Appel à une réflexion sur l’économie qui ne soit pas de pure propagande – [Le temps qu’il fait le 11 septembre 2015 – (retranscription)]

Retranscription de Le temps qu’il fait le 11 septembre 2015 – Merci à Olivier Brouwer !

La discussion se poursuit à la suite de la vidéo : ici.

Bonjour, nous sommes le vendredi 11 septembre 2015. Et hier, l’un d’entre vous me fait parvenir un article que je n’avais pas eu l’occasion de lire. C’est dans le Monde diplomatique du mois de juillet et c’est par Laura Raim, la journaliste, et ça s’appelle : « Police de la pensée économique à l’Université ». Et ça fait le bilan de l’enseignement de l’économie, dans une perspective scientifique, à l’université. Et ça parle de la France, et ça explique – vous en avez entendu parler, certainement – le fait qu’il y a de moins en moins de personnes qui parlent aux étudiants, dans le cadre universitaire, de la pensée économique, de l’économie telle qu’elle est et non pas telle qu’elle a été travestie au fil des années par quelque chose qu’on a inventé à la fin du 19ème siècle et qu’on a appelé : « La science économique », pour remplacer ce qui était un véritable savoir sur l’économie, qu’on appelait : « l’économie politique », et qui vous parlait véritablement de l’économie. Et on nous a produit, à partir de là, un discours qui… Oui, d’accord, les Léon Walras, les Carl Menger, les Stanley Jevons, c’était des gens de bonne volonté qui se sont laissés un petit peu prendre par la tentation de mathématiser tout ça, et qui, devant la possibilité d’utiliser le calcul différentiel pour expliquer l’économie, n’ont pas pu résister, et voilà. Et les milieux financiers s’en sont frotté les mains, et on a produit un autre type de discours.

Je ne suis pas le plus violent à en parler : je lisais l’autre jour l’ouvrage d’Alain Supiot, « La gouvernance par les nombres », qui parle de « prétendus prix Nobel », qui parle carrément de l’invention du prix Nobel d’économie comme d’un simple coup politique, l’intention, par un petit groupe déterminé de radicaux d’extrême-droite, pour imposer un certain type de pensée.

Et l’article, donc, vous montre la difficulté qu’il y a à parler de l’économie comme elle est : c’est verrouillé ! C’est verrouillé quasiment entièrement, et il ne s’agit pas simplement de la France. On vous inculque une façon de voir l’économie. Quand on dit, dans l’article de Laura Raim, qu’il n’y a plus que 15 % des universités où on parle d’économie, où il y a un cours d’histoire de l’économie, pourquoi ? Pourquoi est-ce qu’on cache aux étudiants l’histoire de l’économie ? Parce que c’est le meilleur moyen de voir l’imposture, bien entendu ! Si les étudiants voyaient qu’il y avait une époque où on parlait correctement de l’économie, eh bien, ils [n’avaleraient] pas les couleuvres qu’on leur donne, ils ne mangeraient pas les salades qu’on leur propose, avec le même enthousiasme. Et comme le disait très bien un commentateur que Skidelsky, le biographe de Keynes, reprenait : on abrutit les étudiants à ce point de mathématiques en première année qu’ils perdent rapidement la capacité même à réfléchir sur les problèmes qu’on leur propose. Ou alors, ajoutait ce correspondant, une fois qu’on a investi tant de travail à comprendre des mathématiques compliquées, on n’est pas disposé à poser un autre regard. On aurait le sentiment de gâcher un acquis qu’on vient d’apprendre, d’ingurgiter, très péniblement.

Et donc, la situation est extrêmement difficile. Comme le souligne l’article, on enseigne ici et là l’économie autrement, dans d’autres départements que d’économie. C’est mon cas, puisque j’enseigne dans une faculté de Droit, et j’ignorais – l’article me l’apprend – que Steve Keen – Steve Keen, c’est une des seules personnes, véritablement, qui aient annoncé la crise des subprime avant qu’elle n’ait lieu. Il y a des gens qui l’ont annoncée alors qu’elle avait déjà eu lieu : je vois parfois qu’il y a telle personne qui a expliqué que la crise des subprime allait avoir lieu en septembre 2007. La crise a commencé en février 2007. L’annoncer quelques mois plus tard, évidemment, ça n’a pas très grand mérite. Ou alors, j’entends dire que telle personne a annoncé la crise des subprime. Avec beaucoup de respect, je dirais que ce sont des propos de cocktail : c’est une petite phrase ici dans un commentaire qui parle d’autre chose. Non : il y a quelques personnes qui ont annoncé la crise des subprime. Steve Keen était dans ce cas-là, et, ce que j’apprends dans l’article de Laura Raim, c’est que si on lui a offert un poste en Angleterre, c’est parce qu’il avait été chassé de la faculté en Australie où il enseignait. Les gens qui ont parlé, parlent d’économie, autrement, s’ils sont économistes, sont de véritables dissidents : il est devenu extrêmement difficile de le faire.

Et je lis cet article de Laura Raim, très très bien fait, c’est une double page, il y a même un tableau qui montre les différents courants en économie, ceux qu’on appelle « orthodoxe » et « hétérodoxe », et je lis cet article alors que depuis quelques jours, j’ai appris que la Vrije Universiteit Brussel m’a envoyé un préavis de licenciement.

Bien entendu, les gens [qu’on empêche d’enseigner l’économie correctement, on leur reproche sûrement quelque chose. On ne leur dit pas simplement : « La manière dont vous parlez de l’économie (c’est-à-dire : correctement) nous dérange ». On leur propose autre chose. Et moi, je vais partager avec vous ce qui m’est dit. Il y a trois reproches qui me sont faits.

Le premier, c’est que je ne parle pas l’anglais correctement. Alors là, moi j’ai vécu 23 ans dans des pays anglophones, 11 ans en Angleterre, dont cinq années à enseigner à l’université de Cambridge, d’abord étudiant, mais ensuite, cinq années d’enseignement. Personne ne m’a jamais dit, à l’époque, que mon anglais n’était pas correct. Si vous connaissez l’anglais, vous pouvez juger d’ailleurs mon anglais, puisqu’il y a des vidéos un petit peu partout, que vous pourrez trouver facilement.

[Le deuxième, c’est que] les étudiants qui travaillent sont laissés à l’abandon. Les étudiants qui travaillent ont accès aux vidéos de chacun de mes cours. Ils peuvent voir mon cours en entier, et j’ai fait un résumé de cinq à dix pages de chaque cours avec des références pour les étudiants, précisément, qui ne sont pas venus.

Et dernier reproche : les plaintes incessantes des étudiants sur trois années, les trois années où j’ai enseigné. Je n’ai pas eu connaissance, moi, d’une plainte, soit oralement, soit par écrit, d’un étudiant ou d’une étudiante. J’ai donné mes cours, l’année dernière, devant cinquante à quatre-vingt personnes qui avaient l’air très contentes d’être là. Il y avait des étudiants, bien entendu, il n’y avait pas que des gens de la société civile. Il y avait des gens de la société civile, et je les remercie d’être venus au cas où les cours n’auraient pas lieu, ce qui est probable, puisque j’ai reçu un préavis de licenciement.

On ne vous dit pas, bien entendu : « On n’aime pas la manière dont vous parlez d’économie ». Et on n’est même pas à l’abri, vous le voyez, de ne même pas être dans une faculté de « science économique » ou dans une école de commerce. Même ailleurs, même ailleurs, on vous fait des difficultés. Et, bien entendu, perdre cet emploi, ce n’est pas rien ! C’était quoi ? C’était 60 % d’un poste d’enseignant, donc ce n’était pas la richesse absolue, mais enfin, c’était payé très correctement, et si je n’ai pas ces ressources, évidemment, je vais devoir trouver encore autre chose, parce qu’avec la vie que j’ai menée dans un million de pays, ce n’est pas ma retraite qui peut me faire vivre ! Et je vends bien mes livres, mais enfin, là aussi, ça ne suffit pas, véritablement, à vous faire vivre.

Donc, il y a ça, mais le plus important pour moi, c’est qu’il s’est passé, pendant ces années-là, il s’est fait que j’ai pu réunir, une fois par mois, à Bruxelles, les gens qui voulaient venir discuter avec moi au café « Le Vicomte ». Et donc, quand on me fait taire en me supprimant mon enseignement, pour des raisons fantaisistes – il faut bien appeler les choses par leur nom ! – ce n’est pas seulement comme ça qu’on me fait taire ! On me fait taire de toutes les manières, en m’empêchant, par exemple, de pouvoir faire à l’avenir ces réunions au Vicomte. Au prix du Thalys, je ne vais pas pouvoir aller à Bruxelles spécialement pour voir les gens au Vicomte, et donc, c’est une occasion de moins, encore, qui me sera donnée, de parler de l’économie, de parler de l’économie correctement, comme il faudrait le faire.

Alors, c’est un petit peu… Voilà, je ne suis pas content, vous l’imaginez ! Il ne suffit même pas, pour être dans la dissidence, d’être économiste de profession, d’avoir un diplôme d’économie ! On peut vous faire taire, même si vous n’êtes pas économiste, on peut vous faire taire, même si ce n’est pas une faculté de « science économique » qui vous a nommé à un enseignement : on peut même vous empêcher de le faire.

Voilà. Je n’ai pas grand-chose d’autre à dire, mais il faut – il faut, et ça, ça fait partie des choses auxquelles vous pouvez aider, ou simplement les personnes qui regardent cette vidéo – il faut dire ! On a beaucoup de sujets de préoccupation. On parle, ici, des réfugiés, parce qu’il est impossible de ne pas parler des réfugiés ! Il est impossible de ne pas parler de la situation économique et financière des pays dans lesquels on est. Mais il faut que les gens qui parlent d’économie convenablement – c’est-à-dire, vraiment parler de ça – il faut qu’on puisse continuer à parler.

C’est l’un d’entre vous, dans un commentaire, hier, qui a dit, qui a écrit un petit commentaire, en disant : « J’ai lu votre nouveau livre sur Keynes (il s’adressait à moi), j’ai lu Le prix, et en lisant ces deux livres de Paul Jorion, j’en ai davantage appris sur l’économie que pendant les cinq ans que j’ai passés en faculté ». Il faut qu’on puisse continuer à s’exprimer. C’est une guerre ! C’est une guerre entre une religion féroce, et puis nous. J’ai mentionné le nom de Steve Keen, il faudrait que je mentionne aussi tous ceux qui n’arrivent pas à trouver un poste dans l’enseignement en France. Il faut qu’on dénonce ça sur la place publique, et, voilà, cette petite vidéo qui m’est venue comme ça (mes petites vidéos me viennent toujours [comme ça]), je n’avais pas l’intention en me levant, même, de parler de ça, mais cette petite vidéo contribue à ça : il faut qu’on puisse continuer à parler d’économie dans les termes que l’économie mérite, et pas simplement un discours pseudo-mathématique ou pseudo-scientifique, qui est de la poudre aux yeux, et qui, simplement, est un discours qu’il faut appeler par son nom : c’est de la propagande, et la propagande ne devrait pas être déversée dans les universités. Voilà.

Merci ! À la semaine prochaine !

Partager :