44 réflexions sur « … ET LES MARCHÉS FONT PESER LEUR POIDS »

  1. @Paul

    Zebu soulignait récemment que le capitalisme était pervers par essence.

    Or la double contrainte n’est-elle pas, avec le message paradoxale, l’arme préférée du pervers.

    Et ce qui le marché imposent à l’UE: de l’austerité ET de la croissance. N’est ce pas une double contrainte?

    Les responsables politiques de nos états de l’UE ainsi que leurs conseillers, à se complaire dans cette double injonction paradoxale, sont il totalement crétin et inconscient ou alors sont-ils complices pour se vautrer ainsi dans cette double injonction, sans tenter de sortir du cadre, seule manière de ne pas être détruit dans cette situation?

  2. c’est étrange, on parle en effet de « liquidation » concernant les fins de mois boursiers. C’est un vocabulaire un peu rude qui ne s’embarrasse pas de finesses.

  3. «Olivier Blanchard, a appelé l’Allemagne à accepter l’introduction d’obligations conjointes européennes, maintenant que le pacte fiscal a été signé, dans un entretien au Financial Times Deutschland à paraître lundi.
    « Quand il n’y avait pas encore de Pacte fiscal et d’autres instruments de discipline budgétaire, les Allemands avaient de bonnes raisons de ne pas vouloir assumer les décisions budgétaires irresponsables d’autres Etats. Mais maintenant nous avons le Pacte fiscal (donc) les Allemands devraient accepter que la zone euro émette des euro-obligations », a-t’il déclaré»
    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/afp-00439272-le-fmi-souhaite-que-berlin-accepte-les-euro-obligations-presse-315134.php

  4. Dessin saisissant qui colle parfaitement au sujet, de la veine d’un Otto Dix ou d’un George Grosz, dessinateurs allemands de l’entre-deux-guerres qui surent montrer toute la brutalité et l’atmosphère oppressante de leur époque.

    1. @ Pierre-Yves D.

      Dessin saisissant qui colle parfaitement au sujet

      Sauf qu’ils ne ressemblent pas du tout à des traders mais plutôt à des ouvriers ou à des techniciens… On aurait quand même pu trouver mieux pour symboliser les « opérateurs financiers », non ?

      1. Thierry,
        des ouvriers ou des techniciens avec des masques à gaz, c’est pas vraiment non plus la représentation que l’on se fait spontanément d’eux.
        C’est pourquoi j’ai identifié ces votants à des hommes apeurés, ou en état de parano, comme s’ils étaient en guerre. De plus, Warren Buffet n’a-t-il pas dit aussi que les capitalistes avaient gagné la lutte des classes. Voilà en fait j’ai associé ces deux significations. Ceci dit j’ai peut-être l’esprit tordu. 😉

      2. Pour être tout à fait clair, je n’y ai pas vu des tradeurs, mais des hommes sous influence de la finance et de ce qu’elle génère comme climat social, via certains relais politiques.

  5. Cette illustration n’est malheureusement pas de la science fiction… l’Eurogendfor, créée par 5 pays de l’union européenne pour « endiguer les situations de crises » est déjà en œuvre en Grèce. Ses manières tiennent plus de la milice composée de brutes qui bastonnent, comme on a pu le voir à Athènes récemment.

  6. Le FN à 20%…
    Comment ai-je pu croire quelques semaines que l’intelligence raisonnerait la haine, que nos cortex prendraient l’avantage sur nos cerveaux reptiliens.
    Des heures sombres nous attendent mes amis. Et l’analgésique Hollande est encore loin d’être élu.
    Morale à zéro…

      1. Raisonnement publicitaire du type « oui mais si j’avais pas acheter à 19.99€ mes deux bouteilles de shampoing j’aurais du en payer une seule 10€ ! »
        Il n’y a RIEN de bon à tirer de ce vote, RIEN ! C’est la victoire de la bêtise.
        Le PS est haut, la sarkosie aussi finalement, mais c’est aussi bien la défaite du combat contre la finance que celle de l’impératif écologique. Les gens sont désinformés incultes, croient l’être, ou revendiquent de ne pas l’être !
        Il n’y a rien d’autre à tirer de ce scrutin, et se féliciter de ses résultats ou aller faire la fête là ce soir à l’heure du record historique de l’extrême droite dans un scrutin présidentiel c’est non seulement indécent, mais dangereux car signe d’une certaine inconscience de la gravité des situations qui vont nous être imposées les prochains mois.

    1. C’est ça la démocratie, pour le meilleur et pour le pire. Ou encore, la démocratie a ses raisons que la raison ne connait pas. Ça va être très serré le 6 mai, Bayrou va encore une fois se faire écarteler, pour au final ne pas donner d’intention de vote. Avantage M.Sarkosy !

  7. Je suis… mélenronchontriste ce soir.

    Mais triste surtout pour l’avenir de l’humanité.

    Ca ira mieux demain. Peut-être.

  8. 80 % de participation.

    20 % pour le Front National.

    Le Front National obtient son meilleur score historique, encore plus haut que l’élection présidentielle de 2002, qui lui avait donné 16,86 % au 1er tour, et 17,79 % au second tour.

    C’est une catastrophe.

    1. Je suis bien triste moi aussi de découvrir un tel score FN, j’avais vraiment espéré que le Front de Gauche ferait un score supérieur. Je peux bien sûr comprendre que le désespoir et le ras-le-bol par rapport à la « particratie » régnante, sans différences notables entre la gauche et la droite qui nous gouvernent depuis des décennies, puisse mener à ce genre de résultats. Mais comment faire pour combattre ce phénomène qui nous menace à terme de nous retrouver avec la peste brune ?
      L’urgence est là : bien sûr il est important d’abord, d’éliminer Sarko dans quinze jours, ce qui a quand même des chances d’aboutir, mais nous savons qu’il y a malheureusement de fortes probabilités que ça ne changera pas grand chose à la politique qui avait cours : un millipoil de souci du social en plus dans le meilleurs des cas, pas davantage.
      Ce qui veut dire qu’on va se retrouver dans peu de temps avec une situation globalement pire que ce qui se passe aujourd’hui (la crise financière et énergético-écologique aidant) et avec une gauche complètement discréditée (comme la gauche grecque ou espagnole…). Les temps seront alors mûrs pour l’arrivée de l’extrême-droite au pouvoir. J’espère de tout cœur que ce scénario-catastrophe ne se réalisera pas, mais je pense que malheureusement, on est bien parti pour y assister.
      Que faire pour l’éviter ?

      1. Je partage vos remarques …hélas pour ce soir et nos tristes lendemains!!!
        « Mais dans quelle galère….

      2. Que faire pour l’éviter ?

        Ben déjà, il aurait peut être fallu éviter de tirer dans le dos du Front de Gauche, car ils ont été les seuls à faire compagne CONTRE le Front National…

      3. C’est un travail de Sysiphe, comme celui entrepris par ce blog, qui, par l’éducation et donc l’échange face à des problèmes concrets, permettra d’éviter la barbarie qui menace. Cela n’a rien d’évident puisque le système lui propose des réponses simples, à courte vue. Les médias ont une lourde responsabilités dans la montée de l’extrème droite en la montrant comme la seule alternative à la « belle société libérale ». Ils ont, autant qu’ils ont pu, tenter d’éviter les débats de fond qui aurait pu remettre en cause ledit système. C’est ce qui avait été fait et bien fait sous la République de Weimar, combattant la gauche ouvrière, mais laissant le champ libre aux organisations de droite comme le parti nazi.
        D’une façon générale le capitalisme a étendu son exploitation à tous les aspects de la vie. Il n’y a plus de « camp ouvrier » comme dans les années 1930 qui permettait une certaine prise de conscience. Celle-ci n’apparait plus que dans des moments de rupture – comme de nos jours – mais reste fragile puisque la mémoire elle-même a été attaqué, un peu comme dans le 1984 d’Orwell.
        On peut bien sûr avoir la nostalgie des 70 ans d’éducation et de militantisme libertaire en Espagne de 1868 à 1936, qui ont permis une attaque frontale et radicale du capitalisme et du fascisme. Mais aujourd’hui la situation est bien sûr différente. On doit tabler néanmoins sur la fragilité du système, aussi bien bien du point de vue économique, qu’idéologique…

      4. Pourtant les futurologues prédisent depuis longtemps qu’après le communisme et le capitalisme, c’est le retour du fascisme ou d’une sorte de « dictature douce » je ne sais plus qui a proposé ce terme.

  9. C’est triste 20 %, mais elle a été bonne Marine, trop bonne candidate; elle a su être dans le pragmatisme des situations de la vie quotidienne, usant des arguments que la gauche aurait pu trouver (excepté pour l’immigration)…. 20% je vis vraiment dans un pays d’imbécile malheureux sans éducation en Science Politique…. Tout comme le » Jaurès » lançait par Sarko en 2007, il se sont laissait amadouer. Beaucoup de gens on laisser exploser leur rage d’être pris dans les filets de l’absurde avec en corollaire la présence ressenti comme négative de l’Union Européen dont la politiques et les institutions absurdes et anti-démocrates poussent les peuples à des votes regrettables. Oui, on doit une part à la construction européenne que le » front plat » appéle « européiste » le fait des 20% de FN.

    De plus je suis profondément déçut qu’il y ait 25% de gens capable de Voter Sarko malgré leur expérience de 5 ans. Mais dans quel pays vive-t-il? Sur la LUNe peut-être….

  10. La catastrophe c’est qu’il n’y a aucune solution court-termiste pour contrer la bêtise et la haine. Et la jeunesse a massivement voté lepen.
    On a une génération dans la vue, c’est amplement suffisant pour le pire. Consumérisme et extrême droite misent sur les mêmes amenuisements de l’individuation, on a aucune chance tant le premier a préparé à l’échelle des masses le terrain à la seconde.
    Franchement j’en pleure et je pense à tous ceux dans l’histoire humaine qui sont passés par là, ça ne les a pas sauvés de l’oppression des prisons des meurtres et des génocides.
    Et j’écris ces lignes avec la marine qui jouis de son estrade face à l’audience française…
    En 2002 et en 2007 c’étaient les vieux qui avaient massivement voté extrême droite, là c’est un vote d’avenir.

    1. Oui, je suis d’accord, l’électorat à 20% de Marine Le Pen, c’est des individus désorientés et « désaffectés » (vocabulaire Stieglierien :!) yOoN) au moins pour les 5 derniers % qui nous surprennent. Qu’ils s’en trouvent davantage dans la jeunesses (source ?) ne serait pas si étonnant, devant l’érosion progressive des capacités d’attention qui accompagne l’a généralisation des DIEUX-ECRANS.
      Suis curieux d’entende Todd sur le sujet.
      Que la suit soit prévisible (billet de PJ) est glaçant. Je relis un texte de « vulgarisation » de « La grande Transformation » de Polanyi pour voir quelles manettes sur le fascisme

      1. Oui Stiegler bien sur mais l’individuation ne lui est pas imputé (mais je l’emploie comme lui dans le sens de Simondon) ni la bêtise.
        Après le vote jeune FN je me base sur les enquêtes qualitatives pré-scrutin et ma perception ; mais on aura plus de précisions dès demain.

  11. Sarkozy plus Le Pen, on arrive à 45%. La France est, pour moitié, à droite. Très à droite. Dans la moitié qui reste on peut classer à droite les deux tiers des « socialistes ». C’est donc à peine exagéré de dire que 2 français sur trois sont des sympathisants de Le Pen (quelle horreur!), de Sarkozy (quelle honte!) ou de Manuel Valls (quelle stupidité!). J’ai un peu la trouille de l’avenir, bien sur, mais ce soir j’ai surtout honte. Mais quand on y réfléchit bien pour quelles raisons les habitants de France devraient-ils être différents des autres hommes, lesquels ont tous naturellement tendance à protéger et défendre ce qu’ils craignent de perdre? Mais c’est quand même une énigme de constater qu’un peuple s’apprête à garder au pouvoir l’équipe qui l’aura ruiné.

    1. Bon moi aussi je suis triste mais reprenons-nous.
      On laisse tomber les pourcentages menteurs et on regarde les chiffres:
      en tout 5.7 millions ont voté NS+MLP…
      c’est pas toute la France, et certainement pas la majorité des Français. Tout de même.

      Inscrits : 15.467.057
      Votants : 12.569.588
      Exprimés : 12.286.536

      François Hollande : 3.379.172
      Nicolas Sarkozy : 3.269.401
      Marine Le Pen : 2.448.063
      Jean-Luc Mélenchon : 1.284.017
      François Bayrou : 1.132.388
      Eva Joly : 250.308
      Nicolas Dupont-Aignan : 245.857
      Philippe Poutou : 162.081
      Nathalie Arthaud : 83.275
      Jacques Cheminade : 31.974

      1. Heu c’est quoi ces chiffres là ?

        « Inscrits : 15.467.057 ». Il y a 43 millions d’inscrits je crois…

  12. Hollande est donc pratiquement élu sauf énorme bourde (du genre « je suis favorable à une intervention militaire en Syrie », et autres bêtises qu’il pourrait faire); Qui sait? Il pourrait peut-être se montrer à la hauteur…. certains ne se révêlent que dans des circonstances exceptionnelles, et la fonction pousse normalement à se transcender.
    Avec un peu de bol, il nommera Eva Joly à la Justice, et elle nettoiera les écuries d’Augia (à moins qu’il ne fasse grâce au sortant, par exemple en échange d’un partage de prébandes passées, présentes et futures…).

    Les scores des candidats ne me surprennent pas: tous ceux qui ont bossé dans les « instituts » de sondage savent qu’ils sont manipulés en fonction de leurs amitiés et accointances politiques respectives, et qu’ils sont tous affiliés à un camps (la « recette » est composée pour lisser les résultats dans le sens souhaité). Qui plus est, le microscosme parisien s’imagine tout le temps plus représentatif qu’il ne l’est.

    Les anti-systèmes sont à 33,3 pourcents des votes exprimés, si j’additionne correctement. Et encore, sans prendre en compte les 20 pourcents d’abstention, lesquels rassemblent une bonne majorité d’exclus, potentiellement anti-système.
    Dans 18 mois, avec l’effondrement économique, ils seront 50 pourcents.

    Ce sera alors le chaos, si Hollande ne se montre pas suffisamment convaincant aux yeux de ces 50 pourcents, une période propice à la redistribution des cartes, qu’on peut accueillir avec horreur ou avec espoir (pour ceux qui n’ont plus rien à perdre, et donc tout à gagner). Perso, ça me convient.

    1. Je te trouve bien confiant… Le total gauche est bas et niveau du FN nous laisse dépendant de facteurs du type « Sarko avait une plus belle cravate pendant le débat à la télé ». Là je grossis le trait mais clairement 20% de nos concitoyens et dont nos avenirs dépendent désormais, ne vont pas juger à partir d’éléments fondés, de réflexions qu’ils pourraient en tirer.
      Non, nous sommes sous le joug de l’image télévisuelle qui ne manquera pas d’en avoir pris conscience et d’en faire jouer tout son poid.

  13. La réalité juste la réalité
    20 points pour la haine 25 pour le blingbling c »est la réalité mais cette réalité n’est elle aussi en nous! je ne suis pas certain d’etre différent de ces pourcentages meme si j’ai revé de Melenchon comme possible commun dénominateur.Je ne voterai pas au deuxiéme tour j’ai déja assez honte

    1. Je ne voterai pas au deuxiéme tour j’ai déja assez honte

      Franchement, je peux comprendre l’accablement, je le ressens aussi, mais ne pas voter ce n’est vraiment pas la solution !!!

    2. La différ(a)ence entre tes 20% intérieurs et les 100% extériorisés de ceux ayant voté pour lepen c’est la conscience de la complexité qui te compose, c’est le signe d’une conversation intérieure adulte. C’est mécaniquement une échapatoire par le haut à l’extériorisation d’une seule de ses composantes : la pulsion.

  14. Je suis à me demander si les résultats du vote ne sont pas truqués… Le Pen à 20 et Sarko à 25 , mais comment les gens peuvent – ils voter pour ces personnes????
    S’il n’y a pas trucage, alors c’est la fin de mes dernières illusions! et basta!

  15. Bonsoir à tous

    La jeunesse qui vote le Pen!

    De plus, en Hollande, le gouvernement vient de tomber: refus du vote du budget par l’extrême droite de Geert Wilders > élection anticipées.

    Deux coups forts de l’extrême droite portés à l’Europe ce week end!
    Pas génial!
    Cordialement

  16. Il y a quelques années, quand on voulait avertir nos hommes politiques, nos syndicalistes « responsables », nos éminences de tous bords, du danger de la montée de l’extrème-droite, ils nous riaient au nez. Le Pen c’était bon pour quelques manants incultes dirigés par un chatelain plutôt rétro. Et puis certains hommes politiques, puis les médias ont compris le truc: ce pouvait être un excellent épouvantail. Alors on a commencé à inviter sur les plateaux « la-grosse-bête-qui-fait-peur ». On a cherché à la tourner en dérision. On l’a montré surtout comme une alternative détestable comparée à notre belle démocratie-libérale-inégalée. Avant Le Pen on avait fait le même coup avec Georges Marchais. Dans le milieu des médias c’était tout bénef et on se marrait bien. Jusqu’au jour où la Bête a grossi…grossi. C’est pas grave disait le concierge qui venait de se faire bouffer la main. Et tout le monde a continué de rire…jaune.

Les commentaires sont fermés.