LES POLITIQUES ET LES FINANCIERS

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Les résultats de Goldman Sachs au cours du deuxième trimestre sont intéressants parce qu’ils offrent en quelque sorte un cliché de la situation financière de la planète. On ne sera pas surpris d’apprendre par exemple que la firme a perdu de l’argent sur les crédits hypothécaires de l’immobilier résidentiel et commercial américains, ces deux baromètres de la bonne santé économique du pays continuant d’indiquer la tempête, et avec le chômage reparti à la hausse, les particuliers ne sont pas prêts à se remettre à payer leurs traites ou à refréquenter les centres commerciaux.

L’activité spéculative n’est plus ce qu’elle était non plus : le spéculateur trouve ses délices dans le développement de belles tendances à la hausse ou à la baisse, mais le désordre mondial ne permet même plus cela : le désarroi des politiques et leurs réactions désordonnées provoquent la pagaille. Goldman Sachs a du coup accusé des pertes même dans la spéculation sur l’or et l’argent. David Viniar, le directeur financier de Goldman Sachs, l’une des vedettes de l’audition des dirigeants de la firme devant une commission du sénat américain l’année dernière, affirme au Wall Street Journal qu’il est très difficile pour le spéculateur de naviguer dans la mer hâchée que nous connaissons en ce moment parce que « beaucoup de choses dépendent de questions politiques », un environnement « très dur à analyser, très difficile pour nous », ajoute-t-il. Résultat : les bénéfices de Goldman Sachs liés au trading sont en baisse de 53% par rapport à l’année dernière et la firme s’apprête à licencier 1.000 membres de son personnel.

Vous pensiez que les politiques s’ingénient depuis plusieurs années à faciliter la vie des financiers, eh bien, détrompez-vous : la panique présente de la classe politique rend en réalité la vie des financiers très compliquée.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction numérique en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

0Shares

99 réflexions sur « LES POLITIQUES ET LES FINANCIERS »

  1. Wall Street Journal : c’est bien ce canard financier à la solde de l’empire Murdoch ???
    que fait la société Dow Jones du même empire ???

    Une seule question : qui doit commander Les Politiques ou Les Financiers

    il me semble que c’est tres simple

    1. WSJ: moins complaisant vis à vis des grandes entreprises que les canards d’Europe continentale malgré quelques couacs.

  2. @ MM les administrateurs du blog

    A l’instant, en rafraichissant la page du blog, je vois apparaître ce nouveau papier.
    Par acquis de conscience, je regarde le fil d’info. Ce dernier article « les politiques et les financiers » n’y figure pas. Je suis rentré dans la cinquième dimension. Cela n’a finalement aucune importance puisque j’ai toujours le dernier papier soit sur l’un soit sur l’autre. Attendre 10 minutes n’a aucune, mais vraiment aucune importance.

    Merci à vous de nous alimenter avec tant de bonnes denrées.
    On frise parfois l’indigestion tant les pontes d’articles sont rapprochées mais comme disait ma grand-mère « le péché de gourmandise ne commence qu’à l’indigestion ».

    Continuez ! On garde toujours une place pour la soif.

      1. Ça me le fait régulièrement, idem pour les derniers commentaires postés qui n’apparaissent « en attente de modération » qu’après rafraichissement de la page. Apparemment après quelques tests, le vidage des cookies et autres fichiers temporaires résoudrait – très temporairement – le « problème ».

      2. Si ma mémoire est bonne, les divers problèmes de décalages de l’affichages sont apparus pour moi au moment de l’introduction de l’option modification des posts, ou à peu près. Mais je peux me tromper…

  3. Où il est démontré avec simplicité la collusion entre les deux mondes qui n’en fait qu’un : politiques et financiers poursuivent bien le même but. Une oligarchie de fait.

    Où il est démontré que le pouvoir des politiques est plus fragiles que celui des financiers : lorsque le peuple gronde, que les grands équilibres se déglinguent, le pouvoir politique se délite et prend des mauvaises décisions ou pas de décision du tout. Du coup, les financiers grincent.

    Vous chantiez ? Eh bien grincez maintenant !

    1. Mon impression c’est que toute les élites croient que l’endettement et la spéculation n’ont pas de conséquences réels (peut-être pour les losers), or les politiques doivent (pour être réélu de temps à autre) par moment le rappeler (ne serait-ce que pour des promesses).
      Le problème c’est donc les politiques et leurs nouvelles du réel, ça fait tellement d’année que la finance est déconnecté, qu’elle ne comprend plus ce qui la finance 🙂

  4. Résultat : les bénéfices de Goldman Sachs liés au trading sont en baisse de 53% par rapport à l’année dernière et la firme s’apprête à licencier 1.000 membres de son personnel

    La relation de causalité entre la réduction des bénéfice (pas des pertes, juste une diminution des bénéfices) et le licenciement de 1000 personnes montre à quel point le sens des valeurs est inversé chez GS comme partout. L’argent avant les hommes.

      1. Si M. Bill Gates se connectait sur ce site, le salaire moyen des participants habituels serait probablement multiplié par 100 (ou 1000 ou…). Alors le salaire moyen des employés de GS, ça ne veut rien dire. Sorry mate.

      2. Etienne, vous vous rendez compte de votre indécence ? Vous pensez à ceux qui gagne bien bien moins, voire rien ?

      3. @etienne,

        Si M. Bill Gates se connectait sur ce site, le salaire moyen des participants habituels serait probablement multiplié par 100 (ou 1000 ou…).

        il est de combien le salaire de Bill Gates?

        vous confondez gagner sa vie en tant qu’employé avec un salaire et gagner sa vie en tant que propriétaire d’une entreprise.

    1. Peut être tout simplement que les programmes de trading des concurrents se sont améliorés depuis qu’ils ont appris à distinguer les techniques de manipulations de cours de la tendance sous-jacente.

      On ne le dira jamais assez, il devient dur de gagner sa vie honnêtement.

      Et si en plus les états ne sont plus obligés d’emprunter aux banques privées, cela va devenir vraiment difficile. Quelle perte de produit net bancaire!

    1. Paul,

      En ce qui concerne Paypall et ce qu’ils ont fait à Julien Assange, la lecture de ce lien me fait penser à ceci : Comment ce fait il que je ne puisse pas faire un simple virement électronique au lieu d’utiliser Paypall dans le cadre d’une donation à ce forum ?
      Un simple n° de compte Iban and « the trick is done ».
      Y a t’il quelque chose qui m’échappe ?

    2. Ils nous dénigrent, les escrocs nous dénigrent, alors qu’il n’y a qu’une seule différence: ils volent les pauvres sous couvert de la loi alors que nous volons les riches sous la seule protection de notre courage!

      Le pirate Bellamy à son procès en 1720

      J’ignore ce que déclareront nos hacktivistes, mais saborder Paypal est déjà un haut fait de piraterie!

  5. Il pourront toujours envoyer 1000 personnes travailler pour le gouvernement en utilisant les revolving doors 🙂

  6. J’ai le vague souvenir d’avoir lu quelque part que pour faire face aux nouvelles regulations GS avait en fait largement partitionne son activite en creant de nouvelles structures « independantes » avec a leurs tetes des executifs de gs qui demissionerai de la maison mere, ou seraient peu etre licencie ?
    J’arrive pas a retrouver la source. Desole.

  7. Les Oligarques ont des danseuses dont le financement est trés dispendieux .
    Pour les politiques et les financiers ce sont les medias qui font office de danseuses .
    Tant que l’argent est facile çà va , quand çà se corse faut reprendre du mou à la corde qui les tient .
    Or justement GS à quelques déboires , mais il n-y a pas que GS , il y a aussi la JP Morgan , sur
    les marchés des métaux précieux et la trés British-HongKong HSBC .
    Ces marchés sont réguliérement source de pertes , pour ces pieds nickelés , mais depuis récemment plus particuliérement . Le prix des danseuses s’est soudainement accéléré .
    Sur les marchés de mat prem , le comex de Chicago , par ex , des contrats sont négociés à terme , si au terme , on se défausse (mauvaise anticipation) , on reporte mais on paye pour çà . Sauf pour les métaux précieux , bizarre . Les pieds nickelés y jouent systématiquement
    la vente à découvert , et donc y perdent depuis 2000 , pas grave , c’est la condition de l’argent facile . Néamoins Bearn Stearn a jeté le gant repris par JPM . Et récemment JPM a lui aussi jeté
    le gant , elle avait pris contrairement à toute déontologie (terme abusif en cette matiére ) le
    controle du comex : à partir du 15 juillet plus d’intervention des particuliers sur le marché .
    Ces particuliers (dont quelques Chinois)’avaient pris la JPM au piége en exigeant livraison .
    Comme c’était impossible , ce n’était que du papier , elle dédomageait sous la table à raison de 25% !
    Or maintenant le relais est pris par Hong Kong , soit la HSBC , banque fondée à l’origine sur
    la vente de l’opium , l’opium payant le thé Chinois consommé par les British , à la place de l’argent demandé , déontologie serait abusif là aussi .
    Aujourd’hui il est difficile de refaire le coup de l’opium . L’or Chinois est produit dans la province
    du Shan Dong , montagneuse traditionnellement repére de rebelles , entr’autre ces droles de moines inventeurs du Kung Fu . Le gros ‘consommateur’ c’est le Chinois dit d’outre-mer ,
    capitale Singapour , omniprésent dans toutes les affaires en extréme-orient y compris la Chine , qui n’ont pas la réputation d’étre facile en affaires. Les effets de tout çà sont assez tangibles les US n’arrivent plus à casser les prix à 14h , leur ouverture , comme dab , c’est Hong Kong maintenant qui le fait mais à Londres , (étrange !) , c’est récupéré et méme plus . Sale temps pour les danseuses !

    1. @Armaggedon

      Il me semble que vous écoutez trop Max Keiser et lisez trop certains sites trè métalo-centrés…

      J.P. Morgan Chase & Co. a annoncé un record  de négociations pour le second semestre de l’année dernière. La banque qui affichait 42 jours de perte en 2009, 97 en 2008 et 33 en 2006, n’en totalise que 8 en 2010.
      Ce qui lui permet d’afficher un résultat record de 17 milliards de dollars, soit une hausse de 48% par rapport à 2009. Il convient bien sûr de préciser que ce résultat est réduit d’environ 4 milliards de pertes dû aux fameux prêts hypothécaires de la crise de 2008.
      Et pour le premier trimestre de 2011, la banque annonce déjà une hausse de 67% de son bénéfice net. Notamment grâce à une réduction importante de ses provisions pour perte. Elle précise toutefois, qu’elle continue à subir les pertes engendrées par les crédits immobiliers douteux. Elle a d’ailleurs à ce titre inscrit une charge de 1,75 milliard de dollars. Ce qui n’empêche pas que les résultats soient même légèrement au dessus des prévisions. Avec un bénéfice net de 5,6 milliards de dollars par trimestre, soit 1,28$ par action alors que les analystes tablaient eux sur 1,16$.

      Hé ! Des danseuses à ce prix, remettez m’en une fournée m’sieur le bourreau – ou monsieur Keiser !
      Et la piétaille lancée par Keiser & co sur la brèche de l’once d’argent à 50 $ de la citadelle J.P. Morgan, elle a gagné quoi exactly ?

      1. JPM fait un must de bénefs globalement , je parle des métaux précieux , où il est notoire qu’elle
        fait des pertes . Les ventes à découverts sur ces marchés sont à raison de 10 pour 1 sur l’or ,
        et de 100 pour l’argent , face à une tendance à la hausse de 25 % par an en moyenne . Il est
        clair que c’est à fond perdu d’une part , d’autre part qu’il faut une forte motivation pour le faire .
        Max Keiser n’est pas une référence pour moi , quant à ce que je dis c’est un truisme pour tout ceux
        qui connaissent la question et savent par là parfaitement à quoi s’en tenir .
        Ils savent comme moi aussi que les médias font un silence radio sur ces questions , surtout les
        journaux financiers et que le public en est largement ignorant pour une simple raison , stratégique
        -ment c’est number one .

      2. Piétaille . Je reléve aussi parce que j’en fait partie . il faut distinguer la vraie piétaille dont moi , de
        la fausse . Moi j ‘ai acheté de l’argent parce que c’est dans mes modestes moyens , une piéce
        hercule en 2005 quand j’en ai acheté valait 5 euros , maintenant elle en vaut 20 . Piétaille certes
        mais pas con . La piétaille dont vous parler , je pense et celle qui achéte du papier , genre turbo-call ou turbo-put , et qui se fait plumer . Je ne pleure pas sur son sort , il en est certainement des lucides qui ne joue que 1% de son capital et par bravade , d’autres probablement plus nombreux , avec moins de reflexion .
        Si je parle des métaux précieux , c’est par un reste de compassion pour le peuple , qui je le pense
        devra y avoir recours , non seulement pour sauver sa maigre épargne , mais aussi ses maigres
        revenus . Et plus encore parce que cela fait partie de son information politique et sociale .

      3. Cela serait interessant de voir Paul jorion face a Max Keiser sur RT ou Press TV, ils ont des points en commun, même si le style de Max Keiser est plus révolutionaire.

  8. Apparament c’est un mouvement globale qui agite tout le secteur bancaire.
    Vous cité les 1000 emplois qui vont etre suprimé chez GS.
    Mais c’est aussi :

    – Lloyds Bank va licencier 15000 employées
    – UBS qui prévois de supprimer 5000 emplois
    – Crédit suisse c’est 1000 emplois qui sont visé.
    – Bank of America c’est 3% de son personnel.
    – Morgan Stanley 300 personnes
    – Barclays 100 personnes

    En sachant que ces chiffres enfle de mois en mois.
    Pour indication il y as 1 mois c’était :
    – UBS 500 emplois
    – Crédit suisse 600 emplois
    – GS 230 emplois

  9. Les proces contre GS avancent ils, après la porte ouverte suite à la plainte de la Federal reserve de New York? Il y a aussi Dexia qui demande 1Md€ à Deutsche Bank et plusieurs milliards à Bank of America.
    La météo est vraiment mauvaise.

  10. J’aurais une question pour M. Jorion.

    S’il devait y avoir interdiction de paris sur la fluctuation des prix tel que vous le proposez et qu’il devait en résulter un affaissement de 80% de l’activité financière tel que vous l’évaluez, de quelle proportion estimez-vous l’attrition de postes à attendre dans le milieu de la finance et pouvez-vous en situer la répartition, géographique comme organisationnelle.

    Il me semble que c’est une question assez importante, dans la mesure où le monde financier travaille aussi à défendre ses intérêts, bien que là comme ailleurs, nombreux sont ceux qui ne sont pas plus que des «petites mains», orientées au service à leur clientèle.

    1. Si les paris sur les fluctuations de prix devaient être interdits, l’attrition ne concernerait pas la finance dans sa globalité, seulement ses composantes spéculatives. Seraient exclues du champ par les exemple les activités classiques d’intermédiation bancaire qui concentrent une grande partie des emplois, si ce n’est la grande majorité. Cela pose évidemment la question de la banque universelle VS une réhabilitation d’une forme de Glass-Steagall act séparant les activités de dépôt et d’investissement.

      Les hedge funds (de toutes sortes) et banques d’investissement seraient évidemment les plus touchés. Il n’est pas difficile de les localiser.

      1. salles de marché
        nombre d’employés

        = trop !

        de toute façon, alors qu’on épuise, licencie, « restructure » et maltraite chaque jour un peu plus des enseignants et des soignants !
        qui fait l’équilibre d’une société ? qu’est-ce qui différenciait fondamentalement un Pays sous – développé( je dis ce mot sciemment = moins hypocrite ) et un Pays en phase de développement :
        les efforts investis massivement ( non seulement financier, mais en investissement personnel et en respect mérité pour ces fonctions souvent ingrates, mais dont on peut être fiers !) : l’éducation accessible à tous : filles et garçons …puis un système de Santé, garantissant un accès à des soins de qualité, au fur et à mesure des progrès réalisés,pour tous. Avec développement d’une classe moyenne, par ce biais …

        Dès que quelques dingues accapareurs prennent la décision unilatérale de tailler à vif dans ce qui socialise, ce qui fait sens, ce qui est chose publique et bien commun, le Pays, quelque soit son niveau de développement précédent , redevient un Pays sous-développé ! càd de trés riches dégénérés humainement, et des pauvres dont un nombre non négligeable glissera vers la misère , laquelle ne permet plus de vivre dans la dignité !

        Que font les socialistes ! ont-ils perdu toute notion minimale du formidable élan qui accompagna cet idéal ? cela demande du ( attention : « gros mot ») COURAGE, celui d’aller à contre-courant, de relever ses manches, de déclarer le marché libre et non faussé , base de ces fichus traités UE ( imposés au forcing par les USA au fil du temps ) caduc, et passer à une autre alternative, en partant de ce qui est essentiel pour faire vivre une Société, et en trouvant les moyens soit d’y arriver, soit d’y revenir …et non de biaiser totalement le sujet en partant du délire consumériste à maintenir à tout prix !
        Ce n’est pas avec ceux qui ont imaginé cette horreur que nous nous en sortirons : place à ceux qui réfléchissent autrement …

  11. La vraie question : quand 99,99% des travailleurs seront aux chômages à quoi servira toute cette accumulation de richesse du 0,01% restant ?

    Qui fera tourner le(s) pays ?

    Bref c’est quoi leur plan a part gratter encore plus de % de profit ?

    (oui je sais cela fait beaucoup de questions)

    1. D’après se que je comprend.

      Il ne faut pas chercher une cohérence globale dans les actions des différents acteurs économiques.
      Ce sont des initiatives individuelles au travers la spéculation et un comportement prédateur, qui créer finalement l’image globale que l’on a de l’économie.
      Situation qui finalement déresponsabilise à titre individuel. Car ils se justifient par le fait que ce comportement est adopté par l’ensemble des acteurs du secteur. Et que donc si il veulent rester dans la course ils ne peuvent pas se comporter autrement.
      Où alors tout simplement par le fait que leurs buts est de faire de l’argent, point barre.

      Alors je vais essayer de répondre à tes 3 questions en même temps.
      A priori l’enjeu actuel est tout simplement de dépecer les pays de façon à récupérer des actifs bradé, via la vente de bien publique. Et pour finir par soutirer tout se que peu l’être, de la population ainsi dépossédé. En gros une mise en esclavage…
      Et à quoi va servir tout cet argent ?
      Le pouvoir tout simplement…

    2. Les rebelles furent pourchassés, pris, et pendus par centaines. La noblesse du Norfolk qui avait été terrifiée par le caractère de classe ouvert du soulèvement clamait qu’elle voulait un carnage complet et même la brutalité de Warwick ne pouvait la satisfaire. La chronique qui rend compte de la révolte rapporte qu’il fut forcé de leur rappeler que c’était de ces mêmes rebelles qu’ils avaient tiré toutes leurs richesses. Il leur demanda: « Est-ce que c’est vous qui vous ferez laboureurs et moissonnerez vos propres terres? »

      Le soulèvement du Norfolk en 1549, A.L. Morton, A People’s History of England.

    3. 0 sebastien

      pourquoi tout ça ?

      ben nom de dieu on a été obligé de lâcher du lest après 1917 et surtout après 1929-45 ; ces salauds de salariés en ont bien profité

      maintenant nous on veut récuperer tout notre fric car sans notre capital vous nêtes que des merdes , donc c’est nous les décideurs ! et on veut tout !

  12. …et pendant ce temps-là : des milliers d’enfants, de femmes vont crever dans la Corne de l’Afrique…et ailleurs !

  13. Ite missa es
    La Guerre est vaincue ( Munich 1939 )
    Berlin 2011… ???
    Manque un « général » (il y en a trop,beaucoup trop dans l’armée des oligo-politico-banksters) pour décréter que
    -il ne manque pas un iota dans la corbeille (le tonneau des danaïdes)
    -l’amour absolu régne entre « eux »
    -et,à très court terme il sera brandi un chiffon (rouge) de papier attestant d’une énième arnaque entre « gens bien » et peu sachant.
    -s’en suivront le tohu bohu originel au sens biblique,le chaos,la chienlit du Général (Le Vrai)…
    Et,après cet été pluvio-radio actif,fauchés comme des blés + ou – OGMéisés,l’école sans maître rouvrira ses préaux,le pôle emploi doublera ses guichets vides d’emplois et d’employés,les places boursières fleuriront bon les senteurs automnales et,nous,si le courant passe toujours,nous tenterons de rentrer ,question de survie mentale,dans des lectures saines,délaissant les médiocres programmes tv,rêvant d’un monde meilleur en lisant et relisant ce blog,ceux de stiglitz,lordon et d’autres(rares)
    -puis viendra « la fin » ??? de quoi ??? …. »Cherchez et…vous trouverez »

  14. modes financier, politique, juridique, médiatique, managérial, et des hésitations éthico-logiques quant à leur frontières, s’accorder un tant soit peu, mais sur quoi au juste… question de murs à offrir avec ouverture à pratiquer, à la Le corbusier pour recueillir dans un carré la lumière suffisante qui donne à y croire, pratiquer des passages, des portes aveugles, des trompes l’œil, des ruines à se débarrasser, à cacher. Seule variable, nous-mêmes. je viens de m’arracher un galon prof. d’un costard déjà pas mal looser, contre échange carte blanche, gagner en liberté, en pas monnayable, par ces temps grand besoin. et vous comment vous-y prenez-vous?
    Massive Attack – Teardrop
    http://www.youtube.com/watch?v=u7K72X4eo_s&feature=related
    Dark Dark Dark – The Hand (live at Le Poisson Rouge)
    http://www.youtube.com/watch?v=fyAf5tYDP-A&feature=player_embedded#at=129

  15. Chypre: l’économie en état d’urgence, pourrait avoir besoin d’aide
    NICOSIE – L’économie chypriote se trouve en état d’urgence et risque de devoir recourir à un soutien financier extérieur en l’absence de mesures draconiennes immédiates, a prévenu le gouverneur de la banque centrale Athanasios Orphanides dans une lettre au président chypriote. .. http://www.romandie.com/news/n/_Chypre_l_economie_en_etat_d_urgence_pourrait_avoir_besoin_d_aide_200720111507.asp

  16. c’est drôle de voir qu’ils préfèrent licencier 1000 personnes plutôt que de réduire l’intensité de la goinfrerie.

    1. sylvain
      20 juillet 2011 à 17:43

      un grand classique depuis la financiarisation des grandes entreprises !
      j’ai vu, début des années 90, le licenciement sec de quelques smicards travaillant bien, avec goût, et ne comptant pas leurs heures ( grandes batailles syndicales pour plans sociaux normaux – contre-pouvoir fonctionnant encore pour cela – : 500 personnes par an environ, plusieurs années), avec trés vite après l’embauche massive de cadres sup. grassement payés ( copinage et renvoi d’ascenseur) à peu faire, avec achat de voitures de fonction de luxe, réparées aux frais de la société, quand cassées lors des petits week-ends de ces messieurs, et plein d’essence à la pompe de la boite
      juste avant le week-end, pour promener dames zé marmailles =) je précise que c’était dans le privé, alors que les « boss de métiers » disparaissaient « croqués » par de jeunes financiers, s’achetant des « danseuses », et se moquant donc totalement du personnel, en passe de devenir une marchandise, et un kleenex jetable …nous nous y sommes enfoncés depuis !

      1. à lire certains post je me croirais à Dysneyland.

        Voilà encore un Mickey qui s’est contenté d’y perdre son temps et son argent en jouant les papys-gâteau de ses p’tits-lardons sans manifestement avoir jamais perdu de ce même temps à essayer d’y gagner dignement sa croûte.

  17. « beaucoup de choses dépendent de questions politiques », un environnement « très dur à analyser, très difficile pour nous », ajoute-t-il.

    c’est le semeur de zizanie qui se plaint de la zizanie!!!

    Il aurait dû dire « beaucoup trop de choses dépendent encore de questions politiques! », ou « les états gênent la visibilité sur les marchés! », « les banques, otages des politiciens! », « l’indécision politique menace l’emploi! »…etc…

    Vous pensiez que les politiques s’ingénient depuis plusieurs années à faciliter la vie des financiers, eh bien, détrompez-vous : la panique présente de la classe politique rend en réalité la vie des financiers très compliquée.

    C’est de l’humour?! La panique présente n’est que le résultat de leur servilité passée…Paulson et draghi doivent se marrer…

  18. « Les Politiques et les Financiers » sont souvent les mêmes. Car contrairement à l’idéologie ultime libertarienne le capitalisme n’existe pas sans Etat, du moins sans un certain nombre de juristes dévoués corps et âme au capital. Les politiques et les financiers ont du coup noué la corde qui allait servir à les pendre, bien fait pour eux. A nous de réinventer le monde sans ces guignols.

    1. Ils n’ont rien compris. Pas plus Hollande que les autres à droite et à gauche. Mais c’est pas possible! Ils ne viendront jamais sur ce blog pour essayer de comprendre?
      Pauvre Hollande. Me suis toujours méfier des régimes, ça doit attaquer un peu plus que la graisse.

      Vu comme on est parti, dans le mur, on peut imaginer ce scénario probable. (y en a d’autres, des pires)

      Avec la crise des bons du trésor US et européens, c’est une hyperinflation infligée à tout le monde pour pouvoir rembouser les dettes en monnaies de singe, ou mieux un effacement des capitaux par un effacement des dettes, de toutes façons non remboursables en l’état.
      En collatéral de cette hyperinflation, une hausse vertigineuse des matières 1ères avant elles aussi leur effondrement. Eh! A quoi servent des matières 1ères si personne n’a les moyens de les consommer directement ou pour pouvoir produire?)

      AH! Ils veulent taxer le capital. Why not? Mais ils risquent fort d’être pris de cours par l’effondrement de leur EURO. Et quand celui-ci ne vaudra plus rien par un effondrement des bons du trésor et donc d’une grosse part de l’épargne des français et européens, et que le peu qui reste se sera barré dans des paradis fiscaux ou enterrés dans les jardins, qu’est-ce qu’ils taxeront?
      Le travail? Il va devenir rare comme au temps de la grande dépression de 1929.
      Les transactions financières? Dans un monde en dépression elles se réduisent comme peau de chagrin tant en volume quand nombre.

      Tant qu’à être parti chez Ubu roi, imaginons d’autres taxes.
      Une taxe sur le troc (possible mais un peu moyen-âgeux peut-être)?
      Une taxe carbone sur l’air que l’on expire?
      Ou comme chez Fantômas, un impôt sur le droit de vivre, ou comment rêgler le trou de la Sécu par le trou de la tombe?
      Et sur les paradis fiscaux, qu’est-ce qu’ils vont nous pondre, un embargo de Jersey et Guernesey avec des chalûtiers (faudra pas attendre le porte-avions Charles de Gaulle), une invasion de Monaco où le traître Stéphane Bern se sera évadé, gnarf, gnarf,gnarf !!! ?

      Non des loufs, je vous dis, des loufs incompétents mais des loufs quand même!
      Qu’est-ce qu’ils veulent à la fin, un « dégrèçage »?

      Pour moi c’est clair, n’attendez rien des éléctions et de ceux qui s’y présentent quel qu’il soit! Ils ne règleront rien, car il faudrait qu’ils renient leur monde, il faut qu’ils oublient ce qu’ils sont.
      C’est physiologiquement impossible!

  19. J’ai envie de poser une question à M. Jorion, ou plus précisément lui demander son avis (s’il le veut bien..)

    Il y a quelques temps encore, vous aviez une chronique matinale sur BFM Radio. Elle a été supprimée et c’est bien dommage.
    Or depuis plus d’un an, le mardi matin, il y a une chronique de 6 à 8 minutes baptisée « les points sur les i » avec pour intervenant M. Olivier Delamarche, gérant chez platinum gestion.
    Pour retrouver ses interventions, il suffit d’aller sur Youtube ou dailymotion en tapant « delamarche bfm radio ».

    Je note que ses prises de positions sont « cash » comme disent les ados. Il n’y va pas avec le dos de la cuillère et a notamment 2 cibles, Ben Bernanke et JC Trichet.
    Ci-dessous, voici un petit florilège de ses propos tirés des ses chroniques sur BFM radio:

    – 09 novembre 09/11/2010 – « Le problème des Usa est Bernanke » – « Les gens ont tellement confiance qu’ils se précipitent sur l’or… »

    – 07 décembre 07/12/2010 – « Ce qui met en risque le monde entier ce n’est pas Cantona mais Bernanke et consort » – « Il va falloir un jour qu’on fasse payer toutes les bêtises qu’on fait les banques, les politiques et les dirigeants économiques » – Quand on a un truc qui est mort, ça ne sert a rien de lui mettre une perfusion car de toute façon il est mort »

    – 04 janvier 04/01/2011 – « Les choses se dégradent à une telle vitesse, que ce n’est pas nos enfants qui paieront, c’est bien nous…

    – 25 janvier 25/01/2011 – « Personne ne dit d’où va venir la croissance aux Usa qu’a prévu le Fmi – La Grèce n’a que de l’huile d’olive et de la feta pour rembourser sa dette – Où est la croissance grecque? – Il y a 2 millions de logements vides en Espagne, qui va venir les occuper? Personne »

    – 08 février 08/02/2011 – « Bernanke manipule le marché, il est un terroriste économique »

    – 07 juin 07/06/2011: « Il va falloir passer par une dépression pour régler le problème grec »

    – 19 juillet 19/07/2011: « C’est toujours la même chose, on ne cherche pas à régler le problème grec mais celui de la BCE qui est bourrée d’obligations qui ne seront jamais remboursées – Si il y a un défaut la BCE n’a plus de fonds propres – Tout cela (QE3) se finira par une forte crise, une dépression, une forte chute boursière »

    Bref, en voyant une bonne partie de ses vidéos, je trouve qu’il se rapproche parfois de vos positions, même si son langage est parfois peu diplomatique.

    M. Jorion, qu’en pensez vous?

    1. Le registre est différent mais les faits observés sont les mêmes

      voir les archives des chroniques quotidiennes de bill bonner sur la chronique agora si vous voulez rattraper le temps perdu.

      La démarche ne s’inscrit malheureusement pas dans une période de quelques semaines ou de quelques mois car les acteurs de la crise font ce qu’il faut pour qu’elle dure depuis un certain temps.

      C’est l’instinct de survie, ou UBU roi à vous de voir.

    2. Vous pouvez aussi approfondir en reprenant les travaux du LEAP

      Le travail fourni depuis plusieurs années a démontré, il me semble, une approche assez pertinente dans le domaine financier.

      Ne pas lire avant d’aller se coucher. Mais sur la plage comme roman de l’été sans aucun doute.

  20. C’est le grand jour!
    Les marchés vont-ils paniquer et accélérer l’effondrement en cours?
    Vont-ils se rassurer et imposer leur usure pour quelques années de plus?
    C’est ce que nous devrions savoir dans la journée!

  21. Vous êtes les dindons de la farce chers lecteurs , on vous fait croire à la crise , on en rajoute , on vous fait peur , tout s’écroule……etc..
    Oui tout s’écroule pour mieux remonter……….
    Chaque fois qu’il y un consensus de peur les bourses chutent , les banquiers ramassent à la pelle et quelques jours après tout remonte comme avant.

    1. (xavier on t’as reconnu)

      De toute façon l’exposition aux cours de bourse des lecteurs de ce blog est négligeable
      il y a longtemps qu’elle a été réduite à sa portion congrue par les méthodes modernes de gestion.

      Et vous avez raison, il n’y a pas de crise, la faim dans le monde recule, la croissance et l’emploi repartent, d’ailleurs il suffira de lire le sondage onionway de la semaine prochaine pour en avoir la confirmation et comprendre que les mesures prises aujourd’hui ont rendu la confiance à la population et aux marchés.

      Incroyable comme les gens sont crédules de nos jours.

  22. Ça me fait un peu rire quand j’entends certains, qui achètent quelques piécettes et se sentent protégés…

    Quand l’argent papier se sera écroulé et que les piécettes auront (rapidement) été dépensées…Vous faites comment après ?

    Il faudrait savoir si vous raisonnez sur le métal précieux comme moyens de diminuer les pertes ou si pensez (comme moi) que dans le cas d’un effondrement total de l’économie, un carré de jardin avec un potager à la campagne vaudra plus que l’or…

    En cas de famine, je ne vendrais pas mes patates contre de l’or et je ne serais pas le seul à penser ainsi…

    1. C’est évidemment complémentaire , mais il y a encore deux autres aspects au moins , la créativité ( inutile et nuisible de reproduire , plutot d’imiter , les produits du systéme ) et la solidarité ( locale pour l’action , globale pour les idées) .

      1. @Armaggedon

        Voilà c’est c’la. « Complémentaire ». Quel joli trouvaille que votre complémentaire.
        Je résume :
        De l’or-métalet de l’argent-métal pour ma gueule en principal et capital.
        De la « créativité », de la « solidarité » et un petit jardin pour les autres, en « complément complémentaire, intérêts, frais zé accessoires ». Pi pour la galerie aussi.
        Rappelez moi moi votre délicat, solidaire et créatif pseudonyme ? Armaggedon ? Voui voui voui… Un sujet sans complément comme qui dirait…

    2. Quand l’argent papier se sera écroulé et que les piécettes auront (rapidement) été dépensées…Vous faites comment après ?

      C’est une excellente question. Mais ceux qui auront eu quelques pièces se la poseront après ceux qui n’en ont pas…

    3. « …. un carré de jardin avec un potager à la campagne vaudra plus que l’or… »
      Mais vous êtes un privilégié alors!! 🙂
      D’autant qu’il n’y a pas de surface arable suffisante sur la planète pour avoir chacun son carré de jardin!

    4. Ou alors tu finira en taule, comme dans le fait divers reporter par la Fox Détroit.
      « Une Dame risque la prison pour avoir fait poussé des légumes dans sont jardin.
      Effectivement Monsanto et les autres ont réussi à faire passer la loi pour interdire aux gens de faire pousser leur légumes. »

  23. Conséquence des coupes budgétaires en France, après France Télécom, l’Office des Forêts ?

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/07/21/nouveau-suicide-a-l-office-national-des-forets_1551054_3224.html#xtor=RSS-3208

    Entre la réforme de l’ONF en 2002 et 2016, l’Office aura perdu 20 % de ses effectifs, selon la direction. En 1986, il employait 15 000 personnes. Aujourd’hui, ils sont 9 500 salariés.

    Le directeur général s’est dit « conscient des difficultés liées aux suppressions de postes », qui « engendre des contraintes nouvelles, des dysfonctionnements, des imperfections ». « Mais les réformes menées depuis dix ans étaient nécessaires et maintenant mon objectif est de corriger les problèmes que nous avons », a-t-il ajouté.

    Un plan de prévention des risques psycho-sociaux a par ailleurs été présenté avec des actions particulières en direction des agents patrimoniaux « afin qu’ils soient mieux suivis ». Le nombre d‘assistantes sociales devraient passer de 11 à 20, selon Pascal Viné.

    Voilà cela devient la norme dans le service public, on dégraisse à la hache, les conditions de travail se dégradent, et ensuite pour se « couvrir » on met en place un plan sur les risques psycho-sociaux et on embauche quelques psychologues d’entreprise et/ou quelques assistantes sociales de plus. Les directions sont éminemment conscientes des problèmes induits, mais les « réformes » ( coupes drastiques dans les effectifs) sont nécessaires. C’est la version française du TINA thatchérien.

    1. Le directeur général s’est dit « conscient des difficultés liées aux suppressions de postes », qui « engendre des contraintes nouvelles, des dysfonctionnements, des imperfections ». « Mais les réformes menées depuis dix ans étaient nécessaires et maintenant mon objectif est de corriger les problèmes que nous avons », a-t-il ajouté

      les suicidés , c’est comme les dégats collatéraux des bombardements de notre fière armée

      à gerber cette façon de s’exprimer

      voilà comment ces salauds voient les salariés qu’ils poussent au suicide : un problème

      il est temps que la peur change de camp et que les possédants et leurs larbins fassent profil bas

  24. « Nous devons absolument trouver une solution pour arrêter la spéculation internationale et stabiliser la zone euro (…) Si cette zone euro éclatait ce serait une catastrophe », a déclaré le ministre des AE, Alain Juppé, à Madrid. Rien de plus simple: interdire les paris sur les fluctuations de prix quand on n’a aucunement l’intention de prendre livraison du sous-jacent.

    La solution est trouvée. Reste à la mettre en oeuvre M. Juppé.

  25. La dette du secteur public en Espagne a augmenté de 49,7 Mds € pendant le premier trimestre 2011. Au même moment, la dette privée (famille et entreprises) a été réduite de 37 Mds €. La dette totale de l’Espagne serait de 3 098 Mds €. Elle a doublé en 8 ans. Depuis que Zapatero est au pouvoir, elle a augmenté de 750 Mds €. La dette des régions est passé de 53,9 Mds € en 2004 à 119,2 Mds € aujourd’hui.

    http://www.elconfidencial.com/en-exclusiva/2011/sector-publico-endeuda-otros-49700-millones-20110721-81695.html

    Selon la banque d’investissement Nomura, le secteur financier espagnol mettra 24 ans à récupérer la valeur de tous ses actifs immobiliers.

    http://lacartadelabolsa.com/leer/articulo/vivienda_como_minimo_6_anos_para_absorber_el_stock_los_precios_seguiran_cay

  26. La Grande-Bretagne risque t-elle de perdre son tripe A ?

    “… taking all debt together, private, public and financial sector, Britain (top orange line) is the most indebted nation in the world, far exceeding the eurozone countries now in so much trouble”.Le plus important :

    “Based on analysis of 45 different historic episodes of such deleveraging, McKinsey’s finds that it usually lasts six or seven years and ultimately ends up reducing debt to GDP by a quarter on average. To comply with the historic pattern, the UK would therefore need to reduce its debt mountain by the equivalent of more than a whole year’s GDP. That would be a huge drag on output. And here’s the scary bit; for the UK and most other advanced economies, the deleveraging process has barely begun. Any reduction we’ve seen in private sector debt has been matched by rising public indebtedness. The real consolidation, together with its negative impact on output, has yet to occur”.

    http://blogs.telegraph.co.uk/finance/jeremywarner/100010956/britains-deleveraging-nightmare-threatens-its-triple-a-rating/

  27. Bonjour à tous,

    Ils ont trouvé la solution, et nous allons tous y contribuer !

    Les Banques viennent de se constituer le plus gros portefeuille hypothécaire de tous les temps : l’Europe.

    Finalement, qui sommes-nous au sein de cette société si nous (salariés, fonctionnaires ou entrepreneurs, retraités, étudiants ou enfants, gendarmes, policiers ou militaires) ne pouvons plus décider démocratiquement de notre avenir ?

    Dans peu de temps, certains d’entre nous seront sans ressources et n’auront pas d’autre choix que de survivre… Ils se retrouveront alors face à leurs propres compatriotes (gendarmes, policiers ou militaires) à qui l’ON ordonnera de faire leur travail… En mathématiques, on appelle cela le QuickSort, en stratégie politique, le Diviser pour Régner… Cela c’est déjà produit dans un passé pas si éloigné de nous… Nos Elus (sous l’enprise des Banques) devraient en permanence sans souvenir avant d’abdiquer aussi facilement…

    Il y avait une autre solution ! Des Gens très compétents le scandait dès 2007 avec la crise des sub-primes… Ils (nos Elus), n’ont pas osé s’aventurer dans cette voie de peur sans doute, de perdre leurs propres intérêts…

    Que nous reste-t-il maintenant ? Les droits de l’Homme ?

    UN CONSEIL, que vous soyez salariés, fonctionnaires, entrepreneurs, retraités, étudiants, gendarmes, policiers ou militaires, prennez 1 heure de votre temps et lisez ces documents ; faites le pour vos enfants ; faites vous votre propre opinion :

    http://www.efsf.europa.eu/attachments/efsf_framework_agreement_en.pdf
    http://www.consilium.europa.eu/uedocs/cms_data/docs/pressdata/fr/ec/119811.pdf
    http://www.senat.fr/fileadmin/Fichiers/Images/commission/affaires_europeennes/bruxelles_25mars2011.pdf

    ATTENTION A CELUI-CI :
    http://www.openeurope.org.uk/docs/draftesmtreaty.pdf

  28. Le jour d’après :

    Que se passe-t-il le lendemain du défaut ?

    Après avoir pensé l’impensable, il faut éclaircir un peu ces points de détails

    – comment payez vous votre loyer ?
    – comment payez vous votre carburant ?
    – comment tenez vous vos engagements ?
    – comment livrez vous vos clients ?

    A petite échelle certains d’entre vous ont vécu l’expérience de la cessation de paiement d’une entreprise. En tant que client, en tant que fournisseur l’expérience est désagréable. En tant que salarié ou dirigeant c’est extrêmement déstabilisant. Toutes les règles changent du jour au lendemain, mener à bien la moindre tâche devient soudainement incertain, improbable, voir impossible.
    Et pourtant dans l’hypothèse d’un redressement judiciaire, des règles existent , il y a un cadre juridique, des conseillers spécialisés interviennent.

    Une chose est sûr c’est que le règlement des créances contractées avant la date du défaut est remis aux calendes et que sont privilégiées les nouvelles créances essentielles au fonctionnement de l’activité. Chacune des parties devant faire face au problème posé avec ses propres moyens.

    Il me semble que ce mécanisme de redressement aurait toutes les chances de s’appliquer avec succès à la situation présente, Car tout le monde peut comprendre ces règles, nous disposons de la culture juridique et nous disposons des spécialistes.

    Un point toujours délicat à régler sur le plan psychologique, c’est de convaincre le gérant défaillant qu’il n’est plus gérant et donc de l’écarter du processus de redressement.

    C’est pourquoi il est temps désormais d’acter la nouvelle situation, de manière à éviter qu’un certain nombre d’ irresponsables continuent à se prétendre indispensables à la résolution du problème.

    En avant…

  29. « Ça me fait un peu rire quand j’entends certains, qui achètent quelques piécettes et se sentent protégés… »
    Moi, ça me fait rire quand j’entends
    « En cas de famine, je ne vendrais pas mes patates contre de l’or et je ne serais pas le seul à penser ainsi… »
    Vous avez un jardin, tant mieux pour vous, vous serez les riches de demain.et déjà d’aujourd’hui.
    Mais face à des milliards de gens qui n’ont rien, je doute du plaisir à consommer tranquillement son carré de patates et ses oeufs de poules.
    Peux pas m’empêcher de faire le parallèle au Brésil et ailleurs de villas luxueuses avec vue sur des taudis. On s’habitue à tout, mais pour combien de temps?

    Me souviens d’un pote qui chantait en 68
    J’chuis cool, j’chuis baba cool, j’fais du social t’a pas cent balle?
    Et puis que la richesse, c’était comme un torchon propre au milieu de la m…e.

  30. De toutes les manières, quelles que soient les décisions prises par l’UE, nous n’avons AUCUNE possibilité de nous y opposer ; tout est verrouillé par le Traité de Lisbonne.

    Rappelez-vous une chose : Le Conseil Européen (des membres de l’exécutif) a des pouvoirs législatifs !

    Chez moi, ça se nomme une gouvernance totalitaire car j’ai appris que la séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire était le fondement de la démocratie et nous protégeait des dérives totalitaires !

    Réfléchissez-y et concédez que la « démocratie représentative » n’est en rien démocratique, mais oligarchique, et revient à être spectateur de sa vie…

    Pourtant, il existe des gouvernances différentes et réellement démocratique comme celle proposée par Étienne Chouard, mais ça ne va pas plaire à tout le monde !

  31. @Plouf!, tu peux me tutoyer…

    Ne le prends pas de haut sur ce sujet car si j’ai quelques patates, je n’ai pas d’or et si tu connaissais ma situation financière, tu saurais qu »être plus fauché que moi revient à être SDF…

    Et quand je dis ne pas vouloir vendre mes patates aux possesseurs d’or, je ne dis pas que je refuserais de partager ma gamelle avec le nécessiteux…

    Donc, merci de relativiser un peu 😉

  32. Hors sujet sur le langage… à propos de ceci, par exemple :

    http://tafsab.unblog.fr/2009/04/14/jules-supervielle-oublieuse-memoire-hommage-a-la-vie/

    J.B. Pontalis l’évoquait hier soir sur FR C…

    L’importance de ceci tout de même, à savoir qu’il suffit d’un poème pour changer notre point de vue sur le jour, – sur ce jour. Alors qu’une image sans mots n’est qu’une vision amputée de l’être. Une image est un vide, une fermeture, et tout ce torrent d’image nous vide de notre pensée et de nous-même, enfin… Ce que j’interroge est d’abord le langage tel que nous le pratiquons ici dans une sorte de paranoia à savoir campé pour la bataille, les mots comme une arme, qui ne disent rien sur nous-même, un langage extérieur… et puis la tendance de cette civilisation à ne plus lire.

    Du temps de Lacan, et avant, le langage était le tout de l’être humain, sa « structure » ce par quoi il advenait. – Au début était le Verbe… encore que, pour la psychanalyse, les images renvoient comme les mots, par associations, à la pensée, aux symboles. La structure inclue, englobe tout, cette structure fonctionne comme un langage mais n’est pas faite de mots exclusivement. N’empêche qu’il faut la présence de cette structure qui est la pensée, pour provoquer le dégel de l’être… actuellement non seulement le rôle que nous faisons jouer au langage nous tue et tue le vivant, mais le fait de troquer le langage pour l’image nous coupe la parole, et de la parole, et nous enferme…

    L’image ne fait-elle que redoubler le silence du vide… ?

    En fait le langage décline dans nos sociétés, c’est un constat, mais il subsiste comme utilité sociale, arme de lutte politique. Sa fonction poétique et existentielle décline, n’est-ce pas une sorte d’autisme qui s’annonce à l’horizon…

    Et pourtant :

    http://www.flickr.com/photos/47934977@N03/5788911087/sizes/o/in/photostream/

    Dans nos sociétés éprises de liberté, en fait on ne peut plus rien dire. La parole hautement normalisée est la seule acceptable, la déviance est une traîtrise. Etre soi, c’est déjà une infraction. On craignait l’égalitarisme du communisme en fait on y est en plein dedans : Tous sommés de se conformer, exactement comme sous Staline, seule la punition est temporairement remise.

    Devenir conscient du caractère hautement fasciste de nos sociétés. De façon terriblement ironique, Arendt interrogeait le fait totalitaire alors qu’elle flottait à sa surface, probablement… On est toujours sommés avec Mussolini, à marcher sur Rome, – virtuellement. A nous sacrifier pour l’Europe… pour l’Euro… Pour l’image de la France, pour l’image de l’Allemagne, pour l’amour des marchés. Le langage est entièrement requis pour ces combats et nous laisse relativement vidés. « Angst essen Seele auf comme le disait Fasbinder. Tout le monde est déjà en armes, sans le savoir.

    Une réflexion qui n’aboutit pas, problème mal posé sans doute.

    Prima la musica, poi le parole, vielle lune….

    Déclin du langage, ce qui en reste est perverti et inapte à nous renseigner sur nous même, et parallèlement fascisation de l’Etat… langage comme structurant l’être humain, holisme du langage mis en déroute. Langage, portail vers la pensée en train de se fermer.

    1. Alors qu’une image sans mots n’est qu’une vision amputée de l’être.

      Trop bon le chromos. Je peux l’accrocher sur quel murmure ?

  33. Pas de problème Yano, je vise surtout l’idéologie de la survie grâce à son jardin.en réponse à tous nos maux, parce qu’il n’y en aura jamais pour tout le monde.

  34. Il n’y en a pourtant pas d’autres car les fondamentaux sont ici.

    Une terre pour nourrir, un toit pour s’abriter…

    L’argent, les biens et services, c’est indispensable dans notre société mais dans une conjoncture survivaliste, ça ne vaut plus rien ; donc les fondamentaux sont là et il n’y en aura pas pour tout le monde, c’est certain…

    La population devra s’auto-réguler en fonction de l’écosystème, non pas par envie mais par obligation, c’est cruel mais inévitable dans ce contexte.

    1. On en est pas encore au survivalisme à la Mad Max, qui relève de la science-fiction.
      La réalité est beaucoup moins romantique. D’après un ami Argentin qui vit en Allemagne, pour passer les premiers mois après un effondrement financier, il faut des réserves de nourriture et du cash, parce que les distributeurs sont rapidement vidés, et les banques fermées jusqu’à nouvel ordre. Celles qui sont encore ouvertes, distribuent de l’argent au compte-goutte.
      Si vous n’avez ni argent liquide, ni nourriture, il faudra vous débrouillez autrement.
      Dans cette période, les métaux précieux ne servent à rien. Les boutiques qui en achètent sont fermées. Les particuliers n’en veulent pas, parce qu’ils n’ont aucun moyen de vérifier l’authenticité et le degré de pureté des métaux, et aucune chance de les revendre rapidement.

  35. Vigneron vous me préter des intentions , pour faire renter mes posts dans vos cases préformatées . Comme pour zézette épouse X , y a des choses qui rentre pas dans les cases ,
    surtout quant comme votre pseudonyme le suggére on abuse de l’alcool .
    Essayer plutot la dialectique Hégélienne , çà va de rien à rien mais çà assouplit les neurones ,
    … pratiquer à jeun de préférence .

    1. @Armaggedpn

      A d’autres mon p’tit Necrosyrte monachus de zones argentifères. Des lascars comme vous on en rencontre par treize à la douzaine à tout coin de rue et à tout bout d’champ et on les rentre itou et à l’aise Blaise dans de toutes petites boites en fer blanc qu’on entasse dans un coin et qu’on oublie.
      Armaggedon de son pseudo pour la mise en bouche eschatologique, puis laudateur invétéré et invertébré des empilements métalliques, plus solidarité et créativité « complémentaires » et à la « repensance bien-pensante » contrite et contrainte, plus cuistrerie en multicouches, plus bonne conscience en promo de chez Leader-Price, plus petites combines et conseils avisés de p’tit malin spéculateur de service, expert en fosse ‘d’aisance à JP Morgan (vous vous rappelez le Sucre de Rouffio ? « A 8 000 je tire la trappe ». A 49 $ l’once d’argent, ils ont tiré la trappe au mois d’avril, non ? ), plus humour involontaire de sous-Bidochon, traits d’esprits de chez très faible d’esprit, la case est toute trouvée, mon ami auto-trié : au rencart avec le tout-venant. Même pas besoin de me baisser pour vous y mettre. Vous y courez en chantant avec vos clones innombrables à poil laineux. Suivez bien les flèches, c’est tout droit.

      1. @Alain Loreal
        Et oui c’est vrai avec votre pote vigneron ça passe ou ça casse! Le plus souvent ça casse et peu sont ceux qui échappent à ses foudres. C’est bien fait, souvent avec une verve à la San-Antonio (faut admettre qu’il écrit bien!) Mais bon ça sert à quoi de ridiculiser ou humilier des commentateurs du blog, le plus souvent inoffensifs? On se défoule comme on peut ok… est-ce vraiment l’endroit?

  36. @ Armaggedon vs Vigneron

    Puis-je vous suggérer de vous orienter vers un blog plus caustique que celui-ci pour bavasser de la sorte, car nous ici, pauvres tripailles d’une France en souffrance, nous baillons à vous lire…

    Merci…

    Plus sérieusement, pouvez-vous être plus explicites et moins dans les auto-contradictions, exemple :

    JPM fait un must de bénefs globalement , je parle des métaux précieux , où il est notoire qu’elle
    fait des pertes .

    ???

    Merci.

  37. Bonsoir,

    Je m’appelle Gilles, papa de 3 jeunes enfants, je travaille dans le groupe KION qui est détenu 50/50 par Goldman Sachs et KKR comme acheteur industriel et ne suis en aucun cas salarié protégé.
    Le 05 juillet dernier, le groupe KION nous a annoncé le projet de fermeture de notre site de production sous 1 an maxi qui est basé dans l’Oise à Montataire ville qui est dans le bassin Creillois déjà durement touché par de nombreuses fermetures ces dernières années (47% de chômage ). Cela nous est tombé sur la tête comme un violent coup de marteau car nous avons toujours fait des bénéfices même pendant la crise.

    Depuis le 05 juillet, toute l’usine s’est unie afin de faire front et trouver des idées qui pourraient ralentir la procédure engagée par notre groupe . Nous réfléchissons à une contre proposition industrielle que nous souhaiterions amener directement chez Goldman Sachs Paris avec la presse et le double publié dans ses grandes lignes sur le site internet du CE STILL.
    http://www.ce-still-montataire.fr

    Pour ma part, j’ai eu plusieurs entretiens avec différents attachés parlementaires et un de ces Messieurs a fini par me lâcher que le budget de l’état et de certaines grosses sociétés Françaises dépendait directement des fonds prêtés ou investis par Goldman Sachs et qu’aucun économiste politique de droite comme de gauche ne ferait front à Goldman Sachs.
    Ils nous restent donc pas grand chose pour nous battre à part la justice et l’aide des médias.

    Histoire de L’usine
    .
    – Montataire Usine de production de chariots élévateurs pour les marques FENWICK et STILL
    – 250 personnes propres à l’usine et un impact direct sur la région de 400 emplois menacés
    – Située dans le bassin Creillois déjà durement touché par le chômage
    – Appartenant au groupe KION
    – Groupe KION racheté par le fond d’investissement américain KKR lui-même financé par la banque Goldman-Sachs en 2006.
    – 8 Usines de production en Europe et une présence en Chine et en Inde
    – Le groupe KION est propriétaire des marques FENWICK, STILL, LINDE, OM Pimespo et Baoli pour la chine.
    – Le groupe vient de racheter cette année l’indien VOLTA et encore deux ans avant le chinois Baoli
    – Montataire considère être sortie de la crise de 2008 et 2009 la tête haute puisque qu’elle n’a eu à faire que 5 jours de chômage pour absorber la chute de son carnet de commandes. De plus elle a été la seule usine européenne du groupe KION à dégager un bénéfice positif 2.5 Million d’Euros dans cette période où les autres étaient tous en négatif.
    – Actuellement le carnet de commandes de l’usine est de 5000 machines. Production annuelle prévue pour 2011 = 15000 machines (sortie de crise, niveau équivalent à 2008 lorsque le marché était à son plein)
    – L’usine est rentable et en est déjà à un chiffre d’affaires d’environ 50 Mion d’Euros.
    – L’usine de production de Montataire est en place depuis 1965.

    – mardi 5/7/2011 9h30 : 2 Comités d’entreprise (1 européen et un au siège STILL France)
    – 5/7/2011 9h40 : Le directeur industriel demande de passer la nouvelle au personnel
    – 14h00 : l’ensemble du personnel réuni a pu assister à la présentation par le Chief Executive Officer (Goran Mihajlovic) et le Chief Financial Officer (Harald Pinger) ainsi que le Directeur industriel (Jérôme Chevillotte) à la présentation de ce projet de fermeture.
    – Une première vague de fermeture des usines du groupe KION avait déjà eu lieu pour faire face à la crise économique de 2008-2009.
    – 2 Usines avaient été alors fermées : Une en Angleterre et une en Allemagne.
    – La seconde phase de ce plan stratégique de « désindustrialisation » concerne l’ Usine de Bari en Italie 500 personnes (en moyenne 2 à 3 jours de chômage par semaine) et l’Usine de Montataire (avec des commandes à ne plus savoir quoi en faire).
    – Cette dernière doit être délocalisée dans la plus petite usine du groupe en Italie : Luzzara. Le Chief Executive Officer (Goran Mihajlovic) en était lui-même le directeur il y a quelques années.
    – La majorité des salariés souhaitent sauvegarder leur emploi et rester digne.
    – Ils sont tous conscients des traces laissées par les Conti dans la région Picarde et ne veulent pas être assimilés à des voyous.
    – La direction veut forcer les choses, faire vite et annoncer les primes basses de façon à susciter la colère des salariés et ainsi les forcer à la violence ou le sabotage.
    – Un bras de fer s’engage entre la direction et les syndicats.
    – A savoir : Direction locale de l’usine qui vient de changer depuis le début de l’année et 4 Responsables des ressources humaines en 3 ans.
    – On ne tue pas une Usine qui gagne !!!!!

    1. Merci pour ce témoignage concret et éclairant sur le pouvoir exorbitant des grandes sociétés bancaires.

      Par rapport à votre commentaire sur les « Conti », permettez-moi de vous faire remarquer que sans leur « éclat », les médias n’auraient peut-être jamais parlé d’eux. La dignité a certaines limites, et la violence, condamnée par notre morale pour mieux nous soumettre, peut aussi avoir des effets salutaires à condition qu’elle soit intelligemment canalisée. A force de lire des témoignages comme le vôtre, je crains malheureusement qu’elle ne devienne, sous le poids de l’accumulation des frustrations et des injustices, la seule voie pour sortir de ce système corrompu.

    2. Bonjour Gilles,

      Moi je m’appelle Fab et je sais à quel point la désintoxication peut être longue et difficile, surtout au début. Dans les moments difficiles je me remémore la base philosophique du grand philosophe Michel Colucci, qui disait en substance que les chômeurs se satisferaient d’argent, plutôt que de travail. Patience, work in progress !

      J’espère que vous saurez profiter de votre période d’inactivité salariale pour venir nous donner la main pour construire la démocratie. Et oui, en démocratie le travail est une obligation réduite au minimum garantissant les besoins de la société, la consommation venant après et pouvant être choisie consciemment par chacun. Ou pas !

      « Si tu prends un coup de marteau sur la tête, ramasse-le et construis la démocratie. » (Proverbe humaniste)

Les commentaires sont fermés.