout consulté dernièrement des blogs et des forums de survie,

      Mais quel enfoiré celui là il pense d’abord à sauver son estomac ou son Ame en priorité,

      Et oui plus le monde s’enrichit et plus tout devient de plus en plus aveuglant dans les faits,

      Oh bien sur tout n’est pas négatif dans notre temps il y a par exemple le grand commerce mondial des sourds et des malentendants en plus,

      De toutes façons selon moi on n’est tous un peu de passage içi bas à Babylone,

      Vous vous rendez compte tout ce qui est dit ne les fait pas plus réagir que ça,

    5. @Jérémie: « A vrai dire j’ai surtout consulté dernièrement des blogs et des forums de survie,  »

      Excellent. J’ai fait à peu près la même chose en me faisant offrir un petit guide de survie du genre trucs de boy-scouts (et militaires en milieu hostile). On ne sait jamais… 🙂 (le guide du potager, je l’avais déjà)

    6. à Jérémie et à Moi,

      Connaissez vous l’engouement réel pour la survie, aux USA et ailleurs ?
      Et cet engouement ne date pas de 2008 !

    7. @Marlowe: bien sûr qu’il ne date pas de 2008, même si je ne l’ai découvert que depuis peu. Aux USA, il est fondateur, il date du Mayflower. On peut dire que les quakers en sont encore des fidèles représentants.
      Ce qui me gêne un peu, c’est le dévoiement dans l’idée de se débrouiller seul. La survie passe nécessairement par la communauté.

    8. @ Marlowe,

      Oui tout n’est pas bon à prendre et à suivre sur certains blogs de survie, c’est ce que j’ai pu constaté à la lecture de certaines choses, mais peut-être que Paul qui a bien connu l’Amérique pourra mieux nous parler de son coté.

      J’y ai au moins appris deux à trois petites choses intéressantes afin de pouvoir mieux survivre plus longtemps en société moderne.

    9. @ Jérémie

      Pardonne moi si j’interviens bien peu souvent sur le blog,

      Non, non, vraiment il ne faut pas ! Ne vous excusez pas, je vous en prie. Et je ne suis surement pas le seul à vous en prier…

    10. @ Moi

      J’ai fait à peu près la même chose en me faisant offrir un petit guide de survie du genre trucs de boy-scouts (…)
      Ce qui me gêne un peu, c’est le dévoiement dans l’idée de se débrouiller seul. La survie passe nécessairement par la communauté.

      Ah ouais d’accord, offrez moi « Copain des Bois » plus le Manuel des Castors Juniors mais restez tous « Copains de Moi« , ça peut servir, « nécessairement »…
      Eh oui, c’est bien malheureux, hélas.
      Surréalistiquement Moi.

    11. Eh oui, clown triste ! Que voulez-vous, quand il voit écrit « Toilettes » ou « Moi dit« , ben l’bouffon, s’il a envie, c’est plus fort que lui, il fait sa commission.

      (Modo, si tu la passes pas j’te parle pu ! )

    12. Il fait sa commission littéraire même.

      T’inquiètes pas pour le modo, il t’a à la bonne et tu as déjà pu te permettre plus que quiconque sur ce blog.

  19. « Pour les éveillés, il y a un monde un et commun, tandis que parmi ceux qui dorment, chacun s’en détourne vers le sien propre. » (Héraclite)

    « L’environnement indéterminé s’étend d’ailleurs à l’infini. Cet horizon brumeux, incapable à jamais d’une totale détermination, est nécessairement là. » (Husserl)

    Cormac McCarthy, Des villes dans la plaine – p. 317
    «La mort de tout homme est une doublure pour toutes les autres. Et puisque la mort est notre sort commun il n’y a pas moyen d’apaiser la crainte qu’elle inspire si ce n’est d’aimer cet homme qui est là à notre place. Inutile d’attendre que son histoire soit écrite. Voici longtemps qu’il est passé par ici. Cet homme qui est tous les hommes et qui est à la barre à notre place en attendant que notre heure arrive et que nous y soyons à notre tour et pour lui. L’aimes-tu, cet homme ? Honoreras-tu le chemin qu’il a suivi ? Écouteras-tu son histoire ?»

    1. Merci Roma, d’où proviennent ces citations ?

      Celle de Husserl, vous remarquerez qu’il est possible de l’intérioriser et de l’appliquer à son passé, dans un mouvement nostalgique ou simplement d’anamnèse… « le flou », l’indétermination de notre propre histoire (au point de vue du sens), d’où l’interminable de la psychanalyse, et quand je cherche vainement un SENS à cet agrégat de souvenirs que constitue mon passé, je suis aussi indéterminé que l’horizon d’Husserl…

    2. les 2 premières de Anaximandrake
      http://anaximandrake.blogspirit.com/
      la 3ème, Cormac McCarthy, du site de Juan Asensio, « Stalker », http://stalker.hautetfort.com/
      le type est un peu réac, mais bon lecteur.
      la citation de Husserl s’éclaire d’Angelus Silesius : « La rose est sans pourquoi, Fleurit parce qu’elle fleurit, N’a souci d’elle même, Ne désire être vue. »

      Michaël Lonsdale lit Ainsi parlait Zarathoustra de Friedrich Nietzsche, 1ères pages du prologue
      http://www.youtube.com/watch?v=Sg-nYGR4qaU&feature=player_embedded#!
      sur dailymotion, du même par le même vous avez l’intégrale du disque audio
      http://www.dailymotion.com/user/ArMelkor/1
      bon we!

    3. l’aura :

      « l’unique apparition d’un lointain, si proche soit-il »

      L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique – Walter Benjamin.

    1. Julien,
      Très bizarre. J’ai essayé avec IExplorer et Firefox.
      Même problème, même sur dailymotion. Un petit carré avec des points après avoir cliqué.
      Aucun problème avec les vidéos précédentes.

    2. Julien,
      Arrêtez de chercher. J’ai compris ce qui se passe.
      Une publicité tardive (10 sec) prend la main pendant 30 secondes avant de pouvoir voir la vidéo de Paul.
      Ce n’était pas le cas ce matin.
      Sorry de vous avoir fait chercher

    3. Je suis arrivé à la même conclusion. Mais ce n’est pas normal, Dailymotion m’avait certifié que nous n’aurions pas de publicité dans les vidéo « embedded ». Moyennant quoi, ils vont m’entendre !!!

  20. Cher Paul,
    cela fait plusieurs fois que he vous entends vous plaindre des rediffusions de France Culture.
    Sachez que si les vidéos sont courtes, il est possible d’écouter sur la même page l’intégralité de l’l’émission.

  21. Hors sujet, mais à sa place dans le temps qu´il fait :
    Flex Blue, centrale nucléaire du futur ?

    Un réacteur nucléaire immergé par 100 mètres de fond pour alimenter les îles, régions isolées et pays en voie de développement.
    Un réacteur low cost pour les pauvres.
    Ils prétendent le risque terroriste écarté. Va falloir qu´ils le mettent plus profond que 100 mètres.
    Peu coûteux car économise de lourds travaux de génie. Ouais, ils économisent les enceintes de confinement et c´est l´océan l´enceinte de confinement. Super un joli océan vert fluo, voilà qui va égailler les soirées d´été, mais sans baignade surtout, enfin à vos risques et périls.

    sont-ils devenus complètement fous ?

    1. Si un jour je pouvais emmener des gosses au bord de la mer… les prendre par la main et leur faire goûter la joie des vagues et la liberté du vent au bord de l’éternité… Contempler, rêver, imaginer. Mince, ce monde, quand j’y pense ma gorge se serre. Tout ce gâchis !

      « C’est sur les conseils du démon que l’on inventa l’école. L’enfant aime la nature, on le parqua dans des salles closes. L’enfant aime voir son activité servir à quelque chose on fit en sorte qu’elle n’eut aucun but. Il aime bouger on l’oblige à se tenir immobile, il aime manier des objets, on le mit en contact avec des seules idées, il aime parler, on le contraignit au silence, il voudrait s’enthousiasmer, on invente les punitions. Alors les enfants apprirent ce qu’ils n’auraient jamais appris sans l’école, ils surent dissimuler, ils surent tricher, ils surent mentir. »
      Alexander Sutherland Neill

    2. …pas plus qu’avant, PAREIL!

      Entre les problèmes d’EGO et la volonté de s’enrichir…c’est l’infériorité de l’espèce HUMAINE (qui se croit en plus supérieure aux autres espèces) de croire qu’on peut transgresser l’intérêt général .

      Le fameux sens de l’Histoire leur démontrera que c’est faux.

    3. Sans ouvrir une polémique sur le nucléaire, saviez vous que la quille de Penduick 6 était lestée à l’uranium appauvri, au motif qu’elle trempait dans une grande piscine et que étant un officier de la royale, Tabarly avait obtenu une dérogation.

    4. A chaque « progrès », on nous a toujours dit qu’il n’y avait aucun risque, que tout était trés sûr, étudié pour …

      Peuvent pas leur fiche la paix aux gens des îles …ou alors, serait-ce pour y mettre de beaux « centres d’appel » à bas coûts ! …
      S’il n’y avait pas des amibes, il y en aura, peut-être …trouveront-elles un gentil hôte ? suspens !

      Tiens, si on installait un centrale sous-marine aux îles Caimans, je n’y verrais pas
      d’inconvénients !
      une pierre, deux coups !

  22. Hommage à toi le Chômeur d’un monde en crise.

    Bien malin celui qui s’en croyait encore à l’abri, à railler souvent l’autre vivant déjà dans l’épreuve d’une existence pas mieux vécue dans l’opprobre, quel renversement, maintenant que cela touche des personnes qui ne s’y attendaient même pas hier. Hommage alors à toi le chômeur d’un monde en crise, toi que certains jugent par habitude. Une foule d’hommes et de femmes souvent conduite par les mêmes idées en tête, flattant les passions et les querelles, exacerbant les frustrations et préjugés populaires, te reproche aujourd’hui d’être l’unique responsable de ton mal-être. Mais enfin qu’est-ce qui nous pousse si souvent de nos jours à juger bien durement l’autre qui serait sans fortune, sans argent, sans emploi, mieux encore dans des conditions de vie bien peu enviables.

    Oh toi qui vient de tout perdre, je t’en prie ne fait pas cela, comme tant d’autres partout ailleurs dans des bidonvilles, des prisons, des hôpitaux, pense surtout à tes proches, ressaisis-toi mon ami(e). Sais-tu maintenant que tu n’es plus le seul à subir cela de plein fouet, vois-tu c’est comme une autre grande lame de fond qui vient. Se faire brutalement remercié du jour au lendemain, quand bien même tu aurais travaillé toute ta vie pour ces principales valeurs.

    Comment pourrais-je alors te médire plus longtemps comme tant de gens ne comprenant toujours rien à rien aux graves événements mondiaux en cours. La consigne est partout instituée, c’est l’idée reçue, sinon je perds ma place, comment te recevoir d’égal à égal, sans déformation ni arrière pensée comme le collègue, alors que ce monde se précipite déjà si vite vers l’abîme, seules richesses matérielles à acquérir d’abord, celle d’une bien folle civilisation commerciale bâtie grandement en fait sur du sable. Faut-il qu’il y ait à nouveau une même victime expiatoire comme jadis, où d’autres dégâts des eaux afin de mieux faire comprendre certaines choses à des gens rendus bien sourds et aveugles, André Malraux disait « le 21 siècle sera spirituel ou il ne le sera pas », mais que voulait-il donc nous dire par là ?

    Suite de l’article si le coeur vous en dit à l’égard de toutes ces personnes :
    http://livredejeremie.unblog.fr/

  23. Bonsoir
    Encore merci ,vos interventions du Vendredi sont de bon sens ,et aujourd’hui vous trouve en forme ,beau costar,la barbe pile poil,,la cravate et l’hôtel tout juste repeins..
    Bref vous prenez votre élan…
    Comme on vous adore il est visible que vous êtes sur les starting blog..
    à vendredi prochain.
    rego

    1. Un homme ne devrait jamais en adorer un autre sur terre, aussi bon, intelligent et séduisant-il dans ses propos, car si tout le monde devait adorer Paul ou alors un autre de plus grand encore que lui demain, qui donc pourrait encore m’adorer et me prier moi seul ?

      Non Paul vous ne devriez pas trop soigner votre toilette surtout ces derniers temps.

  24. l’idée européenne n’est en fait qu’un nationalisme élargi…
    Avant d’être ce que vous dites ,l’europe a avant tout été un vaste champs de bataille.La crise aidant ,nous risquons fort de retourner à nos premières amours,c’est à dire passer d’un nationalisme élargi à un nationalisme étriqué, franco-français par exemple.
    Je sens que cette discussion peut potentiellement déraper…

    1. Il faut tout de même dire que l’Europe divisée fut grandiose égalant certainement la Grèce antique, elle aussi, « nationaliste étriqué » puisque réduite à quelques villes se combattant sans cesse. La Grèce unifiée n’a rien donné de comparable à la Grèce divisée. Pourquoi voulez vous que quelquechose dérape?.Méfiez vous ,.la perspective de désordres – en grande partie imaginaire – fut le motif invoqué dernièrement par le CRIF pour justifier son atteinte à la liberté d’expression…

    2. ceci dit (plus haut, et ailleurs), la mondialisation, telle qu’elle est partie ( non pour les marchands, mais pour les truands phynanciers plus ou moins légalisés) provoque, par ces désastres, un repliement bien pire [ et ne pas voir le réel en face est se leurrer volontairement, pour ceux qui ne veulent rien changer à la catastrophe ambiante, ou non] qu’un repliement national et républicain ( = « citoyens » participants à la « vie de la cité » et à la « chose commune ») mais un communautarisme envoyant les uns contre les autres, une ethnicisation, avec des murs bien réels ceux là, et qui se construisent partout : pas sûre qu’il y ait amélioration sur un plan humain : mais ça, le capitalisme sans frein s’en fout !
      En tout cas, en France, nous avançons vers le désastre : l’atmosphère est de plus en plus étouffante .

  25. TRANSFORMER LE CAPITALISME AVEC L’ACCORD DE TOUS
    Je soumettrai cela à votre lecture dans un prochain billet. Nous en discuterons alors et tenterons de mettre au point à partir de là, un texte court mais percutant. Une possibilité alors, sachant que l’UMP souscrira pour des raisons évidentes à ces mesures, serait de proposer à l’ensemble des autres partis de les mettre également à leur programme (si j’en crois leurs déclarations respectives, il semblerait bien que tous en réalité puissent le faire). D’autres types d’actions sont également envisageables.

    (… à suivre)

    Bonjour Monsieur JORION.
    Je ne suis pas assidu sur le blog, je ne sais donc pas où en est ce dossier mais j’espère que l’idée fait son chemin.
    Bien cordialement.

  26. le gars qui se suicide il a fini avec les problèmes du monde
    tu te suicides mais tu ne tues pas avant ta femme et tes enfants, le suicide c’est un choix qu’une personne fait.

    Mr Jorion a dit qu’il y avait des choses a faire, on aurait pu réguler le système etc…
    il avait parfaitement raison
    mais a la tête du système ce sont des bandits qui sont aux commandes et si on avait les choses comme il fallait, les bandits auraient perdus beaucoup d’argents et je pense que c’est justement pour ça que rien n’a été fait.

    le système c’est vrai il n’est pas bon mais les gens qui contrôlent le système, ils sont mauvais mauvais mauvais
    on peut mettre n’importe quel système en place, les bandits seront toujours là

    on va connaitre une période de chaos, le pétrole qui diminue et devient cher, les catastrophes climatique qui vont en grandissants etc…

    le suicide non il faut vivre pour voir toussas 🙂

  27. J’espère que la déco de votre hôtel ne vous poussera pas au suicide .

    Sur le fond du billet et les philosophes qui se font sages en prêtant main forte au terrain , Schizosophie et moi sommes d’accord en ajoutant même : « …et réciproquement …! « 

    1. « J’espère que la déco de votre hôtel ne vous poussera pas au suicide » :

      Ah, ce papier peint! Cela vous a un petit air d’hôtel pour Bretons des arrières de Montparnasse, où bien de destins se sont joués dans le crépuscule prématuré de chambres à vues sur cour…

      On aura noté, par l’angle de contre-plongée de la caméra, que le Sage n’aura eu d’autre choix que le tabouret de la salle d’eau pour installer son PC.

      Pourquoi pas le Crillon? Le Sage et sa barbe blanche avec la Concorde en arrière-plan, l’Assemblée dans le lointain, quelle video!. Une prochaine fois?

  28. Aimé Césaire avait fait remarquer quelquepart que les européens n’avaient pas du tout apprécié de voir appliquer ce qu’ils avait appliqué quelques temps auparavant au monde entier du temps des guerres coloniales c’est à dire massacres et génocides. Les anciens résistants de type CNR ne s’étaient pas du tout inquiétés des massacres de Sétif et de Madacasgar et de la poursuite du travail forcé dans les colonies.
    L’Europe est une fort mauvaise idée et cette idée arrive d’ailleurs beaucoup trop tard à l’heure où le capitalisme à unifié le monde par le bas certainement mais l’a unifié tout de même. Pour paraphraser une sentence célèbre l’Europe est l’universalisme des imbéciles. Cette Europe s’entoure encore à l’exemple des Etats unis de barbelés pour résister et REGULER une invasion de pauvreté , l’idée européenne n’est en fait qu’un nationalisme élargit.

    1. « le capitalisme a unifié le monde (…) »

      C’est à voir !

      Cette unification est-elle durable à défaut d’être heureuse ?

    2. pour k abouli

      personne est à l’abri de l’idiotie..
      Vous avez le raccourcis facile ..
      l’Europe ,l’Afrique ?des mots sans les gents cela veut rien dire…

      Merci ,vous parlez d’Aimé Césaire (j’ai pas lus mais respecte par son auréole humaniste)
      Croyez vous qu’en simplifiant des continents sans tenir compte des composants qui sont dépendants de leur allocations TV,soins,dépendances etc vous êtes différents??

      Vous êtes comme nous..
      calmos

    3. où le capitalisme à unifié le monde par le bas certainement mais l’a unifié tout de même

      .

      Les historiens doivent travailler sur les temps longs de l’Histoire, en vis-à-vis,avec les différents groupes humains incriminés, sur les cultures et civilisations : il est temps de regarder l’histoire en face : il sera ainsi peut-être possible de lutter ensemble pour l’essentiel. Nous sommes tous assis sur un socle de sang .
      Le temps de l’ignorance ici, là-bas ou ailleurs, est trés utile aux magnas, potentats, tyrannaux, dictateurs, ploutocrates et autres oligarques : on peut ainsi montrer l’autre d’où vient la faute, agiter la muleta, et ne rien faire chez soi pour améliorer le sort du plus grand nombre ;
      Le capitalisme sans frein, provoque, à terme, autant de malheurs que les guerres conventionnelles . Il y a déjà eu les deux guerres mondiales,( Krach divers, industrie de l’armement …( stratégie du choc / N.Klein et la certitude que certains progrès n’étaient pas « bons à prendre » . Et tous les morts de faim, liés aux famines …

      L’UE, telle qu’en elle-même, car biaisée, en cachette, dès le départ, est, malheureusement, un formidable gâchis . Et cela n’améliorera le sort de personne dans le Monde ( exceptée, à ce jour, 1% de l’oligarchie mondiale richissime );
      Pas de quoi crier victoire.

  29. pourquoi ne pas citer le nom de Denis Kessler ?

    L’ancien N°2 du MEDEF Denis Kessler a résumer clairement les objectifs du patronat, repris par Sarkozy : en finir avec tous les acquis sociaux de 1945 et « défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance ».

    1. Oui Denis Kessler est dangereux! Si seulement il était tout seul, mais non!

      Sarkozy a repris ses objectifs.
      Et Strauss-Khan le fera également. Il se souviendra sûrement de ce que son ancien bras-droit, Kessler, a écrit…

      J’ai regardé hier le débat Valls / Copé sur France 2 dans l’émission « A vous de juger ».
      N’avez-vous pas ressenti comme un malaise quand Arlette chabot essayait consciencieusement de couper la parole, de brouiller son discours sous prétexte de manque de temps, à François Chérèque sur le temps de travail: pitoyable, non?

      Mon impression personnelle est que sur le fond, je n’ai vu qu’un combat de coqs qui trouvent que leurs Rolex ne comptent pas le temps assez vite pour arriver en 2017!

      Et le débat mardi soir chez Taddéï, sur le populisme si je me souviens bien (ou lundi, je sais plus)
      Qu’en pensez-vous?
      En tous cas il a eu fort à faire pour la discipline, Taddéï.

      J’aime bien son émission, non seulement il est un des rares à inviter Paul Jorion mais en plus il ose inviter des personnes ininvitables ailleurs sur les ondes.
      Cela me rappelle les émissions de Michel Polak. (Ah! la nostalgie…)

    2. justement, l’émission de taddeï : il est question de la supprimer parce que trop intello (ou plutôt parce que trop impertinent) et de la remplacer par un truc actu/people avec fogiel

    3. @Tano
      Pour entendre la musique que l’on interprète à la France dans l’émission « A vous de juger », titre péremptoire au demeurant, j’ai regardé et je juge.
      Partie 1 : couper, valser.
      Cela faisait partie du plan média de la campagne présidentielle (JF Copé en est le bras armé).
      Au total un non sujet, il y a bien d’autres priorités : emploi des jeunes, Europe, crise ………
      Comment des hommes politiques seuls peuvent ils être crédibles sur des sujets aussi complexes et ouverts ? Heureusement François Chérèque a relevé le niveau, il avait bien du courage.
      Partie 2 : d’assez bonne facture

    4. Kessler est le Président d’une Assurance il plaide donc pour sa paroisse,cela consiste à remplacer la solidarité par l’assurance.Il faut donc comme l’avait fait le premier gouvernement de Gaulle en 1945 avec la CNP entre autres, renationaliser les assurances.Cela évitera les abus comme les cotisations extravagantes demandées aux chirurgiens médecins et autres professions qui pointent dans les budgets sociaux.

  30. Regards croisés sur Edgar Morin :
    http://emploiparlonsnet.fr/en-images

    Edgar Morin et l’emploi en 5 parties
    http://emploiparlonsnet.fr/les-directs

    L’intégrale de Stéphane Hessel et Edgar Morin à F Culture le 19/11 (déjà posté sur « offensive contre le CNR »)
    http://www.franceculture.com/emission-les-matins-donner-de-la-voix-indignez-vous-2011-01-19.html

    Tunisie, période Historique :
    Ce matin sur F Culture, partie 1, j’ai été profondément ému à l’écoute de Yadh-Ben-Achour
    Pdt de la réforme politique. La démocratie c’est simple, c’est dans les tripes.
    http://www.franceculture.com/emission-l-invite-du-jour-yadh-ben-achour-2011-01-21.html
    A suivre et surtout à analyser.

    1. oui, M. Yadh Ben Achour parle d’or et ses mots sont de diamant !

      et, quand il parle de dictature par les lois et des lois qui tuent le Droit,
      ça nous a, actuellement en nos riantes contrées occidentales tempérées,
      ce petit air, cet arrière goût familier hypocritement banalisé d’un régime
      bien à nous, bien d’chez nous

      les tunisiens donnent l’exemple à tous les êtres humains et inventent
      en ce moment même ce que signifie, et comment renaître

    1. Bien sûr, Kessler, « l’intello qui a changé le patronat » comme disait Le Nouvel Obs en 2000…

      DEA de philosophie, DEA et agrég de sciences économiques, HEC, repéré là par Dominique Strauss-Kahn qui le prend comme assistant de sciences économiques à Paris X, ex-militant CFDT, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, rejoint le privé en 90, PDG de SCOR, cinquième réassureur mondial, Vice-président exécutif du MEDEF de 1998 à 2002, Administrateur de BNP Paribas, Dexia, Bolloré, Dassault Aviation et INVESCO, membre de la Commission des comptes de la nation depuis 1994, Président du « Siècle » à compter de janvier 2008, nommé Chevalier le 18 avril 2000 et promu Officier le 31 décembre 2009 (Ordre national de la Légion d’honneur).

  31. « Quand je parle d’un entretien que Kojève a accordé juste après sa mort, c’est une erreur, j’aurais dû dire : « juste avant » 😉 Ce n’est pas Caillé non plus qui fut un élève de Kojève, c’est Lacan !  »

    C’est inadmissible ! Je ne viendrais plus ! 😉

    Notre président veut faire un G20 de l’internet…. Outre le fait que ce n’est absolument pas urgent, faire du web mondial un service minitel et une centrale d’achat n’est vraiment pas souhaitable (la bienséance m’interdit d’utiliser certains termes de notre langue, surement plus appropriés). Le web dérange nos dirigeant et les multinationales de l’inutile. Regardez le rôle qu’a joué Internet en Tunisie….

    1. Fatso,
      Je me suis amusé aussi en écoutant la vidéo en n’ayant pas encore lu le repérage du lapsus qui suivant.
      Je sens l’humour derrière vos paroles « inadmissible ». Erare humanum est, perseverare diabolicum. 🙂 Phrase qu’il faudrait peut-être resservir à certains de nos « libres penseurs » puisqu’ils reviennent avec le latin comme langue.
      Si vous allez lire mon « A propos », ma conviction est ‘Internet pourrait sauver le monde par les liens entre les générations et les peuples du monde ».
      Je dois avouer que souvent, ce n’est plus vrai. Oui, pour la Tunisie, pour la Chine, mais pas toujours chez nous.
      C’est un lieu ou sévit la propagande, le mensonge maquillé en vérité parce que le citoyen qui accède à l’information n’a ni le temps, ni l’envie de scruter toutes les sources de ses révélations citoyennes. Une centrale d’achat? Yes, Sir. That’s right. Often a bullshit, too.
      Oui, le web dérange nos dirigeants. Il sert aussi comme moyens de récolte d’informations et après retraitement, de boomerang aux désavantages du citoyen.
      C’est aussi un faire-valoir pour beaucoup qui sans Internet seraient restés dans l’ombre, derrière au mieux, un article de journal, ou un livre de série B.
      Les idées qui fructifient dans un esprit commun n’est pas légion.
      On ne s’invente pas philosophe à 20 ans. Je peux vous dire que j’en ai connu certains.
      Votre président veut faire un G20 pourquoi y dire ou faire?

    2. Oui bien sur c’était un trait d’humour, mon inculture fait que je n’aurais jamais pu repérer une telle erreur.
      Comme tout outil technique, le web n’est que ce que l’on en fait. Bien sur il y a des tas d’abus, mais le mettre en coupe réglée serait une erreur historique. Il est amusant de constater qu’en Tunisie on veuille en faire de nouveau un média libre, alors qu’en occident on s’évertue de ci de là à imposer une censure, un flicage ou un contrôle.
      On a pas assez de recul encore, je pense, pour comprendre tous les effets qu’internet a sur nos sociétés. Je crois que ce sera à la prochaine génération d’analyser tout ça. Sur futura science il y a eu des discussions intéressante sur comment lutter contre l’apparition de nouvelles superstitions, pseudos-science… qui fabriquent une réalité complètement HS (du genre tout le délire sur 2012) avec à la clé des gens qui viennent tenter de discuter sérieusement de l’alignement planétaire et blablabla… Enfin, ce qui ressortait, c’est… qu’on ne peut rien y faire :c’est aux gens de se forger un sens critique. Et quand on lit les commentaires du Figaro je pense qu’on est mal barré à ce niveau là aussi.

    3. Fatso,
      Ce n’est pas un problème d’inculture, mais d’écoute, de repérage de la faille.
      C’est aussi un problème aujourd’hui. On ne parvient plus ni à lire, ni à écouter un message s’il est un peu long.
      Internet est le meilleur ou la pire des chose. « Internet reste net » écrivais-je un jour.
      Comme Paul le disait dans sa vidéo, il faudra un jour que l’on régularise une peu cela. Mais où est la limite, où commence-t-on à toucher au domaine de la censure?
      Pas assez de recul? Avez vous seulement une idée de l’âge d’Internet et de son dérivé applicatif du web, du www?
      En Informatique, sachez qu’un an équivaut à 10 ans dans un autre domaine.
      Le sens critique, c’est à l’école que cela doit s’apprendre et se perfectionner par après.

    4. Non non, c’est de l’inculture dans le cas présent lol, je n’ai jamais lu Lacan par exemple et m’y connais très peu finalement en économie… Ca ne m’empêche pas de venir sur ce blog tous les jours ! (plus pour l’actualité que pour les articles de fond). Internet est la meilleure ou la pire des choses… cela concerne toutes les productions de nos civilisations pour la simple et bonne raison qu’à la base de toute technologie, artefact etc, il y a l’homme.
      Par rapport au recul, je parle de recul historique et analytique : de sociologie, d’anthropologie.. on ne sait pas encore à quoi ressemblera une génération d’adulte ayant grandit avec le web et les NTIC, par exemple. Il y a des tas de domaines liés à internet qui sont toujours en complet bouleversement. Je n’ai « que » 26 ans et je n’ai pas grandi avec le web en tant qu’instrument de la vie courante, c’est venu petit à petit. Et le web de mes premiers pas sur la toile n’a plus grand chose à voir avec le web d’aujourd’hui. C’est un média qui doit resté libre et de toute manière, je ne pense pas qu’ils arriveront à faire ce qu’ils ont fait avec les radios par ex.

    5. Les lecteurs assidus de ce blog savent que Paul est aller se recueillir sur la tombe de Kojeve située dans le cimetière de la Ville de Bruxelles à Laeken. Ce ne fut donc pas un lapsus mais un acte manqué d’avoir révélé dans son « On est vendredi » du 21012011 (z’avez vu les chiffres?!) qu’il est un médium extra puissant et que ses révélations prémonitoires ne sont pas dues seulement à une intelligence acérée mais à un dialogue avec des esprits qui viennent l’informer du passé et du futur…
      Brrrrr….

    6. @L’enfoiré

      Internet est le meilleur ou la pire des chose.

      Lorsqu’ils sont proférés – soit, par définition, à foison, en particulier par ceux convaincus de démontrer l’éclatante réalité du meilleur de la chose et ce par le biais de la chose elle même, soit le net « two point zero » , ce genre de lieux communs, tout aussi insignifiants que faux, a l’insigne et seul avantage de renseigner votre serviteur, de façon binaire et cependant précise, sur son état d’humeur. Bonne il soupire, mauvaise il maugrée. Là, il maugrée.

    7. Salut Vigneron,
      « Bonne il soupire, mauvaise il maugrée. Là, il maugrée. »
      Alors, là, je dois avouer n’avoir rien pigé à votre explication cela même en 2.0 ou supérieur. 😉

    8. @l’enfoiré

      C’est normal, j’explique pas, j’assène.
      Pour faire court, internet n’est ni « le » meilleur ni la pire des choses, et encore moins les deux, c’est internet point. Et quant on a rien à dire d’autre que ce genre de clichetons sans queue ni tête, ben on dit rien, sauf à vouloir prouver par l’absurde et à contrario que le net ce pourrait effectivement n’être que la pire des choses, uniquement, soit l’ennui, encore l’ennui, toujours l’ennui, l’ennui hélas et à jamais recommencé, ad vitam aeternam. Amen.

      @ Loréal

      Fais pas le mariol double zéro, pas d’bon poil.

  32. A propos des suicides
    Le suicide est un phénomène social, il n’y a pas de suicide chez les animaux.
    Je me demande si les nombreux suicides in France ne sont pas imputables au système auquel nous sommes livrés, un système capitaliste favorisant la déstructuration des liens sociaux, un capitalisme autoritaire selon le « modèle » américain qui ne connaît qu’un seul barême de valeur: l’argent.
    Il y a d’abord la mort sociale: un chômeur de longue durée, supposons qu’il a commis le crime d’atteindre l’âge de 50 ou 55 ans, est mort socialement, sauf s’il a la chance de pouvoir compter sur le soutien de sa famille et s’il a une fortune personnelle. Mais les individus sont de plus en plus seuls et pauvres, on le voit au moment des fêtes de fin d’année.

    Je me demande dans quelle mesure le système prend consciemment en compte ces phémonènes, les inclut dans une « nouvelle normalité »: l’exclusion de la société et la mort sociale, parfois suivie du suicide.

    1. Cette semaine encore sur France Inter, Louis Chauvel ,
      Bien entendu il faisait le lien entre taux de suicide chez les jeunes et leur appauvrissement.

      Louis Chauvel […], spécialisé dans l’étude des inégalités et de la fracture générationnelle. Douze ans après la parution du « Destin des générations » , il republie cet ouvrage, réactualisé, aux […], sous titré « Structures sociales et cohortes en France du XXè siècle aux années 2010 ».

      D’apres l’émission les inégalités sont vues sous l’angle générationnel et non sur les rapports de classe. Il est vrai que l’oligarchie actuelle est principalement issue d’une génération.
      D’ou une accusation les « nantis-68 arts-jeunes séniors » d’être des égoistes, les jeunes générations (<35ans) s'appauvrissent de plus en plus.
      En creux une justification potentielles des "efforts à faire". Ca mets quand même bien les pieds dans le plat sur les "vrais précaires" de la société. Toutes choses etant égales par ailleurs.

    2. « il n’y a pas de suicide chez les animaux »

      Les scorpions peuvent se suicider, sous le coup d’un très fort stress,quand ils sont acculés et sans issus.

    3. Ce qui a toujours étonné le détective, ce n’est pas que le nombre de suicides soit élevé, c’est au contraire qu’il soit si peu élevé dans nos sociétés.
      Après enquête, la réponse semble se trouver dans l’énorme consommation de tranquillisants de toutes les catégories mais plus généralement celles remboursées.
      Ces produits de l’industrie pharmaceutique sont les sédatifs qui permettent d’échapper à l’angoisse et de fuir l’agitation.
      En somme, tout le contraire des articles de ce blog !

    4. @ Zebu

      A propos du « suicide » des scorpions, les ethologues ne sont pas tous d’accord.
      Il semble exister aussi un forme de « suicide altruiste » chez les insectes sociaux, comme les fourmis. Là aussi, sujet à controverses, d’autant plus que l’étude de ces sociétés d’insectes a servi de point d’encrage à la sociobiologie.

    5. @zébu

      On aimerait y croire, comme au suicide de ces gros abrutis de cétacés sur les plages, ben non, légende urbaine, c’est simplement qu’en situation de danger, le scorpion frappe au hasard et qu’il lui arrive d’être sa propre victime. Et il se sent plus particulièrement en danger, tu l’imagines, en présence d’un grand benêt de bipède, témoin effaré de l’affreuse solution finale trouvée par la pauvre bête maladroite en sa terrifiante présence. C’est tout. Ou alors pour l’histoire du scorpion qui mettrait fin à ses souffrances au milieu d’un cercle de feu, c’est juste le dessèchement qui provoque la rétractation des tissus, ce qui a pour effet de faire « retomber » le telson du scorpion sur son dos. Un sèche-cheveux suffirait..
      Quant tu penses qu’ils résistent à des irradiations extrêmes lors d’essais nucléaires, 90 000 rads pour certains (150 fois plus qu’un homme !) – tout comme au stress post-traumatique de l’explosion 🙂 – tu parles qu’ils vont se foutre en l’air séance tenante, rien qu’en voyant arriver – exemple innocent pris complètement au hasard – les talonnettes de notre terrrrible monarque.

    6. @ Zébu

      Le ‘suicide’ des scorpion est un mythe, provenant de l’interprétation erronée de de données d’observation.
      La légende veut qu’un scorpion, lorsqu’il est encerclé par les flammes, se suicide en se piquant derrière la « tête », préférant abréger ses souffrances que de mourir brûlé.

      En réalité, la carapace du scorpion, lorsque la température ambiante dépasse les 50°C, se désseche en quelques instants, perdant du même coup son étanchéité. Le scorpion se déshydrate alors très rapidement, provoquant une contraction des tissus musculaires, ce qui a pour effet de courber la « queue » du scorpion sur son dos et de placer son aiguillon au niveau du céphalothorax… Ce qui donne l’impression que le scorpion se pique lui même.

      Mais c’est bel et bien la déshydratation qui tue le scorpion, et non son propre venin. Au demeurant, nul besoin d’un brasier : l’expérience peut être reproduite à l’aide d’un simple sèche-cheveux. Ce qui est, on en conviendra, moins esthétique 😀
      En cas de déshydratation brusque, le scorpion peut encore être sauvé si l’on réagit rapidement : une brève immersion dans l’eau suffit.

      Du reste, un scorpion est toujours immunisé contre son propre venin; on en a fait l’expérience, par prélèvement puis injection.
      Il est vrai en revanche que, pour une raison encore peu claire, des individus de la même espèce, qui présentent pourtant des venins chimiquement identiques, seront vulnérables au venin de leurs congénères.

    7. J’ai par contre assisté à une forme de suicide d’un chat d’un voisin décédé, qui s’est littéralement laissé mourir de faim en ayant perdu son maître . Ce qui m’a assez longtemps interpellé sur la véritable motivation du suicide ( ou euthanasie , l’interrogation est la même) humain : acte volontaire ou détresse quasi physiologique devant un problème vécu comme insurmontable ( ce qui selon moi était plutôt la situation du chat ) ?

      D’un certain point de vue c’est aussi l’interrogation entre la réflexion qui emporte l’action ou le contraire .

       » L’homme n’est ni ange , ni bête , et le malheur veut que , qui veut faire l’ange fait la bête . »

      Mais si la bête se met à faire l’ange , Pascal va se retourner dans sa tombe

    8. « Sutapa Mukerjee rapporte qu’une femelle éléphant s’est laissée mourir de faim dans un zoo du nord de l’Inde après la mort de sa compagne d’enclos (Associated Press, Lucknow, Inde, 6 mai 1999). Damini avait passé vingt-quatre jours à pleurer et n’avait ni bougé ni bu ni mangé depuis la mort de Champakali pendant son accouchement. Dans un premier temps, elle est restée immobile, puis ses jambes n’ont pas tenu. Ensuite elle s’est allongée sur le côté, la tête et les oreilles baissées, la trompe recourbée et fixant le personnel avec des yeux tristes. Damini avait dorloté Champakali et l’avait accompagnée pendant sa grossesse. Sa conduite «suicidaire» est la conséquence de la souffrance causée par le deuil*. La perte douloureuse de sa compagne l’a conduite au jeûne et à la mort.  »

      http://agora.qc.ca/thematiques/mort.nsf/Dossiers/Animaux

    9. Vigneron ,la vigne et vous .

      Quant tu penses qu’ils résistent à des irradiations extrêmes lors d’essais nucléaires, 90 000 rads pour certains (150 fois plus qu’un homme !) – tout comme au stress post-traumatique de l’explosion 🙂 – tu parles qu’ils vont se foutre en l’air séance tenante, rien qu’en voyant arriver – exemple innocent pris complètement au hasard – les talonnettes de notre terrrrible monarque.

      Le Monarque..papillon volatile de toute les couleurs arc en ciel sous le soleil d’Amérique du Sud..
      Vois pas le rapport avec la honte de la république..
      Merci Vigne ,bien vus pour le scorpion,incroyable cette résistance aux radiations par contre en face de la pellicule il perd ses couleurs..

    10. @ tous :
      ah ben mince alors …
      Et c’est sur un blog ‘économique’, messieurs-dames !
      Imaginez, imaginez, quand on aborde la question économique, ce que ce blog peut produire …
      🙂

    11. Zébu
      Il faut voir ce qui est interprétation et ce qui est réalité.
      On a souvent cité les »lemming », un rongeur qui vit au bord de mer dans certains pays. On racontait, pendant longtemps, que ces petits bêtes se suicident en se jettant dans le mer. C’est faux bien-sûr. Ils meurent de stress, d’épuisement quand ils sortent en masse de la terre (après l’hivernage) ou par accident en glissant du haut des rochers.
      Je maintiens: il n’y a pas de suide chez les animaux, quelque soit l’espèce. Pour passer à l’autodestruction, il faut être capable de comprendre la réalité à travers des symboles, l’animal ne le peut pas. Ce qui guide tout être vivant, c’est l’instinct de survie, de conservation. Celui ou celle qui n’est pas capable d’activer cette tendance instinctive (elle peut être inhibée par l’éducation par exemple), aura des problèmes dans la vie.
      Dans le cas d’un suicide, l’individu s’est convaincu lui-même qu’il faut arrêter. Mais il y a presque toujours une complication sociale qui précède cet acte.

    12. Les lemmings ne se suicident pas en se jetant à la mer, ils migrent en traversant des étangs, des rivières, des zones humides, des bras de mer, ils n’ont pas de carte ni d’idée sur la taille de l’étendue d’eau qu’ils traversent. Si c’est une mer ils meurent d’épuisement avant de retrouver la terre, c’est tout. Ils n’ont pas d’idée non plus sur le risque de mourir d’une chute si la hauteur est trop importante.

    13. @ Juan :
      ah si. Préfère largement leur compagnie à celle des scorpions.
      Ma femme s’est fait piqué par l’un d’entre eux, grand comme un ongle de pouce : direct les urgences à 4h du mat et bras paralysé pendant plusieurs heures.
      Saloperie …

    1. Merci Jeanne pour l’info …Mais il reste un reliquat de 61K d’or, probablement engloutit…dans l’espace virtuel des honoraires des taxes et écritures de l’opération…etc… Qui revient à qui au juste?… Dans le réel?…

    2. Il est désolant de voir que des médias sérieux tombent dans le panneau des rumeurs incontrôlées mais pourtant contrôlables. Je ne suis pas spécialiste (juste un peu fan de St-Thomas) mais je me posais la question de savoir comment la coiffeuse épouse de Ben « la fuite » Ali avait pu prendre 1,5 tonne d’or dans ses bagages à main…

  33. Le bricolage continue.
    Zone euro: les tractations s’intensifient pour réformer le Fonds de soutien

    vendredi 21 janvier 2011, 12:47 afp
    La zone euro mène des discussions tous azimuts sur une mutation qui pourrait donner à son Fonds de secours des allures de véritable Fonds monétaire européen pour mieux affronter la crise, et permettre aux politiques économiques nationales de converger davantage. “On réfléchit, on lance des idées”, a indiqué à l’AFP une source diplomatique européenne, selon qui une conférence téléphonique des ministres des Finances de la zone euro pourrait avoir lieu la semaine prochaine pour faire le point. Le débat porte sur une éventuelle augmentation des moyens du dispositif mis en place en mai 2010 mais aussi sur un élargissement de sa palette d’outils.

Les commentaires sont fermés.