Les très dangereux jeux anti-chinois des apprentis-sorciers qui nous gouvernent…, par Yorgos Mitralias

Ouvert aux commentaires.

Ce qui impressionne n’est pas tellement que Trump crée de toutes pièces une Chine coupable d’avoir “exporté” ou même d’avoir “fabriqué” le Covid-19. Venant d’un clown mythomane et raciste qui excelle en inventions de boucs émissaires de toute sorte et qui a fait sa fortune en attribuant systématiquement aux autres ses propres bêtises et autres agissements criminels, de telles allégations ne surprennent pas. Par contre, ce qui pourrait surprendre c’est que les médias et la plupart des chancelleries européennes s’empressent de suivre Trump dans sa campagne anti-chinoise hautement périlleuse, “oubliant” le manque total de crédibilité dont souffre ce sinistre personnage… (1) 

Venant des mêmes médias européens qui ont pris l’habitude de s’extasier devant les exploits du capitalisme sauvage chinois et surtout des mêmes chancelleries européennes qui brillent depuis des décennies par leur refus obstiné de “soulever la question de la violation (systématique) des droits humains par le régime chinois” quand ils rencontrent les dirigeants de Pekin, leur actuelle fureur anti-chinoise a de quoi étonner. De même, a de quoi étonner la facilité avec laquelle elles font leur même les plus délirantes des affirmations anti-chinoises de ce Trump dont, par ailleurs, ils ne cachent ni l’antieuropéanisme, ni les troubles psychotiques Alors, de quoi s’agit il ? Que se passe-t-il que tout ce beau monde européen décide subitement de s’aligner sur Trump pour dénoncer une Chine présentée comme source de tous nos maux actuels ? Pourquoi ces comportements scandaleux qui frisent le retour aux temps du… « péril jaune » ?

Mais, tout simplement parce que tant Trump que les médias et les chancelleries européennes veulent attribuer à la Chine leurs propres gaffes et maladresses et surtout leurs propres manquements criminels dans la gestion de la pandémie du coronavirus ! Car il est manifeste qu’on n’est pas ici devant une quelconque crise passagère, mais devant quelque chose de cataclysmique aux enjeux historiques, qui menace – potentiellement – les divers ordres établis en mettant à nu les manquements des gouvernants et les tares congénitales du système qu’ils servent fidèlement. Alors, attention car, indépendamment des intentions premières de ses acteurs européens, cette campagne anti-chinoise a sa propre dynamique, elle sent la poudre et peut échapper à tout contrôle du moment que – ne l’oublions pas – son meneur est ce Trump non seulement fou à lier incontrôlable mais aussi va-t-en-guerre plus que dangereux…

Voici donc pourquoi ces médias et ces gouvernants européens persistent à accuser la Chine de tous les maux comme par exemple de cacher le vrai nombre de ses morts de coronavirus quand on sait que pratiquement tous les pays européens – ainsi que les États Unis- ont fait ou même continuent de faire de même et à une échelle souvent bien plus grande ! Et aussi, voici pourquoi les médias européens, et surtout ceux de France, n’hésitent pas de passer sous un silence assourdissant, de censurer systématiquement les voix les plus autorisées en la matière simplement parce qu’elles osent contredire leur propagande anti-chinoise. En commençant par les prises de position de tout ce qui fait autorité mondialement : l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et aussi les prestigieuses revues médicales The Lancet et Nature. Voici donc une récente déclaration bien éloquente du rédacteur en chef de The Lancet Richard Horton, qu’on ignorerait (la presse francophone n’en a soufflé mot) si, en zappant, on n’était pas tombé pas par hasard sur l’interview qu’il donnait à la journaliste-vedette de CNN Christiane Amanpour le 27 Avril passé : « On devait être reconnaissants aux autorités chinoises, et encore plus à l’OMS, parce qu’elles ont fait tout ce qu’elles pouvaient pour alerter le monde sur la gravité de cette pandémie. Malheureusement, plusieurs démocraties occidentales n’ont pas pris au sérieux ces avertissements. Cela n’est pas ce qu’on entend dire à ce moment, mais je crois que c’est cela qui est plus près de la vérité plutôt que ce qu’on entend actuellement » ! (2)

En effet, il faut avoir la mémoire bien courte pour ne pas se souvenir de nos médias (français en particulier) se moquant ou dénonçant à longueur de journée les autorités chinoises qualifiées d’« hystériques » qui osaient imposer, en janvier, des mesures « barbares » comme le confinement strict, « totalement inacceptables dans nos démocraties libérales ». Et surtout, de nos médias et aussi de nos gouvernants qui s’en foutaient éperdument des avertissements venant de Chine et de l’OMS, préférant présenter le Covid-19 comme une… « grippette » anodine condamnée à disparaître sans faire trop de dégâts. Et penser que ce sont les mêmes journalistes, les mêmes médias et les mêmes politiciens qui osent aujourd’hui dénoncer de nouveau la Chine, mais pour des raisons diamétralement opposées à celles évoquées il y a seulement quelques semaines ! …

Le spectacle pitoyable offert par les dirigeants du monde capitaliste à l’occasion de la pandémie de coronavirus, prêterait a rire mais à une seule condition : Qu’il soit catégoriquement exclu qu’il puisse conduire à des situations cauchemardesques comme par exemple des affrontements directs entre puissances nucléaires. Malheureusement, avec un Trump décidé de tout faire pour rester cramponné au pouvoir et les principaux dirigeants européens choisissant de le suivre dans ses fuites en avant anti-chinoises, il y a désormais des chances pour que mûrisse chez quelques uns de nos gouvernants, Trump en tête, la tentation de la bonne vieille « petite guéguerre » qui serait bienvenue pour les sortir de leurs impasses actuelles. La recette est vieille et bien naïfs ceux qui croiraient qu’elle n’a plus cours par les temps qui courent…

Notes

1. Voir aussi notre texte précédent « Trump le pyromane déjà à l’œuvre incendiant le peu qui reste de la démocratie américaine ! » : https://www.cadtm.org/Trump-le-pyromane-deja-a-l-oeuvre-incendiant-le-peu-qui-reste-de-la-democratie

Et plus généralement, des milliers de textes, vidéos et images de première main (en anglais) venant des États-Unis et concernant tout ce qui se passe au sommet mais surtout à la base de la société nord-américaine, sont postés heure après heure sur le Facebook « Europeans for Bernie’s Mass Movement » que nous avons lancé il y a 4 ans et que nous conseillons aux gens de gauche : https://www.facebook.com/EuropeansForBerniesMassMovement/

2. “We should be grateful to the authorities in China, additionally greatly to the World Health Organization, because they did all they could to alert the world as to the seriousness of this pandemic. Unfortunately, it was many western democracies that didn’t take those signals seriously enough. That is not the narrative that we’re hearing played out at the moment, but I do believe that’s closer to the truth than what we’re hearing currently”.

Partager :

19 réflexions sur « Les très dangereux jeux anti-chinois des apprentis-sorciers qui nous gouvernent…, par Yorgos Mitralias »

  1. L’Europe se cherche un maître parce qu’elle a peur de son ombre. Elle hésite entre les USA de Trump et la bénignité de la Chine. Une fois l’un, une fois l’autre.
    La presse ne fait que suivre le mouvement.
    Rien de nouveau sous le soleil.

    Et rien de tout cela n’est réel.
    Le réel sera que l’après corona sera allemand. Sauf si nous avons le courage d’être nous-même.

    1. « Le réel sera que l’après corona sera allemand. »

      Was ? …Und warum ?

      L’Allemagne est un pays à la fois plus puissant que la France (économie, industrie, influence dans l’UE) et plus fragile (défense, démographie, énergie). C’est aussi pour nous un pays proche.

      Il est bien clair que chaque pays, comme chaque personne, doit être lui-même, ne serait-ce que parce que c’est le meilleur de lui-même qu’il peut le plus sûrement offrir au monde. Cela dit, l’Allemagne n’empêche en rien les Français de tenter de s’identifier à leur meilleur. Si nous choisissons collectivement de réagir comme un fétu emporté par le vent, ce ne sera pas de la faute de l’Allemagne.

      Et je ne vois pas pourquoi un déséquilibre dangereux de puissance au profit de l’Allemagne menacerait dans l’Europe d’après-covid.

      1. Ce que font, ou ne font pas, les USA n’a plus d’importance. Ce que pense Trump est sans effet, du moins sans effet positif. Je trouve humiliant de devoir s’interroger sans cesse sur les faits et gestes de ce pantin. Il brasse du vent, occupe le terrain et nous fait perdre du temps. Nous n’avons aucun moyen d’action sur cette baudruche, il faut le souligner.

        Les USA ont perdus leur leadership. Rien de bon ne peut en sortir sauf une grosse capacité de nuisance.

        Il me semble que certains ne s’accommodent pas d’avoir perdu leur gouvernante ou leur baby-sitter.

        Quant à la Chine, elle est trop loin et trop étrangère. Il faut distinguer la fascination qu’elle exerce sur certains intellectuels, du peuple pour qui la Chine, c’est simplement l’origine de la quincaille pas chère qu’ils peuvent s’offrir. (comme ce clavier avec lequel j’écris….)

        Concluons: USA et Chine, c’est zéro. Surtout sur le sujet brassé ici. Néanmoins, d’autres sujets les concernant réclament une attention à la fois soutenue et distanciée, géopolitiques essentiellement.

        Et c’est là où l’Allemagne entre en jeu. Cette même Allemagne qui apparaît comme le fossoyeur de l’Europe, si on veut bien suivre les chroniques de François Leclerc.
        Cette crise montre que les dirigeants allemands ont fait preuve d’une très bonne vision d’avenir sur le long terme avec des principes simples. Elle est la mieux armée pour faire face à l’avenir. Y compris sur les décombres d’une Europe agonisante, par son fait.

        Si nous n’y prenons pas garde, le lot de la Grèce, de l’Espagne, du Portugal, de l’Italie et de la France, c’est celui de l’est de l’Europe, l’arrière-cour sous-développée d’une Europe germanisée. Le processus est à l’œuvre depuis un certain temps déjà. Cette crise l’accélère et le rend plus évident.

        Je vous renvois ce que j’ai écrit sur l’Allemagne, que j’apprécie vraiment, et à quelques réflexions lumineuses de Timiota sur ce sujet (que je regrette de ne pas avoir soulignées sur le moment).

      2. Oui C’est vrai que les forces politiques actuellement en place ont profité opportunément de la réforme de Gerhard Schröder qui a conduit au dumping social allemand par non-respect des règles européennes. En particulier celle d’une inflation fixée d’un commun accord pour la BCE à 1,9%.

        Dire que les forces politiques ignorent la situation inacceptable de leur excédent est faux.
        Depuis Obama déjà les reproches faits à l’Allemagne sur son déséquilibre commercial ont été toujours plus virulents que ceux de ses partenaires européens. Pourquoi ? Mais en Allemagne c’est très populaire et politiquement payant de pouvoir dire que l’on rembourse la dette grâce à une bonne gestion. Nous avons le mythe du » zéro noir » ! Le zéro déficit public (payé par l’excèdent commercial) ! La grande masse de la population ne comprend les ressorts de la macroéconomie et les pouvoirs publics se gardent bien de lui expliquer qu’un état ne fonctionne pas comme une entreprise !
        Il y a de la pédagogie à faire en Allemagne surtout quand on sait que le mot dette se dit « Schulden » en allemand ; ce qui veut dire aussi coupables !

    2. Toujours ce petit relent nauséabond anti allemand !

      Une autre fragilité dont les allemands prennent conscience aujourd’hui c’est leur excédent commercial exorbitant. Ils commencent à comprendre que si leurs consommateurs français, italiens et autres sont en mauvaise santé c’est leur industrie qui en subira directement les conséquences.
      C’est là peut-être une chance pour l’Europe!
      Tant que les pays partenaires USA inclus pouvaient s’endetter sans difficultés pour payer les exportations allemandes ceux-ci ont fait la sourde oreille. Aujourd’hui le contexte a quelque peu changé.

      1. C’est en 2021 qu’ils « commencent à comprendre » les Allemands (avec une majuscule) que leur excédent commercial vis-à-vis de leurs voisins n’est pas tenable ?
        Dans la foulée, ce que vous décrivez ressemble davantage à de l’opportunisme qu’à une prise de conscience.

      2. Amusant. Contre-sens.

        Vous me rappelez mon livre de géographie ( de 1.ère , je crois- 60 ans en arrière):
        « L’Allemagne est fragile parce que c’est un pays industriel exportateur. Si la conjoncture économique s’inverse, ce pays sera en très grande difficulté ». Les rédacteurs devaient avoir encore en tête 1929.

        Actuellement, l’Allemagne est créditrice d’environ 900 milliards d’Euro sur le reste de de l’Eurozone: Wouha! la fragilité, j’ t’ dis pas.

        L’économie et la finance sont des armes pour se faire une place au soleil. L’avantage allemand ne résulte pas du hasard ou d’une chance indue.( i.e.: il doit tout à leur intelligence et leur capacité de projection dans l’avenir). Il serait idiot de croire que ce pays ne continue pas à l’utiliser, comme s’ils étaient incapables d’agir sur leur environnement.

      3. @ daniel : « il doit tout à leur intelligence ». Non, je ne nie pas une certaine culture spécifique, mais il doit beaucoup à l’histoire. A la ressource du charbon, à l’annulation de dettes et à des programmes internationaux de relance d’une Allemagne exsangue (par les destructions nécessaires de 44-45). Je dis cela en tant que belge : nous avons profité de la ressource charbon et congo jusque dans les années 60 (depuis 1850 !). Et notre économie vit toujours bien sur cette dynamique d’une économie ouverte et exportatrice. Mais quel pays reconnaîtrait qu’il doit son avantage compétitif à ses voisins ?

  2. Bien sûr avec Trump on atteint des sommes de bêtise et de dangerosité, et le nombre des morts aux USA est certainement sous-évalué. XI paraît par contraste paraît presque sage.
    Mais il faut raison garder.
    S’agissant de l’OMS je ne serais pas aussi élogieux.
    N’est-ce pas l’OMS qui préconisait au début de la crise du coronavirus qu’il ne fallait pas faire cesser les transports aériens cela au moment où en Chine on confinait une région entière ? Manifestement il y a eu un deal entre le directeur général de l’OMS, celui-ci vantant les mérites de la Chine dans sa gestion de la crise sanitaire moyennant quoi le commerce Chinois avec le reste du monde pourrait continuer comme si de rien n’était puisque l’OMS indiquait qu’il était contre-productif de fermer les frontières. Avec le recul on voit les dégâts qu’ont produit ces préconisations stupides. Notre gouvernement français au début de la crise du coronavirus prenait alors pour argument qu’il ne fallait pas fermer nos frontières au début de la crise puisqu’il avait la caution de l’OMS. On se souviendra par exemple du match Lyon-Turin… dénoncé d’ailleurs sur ce blog.
    Si le gouvernement Trump mène actuellement une guerre éhontée de l’information contre la Chine, le gouvernement chinois de son coté par la voie du porte parole de son ministre des affaires étrangères n’en a pas moins accusé les États-Unis d’être à l’origine de l’épidémie et ainsi d’avoir exporté le virus.

    1. @ Pierre-Yves, la question posée par Yorgos Mitralias dépasse celle du gouvernement Xi et ses errements initiaux (ou de sa politique blâmable) : elle concerne l’attitude actuelle de nos gouvernements et leur suivisme envers Trump pour cacher leurs incompétences.
      Je suis donc d’accord avec l’analyse de Yorgos et en désaccord avec la tienne.

      1. Jacques,
        Une grosse erreur n’excuse pas une autre, même si elle semble moins importante.
        Je rectifie juste des outrances dans ce texte, qui desservent son propos général quant à la nuisance de Trump. Sur l’OMS j’aurais pu ajouté que Taiwan est exclue de l’OMS et il n’y a personne à l’OMS pour en faire l’éloge alors que c’est un pays qui s’en est mieux sorti que nous.

      2. @ Pierre-Yves, pour ma part la quantification des « erreurs » reste problématiques même si je suis d’accord avec toi sur l’argument des erreurs effacées.
        Je dirais aussi que je ne vois pas d’outrances dans ce billet… mais bon tout est affaire d’appréciations, elles-mêmes liées à des affects. Tu connais la Chine, tu aimes ce pays, tu as des amis, donc tes affects contre Xi sont très respectables et je les respecte évidemment.

    2. Est ce que vous pensez que si les bonnes décisions avaient été prises dès le début ça aurait pu se terminé comme l’épidemie de SRAS en 2003 ( perso je ne l’ai pratiquement pas senti passer à l’époque )

    3. Vous avez dit deal entre le directeur de l’OMS et la Chine ? Vraiment n’importe quoi ! Vous savez comment est géré ce genre d’organisations mondiales ? C’est celui qui paye le plus qui est le plus important en matière de vote. D’ailleurs dans le Wahsington Post, on apprend que 16 membres de l’administration Trump sont intégrés à l’OMS: https://www.washingtonpost.com/opinions/2020/04/17/trump-tells-damnable-murderous-lie/ . Les Etats-Unis, étant le membre qui contribue le plus en dollars, est le membre qui a le plus de pouvoir. En janvier, c’est même M.Trump qui a félicité la Chine pour sa politique contre le virus. C’est parce que M.Trump rencontre par la suite des difficultés qu’il commence à charger la Chine. Dans le NYT, il est expliqué que M.Trump tellement de pression sur les services de renseignements occidentaux d’inventer une preuve contre la Chine que les agents sont obligés de déclarer publiquement que le virus est naturel: https://www.nytimes.com/2020/04/30/us/politics/trump-administration-intelligence-coronavirus-china.html . Même le renseignement français est sorti de sa réserve.

      Face aux critiques de la France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis de manque d’informations, la Chine vient de donner le calendrier de tout ce qu’elle a publié à l’OMS: http://pa.china-embassy.org/esp/gdxw/t1767087.htm . La question de manque d’information de la part de la Chine a été posée à l’Allemagne. Berlin répond : “Berlin ne voit aucun signe de dissimulation sur le coronavirus de la part de la Chine” https://www.oldenburger-onlinezeitung.de/nachrichten/berlin-sieht-keine-anzeichen-fuer-corona-vertuschung-durch-china-39410.html

      On comprend petit à petit pourquoi les Européens se joignent à Trump pour attaquer la Chine. Quel est l’intérêt de l’Union Européenne ? C’est évident : cacher sa propre faillite de manque de solidarité entre les pays européens, d’abord sur le plan de la politique d’austérité pratiquée depuis des années au détriment du service public. Et devant le spectacle pitoyable de solidarité entre les pays européens, c’est la Chine et les pays comme Cuba qui viennent en aide.

      Pour l’instant, l’origine du virus n’est pas connue. On apprend que le virus est apparue en France vers le mois de décembre. De même pour les Etats-Unis: https://www.lefigaro.fr/international/le-covid-19-a-fait-sa-premiere-victime-aux-etats-unis-20-jours-plus-tot-qu-on-le-croyait-20200422
      L’histoire nous dira où le virus a démarré, les scientifiques finiront par avoir la réponse. Wait and see.

  3. « Ce qui impressionne n’est pas tellement que Trump crée de toutes pièces (…). » Je crois au contraire qu’il faut « être impressionné » et s’interroger sur ce mécanisme. C’est le pouvoir de la parole de créer une réalité et de la partager avec des « adeptes » rassemblés par cette magie, au point que les démentis de votre réalité sont estompés. Nous baignons tous là-dedans. Même sur ce blog, nous voulons être le sorcier ou bien nous voulons entendre le sorcier !
    Dans certains cas, le mécanisme est institué, renforcé par la dynamique institutionnelle. C’est le cas du régime « présidentiel ». Comme on l’a dit, la première ministre de Belgique n’est pas présidente, mais chef de groupe de partis coalisés, ce qui donne une parole très différente. Et des belges « surréalistes », à considérer tout réalité « proférée » avec un regard de second degré (dominé, oui, mais pas dupe…). Mais nous sommes les premiers à courir pour une promotion commerciale de 0,05% sur tel prix !
    Dans tous les cas, le mécanisme peut évoquer l’effet « populiste », qui clive la société en un « peuple » des dominés contre des dominateurs autres : les chinois, les mexicains, les élites, les démocrates…. un effet très puissant (n’en déplaise à Paul qui a évoqué un populisme « positif » en peinture notamment, dont je doute.). Voilà ce que je voulais souligner (quel sorcier m’en dira davantage ?).
    Après, je suis d’accord avec l’article, on l’on a vu un déni de l’autre « chinois », ridicule d’abord, méchant ensuite. Notamment les discours de « politistes experts de la Chine » qui voient partout de la « propagande des communistes », de ces « partis-états » qui veulent nous voler nos marchés, derrière des gestes effectifs de solidarité.
    Il est vrai que Cuba menace le monde de sa domination prochaine ! Il ne peut en sortir que des mensonges ! A bas l’impérialisme cubain (oups, pardon, ça m’a échappé 🙂 ).

  4. Ce positionnement prive les états occidentaux de s’inspirer de la solution chinoise (qui vise à arrêter la diffusion du virus, au lieu de la diminuer). En laissant le virus se diffuser dans la population les économies sont dégradées plus longuement. Et la recherche de bouc émissaire s’amplifie.

  5. Il est assez clair que la Chine est prise comme bouc émissaire non seulement par Donald Trump mais par le plus clair des républicains américains – et je me méfierais aussi de leurs opposants démocrates. Et il peut être tentant pour tel ou tel dirigeant ou gouvernement européen de suivre, que ce soit par tropisme pro-américain ou pour la même raison que le président américain lui-même : faire porter à autrui le chapeau des conséquences de ses erreurs et fautes.

    Notons qu’un bouc émissaire n’est pas forcément innocent. Il est innocent… de ce dont on l’accuse. Le gouvernement chinois n’a pas créé le covid-19 dans un laboratoire, il n’a pas caché le danger de l’épidémie et il n’a pas caché les informations que les chercheurs chinois obtenaient sur le virus (premier séquençage, etc.) Cela ne signifie évidemment pas que le gouvernement dictatorial chinois, qui envoie les minorités ethniques suspectes en camp de concentration et intimide militairement ses voisins, soit innocent sur le principe… bien au contraire, c’est l’un des deux grands fauves qui se disputent entre eux la prééminence mondiale ! Simplement, il est innocent de ce qu’on l’accuse au sujet du coronavirus.

    Choisir un bouc émissaire n’est évidemment pas sage, et pour au moins trois bonnes raisons :
    – Accuser quelqu’un d’un crime qu’il n’a pas commis est injuste
    – Accuser un bouc émissaire c’est cacher y compris à soi-même ses propres responsabilités, alors que les reconnaître serait le premier pas pour corriger la situation
    – Tous les boucs émissaires ne sont pas des chatons sans défense. Certains peuvent mordre, quid du retour de bâton ?

    Pour l’instant, le gouvernement chinois réagit aux accusations par l’explication et la contre-propagande. Ainsi la vidéo-Playmobil « Il était une fois un virus » https://www.youtube.com/watch?v=Q5BZ09iNdvo (en anglais) bien faite et plutôt cinglante – il faut dire qu’il y a de quoi.

    Il est fortement souhaitable qu’on en reste là. Il est de l’intérêt de tous que ni aux Etats-Unis ni en Europe on ne se mette à croire à une Dolchstoßlegende (1), dont l’Histoire montre qu’elles peuvent être fort dangereuses à long terme.

    En ce qui concerne nous autres Français ou Européens – comme d’ailleurs tous les Japonais, Russes, Marocains, Indiens etc. bref tous les citoyens des pays autres que les deux superpuissances – il nous revient de nous informer, de conserver la mesure et la tête froide. Surtout face à des superpuissances qui tentent d’embrigader la planète entière dans leurs querelles : aujourd’hui c’est Trump l’Américain, à un autre moment cela peut être Xi le Chinois…

    (1) La « légende du coup de poignard dans le dos » était une tentative de disculper l’armée allemande de la défaite de 1918 en faisant porter le chapeau aux civils, aux démocrates, aux partis de gauche, aux Juifs… bref à tout le monde sinon aux responsables de la catastrophe allemande de l’époque. Quelques années plus tard, un petit activiste devait écrire depuis sa cellule de prison « Si, au début de la guerre et pendant la guerre on avait fait passer douze ou quinze mille de ces juifs corrupteurs du peuple aux gaz toxiques, tels qu’ont dû les subir sur le champ de bataille des centaines de milliers de nos travailleurs de tous les milieux et de toutes professions, les millions de victimes du front ne seraient pas mortes en vain : supprimer douze mille gredins en temps utile aurait peut-être sauvé la vie d’un million d’Allemands honnêtes et riches d’avenir. » Cet activiste était Hitler bien sûr, et la suite est connue.

    Dans le même genre d’idée, on peut citer la doctrine comme quoi la catastrophe française de 1940 aurait été le résultat d’un « relâchement moral » ou de la démocratie, doctrine qui fut celle de Pétain, et qui n’a pas amélioré les choses pour dire le moins. Face à une catastrophe, il est primordial de bien attribuer les responsabilités. Y compris quand c’est d’autant plus difficile qu’on en porte une partie.

  6. En plus la plupart des citoyens en Chine , car oui il y a bien des citoyens en Chine et y’en a d’ailleurs qui se révoltent, savent mieux parler beaucoup plus bas que la plupart des citoyens européens.

    Ni voyez qu’un signe de distinction supérieure de culture, surtout dans un monde FINI ou le calme est nécessaire.

  7. On peut globalement adhérer à l’analyse de l’auteur.
    Il n’empêche..
    Quelqu’un veut-il (peut-il) m’expliquer calmement cet abîme de contradiction .. propre , disons , à tous les « dirigeants » non-chinois(quoique..)… :
    ##Saluer l’arrivée du virus par une « politique intérieure  » fort similaire visant des mesures pour l’objectif(affiché?) ZM = « Zéro Mort » … tout cela sans autre approbation (type para-référendum internet par exemple) que celle de la meute apeurée des zélus confrontés à la vraie mort de l’un ou l’autre de leur classe..
    ##Désigner à la queue-leu-leu en « politique extérieure  » un bouc-émissaire bien commode …jusqu’à preuve inatteignable du contraire.. au risque de conflit mondial provoqué par le comportement erratique du chef de meute …ce qui est TOUT sauf ZM..!!
    ???
    A moins qu’il y ait un troisième acteur , celui qui gagne à tous les coups et qui tient les cartes..
    Alors ,
    Comme je l’ai lu quelque part , et qui semble pertinent.. demain est l’unique occasion qui sera offerte…avant longtemps..!!
    +++  » I’ve a dream  » …l’immense majorité des travailleurs rejoignent leur poste au jour dit , commencent l’occupation calme et (co)ordonnée par les organisations syndicales de TOUS les outils de production (quelle que soit la nature du « bien » produit) et remettent le « système » en marche à leurs conditions . Chacun connait son rôle et les circuits internes/externes « rouleront » tout seuls.. comme aujourd’hui..pas plus , pas moins.. !!! +++

    J’ai trouvé ça pas idiot…et en cas de menace physique.. suffirait de tousser bien fort….^!^…

Les commentaires sont fermés.