Merci M. Hulot ! et la conclusion à en tirer

Ouvert aux commentaires.

Les gouvernements ultralibéraux, qu’ils soient honteux ou décontractés (ou se transformant avec allégresse ces jours-ci de l’un en l’autre), précipitent d’une main la concentration de la richesse et, de l’autre, l’extinction du genre humain (et de toutes les autres manifestations du vivant) ; les gouvernements populistes prennent les choses en main et entreprennent de nous débarrasser de la vermine que constituent les étrangers et les journalistes *, responsables évidents de ces deux grands malheurs.

Rassemblons-nous, nous la majorité silencieuse des abstentionnistes, désabusés, et autres dissidents, pour une mobilisation en faveur de la cause de toutes les causes : la survie du genre humain, en passant par celle de l’Europe et de nos propres nations.

Demain (« si j’ai le bonheur de vivre »), je lancerai un appel en ce sens.

*

Les porteurs de mauvaises nouvelles

Partager :

111 réflexions sur « Merci M. Hulot ! et la conclusion à en tirer »

  1. Je n’ai jamais cru à l’entreprise de Nicolas Hulot, au sein de ce gouvernement qui, comme les précédents, se trompe d’analyse en pensant que l’écologie est COMPATIBLE AVEC LA CONCURRENCE.

    Que tout un chacun comprenne bien que :

    1/ L’investissement (destructeur d’emploi) est incontournable pour 2 entreprises en concurrence.
    2/ Qu’il nous emmènera jusqu’ au dernier degré de contrainte sur l’Homme et l’Environnement.
    3/ Qu’un Etat qui ne peut rien contre la concurrence, ne pourra rien ni pour l’un ni pour l’autre.
    4/ Qu’il ne sert à rien de se lamenter sur les dégradations en cours, ou de se dresser contre l’Etat, si on ne veut rien changer à ces règles de concurrence.
    5/ Et qu’en expliquant bien ceci, on travaille non seulement pour l’Homme et pour l’Environnement, mais aussi maintenant pour la PAIX.

    et la démission de Nicolas Hulot (qui m’a ému, je dois le dire) aura servi à quelque chose.

    1. Si je vous comprend, il faut supprimer la concurrence. Lénine, Mao, Pol-pot, Chavez.. l’ont fait.
      Est-ce trop vous demander d’expliquer votre « société idéale » ?

      1. Cette observation sur la concurrence, c’est l’évidence n’est-ce pas ? Ca ne réjouit personne, mais maintenant, il faut changer, si on est intelligents. Mais je n’ai pas envie de vous infliger un quelconque catéchisme.

        Je préfère vous poser à mon tour une question : ne pourriez-vous pas vivre dans une société sans publicité ? Savez-vous que les firmes lui consacrent 2% de leurs ventes pour vous influencer ? Êtes vous certain que nous serions beaucoup plus pauvre ? Pensez-vous que les marchandises disparaîtraient tout à coup des magasins ?

        Et si on ne fait pas ceci, quels moyens pensez-vous capables d’enrayer la marche du marché ? par exemple la fantastique progression des vols aériens ?

      2. Supprimer la concurrence, ce n’est pas installer une dictature communiste. Il faut privilégier l’intérêt général à l’intérêt particulier et après tout va mieux.

    2. l’ex-animateur de télévision joue au abuseur publique : c’est NOUS qui sommes responsables collectivement, c’est NOUS qui ne manifestons pas dans les rues sous la protection des CRS, c’est NOUS les syndicats, etc…etc…ce n’est pas la faute du gouvernement, tout le monde est responsable, sauf lui et les lobbys…

      Parce qu’il y avait encore des illusions ? dire que c’est « un tournant historique » (Edwy Plenel- Médiapart) est pour le moins une exagération, dans quelques jours n’apparaitra plus qu’une péripétie..Hulot porte la responsabilité totale et personnelle : il ne supporte pas le lobby des chasseurs mais accepte ceux de l’Europe, les trusts de la chimie, la FNSEA, la destruction du ferroviaire au profit de la route… il devait démissionner dans les premiers mois, comme Georges Valbon nommé président des Charbonnages de France par Mitterrand démissionnaire à peine 6 mois après devant l’échec de ses propositions constructives !…(sauf que Georges Valbon n’était pas aussi un homme d’affaires, qu’il n’avait pas de produit à vendre et de carnet d’adresses à gonfler…).

      1. Non, il s’est rendu utile en démissionnant, parce qu’il a EXPLIQUE. (moins bien que Paul Jorion, mais tout de même). L’influence des masses par les lobbys, gouverne l’économie, et les profits de firmes. Il faut que ça cesse, car c’est incompatible avec la défense de l’Environnement. Si chacun de nous n’est pas conscient des profonds changements sociétaux à effectuer, nous entrerons bientôt dans le « dur », et il est possible que nous soyons foutus, en tant qu’espèce.

      2. Sa position sur la réforme ferroviaire était scandaleuse. Il a osé critiquer la Sncf alors qu’il en avait la tutelle !!
        Il s’est mêlé à la meute en soutenant une réforme qui conduira à la privatisation de ce service publique.
        Soit disant opposé à l’orthodoxie libérale, il s’est complètement fourvoyé sur ce dossier, obéissant aux directives de son Maitre.
        Pas de regrets de le voir partir.

    3. @ V Rey 28/18 19.32;
      Une société sans pub m’enchanterait. Il faut se rendre compte que cela détruirait l’internet gratuit et, par ailleurs, moult emplois. Qu’en pense un homme de gauche ?
      « Et si on ne fait pas ceci, quels moyens pensez-vous capables d’enrayer la marche du marché ? par exemple la fantastique progression des vols aériens ? »
      Très simple: Augmenter les prix par une fiscalité écologique, remplaçant l’impôt sur le travail par celui sur la pollution – par (votre) exemple: taxer le kérosène. Qu’en pense un homme de gauche ?
      Ceci dit, je suis prêt à subir votre « catéchisme », si vous acceptez de répondre à ma question.

  2. Pas mieux .

    Dans les « réactions politiques », Wauquiez et Mélenchon à côté de leurs pompes .

    Seul Juppé , sans doute pace qu’il est sorti de la politique politicienne , a eu des mots justes .

    Vite l’Europe selon les justes , pour ma sixième petite fille née hier , ou la désespérance .

    PS 1 : Ce tableau de Lecomte de Nouÿ, me rappelle quelque chose ….
    PS2: je vais retenter un ticket euro millions pour financer votre prochaine campagne . SGDG , aussi , comme mes hypothèses anti-incendie de forêts .

    1. Je n’ai pas la même grille de lecture.

      Wauquiez: réaction purement politicienne. Juppé: pure langue de bois, comme d’habitude, pour ce vieil homme de droite et soutien de Macron.

      quant à Mélenchon (sur FB): « La démission de Nicolas Hulot fonctionne comme un vote de censure contre Macron. La décomposition du régime Macron est commencée. Notre diagnostic et celui de tous les écologistes est confirmé. Vivement que le peuple ait la parole. » Celui-ci a ma préférence.

      Cdlt

      1. Moi , je n’ai plus de grille . Les grilles de lecture ça empêche de voir le monde sans strabisme , et ça ne fait que faire perdre du temps en se croyant à l’abri derrière .

      2. Hulot était en quelque sorte un « ministre alibi », Il ne pouvait rien contre le pouvoir des lobbys, et Macron le savait. Cela concerne aussi le climat. Que répondre face à la menace de supprimer des emplois en cas de lois restrictives conernant la protéction de l’environnement, du climat?

      3. @ Germanicus qui dit : « Que répondre face à la menace de supprimer des emplois en cas de lois restrictives conernant la protéction de l’environnement, du climat? »

        La gratuité sur l’essentiel, chère à Paul Jorion !

  3. Bonjour,
    Ouf! Enfin, il démissionne le Nicolas. Je commençais à avoir mal pour lui en le voyant avaler autant de couleuvres….Enfin, il a arrêté de se mentir à lui même….Encore un effort et il verra qu’il a aussi parfois cédé aux sirènes du capitalisme. Mais bon, ce n’est qu’un homme et qui n’a jamais été tenté? Et ce n’est pas bien grave….
    Merci Nicolas! Ta place est dans la société civile. Il ne faut rien attendre des politiques. Ce sont des suiveurs, pas des prescripteurs!
    Je t’ai écouté ce matin sur Inter et ton message il a été clair et limpide. La faute n’est pas Macron, Philippe ou les lobbys. La faute, c’est NOUS! NOUS et NOUS!
    On n’en veut pas d’écologie tout simplement. Cela me coûte de l’écrire!
    Pourtant, je vais continuer à y croire et ne jamais oublier que la cause de cette crise écologique est l’idéologie mortifère du capitalisme qui a corrompu nos esprits. Changeons ce paradigme!
    Le capitalisme n’est que l’apogée de l’individualisme, de la compétition ou de l’avidité, ne faisant que nous renvoyer au visage notre état sauvage. Or, seul la coopération, la bienveillance, ou l’amour pourront nous élever vers une forme de pensée qui va au delà de notre nature primaire.
    Je crois qu’on ne naît pas homme on le devient! Et ce n’est pas facile!
    Aujourd’hui, je sais que tu es heureux Nicolas, en paix avec toi même.
    Au delà de ton acte politique, tu nous a donné une bonne leçon de courage!
    Merci!!!!!!

    1. « la cause de cette crise écologique est l’idéologie mortifère du capitalisme qui a corrompu nos esprits »
      eh non , c’est le contraire , nos esprits « corrompus » produisent (entre autre ) la capitalisme….
      l’homme acceptera-t-il un jour une remise en question de son regard sur lui-même (on a déjà commencé avec Copernic,Galilée,Darwin,Schopenhauer,Nietzsche,Freud….) sauf à s’autodétruire….

      1. Pas faux , mais tant qu’à faire je garderais l’esprit ( la raison ) pour non coupable , victime des lignes de plus grande pente du  » corps  » .

    2. Bien dit
      J’ajoute que l’on a eu là une leçon en temps réel que la politique des petits pas ça ne sert qu’à piétiner et surtout à faire semblant de changer les choses pour que rien ne change
      D’ailleurs, sur BFM, une demie heure à peine plus tard, au sommet du MEDEF, on nous expliquait que seules les entreprises seraient efficaces pour lutter contre les dérèglements en cours – entendez via une offre marchande en bon et due forme
      Je reste donc pessimiste car les changements de mentalité à opérer sont tellement considérables que seules de grandes catastrophes pourront les initier, avec après coup, les pires scénarios possibles

    3. Objection votre honneur (à @pierre). La « société civile », encore un néologisme pour brouiller les pistes si on y regarde un instant. Alors, il y aurait une société qui ne serait pas civile (on disait avant « civil » vs « militaire »…..) ? En fait, le combat est pleinement politique, mais à bas la com’, le « développement durable », hissé haut et fort au sein de toutes les grandes entreprises (publiques comme privées), rabaissé en vulgaire outil marquetting, etc… Pour ma part, j’avais prévu et l’entrée et la sortie de Hulot au gouvernement Macron. Et personnellement, je pense qu’il avait bien fait de « tenter ». Au menu principal, un deal, qui ne s’est malheureusement pas réalisé, celui d’une relance européenne, avec au coeur la transition écologique, en « contrepartie » d’une gestion plus « austéritaire » à l’intérieur (se rappeler les visites de un peu près tous les candidats chez Merkel…. pour au bout du compte, un grand et humiliant Nein…. à la limite de l’indécence démocratique) ; mais ce deal ne s’est pas réalisé, pire, les quelques milliards disponibles ont été généreusement distribués aux plus nantis. Donc fin de l’histoire, et le reste est du bavardage. Hulot a payé de sa personne, mérite qu’on le soutienne, et mérite que le combat soit relevé par les citoyens…

    1. Oui, bon, c’est vrai, il avait les larmes dans les yeux et on le comprend. Ceci dit (et désolé que ça tombe encore une fois sur vous, Arnaud), il aurait pu démissionner le 9 avril, ou le 10, le 11, le 12 etc. jusqu’au 18, pour éviter de se retrouver aux côtés de la préfète de Loire-Atlantique, à lancer des inepties comme celles qui suivent :

      « La genèse de ce combat [de Notre-Dame des Landes] qui dure depuis des années était la préservation des terres agricoles, de la zone humide et de la biodiversité. Sauf à me tromper, je pense que ce combat a été atteint. Le sentiment que j’ai — je le dis en toute prudence — est qu’à un moment, il faut cesser un combat qu’on pense avoir gagné. »

      Et encore : « ne confondons pas écologie et anarchie », toujours sur le même sujet.

      Et surtout : « [Les zadistes] pourront […] s’organiser de manière collective et renouer avec le sens de leur projet, mais avec un principe absolu que tout le monde peut comprendre et souhaiter, qui est le respect absolu de la légalité et un traitement à égalité pour tous en respectant la propriété privée. » Respect absolu de la propriété privée, donc, puisqu’elle est garante, comme tout le monde le sait, de l’égalité de tous et de chacun.

      Un bocage dévasté par les grenades, lacrymogènes ou non, des flashballs tirés dans le brouillard généré, des blessés par centaines, y compris parmi les journalistes. Il a choisi de rester associé à ça, en ajoutant même : « Je veux témoigner de la retenue des gendarmes, qui n’ont pas cherché le contact ».

      J’ose espérer qu’à présent qu’il n’est plus au gouvernement, il va nous dire publiquement ce qu’il en pense réellement de cette opération policière, et qu’ « il s’est menti à lui-même » (et à nous aussi). En tout cas, démissionner à ce moment-là, ça aurait eu autrement de la gueule, ça aurait donné un merveilleux coup de projecteur à ce qui se passait là-bas, dans l’indifférence quasi générale.

      https://reporterre.net/Zad-de-Notre-Dame-des-Landes-le-gouvernement-et-M-Hulot-restent-intransigeants

    2. Paul Jorion a déjà fait une réponse adéquate à propos d’un autre sujet . Ressasser les péripéties passées pour commenter un acte fort actuel et se dispenser d’agir pour l’avenir ,c’est aussi perdre son temps .

      1. Ah là là Juan…

        Tu n’as pas compris pourquoi cet événement – une attaque policière d’une ampleur inégalée depuis mai 68 – n’est pas qu’une « péripétie passée » mais un événement majeur de l’histoire récente de la France (c’est d’ailleurs bien toujours actuel, même si sous une autre forme). Hulot ne l’a pas compris non plus – ou alors il a fait semblant, ce qui est encore pire selon moi, mais je lui laisse le bénéfice du doute et je pense réellement qu’il ne l’a pas compris.

        Ce qui se joue à NDDL, c’est la possibilité de vivre radicalement autrement, de faire mentir le TINA. C’est la possibilité de construire un système – économique, environnemental, culturel – autrement résilient que le monde qu’on nous vend. C’est ça qu’il fallait absolument casser, détruire, de manière qu’il n’en reste rien ! Hulot, en ne démissionnant pas à ce moment-là, s’est fait complice de cette abjection. Rien à voir, en ordre de grandeur, avec le permis de chasse pour quelques oiseaux, même si ils sont en voie de disparition (ce qui n’est qu’un épiphénomène de la perte invisible de la biodiversité, c’est à dire, précisément, de la résilience du système).

        Je vais pas refaire tout le débat (je perdrais mon temps ! 😉 ), il a eu lieu à l’époque – et en plus tu l’as lu. Je te remets le lien pour te rafraichir la mémoire : https://www.pauljorion.com/blog/2018/06/01/et-si/#comment-661156 et tout ce qui en a découlé.

      2. Plus rien ne retient les zadistes de NDDL d’en parler avec Hulot quand tous auront rejoint le groupe de pression Jorion .

  4. Bonjour,

    Ce qui importe c’est le lustre de la science écologique dont on est certain qu’elle s’impose aussi bien que toute théorie scientifique vérifiable.

    De vrais scientifiques écologistes ont croisé et inspiré M. Hulot. On pense immédiatement à Jane Goodall, une des trimates avec Dian Fossey, à son professeur Francis Hallé, du radeau des cimes et à Jean Marie Pelt (l’aventure des plantes).

    La tristesse est donc grande aujourd’hui.

    1. Hé, alain pere, ne soyez plus triste !
      Un grand pas vient d’être fait pour la survie de l’espèce :
      le courage est de retour !
      Arnaud a dit : “Belle leçon de courage et d’intégrité de Nicolas Hulot.”
      Et, je suis d’accord avec lui.
      Reste à savoir, quelle forme originale et créative va prendre ce courage ?
      Je n’ai pas encore écouté la dernière vidéo de Paul Jorion, mais j’ai le sentiment que son appel aux « abstentionnistes, désabusés, et autres dissidents, pour une mobilisation en faveur de la cause de toutes les causes : la survie du genre humain, en passant par celle de l’Europe et de nos propres nations » tombe assez bien, car il fait écho en nous à une forme paradoxale d’engagement…

      1. Le Retour du courage, par Jean-Louis Servan-Schreiber :
        “L’homme moderne ne serait-il qu’un râleur ingrat ? Insatisfait du présent, pessimiste sur l’avenir, que lui manque-t-il donc ?”
        Le premier principe de l’écologie, dit-on, est que chaque être vivant est en relation continue avec tout ce qui constitue son environnement. Le courage…, serait-il le second ?

      2. Non , le courage ,c’est la deuxième des vertus cardinales selon Platon .

        Et je ne réduirais pas Platon au seul rang d’écologiste .

      3. Mouais. “Et si Platon revenait…” Que dirait-il, Juannessy ?
        En faisant allusion au courage, comme second principe de l’écologie, je pensais que, les écologistes dans l’âme consacraient, par principe, plus que les autres, leur énergie à une activité commune, celle citée dans le premier principe. Et, quel est le point commun entre l’annonce de Nicolas Hulot de sa démission, et l’appel de Paul Jorion ? Tous deux, ne nous demandent-ils pas la même chose ?
        À une majorité silencieuse de se réveiller! Que nous, citoyens européens, nous rassemblions nos « énergies », en trouvant le courage de faire quelque chose certainement de difficile, mais …
        Mais comment ?

  5. Personnellement, la « survie de l’Europe et de nos propres nations » m’apparait plus comme une contrainte, dont il parait raisonnable de ne pas chercher à s’abstraire dans l’immédiat, que comme un objectif… Sinon, je suis d’accord sur l’urgence de rassembler les bonnes volontés pour la survie de l’humanité… Disons, au moins, pour la survie de cette biosphère qui, faute de mieux transhumaniste, est encore le seul moyen d’assurer celle de l’humanité.

    Et toutes mes félicitations à N. Hulot pour avoir enfin arrêté l’herpétophagie. Mais il était temps : il commençait à être aussi efflanqué que mes chats, quand ils se sont gavés de reptiles tout un été.

  6. Je n’ai jamais cru qu’un animateur télé, d’une télé privée en plus, pourrait faire un ministre de l’écologie. Jamais.

    Comme les ministres ne sont pas joignables, j’ai au moins essayé une chose en en parlant à mon député (Hauts de Seine), en présence d’une assistance entièrement d’accord avec mon intervention, et à celui de ma mère (Eure). C’était en automne dernier et lors des voeux de Noël.

    Il y a bien longtemps, au début des années 80, on a supprimé les moteurs 2 temps de la circulation soi-disant car l’huile cramée pollue trop (en fait je pense à cause du lobby auto car les moteurs 2 temps ont les meilleurs rendements, et si autant d’argent avait été vers ces moteurs que vers le diesel, on n’aurait peut-être pas de diesel sur nos routes aujourd’hui, mais c’est une autre histoire). Et la commission européenne a râlé au moins deux fois cet hiver au sujet de la mauvaise qualité de l’air français.

    Or je suppose qu’il y a aujourd’hui davantage de cm3 de moteurs 2 temps que voilà 40 ans sous forme de tondeuses à gazon, tronçonneuses, débroussailleuses, tailles-haies, broyeuses, et surtout souffleuses dont on va bientôt réentendre le joyeux concert, symbole de vie moderne (souffleuses qui rendent leurs opérateurs malades, troubles musculo-squelettiques, quelle belle expression, mais cela aussi est un autre sujet).

    Tous ces appareils sont disponibles sous forme électrique. Ils sont plus chers à l’achat en électrique que sous forme thermique ce qui fait qu’ils se vendent très mal, alors même que le coût de possession en électrique doit être bien moindre qu’en thermique.

    Il aurait été facile pour M. Hulot de passer une loi pour interdire à la vente (et même pas à l’utilisation) les versions thermiques de ces engins avant la fin du quinquennat. Sur un tel projet je suppose qu’il n’aurait pas été obligé d’avaler une couleuvre, car même si les Français ne veulent pas d’écologie, je pense que seule une infime partie d’entre eux désirent continuer à écouter cette musique.

    Que pensez vous qu’il arrivât? Une loi pour interdire les moteurs à essence 4 temps des autos en… 2040.

    Alors merci M. Hulot, et surtout bon vent.

    Quand à ce commentaire, peut-être que le remplaçant de M. Hulot (s’il y en a un, puisque nous, Français, ne voulons pas d’écologie) ou un des ses sbires tombera dessus. On peut rêver.

    1. Sur la première phrase :

      on s’apprête bien à faire une tête de liste européenne d’un anthropologue , traider stipendié par les banques et blogueur .

  7. N’acceptons qu’une économie au service des humains et du vivant dans le respect absolu de la planète, de ses ressources et de ses capacités à se régénérer.

    1. En réalité, en France, comme dans le monde entier, les gens se moquent de l’écologie.
      Il sont tout juste prêts à ce que les autres fassent des efforts auxquels ils renoncent mais à conditions que ça ne change rien leurs habitudes.
      La faillite de notre espèce est enclenchée depuis longtemps, c’est juste la courbe exponentielle qui nous alerte un peu plus, ces temps-ci, sans que la moindre mesure soit prise pour la ralentir.

      1. Syndicaliste , adhérent Conf Paysanne , 15 % de ma retraite en cotisations diverses à des assoces dont le blog ,membre comité de quartier mais là comme ailleurs disparu de la circulation pour cause d’incapacité physique , sponsor accessoirement petite main des assoces auxquelles participent mes enfants et petits enfants.

        Pour ce qui est de voter efficace et juste , je vous accorde que j’ai de la difficulté à me retrouver dans l’offre actuelle , et que si je vote ( je n’ai jamais raté un vote sauf pour incapacité physique ) c’est encore pour « le moins pire  » .

  8. Démission logique et justifiée de Nicolas Hulot.
    Hulot était une contradiction vivante, à cause de son mode de vie passé, de ses liens pas vraiment rompus avec la logique capitaliste (les champoings …), et enfin avec son entrée dans un gouvernement marqué par la volonté de liquider en priorité les services publics.
    Il y avait donc un bourgeois et un citoyen chez l’homme Hulot, un peu comme chez nous tous, à des degrés divers.
    Hulot en poussant la contradiction à son paroxysme, avec comme épilogue qu’il vomit toutes les couleuvres qu’il a avalées, permettra peut-être d’éveiller les consciences chez ceux qui n’étaient pas encore convaincus que écologie et capitalisme sont vraiment incompatibles.

    1. Je crois surtout qu’il a renoncé parce qu’il ne voyait pas vraiment de soutiens et renforts réels .

      Entend- t-on plus de réactions pour avoir plus de responsabilité dans la gestion de la planète ( hormis elle de Paul Jorion dans les volontés d’agir ) , que pour désigner des coupables ?

      De ce côté , il a vu juste : il n’y a pas grand chose à attendre des français . Dernier espoir dans les abstentionnistes ?

      1. Les abstentionnistes ont toujours tort. Leur voix ne compte pas.

        Ce qu’il faudrait maintenant surtout éviter que tous les courants à gauche qui ont mis beaucoup d’écologie dans leur programme ne partent en ordre dispersé.
        C’est pas gagné si j’en crois par exemple les déclarations de Jadot (sûrement un gars très bien, mais là n’est pas le problème, la priorité c’est de rassembler quand la maison brûle !) qui suscite d’ailleurs des remous au sein de son propre mouvement. A bon entendeur salut !

      2. A sa manière Sarkozy le confirme : il y a plus important et potentiellement dommageable que la démission de Hulot (dont on ne voit alors même pas pourquoi il était en très bon rang dans les sommités ministérielles ) .

        L’immigration , les impôts et le Brexit sont les priorités autrement graves du président qui n’est plus président mais a toujours envie et besoin de donner des avis de président .Ça vaut un sondage d’opinion ( qui a du être fait quelque part ) .

      3. Je ne sais pas si les 55% d’abstentionnistes et votes nuls ont toujours tort , mais j’avais cru comprendre qu’ils étaient visés dans le texte de ce billet , et par quelques partis et mouvements divers qui sortent de leurs rencontres d’été .

        J’imagine , sans trop me forcer , que si ces abstentionnistes sont évoqués , c’est pour qu’ils ne le soient plus la prochaine fois . Pour les déçus d’autre expression , on sait en principe qu’ils votent , eux .

        Je vous accorde que l’affaire n’est pas gagnée d’avance , mais si ceux qui votent ( devenus minorité ) n’aboutissent à rien d’autre qu’à s’accuser mutuellement , il faut bien essayer quelque chose .

        Avec d’autres attendus , d’autres concepts et une vision du monde capable de les remettre dans le sens de la marche plutôt que celui des abonnés absents .

        Quand je discutais  » notation » , j’avais une théorie assez simple : la notation est utile pour repérer les 5% géniaux , et les 5 % irrécupérables dans les délais impartis . Complètement inutile pour les 90 % restant . Il en va de même des électeurs : 5 % voteront toujours avec un vote réfléchi et stratégique , 90 % sont susceptibles de voter avec plus ou moins de pertinence , 5% ne voteront jamais et il vaut presque mieux pas .

        Ça laisse de la marge pour rameuter du monde si on a des choses à dire .

    2. Sauf à les exterminer, il va falloir faire avec ceux dont « le mode de vie passé » a été incompatible avec celui qui serait nécessaire. Pour que le monde change il faut des personnalité inspirantes, les saints ça n’existe que dans les livres.

      1. Arnaud,
        Je vous l’accorde volontiers, on ne peut pas reprocher au Hulot d’aujourd’hui d’avoir évolué, notamment sur la question sociale. Ce qui n’est pas rien. Là où d’autres stagnent dans leur vision des choses, voire régressent, je pense à Cohn Bendit, Hulot malgré quelques contradictions, a la lucidité du constat, et tire les conséquences pour lui-même de l’impossibilité de faire avancer la cause au sein du gouvernement. Je voulais seulement souligner le fait qu’Hulot incarne l’évolution de notre société avec ses contradictions et c’est ce qui fait de Hulot tout un symbole. Sa démission fait sens.

    3. Oui, et c’est d’une grand utilité, de faire comprendre aux gens pourquoi le capitalisme est incompatible avec la défense de l’environnement. Son exemple du porte-container était très bon je trouve. Ca fait réfléchir les gens.

      Faute d’explication, les gens peuvent s’engager dans n’importe quoi. C’est ce qui se passe en ce moment, je ne t’apprends rien.

    1. … d’autant plus triste que le plomb des cartouches tirées par ces maudits chasseurs ne contribue pas peu à … polluer le sol de nos forêts et de nos campagnes!

      Mais j’oubliais : les ultra – libéraux qui « gouvernent » notre société s’en foutent complètement !

  9. MERCI A HULOT pour la région nantaise !
    Finalement , après avoir opposé deux refus à deux présidents , Hulot , sollicité par Macron , accepte le poste ; ministre d’Etat quand même ! A mis l’paquet l’Macron !
    Hulot est riche (très) et célèbre (très aussi). Que peut-il espérer de plus ?
    Macron-malin lui propose un deal : NOTRE-DAME-DES-LANDES .
    Bon sang mais c’est bien sûr !
    Ce qui a permis à Hulot d’accrocher la médaille-aéroport à son plastron en tenant péniblement un an.

  10. à juannessy
    ……. »Pas faux , mais tant qu’à faire je garderais l’esprit ( la raison ) pour non coupable  »
    il n’est pas question de culpabilité mais du fonctionnement propre de notre « psychologie » pour faire simple , qui ,si elle ne se réforme pas, produira inlassablement les mêmes répétitions , dont l’une est la pulsion atavique chez certains à accumuler (capitaliser) , sans que cela est le moindre intérêt « général »…. du moins à long terme.
    il va sans dire que pour d’autres , il existe d’autres « faiblesses » …..paradoxales …(l’impossible à accepter des limites…)
    l’homme est enfin face à ses propres limites , car il a épuisé celles de son environnement….
    il va nous falloir beaucoup d’imagination , pour inventer un monde où la gestion des rapports de force (la politique en gros , l’économie des rapports inter-individuels) devra s’effacer devant l’intérêt de l’espèce et sa place parmi la nature.
    c’est pas gagné , mais la physiologie des peuples semble annonciatrice (ce raidissement paradoxal , ce repli désespéré visible chez ceux qui ont le plus à perdre : les « occidentaux » et son corollaire : les « populismes » qui va de pair avec les mouvements centrifuges en cours à partir des zones qui ont déjà tout perdu ou presque) d’une phase suivante de réinvention des rapports interhumains.
    de toute façon on a pas le choix.

    1. Quand j’écris  » coupable » je me borne , entre corps et esprit à mieux pointer les origines des « disfonctionnements » . Les « bons fonctionnements  » se partageant leurs sources entre corps et esprit .

      1. homo-sapiens à du mal à sortir du dilemme dualisme-monisme…
        c’est peut-être là le nœud du problème.
        décentrons la chose : le grand autre est peut-être à chercher à l’extérieur de notre champ de connaissance (au delà des 10 puissance -47 secs des physiciens cosmologues) . un espèce d' »impensable », qui ne veut pas devenir « impensé » , car cela donne trop l’impression de mourir.
        en posant l’axiome de la particule d’indéfini(ssable ?) , qui nous échappe à jamais ….
        pas facile à accepter , ça angoisse , ça regimbe…(le transhumanisme , par ex.)
        mais , possible que l’homme ne soit pas constitué pour faire cette révolution « copernicienne » , il semble largement « prisonnier » de son « instinct » ego-centré de survie.
        pourtant , il peut déjà le penser , ce qui laisse un peu d’espoir.

  11. Il aura donc fallu plus d’une année à Hulot pour comprendre qu’un représentant hors pair du néolibéralisme et de l’euronouillerie comme Macron n’avait strictement rien à cirer du bien être de la planète , ses priorités étant à l’exact opposé , ordolibéralisme et gérance du capital obligent !
    Et je suis certain que ce départ n’ouvrira même pas les yeux de ceux qui continuent à soutenir ce système mortifère !
    Un coup d’épée dans l’eau .

  12. Enfin!! Merci à Nicolas Hulot!
    De la cohérence, de l’humilité, un appel à poursuivre l’engagement pour les valeurs écologiques et humanistes.
    Espérons que sa décision sera inspirante en France. Dans les partis de gauche ? Ou ailleurs que dans un parti?
    Affaire à suivre en tout cas.

  13. Chère toutes, cher tous,
    « Beaucoup de bruit pour rien »
    Beau coup de pub.
    Je suis sur la ligne du journal la décroissance, Nicolas Bertrand (en amalgamant Nicolas Hulot et Yann Arthus Bertrand) est la bonne conscience de celles et ceux qui en changeant d’ampoule comme ils disent pensent en faire déjà beaucoup pour la planète.
    Dans le même temps sale temps pour les figures bobos de l’écologie spectacle. Pierre Rabhi se fait tailler un costard dans « Le Monde Diplomatique ». Déjà en juillet ils avaient fait un très bon article sur les Écoles Steiner et l’ Antroposophie du même.
    J’ai une véritable tendresse pour le Hulot des tous débuts quand il faisait des reportages sur France Inter.
    Mais pour tous vous on va laisser Nicolas avec « Les vacances de Monsieur Hulot » et nous cela continuera les notre. Avec toute ma tendresse, Quel art Pierre.

    1. Pierre je ne pense pas que ce soit juste. Il faut réécouter la totalité de son intervention.

      Il constate l’incompatibilité du libéralisme avec la défense de l’Homme et de l’Environnement. Il appelle maintenant à un changement sociétal. Ce n’est pas un changement d’ampoule.

      Les idées de Paul Jorion progressent ! On les entend maintenant dans la bouche d’un ministre !

      Ca donne de l’espoir, même si la discussion qui s’engage fait fausse route : on devrait s’interroger, à décortiquer pourquoi le libéralisme est incompatible avec l’écologie (et le social). Et là, je voudrais pousser un coup de gueule : pourquoi les cologistes (Jadot, GreenPeace) eux-même N’EMBRAYENT PAS SUR CE SUJET ???

      Eux-même n’ont pas compris ! Nicolas Hulot si.

      Ironie du sort, hier sur BFM, qui tourne en boucle sur la démission de Hulot, j’ai remarqué entre autre qu’une compagnie aérienne a profité du buzz pour faire sa pub. Nous devons tous comprendre, que nous avons une REVOLUTION CULTURELLE à faire. Commençons simplement par supprimer la publicité ! On n’en a pas besoin pour vivre…

      1. Comme quoi tout se tient 🙂
        C’est plutôt flatteur en fin de compte.
        Hulot est un grand faux naïf.

  14. L’enjeu c’est: comment imaginer une société écologique non totalitaire? Non prescriptive de normes comportementales. Faites ceci. Ne faites pas cela. Tout nos comportement sont deja normés. Pas manger gras, l’alcool est mauvais dès le premier verre, ne mettez pas une main aux fesses à votre secrétaire… Et demain pas de bains mais des douches etc… L’ecologie comme elle est défendue n’est qu’une couche supplémentaire ajoutée à notre puritanisme contemporain. Pour une écologie joyeuse!

    1. Que l’on peut sans doute exprimer par cigarettes , whisky et petites pépées , plongés dans une baignoire remplie d’huile de palme ?

      1. Merci Juan, cette journée était déprimante mais votre humour est plus fort que ça!
        Longue vie aux bâtisseurs!

  15. L’ancien instituteur que je suis est toujours attentif aux comportements des enfants, à l’éducation qu’on leur apporte et à la place que leur accorde notre société.
    Je regrette de devoir dire que les habitudes qui leur sont données et le cadre de pensée dans lequel on les encourage à réfléchir et à agir se révéleront rapidement des handicaps importants.

  16. Macron part à la « chasse aux voix », cela peut se comprendre ainsi, car qu’y avait-il d’urgent à baisser le prix du permis de chasse, la création d’un « Fond en faveur de la biodiversité », géré par les chasseurs, fond qui sera alimenté par un prélèvement de 5€ sur chaque permis national et abondé par l’État de 10€ par chasseur.
    Les chasseurs sont 1,2 millions en France, l’on peut comprendre que dans le système électoral actuel, ce stock de voix pourrait faire basculer les choses en faveur du pouvoir actuel initiateur de telles mesures.
    Mais il y a plus, Macron a l’intention de rouvrir les chasses présidentielles, chasses présidentielles qu’avaient supprimées J. Chirac, cela aura quelque chose de très attractif pour les voyageurs prestigieux amenés à se rendre en France ; ils pourront s’éclater à Chambord, Rambouillet, etc..
    Nicolas Hulot a montré la voie ; à vous Agnès Buzyn, Jacques Mézard de présenter votre démission,après ces nouvelles mesures de non indexation des retraites et aides sociales, venant après l’amputation à vif des APL…

  17. Quand tout le carbone qui est sous terre se retrouvera dans l’atmosphere, le réchauffement climatique s’inversera, lentement. La question: l’humanité aura-t-elle survécu?

    En attendant, j’ai rarement passé d’aussi bonnes vacances en Bretagne Nord.

  18. Du calme ! Un non événement. Le portillon va être emporté d’assaut tant les continuateurs du green-washing vont se bousculer pour la succession. Je parie pour un Enarque, secrétaire d’Etat , des fois qu’il lui prendrait des idées..

    N’empêche, y’a de quoi hurler.
    Meena Cryle & The Chris Fillmore Band – « It Makes Me Scream » :
    https://www.youtube.com/watch?v=UM8U6XEr4f4
    Chris Fillmore peut remercier Stevie Ray Vaughan pour son « Tin pan alley ». Aussi bien, 28 ans, prescription possible :
    https://www.youtube.com/watch?v=AGPx-ekqZEo

  19. Le wagon écolo ne pouvait pas s’accrocher à la loco énarco-libérale Macron 231 (cf Pacific 231 …).
    Paul va-t-il nous proposer une loco qui permette à ce wagon (et un ou deux autres : les inégalités, la finance) d’aller sur des rails différents ?

    Si écologie il y a, elle ne se fera pas tellement à coup d’interdition, la loco doit permettre au train d’avancer, donc que chaque « petit pas » devienne un pas plus grand. L’actuelle version est un petit pas en avant, un autre petit pas en arrière… (à goût de couleuvre).

  20. Le progrès sociale que constitue la fonction de ministre lui a fait perdre raison. En homme intelligent, il avait certainement évalué le risque de n’être qu’un faire-valoir pour micron. Mais avait considéré que sa puissance de frappe médiatique et son réseau « mondain » allaient lui permettre de faire bouger les lignes. Il a sous-évalué les forces de cohésion qui maintiennent la structure du milieu politique. Le fameux plafond de verre, le système immunitaire.
    En Suisse, Bertrand Piccard (https://fr.wikipedia.org/wiki/Bertrand_Piccard) me paraît avoir le profil adéquat pour reprendre son ministère. On le naturalise, une campagne médiatique, un bombardement avec feux d’artifice et les affaires reprennent au gouvernement français, circulez, y rien à voir.

  21. Pour moi l’écologie, c’est prendre le problème sous un mauvais angle. Pourquoi sommes nous conduit à bousiller notre nature? Parce que, d’un point de vue rationnel, la nature, c’est un capital richesse, qu’il faut partager pour les communistes, et que les « méritants » sont en droit de posséder pour les libéraux. Mais dans les deux cas, la nature, c’est le dindon de la farce.
    Mettre l’affect et donc l’art plus que l’intelligence et la raison au centre de notre conception de la vie, et la nature retrouverait ses droits.

  22. « Après la démission de Hulot – considéré comme étant un anti-nucléaire- les actions de l’entreprise publique française EDF ont augmenté de plus de 2 % en début de séance. » (The Guardian)

  23. Personnellement, je prend assez au sérieux le départ de Hulot du gouvernement. Et son départ à ce moment précis, est quelque part prévisible et significatif. Je l’ai dit plus haut, je pense que son deal principal était celui de l’Europe, et d’une transition écologique à cette échelle, à une échelle qui se rapproche de celle de l’ampleur des défis à relever. Aujourd’hui, l’échec est patent. L’instant n’est pas anodin. Il correspond à la veille des élections européennes. La « blietz krieg » (terme nazi, ne l’oublions pas) édicté fièrement par Fillon, puis appliquée par Macron, après une année, permet d’établir une liste déjà tellement longue, qu’il faudrait être aveugle pour ne pas en voir le versant (il faut le pusinalisme des principaux médias pour osez s’interroger encore, si la politique de Macron ne profiterait pas par hasard aux plus riches…). Mais qui dit « blietz-krieg », porte en son nom une durée courte ; oui mais après ? La conjoncture (internationale) favorable a fait pour un temps illusion, mais des nuages pointent à nouveau à l’horizon. Même des personnalités affirmées à droite conseillent déjà à Macron d’arrondir les angles. Quoi de fait sur les inégalités, le décrochage de pans entiers de la population, le chômage de masse, la pauvreté, la dégradation du niveau de vie de la classe moyenne ? Oups, et maintenant Macron semble encore rogner sur les retraites (un électorat « sensible »)…Les afiçionados de Macron et lui-même se seraient laissé griser par la vitesse en laissant un toujours plus grand nombre sur place…..Quant à Hulot, aujourd’hui il descend de ce train. Bien lui en prend.

    1. J’ai le même sentiment.
      Le timing de la démission de Hulot est parfait.
      Sa démission n’était sans doute pas préméditée, mais son corps a parlé !
      Quant trop c’est trop, les convictions profondes remontent à la surface, et disent stop, suffit la mascarade.
      Rappelons que Hulot avait annoncé qu’il ferait le bilan de son action cet été.
      Eh bien, il a tenu sa promesse.
      Il a démissionné, de la meilleure manière, aussi bien sur la forme que sur le fond.
      Macron s’est révélé ingrat à l’égard de l’écologie, et donc ingrat en regard des enjeux colossaux pour l’espèce humaine, le geste de Hulot que des esprits mesquins considèrent comme indélicat envers le président et le premier ministre est un réalité la seule réponse, nécessaire, devant tant de mépris, d’aveuglement, et d’amateurisme au sommet de l’Etat.

      1. Je viens après coup d’écouter son interview. ça correspond. A cela près, une certaine déférence sur les personnes du gouvernement. Mais bon, comment comprendre que la personne de Macron (auquel Hulot semble accorder une certaine forme « d’honnêteté ») ne puisse pas saisir les contradictions de fond d’une politique néolibérale, avec les enjeux fondamentaux environnementaux ? Un début de réponse : le court-termisme (et les calculs « économiques » faux qui vont avec), avec son armada idéologique (il est de mode d’utiliser les termes « agile », « efficients », etc…) ; une forme de pensée qui empêche de penser. Et avec un prix spécial pour les lobbys ( il y aurait une réflexion approfondie à faire sur la corruption, la petite et la grande….). Très bel interview, malgré les journalistes trop installés dans leurs « fauteuils », mais qui semblent là malgré tout un peu déstabilisés par leur interlocuteur et par sa sincérité. Vraiment bravo ….

      2. Emmanuel 28 août 2018 à 22 h 42 min

        La scène du monde semble contraindre à arrondir les angles d’attaques, sauf à passer pour un mal élevé qu’au grand jamais on n’invitera plus au Banquet. Donc la certaine « déférence » que vous repérez, n’existera plus forcément pour Hulot dans des rapportages plus privés, quoique ? Car jusqu’où une personne dite publique peut-elle espérer une vie privée ? quand il s’agit de bavarder de choses publiques (voir la multiplication de ces appareils discrets et performants qui immortalisent les paroles réputées s’envoler, contrairement aux écrits de marbre : cf. la saga Trump, ou Buisson/Sarkozy) et ça montre bien le fil ténu et de plus en plus difficilement tenu). Le souhait démocratique de transparence trouve ses limites dans deux écueils : croire que l’appétit de savoir (sans limites ?) est partagé, croire qu’il soit possible d’étayer chaque décision d’un univers de raisons éclairées. Les enfants repèrent très tôt, que quelqu’un qui répond à la question « à quoi penses-tu ? » par –- « à rien » signifie 3 choses : « je ne sais pas à quoi je pense », « je ne peux pas le dire » « je ne veux pas le dire ».

        De ce point de vue, à prendre pour modèle ce qui est montré dans le film Festen, quelle mise au jour et mise à jour nécessiterait la subversion de l’économie par l’économie-politique dont l’écologie est une branche ?

      3. @ Rosebud

        « De ce point de vue, à prendre pour modèle ce qui est montré dans le film Festen, quelle mise au jour et mise à jour nécessiterait la subversion de l’économie par l’économie-politique dont l’écologie est une branche ? »

        C’est sûr, il y a du boulot. Les représentants écologistes qui se sont exprimés hier en sont très loin. Je n’en ai pas entendu un seul développer le message principal de Nicols Hulot hier : l’incompatibilité de la défense de l’environnement avec le libéralisme.

        Sans doute, le changement est trop profond, pour les uns et les autres aient envie de l’envisager. Quant aux représentants du MEDEF réunis à Jouy-en-Josas, cela remet tellement en question leur schémas d’activité et de profits…, ils sont dans le déni total pour l’instant, agrippés au volant, comme le chauffeur du camion de Stroumphs en caoutchouc, sur le pont de Gênes, pendant qu’il s’écroulait…si je peux me permettre cette métaphore.

        Il devient urgent de comprendre.

  24.  »
    Paul Jorion
    30 juin 2018 à 15 h 51 min

    Si j’avais des dispositions à devenir la chiffe molle, le faux-jeton, l’apparatchik, le fatigué d’avance, le corrompu, que vous décrivez, répondez à une question très simple : « Pourquoi ne le suis-je pas déjà ? »
    Répondre

    Dup
    30 juin 2018 à 19 h 04 min

    Je ne suis pas sur qu’il s’agisse de dispositions, je suis persuadé que beaucoup entrent en politique avec fort peu de dispositions et pourtant quand on les observe un peu quelques temps plus tard et si par malheur une once de pouvoir leur échoie alors là on ne trouve même plus d’exceptions pour confirmer la règle … Le poids des structures chères à Lordon ? …
     »

    Voyez la manière dont il a du s’y prendre pour s’extraire de la structure : De son propre aveux, il a carrément dû sauter en marche (lol) sans même prévenir sa femme tant il a eu peur que la structure ne le retourne une fois de plus.

    1. @Dup
       » Voyez la manière dont il a du s’y prendre pour s’extraire de la structure :… »

      Preuve s’il en est de l’efficacité de l’entonnoir à pensée conforme.
      Cet entonnoir permet l’entrée, mais pas la sortie: le piège se referme.

      Illustration: placez « Decodex » dans votre navigateur et aussitôt vous vous fermez à tout ce qui sort du cadre !

  25. Hulot a été lourdement vilipendé sur ce blog. D’après mes souvenirs on lui donnait un an pour démissionner. C’est fait. Et je pense qu’il a bien fait. Au moins il aura essayé. Qui d’autre pour rentrer au gouvernement et tenter l’aventure? Il renonce pour ne pas se mentir (mentir étant ma définition de la politique). Le cheval choisi étant ultralibéral, les dividendes des actionnaires sont extraordinnaires cette année, mais la croissance n’est pas là…déjà vu, entendu…l’influence de Hulot est nulle au gouvernement et il le sait. Le rôle de potiche n’est pas supportable quand on a des idées, de changement…Merci Nicolas, et bon vent !

    1. La petite politique consiste à mentir beaucoup, mais la grande, elle, est faite de convictions et de vérités. Churchill et de Gaulle, auraient-ils pu convaincre les foules, dans un premier temps une minorité agissante concernant le général, s’ils n’avaient pas tenu un discours de vérité ?
      Bref, il faut tout tenter pour précipiter le retour de la grande politique, car les enjeux, le péril est là.

    2. Je suis volontaire, mais je serais viré après 3 jours pour incompétence professionnellle. N’empêche, si micron voiy ma candidature…

  26. Ah que coucou !

    « J’espère que mon départ provoquera une profonde introspection de notre société sur la réalité du monde. »

    « J’ai une telle conscience aiguë de la gravité de la situation »

    Nous a dit Nicolas Hulot.

    Bon en même temps, je comprends que ça file quelques tics nerveux d’avoir 9 bagnoles et en même temps une conscience aiguë de la gravité de la situation. Et je comprends encore plus qu’il faille regarder en soi pour voir la réalité du monde, c’est d’une logique imparable se regarder à l’intérieur pour voir l’extérieur. Et tout est à l’avenant

    « sur les sujets que je porte, on n’a pas la même grille de lecture. On n’a pas compris que c’est le modèle dominant qui est la cause. Est-ce qu’on le remet en cause ? » on se dit le gars il a enfin capté un truc important, ie remettre en cause le système ! Ben non là aussi fausse joie :

    « la politique, c’est terminé. Je ne veux pas nuire plus au gouvernement. Je chercherai à influer pour l’écologie mais je vais m’astreindre à prendre des distances et observer un certain silence. »

    Et attention grandiose :

    « C’est la décision la plus intime, la plus difficile, la plus cruelle mais la plus responsable que je devais prendre. Ou alors ça voulait dire que tout ce que je dis depuis des années sur la gravité de la situation, je n’y crois pas. Mon acte n’est pas un acte de résignation mais de mobilisation, et j’espère qu’il va entraîner un sursaut. »

    Non mais allo quoi ! Ce garçon est pathétique, sympa, attachant mais pathétiquement tiède et velléitaire.

    Allez mobilisons dans le silence et en prenant de la distance. Puis y en aura des tout pareil pour balancer une petite pétition, un appel, une association, sursautons sursautons, mais dans les règles de la bienséances et du respect de chacun car la maison brûle.

    Voilà, sinon je vous mets mon billet de 100 balles que dans 10 jours on en parle même plus ou presque. Déjà que Trump menace Google de s’occuper de leur cas, je suis peut-être large en disant 10 jours…

    1. Pour plus de dix jours, faut minimum s’immoler devant l’élysée… Et encore…
      Nan, le mieux c’est encore d’abonner les enfants à La Hulotte !

      1. Je n’aurai pas mieux dit, cela aurait eu de la gueule mais cela aurait été tout aussi inutile. Cela n’aurait ému que le Landerneau parisien. Car voyez-vous un avocat US très renommé outre-atlantique l’a fait à NY !

        http://www.liberation.fr/planete/2018/04/15/pour-denoncer-la-pollution-un-celebre-avocat-americain-s-est-suicide-par-le-feu_1643507

        Même pas une ligne sur le blog sauf erreur… En tout cas pas de quoi battre le pavé hein.

        Allez bonne journée à tous. Tous les vieux ont leur marotte.

      2. @CloClo
        Si si, cela a bien été évoqué sur le blog, et c’est bien à ce monsieur que je pensais…

  27. Je ne sais pas comment ce monsieur est rentré…
    « Il nous a raconté de lui-même la réunion d’hier soir sur la chasse, où il a eu la surprise de voir Thierry Coste, un lobbyiste de la chasse et des armes, venir. Il avait prévenu Emmanuel Macron : “Je ne veux pas voir de lobbyiste à ce genre de réunion.” Et quand il l’a vu, il était furieux. Il s’en est entretenu avec Macron juste après, qui lui a dit : “Je ne sais pas comment ce monsieur est rentré.” Là, il a eu le sentiment qu’on se foutait un petit peu de lui. »

    1. Jupiter ne savait pas comment ce monsieur est rentré là ?
      Comment est-ce possible? Ainsi, une réunion est organisée au plus haut niveau et le Président ne sait même pas qui participe et à quel titre ? C’est portes ouvertes à l’Elysée !
      Jupiter se fout du monde sans retenue.

  28. à juannessy
    c’est bien le problème du « dualisme »….
    tant que les hommes n’accepteront pas l’idée d’un continuum matière-esprit (pour grossir le trait) , ce que nous donne à voir l’expansion de l’IA , d’ailleurs (avec des composants silicium , on arrive à singer des « raisonnements » humains , non ?) et donc la soumission obligée (obligé d’en tenir compte , car en faisant partie :le b-a-ba de l’écologie en somme) à une nature dont nous faisons parti , nous ne pourrons abandonner la position de toute puissance qui sinon va nous amener à notre perte , car elle nous précipite de façon répétitive à résoudre le dilemme « moi-les autres  » , ce que nous ne savons faire pour le moment qu’en supprimant « les autres » ….
    homo sapiens-sapiens semble avoir conscience de la chose , mais franchira-t-il le pas de s’abandonner à l’intérêt général , en acceptant de perdre , pour certain de façon importante , la jouissance exclusive de quelques bienfaits de cette nature .?????? (la base psychologique même du « capitalisme »)
    je trouve que l’intervention de Hulot hier matin est beaucoup plus « politique » que les commentaires politico-médiatiques ne veulent le dire+++
    il aborde directement la question du pouvoir(lobbiesdémocratie représentative) , ce qu’escamotent nos chers politiciens « expérimentés » (de métier ….) et qui est vraiment la seule question à se poser:
    qui va décider de la suite ?

      1. A vue de nez, se mettre dans la peau d’un lobbyiste n’a pas grand sens: chaque lobbyiste agit en fonction des buts du groupe auquel il appartient et se contente de rechercher à placer le plus adroitement possible des arguments en faveur de ces buts.

        Sur le même modèle, les membres du gouvernement qui ont contré Hulot ne l’ont vraisemblablement pas fait à la suite d’un calcul personnel (électoral ou autre) mais parce que la direction dans laquelle le Ministre de
        de la Transition écologique et solidaire
        cherchait à les pousser ne cadre absolument pas avec celle de LRM.
        (Idéalement, quand on cherche à devenir un homme politique c’est parce qu’on pense avoir de bonnes idées sur ce à quoi devrait tendre la société mais, au moins depuis que c’est devenu une carrière à laquelle on se prépare par de longues études et des concours difficiles, on peut se demander quelle est la part de hasard dans le choix de l’un ou l’autre parti…)

  29. « Macron s’est révélé ingrat à l’égard de l’écologie, et donc ingrat en regard des enjeux colossaux pour l’espèce humaine, le geste de Hulot que des esprits mesquins considèrent comme indélicat envers le président et le premier ministre est un réalité la seule réponse, nécessaire, devant tant de mépris, d’aveuglement, et d’amateurisme au sommet de l’Etat. »

    Tout ce paragraphe vaut le détour ; jamais vu autant de contre-sens alignés en aussi peu de mots. Je suis poli, et même désolé.

    Sauf un: ‘mépris’, ce mot est juste et restera comme l’attitude du Président de la France en Marche Arrière envers les français et immigrés/réfugiés qui souffrent. Et il y en a des masses.
    ‘aveuglement’ et ‘amateurisme’ sont hors de propos. L’action du gouvernement est au contraire méthodique et visent un but précis : dépouiller la France de ses organisations sociales d’État et les reporter sur le privé, et la charité privée en ce qui concerne les cas les plus criants. Les associations reconnues d’utilité publique sont mises au pain sec. Des maires des petits communes pauvres, souvent réduits à l’assistanat social d’urgence, abandonnent, impuissants. Ces banquiers sans pudeur semblent confondre, comme souvent, flux et stock. Et les flux d’argent, à vocations sociales ou assurantielles et qui leur échappent, les affolent. Il n’y a donc ni amateurisme ni aveuglement. Bien entendu, l’antienne selon laquelle «l’État c’est mal» aura plein emploi.

    ‘ Macron s’est révélé ingrat à l’égard de l’écologie […]’. La question de l’Homme est première, l’écologie seconde ou incluse dans la première. Relever son ingratitude est comme regarder la lorgnette par son petit bout ou confondre cause et conséquence. Il n’y a nulle ingratitude mais exploitation. Ce raté est un simple accident de parcours.

    ‘des esprits mesquins considèrent comme indélicat…’. J’en connais pas, je ne m’imagine pas être en situation d’en connaître, ni de pouvoir en connaître et encore moins de le devoir. Et je suis sûr de ne pas être le seul. Dans quel monde vivez-vous ? Celui des bisounours alimentés par les TV en réflexions prêtes à l’emploi ? Au moins, pouvez-vous donner des noms ? Si c’est impossible, pouvez-vous donner des fonctions, même vagues ? J’ai peine à croire que vous puissiez en rassembler un nombre significatif.

    Quant à la valeur de la ‘réponse’ du démissionnaire, autant en emporte le vent.
    Il ne s’est rien passé. Tout continuera comme devant, seul le pire est probable.

    Tout ce petit monde impuissant face aux défis actuels est minable et sans espoir. Quand les crocodiles se battent pour la possession du marécage, il nous importe peu de savoir d’où vient le sang (proverbe africain modifié).

    1. Nous disons la même chose, mais différemment.
      Quand j’évoque l’écologie il va de soi (pour moi, mais pas pour vous lorsque vous me lisez, désolé) qu’il s’agit de l’écologie pour les humains. Nous sommes des humains, l’écologie comme science et comme approche du vivant ne peut donc être appréhendée que du point de vue des humains.

      L’ingratitude c’est celle du président qui déclarait « Make our planet great again » et suscitait à l’époque une approbation générale, et qui dans les faits fait le contraire de ce qu’il a annoncé. C’était prévisible sans doute, mais pourquoi ne devrait-on pas le souligner, car c’est ce qui mine la politique, le fossé qui se creuse entre les mots et la réalité.
      Le thème du réchauffement climatique a juste servi d’élément de langage pour se faire une auréole sur la scène planétaire à bon compte. Il a donc sali la cause.

      Cela décrédibilise la parole publique concernant l’écologie, vous me direz, ce n’est pas nouveau, mais pourquoi ne pas le dire si les choses sont ainsi.
      La mesquinerie, c’est celle du porte-parole du gouvernement, auquel on montre la lune et qui indique le doigt …
      Selon ses dires Hulot aurait dû informer le président et le premier ministre.

      L’amateurisme c’est celui qui consiste à griller toutes ses cartouches en début de mandat. C’est de ne pas être capable d’évaluer la situation telle qu’elle est. Tenez vous pour acquis que Macron pourra sans encombres aller jusqu’au bout de son programme ? Vous dites que c’est un « raté », un raté n’est il pas condamné à échouer tôt ou tard ?
      Macron comme vous dites a beau avoir le programme de liquidation de l’Etat social domaine dans lequel il se révèle compétent, mais ce n’est évidemment pas de cette compétence dont il est question dans mon propos.
      C’est de sa compétence en regard de la tâche qui lui incombe en tant que représentant élu de la nation. Une tâche qu’il bâcle, créant un grand ministère de l’écologie qui se révèle être un ministère de l’impuissance.

  30. « Nicolas Hulot est un homme libre et donc je respecte sa liberté ; je souhaite qu’elle n’enlève rien à son engagement …  »
    Mots de Macron en réaction à la sortie fracassante de Hulot .
    Baratin abscons de Jupiter , comme dab’ .
    Si quelqu’un peut m’expliquer …

    1. En tant que « Gouverneur de la France » (plutôt que disposant réellement des pouvoirs dont le Président est supposé disposer) Hollande était me semble-t’il très conscient des limitations qui s’imposaient à son action (cf sa réponse à la question « à quoi sert Hollande? »)

      Que de la même manière Macron se rassure ou se donne bonne conscience comme il peut, pourquoi pas? (ça mange pas de pain.)

      1. Un président de la République dispose de pouvoirs véritablement très étendus. Ce n’est aucunement une supposition.

        La position de « gouverneur de la France » adoptée par nos derniers présidents, y compris celui-là, n’est aucunement forcée par quoi que ce soit.

        L’impuissance est un choix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.