Vidéo – Un masque au courrier

Ouvert aux commentaires.

Partager :

35 réponses à “Vidéo – Un masque au courrier

  1. Avatar de Rr
    Rr

    Webconférence (très pondérée) du professeur Matthieu Revest du CHU de Rennes :
    https://youtu.be/VM6HB3A4XkI

    1. Avatar de Olivier Reivilo
      Olivier Reivilo

      « 7% de décès pour les cas en soin intensif à Rouen » d’accord pour Rouen mais au niveau national il est établi que c’est plutôt 30%.
      « le confinement et la distanciation sociale c’est ce qui marche le mieux » se baser sur les effets du confinement de Wuhan pour en tirer des conclusions sur les effets du confinement en France (la disparition du virus) c’est oublier que les confinements n’ont pas été les même.
      « Chez les enfants c’est une maladie qui n’est pas grave du tout »
      Les mesures de protection des enfants à l’école : « C’est complétement con ».

  2. Avatar de arkao

    On va pouvoir lancer un comparatif des différentes sortes de masques offerts par les collectivités.
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/deconfinement-apres-paris-les-masques-distribues-par-la-ville-de-lyon-critiques_fr_5ebaa9aec5b683915ba84579
    (Si cela a vraiment un intérêt-ces Gaulois, toujours à râler)

    1. Avatar de François Corre
      François Corre

      Pas que dans les collectivités, vu un masque proposé à des salariés, un style à mi chemin entre le masque Lyonnais et celui de Vannes… 🙂
      Mais faut reconnaître que tout le monde s’y est mis !
      https://www.leslipfrancais.fr/les-masques

  3. Avatar de Bernadette
    Bernadette

    Bonjour Paul, Cher ami distant,
    De par vos activités l’anthropologie, j’en déduis que vous êtes très bien servi. Profitez en bien
    Cordialement

  4. Avatar de Christian
    Christian

    C’est bien….c’est très bien…
    en Lombardie, nous les avons reçu il y a ~trois semaines….:-))

    bonne route
    Christian

  5. Avatar de Lucas
    Lucas

    Et dire qu’il pourrait en être de même pour des rations de survie confortables régulières pour tout ceux qui en veulent sans que Bernard Et autre pote à la compote de Manu ne dorment dans la paille. De même pour les logements.
    Grr
    Il est certain qu’après ce sera critiqué mais au moins ce sera déjà ça.

  6. Avatar de juannessy
    juannessy

    Autant on pourrait se réjouir que la puissance publique mette des masques gratuits à dispositions des plus défavorisés ( disons 20 à 25 % de la population ) sur la durée , autant il est scandaleux que des élus se paient une campagne de relation publique ,avec de l’argent public, pour distribuer des masques à tout le monde , qui n’a vraiment pas besoin d’une aide à 5 euros par mois pour une nécessité vitale ,qu’on peut s eprocurer sans difficulté depuis 5 semaines , alors qu’il en dépense des centaines par mois pour des futilités .

    Nécessaire et superflu disiez vous .

    Mais nos élus héros ont vite compris qu’ils assureraient mieux leur notoriété ou leur réélection au deuxième tour , en distribuant des masques comme des gadgets Pif le Chien .

    Beaucoup plus porteur qu’une gestion démocratique saine et progressiste .

    1. Avatar de écodouble
      écodouble

      Eh ben pour une fois, j’suis d’accord avec vous, juan.
      Qu’est-ce qui m’arrive ?

      1. Avatar de juannessy
        juannessy

        C’est votre aspect double .

      1. Avatar de juannessy
        juannessy

        Wauquiez , de par chez nous a aussi vite compris comment se faire la renommée aux frais des contribuables .Le maire d’Annecy aussi .

        Avec un peu de patience , je vais recevoir deux masques , là où je n’en ai pas besoin pour en avoir déjà 3 ,selon l’adresse que j’avais donné à Bernard qui n’en a pas voulu ( Néobulle ), et que je ne mets qu’en intérieur quand j’ai des visites ! La connerie est en marche .

        Cette démagogie à  » bon compte » est aussi inepte ( mais payante ) que de verser le RUS à Bernard Arnault , pendant qu’on préserve les règles comptables et la spéculation .

      2. Avatar de kertugal
        kertugal

        Sans prendre le moindre parti pour qui que ce soit, une mise en contexte de l’éolien, de l’énergie dite renouvelable et le durable qui laisse une douleur à l’estomac, la dernière production de Michael Moore incite à réfléchir : https://www.youtube.com/watch?v=Zk11vI-7czE

      3. Avatar de François Corre
        François Corre

        @kertugal
        Rien de vraiment « écolo » dans le nuc, ni dans l’éolien, ni dans le solaire… (sauf thermique peut-être)
        C’est bien là notre problème ! 🙂

      4. Avatar de timiota
        timiota

        Le docu de Michael Moore est hélas une dérive de sa part
        (La célébrité est souvent un facteur de dérive, Mélenchon, Todd un peu, …)
        Voir le démontage en règle fait en anglais par George Monbiot
        il y a 5 ou 6 jours :
        https://www.theguardian.com/commentisfree/2020/may/07/michael-moore-far-right-climate-crisis-deniers-film-environment-falsehoods

      5. Avatar de CloClo
        CloClo

        Salut Timiota

        Un peu courte et gratuite ta sortie sur le documentaire de Moore/Gibbs. Et renvoyer à un article en anglais pas accessible, ça craint.

      6. Avatar de François Corre
        François Corre

        @timiota
        Oui d’accord, mais il n’y a pas que des ‘mauvaises choses’ dans ce film.
        Entre parenthèse, pas trouvé d’article dans la presse francophone ‘équivalent’ à celui de Monbiot… ?

      7. Avatar de timiota
        timiota

        @ Cloclo @ F Corre

        ? Pas glop que ce soit en anglais ?
        Mais c’est du Monbiot, on peut ne pas être d’accord, mais au moins les choix ont des bonnes raisons
        et les infos sont d’une certaine profondeur.

        Bon, allez, ne faisons pas rosir de colère plus tôt que les cerises les lecteurs du blog,
        le traducteur profond Dipaile me dit que :

        Titre
        « Comment Michael Moore est-il devenu un héros pour les négationnistes du climat et l’extrême droite ? par George Monbiot »

        Sous-titre
        « La dernière entreprise du cinéaste est un mélange atroce de mensonges sur l’environnement et fait le jeu de ceux à qui il s’opposait autrefois »
        Date : Mardi 7 mai ; source : Guardian

        Texte:
        « Le déni ne meurt jamais ; il se contente de se taire et d’attendre. Aujourd’hui, après des années de non-pertinence, les négationnistes de la science du climat sont triomphants. Bien après que leurs dernières revendications désespérées se soient effondrées, alors qu’ils n’avaient de traction que sur les sites de conspiration ‘alt-right’, un héros de gauche se présente et leur donne plus que ce dont ils auraient pu rêver.

        ‘Planet of the Humans’, dont le producteur exécutif et promoteur en chef est Michael Moore, a maintenant plus de 6 millions de vues sur YouTube. Le film ne nie pas la science du climat. Mais il promeut les mythes discrédités que les négationnistes utilisent depuis des années pour justifier leur position. Il affirme que l’environnementalisme est une arnaque égoïste, qui fait un tort immense au monde vivant tout en enrichissant un groupe d’escrocs. C’est depuis longtemps le moyen le plus efficace de répandre le déni – dont la majeure partie a été financée par l’industrie des combustibles fossiles -. Tout le monde déteste les arnaqueurs.

        Eh bien oui, il y a des arnaqueurs. Il y a de vrais problèmes et de vrais conflits à explorer pour tenter d’empêcher l’effondrement de nos systèmes de maintien des fonctions vitales. Mais ils sont traités de manière si maladroite et incohérente par ce film que le regarder, c’est comme voir quelqu’un commencer une bagarre d’ivrogne pour une pinte renversée, puis lamper ses amis quand ils essaient de le retenir. Le film s’enlise si aveuglément dans des questions toxiques que Moore, ancien champion des opprimés, s’aligne involontairement sur les tenants de la suprématie blanche et sur l’extrême droite.

        De temps en temps, le film fait atterrir un coup de poing sur le bon nez. Il est juste de s’attaquer à la combustion des arbres pour produire de l’électricité. Mais lorsque le présentateur et réalisateur du film, Jeff Gibbs, affirme : « Je n’ai trouvé qu’un seul leader environnemental prêt à rejeter la biomasse et les biocarburants », il ne peut pas avoir regardé très loin. Certaines personnes se sont élevées contre ces sources depuis qu’elles sont devenus une proposition sérieuse (depuis 2004 dans mon cas). Presque tous les leaders environnementaux que je connais s’opposent à la combustion de matériaux frais pour produire de l’énergie.

        Les énergies renouvelables posent également des problèmes réels et difficiles, en particulier l’extraction des matériaux nécessaires. Mais les attaques du film sur l’énergie solaire et éolienne reposent sur une série de mensonges flagrants. Il affirme qu’en produisant de l’électricité à partir d’énergies renouvelables, « vous utilisez pour cela plus de combustibles fossiles que vous n’en tirez de bénéfices ». Il aurait été préférable de ne brûler que des combustibles fossiles au départ ». C’est tout à fait faux. En moyenne, un panneau solaire génère 26 unités d’énergie solaire pour chaque unité d’énergie fossile nécessaire à sa construction et à son installation. Pour les éoliennes, le rapport est de 44 pour un.

        ‘Planet of the Humans’ affirme également qu’il est impossible de réduire l’utilisation des combustibles fossiles grâce aux énergies renouvelables : le charbon est remplacé par le gaz. Eh bien, au troisième trimestre 2019, les énergies renouvelables au Royaume-Uni ont produit plus d’électricité que les centrales au charbon, au pétrole et au gaz réunies. Grâce au passage aux énergies renouvelables dans ce pays, la quantité de combustible fossile utilisée pour la production d’électricité a diminué de moitié depuis 2010. D’ici 2025, le gouvernement prévoit qu’environ la moitié de notre électricité proviendra des énergies renouvelables, tandis que la combustion du gaz diminuera encore de 40 %. Pour enfoncer le clou, le film montre des images d’un ‘grand terminal pour importer du gaz naturel des États-Unis’ que ‘l’Allemagne vient de construire’. L’Allemagne n’a pas de terminal de ce type. Les images ont été tournées en Turquie.

        Il y a aussi une histoire vraie à raconter sur la cooptation et la capture de certains groupes environnementaux par les industries que ces mêmes groupes devraient tenir pour responsables. Un nombre remarquable de grandes organisations de protection de l’environnement prennent de l’argent aux entreprises de combustibles fossiles. C’est une honte. Mais plutôt que de rejeter la faute sur qui que ce soit, ‘Planet of the Humans’ concentre ses attaques sur Bill McKibben, le co-fondateur de 350.org, qui ne tire aucun profit de son travail de campagne. Il s’agit d’un exercice presque comique de mauvaise orientation, mais il a malheureusement d’horribles conséquences dans le monde réel, car McKibben est maintenant confronté à encore plus de menaces et d’attaques qu’auparavant.

        Mais ce n’est en aucun cas le pire de tout cela. Le film n’offre qu’une seule solution concrète à notre situation : la plus toxique de toutes les réponses possibles. ‘Nous devons vraiment commencer à nous occuper de la question de la population… sans voir une sorte d’extinction majeure de la population, il n’y a pas de retour en arrière.’

        Oui, la croissance démographique contribue aux pressions sur le monde naturel. Mais alors que la population mondiale augmente de 1% par an, la consommation, jusqu’à la pandémie, augmentait régulièrement de 3%. La consommation élevée est concentrée dans les pays où la croissance démographique est faible. Là où la croissance démographique est la plus forte, la consommation a tendance à être extrêmement faible. La quasi-totalité de la croissance en nombre se situe dans les pays pauvres où vivent en grande partie des personnes noires et brunes. Lorsque des gens riches, comme Moore et Gibbs, soulignent ce problème sans les réserves nécessaires, ils disent, en fait, ‘ce n’est pas nous qui consommons, c’est eux qui se reproduisent’. Il n’est pas difficile de voir pourquoi l’extrême droite aime ce film.

        La population, c’est là où vous vous servez quand vous n’avez pas réfléchi à votre argument. La population, c’est là où vous vous servez quand vous n’avez pas le courage d’affronter les causes structurelles et systémiques de notre situation :
        l’inégalité, le pouvoir oligarchique, le capitalisme.
        La population, c’est là où vous vous servez quand vous voulez abattre ( »’when you want to kick down »’).

        Nous sommes déjà arrivés à ce point [d’infox] à de nombreuses reprises. Des dizaines de films ont répandu des mensonges sur les militants de l’environnement et se sont emparés des technologies vertes, tout en laissant les combustibles fossiles de côté.
        Mais jamais auparavant ces attaques n’ont été le fait d’un célèbre militant de la justice sociale, qui nous a mis le nez dans la boue.

        ______________________
        (trad avec DeepL à 99,7%)

      8. Avatar de arkao

        @timiota 0,3%
        Merci.

      9. Avatar de François Corre
        François Corre

        @timiota
        Moore et Gibbs se sont peut-être ‘plantés’ sur ce coup là, mais les assimiler aux « négationnistes du climat », c’est un peu fort…
        Ils mettent l’accent sur le fait qu’on ne s’en sortira pas forcément avec plus de techniques complexes, de technologies dites ‘propres’, que ce ne sera pas suffisant.
        Alors oui, ça tape, mais pas assez, sur « l’oligarchie capitaliste et les causes structurelles et systémiques »; ils ‘oublient’ de préciser le côté population/consommation; et ce n’est pas la première fois que Moore fait du détournement d’image plus ou moins flagrant…
        Ça n’excuse rien d’accord, et je ne sais pas si c’est une ‘dérive’ de leur part, mais ils s’expliqueront peut-être… Le bénéfice du doute comme on dit…

      10. Avatar de CloClo
        CloClo

        Allons allons Timiota, cet article de Monbiot, ce n’est pas du tout un démontage en règle du documentaire de Gibbs et Moore, pas du tout, du tout, ou alors je ne sais pas ce que c’est que démonter quelque chose avec un démonte pneu.

        Oui il y a des certainement des exagérations et quelques erreurs factuelles dans le film (comme le terminal gazier) mais ce n’est fondamentalement pas complètement faux mon chou : https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/en-allemagne-des-projets-dimportation-de-gaz-naturel-liquefie-tres-politiques-962231

        Non, non, moi ce film je le trouve bien comme il faut sur pleins de points, il tape juste sur tous ces suceurs et ces entourloupeurs de service du green washing. Cette histoire de cramer directement le pétrole plutôt que de passer par toute cette machinerie « green green » est un peu osé, voir carrément provocateur, mais pas complètement FAUX, malgré ta sortie sur les calories. Tu oublies que sans pétrole, adios les énergies renouvelables à grande échelle, c’est un fait amer, mais un fait.

        Le message en fait est clair, on nous vends un monde as usual mais « green » et ça c’est de la foutaise absolue. Bref AUCUN arguments réellement dévastateurs contre le film de Gibbs/Moore, aucun, si ce n’est la fausse accusation de favoriser les climato-sceptique et l’extrême droite, ce qui est nullissime comme contre argument démonstratif. D’ailleurs dans son article Monbiot reconnaît presque chaque fois que c’est pas faux de critiquer franchement l’industrie Green (biomasse, biocarburants, gaz, collusion d’intérêts entre associations « vertes »/industrie, etc etc etc)

        On peut juste contre attaquer sur le thème de la surpopulation effectivement, qui est le problème principale que pose ce film, en terme d’angle de vue. Bien que balayer l’argument d’un simple revers de mains serait aussi une erreur d’analyse dans la cause multi factorielle des problèmes environnementaux et climatique. Ainsi que leurs répercussions sociales.

        Non, tu as affirmé un peu vite que c’est un démontage, Monbiot porte une critique argumentative faible sur ce film.

        Rien ne peut enlever la force extraordinaire, pour qui est doué de conscience, des dernières minutes du film, qui est une synthèse remarquable de la simple réalité. Passer à côté de ce message, c’est passer à côté du film. Nous sommes une espèce nocive pour les êtres vivants et nous même. Mais nous nous corrigeons j’espère…

        Tu en penses quoi, toi du film au lieu de m’avoir renvoyé à un article du guardian ? L’ as tu vu ?

      11. Avatar de CloClo
        CloClo

        Coucou Timiota,

        Je fais remonter la discussion, parce qu’elle le vaut bien ma poule !

        Tu en penses quoi au fond de toi et avec tes capacités cognitives et ton savoir de ce film sur le fond ?

      12. Avatar de timiota
        timiota

        @ Cloclo
        Sur le « Planet of the humans »,
        Je l’ai regardé (à 80% en sautant un peu des bouts mais sans sauter la fin.
        1) « feeling perso » Je ferais un reproche symétrique à celui que je fais à Lordon :
        Le langage (visuel ou linguisitique) est affuté/ciselé au point qu’on regarde la lame de l’outil et plus ce dont on veut parler.
        La scène de la fin (orang-outan embourbé et moribond) est le cauchemar du pire « land use », déforestation totale etc.

        2) Et c’est la question verte centrale, le « land use » comme le disent d’une façon ou d’une autre au moins deux femmes du film :
        Vandana Shiva et Rachel Carson
        ……… (coïncidence ? je vais demander au pianocktail de Vian un cocktail « Jacinda » pour voir).

        3) Qu’il existe un gradient de sensibilité écologique est-il surprenant ?
        (par analogie : Sierra club, conservationniste bon teint « modem », 350.org, allez c’est du compatible Hamon, Greenpeace, c’est la CFDT, un deal est possible, et les seuls purs
        on les trouverait à la ZAD comme NDDL, en sautant la case Rabhi, et Greta planant au-dessus).
        Et que la grosse moitié soit croquée par les capitalistes, oui, c’est ça que Moore fait bien voir.
        Mais c’est pour la même raison que la CFDT existe : elle obtient des grosses miettes (plus grosses que la CGT), et les syndiqués CFDT se disent que c’est mieux que rien.

        4) Le message final est hélas bien que celui que Monbiot lit : « c’est pas la molécule de CO2 le problème, c’est les humains », avec un message « il faut arrêter de croitre », sans dire explicitement que c’est la population , certes, mais what else ?
        Avec ce raisonnement, on pourrait dire mutatis mutandis qu’en ce moment, c’est pas le SARS cov2 le problème, c’est les vieux, y a qu’à s’en débarrasser.

        Donc, oui, on a fait fausse route sur le « land use », et les traitres sont légions, mais le scénario moins sexy de réuissir une trajectoire à +2°C,
        ce qui limite la pauvreté et conduit à pérenniser la baisse de la natalité, ça fait aussi un plafond vers 10 milliards, qui doit certes résoudre des gros problèmes énergétiques et de land use, mais qui n’est pas condamné dans les 15 ans à la division par deux. En 1900 il était inimaginable qu’on penserait à de l’énergie nucléaire 60 ans plus tard. En 2020, il n’est pas inimaginable qu’on ait repensé la photosynthèse à un point suffisant pour nous assurer 85% des besoins en produits chimiques actuellement issus de la chimie du pétrole.
        de la chimie actuelle (hors purs carburants), qui plus est en mode plus biodégrable.
        Idem pour le remplacement béton + fer en construction civile par des assemblages polymères, sauf 20% de la masse actuelle pour des piliers centraux.

        Donc en gros, c’est le fait que le film s’attaque au côté « foisonnant » de l’inventivité humaine sans discernement sur la machine économique qu’il y a derrière,
        et conclus qu’il faut arrêter tout foisonnement sous le mot fourre-tout « croissance », et donc un foisonnement de la population.

        Mais on sera peut-être d’accord en disant qu’il y a aujourd’hui un gros problème avec le syndicalisme en général (sauf en Belgique ? kof kof ) et qe Michael Moore a bien réussi à pointer le même problème côté « capitalisme vert ». Seulement quand on dynamite trop les syndicats, on se fait encore plus rouler dessus.

      13. Avatar de CloClo
        CloClo

        Comme d’habitude Timiota, tu ne te défiles pas devant les demandes, c’est un plaisir.

        Je constate donc que ce film n’est pas un ramassis de contre vérité mais montre bien certaines problématique que tu résumes assez bien avec ce parallèle de cette histoire des syndicats, et en montrant l’étendu de l’arc de la nébuleuse « green », des droitistes en passant par les centristes mous aux ultras zadistes ! On sait toi et moi qui a plus le vent en poupe, et qui tient le manche actuellement. Mieux vaut de grosses miettes que rien du tout fonctionne aussi très bien dans l’écologie, mais on n’est pas à la hauteur des enjeux selon moi.

        Pour la question de l’espèce humaine, plus que de la surpopulation, il est assez indéniable malheureusement que toutes les espèces un peu évoluées sur terre on sérieusement dégustées du contact avec nos zamis les zumains. Je crois moi que c’est plutôt cela le fond du message, en tout cas comme je le comprends, tu as vu la production de protéine avec ces broyeuses énormes pour vaches, chevaux, et la scène finale du film. Depuis des millénaires, on flingue véritablement les écosystèmes c’est un simple fait. La production industrielle alimentaire actuelle est hallucinante et terrifiante. On se développe comme les populations de nuisibles, sans prédateurs. Je pense qu’en toute honnêteté notre surpopulation vient de l’accès à l’énergie abondante et de la technique évoluée, mais mêmes sans cela, nous sommes de redoutables danger pour la faune et la flore, dés que notre empreinte devient insupportable écologiquement, et il suffit de demander à la faune des grands mammifères à quel point il n’est pas besoin d’être des milliards pour cela, de simple lance et des pierres aiguisées, avec une technique de chasse efficace de groupe font l’affaire pour enclencher des disparitions massives. Je pense que le message est plus ici, et cette question centrale ne peut pas être éludée avec un revers de main sur la technique ou l’espérance en un demain sympa !

        Tu dis à la fin « Seulement quand on dynamite trop les syndicats, on se fait encore plus rouler dessus. » On pourrait aussi répondre que tirer d’un coup sur un pansement sparadrap procure en fait moins de douleurs… ! Et de toute façon cela ne répond pas au problème de coexistence avec les autres formes de vie sur la planète. Pour le SARS COV, c’est drôle de voir que la plus petite chose vivante fait se terrer chez elle le plus gros prédateur de la planète. Il y a là un signe pour qui sait voir comme dirait Allah.

      14. Avatar de Dundee
        Dundee

        @Cloclo
        16 MAI 2020 À 10 H 41 MIN

        En accord avec ce commentaire et cette analyse ET sa conclusion lumineuse , MERCI !!!
        M. Moore a bien compris les récupérations et instrumentalisations en cours de ces thématiques…et le « merveilleux » recyclage pour éviter savamment de remettre quoi que ce soit en kozzzz. Aaah les « merveilles » du « social engineering »…et du « politiquement correct », mdrr
        mwarf 😉

      15. Avatar de timiota
        timiota

        @ Cloclo

        Je comprends, mais j’hésite sur la meilleure navigation.
        Fournir indirectement du carburant à l’ « ‘alt-right », c’est un risque qu’il faut soupeser deux fois.
        => La route est éducative (« philia », ce blog, …) et le miroir qui se brise pour les raisons que souligne le film ne part qu’en 5 ou 8 morceaux,
        (on a des preuves de résilience dans l’auto-organisation des hosto en crise-covid, ce qu’il restait de sens de communauté dans un état a pu migrer et faire que les petites communautés retrouvent aussi du sens sans se couper de l’état qui sous-tend la fourniture de toute le reste (élec, eau, gaz, routes …) sans broncher)

        =>ou bien l’évolution (« la route ») n’est que bruit et fureur, et nous sommes atomisés comme les amazoniens en 1600. En effet Descola explique qu’il est probable que c’est en constatant les dégâts des épidémies apportées par les conquistadors que les indiens d’Amazonie choisirent de quitter les gros villages (sur lesquels il n’y a que quelques primo-récits) et de s’atomiser pour mieux survivre.
        Là plutôt sans moi.

        Le film est-il assez du côté éducatif pour être sûr qu’à la sortie, les gens ne vont pas dire en majorité « connerie pour connerie, brûlons notre essence dans l’allégresse au moins. » ?
        Mmmm

    2. Avatar de Dominique-e
      Dominique-e

      @juannessy
      Gadget Pif, entièrement d’accord.
      Si je reçois un tel gadget j’irai le donner à l’asso du coin qui livre des denrées à ceux qui n’ont pas de ronds.
      Mauvaises nouvelles de Mayotte, les pauvres ont faim, très faim. Les mamans, championnes de l’économie informelle, ne peuvent plus aller en brousse chercher du curcuma ou du ginseng puis le vendre au marché ou travailler à la récolte d’Ylang-Ylang et ainsi acheter le riz qui constitue l’alimentation de base… Pour les hommes quand ils n’ont pas été confinés au CRA ou reconduits vers Anjouan ou les Grandes Comores, l’activité de pêche en mer est impossible. Pour se nourrir au quotidien reste par exemple le braconnage de tortues avec le risque de tomber malade à cause des parasites dont elles sont porteuses ou de continuer à piller la faune marine en bien mauvais état. Ventre affamé n’a pas d’oreille dit le dicton alors la protection de la faune quand la faim est omniprésente…
      Pour ce qui est de l’accès à l’eau, la rivière…
      Plus tout le reste : https://blogs.mediapart.fr/daniel-gros
      Alors les masques…

      1. Avatar de Dominique-e
        Dominique-e

        @paul jorion et plus si affinité !
        Je réalise que dans mon commentaire j’ai parlé des mamans et des hommes.
        C’est le langage de Mayotte.
        Pourquoi ?
        Une petite explication antropologique.
        A Mayotte, c’est la matrilocalité et la matrilinéarité qui fonctionnent.
        Les femmes sont propriétaires de leur logement. L’aînée de la famille hérite du logement de sa mère, il incombe au père puis au frère en cas de disparition du père de construire un logement (souvent attenant au logement de la mère pour raison économique) pour chaque fille ou soeur. Pour les hommes il y a une question forte de prestige quant à cette obligation.
        Les hommes habitent le logement de leur femme. La polygamie qui était sans problème avant la départementalisation faisait que les hommes allaient d’un logement à l’autre. Les enfants étaient donc logés chez leur mère. Les hommes sont également supposés participer aux achats de nourriture pour la maman et les enfants.
        Lorsqu’une femme donne naissance à son premier enfant, elle perd son prénom, il se transforme en « maman de « +prénom de l’enfant.
        La polygamie est interdite depuis la départementalisation mais le régime matrimonial qui continue à perdurer à Mayotte est le mariage cadial (prononcé par le cadi, instance religieuse et administrative qui peut aussi acter la fin d’un mariage). Si actuellement, la polygamie n’existe plus, on assiste à environ quatre unions successives par homme ou femme. Les enfants quant à eux restent attachés au foyer de leur mère avec leurs demi frères ou soeurs. D’où mon vocabulaire mamans et hommes.
        Si vous voulez plus de détails.. yaka demander !

  7. Avatar de chabian
    chabian

    Message de rouspétance des couturières professionnelles ou bénévoles sur Facebook en France : leurs masques ne sont pas labellisés AFNOR car elles n’ont pas payé 100 euros pour la certification (alors qu’elles rencontrent les critères). Donc elles ne peuvent plus les diffuser !
    Pourtant elles diffusaient ces masques à « prix coûtant » (textile, élastique…) et en bénévolat ; et l’insertion d’un éventuel filtre était prévu dans le modèle. Et cela a été Salvateur (!) dans bien des régions. Non, on préfère des commandes normées à d’autres pays…
    Idem à Charleroi (Belgique, la ville de Paul Magnette) : la Ville fait un appel d’offre pour des masques fournis par des couturières locales.Une opération de regroupement de couturières professionnelles a été structuré pour répondre à l’offre. Mais la ville change son fusil d’épaule et préfère une commande externe (?) répondant aux normes. D’énormes opérations citoyennes sont ainsi découragées.
    (@ Paul : j’ai le même masque de maçon FFP1, bien enveloppant effectivement. Le mien est gris de poussière après des années de travaux. Et je l’avais reçu. Je l’ai « rénové » comme j’ai pu. M’est avis que cela devait coûter pour une boite de 10 ce que vous avez déboursé pour un livré par Amazon. Aujourd’hui on vend sur internet des visières protectrices au même prix — sauf frais d’envoi— et je suis très tenté).
    Bon jardinage à tous, car les saints de glace vont se retirer….

    1. Avatar de Lucas
      Lucas

      Tant qu’on peut faire de la rouspétance c’est nickel. Have a Nice Day

  8. Avatar de JPC
    JPC

    Paul,

    Dans cette vidéo, je vois que vous émettez des doutes sur le masque remis par la municipalité de Vannes, comparé au FFP1 acheté « ailleurs ».

    Soyons clair, ce qui est proposé par les collectivités est destiné à protéger les autres en évitant la propagation des goutelettes émises par sa propre respiration, ses toussements ou éternuements. Il ne s’agit pas de se protéger personnellement: pour cela il faut un masque FFP2 ou un autre type d’appareil. Il faut comprendre qu’il sera important d’encourager le port généralisé du masque par le maximum de personnes afin de protéger ses concitoyens. Les masques offert par beaucoup de collectivités en France et à l’étranger servent à protéger les autres , ce n’est pas une protection personnelle. C’est également pour cette même raison que les messages officiels nous encouragent à éternuer/tousser dans son coude, faute de masque.

    A titre de comparaison, peut-être est-ce intéressant de comprendre le port courrant du masque au Japon? Ce sont les personnes malades (par exemple enrhumées) qui portent des masques, par crainte de contaminer les autres. Le sens de la responsabilité collective y est plus présent, et c’est ce qui explique, parmi d’autres moyens de lutte, une moindre expansion de la maladie dans les pays du Sud-est asiatique. Mais beaucoup ne veulent (peuvent) pas comprendre ce geste citoyen dans nos contrées, pourtant il est encouragé par tant d’institutions et associations… Tant que cette inversion du role du masque n’y sera pas, nous ne serons pas sortis d’affaire…

    1. Avatar de Lucas
      Lucas

      C’était une blague, ou une possession, le masque de Paul la transformé en rabat-joie, un court instant, ouf !

  9. Avatar de Dominique-e
    Dominique-e

    Vie quotidienne comme dit PJ
    Pour coudre des masques et les envoyer à mes enfants, j’ai tenté à deux reprises d’aller acheter du tissu et de l’élastique au magasin le plus près de chez moi, soit huit km.
    Deux fois j’ai fait demi-tour parce que le nombre de personnes admises avec masques dans le magasin et le nombre de personnes à attendre dehors masquées, supposent d’attendre au moins deux heures ! Même avec un bouquin, tenir debout pendant tout ce temps m’a semblé impossible ! Et j’ai regretté la stratégie mahoraise où pour la poste, la préfecture, la CAF, la sécu, le service des eaux… les queues sont interminables.
    Alors voilà la stratégie : vous quittez vos tongs ou autres godasses et vous les mettez à la place qui vous correspond dans la queue puis vous allez vous asseoir à l’ombre assis ou dans la posture qui vous convient plus loin. Puis les uns et les autres se relaient pour faire avancer les godasses au fur et à mesure.

  10. Avatar de juannessy
    juannessy

    Passage rapide de mon toubib référent ce matin :

    la communauté des médecins de ville est consterné par l’insouciance des contacts ( lui était passé hier à la FNAC : un désastre ) et des rassemblements de personnes visiblement déjà la tête ailleurs .

Répondre à Bernadette Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France François Hollande Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta