Vidéo – La critique marxiste n’est pas assez radicale !

Ouvert aux commentaires. La « science » économique n’est pas une science, et sa critique marxiste n’est pas assez radicale

Vous devez être connecté pour lire le contenu complet de l'article. Vous pouvez vous abonner ici

Partager :

13 réflexions sur « Vidéo – La critique marxiste n’est pas assez radicale ! »

  1. Vu le poids du silence qui passe avec « langueur… monotone… » sur cette « lumineuse » mise au point, faisant une distinction entre sens du mot critique, et celui de radicalité, visant le Marxisme… séparant nettement les peurs que l’une (la critique) suscite… de ce que la peur de l’extrémisme de l’autre terme (« pas assez radicalisé »), n’en dévalorise pas non plus le « prix » mobilisateur de l’autre (vecteur d’intérêt général), mais suggérant justement une forme d’incomplétude… quel « ange » n’ose pas demander à « l’Assemblée », où à la source émettrice de cette clarté : qu’est-ce qu’on fait… où même que faire… ? Qui n’aime pas être et paraître naïf, aveuglé, crédule, et a peur même de la peur d’avoir à demander son chemin… ?

  2. Un très grand merci, Paul, pour cette remarquable synthèse !
    J’ai lu les livres cités, j’en avais compris les diverses avancées, mais dans cette vidéo, tout devient limpide, clair.
    On pourrait imaginer un court manifeste.

    PS- cet après-midi (avant de voir ta vidéo), j’ai contemplé, ému, le portrait de Proudhon et ses enfants peint par son ami Courbet (expo au Petit Palais, Courbet / Yan Pei-Ming : allez-y !).

  3. Et voilà, les petits sobriquets de mon genre vont savoir un peu près quoi rétorquer aux indécrottable marxistes radicaux de salon.
    Merci Paulo ! 😀

  4. Il y aurait donc des « privilégiés » de « l’État de droit », pour qui aucun périmètre de « manifestation interdite » ne saurait contraindre, un soutien espéré de « l’opinion publique »… ?

    En effet quel étrange constat visuel peu être fait, que d’apercevoir des « agricultures » que les médias mainstream, et certains politiques, présentent en souffrance, sous payés par la « grande distribution »… occuper… sans présence de gaz lacrymogène, ni de tirs de flash-ball ou agressivités de policiers de la bac, de la « brave »… les « Champs Élysée » – occupation d’un tel symbole, interdite aux gilets jaunes, manifestations syndicales d’ouvrier.e.s, ou à d’autres mouvements de désobéissances civiles : eXtinction Rébellion, Décrocheurs de portraits, Zadistes, mouvements pour un lutte contre l’inaction politique… par rapport aux URGENCES CLIMATIQUES et SOCIALES… ?

    Plus étrange encore est d’entendre ces médias de masse, politiques… être de connivence avec les plaintes de certains « agriculteurs » au sujet d’un certain « agro-bashing », que ces mêmes « chaînes d’info en continue » occupant la majeur partie des canaux principaux de l’audimat… auraient du mal à mettre à leur crédit, à se reprocher à elle même quoi, sauf à prendre « l’opinion » pour plus conne qu’elle n’est… ?

    Tout n’étant rien d’autre qu’un « rapport de force » comme le rappel judicieusement M. P. Jorion) ou est-il envisagé de le positionner au juste… d’en déporter… son centre d’équilibre, de « gravité » du moins (déstabilisation des convergences des luttes attendues pour le 5 décembre..?) par rapport d’un coté, aux « privilégiés de l’Etat de droit » feignant de s’en prendre à la « grande distribution » (mais pas aux banques, à la finance… ?) vis à vis du « prix » des produits vendus (et invendus, gaspillés pour faute de mal calibrage… ?), qui ne les fait pas rentrer dans leurs « coûts de productions » (hors « aubaines »… ?), derrière la « compétitivité » du CETA, etc… et de l’autre coté, pas de la rue… par rapport aux supposées « pleurnicheries » des « pouvoirs d’achats » des petites retraites, des chômeur.e.s, des travailleur.e.s pauvres (dont une partie est discriminée en toute impunité dans les deux tiers d’embauches faites exclusivement en CDD très courtes durées, temps partiel contraint – saisonniers – dans l’accès aux logements) des SDF (dont plus de 300 sont mort depuis le début de cette année), des 9,3 millions de familles mères isolées… vivant sous le seuil de pauvreté, des 30% des « bénéficiaires du RSA » ne touchant aucun « pognon de dingue mis dans les minimas sociaux qui fait que les pauvres le restent et se déresponsabilisent » (NON RECOURS) toutes et tous « gagnant en pouvoir d’achat » en hypothéquant les protections sociales amoindries, les droits « déchus », de la solidarité d’un modèle social… pour qui « l’interdiction de manifester » sur les Champs… est aussi répressive que les brutalités policières commises lors des contrôles aux faciès, la « chasse aux réfugié.e.s »… le « ras le bol fiscal », « poujadisme » des « temps de cerveaux disponibles » qu’à vouer un « culte féroce » à la « dictature des émotions » sondant les doutes, incertitude, indécisions, de « l’opinion »… devant « jouer » le rôle « d’arbitrage privé » … ?

    1. A qui le rôle d’abriter le « prix » pour la santé publique, pour l’économie et indépendance agricole, de la mal bouffe, des pesticides impactant jusqu’à sa perte, la biodiversité, des sols arables, nappes d’eau souterraines, et eaux de surface, contaminées, derrière la raréfaction des conditions de climats tempérés (ces fameuses « aubaines »), les risques d’intensifications de sécheresses, inondations, etc…?

      1. A qui le rôle d’abriter le « prix » pour la santé publique, pour l’économie et indépendance agricole, de la mal bouffe, des pesticides impactant jusqu’à sa perte, la biodiversité, des sols arables, nappes d’eau souterraines, et eaux de surface, contaminées, derrière la raréfaction des conditions de climats tempérés (ces fameuses « aubaines »), les risques d’intensifications de sécheresses, inondations, etc, dues aux activités humaines responsables du dérèglement climatique (des gaz à effet de serre des échappement de moteur à explosion, des industries de toutes sortes, etc, au gaz de méthane provenant d’élevage animalier – de bovidés…) ? Aux futures générations pour qui éviter le risque d’extinction des espèces, dont la notre, sera un défi impossible…?

  5. Bien qu’il soit dommage que mon dernier commentaire n’appariasse pas (alors qu’il apparaît que quatre commentaires, sur les cinq annoncés en entête… Est-ce du au fait que le médiateur étant occupé ailleurs, des bugg « s’ingèrent », et interfèrent…?) rende dommageable au fond du commentaire et du blog de Paul Jorion… l’idée que sa conclusion voulait ouvrir comme portes, faut-il en rester là… ?

    Donc, voilà ce que le dernier commentaire voulait exprimer : « A qui le rôle d’abriter le « prix » pour la santé publique, pour l’économie et indépendance agricole, de la mal bouffe, des pesticides impactant jusqu’à sa perte, la biodiversité, des sols arables, nappes d’eau souterraines, et eaux de surface, contaminées, derrière la raréfaction des conditions de climats tempérés (ces fameuses « aubaines »), les risques d’intensifications de sécheresses, inondations, etc, dues aux activités humaines responsables du dérèglement climatique (des gaz à effet de serre des échappement de moteur à explosion, des industries de toutes sortes, etc, au gaz de méthane provenant d’élevage animalier – de bovidés…) ? Aux futures générations pour qui éviter le risque d’extinction des espèces, dont la notre, sera un défi impossible, mais qui pourront toujours se consoler avec le « black friday »…? »

     Faut-il en déduire pour autant un manque d’empathie, de compassion, pour les 30% d’agriculteur.e.s vivant en dessous de 350 euros/mois, et en souffrance, et suspecté d’une tentative « extrémiste » de hiérarchisation les valeurs morales… visant à atténuer, « relativiser »… la souffrance des « agriculteurs » manifestants sur les « Champs… » par rapport aux SDF, morts, aux chômeur.e.s…? Le simple fait de rappeler que dans la guerre du rapport de force, les statistiques, chiffres du « scientisme », ne disent jamais rien de qui des deux « protagonistes » supposés, sont propriétaires privés, de terres, de bâtis, etc, laissant en « héritage » aux futures générations, conjoint.e.s de quoi « subsister »… rembourser des dettes insupportables… devrait suffire à rappeler qui reste dominant dans la déstabilisation disruptive et permanente, du dit rapport de force…

    Ces statistique et chiffres ne disent rien de plus d’ailleurs, desquelles des souffrances d’agriculteurs, préfèrent « privilégier » les dires d’un ministre de la souffrance animale, entre autre… défendant la corrida, autant que le « secret d’affaires » d’abattoirs (et autres conflits d’intérêts, favoritisme, clientélisme, carriérisme politique, etc que couvent les pantoufleur.e.s du verrou de Bercy – cuisse dont « Jupiter » est sorti…?) et autre « fermes 2.0 » de la « start-up nation » qui préfèrent « l’ubérisation et ordinisation » défiscalisée et désocialisée du travail segmenté à la tâche, des savoirs et services publics dématérialisés, privatisés, technocratisés, numérisés et de l’emploi précarisé, quand il ne se délocalise pas… alors que sont assistés sans contreparties les bénéficiaires d’actions de cour de bourses qui spéculent sur la faim dans le monde, sur les ventes d’armements patriotiques à qui consume plus d’1,7 planètes par an, etc (et autres représentativité du « luxe et de la luxure à la française ») , et ceux des élevages intensifs, et de l’agriculture dé-raisonnée (OGM, pesticides autorisés à la vente à l’étranger, etc)… ?

    De même que ces statistiques n’en diront pas plus de qui des agriculteurs en réelles souffrances n’auront pas bénéficié, été « privilégié » du « droit à l’erreur fiscal » (« blanchiment » des crimes et délits fiscaux, sociaux, moraux environnementaux par rapport aux « externalités négatives » polluantes, aggravant le dérèglement climatique, la perte de biodiversité – Bolloré et l’huile de palme…) et autre impunité légalisée sur « l’immorale optimisation » du chiffre d’affaire… alors que la « compétitivité » du CETA ouvre les portes à qui cherche à faire socialiser à l’intérêt général, aux vides juridiques internationaux, les futures problèmes de santé publique, de pollutions, de dérèglements climatiques, alors que les dettes publiques explosées par les cracks financiers des subprimes, de Dexia, etc et socialisation des pertes casinos et dettes privées pourries… ne sont pas encore digérées par le « ras le bol fiscale », « poujadisme », et sont les arguties justifiant une « prise en otage » de « l’opinion publique »… faut-il attendre des non dits des statistiques, un éclaircissement quelconque sur le centre de gravité du rapport de force… ?

    1. Par ailleurs, qu’est-il possible comparer dans les raisons de mettre l’accent que sur les souffrances se traduisant en suicide chez les 30% d’agriculteurs vivant en dessous de 350 euros… quand plus de 40 000 chômeur.e.s, précaires, SDF, meurent chaque année de suicides, pathologies cardiaques, etc, liées au stress, au manque de moyen de se soigner, etc… ?

    2. « Bien qu’il soit dommage que mon dernier commentaire n’appariasse pas (alors qu’il apparaît que quatre commentaires, sur les cinq annoncés en entête… »

      Vous ne l’avez peut-être pas placé là où vous imaginiez l’avoir mis.

      1. C’est possible, en effet. Veuillez alors m’excuser (et accepter mes remerciements « en même temps » pour avoir publié les dits commentaires…) de ne pas avoir envisagé toutes les possibilités (mes erreurs comprises) ayant échappé à mon « entêtement fanatique » et à mon difficile entendement d’une complexité des rapports sociaux, filtrés par la « magie invisible » du « monde numérique »…

  6. S’il était possible de préférer choisir ce commentaire, au précédant, je vous en serais grès, merci…

    C’est possible, en effet que je n’ai pas mis le commentaire entre guillemets dans celui du « 27 novembre 2019 à 19 h 06 min », là ou j’ai laissé entendre qu’il puisse être trouvé et lu. Veuillez alors m’excuser d’avoir laissé entendre par inadvertance à votre mise en cause, et accepter mes remerciements « en même temps » pour avoir publié les dits commentaires… Il m’est difficile de ne pas avoir envisagé toutes les possibilités (dont mes erreurs comprises) ayant échappé à mon « entêtement fanatique ». Ma recherche est tellement « fanatique » dans la « perfection », par rapport aux doutes, incertitudes, indécisions de mes réflexions verbalisées, que j’oublie que certaines « subtilités » des « rajouts », corrections, etc, peuvent marquer comme différences certaines dans les interprétations possibles que soulèvent mes propos… Et mon difficile entendement à appréhender une complexité des rapports sociaux, filtrés par la « magie invisible » du « monde numérique » (ce sur quoi je reste dans l’incompréhension qu’il me soit apparu le chiffre de 5 commentaires en entête, alors que seulement quatre étaient lisibles…) n’aide pas à atténuer les doutes, indécisions incertitudes en question.

    1. Par ailleurs votre patience et compréhension d’autrui est bien plus admirable que la médiocrité et brouillerie dans laquelle souvent je « m’illustre ».

  7. La vision ‘scientifique’ de Das Kapital et la vision ‘scientifique’ des économistes du temple, même combat… ? 😉

Les commentaires sont fermés.