UN AVENIR DE PLUS EN PLUS FACILE À PRÉVOIR

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Quelle leçon tirer à chaud des résultats du premier tour des élections présidentielles françaises ? Qu’il n’y a aucun bénéfice à tourner autour du pot, à rester évasif, à faire semblant qu’aucune question sérieuse ne se pose. Pourquoi ? Parce que la réponse est là : quiconque – et je dis bien quiconque – viendra affirmer avec force qu’il y a feu en la demeure, et qu’un ou plusieurs Nérons jouent de la lyre pendant que les flammes s’élèvent vers le ciel et viennent même lécher le balcon où ils se trouvent, sera écouté. Et plus les explications seront simples, voire simplistes, de ce qui est en train de se passer, plus elles seront faciles à entendre.

Triste consolation pour moi : que tout cela, je l’ai déjà écrit dans ma chronique à paraître demain dans Le Monde-Économie, édition bouclée dès mercredi soir.

Il n’y a plus grand mérite à être prophète aujourd’hui, c’est désormais hélas à la portée de tout le monde.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction numérique en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

557 réflexions sur « UN AVENIR DE PLUS EN PLUS FACILE À PRÉVOIR »

  1. NS va être élu d’après moi compte tenu du report des voix FN et Modem qui vont largement plus sur un candidat comme NS que sur FH. Hollande n’a pratiquement pas de réserve de voix, hormis Mélenchon dont une partie ne votera pas pour la gauche.
    report FN = 15 (sur 18)
    report Modem = 7 (sur 9)
    divers droite + abstention du 1er = 2
    NS = 27
    Total = 51%

    Evidemment, c’est du calcul « intuitif ».

  2. Il n’y a plus grand mérite à être prophète aujourd’hui, c’est désormais hélas à la portée de tout le monde.

    Oui et non Paul,

    J’attends toujours Jérémie junior pour prendre la relève,

    Comment Dieu ou alors la Nature pourrait-elle mieux se faire entendre et comprendre, lorsque la plupart des divers médias mondiaux recherchent continuellement à minimiser les choses dans notre propre époque.

    Pourquoi par exemple si peu de saké et de sacré dans les premières sociétés humaines ? Comment s’y prennent-ils tous plus ou moins les premiers dirigeants privés du globe et cela afin de pouvoir continuellement miniser la chose auprès des opinions publiques ?

    Et bien en produisant sans cesse dans le privé des calamités qu’il leur sera impossible de minimiser; Fukushima, DeepWater, etc, quand bien même dans la seule obsession de dégager toujours plus de marges bénéficaires sur le dos d’un plus grand nombre vers le supplice où les tourments du physique.

    Nos ancètres qui avaient moins de lumière étaient peut-être des gens moins avares et cupides, moins savants et primitifs, oui c’est bien toujours à distance d’autrui que cette nouvelle espèce ricanante dans le privé conduit tout droit le monde à la destruction de toutes choses, aussi bien l’eau que tout le reste graduellement.

    Tout d’abord les pauvres gens dans les pays les plus à risques, et puis peu à peu le reste du monde, vous verrez ça se verra bientôt dans les premières sociétés de singes boursiers où plus qualifiés. A vrai dire chaque pays du globe n’a pas encore bien pris conscience de la gravité de la situation.

    Ils ont comment dire acquis une très grande connaissance scientifique pour le faire, et prétendent toujours qu’ils nous manquent la volonté politique, or et en vérité les premiers dirigeants privés du globe ne veulent surtout pas faire voir l’image suivante aux opinions, ça serait surtout beaucoup moins rentable dans la tête des gens.

    Vous voyez comme ma parole est très très éloignée de celle de nos premières élites terrestres. Non je trouve que j’ai quand même un peu de mérite à essayer de le faire comprendre à mon prochain, vous ne croyez pas ?

    Parlons tout le temps sur terre du principal langage marchand du monde.

  3. Et maintenant, qu’allons nous faire de ce peu de temps…….. ?

    Tout d’abord rappeler les vrais diagnostics puis critiquer, étudier, mettre en oeuvre les solutions préconisées par Paul et les intervenants de ce blog, le collectif Roosevelt 2012 (opuscule de Pierre Larrouturou).et d’autres groupes de réflexions crédibles et innovants.

    Les choses sérieuses ne vont pas tarder à commencer.
    « Berlin se prépare à une victoire de François Hollande » titre un article du Monde du 19 avril et un autre du 16 avril titrait « L’Allemagne se prépare à l’arrivée de François Hollande ».
    La préparation c’est 60% du succès prétendait un institut de management.
    Le plus important est que plus d’un pays européen nous espère.
    La guerre de sécession aura t’elle lieu ?

    http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/04/16/l-allemagne-se-prepare-a-l-arrivee-de-francois-hollande_1686351_1471069.html

    http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2012/04/18/berlin-se-prepare-a-une-victoire-de-francois-hollande_1686908_1471069.html

    Libération du 23 avril « L’Europe enterre déjà Nicolas Sarkozy »
    http://www.liberation.fr/politiques/2012/04/22/leurope-enterre-deja-nicolas-sarkozy_813593
    Extraits
    « Rares seront ceux qui, à Bruxelles regretteront Sarkozy. »
    « Du «triomphe annoncé» dans le Sunday Telegraph (conservateur) à un «adieu Bling, bonjour les piques contre les riches» du Sunday Times (centre droit), l’ensemble de la presse britannique a depuis plusieurs jours déjà enterré Sarkozy, rappelant qu’en cas de défaite au second tour, il serait «le premier président à ne remplir qu’un seul mandat depuis Valéry Giscard d’Estaing, battu par François Mitterrand en 1981». »
    Depuis des semaines déjà, presse et cercles politiques allemands se préparent à un passage du Merkozy au «Merkollande».

    Au courrier des lecteurs du Nouvel Obs, Alberto Toscano, journaliste et écrivain italien, auteur de « Ces gaffeurs qui nous gouvernent » nous gratifie d’un billet intitulé « Le match Italie-France : avantage Rome »
    Qui l’eut cru, L’usses tu cru comme on dirait au pays des pâtes.
    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/523777-deficit-croissance-industrie-le-match-italie-france-avantage-rome.html
    « En 2011 la France a connu un déficit du commerce extérieur de 69,6 milliards d’euros contre 23,4 milliards en Italie. Hors énergie, ces chiffres sont les suivants : 7,2 milliards d’euros de déficit pour la France et 37 milliards d’excédent pour l’Italie. »
    Les autres chiffres France – Italie :
    Chômage : 10% – 9,3%
    Dette publique : 1717 Ma – 1898 Ma, de 2007 à 2011 : +40% – +20%
    En % du PIB : 86% – 120%
    Déficit public/PIB (brrr) : 5,2% – 3,8%
    Croissance : 1,7 – 0,4
    Commerces extérieurs (le plus important, brrr, brrr) : 69,6 Ma, 23,4 Ma

    1. C’est d’une certaine France dont parle Jean Ferrat, disparu comme Félix Leclerc, mais ils nous laissent un héritage de rêves à partager.

      1. @mor, « amor » ou « à mort » ça ne dépend plus de Rosebud1871 de le lire, à l’insu ou pas du lecteur, mais le voilà averti.

        Je tente de régler ce que j’écris sur ce que je lis, ma mise est d’abord dans l’interprétation de ce qui est écrit, la dialectique féconde est dans le va et vient de ces contra-dictions avec mes a-priori de partis-pris eux-mêmes conclusifs vitaux personnels.
        Si c’est à ça que vous faites référence,
        http://www.pauljorion.com/blog/?p=36255#comment-313539
        ce n’est pas pour être sympa à votre égard, mais pour mettre en évidence (enfin au mieux) l’arnaque de BA dans vos démêlés.
        Pour s’entendre avec les autres, le minimum est de s’entendre en réflexif, pour ne pas virer à la scène de ménage.
        Et quand ce n’est pas possible de s’entendre : divorce !

      2. Je vous remercie tout de même.

        D’autre part, nous sommes d’accord sur l’importance de savoir divorcer de qui on ne peut supporter la présence, mais il faut se mettre d’accord sur ce que l’on va faire des enfants. Sinon, c’est la guerre assurée et la misère pour les gosses. En fait, les choix sont simples, tout compte fait et quand on y inclut le futur des générations qui viennent. C’est le vrai TINA : soit nous construisons une société où les enfants puisse apprendre à surpasser nos limites actuelles de la compréhension du monde afin qu’ils inventent eux-mêmes comment nous soutenir quand nous ne pourrons plus qu’à peine penser, ce qui nous guette à tous; soit nous éduquons une nouvelle génération d’anthropophages comme la nôtre et nous n’avons plus qu’à nous coucher en attendant qu’elle vienne nous dévorer la retraite.

      3. @Mor 24 avril 2012 à 14:29
        Alors ou ça passe ou ça casse ? TINA ? ça sera les deux !

        Depuis 1789 quoi de neuf ? la révo industrielle, 1917, fascisme, bombe nucléaire et shoah, dé/re-colonisation via mondialisation, révo techno-informatique, bascule ouest-est récent mais surtout finitude de la planète, le tout pesé à l’aune de l’égalité, de la liberté, et de la fraternité,
        Redistribuer les cartes de rationnements sans que ça tangue dans les balances du jugement dernier ?
        Et moi qui aspirait à une retraite paisible…

      4. Je ne suis pas sûr que paisible soit le bon mot pour définir ce qui vient. En fait, je ne parlais pas vraiment de la situation immédiate, qui se présente plutôt agitée et d’issue incertaine, sinon d’ouvrir un deuxième front, à très long terme parce que je suis optimiste mais sans trop d’illusions non plus, contre notre connerie en apprenant aux enfants, dans les écoles, que nous n’avons pas encore très bien compris comment ça marche, la Terre et les Hommes et malgré la foule de gens qui s’est penchée sur le sujet. Donc, un peu plus de ces ridicules Sciences Humaines et Philosophie dans les écoles dès le début et un peu moins de technicité ne serait pas un mauvais début, je trouve.
        J’ai aimé ce que disait Bayrou à un moment de sa campagne au sujet de l’éducation à l’école. C’est un point important à ne pas oublier sur la route vers la bagarre contre la spéculation financière. Sinon, le dogmatisme continuera à déraisonner pour quelques lustres encore.

      5. @Mor 24 avril 2012 à 23:19
        Je ne sais pas ce que Bayrou a pu dire de l’école, j’imagine que c’est voisin de ce que la fille Le Pen en dit, du coté de la restauration de la discipline. Là dessus, je peux témoigner que j’ai entendu la trouille des enseignants monter depuis 20 ans. Comme un généraliste me disant récemment la même chose pour l’angoisse et la pression chez les cadres. Bien sûr les sciences humaines, qu’on leur apprenne à penser le monde et le sens de leur présence au monde pour qu’ils s’y inventent une place.

      6. Non, attendez, ne vous méprenez pas. Je me référais à certaines choses dont il a parlé, pas de sa vision globale de la finalité de l’éducation. J’ai aimé en particulier sa défense de l’éducation par la connaissance du langage qui est fondamentale, à mon avis, car bien au-delà d’un hypothétique besoin d’appendre l’art de bien écrire sinon en plein dans l’art d’établir des relations entre les concepts et de construire des modèles descriptifs et explicatifs de la réalité. Forger l’esprit critique, comme il paraît être de bon ton de réclamer aujourd’hui.

  4. « L’émetteur est toujours responsable, le relayeur aussi car il est aussi émetteur, mieux encore quand ça lui échappe (un lapsus par exemple !). »

    l’emetteur est responsable….. surtout quant Ca lui échappe.

    Et le lapsus est-il révélateur de ce qui est tu? Et pourquoi taire Ca?

    Ca devient interessant de savoir si chaque personne est responsable non pas de Ca mais du filtage, du flicage de Ca. Mais quel filtre est bon pour la société et quel est bon pour chaque personne?

    Un carnaval, une manisfestation « politique » est ce une sorte de manifestation des formes de Ca, les loups sont dans la ville.

    Ca fait du bien de dire ca…..
    .

  5. C’est maintenant à peu près certain!
    NS repasse, et pas que les plats….

    Déjà c’était troublant que NS soit annoncé à 25,5, puis arrive avec 27.
    Tandis qu’ailleurs, 29 soit devenu 28, et 20 devenu 18…., et alors même que nous n’attendions que le décompte de votes fait en ville.
    Cette vision dynamique s’installe au départ des allures médiatiques pour effets de levier!

    Ensuite, un pays mouliné, l’Italie cautionné propulserai FH!
    Je crains le pire….

    Heureusement que la presse étrangère contourne ces mécanismes franco-français faits en propagande, et distingue par ailleurs!
    C’est toujours ça de gagné.

    1. En plus, il faut vraiment être inventif, pour raffermir pour plus loin qu’en illusion, un climat qui est actuellement bien trop du coté de l’euphorie, d’une euphorie anticipée à tort qui nous ramène il y a longtemps quand VGE a été placé, …tandis que la gauche à la suite en proportions…

      Pourquoi s’oublie-t-il que, par nécessité, VGE a augmenté comme jamais le nombre des fonctionnaires après le choc pétrolier I°?
      Pourquoi lui, pour endosser un rôle comme manifeste qui serait d’erreurs?
      Puisse FH, être convenu l’ad-venu VGE!
      Tandis que le FN suivrait en proportions….

      C’est osé cette analyse, mais il faudra être très inventif, et pourquoi pas d’emblée?
      J’espère que FH démontrera des gages d’inventions, soient-ils parfaitement illusoires mais médiatiquement corrects.

    2. zenblabla

      pouvez vous donner vos sources ?

      C’est maintenant à peu près certain!
      NS repasse, et pas que les plats

  6. J’avais une question idiote mais pour moi nécessaire:
    La BCE (Banque Centrale Européenne) prête aux banques à un taux de 1%, mais pas aux États au même taux.
    D’où vient l’argent dont dispose la BCE ?

    Cette question a été effacée et personne ne m’a répondu, c’est pas juste.
    Je complète :
    Si ce sont les États qui abondent la BCE, ce sont donc les contribuables qui prêtent aux banques qui mettent l’argent emprunté à la BCE. Les contribuables le savent-ils ? Ils vont se laisser faire ?

    Vous avez les réponses, un peu de bienveillance, instruisez-moi, Merci.

  7. 90. @ vbs

    Total NS = 51%

    Evidemment, c’est du calcul « intuitif ».

    Alors… essayons d ‘avoir une approche un tant soit peu scientifique !
    Nous sommes face à un exercice, dit : « Exercice de Simulation de Report de Voix »,
    qui implique un phénomène de déplacement de matériels, hautement répétitifs.
    En effet, il s’agit ici de « simuler » le vote des millions d’électeurs du second tour à venir, en poussant sur des curseurs rose/bleu, en fonction logique des appartenances ou stratégies politiques des 2+(8) candidats, et en tenant compte des différents résultats obtenus dès le premier tour.

    Dans le domaine de la génétique, un tel remaniement structurel et barométrique
    correspondrait à une translocation de matériels chromosomiques.
    C’est à dire à un échange entre informations non homologues dans le but de constituer une seule et même paire. Dont celle du 6 mai prochain et commune aux huit autres, en parties antérieures et reportées.
    Evidemment, une telle translocation aussi complexe implique une perte ou un gain de « matériel » pour l’une ou l’autre des 2 parties « chromosomiques » finales. Il faut donc nous pencher plus précisément, non plus sur la structure d’ensemble « zygotique », mais sur sa pointe, afin de mieux faire ressortir l’originalité de cette mitose.
    On peut parfois tomber sur des aberrations de structure. Elles sont visibles notamment dans les régions répétitives et non codantes.
    Pour le cas de l’ADN, la région des télomères (à l’extrémité d’un chromosome) est hautement porteuse de répétitions et de risques en valeurs différentielles.
    Nous obtenons dooonc par déduction télomèrique le résultat ci-dessous, suivant l’ordre chromo/alphabétique :
    SARKO(ZY) > terminaison (en gain) : ZY = 26+25 = 51
    reste :
    HOLLAN(DE) > terminaison (en perte) de 2 = 49

    – Bien-sûr, c’est une approche hautement « cursive » et zygomatique du second tour…

  8. Kerkoz

    Sur la nécessité de réduire la voilure question consommation et même de changer complètement de cap, de changer d’outils, de structure(s) pour sortir du cadre de notre civilisation matérielle destructrice, je suis en plein accord avec vous … depuis le début de nos échanges.

    Concernant l’individu, je crois que depuis que j’écris sur ce blog je n’ai jamais manqué de le comprendre dans sa relation aux structures. Ce n’est pas parce que tantôt j’évoque l’individu que la structure n’est pas impliquée dans ma réflexion et inversement pour la structure. Concernant par exemple la morale, elle concerne nécessairement la collectivité, l’éthique concernant l’individu.
    Pour autant, l’individu est concerné par la question qui nous intéresse, pas seulement l’état des structures. L’individu dans sa dimension à la fois subjective et objective est concerné et doit l’être sinon à quoi bon la survie de l’espèce, si le problème n’est abordé que sur le seul plan du groupe et du biologique ? C’est tout le même le bonheur de chaque individu en particulier ce dont il s’agit sur ce blog, pas celui de groupes pris dans leur abstraction.

    Si j’ai pris le contrepied sur ce thème de la croissance c’est pas pour défendre un modèle indéfendable, c’est seulement pour essayer de vous montrer — apparemment je n’y suis pas tout à fait parvenu 😉 — que l’on peut aborder ce thème selon une perspective non linéaire par le biais de l’épistémologie et de la philosophie.

    Je vous parle de ce qu’évoque pour moi l’idée de croissance et vous me ramenez aussitôt aux ornières dans lesquelles se trouve la civilisation actuelle. Je dis simplement que prendre acte des problèmes graves, vitaux, que nous devons résoudre, ne suffit pas, sans quoi on se met en situation de résoudre ces problèmes en restant à l’intérieur d’un cadre conceptuel inchangé, l’effort se portant essentiellement sur la seule question des restrictions.
    Bien sur que sur certains postes, énergétiques, d’exploitation des ressources naturelles, fossiles, il faudra des restrictions drastiques, et d’ailleurs elles s’imposeront d’elles-mêmes. Sur ce point, et ce n’est pas pour vous faire plaisir, je suis sur la même ligne que vous.

    Ce que je conteste c’est qu’il faille concentrer notre réflexion sur cet effort d’ajustement quantitatif alors que c’est surtout d’un changement de paradigme dont nous avons besoin car cet effort là nécessite qu’on se creuse un peu plus la cervelle. Vous me parlez de gestion au début de notre échange, je vous renvoie le compliment. On gère la pénurie, on crée l’abondance. Bref, quand on a géré la pénurie on a pas beaucoup avancé, et surtout on risque de se retrouver en situation de faire des politiques coercitives une seconde nature.

    Je n’ai rien contre les communautés humaines restreintes, mais assigner a priori l’humanité ce type de structure comme modèle optimal, pas d’accord.

  9. Je retiens des commentaires de ce texte :
    – les normes imposées par la force (des arguments, de l’argent, de la science, etc…. ) désintègrent les sociétés et les identités qui vont avec
    – les normes imposent une croissance infinie à tous et dans tous les domaines. Elle est intenable.
    – ceux qui ne peuvent pas suivre ou qui sont rejetés par le système des normes sont exclus, niés, désintégrés et pire encore
    – le FN est le seul parti qui s’oppose à ça. Il offre une identité à ses membres. Il occupe le terrain des détruits, des méprisés. Il occupe un champ de ruines.
    – le FN fait très peur. Il réintroduit une identité hors modernité et il dispose d’un pouvoir gigantesque sur ses adeptes car ils sont en miettes.

    J’en retire l’idée d’une mise en doute de tout ce que la Raison a introduit depuis plusieurs siècles.

Les commentaires sont fermés.