L’Écho : Sommes-nous dans le très inhabituel ? le 7 mai 2019

Ce texte a également été proposé à deux quotidiens français. Qui n’ont pas souhaité le publier. Ouvert aux commentaires.

Sommes-nous dans le très inhabituel ?

À quelques très rares exceptions près – ceux qui parviennent à prendre suffisamment de recul pour adopter le véritable rôle de témoins – les acteurs d’une époque sont de très piètres analystes de ce qui s’y passe vraiment. 

Prenons les périodes de très grands troubles et lisons les journaux de l’époque. À moins d’une véritable catastrophe ponctuelle, faisant de très nombreux morts, la presse nous présente les périodes de révolutions comme des moments où tout se passe essentiellement comme cela a toujours été, c’est-à-dire, comme avant. Pour reprendre une expression commune, le sentiment qui prévaut est que les journalistes de toutes les époques ont en permanence « le nez dans le guidon », qu’ils ne parviennent pas à prendre de la hauteur, qu’ils n’arrivent jamais à dire : « cela, on ne l’a jamais vu ».

La tentation est de penser alors que c’est parce qu’ils recevraient des « ordres d’en haut ». Cela doit en effet arriver quelquefois, bien que très rarement sûrement, mais c’est plutôt sans doute que nous avons bien du mal à distinguer les ruptures, alors que la continuité s’impose toujours à nous comme une évidence. 

Pourtant, dans la manière dont le gouvernement brésilien d’extrême-droite se déchire en ce moment, la guerre étant déclarée entre la présidence et la vice présidence, nous sommes dans le très inhabituel.

Pourtant quand le gouvernement britannique semble avoir jeté l’éponge dans sa gestion des retombées d’un Brexit devenu incontrôlable, l’opinion étant écartelée entre une demi-douzaine d’options contraires, au point que la presse nationale titre « Le gouvernement est désormais entièrement immobilisé » (Government grinding to a halt, le Financial Times du 30 avril), nous sommes dans le très inhabituel.

Pourtant dans la manière dont le pouvoir exécutif aux États-Unis a cessé de répondre aux injonctions qui lui sont faites par le législatif de faire rapport sur ses activités, nous sommes dans le très inhabituel. 

De même, également, toujours aux États-Unis, quand le président répond aux enquêtes menées sur la stratégie qu’il utilise pour contourner les lois portant sur un éventuel conflit d’intérêts entre sa fonction de chef de l’État et la manière dont il mène ses affaires, en déposant plainte d’abord contre la firme gérant sa comptabilité, Mazars, ensuite contre la banque qui lui a accordé pour 360 millions de dollars de prêts, Deutsche Bank, dans une manœuvre dilatoire pour empêcher qu’ils ne révèlent à quel point les chiffres qu’il cite – lui le président – comme étant celui de ses avoirs sont gonflés, nous sommes dans le très inhabituel. 

De même enfin, quand en France, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, affirme au soir du 1er mai dans un tweet : « Ici, à la Pitié-Salpêtrière, on a attaqué un hôpital. On a agressé son personnel soignant. Et on a blessé un policier mobilisé pour le protéger », alors que les journalistes du journal Le Monde font apparaître eux, après enquête, que « l’intrusion d’une foule hétérogène dans la cour de l’hôpital, tout comme la tentative d’une partie des manifestants de pénétrer dans le service de réanimation, semble avant tout le fruit de la cohue liée à l’intervention des forces de l’ordre », nous sommes, là aussi dans le très inhabituel.

Mais à qui revient le rôle de souligner tout cela, si ce ne sont les gouvernements eux-mêmes des pays en question, empêtrés dans leurs contradictions, et paralysés par le conflit d’intérêts qui les empêche d’attirer l’attention sur leur propre incurie ? Ce rôle revient par défaut aux témoins que nous sommes tous, représentant chacun au même titre de l’opinion publique dans son ensemble : « Oyez, oyez, braves gens ! », devons-nous clamer, « nous sommes dans le très inhabituel ! Il faut que cela se sache, faisons savoir à nos gouvernements pratiquant la politique de l’autruche que nous sommes au courant, et mobilisons-nous d’un commun effort pour que soit renversée la vapeur avant que cela ne devienne pire encore ! »

Partager :

98 réflexions sur « L’Écho : Sommes-nous dans le très inhabituel ? le 7 mai 2019 »

  1. J’ai du mal à avoir une opinion étayée sur la question de savoir si nous sommes, ou nous entrons, dans le très inhabituel.

    Ce qui me semble frappant en tout cas, c’est à quel point la plupart des gouvernements semblent ne pas avoir de politique à la fois répondant à des enjeux réels et réussie, cela en dépit d’exigences claires de changements de la part des populations.

    Pour reprendre les exemples cités, Trump, May, Macron et Bolsonaro sont des dirigeants très différents, mais ils ont en commun de ne pas parvenir à répondre de manière positive aux demandes de leurs peuples, voire de n’avoir aucune réponse construite à fournir :
    – Trump s’est mis dans les mains de néoconservateurs extrémistes, et n’arrive pas à grand chose en matière commerciale ni d’immigration, alors qu’il avait fait campagne – quoi qu’on en pense – sur la limitation des engagements extérieurs, le rééquilibrage du commerce et la limitation de l’immigration
    – May a mené son pays à un blocage complet sur la question du Brexit, ne parvenant ni à sortir durement, ni à sortir doucement, ni à remettre en cause la sortie
    – Macron n’est arrivé à rien dans son projet de réforme de l’UE et s’est abîmé dans une impopularité menant à une forme de révolte d’une partie de la population
    – Bolsonaro n’est pas au pouvoir depuis bien longtemps que déjà il génère du désordre

    On pourrait étendre la remarque à Merkel, Xi, Modi ou Poutine :
    – Merkel ne maintient sa popularité que parce que l’époque est favorable à l’Allemagne, elle ne crée rien et limite son projet à une prolongation indéfinie d’un statu quo en fait intenable, par exemple sur la question de l’euro
    – Xi appuie de plus en plus la légitimité du PCC sur un nationalisme dur, un contrôle social renforcé allant dans le cas des Ouighours jusqu’au camp de concentration, et une autocratie menaçant de ressusciter les jours de Mao
    – Modi s’appuie sur un nationalisme hindou plutôt qu’indien, empirant les restrictions voire persécutions de musulmans et de chrétiens
    – Poutine maintient sa légitimité en dépit d’un progrès économique à l’arrêt et surtout d’inégalités de richesse toujours aussi extrêmes grâce à un nationalisme allant parfois jusqu’à l’hystérie

    Et probablement à bien d’autres encore, par exemple l’Italie. Le Japon fait-il exception ? Je n’en sais rien… et ce n’est peut-être que parce que je ne connais pas sa situation que je peux l’imaginer avec un meilleur gouvernement.

    C’est peut-être cette universalité du mauvais gouvernement qui est vraiment inhabituelle.

    1. Je proteste. May n’a rien fait du tout (d’original ou personnel) . En revanche le Parlement a tout salopé, gâché et retardé. Revoyez le film des événements.
      Et puis franchement un parlement qui vote 3 fois non à la même question, ça a l’air de quoi? Je vous le demande ?
      Ici, sur le continent quand le résultat du vote n’est pas bon, le revote amène infailliblement à la réponse souhaité… Y’a même des cas où le revote est inutile: le gouvernement en place fait comme si le peuple en ses comices s’était trompé.
      C’est sûr , les Britt n’ont pas le sens pratique.

      1. La responsabilité des parlementaires britanniques dans la situation est très lourde, vous avez raison. Et il est vrai que Theresa May héritait d’une situation tout sauf simple.

        Il reste que c’est bien elle qui a choisi de d’abord définir seule les paramètres principaux de la négociation avec l’UE et de ne rechercher une majorité qu’ensuite sur le résultat une fois fini et pratiquement impossible à modifier. Ajouté à la brillante idée de dissoudre le parlement en 2017 afin de consolider sa majorité (« strengthen my hand ») ce qui aboutit au résultat exactement inverse, ce choix stratégique désastreux est à l’origine du blocage.

        J’imaginais que l’approche de la date butoir forcerait le parti travailliste à entendre raison et à appuyer l’accord de retrait… mais c’était sans compter avec le manque de crédibilité de la notion de date butoir aux yeux des parlementaires britanniques, et d’ailleurs ils avaient raison puisque cette date est éminemment élastique, Macron s’étant couché devant Merkel.

      2. rectification : c’est la deuxième fois dans l’histoire qu’un nom d’ère est choisi par le gouvernement japonais et non par la dynastie régnante.

    2. Le Japon, comme vous le savez a un nouvel empereur, Naruhito. Selon la tradition, aujourd’hui unique dans le monde contemporain, un nouveau nom d’ère a été adopté : 令和 qui se lit « reiwa » en japonais. Contrairement à ce qu’affirme le journaliste du journal Le Monde dans l’article en lien, le premier caractère choisi pour former le nouveau nom d’ère composé de deux caractères a aussi bien en japonais qu’en chinois, classique et moderne, la signification d’ « ordre » , « ordonner » le caractère 令 , « ling » en chinois mandarin, ce qui donne « harmonie (ou paix) ordonnée. » Le sens de « beau » ou « belle » existe en chinois classique, mais il n’est pas premier.

      L’actuel gouvernement japonais sous la conduite de Shinzo Abe, après avoir convoqué un cénacle d’érudits pour inspirer son choix, a finalement arrêté son choix sur Reiwa, qui donne spontanément à penser au commun des mortels non versé en littérature , qu’il s’agit d’une harmonie conduite, une harmonie ou paix dirigée. Devant les interrogations de certains japonais, en particulier des jeunes générations qui y ont vu des relents de militarisme, le gouvernement japonais a argué : mais non, pas du tout, le premier caractère signifie « belle », cela vient d’un poème japonais, ce qui donne « belle harmonie » si l’on associe les deux caractères. C’est bien commode de se cacher derrière la polysémie d’un caractère pour suggérer peut-être suggérer aux nationalistes révisionnistes japonais que cela dit bien ce que cela dit en première lecture « spontanée » et ce aussi bien en japonais qu’en chinois.
      Le choix du nouveau nom d’ère outre le fait qu’il n’a pas été choisi en référence à la littérature chinoise est inhabituel pour trois autres raisons 1. C’est la première fois qu’il est choisi par le gouvernement, en l’occurence par le premier ministre 2. Il est annoncé avant l’intronisation du nouvel empereur 3. Il est annoncé via internet et non lors d’une allocution télévisée.
      C’est peut-être aussi la roue de l’histoire qui a fait un tour complet, à ceci près que nous sommes dans un tout autre contexte mondial : sous la dynastie chinois Tang, le Japon, considéré alors par l’Empire du Milieu, comme un pays vassal avait choisi comme nom d’ère 大化 que l’on peut traduire par « grande transformation », signifiant par là qu’il comptait ne pas s’en laisser compter par son grand voisin chinois. Cela était parvenu aux oreilles de Li Shimin, l’empereur de la prospère et faste dynastie Tang, il n’avait pas du tout apprécié.
      Dans le fil des commentaires d’un article en chinois, un ressortissant chinois indique malicieusement que ce nouveau nom d’ère manque de prestance, car le premier caractère choisi est emprunté à un poème japonais très intimiste…. Un autre commentateur ne prend pas de gants pour critiquer le Japon…
      Quoiqu’il en soit, dans l’affaire c’est sans doute, au Japon, le nouvel empereur du Japon qui fait preuve de la plus grande sagesse, puisqu’il a déclaré que dans le futur il verrait d’un bon oeil l’accès du trône à une femme. Il limitera les cérémonies officielles, et surtout il a appelé « les générations qui ont vécu la Seconde guerre mondiale » à « transmettre correctement à celles qui ne l’ont pas connue les expériences de l’histoire tragique du Japon », ce qui tranche avec les postures de l’actuel premier ministre du Japon.

      https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2019/04/30/au-japon-le-nom-de-la-nouvelle-ere-fait-desordre_5456605_4500055.html

      1. La polysémie peut être un refuge… ou bien qui sait un moyen de réserver l’avenir ? A noter que suivant cet article du Japan Times, la loi japonaise dispose que le gouvernement décide du nom de l’ère, mais non de son sens ni de sa traduction, ceux qu’il propose n’ayant donc aucune valeur légale
        https://www.japantimes.co.jp/news/2019/04/03/national/japan-assures-world-reiwa-beautiful-harmony-nothing-command/#.XNF4ATAzbIU

        Le deuxième caractère « Wa » 和 a d’ailleurs deux sens, d’une part l’harmonie, d’autre part le Japon. C’est ainsi que l’ère 1926-1989 durant laquelle Hirohito était empereur était l’ère Showa, signifiant au choix « Harmonie rayonnante » ou « Japon rayonnant »

        On pourrait donc aussi bien proposer « Belle harmonie », « Beau Japon », « Harmonie ordonnée » ou « Japon ordonné comme interprétations du nouveau nom d’ère.

        Je soupçonne que l’interprétation qui s’imposera en définitive à l’étranger dépendra avant tout des événements qui se dérouleront durant cette période.

      2. Même si on est en plein HS – désolé, Paul… – voici une exploration très intéressante – que m’a recommandé un Japonais – de la polysémie et des interprétations possibles du nom de la nouvelle ère. C’est une série de gazouillis en anglais https://twitter.com/nick_kapur/status/1112703951646937088?s=19

        Je ne traduis que quelques passages, mais c’est déjà suffisant pour comprendre que le premier ministre conservateur – d’aucuns diraient réactionnaire – Shinzo Abe pourrait avoir eu bien d’autres choses en tête qu’une simple « belle harmonie » :

         » Abe a affirmé hier que le nouveau nom d’ère « doit refléter l’unité spirituelle du peuple japonais ». Abe a ajouté ensuite qu’il espérait que le nouveau nom deviendrait « profondément ancré dans la vie quotidienne des Japonais ».
        (longue suite d’explications sur les sous-entendus de ce nom par rapport à la vision de la droite réactionnaire japonaise au sujet d’une supposée décadence du Japon par influence individualiste et matérialiste occidentale)
        Rien de tout cela n’est accidentel. Sur le fonds, Abe essaie de « make Japan great again » vis-à-vis de la Chine, des Etats-Unis et du reste du monde, en restaurant la fierté nationale, le sens de la mission de la nation et l’harmonie sociale, et le nom de la nouvelle ère reflète précisément ces espoirs »

        Tiens, pendant qu’on y est, je rappelle que Jean d’Orléans (« Jean IV ») est depuis le début d’année le nouvel héritier présomptif des rois de France, suite au décès de son père « Henri VII ».

        Alors, on choisit quoi, comme nom d’ère 🙂 ?

        Je préviens tout de suite que « Gaule réfractaire » est impossible, y a un certain Macron qui a mis son veto !

        Quant à « Renaissance européenne », l’Emmanuel il voudrait bien… c’est l’Angela qui dit Nein, et Annegret son successeur désigné c’est carrément NEIN !

  2. Renouer avec la tradition est-il très inhabituel ?
    …/… Après Chirac en 2003, Sarkozy en 2005, BHL en 2006, Kouchner en 2008 et DSK en 2011, Là-bas si j’y suis renoue avec la tradition des grands procès diffusés sur France Inter. L’audience sera publique, et aura lieu le mardi 07 mai à 18h, à la Bourse du travail de Paris ! …/…
    https://la-bas.org/la-bas-magazine/au-fil-de-la-bas/Mardi-7-mai-tous-a-la-Bourse-du-travail-de-Paris

  3. Une fois de plus, les esprits les plus objectifs prendront conscience de ce qui a toujours existé en France : la censure, non pas celle clairement déclarée comme par le passé, mais une censure de fait exercée par les dirigeants de journaux, s’érigeant en juges de ce qui peut s’écrire et publier ; cela va à l’encontre de ce qui a été affirmé, – concernant la liberté d’expression, dans la déclaration universelle des droits de l’homme et confirmé ensuite par la loi de 1881 sur la liberté de la presse, mais pour beaucoup de ce qui concerne les droits de l’homme, ce n’est que de l’affichage…
    Autre constat, c’est de voir qu’une fois de plus, comme par le passé, la Belgique permet la publication d’un texte étouffé en France avant publication ; Liberté, Egalité, Fraternité qu’ils ont osés graver aux frontons des édifices publics…, enfumeurs va…

    1. Les principes établis par le Conseil National de la Résistance concernant les médias furent traduits dans l’ordonnance du 26 août 1944 https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006070728&dateTexte=19861127

      Tous ses articles ont été abrogés en novembre 1986, Mitterrand étant président, Chirac premier ministre avec majorité parlementaire RPR-UDF. Aucun gouvernement ultérieur n’a ne serait-ce que tenté d’en rétablir les principes.

      L’avantage qu’a la France en tant que pays qui a déjà eu dans son passé une presse indépendante des grands intérêts privés, et protégée pour cela par la Loi, c’est qu’il ne serait pas bien difficile de recréer cette situation…. puisque les textes existent déjà, il n’est que de les remettre en application

      C’est-à-dire qu’il suffit d’élire un président de la République qui le décide, et un Parlement prêt à appliquer sa politique.

      Bref, tout est dans les mains des citoyens 🙂

      1. @Jacquot
        « C’est-à-dire qu’il suffit d’élire un président de la République qui le décide, et un Parlement prêt à appliquer sa politique.
        Bref, tout est dans les mains des citoyens »
        Equation du second degré présentant 2 solutions…, nous le vivons actuellement par l’exemple : la résolution n’est pas celle attendue par le peuple qui a posé l’équation… -:)

    2. « Liberté, Egalité….. », ce sont peut-être des principes officiels, mais c’est une utopie. Tout comme la délaration des droits de l’homme lors de la création des Etats-Unis……Mais il y a plus fort: un bouquin de fables comme la Bible a transformé le monde occidental depuis l’antiquité. Les mots pèsent len politique, mais il faut toujours un ou plusieurs leaders pour les propager, afin de mettre les foules en mouvement. Sans le transfert clandestin de Lénine (opéré par les Allemands pour déstabiliser la Russie), la révolution d’octobre n’aurait jamais eu lieu……..

    3. Ce que Maitre Eolas résume d’un aphorisme brillant :
      « En matière de droit de l’homme la France est croyante mais non pratiquante » – Eolas

  4. Bien contente de lire cela puisque depuis ce qu’ils ont appelé “le printemps arabe” je me demande pourquoi cet acharnement systématique à “comparer l’évènement” au passé… “les Gilets Jaunes” c’était “mai 68” au point d’appeler à la rescousse Romain Goupil (sic !) pour nous expliquer ce qu’il se passait – le comble, et donc de mettre en parallèle Macron et de Gaulle…

    la “presse”, les “journalistes” ne sont plus que des moutons de panurge et depuis des décennies. Les Historiens n’ont jamais fait autant de télés que depuis 10 ans… Le “vrai” journalisme d’aujourd’hui c’est Elise Lucet (re sic !) qui reprend très vaguement les méthodes de ceux que le monde des médias a foutu à l’écart quelques années plus tôt (Pierre Carles par exemple). Les “analystes”, au lieu d’analyser jouent à Mme Irma en priant très fort pour que leurs “analyses-prédictions” se réalisent, mais personne ne compte combien d’affirmations étaient justes…

    Avez-vous réellement espéré que des quotidiens français vous publient ? Je ne peux pas le croire, M. Jorion !

    1. @anna.b (7/5 à 10h18)

      Merci pour votre commentaire que j’approuve à 90%….! 10% manquent ..parce que je pense que, dans son contenu, le second paragraphe est encore (un tout petit peu)trop « faible »… °(^!^)°… !

      Si j’osais, je vous proposerais volontiers une formulation, disons plus « incisive », du genre :
      …  » La “presse” papier et/ou internet, lue très majoritairement en France est globalement (sauf les « extrêmes » ou considérés comme tels, « gauche » et droite confondus à mon sens bien à tort..) aux mains avides de certains, bien connus, que ce blog a clairement et bien des fois dénoncés. Bien entendu le « chantage non explicite à l’emploi, au salaire ou à l’avancement » ne peuvent être niés à notre époque.
      Beaucoup trop de “journalistes et commentateurs/experts auto-désignés” visibles ,trop souvent présents sur les plateaux pour que ce soit un simple hasard,  » squatters  » omniprésents des plateaux des émissions « intéressantes »(culturo/socio/économico/politiquo/autres..) ou « grand-public » touchent en boucle 99% des français qui ouvrent leur TV ou leur radio. La disparité extravagante des « salaires » et avantages des acteurs de l’AVF (audio-visuel français) est trop peu dénoncée..ce qui est normal..on n’a jamais vu des acteurs d’un film « Western » se tirant (volontairement) une balle dans le pied..!
      Dans le meilleur des cas, la “presse”, les “journalistes” ne sont plus que des moutons de panurge et depuis des décennies. Dans le pire….chacun pourra laisser son imagination vagabonder
      « .

      Mais ce n’est qu’une suggestion.. un avis de non-expert affirmé.

      Quant à votre dernier paragraphe, je m’y associe à 100% ! BAV.

      1. @Otromeros

        Merci de me corriger. ^^
        Il y aurait tant à dire sur ces médias « mainstream » comme on dit désormais couramment (merci Aude Lancelin) propriétaires, salaires, contenus, copieurs, voleurs… et sur cette majorité qui continue à en être victime à l’insu de son plein gré…
        La seule solution est comme le dit Paul Jorion dans « la mobilisation d’un commun effort pour que soit renversée la vapeur avant que cela ne devienne pire encore ».

        On fait quoi et comment ? Et on demande quoi en échange ?

      2. @anna.b (7/5à19h26) écrit:

         » On fait quoi et comment ? Et on demande quoi en échange ?  »

        Depuis que en France, la dernière fois, on en soit arrivé…[sans doute un peu beaucoup par l’heureux « hasard » (sans mésestimer la qualité jésuitique remarquable de l’orateur E.M….) d’un enchaînement d’avortements de candidatures à la Présidence littéralement « exceptionnel »…provocant le choix classique mais redoutable entre une « possible pneumonie » et le choléra..!.!!!..(donc circonstances atténuantes pour les votants du premier tour…) ] à, 15 jours plus tard, circonscription électorale par circonscription électorale, souvent de manière aveugle, devoir constater à postériori qu »on »(les votants) avaient « réussi » à envoyer au Parlement comme « représentants du peuple français », élus un à un sur des terres « locales« .., un paquet cadeau de deux tiers d’affidés affichés du Président, le rendant, par là-même, et uniquement pour cette raison, »véritable Hercule » au moins pour deux ou trois ans (seule l’imprévisible, pour les zélites, intrusion tenace des g.j. raccourcissant en plein vol ce délai..) …. alors là …. comment dire?!!!
        Et on parle ici de potentielle « révolution »….!?

        Conclusion personnelle donc : Comment puis-je répondre valablement à votre question? Désolé. BAV

  5. Bonjour,
    effectivement ce que nous vivons et ce à quoi nous assistons ces mois derniers est – je dirais plutôt – d’une très grande singularité, que j’utiliserais à la place de très inhabituel.
    Car pour employer ce dernier terme, encore faudrait-il que nous puissions définir ce qu’aurait pu être une certaine habitude relativement au fonctionnement du monde. En effet, quel est en réalité le mode habituel, pour se différencier des évènements d’aujourd’hui ?

    J’y ajouterai cette lettre assez inattendue, de la part de quelqu’un présenté comme un voyou, une brute épaisse, un ultra-jaune, un ultra-casseur, etc. Elle donne beaucoup à réfléchir sur les fondements et sur les formes de légitimité de la violence :
    https://blogs.mediapart.fr/soutienthomas-gj/blog/060519/lettre-dun-gilet-jaune-depuis-sa-prison

    Bien à vous

    « Quand l’injustice devient la loi, la résistance est un devoir ». Thomas Jefferson

  6. Bonjour à tous,

    Habituel, inhabituel ?
    Il est un fait, qu’à force d’habitudes, l’homme aura bientôt obligation de s’habituer aussi à l’inhabituel…
    L’habitude, et c’est ennuyeux, peut devenir lassante, et l’ennui étant à l’origine de tous les vices,
    On pourrait penser que l’inhabituel chassera l’ennui avec les vices qui s’y sont installés.
    Mais il n’en est rien, car la faculté de l’homme à s’adapter est si grande, qu’il finit même par s’habituer
    A l’idée même de sa fin prochaine!
    Le principal étant juste que demain ressemble le plus possible à hier…
    Reste que le problème n’est peut-être pas de s’inquiéter de l’inhabituel,
    Mais de combattre les mauvaises habitudes qui y conduisent.
    Mais pour cela, on verra demain, n’est-ce pas?

    A demain donc, Eric.

  7. …/… Cela doit en effet arriver quelquefois, bien que très rarement sûrement, mais c’est plutôt sans doute que nous avons bien du mal à distinguer les ruptures, alors que la continuité s’impose toujours à nous comme une évidence. …/…

    Ne sommes nous pas aujourd’hui dans le « quelque fois » où des ministres font de la pure propagande reprise en boucle pendant des heures alors que des témoins témoignent et ne sont pas entendus ?
    Les journalistes ont bien dit sur tous les tons « cela, on ne l’a jamais vu », mais en relayant un mensonge d’Etat.
    https://www.acrimed.org/Hopital-Pitie-Salpetriere-desinformation-generale

  8. Priscillia Ludosky, initiatrice du mouvement des Gilets Jaunes, parle de la censure (que j’ai moi-même constatée) sur Facebook.

    https://youtu.be/Hnu9UyoCjM8?t=2202

    Elle parle d’images grisées, barrées, de posts non publiés.

    J’ai pour ma part constaté une ceci : l’interdiction de publier pendant 4 jours, suite à la publication d’un simple texte, ne comportant aucune insulte, appel à la violence, ou image choquante d’aucune sorte. En ralentissant ou en laissant passer les posts de différents intervenants, Facebook peut ainsi modifier sur Facebook, le contenu de certains groupes Gilets Jaunes. (1)

    Ces techniques de Facebook sont une sorte de préfiguration de l’abandon de la neutralité du net, à l’échelle de Facebook. On ralentit, ou on accélère la publication de certains posts. A noter que FB ne s’aventure pas à brimer les messages entre personnes (MP), ce qui pourrait être facilement constaté par un huissier. Notez que pour le commun des mortels, qui ne poste rien sur Facebook, cette censure est invisible.

    (1)Mais en cela, FB ne fait rien d’autre que BFM…mais peut être faut-il remettre en question la façon d’informer de BFM.

    1. Tenez, Vincent, puisqu’on parle de FB, voici une nouvelle qui fait chaud au cœur : Mark Zuckerberg va être reçu par Emmanuel Macron pour mieux réguler Internet
      https://www.bfmtv.com/tech/mark-zuckerberg-va-etre-recu-par-emmanuel-macron-pour-mieux-reguler-internet-1686316.html

      « « Mark a rencontré ces derniers temps des dirigeants et des responsables politiques à travers l’Europe pour discuter de la future régulation d’internet », a indiqué lundi Facebook »

      En plus, cela vient de BFM, tout pour plaire !

      Le problème, c’est bien évidemment qu’à côté de la censure de déclarations du type « allons tuer les (nom de peuple) », qui fait consensus, il est permis de soupçonner que des intérêts étatiques ou privés pourraient être tentés d’en censurer d’autres…

      1. Tant qu’on parle de « FacedeBouc » , et sans lien avec la conversation, peut-être l’endroit approprié pour poster un lien encore frais qui montre le cynisme, pour certains.., l’intelligence de rentabilité pour d’autres… d’un OVNI du même type considérablement mondialement utilisé (et bouffant un paquet gigantesque de « bande passante » entraînant le développement tout à fait inconsidéré, vu notre probable futur à court terme, de monstrueuses « fermes ( climatisées of course because intense chaleur de l’électronique en marche…) à savoir le meilleur ami de toutes les générations d’enfants et d’adultes addicts….le dénommé WatsApp

        https://www.rtbf.be/info/economie/detail_facebook-choisit-londres-pour-son-systeme-de-paiements-sur-whatsapp?id=10215162

        (surveiller en particulier la fin du 3è §….! )

      2. Curieuse n’est ce pas, cette visite en pleine crise mettant en cause les réseaux sociaux.

        Hier ma fille était invitée à participer à la remise des drapeaux, des vieux drapeaux de groupes résistants, qui trouveront un nouveau lieu dans les écoles, pour la mémoire (ma fille était très fière de porter le drapeau des FFI de Blois Vienne). Sur l’initiative, et la cérémonie, rien à dire. Par contre, sur le préfet du Loir et Cher n’a pas pu s’empêcher de se lancer dans une envolée lyrique, disant que (je cite de mémoire) les « gens devraient réfléchir aux valeurs de Liberté défendues par les résistants, à l’heure de Facebook et des réseaux sociaux »….les Gilets Jaunes n’étaient pas nommés, mais c’était assez clair…(Il aurait eu tort de s’en priver, les résistants étant tous morts ou grabataires, ils ne peuvent plus protester ! Stephane Hessel par exemple, qui nous criait encore quelques mois avant sa mort « Indignez-vous ! »)

        J’ai hésité, en entendant ça, je lui aurai bien proposé d’aller jusqu’au bout de sa pensée, en faisant équiper les militaires de LBD40 pendant qu’il y était, pour faire le salut aux morts…mais je n’ai pas osé, car je ne voulais pas faire un scandale…

        Avec Zuckerberg, Macron ajoutera un oligarque de plus à sa panoplie, ils sera sûrement bien reçu dans un bureau, avec Niel comme conseiller, pour voir comment pourrait évoluer le FB français (qui a des spécificités ! je suis ironique bien sûr…)

        Je crois que nous sommes en route vers quelque chose, dont il sera très difficile de se débarrasser. Gilets Jaunes, ne lâchez rien ! La censure, la contrainte physique, l’éborgnage, la détention arbitraire en garde à vue, ce n’est pas le pays des Lumières auquel se réfère sans cesse E. Macron. C’est tout le contraire.

        Vincent Rey
        findutravail.net

    2. Même qu’ils ferment les comptes d’antisémites notoires ou de conspirationnistes fêlés sur Facebook… mais que va-t-on bien pouvoir faire si on a plus le droit d’être fiché à grande échelle ?

      Juste pour mémoire ce blog jouit d’une modération « active » assez zélée. Avons-nous remis en cause la neutralité du net ? Facebook n’est pas un espace public. Si j’invite quelqu’un chez moi et qu’il dégueule sur le tapis du salon en insultant ma femme, qu’il invoque la « censure » quand je le sortirai à coups de pieds au derche, qu’on rigole…

      1. Sauf que facebook n’invite personne et que le convive (ah la langue des oiseaux 😉 ) qui gerbe sur le tapis a payé largement pour le nettoyage et qu’il est même bien possible qu’on lui refasse le larfeuille avant de le foutre dehors si jamais il y est allé d’une petite diffamation envers madame…
        Je sais bien que les patrons de bistrot sont chargés de veiller à ce que le client n’abuse pas de la boisson et ont l’interdiction de servir une personne déjà visiblement ivre mais il faut bien reconnaître qu’il y a quand même un léger conflit d’intérêt non? …

      2. Sur le principe vous avez raison, Facebook n’est « que » un site.

        Cependant, il a une position dominante, ce qui n’est pas un hasard étant donné qu’il est plus avantageux pour les utilisateurs de se retrouver en un même lieu, un même média social… lequel devient du coup un peu plus que les autres sites. Quand FB montre la porte à quelqu’un, l’impact sur cette personne est plus important que quand c’est tel autre site. Ce qui justifierait à mon sens d’avoir la possibilité de s’assurer que c’est pour des raisons valables – seulement pour des propos qui tombent sous le coup de la loi du pays de résidence de leur émetteur, en pratique.

        Et le fait qu’un média comme Facebook soit privé, alors qu’il a acquis une telle position dominante, n’est pas sans poser question.

      3. 1/ Facebook n’est pas un média.

        2/ Personne n’est obligé d’avoir un compte sur Facebook pour se faire proposer de la pub.

        3/ Le caractère moutonnier de la population ne confère pas de responsabilité spéciale à Facebook.

      4. https://www.laquadrature.net/2019/04/16/derniere-chance-pour-le-parlement-europeen-de-rejeter-la-censure-de-masse/
        extrait :
        …/… Les Verts, GUE et S&D (les trois groupes de gauche du Parlement) ont déposé des amendements qui supprimeraient l’obligation de retirer « en une heure » les contenus signalés par les autorités publiques. Tel que nous l’avons toujours expliqué, un délai aussi court est irréaliste pour toute plateformes du Web, si ce n’est les plus grosses. À moins que ce délai ne soit supprimé, les petites et moyennes plateformes devront cesser leurs activités ou se soumettre aux outils de modération de Facebook et Google. …/…

        Où il n’est pas question de neutralité du net mais bien de censure privée.

      5. Un léger manque de cohérence à dire que les réseaux ne sont pas des médias tout en reprochant à Poutine de les utiliser pour influencer les élections non? Sauf à chipoter sur le mot comme un castaner en panique évidement

      6. @ Julien Alexandre 7 mai 2019 à 23 h 31 min
        vous avez écrit plus haut :
        …/… Juste pour mémoire ce blog jouit d’une modération « active » assez zélée. Avons-nous remis en cause la neutralité du net ? …/…

        le schmilblick, c’est votre usage de la notion de neutralité du net
        la neutralité du net n’a pas grand chose à voir avec la modération d’un site
        mais plus avec l’égal accès pour tout un chacun
        pour ce que j’en sais

      7. @ Romain

        Exactement, c’est pour cela que je ne comprends pas que l’on s’offusque de la modération de Facebook comme une atteinte à la neutralité du net. Précisément : rien à voir.

      8. Tout le contraire de l’attitude de Priscillia Ludosky, si tu as pris le temps de regarder la vidéo…

      9. @Julien

        Mais si ! C’est la même chose. Les groupes FB sont des lieux de partage d’information, auxquels sont censés participer à égalité des milliers de participants. Tu comprends bien que si tu dissuades, ou si tu ralentis certains auteurs, tu obtiens exactement le même résultat à l’intérieur de FB, qu’en abandonnant la neutralité du net.

        J’ajoute que je suis persuadé que c’est manuel. Voici par exemple, le copier-coller d’un texte que j’ai tenté de publier sur plusieurs groupes suite à la conférence de presse de E. Macron, et qui m’a valu une censure de 4 jours, entre le 30 avril et le 3 mai après-midi. Y vois-tu des insultes ? des appels à la haine ?

        ===================================

        Tout est « profond « chez le président Macron, il « pense profondément », il « croit profondément », il « considère profondément », il « regrette profondément »…je suis sûr qu’il « marche profondément », qu’il « dort profondément », qu’il « nage profondément »…qu’il…qu’il…bon. Un peu répétitif de dire « profondément » tout le temps comme ça.

        Il nous ENFUME profondément, ça c’est sûr, avec sa prétendue réforme fiscale. La vraie réforme fiscale, c’est celle qui consisterait à mettre fin à la dégressivité de l’impôt pour les couches supérieures de revenus, tel que le propose Piketty. (voir revolution-fiscale.fr)

        Quant à ses pathétiques tentatives de faire croire qu’il a de l’empathie pour les modestes, il faut être acteur pour jouer la comédie, et pas un acteur amateur…un exercice difficile, lorsque de surcroît, on laisse les LBD40 dans les mains de la BAC, et que les tirs aux visages perdurent. Ses longs silences, ses regrets simulés, ne suffiront pas à faire oublier les mutilations, et cachent maladroitement son mépris pour les classes populaires.

        Une explication sincère de ce qui ne marche pas dans le capitalisme n’était pas au rendez-vous hier, malgré 5 mois de réflexion. Ces 5 mois ont au contraire dévoilé le pot aux roses…Emmanuel Macron a dévoilé ce qu’il est vraiment, un maillon de ce « capitalisme de connivence » (tentative de vendre ADP, de la FDJ, des barrages en pleine crise des Gilets Jaunes).

        Aussi je me permettrais de dire que notre président, pour qui j’ai pourtant voté faute de mieux, m’est désormais profondément antipathique.

        https://www.facebook.com/222704418288224/videos/278727396364850/

        ===================================

      10. J’ajoute, que nombre d’organes de presse, et aussi le gouvernement, mentionnent ce qu’ils « ont lus » sur Facebook, c’est donc qu’ils reconnaissent le réseau comme une source. Mais si cette source est volontairement polluée ? Si on y surproduit des fake-news, et qu’on y sous-produit les messages de réflexion, on eut alors tailler un costar sur mesure à n’importe quelle idée alternative ?

      11. @Vincent Rey( 9/5 à 10h02)

        De chez vous, entendez-vous mes applaudissements…?? (à votre « adresse » à Macron!! ) (..Pour le reste du post je m’abstiendrai de commenter). °(^!^)°

  9. Mais je reviens sur le sujet…

    Les difficultés actuelles ne seraient elle pas le fait d’un affrontement permanent, entre des élites qui entendent bousculer nos habitudes pour mieux préserver les leurs, et des peuples qui tentent, depuis toujours de s’adapter toujours d’avantage aux perpétuelles mutations qu’on leur impose d’en haut, espérant ainsi les habituer à la précarité..?
    On voit bien ici que le concept même d’habitude n’a pas la même valeur pour chacun.
    L’habitude est un luxe hors d’atteinte pour la grande majorité des populations de nos sociétés civilisées,
    et une élite minoritaire l’a bien compris, toute absorbée qu’elle est à son incommensurable ennui.
    Mais les distractions habituelles de ces élites, qui consistaient à nous regarder grouiller, affolés après avoir piétiné nos maigres habitudes ne suffisent plus à satisfaire leur malsaine et supérieure curiosité.
    Désormais c’est notre nombre qui nuit à leur tranquillité.
    Nous voici donc coupables de nous reproduire, comme la vermine!
    Nos vies, comme tous les déchets issus des richesses consommée sont pollution désormais!
    Les esclaves serviles seraient coupables et auraient donc à expier leurs crimes?
    Pourquoi pas au fond…
    Et cela tout le monde semble très bien s’y habituer!
    Cherchez l’erreur.

    Vous qui cherchez un vrai combat ?
    Le voilà. Et ce sera un combat à mort.
    A moins que vous ne préfériez Games of Thrones…
    Eric.

    1. @torpedo (7/5 à 11h30)
      Un mot pour vous dire que son contenu m’a fort intéressé. Hypothèse à mon avis valable..
      Peut-être à examiner sérieusement! (confrontée à d’autres..)

      1. @Otromeros,

        C’est gentil, mais il n’y a pas d’hypothèse dans mon propos,
        Seulement des constats devant lesquels il s’agit avant tout
        De savoir, si enfin, une vision commune est possible,
        A la fois, de ce qui nous arrive, et de comment réagir ensemble…
         » Les confrontations pour, peut-être, examiner sérieusement des hypothèses..? »
        Merci, je vous les laisse sans hésitation,
        Avec les habitudes et l’ennui qui va avec…
        Moi, je suis ici pour rattraper un peu du temps qui fut si savamment gâché
        A contempler le pire avec fascination, et peut-être pour certain, à l’espérer.
        Eric.

    2. Torpedo -Eric
      Bonsoir !
      Tout dépend de ce que vous entendez par « élite ». Pour moi les vraies « élites », en ce moment plus que jamais, ce sont les multinationales (qu’elles soient grandes entreprises ou petites avec structure plus souple c-à-dire qui peuvent réagir plus vite) qui me paraissent, avec ma « naïveté » en économie, être purement et simplement un détournement de la loi anti-trust des EU ou « du droit à la concurrence » de l’Europe. Ce sont elles qui définissent les politiques économiques des Etats à l’échelle quasi mondiale, lesquels Etats n’ont plus qu’à mettre en place des politiques pseudo sociales pour tenter de « mettre au pas » les populations. Ces (vraies) « élites » n’ont pas eu besoin d’avoir la distraction de nous regarder « grouiller », s’en moquent, elles passent leur temps à se surveiller entre elles (: « qui mangera qui » ?).
      Extrêmes droites, ou libéraux, ou conservateurs au pouvoir, aucuns ne se risquent ou ne se risqueront de se priver de tels « investisseurs » soi-disant « créateurs d’emplois et de richesses ».
      On est bien là dans le  » très très très inhabituel » et on ne doit pas s’étonner que les peuples se tournent vers les extrêmes droites nationalistes tant ils se sentent dépossédés 1 de leurs spécificités, 2 de leurs droits républicains .
       » On estime leur nombre ( de multinationales) à 80 000, pour 840 000 filiales et 75 000 000 de salariés. Elles représentent les 2/3 du commerce mondial. Leur nombre a considérablement augmenté depuis 1990 qui était alors de 37 000. » (source wikypédia)

      1. Bonsoir Jac,
        Oui, nous parlons bien des mêmes élites… Et par extension aussi des technico-commerciaux à leur service, que sont devenus nos politiques…
        Et bien sûr que ce qui grouille ne les amuse plus…
        Même le mépris, vous savez à la longue, c’est lassant, pour les esprits supérieurs…
        D’abord ça grouille beaucoup trop tout autour d’eux, et en plus ça n’achète même pas suffisamment!
        L’inhabituel, c’est que les politiques pseudo- sociale ne suffisent plus à tromper les peuples, et c’est bien le
        problème…
        Va donc falloir se servir d’un anesthésiant plus puissant, mais plus instable… Le nationalisme.
        Et même si ça ne relance pas vraiment la consommation, ça pourra aider au moins le commerce des armes…
        On se console comme on peut!
        A plus, Eric.

      2. La « dépossession », c’est exactement ça.

        Ce sentiment de dépossession économique explique toutes les émergences populistes de par le monde, en ce moment. Et les populismes ont ceci en commun, selon moi, qu’ils se trompent de cible. Ils pensent attaquer le « système » en privant le politique de toute légitimité, ou en le dépouillant de tout pouvoir.

        Alors que le capitalisme n’attend que ça, l’anarchie ou une absence de règles, pour se libérer de toute contrainte. Tragique erreur…qui nous mène peut-être vers l’ultra-ultra-libéralisme.

        Vincent Rey
        findutravail.net

  10. Pour le dire vite !
    Ce qui reste inhabituel, tout à fait inhabituel parce que nouveau dans sa forme, c’est la dualité et la confrontation de deux groupes amenés à se constituer au fil des dernières années.
    L’un issu d’un tout petit nombre mais détenant le pouvoir de l’argent, l’autre, pas complètement dupe de ces différences, ayant nouvellement accès à une information plurielle de masse et en opposition frontale aux visions du groupe dominant.
    L’inhabituel et tout à fait nouveau est « l’enjeu planétaire » qui oppose ces deux groupes.

    En pareilles circonstances font irruption beaucoup de faux nez (corrupteurs de tous calibres) pour abuser la clairvoyance de cette bipolarité.
    Pas NOUVEAU là.

  11. Bonjour
    ce qui est  » habituel » , normal c’est que tout gouvernement s’ accrochent désespérément au pouvoir, que les classes dominantes, les élites, ou autre termes s’accrochent férocement au pouvoir, et ses avantages……
    Et faire croire que Trump dégagé, ainsi que ses équivalents ailleurs, remplacé par de gentils démocrates ou de gens de « gauche » cela iras mieux, est une imposture. Qu’on fait les Hollande, Obama, rien!!….
    l’opposition quelle se disent démocrate ou de gauche doit se remettre en cause fortement, radicalement, arrêter de soutenir ce capitalisme libéral ou pas, à l’agonie. Et non pas essayer de le gérer , le mieux possible, vouloir toujours donner des gages aux conservateur , à la droite, aux patrons,aux hommes d’affaires, démontrer qu’elle peut être meilleurs gestionnaire de ce système….
    Elle doit au contraire affirmer , haut et fort ( la gauche , les démocrates), que le capitalisme libéral c’est fini!,
    Qu’il faut passer a autre chose.
    Pour l’instant on ne voie rien venir, tout le monde essaye de ne pas affoler l’électeurs dans des programme très rassurant.
    Les gilets jaunes, ont montrer qu’ils n’espérez plus rien des politiques , ils ont donner un sacré coup de vieux aux partis et syndicats (tous), ils les ont ringardisez. certes dans des revendications flou, ambiguë, mais c’est un début. Une bonne parti , pas tous, ne veut pas voir que c’est le capitalisme qu’il faut remettre en cause. Mais, cela viendra….Car le capitalisme n’a plus rien a leur offrir, les réformes avant apporter des choses positives, des progrès, dorénavant cela est l’inverse, elles n’apportent que flexibilité, précarité, pauvreté…..
    Rien que sur le travail, la remise au travail, et tout les beau discours, sur l’insertion. Il se produit , ce que je pensez déja , depuis quelques temps…le chomâge disparaît, mais avec une explosion de la précarité, on donne un peu de travail à tout le monde , et donc, il faut faire parfois jusqu’a trois emplois pour pouvoir vivre (un le matin, un aprés midi, et un le soir. Cela bien sur dans le capitalisme actuel, telle qu’il fonctionne. beau résultat.
    Si vous compter les heures de transports, l’essence, on n’est pas sortie de l’auberge des gilets jaunes, avec en plus le prix de l’essence qui explose !. Donc , tous précaire de 7 à 77ans…mais Macron , veut lutter contre les inégalités de destin…traduction on partiras tous sur la mêmes ligne de départ ….capitaliste!!!. on achéve bien les chevaux

    1. @bob (7/5 à 12h40) écrit:
       » Les gilets jaunes, ont montrer qu’ils n’espérez plus rien des politiques , ils ont donner un sacré coup de vieux aux partis et syndicats (tous ) « ….
      ,
      A mon avis, pour les partis c’est irrécupérable (demandez aux grecs..).
      Par contre, pour les syndicats….c’est à mon sens un grave erreur, si ce que vous écrivez est réel… Un syndicat peut et doit être bousculé de l’intérieur … « suffit » de vraiment participer personnellement…et ça c’est une autre histoire!

      1. Un syndicat n’en est plus vraiment un à partir du moment ou il est financé par autre chose que les cotisation des adhérents. Pas le moindre centime de subventions et vous verrez comme ils se transforment « de l’intérieur »…

      2. Plutôt très d’accord avec Dup. Aucun syndicat n’est indépendant (cotisation des adhérents), ils vont tous à la soupe au financement. Sauf certains syndicats patronaux, mais ils ont accès au tiroir caisse, ceci explique cela.

      3. Dup , CloClo…
        Je vous comprends, hélas…. Admettons donc l’hypothèse que je vous parle peut-être d’un pays voisin de la France dans lequel les  » vrais » syndicats quasi-indépendants du budget national existent (encore…….) et jouent (bien obligés? ) du haut vers le bas puis , obligatoirement, du bas vers le haut..avant toute « décision tactique/programme » socio-économique importante…. [[ Bien sûûrr ne pas nier que des structures internes ( élues par ceux de la base qui se déplacent …) qui servent de relai obligé (pour que ce ne soit pas un immense bordel) peuvent , disons  » interférer » néfastement..!..souvent leur compte est réglé…aux élections internes suivantes, soit bien sûûrr trop tard pour empêcher que le mal soit fait sur le sujet débattu….]] C’est la vie « démocratique interne »… en + et en – .

  12. Paul Jorion dit en termes polis et sans ambiguïté et selon un point de vue original, ce que les gens un peu sensés disent en termes impolis dans les manifs’, et c’est cela qui est insupportable à leurs yeux.

    Paul Jorion a la mauvaise idée pour ces gens de mettre ses plus beaux habits lorsqu’il est invité quelque part pour s’exprimer publiquement, ainsi il établit un rapport de force, par retournement du signe distinctif.

    Paul Jorion a la mauvaise idée de ne pas sauter sur son cabri à la moindre occasion. Il ne monte d’un cran lors de ses prises de position que lorsqu’il a épuisé toutes les tentatives pour convaincre ceux qui ne comprennent pas ou ne veulent pas comprendre. Alors quand il dit quelque chose de très pertinent avec le nouveau ton qu’on n’attendait pas, il surprend, et alors ils tremblent sur leurs chaises. On le censure.

    Paul Jorion a bien raison d’avoir ces « mauvaises idées » !

  13. Bonjour,
    Je veux juste remercier MR Jorion et tous les commentaires faits car cela me rends moins seul.
    Cela me fait un bien fou de vous lire, merci à tous et à ce blog.
    Continuez…

  14.  » Pour reprendre une expression commune, le sentiment qui prévaut est que les journalistes de toutes les époques ont en permanence « le nez dans le guidon », qu’ils ne parviennent pas à prendre de la hauteur, qu’ils n’arrivent jamais à dire : « cela, on ne l’a jamais vu ». »

    Paul, je ne sais pas si vous avez raison sur cette analyse. Peut être.
    Pour ma part, j’aurais une autre explication.
    Sur le manque de perspicacité de nos journalistes, je rajouterais la chose suivante.
    Dans la grande majorité et notamment parmi les plus influents (éditorialistes, commentateurs d’actualités, etc…), les journalistes font parti d’une classe sociale que je décrirais comme ayant des conditions de vie agréable, bon salaires, avantages sociaux conséquent en gros ce sont des CSP+. Je ne parle pas des journalistes précaires (stagiaires ou pigistes, journalistes de terrain, …) , je parle des journalistes « main stream », ceux proche des pouvoirs économiques ou politiques. Vous comprendrez que pour eux, la situation n’a pas intérêt à changer. Ils font parti des gagnants. A partir de là, on comprends que consciemment ou inconsciemment, leur analyse ne sont plus objectives. Ils sont d’abord dans la protection de leurs intérêts.
    Alors soyons honnête jusqu’au bout. Nous même, nous sommes aussi influencé par notre position sociale. Pour ma part, je fais parti des précaires donc je vois l’explosion du système comme une chance pour que ma vie change. C’est logique. MAIS, à la différence de bcp de journalistes, je le sais. Je connais ma position sociale et l’influence qu’elle peut avoir sur mes raisonnements et je pense que c’est aussi votre cas. Tout comme, tout ceux qui sont « hors système ». A ce titre, j’ai la faiblesse de penser que nos réflexions, sur ce qui est entrain de se produire , sont plus crédibles.

      1. Pardon Hervey, mais…..ma réponse de 21h10 s’adresse à @Pierre(7/5 à 16h26) …!!!!!!!!!!!!!!!!!

  15. Le génie du néolibéralisme c’est d’avoir passé à la moulinette des marchés toutes les valeurs qui organisent nos sociétés pour les projeter sur l’axe du temps/pognon. Ces mêmes marchés, sans état âme et majoritairement sous le contrôle d’IA programmé pour ramasser tout ce qui dépasse, ont déjà sérieusement entamé notre capacité à décider de notre destinée.
    Pas de valeurs, pas de jugement, tout se vaut, impossible de choisir et décider pour les gens sans argent (les fourmis) et pour les autres (les cigales), le capitalisme leur commande d’en accumuler. Le piège s’est refermé sur l’humanité immobile à regarder s’accumuler des tas d’or, alors que nos successeurs technologiques prolifèrent et approchent de la singularité.
    Youpi ! (J’ai une de ces colères qui gronde en écrivant ces lignes)

    1. il n’y aura pas de singularité : se demander si un ordinateur peut penser, c’est aussi intéressant que de se demander si un sous-marin peut nager , par contre que ces outils soient actuellement utilisés pour nous presser jusqu’à la dernière goutte au profit d’une minorité c’est une évidence

      1. Mais où avais-je la tête, c’est évident qu’il n’y aura pas de singularité puisque l’univers est rempli de planète avec des Valery.

  16. Bonsoir,
    Je vois chaque jour lorsque je vais chercher mon pain au village cette banderole chocante accrochée au grillage de la cour de récréation : école en colère contre la loi Blanquer.
    Ceci est pour moi de la propagande de mauvaise augure.
    Que font les enseignants de cette école ?
    Non c’est vrai je ne suis pas concernée, cela ne me regarde pas car je ne suis pas parents d’élèves, j’ai tout simplement était choquée par cette banderole.

    1. C’est trop dommage que personne ne réponde à ce qui est d’évidence une demande d’aide de votre part.
      Je tente mon schmilblick car, en effet, la problématique que vous exposez est très, très préoccupante.

      J’ai quelques suggestions:
      Changez de boulangerie.
      Dans un petit village, c’est pas toujours possible, je connais.
      Avez-vous essayer les biscottes? Même les petites épiceries de village doivent en vendre. Je ne parle même des supérettes…
      Ou bien faites le vous-même, ce pain qui vous confronte à un problème sans solution.
      Y’a des petites mécaniques de cuisine qui font ça très bien. Ma femme en a une pour les quelques jours où la neige nous coupe du village. Reste qu’y faut ensuite cuire la pâte. Ça demande un peu d’habitude.

      J’en vois d’ici des hypocrites qui vous diraient de tourner la tête. A quoi bon contempler chaque jour cette satanée affiche, pensent-ils. C’est là où la conscience citoyenne -la vôtre- joue son rôle d’alerte et d’information. Mais entre-nous, Blanquer, qui connaît? Un illustre inconnu qui abuse de sa furtivité pour faire avaler n’importe quoi aux instits, aux élèves et à leurs parents sous prétexte de réformes. Il joue sur la peur de son déclassement, comme tous ses camarades…

    2. Ce sont les lois Blanquer et la politique de Blanquer qui sont choquantes pas les banderoles qui irritent votre obsession contre les enseignants.
      Mais ce changement de posture suppose un minimum de lectures et de remise en question de dogmes…

    1. Il y a aussi eu un incident lors de la Fed Cup aux Etats-Unis en 2017 lorsqu’un soliste interprétant l’hymne allemand avait utilisé le premier couplet « Deutschland über alles », interdit depuis la seconde guerre mondiale, plutôt que le troisième couplet « Einigkeit, Recht und Freiheit » qui est maintenant l’hymne allemand.
      https://www.lexpress.fr/actualite/sport/tennis/fed-cup-la-version-nazie-de-l-hymne-allemand-jouee-aux-etats-unis_1878467.html

      A mon sens, l’explication la plus probable est l’erreur, suivant le dicton « Ne jamais attribuer à la malice ce qui s’explique plus simplement par la sottise ».

      Une athlète du Kazakhstan avait bien du il y a quelques années écouter l’ « hymne » satirique (et en anglais) du film « Borat » 🙂 !
      https://www.youtube.com/watch?v=MR18Pzbf-nY

      1. Sauf que même pour quelqu’un qui est un mélomane fort peu averti l’Espagne est un des 4 pays du monde dont l’hymne n’a pas de paroles (sauf peut être : tsin paata tsin paata tsin qu’on fredonne aux petits enfants dans les familles de rouges avant de les manger 🙂 )
        L’incident australien avait le mérite de ne pas être interprété par un chanteur mais par des musiciens donc on pouvais raisonnablement penser à une erreur de partition mais la…

        « España es uno de los cuatro países del mundo que no tiene letra en su himno nacional junto con Kosovo, Bosnia y Herzegovina y San Marino » dixit La Vanguardia avec une certaine nostalgie je présume…

  17. Peut-être même pas hors mais pile dans le titre de l’article… :

    https://www.rtbf.be/info/monde/detail_paul-magnette-president-de-la-commission-europeenne-l-impossible-reve-des-socialistes-francais?id=10214480

    Une autre favorable nouvelle ( malgré qu’ ici on connaisse la triste vérité pour les « vraies gens » grecs de la fable de Mosco sur  » la GRECE va mieux..  » ) ..peut-être en primeur??
    (de ma correspondante préférée qui suit de près la vraie situation des gens « normaux »…)
    (totalement hors sujet…quoique..? )
    =====================================================
     »  »  »

    Angélique Kourounis vient de poster ceci sur twitter : https://twitter.com/angelikkour/status/1125805166538690560
    Annonce Tsipras baisse immédiate de la TVA de la nourriture ds super marchés de 24% à 13% baisse aussi ds restauration,baisse tva ds énergie de 13 à 6%+retour des « etrennes » de Pâques pr retraités . Pour 2020 baisse de la taxe de solidarite et cotisations+allègements fiscaux

    (Tsipras l’a tweeté lui-même ici (en grec) : https://twitter.com/PrimeministerGR/status/1125805861069303808)

    Cyniquement, je dirais qu’on sent que les élections approchent. Mais tout de même, pas sûr que ND [ note : ND = le parti « Nouvelle Démocratie » …à droite toutes! ] aurait choisi ce genre de cadeaux électoraux…
     »  » « 

  18. A mon avis tant que l’inhabituel n’atteint pas l’assiette, ça passe.

    Nous avons de quoi manger.

    C’est ça qui permet à l’autoritarisme d’aller loin sans que ça bouge.

    L’homme est resté simple : Videz son frigo, et vous allez voir qu’il va se passionner pour la politique, et mettre son nez partout.

    En attendant, le système qui assure la continuité des repas est le bon.

    1. + 1.000.000 -:)

      En passant…votre ligne :  » L’homme est resté simple : Videz son frigo, et vous allez voir qu’il va se passionner pour la politique, et mettre son nez partout.  » est bien « libre de droits… » ??

    2. @ Thomas,

      Vous faîtes erreur, l’homme est encore plus simple que cela,
      Devant son frigo vide, il jurera qu’on ne l’y prendra plus, et votera RN!
      Mais pour autant, serait-ce « qu’il se passionne pour la politique » ?
      Non, c’est seulement qu’il fourre son nez dans son propre nombril!
      Il n’a qu’un nez, et ne peut le mettre partout.
      Charité bien ordonnée…

      Eric.

      1. Torpedo,

        Il pourrait aussi commander sur Amazon à manger ou aller à l’Hyper à moins de 20 mn, ou à la superette en bas de chez lui. Et moyennant un billet de banque ou une carte de crédit, le frigo se remplira de nouveau Pourquoi voulez vous qu’une frigo vide se remplisse avec un bulletin de vote, c’est étrange comme raisonnement non ?

        Surtout quand tu écris, juste plus bas, je suis un peu taquin, que :

        « Magnifique, Anne Frank si clairvoyante face au danger et pourtant une simple enfant…
        Si seulement nos regards pouvaient, malgré l’âge qui avance, conserver une si belle fraîcheur!
        Si chacun osait exprimer une foi aussi instinctive en l’homme, cet espoir désespéré…
        En la bonté innée des hommes…
        Plutôt que d’en appeler stupidement à son extinction pour crime contre l’humanité!
        Eric. »

      2. @CloClo(8/5 à 15h34) écrit en réponse (« taquine »..) à @torpedo :
         »  »  »
        … Surtout quand tu écris, juste plus bas, je suis un peu taquin, que :
         » Si chacun osait exprimer une foi aussi instinctive en l’homme, cet espoir désespéré…
        En la bonté innée des hommes…
        Plutôt que d’en appeler stupidement à son extinction pour crime contre l’humanité
        « !
         »  »  »

        CloClo, +1
        Merci de m’empêcher de devoir réfléchir pour décider ou non de poursuivre… BAV
        ( en plus..j’avais pas remarqué..)

  19. Dans toutes les époques il y a eu du très inhabituel. Et cet inhabituel annonce en général des mutations. Quid d’aujourdhui? Quelles sont ces mutations?:
    1. La fin de la parenthèse démocratique dans l’histoire du monde.
    2. La fin de la croyance dans l’ideologie du progrès (bienfaits du progrès technologique, inéluctabilité du progrès social, bienfaits du progrès économique )
    3. L’avènement d’un fascisme élitaire s’appuyant sur des techniques de biopouvoir permis par les technologies
    4. La guerre ou du moins la violence armée comme mode de régulation privilégié des conflits

    D’autres idées ?

    1. @Cloclo et Otromeros,
      Voyons, Messieurs!
      Je situais seulement le débat (mais bon sang, était-ce donc si haut?),
      A un niveau plus… représentatif de l’avenir qui se profile!
      Et je me fous pas mal de la question du choix d’un fournisseur alternatif!
      Quand Thomas, parlait de frigo vide, comprenez que l’origine de ce vide n’était pas:
      Que le propriétaire du dit-frigo avait simplement oublié de faire ses courses,
      Ou même qu’il s’était fait cambrioler (!),
      Ce qui ne présenterait pour le débat, pas grand intérêt, vous en conviendrez …
      … Mais que la société lui en avait, à force d’abus et d’inégalités grandissantes,
      Confisqué le contenu en rendant inaccessible, financièrement,
      Un approvisionnement normal et suffisant…
      Et c’est bien dans ce sens qu’il l’entendait aussi, puisqu’ il concluait en disant:
      – « En attendant, le système qui assure la continuité des repas est le bon. »
      C’est donc bien « le système » qui vide le frigo, Mmm?
      Je doute qu’en cas de disette généralisée de nos belles sociétés développées,
      Vous mangerez plus à votre faim en commandant sur Amazon,
      Qu’en allant faire la queue à la soupe populaire!
      Oui Môssieur, si le Français moyen ne peut plus bouffer, il vote pour Pétain!
      Maréchal, nous voilà!.. Et tout le toutim…
      On parle d’extinction là, quoi!
      Vous êtes ici sur le blog de Paul Jorion, Merde.
      Faudrait suivre un peu, quoi!
      Taquin! Ah ces jeunes…Qu’est ce qu’il faut pas entendre!
      Me taquiner, moi!

      Blanc becs!
      Eric.

    1. J’avais pas bien lu la liste.
      Un nom d’ un ingénieur sup-aéro, docteur en astro-physique avec une thèse très originale -il considère les planètes comme étant les molécules d’un gaz- et quelques autres trucs, dont journaliste (remercié) à Science et Vie, plus beaucoup d’autres choses, certaines risquées, pas toutes incontestables ou assurées…,
      ce nom est rayé. Pourquoi?

  20. Bonjour
    A otromeros 21h 7 mai
    D’accord avec vous sur les syndicats ….j’aurais du nuancer , La responsabilité est a faire porter plus sur les appareils syndicaux, les directions. mais , comme vous dites , malgré cela pourquoi les salariés ne se révolte pas plus et ne débordent t-ils pas les appareils !?. il y a de multiples explications, certes. Dans certains moment de l’histoire cela c’est fait, en 68 par exemple. Un ami qui travailler dans une entreprise, qui est maintenant a la retraite, a rencontrer d’autres collègues a la retraite, de cette mêmes entreprises , et discussion aidant , et constate que ses anciens camarades qui ne bouger pas dans l’entreprise , faisaient profil bas , ne se syndiquer pas….étaient a fond gilets jaunes !?
    Pour avoir aussi connu , la « psychologie » de base de l’antisyndicalisme primaire , ou tout était bon comme argument pour ne pas se syndiquer, et surtout bouger, je sait combien c’est dure pour faire évoluer les choses dans une entreprise. Il ne faut pas étonner de la difficulté a joindre le mouvement syndicale et gilets jaunes.

  21. « Oyez, oyez, braves gens ! »,
    Aux témoins que nous sommes tous : Anne Frank (Le Journal d’Anne Frank, extraits) : « On ne me fera jamais croire que la guerre est provoquée que par les grands hommes, les gouvernants et les capitalistes. Oh non, les gens aiment la faire au moins autant, sinon les peuples se seraient révoltés contre elle depuis longtemps ! Il y a tout simplement chez les hommes un besoin de ravager, un besoin de frapper à mort, d’assassiner et de s’enivrer de violence. […] Tant que l’humanité entière, sans exception n’aura pas subi une grande métamorphose, la guerre fera rage. […] Voilà la difficulté de notre époque, les idéaux, les rêves, les beaux espoirs n’ont pas plus tôt fait leur apparition qu’ils sont déjà touchés par l’atroce réalité et totalement ravagés. C’est un vrai miracle que je n’aie pas abandonné tous mes espoirs, car ils semblent absurdes et irréalisables. Néanmoins, je les garde car je crois encore à la bonté innée des hommes. Il m’est absolument impossible de tout construire sur une base de mort, de misère et de confusion, je vois comment le monde se transforme lentement en un désert, j’entends plus fort, toujours plus fort, le grondement du tonnerre qui approche et nous tuera, nous aussi, je ressens la souffrance de millions de personnes et pourtant, quand je regarde le ciel, je pense que tout finira par s’arranger, que cette brutalité aura une fin, que le calme et la paix reviendront régner sur le monde. »

    1. « On ne me fera jamais croire que la guerre est provoquée que par les grands hommes, les gouvernants et les capitalistes… » dit Anne Frank ?

      Puis elle rajoute :

      « Oh non, les gens aiment la faire au moins autant, sinon les peuples se seraient révoltés contre elle depuis longtemps !

      Elle précise encore :

      « Il y a tout simplement chez les hommes un besoin de ravager, un besoin de frapper à mort, d’assassiner et de s’enivrer de violence. […]  »

      Et termine par :

      « Tant que l’humanité entière, sans exception n’aura pas subi une grande métamorphose, la guerre fera rage. […]  »

      J’ai quand même envie de répondre à ses propos, en me demandant tout de même si la guerre est PROVOQUE par les femmes de ménage, les SDF, et les partisans de l’économie solidaire voir d’Emmaüs ? Si ce sont LES alors y a problème non ?

      Si ce sont LES gens, au lieu DES gens, il y a aussi problème dans cette phrase.

      Si ce sont LES hommes avec un petit h (même un grand d’ailleurs), il y a aussi problème. LES peuples, personnellement je ne connais pas trop, quelqu’un connaît ?

      L’Humanité entière, une grande métamorphose ? Vain diou c’est quoi ce truc là ?

      Tout cela pour dire, que collectivement, malgré nos défauts et tares, on peut faire société, on y arrive pas si mal si on veut bien observer, nul besoin d’aimer ni son voisin, ni soi même, juste se conformer à des règles et normes communes. Ce n’est pas parce que je n’ai aucune transcendance, ni aucun amour de mon prochain, que j’ai envie de le trucider non mais ! Maintenant, va aussi falloir gérer collectivement, notre rapport à au milieu naturel, non parce qu’on l’aimerait, où qu’il devrait être sauvé, mais parce que c’est dans notre intérêt collectif purement rationnel de le prendre correctement en compte.

      Bref, évitons les mots creux et grandiloquents et surtout les généralisation abusives, et construisons sur des bases claires et simples, suffit de se donner des règles (vu la complexité 10 commandements c’est pas suffisant…). On n’est pas que des bêtes kamême !

      1. « …par les femmes de ménage…»
        Et pourquoi pas ?
        Samedi dernier (c’est véridique) une femme de ménage, que je connais bien, m’a dit qu’on devrait « tuer tous les Gilets jaunes ! »
        Je te la fais courte : elle vient d’Afrique, et me dit ne pas comprendre que des gens se plaignent encore en France, malgré toutes les aides, etc. « Du travail, y’en a ! Ils n’ont qu’à aller dans mon pays pour voir c’que c’est, ces fainéants !» D’ailleurs, elle-même, elle est obligée de faire 4 ménages quotidiens, aux quatre coins de sa ville, pour réussir à vivre et envoyer chaque mois un peu d’argent dans son pays d’origine. Je l’avais même invitée à aller voir le film de Ruffin et Perret « J’veux du Soleil ! » afin de « se rendre compte » des problèmes que beaucoup doivent surmonter… « Tu pourrais être une Gilet Jaune ! », lui dis-je alors. Elle m’a répondu : « Ça va pas la tête ! »
        Je pourrais te citer d’autres exemples, si tu veux, venant de braves gens, partisans de ceci ou de cela…
        En effet, le genre humain, on sait où il a commencé : en Afrique. Mais on sait aussi maintenant, où ça se termine : dans notre Tête, mon CloClo ; mais tu as raison, évitons les mots creux et…

      2. Je comprends très bien ce que tu dis, et je sais très bien que la position sociale n’est pas la garantie d’un comportement et d’une attitude, loin de là, mais là n’est pas mon propos, parfois essayons de monter d’une marche :

        C’est le verbe « provoquer » qui est important dans la phrase. Et elle dit « sinon » dans la suivante, et qu’est-ce qu’elle en sait, elle s’enferme elle même en faisant un gros paquet (= les peuples) pour tout mettre dans le même sac. C’est une erreur grave de raisonnement. Mettre toute le monde sur le même plan quant aux responsabilités, cela n’a pas de sens, aucun sens. L’espèce humaine ça n’existe pas le moins du monde ailleurs que dans nos têtes, comme l’Humanité. Ca n’existe pas du tout ce truc ! Il y a des individus semblables à un moment donné de l’espace/temps et c’est cela qui est réel. En faire des paquets informes et généralisants (elle dit « sans exception », sur quoi elle se base pour écrire ça ?) ça peut servir pour classer et saisir les grosses mailles mais certainement pas pour raisonner. Je conteste donc totalement ce qui soutient l’idée écrite par AF que nous serions tous des sanguinaires avides de morts et portés à la destruction. Ceci n’est pas la réalité des êtres. Je pense même que c’est totalement l’inverse ! C’est mon opinion et je la valide avec moi-même.

      3. @Cloclo
        «  (vu la complexité 10 commandements c’est pas suffisant…) »

        10 commandements, c’était parce que la simple, fondamentale nécessité de l’amour du vivant était trop difficile à mettre en œuvre, en sortant de la « bestialité« .
        En fait, non.
        L’amour ne permet pas l’asservissement des peuples. Il faut une religion pour que les ingénieurs d’âmes puissent tromper les peuples en leur vendant un succédané de spiritualité, assorti de commandements; dix sont insuffisants, alors une pléthore de codes complète l’arsenal.
        Il y a deux mille ans, un rebelle tente de revenir au fondamental, avec cette clé simple: l’amour.
        Pour cela, on le tue.
        D’autres prétendus suiveurs, s’écartent du modèle et recommencent avec règles, traditions, codes, commandements.
        On en est à combien ?

        Alors même que beaucoup ne demandent qu’une vie paisible, simple.

      4. « L’espèce humaine ça n’existe pas le moins du monde ailleurs que dans nos têtes, comme l’Humanité. »
        Donc, si je te comprends bien, CloClo, l’humanité ne serait qu’une chimère, une illusion, un rêve irréalisable. Tout comme peut-être
        L’Europe, que nous fêtons pourtant aujourd’hui…
        Et, même si nous partons du fait que nous avons tous une tête, comme tu le reconnais, et que notre tête permet de penser par nous-même, de raisonner afin d’agir et de permettre à « l’idée d’humanité » de surgir de chacune d’elles – à partir du moment où nous prendrions conscience que notre individualité même ne peut avoir aucune existence propre en dehors du genre humain – l’humanité n’existerait toujours pas à tes yeux !
        Alors, admettons, admettons que ce « truc », comme tu dis, n’ait jamais existé. Il ne resterait désormais qu’une seule possibilité, une seule issue, la seule envisageable pour que puisse exister l’humanité pour notre espèce : le futur !
        Or, Anne Frank a écrit : « la chose importante à garder en tête est qu’il ne faut jamais attendre une minute pour commencer à changer le monde. »
        Ce serait donc le futur qui nous imposerait l’existence réelle, véritable et effective de l’humanité, à condition que nous entendions, tous, le message de cette gamine, qui, je crois est le suivant : il nous faut rétroagir avant qu’il ne soit trop tard sur notre passé, à travers le vécu de nos divisions et de nos révoltes, pour créer une nouvelle humanité douée d’une vitalité hors du commun, face au néant.
        ……….
        Mais retour à la réalité réelle d’hier et d’aujourd’hui ; celle des êtres que nous sommes toujours, individuellement et collectivement, donc.
        Le 6 août 1945, au-dessus de la ville Hiroshima, explosa une bombe, nom de code : «Little Boy» : petit garçon.
        Le 9 août 1945, trois jours après, c’est au tour de «Fat Man» : homme obèse, de s’écraser sur Nagasaki.
        Ainsi 200 000 hommes, femmes et enfants moururent en quelques secondes afin que d’autres de leurs semblables prennent enfin « correctement » en compte « l’intérêt collectif et purement rationnel » d’autres individus non moins semblables, mais bénéficiants de quelques occasions plus favorables… Tout cela, bien sûr, suivant les règles concrètes de la guerre, parce qu’ « on n’est pas que des bêtes kamême ! »
        ……….
        Alors, à quand la grande métamorphose ?
        Albert Einstein, découvreur de l’espace-temps, a dit : « Aucun problème ne peut être résolu sans changer le niveau de conscience qui l’a engendré. »
        Alors, me diras-tu, si le futur lui-même n’existe pas, CloClo, c’est peut-être parce que le mouvement seul, comme dit le poète, est la quiétude.
        Mais qu’est-ce que Le mouvement ?
        Une vapeur de l’espace-temps, une petite poussée de fièvre spatio-temporelle inhabituelle, ou bien (par définition), un « regroupement traduisant de nouvelles d’idées » autour d’un rond-point ou sur une place publique ?… va savoir !

      5. « Si ce sont LES alors il y a problème non ? »
        Mais vous avez tout à fait raison CloClo !
        Aussi, on se demande bien pourquoi, Victor Hugo a intitulé son roman « Les Misérables », au lieu de l’intituler « Des Misérables », hein ?
        Victor Hugo : « Il y a un point où les infâmes et les infortunés se mêlent et se confondent dans un seul mot, mot fatal, les misérables ; de qui est-ce la faute ? »

    2. @ PHILGILL,

      Magnifique, Anne Frank si clairvoyante face au danger et pourtant une simple enfant…
      Si seulement nos regards pouvaient, malgré l’âge qui avance, conserver une si belle fraîcheur!
      Si chacun osait exprimer une foi aussi instinctive en l’homme, cet espoir désespéré…
      En la bonté innée des hommes…
      Plutôt que d’en appeler stupidement à son extinction pour crime contre l’humanité!
      Eric.

  22. Des doutes sur le racisme ordinaire et le mépris de classe d’ Emmanuel Macron ?

    « Le boxeur, la vidéo qu’il fait avant de se rendre, il a été briefé par un avocat d’extrême gauche. Ça se voit ! Le type, il n’a pas les mots d’un gitan. Il n’a pas les mots d’un boxeur gitan », juge le président de la République. Emmanuel Macron s’offusque que des gilets jaunes soient reçus à la télévision : « Jojo avec un gilet jaune a le même statut qu’un ministre ou un député ! ».

    https://blogs.mediapart.fr/patrick-cahez/blog/040219/les-prejuges-de-macron-sur-christophe-dettinger

    A tous ceux qui ont glissé un bulletin de vote pour ce mec, vous avez choisi entre la peste et le choléra malheureux que vous êtes. Il n’y a que les cyniques et les aveugles pour ne pas le voir.

    Il n’y a pas de différence de nature entre les fascismes col bleu et col blanc juste de degré (et encore me dit ma tata paulette c’est même pas sur, oui bon mais tais toi tata, j’écris sur le blog de Paul Jorion sans filet !)

    1. Dans son livre « Cœur de boxeur » (qui paraît le 8 mai, tout un symbole !), le journaliste Antoine Peillon raconte l’histoire de Christophe Dettinger, le héros des gilets jaunes, à l’opposé des mensonges du pouvoir qui s’acharne contre lui. Il est l’invité de Denis Robert pour son premier entretien pour Le Média.
      https://www.youtube.com/watch?time_continue=263&v=wSUVFDtiYcc&fbclid=IwAR3RrPVGNraDQoaSpiG99BgeHLeBd8y2zEyPu9wF-5uQvsie-HCyf2yxRZs

    2. @ CloClo (8/5 à 18h44) écrit:
      … » A tous ceux qui ont glissé un bulletin de vote pour ce mec, vous avez choisi entre la peste et le choléra malheureux que vous êtes. Il n’y a que les cyniques et les aveugles pour ne pas le voir « .

      Hum…!…ça me semble ambigu…

      Si vous évoquez le premier tour (ce que je ne crois pas…) , alors OK…y avait du choix.

      Si, comme je le crois, vous évoquez le second tour, alors…CloClo, puisque par là vous me donnez je pense « le bâton pour vous faire battre », permettez que, malgré la considération que je porte à vos écrits en général (pas tous hein.!.) , je fasse mon boulot de commentateur… °(^!^)°

      Donc … si vous parlez bien du second tour … : Il eût fallu.. selon vous (ce que vous avez effectivement fait??) ( bien entendu pas d’obligation de répondre!)… :
      1. Aller à la pêche comme dab ces jours-là…
      2.Se déplacer en personne au bureau de vote….pour ?
      ++++ 2.a : Voter « blanc ».. bulletin rentré vierge.
      ++++ 2.a : Écrire sur le bulletin de vote, seulement (si on veut rester poli…)  » CACA » ….(choix des majuscules ou des minuscules quand même)…°(^!^)° …et, donc, voir son bulletin compté?? comme quoi??…annulé??… autres….
      ++++ 2.b : Voter « Emmanuel  » effectivement. « Bingo »..
      ++++ 3.c : Voter  » Marine » effectivement. [[ Y aurait là , sûrement ?? , en cas de succès de M.L., ensuite, une successive Assemblée, disons « hétéroclite » …avec tous les inconvénients de compositions de majorités aux votes des lois diverses… et, surtout, variables (en particulier en France) selon le sujet.., ce qui aurait empêché plus que très probablement les conditions aujourd’hui remplies à raz-bord indispensables à l’omnipotence décisionnelle actuelle [..enfin..!..jusqu’à décembre 2019, apparition d’un phénomène (g.j.) OVNI ..] d’Emmanuel… et par conséquence entraîné l’absence/la minorisation des saloperies sociales cumulées depuis « EL KHOMERI/MACRON/HOLLANDE »……!!…. »très bien »..!..mais aurait bien sûr aussi INÉLUCTABLEMENT amené à voir renaître des « chamailleries » dignes d’un passé pas si lointain….qui ont bien contribué à amener la Vème..!..
      Vème que certains, que j’estime fort par ailleurs.., veulent « bousculer/effondrer » au profit d’une VIème recréée par une Constituante à réécrire démocratiquement du bas vers le haut , logique, …après deux ans de « réflexion » (assistée?, comment?..contradictoire?par qui? à quels moments de la journée? capable de rivaliser avec BFM/LCI&les autres?…j’en oublie..) populaire …très bien..!. .
      SAUF QUE ces mêmes « certains » , bien trop souvent injustement globalement vilipendés ici et là et qui ont auparavant réussi à mettre en place, pour leurs propres sympathisants suivis par d’autres simplement curieux puis souvent convaincus, les conditions modernes permettant de manière interactive un travail PRÉALABLE essaimant..remarquable d’éducation civico/socio/economique.. , travail titanesque… hélas d’une durée clairement insuffisante pour percoler en masse électorale significative …selon moi… (d’ailleurs voir les résultats du premier tour..!..) , et encore pour trop d’années même si on croit aux vertus de la transmission exponentielle des réseaux sociaux (.. qu’on me détrompe..) , ces mêmes certains donc semblent ne pas vouloir?/ne veulent vraiment pas? comprendre/admettre/ autres..qu’ils ont obtenu un résultat magnifique…. d’éducation/perfectionnement individuel…. oui….mais, à nouveau selon moi, INSUFFISAMMENT PESANT en proportion de l’effectif total des « constituants/votants d’un futur rapproché » …D’où…. gros gros doutes personnels sur l’avenir électoral et l’impasse actuelle… et encore moins sur les décisions de vote que prendrait la majorité des participants aux futurs fondamentaux obligés questionnements prévisibles… Désolé.
      « What else? » … »mystère et boule de gomme » je le crains. ]] …A nouveau désolé.
      ++++ 4.d : autres . (merci alors de me préciser mes oublis éventuels)
      BAV.

    3. Le président de la République est censé représenter la nation française dans toute sa diversité, bien que certains ‘mauvais esprits’ aient pu le qualifier de ‘président des riches’ ; mais voilà t’y pas qu’il vient d’affirmer qu’il se battra pour que la liste du RN ne soit pas gagnante ; agissant ainsi, il perd son statut de président de tous les français pour ne devenir que le chef du parti LREM.
      Les commentateurs politiques et les sondages, pronostiquent une forte abstention le 26 mai ; il faut les faire mentir et se rendre en masse au scrutin, il y a suffisamment de choix parmi les listes pour ne pas tomber dans ce piège binaire tendu par les deux listes censées tenir la tête des intentions de votes…

  23. Ghosn Ier, empereur des bagnoles, s’est rêvé roi de France en son palais de Versailles, les nippons, pour lui apporter cohérence à ce scénario, lui ont fait goûté la guillotine virtuelle…

    1. @Tout me hérisse(9/5 à 23h39) écrit… prophète … °(^!^!)° … :

      Cadeau « royal »… A ARCHIVER pour l’éducation des générations futures … et qui devrait (doit) garnir la bibliothèque des dossiers de tous les lecteurs de ce blog..

      SURTOUT, d’abord lire attentivement l’article (assez court et surtout d’une sublime clarté..!!…)
      ENSUITE , seulement visionner absolument l’entièreté des 8′ (huit minutes seulement..) de la deuxième , dernière vidéo … Inoubliable , éducatif (et j’en passe..)
      https://www.huffingtonpost.fr/entry/anniversaire-de-carlos-ghosn-a-versailles_fr_5cd3ef95e4b0db2524b63a96?ncid=other_twitter_cooo9wqtham&utm_campaign=share_twitter

      <>
      ..De rien.

  24. Nous sommes dans le très inhabituel : oui.
    Nous sommes à la veille d’un conflit mondial généralisé : non, du moins pas encore…
    Chacun prend actuellement ses fantasmes pour des réalités : le président des Etats-Unis, les Iraniens, les Saoudiens, les Européens ultra-libéraux comme les nationalistes d’extrême droite, les Vénézuéliens…
    Nous contruisons actuellement tous un monde de post-vérités parce chacun d’entre nous prend actuellement ses fantasmes pour des réalités.
    Ne plus savoir observer la réalité et la fantasmer, cela nous pousse à rejeter nos démocraties où les réalités sont devenues complexes. On commence par altérer la pratique démocratique habituelle légèrement et on finit par basculer dans un régime anti-démocratique…
    Consciemment ou non, tout le monde participe actuellement à l’affaiblissement de la démocratie. Lutter contre la démocratie n’est plus le domaine réservé d’Orban, de la théocratie Iranienne,de Bachar El Assad, du Parti communiste Chinois, du régime féodal Saoudien, d’un président Trump nationaliste, fou et égocentrique, d’un Bolsonaro nationaliste, fou et démagogue ou d’un Poutine plein de sang sur les mains.
    Eviter de s’encombrer de pratiques trop démocratiques est aussi le levier d’action de gouvernements dits « libéraux » comme le gouvernement Français, Canadien, Belge ou Allemand (les exemples commencent à remonter progressivement).
    Et effectivement, oui quand la démocratie s’affaiblit, il ne reste plus que la loi du plus fort. La loi du plus fort, c’est toujours tôt ou tard la guerre….
    Mais nous n’en sommes pas encore là même si nous sommes au début de ce chemin.
    Il est toujours temps de changer de direction !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.