L’actualité de la crise : LES MAILLONS CÈDENT, par François Leclerc

Billet invité.

The English version of this post can be found here.

Les voix sont de plus en plus discordantes et les événements se précipitent : demande espagnole désormais inévitable à bénéficier d’un plan de sauvetage et proche reconnaissance de l’échec du second plan de la Grèce, suivie de la négociation d’un troisième, assorti de l’étalement de son calendrier, quel que soit le résultat des élections de ce week-end.

Après avoir qualifié de « victoire » un renflouement des banques espagnoles qu’il avait essayé d’éviter à tout prix, Mariano Rajoy va devoir reconnaître qu’il ne peut plus poursuivre dans le déni et accepter de se réfugier sous une protection européenne qui n’est pas adaptée à un sauvetage de ce calibre. D’autant que le MES n’est pas opérationnel et que les conditions de la ratification de sa création ne sont pas réunies en Allemagne. Le chef du gouvernement espagnol risque cependant de se faire encore beaucoup prier, et de produire des dégâts, à constater comment il essaye de ne pas reconnaître que des conditions au sauvetage des banques du pays sont en passe d’être formulées.

La dynamique de ce qui a été engagé en Espagne se propage dans toute l’Europe. Si les gouvernements irlandais et portugais refusent officiellement d’envisager une renégociation de leurs plans de sauvetage respectifs, leurs oppositions le réclament dorénavant et les pays tout entiers l’attendent afin de desserrer les étaux. A Lisbonne, hier soir, les traditionnelles « marchas populares » de l’avenue de la Liberté avaient un autre air de fête dans un pays redevenu sans avenir et n’ayant plus que le départ à offrir à sa jeunesse.

Signe des temps, Alexis Tsipras, le leader de Syriza, signe une tribune dans le Financial Times sous le titre « La Grèce restera dans la zone euro et nous restaurerons la croissance ». Il y explique qu’une coalition de gauche aura pour principal objectif la réalisation d’une réforme fiscale destinée à faire payer ceux qui échappent à l’impôt du fait du clientélisme pratiqué par un système biparti révolu. Rapportés par le Financial Times Deutschland, les propos de Wolfgang Schäuble et de Jean-Claude Juncker ne laissent aucun doute : ils sont prêts à accorder du temps à la Grèce, du moment que l’essentiel du programme qu’elle doit accomplir est maintenu.

Tout aussi spectaculaire, la réception d’une délégation du SPD allemand à l’Élysée vise à exercer une pression accrue sur Angela Merkel, afin que soit entamée une négociation d’ensemble, portant sur la renégociation du traité budgétaire et un plan de croissance européen, toutes choses qu’elle se refuse obstinément à envisager. Hier, la BCE balayait le principe de tout préalable et de toute temporisation et réclamait la mise en route de l’Union bancaire destinée selon ses concepteurs à surveiller, réguler et faire face aux accidents à venir du désendettement tumultueux des banques européennes. L’opposition publiquement exprimée à propos de l’ordre devant être suivi entre création de l’Union fiscale et de l’Union bancaire était tranché. Enfin, il se précise à Berlin qu’une taxe sur les transactions financières devrait être adoptée sans attendre, comme l’annonçait Angela Merkel, la fin de la législation allemande en cours, qui doit intervenir en septembre 2013.

George Osborne, le chancelier de l’Échiquier (ministre des finances) britannique s’interrogeait hier pour savoir s’il fallait une sortie en catastrophe de la Grèce de la zone euro pour qu’Angela Merkel dévie de sa ligne intransigeante. Il semble aujourd’hui qu’il puisse en être fait l’économie. Sans préjudice de la suite, car marcher à reculons n’a jamais permis d’effectuer de grands pas.

Prochain épisode planifié, la rencontre romaine de demain jeudi de François Hollande et de Mario Monti, alors que s’élèvent les habituelles voix du chœur dirigé par Wolfgang Schäuble : “il n’y a pas de danger pour l’Italie”, tandis que Mario Monti affecte la sérénité “dans ce moment crucial”. Comediante ! Tragediante !

————
VENTE EN LIGNE : Les CHRONIQUES DE LA GRANDE PERDITION viennent de paraître.

Partager :

226 réflexions sur « L’actualité de la crise : LES MAILLONS CÈDENT, par François Leclerc »

  1. Selon le Financial Times Deutschland, Berlin serait prêt à adoucir les coupes budgétaires et les augmentations d’impôts dictées à la Grèce. A l’approche du 17 juin je pense que beaucoup de ces décideurs vont mettre de l’eau dans leur vin l’échéance commence à leur faire peur comme nous la très bien expliquer Mr jorion le cas espagnol à crée un précédent les grecs ,italiens et tous les autres par la suite vont s’engouffrer dedans .

  2. Le million faible, le zéro fort. Une poignée de multimillionnaires paniqués que cerne la marée montante de la gueusaille. En vérité, je vous le dis : les temps sont proches où les premiers fermeront la marche, où les derniers seront promus premiers. Les derniers sont toujours les premiers à s’en prendre plein la gueule…

    1. On s’y perd dans ce jeu de chaises musicales.
      Question pour l’avenir:
      Une fois que les derniers ont permuté avec les premiers,
      que fait-on pour éviter que les nouveaux premiers, ex-lumpen prolétariat, se prennent la grosse tête et recréent une aristocratie-oligarchie, histoire
      de figer l’histoire ( = éviter les révolutions en séquence.)?
      Ou dit autrement : aligner tout le monde sur les premiers et plus de derniers ?

      Jean Luce Morlie pourrait en causer en terme de briser la dominance alternative…

      1. Bonsoir Daniel. Si le vertige des permutations vous prend, reportez-vous à la quête de l’Incal de Moebius. Je crois me souvenir que John Difool participe, dans une arène géante, sous les yeux de millions de Bergs insectoïdes et interchangeables, à un pousse-toi-d’là-que-j’m’y-fourre monstre dont l’enjeu est l’accouplement avec une déesse polymorphe. Des milliers de pauvres types de son acabit, plus ou moins armés, lui disputent l’accès à la matrice. Il parvient à y pénétrer pourtant, plus par hasard que par KO. Résultat : la divine descendance de John et de la déesse peuple une planète entière de millions de clones de John Difool, des deux sexes… La continuité dans le changement.

        Et Dieu fit l’homme à sa ressemblance, transmettant ainsi à sa créature un peu de son universelle tyrannie.

        Vous reprendrez bien un verre de cauchemar avec moi, n’est-ce pas ?

  3. Le choix de l’Allemagne est pourtant clair.

    Soit la zone explose et cela lui coute un peu plus de 1000 milliards

    Soit on continu est cela lui coute 600 milliards sans savoir ce qu’il lui en coutera après.

  4. Heureusement que les femmes ne se posent pas autant de questions soi disant “fondamentales”….sinon, 50% des enfants élevés par des femmes seules ne seraient jamais élevés!!!!

    Nous connaissons le solutions, nous connaissons les problèmes, mais personne ne réagit..

    Nous ne sommes pas aux commandes.. c’est vous qui avez le volant, les hommes.. Quand réagirez vous devant ces anomalies gigantesques? les CDS sont fous.. interdits.. les paradis fiscaux sont scandaleux?…….. interdits.. je vous ferais respectueusement remarquer que “fous” et scandaleux sont des masculins..

    1. @ selene
      Fous et scandaleux sont masculins parce qu’ils s’accordent avec CDS et paradis qui le sont.
      Ceci dit je suis pour une société organisée par les femmes.
      Peut-être nous apercevrons-nous alors que paradis est féminin.

  5. Ca va tanguer, les maillons cèdent !

    L’agence de notation américaine Moody’s a dégradé ce soir l’Espagne de trois crans à Baa3. Le pays est secoué par les marchés financiers, les investisseurs restant perplexes sur les détails du sauvetage du secteur bancaire espagnol annoncé la semaine dernière.

    Moody’s, qui a invoqué les difficultés de l’économie espagnole et de l’Etat pour se financer, a ajouté que cette note restait sous examen en vue d’un éventuel abaissement, lequel interviendrait dans les trois prochains mois.

    1. (©AFP / 13 juin 2012 23h16)
      Moody’s abaisse la note l’Espagne, au bord de la catégorie spéculative

      WASHINGTON – L’agence d’évaluation financière Moody’s a abaissé mercredi la note d’endettement à long terme de l’Espagne de trois crans, à Baa3, juste au dessus de la catégorie spéculative.
      Moody’s a prévenu que cette note pourrait tomber dans cette catégorie à l’issue d’une nouvelle période d’examen qui doit durer au maximum trois mois.
      L’agence a invoqué dans un communiqué le plan d’aide européen de 100 milliards d’euros pour le secteur bancaire espagnol, décidé vendredi, qui selon elle accroîtra encore le poids de la dette supporté par le pays.
      De plus, a souligné Moody’s, l’Etat espagnol a un accès très limité aux marchés financiers, comme le montrent à la fois le fait qu’il compte sur le FESF et le MES [les mécanismes anticrise de la zone euro, ndlr] pour ses fonds de recapitalisation et sa dépendance croissance vis-à-vis de ses banques nationales comme acheteurs prioritaires de ses émissions obligataires, lesquelles à leur tour obtiennent leurs financements de la BCE (Banque centrale européenne).
      L’agence s’inquiète d’autant plus qu’elle ne voit guère un espoir raisonnable de croissance économique vigoureuse dans les quelques années à venir.
      La décision de Moody’s est une sanction sévère envers le gouvernement du conservateur Mariano Rajoy, qui s’est battu depuis sa prise de fonctions en décembre pour faire la preuve de sa capacité à ne pas faire appel à l’aide internationale.
      Quand M. Rajoy a pris le pouvoir, la note de l’Espagne chez Moody’s était de cinq crans supérieure, à A1.

  6. Xavier Musca, ancien chef de cabinet du président Nicolas Sarkozy, est vice-président exécutif pour la banque de détail internationale Crédit agricole grèce, la gestion d’actifs et d’assurance.

    mais qu’on les vire!!!! ils ont les mains liées..

  7. 188° commentaire; demain, black thursday à la bourse ?
    ça s’accélère, on dirait…serait -on dans une boucle de rétroaction positive?

  8. Merkel sur le point de capituler?

    Debt crisis: Germany signals shift on €2.3 trillion redemption fund for Europe.

    The German government has begun opening the door to shared debts for the first time in a profound change of policy, agreeing to explore proposals for a €2.3 trillion (£1.9 trillion) stabilization fund in order to stop the eurozone’s crisis escalating out of control.

    http://www.telegraph.co.uk/finance/financialcrisis/9330398/Debt-crisis-Germany-signals-shift-on-2.3-trillion-redemption-fund-for-Europe.html

  9. Y a t il un pays qui s’en sorte bien? Si oui, il faut étudier les solutions qu’il a adoptées..sachant qu’un nouveau bond technologique ne saurait tarder, et que là sera la solution. en attendant (5 ans, pas plus), virons les malfaisants… et vite..

  10. Il n’est pas de “forteresse”, quelque soit sa nature, qui ne se laisse pénétrer de l’intérieur, car tout est issu d'”Un seul”, c’est juste une question de temps.

    C’est pénible d’entendre sur BFM ou ailleurs des individus confondre équité et égalitarisme ou pérorer sur des symboles de justice. Qu’elle sottise! L’égalitarisme c’est l’angle plat, impossible d’élever une quelconque architecture avec des angles plats et d’ouvrir des “espaces temps”. Une architecture est composée d’inégalités mise en cohérence par l’esprit d’équité qui seul permet de constituer l’équilibre des poids et des mesures pour la beauté et la solidité de l’ensemble.

    La morale n’a rien à faire en architecture. Aucune architecture digne de ce nom n’est bâti sur des symboles de justice, bien que l’ensemble puisse-être symbolique. Une architecture n’est pas constituée de jugements de valeurs, bien qu’elle puisse servir ou exprimer des jugements de valeur. Le symbole et le jugement de valeur “oriente”,font l'”intention” de l’architecture en font sont “utilité” ou non selon la façon dont l’architecture s’inscrit dans l'”Architecture Unie vers c’Elle”.

    Aucune architecture conçue et réalisée sans esprit d’équité ne résiste au temps. L’inégalité permet le mouvement et la dynamique, l’équité “ordonne” les mouvements et coordonnent les inégalités selon la direction choisie. L’intention ne constitue pas une faute, ni une excuse, seules les effets produits permettent de juger de la pertinence d’une action et les circonstances de l’expliquer. Une cause se mesure à ses effets, toute action s’inscrit dans la “matière” comme dans le marbre. La pensée est l’action du coeur, la parole est l’action de la pensée, l’acte est l’action de la parole.

    Toute architecture qui n’est pas bâti sur une certaine connaissance de la “réalité vivante des êtres et des choses” est une expérience hasardeuse. Toute architecture bâti au mépris du respect sacré de la liberté et de la dignité des êtres et des choses est une faute.

    Tous ces économistes qui fondent leur science sur une ignorance fondamentale jargonnent dans un monde étranger au Monde. Assistés de politiques dont les plaidoiries n’ont d’autres but que de convaincre la multitude du bien fondé d’une science et d’une religion égo centrées.

    1. Oui .
      Vous avez écrit bâti sans “e” à deux reprises .
      Bâti : (Couture) Assemblage préliminaire des pièces d’un vêtement avec de grands points d’aiguille.
      Faire le bâti d’un manteau, d’une robe. – Fil qui a servi à faire le bâti – Il faut ôter le bâti de cet habit.

      l’architecture est un assemblage préliminaire . ce n’est pas donc pas une fin . c’est un moule , un calque du réel . ce n’est pas parce qu’on assemble des gens qu’on forme une église .
      qu’est-ce ou qui donc peut justement fonder une assemblée si ce n’est l’Un lui-même ? qui contient à la fois les deux .
      une église sans e ? le e d’Eve et d’Esprit .
      Elles seraient mal bâti 🙂
      voulant s’accaparer l’e au lieu de laisser l’e nous guider .
      l’esprit ne pouvant pas être pris . et s’il devait l’être , nous le serions .

      merci pour votre excellent texte qui met les points sur les i

  11. Mercredi 13 juin 2012 : les dominos tombent les uns après les autres.

    Portugal, Irlande, Italie, Grèce, Espagne, Chypre : six Etats foncent vers un défaut de paiement total.

    1- Espagne : l’agence d’évaluation financière américaine Moody’s a abaissé mercredi la note d’endettement de long terme de l’Espagne de trois crans, à “Baa3”. Celle-ci se situe juste au-dessus de la catégorie “spéculative”, une sanction sévère pour le gouvernement de Mariano Rajoy.

    2- Chypre : l’agence d’évaluation financière Moody’s a abaissé mercredi de deux crans la note d’endettement de long terme de Chypre à Ba3, l’enfonçant encore plus loin en catégorie spéculative.

    Considérant que l’Union Européenne était à un moment “crucial”, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a décoché de son côté des flèches en direction de celles des “capitales” qui ne mesurent pas l’urgence de la situation.

    “Nous avons un problème systémique devant nous, nous devons avoir un cap et le maintenir. Je ne sais pas si l’urgence est bien comprise par toutes les capitales aujourd’hui”, a-t-il déclaré devant le Parlement européen à Strasbourg.

    http://www.boursorama.com/actualites/italie-monti-affiche-sa-serenite-malgre-la-flambee-des-taux-d-emprunt-80574aa0b4cacf171c2e010311c52766

    José Manuel Barroso vient de dire la phrase la plus importante :

    “Nous avons un problème systémique devant nous”

  12. Je souhaite de tout coeur que l’Espagne ne se soumettra pas au diktat de l’austérité et qu’enfin l’ensemble foireux du système euro prenne fin! Vite!

Les commentaires sont fermés.