Non à la privatisation du patrimoine des Français ! par Jean-Paul Vignal

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Le héraut incontesté du néolibéralisme décomplexé ayant été élu Président de la République, il est possible, voire même probable, que la marchandisation de la vie quotidienne des Français s’accélère dans les mois à venir et provoque une vague de privatisations, sous le regard bienveillant de la très dogmatique Commission européenne et pour le plus grand plaisir des marchés financiers.

Alors que l’on était en droit d’attendre que cette question essentielle soit au cœur du débat électoral, puisqu’il s’agit en fait de savoir si l’argent doit devenir la mesure de toute chose en matière de politique publique, elle n’a été abordée que marginalement par les représentants des partis dits extrêmes, et copieusement ringardisée par des médias acquis à la cause de la réduction des dépenses publiques et de l’austérité pour le plus grand nombre pour rééquilibrer les comptes publics. Mieux encore, alors que l’effet « redistributif » par ruissellement de la richesse créée est de moins en moins évident, la croissance marchande reste le TINA incontournable et tout est donc fait pour élargir la base de l’économie marchande et pour aider les entreprises à en extraire la substantifique moelle dans les meilleures conditions possibles.

Ainsi, la doxa veut qu’il faut tout faire pour améliorer la compétitivité des entreprises sans réelle contrepartie pour la collectivité, dans la mesure où, d’une part, cette amélioration passe le plus souvent par des délocalisations et, au mieux, par l’introduction sur le territoire national d’outils de production plus et mieux automatisés, et où, d’autre part, la sophistication des techniques d’optimisation fiscale permettent aux sociétés et aux personnes qui ne sont pas rivées à leur territoire d’échapper massivement à l’impôt, puisque le montant total de manque à gagner pour le trésor public serait, dit-on, équivalent au produit de l’impôt sur le revenu des personnes physiques.

Techniquement, ces privatisations porteuses en théorie de croissance et d’efficacité n’ont pas toujours été historiquement à la hauteur des promesses de leurs promoteurs et des attentes du public. Hormis la grande vague doctrinaire destinée à racheter le péché originel des nationalisations marxisantes de 1981, elles ont en effet souvent été bricolées en fonction des besoins budgétaires du moment et, quel qu’en soit le motif, trop souvent négociées entre amis dans des conditions certes plus honorables que celle de l’ère Eltsine en Russie, mais certainement moins que les rachats d’entreprises privées sur la base de multiples des profits parfois pharaoniques. De plus, les contreparties exigées pour compenser ces largesses étaient limitées, et la surveillance de leur application a la plupart du temps été très laxiste, au point que l’on peut considérer que l’État a privatisé les profits, mais maintenu les pertes éventuelles à la charge de la collectivité.

La privatisation des barrages d’EDF donne un bon exemple des choses à venir. EDF les a de fait privatisés depuis longtemps : l’eau qu’ils contiennent est utilisée pour produire de l’électricité en fonction des besoins d’EDF, pour qui ils sont une forme de stockage très économique de l’énergie, restituable en tant que de besoin. Les intérêts des riverains des plans d’eau, et de ceux qui habitent en aval des barrages (agriculture, eau potable, loisir…) ne sont pris en compte que si leur satisfaction correspond exactement avec les besoins propres d’EDF. Ce qui n’est pas du tout le cas pour la compagnie du bas Rhône Languedoc qui, en tant que véritable service public de la gestion de l’eau concilie depuis ses origines les impératifs économiques et le service de tous ses riverains. Ce n’est pas non plus le cas pour la légendaire Tennessee Valley Authority américaine que, par parenthèse, le très libéral gouvernement américain s’est bien gardé de privatiser jusqu’à présent.

Tant qu’EDF a vraiment assuré sa mission de service public « électrique », ce comportement très égoïste restait acceptable. Mais EDF le fait beaucoup moins depuis la privatisation car la recherche du profit a mis fin au système de péréquation qui garantissait une qualité de service équivalente pour tous les utilisateurs : désormais, malheur aux marginaux, tous les Français qui habitent dans des zones peu peuplées le savent : quand une ligne est détruite accidentellement, sa réparation prend beaucoup plus de temps maintenant qu’elle n’en prenait du temps du service public, rentabilité et calcul bénéfices/coûts obligent. Que pèsent en effet les misères de quelques « derniers des Mohicans » face au consensus des analystes ?

On pourrait multiplier les exemples, et citer entre autres les autoroutes. La rentabilité des sociétés autoroutières est telle que même les comptables les plus habiles ont du mal à la masquer. C’est d’autant plus contestable que les péages avaient été introduits pour une durée en principe limitée à l’amortissement total des emprunts et que, en prime, le prix à la pompe des carburants recèle environ 60% de taxes, en principe justifiées par la construction et l’entretien du réseau routier. Or, surprise, non seulement les carburants ne sont pas détaxés sur les autoroutes à péage, au moins partiellement pour la forme, mais ils y sont au contraire encore plus coûteux qu’ailleurs.

Particulièrement en ce qui concerne les infrastructures, la privatisation est un non sens macro-économique et social : plus un territoire est isolé et peu peuplé, plus il a besoin d’infrastructures. Les gens qui vivent dans ce territoire assurent un « service public » difficilement chiffrable en termes monétaires : sauf à vouloir concentrer toute la population française dans des mégalopoles urbaines dont on connaît les avantages économiques mais aussi, de plus en plus, le coût humain, ces privatisations/exclusions sont socialement et écologiquement nuisibles, et économiquement douteuses.

Comment peut-on encore oser parler de service public quand l’entité en charge travaille dans l’intérêt de ses actionnaires, et n’a que faire de l’intérêt général, sauf quand la loi l’y oblige, auquel cas elle a toujours la possibilité de corrompre le législateur pour changer la loi, ce dont elle se prive de moins en moins ?

Aussi longtemps que privatiser les infrastructures indispensables à la vie commune consistera à transférer les profits au privé, mais à garder de fait les pertes pour la collectivité, elle restera une procédure condamnable, qui devrait pour le moins être soumise à referendum car, que cela plaise ou non, il s’agit de la cession d’un actif national, au même titre que l’est le bradage honteux à des intérêts privés des fleurons de la politique industrielle passée de la France qui ont été financés par les impôts des Français. Être élu démocratiquement ne donne pas mandat pour en disposer sans consulter les premiers intéressés.

Partager :

16 réflexions sur « Non à la privatisation du patrimoine des Français ! par Jean-Paul Vignal »

  1. « Être élu démocratiquement ne donne pas mandat pour en disposer sans consulter les premiers intéressés. »

    Les premiers intéressés sont consultés à de nombreuses reprises tant sur le plan local que national (et international avec les élections européennes). Ils ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes.

    1. Je n’ai pas vraiment eu l’impression dimanche dernier de voter pour ou contre la privatisation de certains services publics de santé, d’enseignement ou de maintien de l’ordre et j’ai la certitude que ce sera la même chose pour les élections législatives de juin prochain. Alors que les élections « normales » correspondent plus ou moins à la signature d’un chèque en blanc à des personnes dont nous ne connaissons que la face médiatique qu’on veut bien nous en montrer, le referendum permet de consulter les citoyens sur un point précis, et son organisation peut être rapide, sure et peu couteuse avec un minimum de NTIC.

  2. @ Jean-Paul Vignal

    « Aussi longtemps que privatiser les infrastructures indispensables à la vie commune consistera à transférer les profits au privé, mais à garder de fait les pertes pour la collectivité, elle restera une procédure condamnable, qui devrait pour le moins être soumise à referendum »

    Bon article descriptif, digne d’une page du « Diplo », ayant hélas comme faiblesse à n’ouvrir aucune ligne de défense en vue de mettre fin au plus vite au scandale capitaliste.

    Des référendum locaux (on croise les doigts pour tous les gagner, voir Notre Dames les Landes), c’est un peu vouloir arrêter la charge d’un troupeau de buffles avec un lance pierre !

    Sans doute que le régime qui se met en place va accentuer la tendance a privatiser les profits et socialiser les pertes, jusqu’au moment où les pertes seront-elles, qu’elle finiront dans le porte feuille des banques centrales … d’une certaine manière au privé !

    Le monde vit une croissance molle. Transposons nous dans le cadre d’une récession mondiale, une dépression générale, un monde où privatiser les profits individuels équivaudra à un prodige.

    1. @ Eninel

      Il n’y a pas besoin de croissance pour faire des profits. J’ai écrit il y a quelques temps un bout de texte sur l’usage curatif du dépôt de bilan : il est tout à fait possible d’extraire le maximum de valeur possible d’une société puis, quand la source se tarit ou quand il manque des fonds pour investir, de la mettre en faillite en laissant les dettes aux créanciers et aux garants. Il est certain que les choses se passeraient différemment si les mandataires sociaux de ces sociétés étaient personnellement responsables, comme le sont les commandités d’une commandite par action. Peut-être devrait exiger que les privatisations ne puissent être faites qu’au bénéfice de sociétés en commandite par actions ?

  3. Je crois que François Bayrou , assez seul quand il a réagi sur le sujet de l’accélération des concessions autoroutières , avait mieux cerné le problème que vous . ( Nota : la pratique juridique des concessions routières remonte à …1955 ) .

    Sur les sources de financement « dédiées » à la construction et entretien des RN , on a vu avec les portiques éco-taxe que les principaux « agresseurs » de structures n’étaient pas prêts à participer à la diversification des sources de financement dont la grande machine à laver de Bercy rend impossible la correspondance entre l’entrée et la sortie .
    Mais ça rétrécit sérieusement au lavage ( ce qui n’est pas toujours inutile ou stupide, pour éviter des ennuis supérieurs ) .

    Ces cinquante dernières années m’ont appris que « les Français » ne connaissent pas le patrimoine commun , et que ça ne les intéresse pas .

    Sauf lorsque , en tant que consommateurs , ça commence à chatouiller leur revenu .Ou comme « citoyens » ( disent ils ), quand ça permet de râler contre ceux dont la tête ne leur revient pas .

    Alors l’eau , les paysages , l’espace et le domaine public entretenus , la qualité de l’air , l’éducation nationale , le droit à une alimentation sure ,le droit à une information non soumise aux rentrées publicitaires ,la prévention contre les risques naturels et industriels , le confort de la liberté de circulation ….il n’y a eu ( et il y a encore quelques spécimen de l’espèce) que des imbéciles, par eux inaudibles, pour s’en soucier un peu .

  4. Monsieur Vignal,
    le 4 mai 2017 à 09:11, un certain zébu contributeur de ce blog m’expliquait :
    « L’avantage de l’inconvénient d’un renard dans un poulailler, c’est qu’on sait où il est, et qu’une fois qu’il y est, qu’on peut s’en occuper. »
    (Il ne parlait pas de moi, mais du candidat pour lequel il appelait à voter)
    On a donc fait entrer le renard dans le poulailler…
    Vous avez raison de vous soucier des conséquences. Mais il est trop tard.

    1. T’as pas compris le billard à bandes mon Renard. Je te l’explique rien que pour toi.

      1) appel à voter Macron ie le Renard argenté dans le poulailler (http://www.dailymotion.com/video/x8targ_le-fourire-naaaan-les-fourrires_shortfilms)

      2) Le Renard divore les poules, à pleine dents foutant un boxons pas possible dans le poulailler.

      3) On explique aux poules que le renard argenté il est michant, très michant, dans de nombreux livres à vendre sur Fnac.com, parce que une poule ben c’est idiot, faut tout lui dire.

      Sinon explique moi ce qu’on peut leur vendre aux poules si y a pas Renard dans le poulailler ? Tu vois mieux maintenant ? 😀

    2. « L’avantage de l’inconvénient d’un renard dans un poulailler, c’est qu’on sait où il est, et qu’une fois qu’il y est, qu’on peut s’en occuper. »

      Oui, ils disaient à peu près la même chose du père Adolf en 32-33 .

      1. Tremblement stupéfiant : l’ultralibéralisme a fabriqué et introduit Macron en France le 7 mai 2017

      2. à Arnaud,10 mai 2017,14h26
        Je ne crois pas qu’on puisse dire que « Macron a théorisé,et introduit l’ultralibéralisme en France le 7 mai ».Ni théorisé,ni introduit.On va bien voir ce qui
        se profile,et il convient d’être attentif:à quelle « théorie
        économique » va-t-on se trouver soumis?Si j’observe,ne
        serait-ce que dans la presse ce qu’il est convenu
        d’appeler « la » liste des experts qui « gravitent » autour de
        la présidence,on trouve:Marc Ferraci,Jean Pisani-Ferry,Laurent Bigorgne,et Jacques Attali.(l’évocation
        d’Erik Orsenna est un peu particulière).Ni les uns,ni les autres ne sont,me semble-t-il, des économistes de
        premier plan.En tout cas,ils ne peuvent se prévaloir
        de connaissances de type macro-économiques de
        grande valeur.Ils sont comme presque tous leurs
        collègues:faible en macro-économie,càd.faibles en
        monnaie,en répartition des revenus et des patrimoines,et en économie internationale.Comme
        nos collègues Allemands…..

  5. Il faut regarder ce qui se passe sur le « marché » de l’eau, et de constater certaines communes font heureusement le choix de revenir en régie plutôt que se laisser administrer par des groupes privés. Il est établi que de lever des taxes pour payer les primes d’actionnaires incapables de réparer une fuite d’eau ne favorise pas des rapports de bons voisinages avec une mairie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.