LE PAPILLON ET LA PARTIE DE DOMINOS, par zébu

Billet invité

Le risque systémique vient soudainement d’apparaître aux yeux de nos dirigeants, qui constatent ébaubis l’étendue du champ des possibles en matière financière et économique : stupeur et (surtout) tremblements.

Ils devront néanmoins continuer de garder grandes ouvertes leurs mirettes car sur d’autres fronts, au niveau géopolitique et au Moyen-Orient, le risque systémique, c’est la Syrie : « […] Abdel Halim Khaddam affirme que l’état-major de l’armée syrien est conscient que le régime est fini ». Pour avoir dirigé la répression de la révolte des Frères musulmans de Hama en 1982 et avoir été le vice-président syrien de 2000 à 2005, il sait certainement de quoi il parle… De plus, la Ligue arabe vient de décider d’exclure la Syrie d’el-Assad et enjoint l’opposition à se réunir au Caire pour préparer l’après-régime. Or, si ce régime tombe, de profondes transformations pourraient voir le jour au Moyen-Orient, région de la plus haute importance géopolitique.

En premier lieu, le Liban, sous ingérence et pilotage de la Syrie depuis 30 ans plus ou moins épisodiquement, comme le Cambodge fut sous le coupe du Vietnam, pourrait en profiter pour s’affranchir des visées hégémoniques de son puissant voisin. Et au Liban sud, le Hezbollah, financé et appuyé par la Syrie, serait lui dans une posture difficile, tout comme le Hamas à Gaza, dont une partie de l’approvisionnement et du financement provient aussi de la Syrie. Mais aussi et surtout Israël, qui dans le cas de l’effondrement de son meilleur ennemi et de l’émergence d’un régime potentiellement non-dictatorial, subirait lui aussi paradoxalement les contrecoups d’un tel bouleversement car il aurait alors toutes les peines du monde à continuer de crier au loup syrien pour refuser de négocier le problème du plateau du Golan, château d’eau d’Israël mais aussi de l’Irak.

Plus largement, le régime iranien aurait lui aussi à gérer cette transformation, la Syrie étant un point important dans sa stratégie pour cette région, avec la Turquie désormais (depuis 2010). Il devrait alors se rapprocher de la Turquie, notamment pour faire face à une possible résurgence de la « question kurde ». Enfin, la Syrie est l’un des derniers pays au monde à héberger une foultitude de réseaux terroristes et à les appuyer, qu’ils soient islamistes ou non, la Libye de Kadhafi l’ayant été elle aussi jusqu’au début des années 2000, avant de soutenir ensuite la CIA dans sa traque des réseaux islamistes.

Paradoxalement, cela permettrait enfin à la CIA et au gouvernement étasunien de mettre la pression sur Israël, allié plus qu’encombrant actuellement pour les États-Unis, par ses refus récemment réitérés de négocier sur la Palestine. Israël devrait alors faire face à une opposition arabe plus ferme et plus unifiée face à sa politique (développement de la colonisation, refus de négocier sur les lignes de 1967) mais cette fois-ci avec des régimes majoritairement élus démocratiquement. Ce serait alors la fin de ce sur quoi Israël s’est toujours appuyé pour justifier ses politiques depuis des décennies : « l’exception démocrate » au Moyen-Orient ne serait plus. Les seuls régimes non démocratiques dans cette région seraient ainsi les pétromonarchies (en premier lieu, l’Arabie Saoudite, premier partenaire des États-Unis et gestionnaire de La Mecque, donc intouchable) et… l’Iran.

On comprendrait mieux alors les bruits de bottes entendus sur un éventuel bombardement israélien en Iran, « imminent »[1], alors que même les agences américaines de renseignement estiment qu’une éventuelle bombe nucléaire ne pourrait être mise au point au mieux que dans deux ans : si la Syrie venait à tomber, il deviendrait alors urgent pour Netanyahou de créer une stratégie de la tension, pour conforter le rôle prééminent d’Israël dans la région, stratégie plus que risquée mais qui éviterait au moins une remise en question plus profonde. Fin du colonialisme, fin de « l’exception » israélienne (dans un « océan dictatorial arabe »), questionnement quant à son identité (état juif, où les citoyens israéliens arabes n’ont pas les mêmes droits que les autres).

Finalement, la chute de la Syrie serait surtout dramatique pour le Hezbollah et le Hamas, la droite dure et l’extrême droite israélienne et le régime iranien. On ne s’en plaindra certainement pas.

À supposer donc que l’armée syrienne lâche finalement le régime, il faudra alors espérer que les États-Unis auront suffisamment de poids pour empêcher Netanyahou de s’engager dans une possible stratégie de fuite en avant. Une seule intervention d’Israël en Iran permettrait en effet à el-Assad de reprendre la main et de prôner, encore une fois, l’union nationale contre l’ennemi juré de la Syrie. Et Israël de sauver alors un régime que d’aucuns prédisent déjà comme fini : une bonne guerre fait de bons ennemis (et réciproquement)…

Si le risque est ainsi bien systémique pour le monde financier, la chute du régime d’el-Assad le serait tout autant pour le Moyen-Orient (et plus largement pour le monde dans son ensemble), bien plus que la chute des régimes de Ben Ali, de Moubarak et de Kadhafi réunis, parce que cela permettrait de lever le dernier verrou concernant Israël, en tant que dernière menace proche, mais aussi concernant la Palestine par voie de conséquence. La Tunisie, la Libye et l’Égypte seraient alors de la roupie de sansonnet en comparaison de cet objectif géopolitique, alors même que chacun de ces pays est en soit un objectif considérable. C’est dire l’importance de la Syrie.

La partie de dominos s’achèverait alors sur les deux seules pièces qui comptent, le double 6 (Israël) et le double zéro (la Palestine). Et en l’espace de quelques mois, cela transformerait pour les États-Unis des positions de faiblesses en positions de force : de la chute de régimes amis du « proche extérieur » (Tunisie, Égypte) mais néanmoins fragiles car usés, corrompus et vilipendés par la rue arabe pour leurs positions par trop accommodantes sur la question de la Palestine, ils seront passés à l’abandon d’un régime ayant soutenu la « lutte contre le terrorisme » mais, ne servant plus, à qui ils auront soldé son compte (Libye), pour finir par la destitution du seul régime resté réellement opposé aux États-Unis dans la région , la Syrie. Cela leur permettrait d’aborder en position de force, enfin débarrassés de toutes les pièces rapportées au jeu, une négociation sur la seule question qui vaille : Israël et la Palestine.

À supposer qu’une telle partie de dominos ait pu être imaginée en cours de route mais conduite par la main du hasard au fur et à mesure qu’il en révélerait les différentes pièces, celui qui serait en train de la gérer ainsi serait alors un maître dans l’art que Machiavel décrivit dans « Le Prince ». Ou un apprenti sorcier. À moins que l’immolation d’un vendeur de rue n’ait su à elle seule relier les fils du détonateur à tous les barrages érigés depuis plus de 60 ans dans cette région.

L’arrêt du battement de cœur d’un jeune tunisien va-t-il provoquer une tornade au Moyen-Orient ?



[1] Qui plus est, les prochaines élections en Égypte le 25 novembre devraient voir arriver dans une proportion inconnue les frères musulmans au pouvoir, avec une armée qui a retrouvé un certain degré de nationalisme arabe.

Partager :

318 réflexions sur « LE PAPILLON ET LA PARTIE DE DOMINOS, par zébu »

  1. Donc La BCE a à sa tête l’un des membres de la Banque qui a mis l' »Europe entière dans le rouge, celle qui a maquillé les comptes dela Grèce. Trichet semblait si heureux lors de la passation de pouvoirs. Par ailleurs pas un mot sur ce passé sulfureux de Mario Draghi de la part de nos dirigeants. Les seuls fautifs sont les grecs , un peu comme si on donnait les clés de l’hopital aux dealers d’héroine. Est ce que nous devenons fous ? Ou sommes nous décidemment bien trop idiots pour comprendre le sens de nos vies, ce que doit être un gouvernement dans notre démocratie new look.

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/11/14/goldman-sachs-le-trait-d-union-entre-mario-draghi-mario-monti-et-lucas-papademos_1603675_3214.html#ens_id=1603680

  2. Nous ne sommes pas obligé de prendre les dires des économistes pour paroles d’évangile..
    Au sortir de la deuxieme guerre mondiale, les économistes avaient prévu un décuplement de la consommation d’acier.. Résultat: Tout le monde s’est frotté les mains et on a construit des acièries partout dans le monde.. Manque de bol, d’autres matériaux sont venus remplacer l’acier, l’aluminium, le plastique, etc..
    Résultat , nous nous sommes retrouvés en surproduction d’acier et en 1985 la siderurgie française supprimait 90% des emplois avec l’aide de la CGPS (convention générale de protection de la siderurgie)..

  3. La santé de la France incompatible avec une notation triple A, selon une étude.

    La situation économique de la France est difficilement compatible avec la notation triple A sur sa dette, estime une étude publiée mardi par un centre d’études qui classe le pays en queue d’un classement évaluant l’état de santé des membres de la zone euro en pleine crise de la dette.

    http://www.rtbf.be/info/economie/detail_la-sante-de-la-france-incompatible-avec-une-notation-triple-a-selon-une-etude?id=7078223

    1. On est vraiment là dans le n’importe quoi au plutôt dans l’hyper-idéologie néolib. Mais le maintien obsessionnel du triple A en relève tout autant, avec en fond la volonté de ne surtout pas toucher au secteur financier…

    2. On supprime la thésaurisation (cumul) de l’argent et basta !!

      Fini la loi de Pareto..(20% des individus qui détiennent 80% des richesses)
      Un revenu universel égal pour Tous est la seule sortie de la partie de monopoly mortelle dans laquelle est le monde.
      Parallèlement il faut s’attaquer à la démographie.. La terre ne peut pas donner de ressources infinies, donc la croissance infinie est un non sens.. Il faut donc faire l’amour sans procréer pendant 15 ans, afin de revenir à 2 milliards sur Terre (comme en 1960)
      Ensuite, il faut faire des actions réversibles pour pouvoir revenir éventuellement en arriere et maintenir la planète dans son équilibre (sinon, la planète reviendra d’elle même à l’équilibre sans se préoccuper des êtres qui sont à sa surface)..
      Il faut développer et encourager le développement intérieur de l’être au lieu d’une consommation ravageuse..
      Nous sommes tous une facette différente du Tout. Ainsi tout ce que nous faisons, c’est à nous même que nous le faisons.
      En un mot: Aimez vos semblables comme vous même..

      1. Je pensais que le terme « Thesaurisation » s »appliquait au cumul -sans travail de l’argent ..a son immobilité qu’on peut considéré comme improductive ….bien qu’elle compense l’excès de vitesse de circulation du reste de la monnaie

  4. @ Julien Alexandre:

    Oui ! On va pas faire toute la liste, parce qu’on a pas fini, entre les Collon, Bricmont, Piccinin, Voltaire, Le grand soir, etc. : les poubelles du web débordent.

    En résumé, toute opinion hostile à la politique de l’actuel gouvernement d’Israël est à mettre à la poubelle, si l’on vous comprend bien ?

    1. J’adore quand on joue sur les mots « hostile à la politique de l’actuel gouvernement d’Israël »… c’est si joliment dit !
      Figurez-vous qu’il est assez difficile de trouver des gens qui ne soient PAS hostiles à la politique de l’actuel gouvernement d’Israël, aussi si ce devait être le critère, il faudrait m’y compter. Mais ce n’est évidemment pas le cas. Je vous laisse donc deviner quel est le point commun. Mais gardez-le pour vous : vous savez bien que ce ne sera pas publié !

      1. @ Vincent Wallon

        Merci pour les liens, mais pour le premier proposé, mon navigateur préféré m’indique cela:

        « Cette connexion n’est pas certifiée
        Vous avez demandé à Firefox de se connecter de manière sécurisée à bordeaux.indymedia.org, mais nous ne pouvons pas confirmer que votre connexion est sécurisée.
        Normalement, lorsque vous essayez de vous connecter de manière sécurisée, les sites présentent une identification certifiée pour prouver que vous vous trouvez à la bonne adresse. Cependant, l’identité de ce site ne peut pas être vérifiée. »

        A éviter, donc…

      2. @Bruno
        Comme vous voulez, je m’incline devant le spécialiste que vous êtes des sites à éviter, y’a qu’à voir vos propositions sur ce fil…un authentique spécialiste, pas de doute. Je vous demanderai la prochaine fois, promis.

      3. @Vincent Wallon

        L’humour sauve!

        Le problème que je souligne est d’ordre technique (« lien non-sécurisé », ce qui est rare: libre à vous de ne pas tenir compte du côté technique d’internet, et des conséquences éventuelles…). Quant au lien que j’ai proposé, vu tout ce qu’on peut voir sur internet – du côté contenu -, l’erreur est humaine: la preuve.

      4. @Bruno

        Je vais pas épiloguer des heures là-dessus, d’autant que c’est une digression par rapport au sujet autrement important.
        J’avais bien compris que vous étiez sur de la technique, et je vous confirme que je n’étais pas sur le terrain de la technique, que je connais un peu tout de même (d’ailleurs je m’interroge sur l’intérêt de chercher du https sur un site que vous visitez en lecture, mais bref…), mais sur le terrain des étranges cheminements que suivent vos circonvolutions cérébrales.

        Je suis tout de même curieux de savoir ce que vous a dit votre navigateur préféré quand vous êtes allé chez les fafs?

        Je veux bien vous accorder le bénéfice du doute, mais j’en ai un peu marre de voir tous les benêts de la planète nous ramener des fafs et autres conspi toutes les 2 minutes en nous disant « Alléluia, voici notre sauveur suprême ».

        Rappel :… IL N’EST PAS DE SAUVEUR SUPRÊME, NI DIEU NI CÉSAR NI TRIBUN…

        PS: Désolé Julien et les autres, si vous souhaitez stopper là, ce qui finalement m’irais assez, modérez par éradication de ce commentaire.
        M’énerve à la fin, y’en a un qui va finir par payer pour les autres, et ce sera pas de la violence gratuite.

  5. « Puisque tout ceci nous échappe, feignons d’en être l’instigateur ».

    (Jean Cocteau)

    Que ce soit en économie avec la mondialisation financière, que ce soit en matière de modèle de société énergivore et polluante, que ce soit le nucléaire civil et militaire, au nom du progrès et par l’utilisation des la raison nous avons accouché de systèmes proprement monstrueux, au sens de effrayant et gigantesques.
    Nous avons créé des Golems qui ont acquis leur autonomie propre et que nous ne pouvons plus contrôler. Les hommes essayent d’accompagner le mouvement, de chevaucher la cavale dans une sorte de rodéo de plus en plus rude. On a le sentiment que le système a acquis une inertie telle que nous ne pouvons plus infléchir sa trajectoire, il nous domine. Quand je dis nous il s’agit aussi des dirigeants au plus haut niveau.
    Quelqu’un a dit récemment: « Les fous ont pris le contrôle de l’asile. », je pense que c’est pire que cela, les gens « raisonnables » issus des cercles de la raison pure, ne contrôlent plus le système, mais sont emportés par lui et nous avec.
    C’est sans doute pour cela que les partis progressistes ou qui se revendiquent tels sont particulièrement discrets. C’est sans doute pour cela que l’on ne sait plus qui est fou ou qui est raisonnable.
    Exemples:
    Le nucléaire, qui est fou? Celui qui veut sortir du nucléaire ou celui qui estime qu’en sortir est une pure folie?
    Le réchauffement climatique, qui est fou? Celui qui ne veut pas changer son mode de vie et qui ne jure que par la croissance, ou celui qui prône la décroissance et le retour à une certaine frugalité?
    OGM, qui est fou ? Celui qui veut manipuler le vivant au nom de la productivité et du profit, ou celui qui veut conserver la diversité des espèces naturelles pour assurer notre avenir sur cette planète.
    L’euro, qui est fou ? Celui qui veut nous imposer « pour notre prétendu bien » des plans d’austérité à répétition au nom d’une Europe financière et qui détruit l’Etat Providence, ou celui qui dit qu’il faut sortir de l’euro pour récupérer notre souveraineté, relancer notre économie et sauver les systèmes de solidarité nationales.
    Démocratie, qui est fou et irresponsable? Celui qui préconise d’organiser un référendum sur des questions engageant l’avenir de la société pour au moins une décennie, ou celui qui refuse de faire confiance au peuple et qui s’incline devant la ploutocratie.

    Le système dont l’humanité « éclairée » par les « Lumières » a accouché est devenu tellement complexe, les choses sont devenues tellement imbriquées, que nous ne savons plus comment nous sortir d’une situation inextricable. Le système financier est une bonne illustration de ce qui précède.
    Après la chute du mur de Berlin, des tas de scientifiques qui travaillaient dans le domaine des armes de destruction massive, se sont retrouvés au chômage. Ils se sont recyclé dans les armes financières de destruction massive que sont les produits dérivés divers et variés utilisés par les spéculateurs. Dans ce cas les choses sont à la fois complexes et opaques, car ceux qui profitent de tout cela ne souhaitent pas que le citoyen de base vienne fourrer le nez dans leurs manipulations.
    Alors? Qui est fou et irresponsable, qui est raisonnable et responsable? That is the BIG question?

    1. La lampe du monde c’est le monde de l’argent, de la malice mondiale.

      Si les chiffres sont bons alors ton oeil est sain, tu sera bien vu, bien noté, bien flatté, bien reçu parmi nous, mais dans le cas contraire gare à toi, gare à ta place, ta vie, ta santé, tes enfants car nous sommes bien complices de choses partout, aussi bien dans tel pays que dans tel autre passant de plus en plus sour le régime de notre coupe d’abominations supplémentaires, les bonnes primes de luxe, c’est le confort, c’est le paraître de l’enseignement.

      Hélas le mystère de l’iniquité était déjà bien à l’oeuvre avant même notre propre naissance, ceux-ci sont les premiers, mais vous vous serez toujours considérés comme les bons derniers, quand le 1er banquier du globe se révèle être de plus en plus Infernal com le Diable, alors tout le monde ricane et se singe pareillement, le monde entier est dans la lumière, c’est la seule bonne raison du primate pensant, faut faire partout malice sur terre, c’est la fiesta le grand rêve mondain pour tous, mais alors que le vent leur devienne un peu plus contraire et c’est alors que le monde se retrouve subitement de nouveau à l’age des ténèbres, c’est sur il fera certainemment très très chaud demain dans les premiers enfers sur terre.

      Ils ne veulent absolument pas bien sur que tous les hommes s’en sortent aussi bien dans les Corps que dans les Ames relisez donc les premières écritures à leur sujet.

      Oui les premiers marchands du monde conduisent tout droit l’espèce humaine à l’abime.

    2. Si il valorisait la raison pure comme il le prétend l’homme moderne ne nous précipiterait pas à marche forcée vers les limites ultimes à la croissance en faisant comme si la notion même de limites n’avait pas de sens, limites que par ailleurs l’homme a déjà rencontrées maintes fois au cours de son Histoire. Apparemment l’homme moderne est plus croyant qu’il ne veut bien l’admettre …

    1. Cachez moi ce pauvre malheureux que je ne saurais supporter plus longtemps de voir chez moi, vous qui avez souvent eu à coeur de défendre les lois et le bon sens civique, ah si seulement les premières polices privé et bancaires du globe n’avaient pas toujours à coeur et pour mission première de défendre les premières lois iniques du moment, pauvres veuves et orphelins de plus dans le monde à quoi servent surtout les premiers avocats du monde ?

      Evidemment à force ça démotive un peu l’esprit de corps aussi bien parmi les militaires que dans la gendarmerie, ça fait même plus mauvais genre de conduite, ça pousse même davantage les gens à se poser des questions, mais veut-on vraiment que l’espèce humaine évolue moins durement et brutalement en société ?

  6. A la formule de Pierre Larrouturou qui a dit que : « Les fous ont pris le contrôle de l’asile. »,
    je préfère la formulation de Nicolas Dupont Aignan et ceci indépendamment de mes inclinations politiques:
    Les pyromanes responsables de l’incendie de la crise de la dette prennent le pouvoir en revêtant les habits avantageux du pompier. L’imposture est totale comme lorsque Pétain prétendait protéger les Français face à l’occupant allemand en signant la reddition.

  7. Qui a dit

    Frauder, que dis-je, voler voler la Sécurité sociale, c’est trahir la confiance de tous les Français et c’est porter un coup terrible à la belle idée nécessaire de solidarité nationale

    Ne serait-ce pas celui que l’on soupçonne d’avoir bénéficier de rétro-commission (oups…pas à titre personnel mais pour finançer une campagne éléctorale) ou d’avoir pu acheter un appartement avec un rabais de 300 000 EUR (http://www.bakchich.info/Enterrement-1ere-classe-pour-l,01788.html). Mais bien entendu tout ceci n’est que rumeur et spéculation.

    Une question que je me pose : combien de temps restera–on aussi patient (http://www.lyricsmania.com/inscrivez_greffier_lyrics_la_rumeur.html)?

  8. Si je comprends bien, une fois la Syrie « tombée », et un régime démocratique installé, les américains iront trouver leurs potes israëliens pour leur dire que bon ça suffit bien vos conneries, maintenant faut être très très gentils avec les palestiniens … j’ai bon ?

Les commentaires sont fermés.