Merci M. Hulot ! et la conclusion à en tirer

Ouvert aux commentaires.

Les gouvernements ultralibéraux, qu’ils soient honteux ou décontractés (ou se transformant avec allégresse ces jours-ci de l’un en l’autre), précipitent d’une main la concentration de la richesse et, de l’autre, l’extinction du genre humain (et de toutes les autres manifestations du vivant) ; les gouvernements populistes prennent les choses en main et entreprennent de nous débarrasser de la vermine que constituent les étrangers et les journalistes *, responsables évidents de ces deux grands malheurs.

Rassemblons-nous, nous la majorité silencieuse des abstentionnistes, désabusés, et autres dissidents, pour une mobilisation en faveur de la cause de toutes les causes : la survie du genre humain, en passant par celle de l’Europe et de nos propres nations.

Demain (« si j’ai le bonheur de vivre »), je lancerai un appel en ce sens.

*

Les porteurs de mauvaises nouvelles

Partager :

111 réflexions sur « Merci M. Hulot ! et la conclusion à en tirer »

  1. à juannessy
    c’est bien le problème du « dualisme »….
    tant que les hommes n’accepteront pas l’idée d’un continuum matière-esprit (pour grossir le trait) , ce que nous donne à voir l’expansion de l’IA , d’ailleurs (avec des composants silicium , on arrive à singer des « raisonnements » humains , non ?) et donc la soumission obligée (obligé d’en tenir compte , car en faisant partie :le b-a-ba de l’écologie en somme) à une nature dont nous faisons parti , nous ne pourrons abandonner la position de toute puissance qui sinon va nous amener à notre perte , car elle nous précipite de façon répétitive à résoudre le dilemme « moi-les autres  » , ce que nous ne savons faire pour le moment qu’en supprimant « les autres » ….
    homo sapiens-sapiens semble avoir conscience de la chose , mais franchira-t-il le pas de s’abandonner à l’intérêt général , en acceptant de perdre , pour certain de façon importante , la jouissance exclusive de quelques bienfaits de cette nature .?????? (la base psychologique même du « capitalisme »)
    je trouve que l’intervention de Hulot hier matin est beaucoup plus « politique » que les commentaires politico-médiatiques ne veulent le dire+++
    il aborde directement la question du pouvoir(lobbiesdémocratie représentative) , ce qu’escamotent nos chers politiciens « expérimentés » (de métier ….) et qui est vraiment la seule question à se poser:
    qui va décider de la suite ?

      1. A vue de nez, se mettre dans la peau d’un lobbyiste n’a pas grand sens: chaque lobbyiste agit en fonction des buts du groupe auquel il appartient et se contente de rechercher à placer le plus adroitement possible des arguments en faveur de ces buts.

        Sur le même modèle, les membres du gouvernement qui ont contré Hulot ne l’ont vraisemblablement pas fait à la suite d’un calcul personnel (électoral ou autre) mais parce que la direction dans laquelle le Ministre de
        de la Transition écologique et solidaire
        cherchait à les pousser ne cadre absolument pas avec celle de LRM.
        (Idéalement, quand on cherche à devenir un homme politique c’est parce qu’on pense avoir de bonnes idées sur ce à quoi devrait tendre la société mais, au moins depuis que c’est devenu une carrière à laquelle on se prépare par de longues études et des concours difficiles, on peut se demander quelle est la part de hasard dans le choix de l’un ou l’autre parti…)

  2. « Macron s’est révélé ingrat à l’égard de l’écologie, et donc ingrat en regard des enjeux colossaux pour l’espèce humaine, le geste de Hulot que des esprits mesquins considèrent comme indélicat envers le président et le premier ministre est un réalité la seule réponse, nécessaire, devant tant de mépris, d’aveuglement, et d’amateurisme au sommet de l’Etat. »

    Tout ce paragraphe vaut le détour ; jamais vu autant de contre-sens alignés en aussi peu de mots. Je suis poli, et même désolé.

    Sauf un: ‘mépris’, ce mot est juste et restera comme l’attitude du Président de la France en Marche Arrière envers les français et immigrés/réfugiés qui souffrent. Et il y en a des masses.
    ‘aveuglement’ et ‘amateurisme’ sont hors de propos. L’action du gouvernement est au contraire méthodique et visent un but précis : dépouiller la France de ses organisations sociales d’État et les reporter sur le privé, et la charité privée en ce qui concerne les cas les plus criants. Les associations reconnues d’utilité publique sont mises au pain sec. Des maires des petits communes pauvres, souvent réduits à l’assistanat social d’urgence, abandonnent, impuissants. Ces banquiers sans pudeur semblent confondre, comme souvent, flux et stock. Et les flux d’argent, à vocations sociales ou assurantielles et qui leur échappent, les affolent. Il n’y a donc ni amateurisme ni aveuglement. Bien entendu, l’antienne selon laquelle «l’État c’est mal» aura plein emploi.

    ‘ Macron s’est révélé ingrat à l’égard de l’écologie […]’. La question de l’Homme est première, l’écologie seconde ou incluse dans la première. Relever son ingratitude est comme regarder la lorgnette par son petit bout ou confondre cause et conséquence. Il n’y a nulle ingratitude mais exploitation. Ce raté est un simple accident de parcours.

    ‘des esprits mesquins considèrent comme indélicat…’. J’en connais pas, je ne m’imagine pas être en situation d’en connaître, ni de pouvoir en connaître et encore moins de le devoir. Et je suis sûr de ne pas être le seul. Dans quel monde vivez-vous ? Celui des bisounours alimentés par les TV en réflexions prêtes à l’emploi ? Au moins, pouvez-vous donner des noms ? Si c’est impossible, pouvez-vous donner des fonctions, même vagues ? J’ai peine à croire que vous puissiez en rassembler un nombre significatif.

    Quant à la valeur de la ‘réponse’ du démissionnaire, autant en emporte le vent.
    Il ne s’est rien passé. Tout continuera comme devant, seul le pire est probable.

    Tout ce petit monde impuissant face aux défis actuels est minable et sans espoir. Quand les crocodiles se battent pour la possession du marécage, il nous importe peu de savoir d’où vient le sang (proverbe africain modifié).

    1. Nous disons la même chose, mais différemment.
      Quand j’évoque l’écologie il va de soi (pour moi, mais pas pour vous lorsque vous me lisez, désolé) qu’il s’agit de l’écologie pour les humains. Nous sommes des humains, l’écologie comme science et comme approche du vivant ne peut donc être appréhendée que du point de vue des humains.

      L’ingratitude c’est celle du président qui déclarait « Make our planet great again » et suscitait à l’époque une approbation générale, et qui dans les faits fait le contraire de ce qu’il a annoncé. C’était prévisible sans doute, mais pourquoi ne devrait-on pas le souligner, car c’est ce qui mine la politique, le fossé qui se creuse entre les mots et la réalité.
      Le thème du réchauffement climatique a juste servi d’élément de langage pour se faire une auréole sur la scène planétaire à bon compte. Il a donc sali la cause.

      Cela décrédibilise la parole publique concernant l’écologie, vous me direz, ce n’est pas nouveau, mais pourquoi ne pas le dire si les choses sont ainsi.
      La mesquinerie, c’est celle du porte-parole du gouvernement, auquel on montre la lune et qui indique le doigt …
      Selon ses dires Hulot aurait dû informer le président et le premier ministre.

      L’amateurisme c’est celui qui consiste à griller toutes ses cartouches en début de mandat. C’est de ne pas être capable d’évaluer la situation telle qu’elle est. Tenez vous pour acquis que Macron pourra sans encombres aller jusqu’au bout de son programme ? Vous dites que c’est un « raté », un raté n’est il pas condamné à échouer tôt ou tard ?
      Macron comme vous dites a beau avoir le programme de liquidation de l’Etat social domaine dans lequel il se révèle compétent, mais ce n’est évidemment pas de cette compétence dont il est question dans mon propos.
      C’est de sa compétence en regard de la tâche qui lui incombe en tant que représentant élu de la nation. Une tâche qu’il bâcle, créant un grand ministère de l’écologie qui se révèle être un ministère de l’impuissance.

  3. « Nicolas Hulot est un homme libre et donc je respecte sa liberté ; je souhaite qu’elle n’enlève rien à son engagement …  »
    Mots de Macron en réaction à la sortie fracassante de Hulot .
    Baratin abscons de Jupiter , comme dab’ .
    Si quelqu’un peut m’expliquer …

    1. En tant que « Gouverneur de la France » (plutôt que disposant réellement des pouvoirs dont le Président est supposé disposer) Hollande était me semble-t’il très conscient des limitations qui s’imposaient à son action (cf sa réponse à la question « à quoi sert Hollande? »)

      Que de la même manière Macron se rassure ou se donne bonne conscience comme il peut, pourquoi pas? (ça mange pas de pain.)

      1. Un président de la République dispose de pouvoirs véritablement très étendus. Ce n’est aucunement une supposition.

        La position de « gouverneur de la France » adoptée par nos derniers présidents, y compris celui-là, n’est aucunement forcée par quoi que ce soit.

        L’impuissance est un choix.

Les commentaires sont fermés.