Bayrou, Ferrand, Goulard, etc. en France, Mayeur, Peraïta, etc. en Belgique

Ouvert aux commentaires.

Bayrou, Ferrand, Goulard, etc. en France, Mayeur, Peraïta, etc. en Belgique, pourquoi soudain tant d’affaires ? L’économiste américain John Kenneth Galbraith (1908 – 2006) connaissait la réponse.

Paul Jorion, « La faute à pas d’chance ou la faute à quelqu’un ? », BFM Radio, 31 mai 2010 à 10h46 :

Si quelqu’un évoquait la fraude, il était toujours rassurant de se dire – comme l’avait fait remarquer John Kenneth Galbraith à propos de la crise de 1929 : qu’on découvre énormément de fraude en période de crise parce que personne ne veut être le lampiste et que du coup les langues se délient. On est à la recherche des coupables et les chances augmentent, par conséquent, qu’on en découvre. Il ne s’agirait donc pas d’un regain de la fraude, mais d’une hypersensibilité à la possibilité-même de celle-ci.

Paul Jorion : « Ils ne mourraient pas tous mais tous étaient frappés », Le Monde, 4/5 avril 2013 :

Pourquoi alors, le climat a-t-il soudain changé ? Pour une raison qu’avait très bien perçue John Kenneth Galbraith dans le livre remarquable qu’il consacra en 1954 au « grand krach de 1929 » (*), parce que les apparences sont trompeuses, parce que, à l’opposé de ce qu’il semblerait, la fraude et la corruption n’augmentent pas en période de crise : la raison pour laquelle elles deviennent plus visibles, c’est uniquement parce que la tolérance à leur égard est à la baisse. Quand les affaires vont bien, chacun vaque précisément à ses affaires mais quand elles vont mal, chacun est aux aguets de la turpitude de l’autre comme une cause possible du pourquoi elles vont maintenant si mal.

============================================
(*) John Kenneth Galbraith, La crise de 1929. Anatomie d’une catastrophe financière, Petite Bibliothèque Payot 2011

Partager :

51 réflexions sur « Bayrou, Ferrand, Goulard, etc. en France, Mayeur, Peraïta, etc. en Belgique »

  1. Bonsoir
    Ces affaires d’assistants parlementaires sont connues depuis longtemps des équipes « coup fourrés, surprises du vendredi ». Celle du modem aurait pu être sortie en même temps que celle du FN mais cela ne servait pas l’équipe dirigeante: il fallait attirer les électeurs du centre. Maintenant que la majorité est large, le modem ne sert plus: l’affaire est donc sortie au bon moment, juste avant le remaniement. Manoeuvre politique largement à la hauteur de celles de Giscard et de Mitterrand. E la nave va, tutti va bene per la famiglia! Ce n’est pas plus compliqué que cela.
    Cordialement.

    1. Sans parler des perquis dans l’affaire Las Vegas qui ont lieu juste après les législatives… Mais c’est déjà un peu la théorie du complot que de se poser des questions, vous filez du mauvais coton vous… 😉

  2. C’est assez vrai ! Les temps étant difficiles pour beaucoup d’entre-nous, il devient de plus en plus intolérable d’assister au spectacle navrant de ces politiciens sans élégance morale. Ce qui est stupéfiant, c’est justement, leur manque de morale, qu’ils ne voient vraiment pas pourquoi on s’en prend à eux. L’attitude de Fillon est, à mon sens, exemplaire. Voilà un type qui dès la parution de l’article du Canard Enchaîné, se justifie en dévoilant d’autres faits tout aussi moralement répréhensibles, sans la moindre honte. Mais, bien sûr tout ça est la faute d’un cabinet noir. Ce ne sont pas ses actes qui sont répréhensibles, c’est le fait de les dénoncer.

    En Belgique, c’est la même chose. Quand un ministre ose demander si il est possible de trouver quelqu’un de compétent, pour s’occuper de Belgacom, en-dessous d’un revenu de 300.000€, on se pose des questions.

    Les arrangements entre soi quand on impose à la population une austérité écœurante, quand on nous dit que nous vivons au-dessus de nos moyens, que le gouvernent s’attaque maintenant aux chômeurs de plus de 55 ans en ne tenant plus compte des périodes de chômage pour le calcul de leur pension, on se pose des questions. A mon avis, à ce stade là, on ne doit plus être compétent du tout.

    Le noeud du problème est bien là, dans cette absence de conscience morale. Comment peut-on laisser des gens se noyer dans la Méditerranée parce qu’on n’en veut pas chez nous, au nom de l’argent. Parce qu’encore une fois, ce sont des gens qui vont venir profiter de notre argent, de notre sécurité sociale. Et comme on met déjà les Français et les Belges à la sauce « austéritaire », il est bien entendu qu’il vaut mieux qu’ils se noient ou qu’ils restent en Grèce…

    Le cynisme n’a pas de limite. Mais, ne touchez surtout pas à leur revenus divers, à leur cumul de mandat et à leurs jetons de présence, à leurs implications dans les intercommunales, à leur ARGENT !

    1. Politiciens sans élégance morale…
      Je rigole, parce que je ne suis pas sur de trouver un meilleur pourcentage de citoyens avec « élégance morale » chez les non élus.
      Tiens, ya un type qui a sorti récemment un bouquin sur la « Vertu et la Morale » en politique…

      1. Et bien si! C’est justement parce que nous les avons élus et qu’ils nous représentent que nous sommes en droit d’exiger ça d’eux. Et qu’il s’agisse de non élus ou d’élus, avoir un sens moral est le minimum qu’on peut exiger d’un individu. Et je dirais presque: à commencer par soi-même.

      2. Votre argument Subotai est un mauvais argument.
        Analogie :
        Vous ne confiez pas les clefs d’un bus à quelqu’un qui n’a pas la compétence pour le conduire. Et si vous l’avez malheureusement fait et que vous vous en rendez compte suite à un contrôle routier, vous le débarquez illico !
        Le chauffeur incompétent ne peut se prévaloir du fait que les passagers ont ou n’ont pas le permis bus pour continuer à rouler.

      3. Effectivement, des ‘citoyens de base’ qui ont accès à des possibilités de fraude, d’accumulation, d’évasion fiscale, peuvent se trouver dans la tentation et y succombent.
        Une personne bien placée dans le milieu bancaire et exerçant dans le 16eme, m’a un jour conté, – sans bien sûr divulguer de noms -, les choses qui se passent avec certaines populations aisées; cela est à rapprocher du comportement de nos représentants élus.
        Que peut-on espérer ? Un changement de mentalités ? Une mise en place de processus extrêmement rigoureux avec à la clef des punitions automatiques ?

      4. Il est pas complètement à côté de la plaque ce député. Sauf que cette quête moralinosatrice sans limites et de plus en plus codifiée dans ses plus infimes nuances, qui dépasse le simple effet conjoncturel de la sensibilité de crise, aurait peut-être bien plus à voir avec un ethos « bien-sous-tous-rapports » néolibéral/ordolibéral de la transparence et de la normalisation des comportements déviants qu’avec une quelconque discipline inspirée d’une simili Éthique d’ordre transcendent ou révélé.

    2. On pourrait tracer la courbe du chiffre d’affaire de 2F conseil, ce serait marrant. Je parie que c’est quelque chose dans le genre :
      Montée du chiffre d’affaires à partir de l’élection aux primaires, stagnation après le premier article du canard enchaîné, puis chute à zéro après le premier tour de l’élection présidentielle !
      M Fillon, vous avez fait beaucoup de conseil depuis début mai ? pour Axa ou autre ?

  3. Un peu comme le travail au noir.
    Les artisans le tolèrent tant qu’il y a du travail pour tout le monde mais dès que la crise frappe, les dénonciations se multiplient…

    Dans le même esprit, n’est-ce pas une preuve supplémentaire que la reprise n’est pas au RDV, ou bien que la crise refait surface, quand on voit que votre mécénat citoyen a de plus en plus de mal à atteindre ses objectifs ?
    Les caisses de tout le monde, sauf le 1%, semblent de plus en plus vides…

    1. c’est la faute à mélenchon, s’il avait été au deuxième tour Vigneron aurait financé un an de mécénat à la cote ou il pariait 🙂

      1. mais il n’en voulait pas du pouvoir Mélanchon, ça me paraît évident. Pour des causes conscientes et inconscientes probablement. Sa position de député est bien plus confortable, même si la cause qu’il défend est légitime.

    2. Mais, il faudrait aussi arrêter d’attendre cette reprise comme on attend Godot, parce que de reprise, à part celle des chaussettes, il n’y en aura plus. En tout cas pas sur le principe que nous avons connu. Le moule est cassé. La seule reprise qu’il puisse avoir, c’est une reprise en main par les citoyens. Il faudra descendre dans la rue, faire des nuits debout, se bouger! Si nous en avons le temps ! La guerre n’est pas loin et nous n’aurons bientôt plus de pétrole.
      Ça ne va pas être rigolo ! Et comme on dit en Belgique : »Tout ça ne nous rendra pas le Congo! »

      1. Quoi !?!?!?
        Il n’y aura pas de reprise ?
        Il n’y aura plus de croissance ?
        Il va y avoir une guerre (pour remettre les compteurs à 0 et s’accaparer les dernières ressources) ?

        Les bras m’en tombent !!!
        Ne seriez-vous pas devin, très chère Marianne ?

        Par contre je suis sûr que vous n’êtes pas spy car croire à une révolte ou que le peuple va se défendre contre tous ces salopards est bien naïf…

        Il n’y a pas plus lâche qu’un Homme…

      2. Il me semble qu’un film comme interstellar, en fait plus pour la prise de conscience, que tous les sittings, et toutes les explications du monde.

        A quoi ont bien pu servir les sitting de Wall Street, de Madrid, ou de la Place de la République ? Le système se passe déjà des inactifs en nombre, alors quelques uns de plus ou de moins devant Wall Street avec des banderolles…

        Peut-être faudrait-il inventer un jeu, un jeu, où on perd vraiment autre chose que de l’argent, de l’eau qu’on aurait le droit de boire par exemple…ça se déroulerait sur deux jours, et si on perd, on commence alors à avoir sérieusement soif.
        Avec en dernière possibilité un appel à Dieu, lorsque vraiment on en peut plus…on jetterait alors un dé :
        Si on fait un 6 Dieu existe, alors on est peut être sauvé, à condition de donner une explication plausible, à la raison pour laquelle il ne sauve pas les enfants lors des tremblements de Terre.

        Il faudrait aussi trouver un moyen plausible de gagner. C’est toute la difficulté…

      3. « La guerre n’est pas loin… »
        En milliers, centaines, dizaines ou unités de kms ?
        La guerre a commencé en 2011 quand nous avons abattu la Lybie aux ordres des Zunis, d’Israël…et de Sarkozy (pour effacer les traces du financement de ses campagnes).
        La guerre a commencé en 1998 quand Clinton a aborgé le Glass-Steagall Act ;
        Et la guerre a commencé quand nous avons oublié que vendre des armes n’était pas qu’un acte marchand mais surtout un acte politique. Vendre des armes à l’Arabie Saoudite « c’est bon pour nos emplois » qu’ils disent.
        Mais c’est une guerre qui comporte tellement de front différents que les enseignements de Sun Tzu, Clausewitz, Machiavel, Jules César et Jorion réunis ne suffiront pas à la comprendre !

      4. Le système se passe déjà des inactifs en nombre

        Z’êtes sûr de ça ? Ailleurs qu’en France je veux dire, où l’on se complait sans trop de soucis avec nos 10 à 15% de chômeurs.

      5. @Marianne,

        Hivers 2016-2017 ; je sors de chez ma psy et me dis c’est comme une guerre.
        Je viens de perdre mon chien (il y aura un mois le 30) , il m’avait gardé pendant quinze ans. Les dernières années je ne voyais plus que mon médecin comme personne réelle une seule fois par mois.
        Le chômage, les politiques d’austérité, toutes ces m… qu’une bonne partie de la société a du endurer, j’ai connu.
        J’ai suivi l’actualité, essayé de comprendre ; à la fin de l’hiver, j’ai aussi compris que sous un certain montant de revenus, ne sachant même plus travailler au black, on finit de crever de crever.
        Je n’ai aucune idée de comment je suis encore vivant. Parti de Belgique je vis dans le sud de la France, je recouvre la santé. J’ai de l’argent (avance sur héritage + divers remboursements de la Belgique qui m’avait tout coupé).
        A la fin, j’étais tellement abruti que je regardais tout ce qui se passait avec un mélange d’enthousiasme et de cynisme.
        Les men-ta-li-tés ont changé et les formes de combat doivent être différentes ; ne pas l’admettre c’est perdre.
        Perdre maintenant c’est perdre tout. Pour ne pas perdre, de un s’informer (à la guerre comme à la guerre), de deux avoir dans sa bibliothèques quelques classiques (Naomi Klein par exemple, Jean Ziegler, ce que vous voulez) et pour le reste, je ne sais pas trop.
        Il m’est passé par la tête que je pourrais m’inscrire au comité de mon quartier ou simplement descendre au feu d’artifice du 14 juillet par amitié pour les Niçois que j’aime beaucoup, pour eux je suis peut-être belge mais avant tout un habitant de leur ville.
        Je suis très très loin des grands discours, des grandes idées, ce monde j’ai finalement admis qu’au fond ce n’est pas ce qu’il voulait vraiment.

  4. La fraude et les affaires ne sont quel des symptômes et des conséquences , et tant qu’on ne cherchera pas les causes , aucune chance que cela s’arrête !
    Et les causes sont à chercher du côté du cadre politique actuel et surtout du système capitaliste qui n’engendre que recherche du profit à outrance en laissant de côté l’humain .
    Tout le reste et toutes les lois ne seront que du camouflage dans le seul but de faire perdurer ce système mortifère .

  5. La différence avec l’après 29 aux US c’est qu’aujourd’hui l’allergie est devenue telle qu’on s’interdit même de faire appel aux plus compétents pour mettre un peu d’ordre dans le bazar, i.e. s’en remettre aux fraudeurs experts, aux escrocs de bonne volonté en quête de réhabilitation, soit FDR qui nomme papa Kennedy à la SEC.

  6. Si la crise a un effet (l’exemple de la dénonciation du travail au noir est parlante), il y a aussi : les ‘réseaux sociaux’ qui donnent une résonance délétère et fructueuse à toute info de ce type.
    L’exigence morale envers les élus est forte : ils ne peuvent faire aucune faute « éthique » (même légale) : accepter un voyage dans un jet privé, porter une Rolex ou des chaussures à 5000 euros, etc. Mais le vrai contrôle, c’est le rapport de forces, le « soviet » (= conseil de canton électoral), la reddition des comptes. Changer des têtes sans contrôle, c’est juste un carrousel.
    Le notable, c’est la manipulation de l’info et la « complicité » « objective » des médias qui se constatent ici dans le calendrier différent entre Fillon, Le Pen, Bayrou.
    Enfin, en Belgique, il est évident que le président du PS aurait du sauter avec les scandales. En poste depuis 1999, il est intouchable, et Guy Lutgen l’aide à sauver son trône. Cette protection, cette infaillibilité est aussi une manipulation.

  7. Un dicton portugais dit : « dans une maison où il n’y a pas de pain, tout le monde gronde et personne n’a raison ».
    En période de vaches maigres, la tolérance est pratiquement nulle. Les élus auraient du le savoir, surtout qu’ils ont une lourde responsabilité. Pour le cas de Bayrou, tant mieux que ce soit arrivé maintenant, au début.
    Ce qui me choque, personnellement, c’est le fait qu’ils savent qu’ils ont des casseroles, mais qu’ils y aillent quand même ! Ils ne doivent simplement pas avoir conscience de ce qu’est une casserole, comment peuvent-ils nous représenter?

    1. « ils savent qu’ils ont des casseroles, mais ils y vont quand même ».
      Bien sûr qu’ils y vont, sinon pourquoi seraient-ils là ? le problème est savoir qui a connaissance de ces casseroles, et ce qu’il pourrait en faire.
      Qui d’autre que le ministre des finances (et donc du Fisc) peut connaître les situations financières de tous les partis en France ? Et donc garder dans une valise le poil à gratter adapté à chacun des adversaires…ou des alliés qu’on se choisit.
      N’oublions pas que Sarkozy a été ministre des finances (pour monter des dossiers), puis ministre de l’intérieur (pour organiser les élections) avant d’accéder à la présidence.
      On l’a bien vu pour ces législatives : ils ont tous cherché une alliance stratégique ou renoncé de peur de recevoir une casserole !

  8. Je ne sais pas ce qui est le plus triste :
    – la fraude ,
    – ou qu’elle devienne insupportable quand les vaches sont maigres pour la majorité .

    Si l’hypocrisie est un hommage que le vice rend à la vertu , je me console en notant qu’au moins , au modem , on garde suffisamment l’idée de la vertu pour accepter de payer ses fautes.

    Car si chaque parti payait ses fautes passées ou actuelles du même prix , il n’y aurait pas eu à faire du dégagisme lors des dernières élections. Il n’y aurait rien eu à dégager .

    Le financement de la démocratie est aussi balbutiant que le financement du blog .

    1. ben, juan. la consolation a dû attendre que la chose devienne publique. En fait un autre blog montre que l’affaire est restée sous le coude plus d’un an avant de sortir.
      Le pourquoi et le comment du refus des journalistes n’est pas clair…
      Reste leur courage et votre consolation auraient été justifiés si ils n’avaient pas attendu une sortie publique. Le modem est comme les autres. Et ne vous trompez pas, le dégagisme a été assuré, post-élection.

      1. Laissez moi mes erreurs et mes consolations …

        Sur qu’il faut que l’information vienne sur la place publique pour tester les acteurs .

        Comment et quand elle vient ( ou pas ) est une autre question .

        Le type de réaction des acteurs quand l’information arrive , en est encore une autre , et pour le coup celle du Modem est plutôt moins cynique .

        Mais le but de mon commentaire était plutôt , s’il faut faire œuvre utile dans la durée , de récrire l’énoncé du seul sujet qui nous soit accessible s’agissant du seul cas des « affaires » du mode modem ( et Fn , et PC des temps que j’ai connus , et …..) : le financement de la vie démocratique sans le confondre forcément avec le financement des partis .

        Sur le fond , c’est un des aspects de la construction à venir d’une démocratie plus partagée sinon plus participative .

        Je précise qu’à l’expérience , le sujet du financement ne sera pas moins ardu et à risque pour une démocratie plus directe que pour une démocratie portée par la vie de partis .

    2. Y’a une chose de sûre et certaine dans cette affaire c’est que la Lepage était la seule honnête et innocente dans la bande.
      Pensez donc, elle se fait élire au Parement Européen sur la liste du Modem, avec le fric du Modem donc, et ensuite voilà t’y pas qu’on vient lui demander de renvoyer l’ascenseur à la Corinne ? De participer au petit montage pour financer le parti comme les petits copains ? Ah mais que nenni ! Ahhh mais c’est qu’on ne mange pas de ce pain là chez les Lepage ! Ah mais vous allez voir de quel bois je me chauffe…
      Et que je les envoie se faire voir les corrompus du Modem.
      Et que même je raconte toute l’histoire dans la presse, en 2015 – une fois que j’ai perdu ma place à Strasbourg et que je me retrouve le bec dans l’eau…
      C’est beau l’intégrité hein ?
      Ah oui, c’est beau, y’a pas, c’est beau, j’en ai des frissons dans l’bas du dos didonc.

      1. @Vigneron (23/7 à 21h57)
        … »C’est beau l’intégrité hein ?« …
        L’a pas dit qu’elle était honnête et/ou intègre la Lepage(sic)…
        l’a dit texto ( j’lai entendu de mes propres zieux tous les deux grands ouverts) : « J’suis avocate moi , et je sais ce qu’on me demande » ! …nuance..!

  9. Non, je ne suis pas Spy, bien que je vive dans la même région. Mais faut-il ne rien faire? Est-ce que ces manifestations sont vraiment inutiles? En fait, je crois que mon ami Serbe avait raison lors de la guerre en ex-Yougoslavie quand on lui demandait si une guerre pouvait arriver chez nous (en Belgique) entre les wallons et les flamands. Il a répondu : « Non, parce que vous êtres trop riches ».
    Et je pense que le problème est là. Même si leur salaire ou leur allocation sociale est chiche, ils s’y accrochent parce qu’au moins, ils ont encore ça! Et qu’on ne vienne pas les emmerdés avec des nuits debout, des élections…, des manifs en tout genre.
    Pourtant, certains continuent à vouloir se battre.
    Alors, Vincent et Jean-Charles, vous pouvez vous moquer, je reste persuadée que les « sit-in » (http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/sit-in/72966) qu’ils se passent à Wall-street ou à Paris, laissent des traces. Mai 68 est parti d’une colère et cette révolte a marqué notre société depuis lors.
    Quand à la guerre, elle a commencé aussi avec la celle du Golf, on peut remonter loin dans le calendrier. Mais, elle ne s’est jamais autant rapprochée de nous. Et même si nous ne vivons pas sous les bombes, que ferons nous le jour où le pétrole n’arrivera pas plus pour cause de bombardement dans le Golf.
    Ah ! elle sera belle la reprise !
    Bon, je vais m’occuper de mon potager, de mes abeilles et de mes poules !

    1. « On pourrait aussi interpréter le vote présidentiel français comme un référendum gagné largement sur l’Europe. » Tiré du texte collé par son Altesse Libérale Libertaire.

      On pourrait aussi croire que la terre est plate et que le Grand Schtroumpf veille sur nous dans le même ordre d’idée. Ce n’est pas du plomb qu’on prend dans la tête mais une forme d’aspiration par le vide en lisant pareille analyse.

      1. Désolé mon chou à la crème verte mais les sondages sont sans ambiguïté aucune, les pro-Europe écrasent plus que jamais les anti-Europe et eurosceptiques.
        De même que l’étiquette de candidat européen comme l’image du candidat au drapeau n’ont pas peu pesé dans la campagne et l’élection de Macron.
        Oui mon pet de nonne, la est bien ronde comme une orange et bleue comme le drapeau et les Schtroumps.

      2. @Cloclo(24/7 à 9h54)
        … »vote présidentiel français« …
        Si on y revient (juste un instant..parce que..chut.. »ne pas dire , ce n’est pas mentir ») rien que pour apprécier le retour de boomerang induit du contenu bien analysé (chut…pas trop fort , ça pourrait se répandre..et faudrait retourner notre veste..) du pavé judicieusement lancé par « Jupiter » dans une mare de canards bien sélectionnés… :
        https://www.letemps.ch/monde/2017/06/21/emmanuel-macron-leurope-nest-un-supermarche-leurope-un-destin-commun
        Extraits choisis :
        … »On ne peut pas continuer à faire l’Europe dans des bureaux, à laisser les choses se déliter. Le travail détaché conduit à des situations ridicules. Vous pensez que je peux expliquer aux classes moyennes françaises que des entreprises ferment en France pour aller en Pologne car c’est moins cher et que chez nous les entreprises de BTP embauchent des Polonais car ils sont payés moins? Ce système ne marche pas droit.« …
        … » Aujourd’hui, nous avons avec Vladimir Poutine le sujet ukrainien, que nous continuerons à suivre dans le cadre du processus de Minsk et du format «Normandie». Nous aurons avant le G20 de Hambourg, début juillet, une réunion sous ce format avec l’Ukraine et l’Allemagne. Et il y a la Syrie. Sur ce sujet, ma conviction profonde, c’est qu’il faut une feuille de route diplomatique et politique. On ne réglera pas la question uniquement avec un dispositif militaire. C’est l’erreur que nous avons collectivement commise. Le vrai aggiornamento que j’ai fait à ce sujet, c’est que je n’ai pas énoncé que la destitution de Bachar el-Assad était un préalable à tout. Car personne ne m’a présenté son successeur légitime!« …
        … »Sur la Syrie, mes lignes sont claires. Un: la lutte absolue contre tous les groupes terroristes. Ce sont eux, nos ennemis. C’est dans cette région qu’ont été fomentés des attentats terroristes et que se nourrit l’un des foyers du terrorisme islamiste. Nous avons besoin de la coopération de tous pour les éradiquer, en particulier de la Russie. Deux: la stabilité de la Syrie, car je ne veux pas d’un Etat failli. Avec moi, ce sera la fin d’une forme de néoconservatisme importée en France depuis dix ans. La démocratie ne se fait pas depuis l’extérieur à l’insu des peuples. La France n’a pas participé à la guerre en Irak et elle a eu raison. Et elle a eu tort de faire la guerre de cette manière en Libye. Quel fut le résultat de ces interventions? Des Etats faillis dans lesquels prospèrent les groupes terroristes. Je ne veux pas de cela en Syrie« …
        … »Quand je parle de dialogue franc avec Vladimir Poutine, je ne dis pas qu’il est miraculeux. Qu’est-ce qui motive Vladimir Poutine? C’est de restaurer un imaginaire russe puissant pour tenir son pays. La Russie elle-même est victime du terrorisme. Il a lui-même à ses frontières des rébellions et des identités religieuses violentes qui menacent son pays. Tel est son fil directeur, y compris en Syrie. Je ne crois pas qu’il ait une amitié indéfectible à l’égard de Bachar el-Assad. Il a deux obsessions: combattre le terrorisme et éviter l’Etat failli. C’est pour cela que sur la Syrie des convergences apparaissent. Longtemps nous avons été bloqués sur la personne de Bachar el-Assad. Mais Bachar, ce n’est pas notre ennemi, c’est l’ennemi du peuple syrien. L’objectif de Vladimir Poutine, c’est de restaurer la Grande Russie, parce que c’est selon lui la condition de survie de son pays. Est-ce qu’il cherche notre affaiblissement ou notre disparition? Je ne le crois pas. Vladimir Poutine a sa lecture du monde. Il pense que la Syrie est une question de voisinage fondamental pour lui. Que peut-on faire? Réussir à travailler ensemble sur la Syrie pour lutter contre le terrorisme et déboucher sur une vraie sortie de crise. Je pense que c’est faisable.« .

        Hé oui , au moins dans les mots , « Jupiter » c’est ça aussi…
        Pour le reste… à moins d’un Vercingétorix… qu’il n’est pas interdit d’espérer..

      3. Oui Son ALL, la majorité des français est pro européenne, et c’est tant mieux, mon chou de Bruxelles, mais ce n’est pas équivalent à la phrase que j’ai copié collé du texte que tu as mis devant nos mirettes.

        Otromeros, le texte que tu colles sur les propos de Jupiter, le PC de lancement des missiles nucléaires fRaaaançais en fait, sont remarquables de mélenchonisme si on lit bien et empreint d’un souverainisme bien franchouillard comme les fRançais aime à entendre. Tout ça pour ça… La fonction créée l’organe (une bonne grosse paire de cou…) en politique uniquement, et Macron va adorer !

      4. Ah ouais Machin ? Et tu l’interprètes comment que le zig qu’a écrasé les scrutins depuis deux mois se promène avec un drapeau à étoiles dans chaque main, entre les dents et dans le cul ?

      5. On te comprend Machin, ça doit faire mal par où ça passe, et longtemps.
        Serre les dents et le reste mon loulou., c’est pas mortel à c’qui paraît.

  10. Il est l’ heure…

    Non, l’espoir ne manque pas d’avenir !
    « Pour Aristote, l’espoir est le « songe d’un homme éveillé ». Selon Epicure, si vous n’attendez rien, vous n’avez rien à redouter. En cette période désenchantée, difficile de recourir à la philosophie pour espérer, car celle-ci se méfie de l’espoir qui, selon elle, est un trouble. Un sage n’espère pas. Enfin presque… Dans leur dernier livre, L’espoir a-t-il un avenir ? (Flammarion), Monique Atlan et Roger-Pol Droit montrent que tous les philosophes, loin s’en faut, ne partagent pas cet avis. Eux, en tout cas, pensent que l’espoir individuel et collectif est un exercice de lucidité. »

     » Tant mieux. Ils nous apprennent à espérer. L’espoir est pour eux, par exemple, un exercice de lucidité qui exige la patience, l’attente. C’est, en outre, un rêve qui ne se vit pas seul. »
    http://www.rfi.fr/emission/20160228-pol-droit-philosophe-atlan-espoir-avenir-flammarion

    « Sans évidemment livrer un manuel pratique permettant de réactiver le “principe Espérance”, théorisé par Ernst Bloch dans les années 1950, les auteurs s’en tiennent à quelques grands principes éthiques qui seuls éviteraient selon eux de sombrer dans une forme de nihilisme qui imprègne notre époque. »
    http://www.lesinrocks.com/2016/02/14/idees/devons-reinventer-lespoir-11804425/

  11. Et hop, au tour de Miss and Mr Sanders..
    Et hop…
    Keskonsmarre..
    Et cette autre délicieuse idiote putinocompatible, verte celle-là, de Jill Stein qui continue à marteler avec un grand sourire satisfait qu’elle n’est vraiment pour rien dans l’élection de Trump, que ses électeurs dans les États clés n’auraient pas plus voté Clinton ou se seraient abstenus sans sa candidature…
    Comme si ces connards de verts et bernistes n’avaient pas répété durant des mois à leurs électeurs que Trump ou Clinton c’était blanc-bonnet et bonnet-blanc..
    http://www.cbsnews.com/news/bernie-and-jane-sanders-under-fbi-investigation-for-bank-fraud-hire-lawyers/?ftag=CNM-00-10aab7e&linkId=39061383

  12. Payer 8 roros un énième tract des Pinsons Charlots ?
    Même en me payant, sans façon.

    Trump, Fillon, Le Pen et Macron sont les représentants du système capitalisme dans sa phase néo-libérale. Cette oligarchie pour perdurer a besoin de construire de fausses alternances. Les milliardaires sont au pouvoir. Pour eux, la seule chose qui compte c’est que l’oligarchie continue de concentrer toutes les richesses et les pouvoirs. C’est une guerre de classes des plus riches contre les peuples. Je ne voterai ni pour Macron ni pour Le Pen.

    Qu’ils crèvent au champ d’honneur, ces guerriers de salons, estrades et tribunes.
    Au XIXe on avait Balzac pour visiter les salons dorés, au XXe Proust, aujourd’hui on a Bern et les Pinsons Charlots, youpi.

Répondre à Juannessy Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.