3 réflexions sur « La finance : Le principe de base (texte révisé) »

  1. S’il est importantissime de bien comprendre cette bifurcation (Polanyi es-tu là ?),
    on peut se demander s’il est « juste » nécessaire de s’attaquer, une fois qu’elle serait bien comprise, à un « soin », une « guérison » par suppression/retrait de ce qui avait déconné une fois la bifurcation prise.

    Donc par exemple est-il bon de se demander si le retour à la propriété privée matérielle et elle seule ( pas de « propriété différée »/reconnaissance de dette, l’argent est rendu « fondant » à la Silvio Gesell ou autre possibilité hypothétique) est la solution.

    Ou si une autre bifurcation n’est pas plus opportune à chercher, qui réoriente sans aucune idée même très limitée de retour en arrière » ?
    Dans ce cadre « différent », il me semble qu’il est par exemple plus opportun de secouer la base de la propriété privée, de l’attacher bien plus à l’usage, pour l’essentiel (la nature abonde en exemple ou c’est l’usage, le flux, le métabolisme basal, qui rend le système vivable.
    Par exemple le litre de salive quotidien qui « lave » notre système digestif à feu doux juste ce qu’il faut, car sans lui, bien des ilôts propices aux microbes pathogènes apparaitraient ici ou là. Comme le sang assure l’échange d’information (sur les blessures, les stress etc. ) et de nutriment, pleins de fluides rende le tout un peu plus « possible ». Une propriété privée « lavée tous les jours » par les mains qui ont eu la bonne idée de se poser dessus pour l’entretenir ou en tirer un (usu)fruit, voilà le type de solution qui pourrait devenir l’unique mode de propriété à moyen terme.

    Je résume : si la finance est une émergence de la propriété , faisant que cette propriété, qui s résumait à celle des biens, devient celle d’un capital justifiant une circulation particulière de reconnaissances de dettes, il faudra faire bifurguer la propriété pour qu’elle ne donne plus lieu à cette émergence aussi naturellement…. aussi naturellement que nous le croyons.

    1. Curieux, ça n’attire pas de commentaire.
      Ca me rappelle quand la Belgique n’a pas de gouvernement : en situation « débrouille-toi » comme c’est le cas maintenant (et avec un « retour du monde d’avant » qui s’éloigne de deux jours tous les jours, sauf les masques qui tombent un peu trop), les gens ne pensent plus système/état/gouvernement (donc monnaie/finance), et du coup pas mal de choses avancent cahin-caha au niveau « local ».
      Ceci dit, le package de 750 milliards d’euros devrait interroger. Voilà de l’argent qui va circuler en belles reconnaissances de dettes !

      1. Curieux oui… Clair, mais très ‘technique’ ?
        Bon, une ‘première brique’ pour un ouvrage sur la finance… 🙂
        Mais changer les ‘normes comptables’ peut-il vraiment modifier cette ‘formule sanguine’ ?

Les commentaires sont fermés.