États-Unis : il y a quelque chose dans l’air…

Je ne m’avancerai pas beaucoup en disant que Trump n’a pas dû apprécier la décision de la Cour suprême US aujourd’hui qu’il devrait communiquer sa déclaration d’impôts à la cour du district Sud de Manhattan, mais il n’aimera pas non plus une autre décision tombée aujourd’hui : qu’une grande partie de l’état d’Oklahoma appartient toujours à la tribu des Creek…

… y compris une part importante de la ville de Tulsa où Trump a récemment promu son message suprémaciste blanc et qui, avec une belle prévisibilité, constitue quinze jours plus tard, un nouveau foyer inquiétant du coronavirus.

Partager :

13 réflexions sur « États-Unis : il y a quelque chose dans l’air… »

  1. On dit afro-américain mais dit-on euro-américain ? ça renverrait aux « blancs » à leurs origines géographiques et ça les mettraient sur un pied d’égalité avec les « noirs » et les « hispanos »
    , etc.

    À quand un président Amérindien ? Il y a deux élues amérindiennes au congrès dont une porte un nom norvégien 🙂

    1. « Il est clair que quelque chose fait feu de tout bois pour mettre Trump hors service , mais lui aussi , vu ses fonctions doit avoir accès à des dossiers et des renseignements et certainement du très lourd , donc attendons »

      Tout à fait d’accord . Chaud , chaud, chaud, et…méga bouillantissimo l’Etna. Les vapeurs de soufre commencent à se diffuser, mainstream, mais , aux US. Pompeï, c’est du petit lait, à coté . Lourd et gravissime. Hors norme.
      Sniper do it better !

  2. Bonsoir,

    Il me semble avoir compris qu’à une époque Paul nous avait expliqué qu’aux États-Unis, les attaques face à une personne ne sont pas frontales, mais circulaires et se resserrant petit à petit…

    Trump l’a compris, et crie au complot.

    Je ne serai donc pas surpris si :
    1) on apprenait que la prestation ratée du procureur Mueller était due à une quelconque drogue versée dans son verre d’eau ; si tel est le cas, les républicains le savent, et Mueller leur aurait demandé la peau de Trump sous peine de diffusion de l’info.
    2) le président Trump, s’il persiste, se retrouve atteint du Covid-19, et, pas de chance, ne s’en sorte pas ou très affaibli (AVC) de la réanimation ;

    Il n’y a pas pire bande de requins que celle qui arrive de son propre camp… je suis en tout cas de moins en moins sûr de la candidature de Trump.

    1. Il est clair que quelque chose fait feu de tout bois pour mettre Trump hors service , mais lui aussi , vu ses fonctions doit avoir accès à des dossiers et des renseignements et certainement du très lourd , donc attendons

  3. En 1868 un CUSTER décimait les populations locales amérindienne sur la Washita River.

    152 ans plus tard, toujours en Oklahoma, un CLUSTER provoqué par Trump prenait le relais.

    L’histoire serait elle un éternel recommencement ?

  4. L’article cité du Nouvel Obs pourrait aussi être discuté sous la rubrique « bobards » de ce jour…

    J’ai lu plusieurs articles sur la question de l’efficacité des masques, comme par exemple celui-ci relayé sur le site de Johns Hopkins (dont on ne peut pas dire qu’ils ne font pas des efforts méritoires sur le sujet du Covid) : https://coronavirus.jhu.edu/news
    article relayé :
    https://abcnews.go.com/Health/masks-flashpoint-amid-coronavirus-pandemic-science/story?id=71520471

    Il ressort de ces lectures que les masques bricolés sont pour la plupart plutôt inefficaces, que les masques chirurgicaux et FFP1 ne sont pas très efficaces non plus, et que les masques FFP2, efficaces, restent peu accessibles et peu répandus.

    Pourtant l’article du Nouvel Obs, tout en faisant état de *3* manifestations récentes à Tulsa, essaie de nous faire croire que la recrudescence des contaminations serait due au seul meeting de Trump, au motif que les gens n’y portaient pas de masques.

    Pour appuyer cette thèse satisfaisante, l’article s’ouvre sur l’affirmation que le virus « pourrait » se transmettre par l’air ambiant (ie les aérosols), question sur laquelle j’ai également lu pas mal d’articles (en fait j’ai parcouru les 70 premières références de Google Scholar à ce sujet), et qui restait visiblement très controversée au moment de mes lectures, il y a quelques semaines.

    Donc l’article peut se résumer à « on est tous d’accord qu’on n’aime pas Trup, hein ? »

    En fait moi non plus, mais le réflexe des médias français de ne le présenter depuis le début que comme un crétin prétentieux et ubuesque me parait surtout être l’occasion pour eux de ne pas chercher plus loin, et de faire juste du remplissage entre deux pubs, comme d’hab.

    1. Présenter Trump comme un crétin prétentieux et ubuesque par réflexe est en effet une erreur. Une enquête approfondie confirme cependant le verdict : Trump est bien un crétin prétentieux et ubuesque.

      1. Admettons (André Gide devenait dingue quand sa belle-soeur lui répondait ça pour couper court à un échange aigre).
        N’empêche que c’est à sa façon un pacifiste, puisqu’il a jusqu’à maintenant résisté aux multiples pressions pour faire la guerre à l’Iran. Sarkozy n’en a pas fait autant avec la Lybie.

    2. L’ironie : c’est maintenant qu’on est débarrassé du va-t-en-guerre Bolton qu’une bonne guerre avec l’Iran aurait véritablement du sens. Une fermeture du détroit d’Ormuz permettrait de sauver le pétrole de schiste américain et peut-être aussi la réélection de Trump. Le pire étant qu’on ne pourrait pas forcément compter sur Poutine pour le cas échéant calmer Trump puisque l’augmentation des prix du pétrole ferait aussi l’affaire du budget de la Russie…

Les commentaires sont fermés.