L’« EUTHANASIE DU RENTIER » DONT PARLE KEYNES EST UNE AFFAIRE SÉRIEUSE !

Dans son billet le plus récent, François Leclerc écrit : « l’inflation, c’est-à-dire « l’euthanasie des rentiers » selon la formule de Keynes ».

François Leclerc partage là l’opinion la plus courante aujourd’hui selon laquelle Keynes pensait à l’inflation quand il parlait de l’« euthanasie du rentier ». Mais il y a là une erreur, peu étonnante il est vrai car découlant d’une édulcoration généralisée du message de Keynes pour en faire une variante inconséquente de la pensée économique dominante.

Le seul passage de La théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie (1936) où Keynes parle de l’« euthanasie du rentier » (Notes finales sur la philosophie sociale à laquelle la théorie générale peut conduire) est un authentique manifeste politique où il n’est pas question de l’inflation. L’« euthanasie du rentier » se réalise en faisant disparaître la rareté du capital par une nouvelle forme de partage de la richesse créée qui élimine « une répartition de la fortune et du revenu [qui] est arbitraire et manque d’équité ». Le taux d’intérêt se réduira, dit Keynes, à la somme du coût de dépréciation et de la prime de risque. C’est « l’euthanasie du pouvoir oppressif cumulatif du capitaliste d’exploiter la valeur-rareté du capital », autrement dit, l’euthanasie de ce que j’ai pris l’habitude personnellement d’appeler la « machine à concentrer la richesse ».

On aura compris que l’« euthanasie du rentier » de Keynes n’est donc nullement un outil de politique monétaire sacrifiant les classes moyennes, comme le suppose son interprétation en termes d’inflation, mais bien la stratégie d’une transition vers le socialisme. Il s’agit donc de beaucoup plus qu’une simple nuance et le contresens fait aujourd’hui est très loin d’être innocent !

4Shares

2 réflexions sur « L’« EUTHANASIE DU RENTIER » DONT PARLE KEYNES EST UNE AFFAIRE SÉRIEUSE ! »

Les commentaires sont fermés.