« Non, Paul, t’es plus tout seul ! »

Ouvert aux commentaires.

« Non, Paul, t’es plus tout seul ! », c’est ce que j’ai pensé ce matin à la lecture de deux articles consacrés à la finance et … à la fin du capitalisme.

Le premier, dans Le Monde : « Profits du CAC 40 : la priorité aux actionnaires de plus en plus contestée », où on peut lire entre autres, à propos de LafargeHolcim : « en cinq ans, ce groupe suisse du CAC 40 a gagné seulement 1,2 milliard de francs, mais distribué à ses propriétaires presque deux fois plus d’argent. »

Allo quoi !? personne n’est au courant chez LafargeHolcim que les dividendes sont « une part de la richesse créée » ? Pas de la richesse perdue, les enfants, pas de la richesse perdue !

Et dans le Financial Times : Can capitalism bring profit margins back to earth? soit, le capitalisme peut-il ramener les marges de profit sur terre ? – eh oui, dans Le Clairon de la City ! et où on trouve des phrases qui ne me seraient pas pardonnées dans certaines chroniques que j’écris pour les journaux (à moins que les temps n’aient changé à mon insu, faudra que je tâte à nouveau le terrain !), comme « Alors que les revenus par action ont cru de 26%, le salaire horaire moyen n’a cru lui aux EU que de 2,6%. […] Les salaires léthargiques contribuent peu à la hausse de la consommation et créent un climat toxique de cynisme. »

Et l’auteur de l’article, John Authers, citant un spécialiste des sondages d’opinion : « M. Luntz conseille de ne pas utiliser le mot ‘capitalisme’. Les jeunes adultes américains expliquent maintenant aux sondeurs qu’ils préfèrent résolument le socialisme. » Et Authers d’ajouter : « Si ‘capitalisme’ est vraiment devenu un mot à ne plus prononcer, il existe alors des chances pour que l’action politique directe fasse recoller à la réalité les profits des entreprises. »

Mamma mia ! je vous rappelle qu’on est dans le Financial Times !

Bon j’ai compris et j’en profite pour placer une petite annonce : « Auteur très bien de sa personne, cherche à faire publier en anglais deux ouvrages dans la fleur de l’âge : « Le capitalisme à l’agonie » (2011) et « Se débarrasser du capitalisme est une question de survie » (2017). Prêt à faire un prix pour les deux par sympathie pour la jeunesse. »

30Shares

22 réflexions sur « « Non, Paul, t’es plus tout seul ! » »

  1. Le ‘ruissellement’ (vers le haut), au plus haut en France selon OXFAM :
    https://oxfamfrance.org/actualites/justice-fiscale/cac-40-plus-profits-plus-dinegalites
    Mon petit président Macron, quand vas-tu nous avouer que tu t’es planté en beauté concernant la justification de la suppression de l’ISF et, plus difficile sans doute, avouer que – « oui réellement, je suis le président des très riches »
    Prêcher que l’augmentation de la CSG est une mesure de ’solidarité intergénérationnelle’ aurait pu être à la rigueur comprise, si l’ISF avait été maintenu en indiquant aux très riches que cela s’imposait dans ce cadre de la solidarité nationale.

    1. Vu par un libéral comme Macron , être de droite ça veut dire supprimer l’ISF et augmenter la CSG , ET être de gauche ça veut dire faire des lois sociétales . La solidarité nationale se manifeste on ne sait pas trop où , mais si la hausse de la CSG en était un exemple pour soulager la jeunesse ( ce qui est potentiellement vrai et sans doute nécessaire sur la longue durée ) , ce serait réserver la solidarité effectivement , pour ce qui est de l’alimenter , à peu de chse alors que c’est le cadre économico-financier global qui est la maladie .

      Vu par un Macron socialiste , on commencerait par définir ce qu’est l’ambition du peuple français , forcément dans un cadre d’alliés plus large remettant en cause le cadre capitaliste . On pourrait alors parler de solidarité tout court , mobilisant autant la CSG que l’ISF ou l’IR ou autres différents impôts sur les sociétés , sans oublier les rentes de situation des petits rentiers immobiliers ou autres .

  2. C’est la somme des tout seul qui fait la majorité et l’Histoire .

    Dirait Tolstoï qui n’aurait pas forcément été d’accord avec le 4° des 6 axes avancés ( moi non plus ) .

  3. Coucou,

    çà me rappelle un bilan de france telecom , au début des années 2000, qui distribuait plus de dividendes que de benefices .
    La j’avais pas tout compris. toujours pas d’ailleurs.

    Bonne soirée

    Stéphane

    1. C’est purtant pas compliqué a comprendre, l’entreprise emprunte pour distribuer du dividende, l’action monte et les hauts dirigeants vendent leurs options. Ca c’est quand ils ne peuvent plus dégraisser, sinon un bon plan social suffit à créér le bénéfice pour payer les dividendes comme l’a fait notre chère ministre Pénicaud.

      1. Coucou,

        Coucou,

        La vous me donnez des recettes, pas des explications.

        A part la vie, qui donne deux à partir de un, jesus-christ, qui multiplie les pains ou les poissons je ne sais plus, le benefice d’une sociète, c’est ce qui reste quand on a tout payé. Distribuer plus qu’il ne reste est impossible, sauf pour un expert comptable.

        Bonne journeé

        Stéphane

      2. « A part la vie, qui donne deux à partir de un (…) »
        Sauf erreur de ma part, la vie c’est plutôt un (ou hélas souvent davantage) à partir de deux, non ?

      3. Je pense que Baloo visait la division cellulaire qu’il s’agisse de scissiparité , de mitose ou de méiose .

    2. C’était effectivement en 2009 . Mrs Lombard et Richard ne commentent pas sur le blog , et nous n’avons plus l’expertise de Vigneron pour élucider ce tour de passe – passe .

      Mais ce ne sont pas les 3% d’actionnariat salarié qui doivent expliquer cet exploit .

  4. Vous n’avez jamais été tout seul, Monsieur Jorion. Un tas de gens (pas beaucoup, il faut le dire) a bien vu comment dans quel sens la « gangsterization » de « la Finance » évoluera. Je me souviens même d’un séminaire avec des hauts militaires comme participants qui parlaient des dangers émanant de « la Finance », comme un autre moyen de mener une action belligérante, une sorte de guerre contre un pays.
    Depuis la crise de 2009, « la Finance » est devenue plus prudente face au publique, mais le système n’a pas changé, ca continue – business as usual. Voilà le problème.

  5. Gratuité et salaire à vie !
    Par conséquent se battre avec la conviction la plus ferme que la partie adverse est sur la fin de la bobine et tout le cinéma qui va avec. Vive la nouvelle vague, après la nouvelle vague, enfin pas de celle qui vous submerge.
    Festival de l’économie politique et des droits fondamentaux attachés à la personne, 2018.

  6. Macron ne savait pas ? Mais si il savait, et c’est son choix, et il l' »assume ». D’ailleurs pour qui a de bonnes oreilles (politiques), lui et ses comparses nous ont bien répété qu’ils ne croient pas à la théorie du ruissellement. C’est juste leurs choix, enrichir les plus riches. Après tout, ce sont eux qui courent le plus grand risque, celui de perdre le plus d’argent, puisque les pauvres n’en on pas, ils n’ont pas se risque….il faut se mettre un peu à la place des riches, les pauvres, il y a de quoi se faire du mauvais sang !

  7. J’ai lu dernièrement un article de Mediapart sur Black Rock, société américaine gestionnaire d’actifs et cela m’a terrifiée.
    Business as usual effectivement, et nous qui espérons que nos votes pourront changer quelque chose!

  8. 58 morts, 2700 blessés palestiniens à Gaza ce matin. Il n’existe pas un seul pays démocratique, dans lequel on accepterait un tel massacre, suite à une manifestation.

    Lorsque votre Humanité est à ce point niée, il ne reste plus qu’à répondre par une autre outrance, en vous habillant par exemple, du costume rayé des victimes d’ Auschwitz.

    Ce serait à la fois un signe montrant que vous reconnaissez la tragédie du peuple juif, et que vous prenez acte de la nécessité pour lui de posséder une terre. Et vêtus ainsi, vous n’auriez plus à craindre ses coups de fusils, car on peut penser que même le plus extrémiste des israéliens n’oserait pas tirer sur un tel symbole.

    Ce costume terrible, cette transposition, vous rendrait avec force l’Humanité qu’Israël vous nie aujourd’hui.

    1. Quelle tragédie que ce qui se déroule au Moyen-Orient ; les palestiniens qui tentent de franchir la frontière avec l’État d’Israël se font tirer comme des lapins, comment peut-on tuer ainsi des êtres humains désarmés ?
      Où cela va-t-il aboutir ? Aucune réaction des pays ‘démocratiques’, seul a été plus clair ce matin Monsieur Benoît hamon interviewé sur RTL, il est courageux.

      1. Il va se faire traiter d’antisémite et assimiler aux Insoumis et donc au FN en moins deux. Et ce par ses même copains d’avant du PS aujourd’hui LREM.

      2. @Octobre :

        Mauvaise pioche . Seul le coucou américain ( un peu paradoxal quand Trump est sur la sellette ) fait son nid lui même . Le coucou européen squatte les nids existants « faits » par d’autres .

        Mais l’oiseau et le nid qui m’inspiraient sont plus rares .

        Il arrive que des oiseaux « d’intérieur » s’accouplent en octobre , mais ils n’ont pas de nids à bâtir , ces « ramiers » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.