78 réflexions sur « Élection US : Je viens de faire le test sur le Guardian »

  1. Y disait quoi Michael Moore ?
    Il aurait fallu que les sondages donnent Trump gagnant, ça aurait mobilisé le 1% qui va manquer au Michigan…

    2
  2. Anecdote, tweet édité par The Guardien: 🙂 😐
    House minority leader Kevin McCarthy has these words for Nancy Pelosi:

    « Kevin McCarthy (@GOPLeader)
    Republicans defied the odds and grew our party last night. In districts all across the country, Americans rejected socialism and voted for freedom.
    Nancy Pelosi: you’ve been put on notice. »

  3. Ça me semble trop pessimiste pour ce blog. Ça ne se présente pas si mal selon l’infographie du nytimes. Il manque 43 électeurs à Biden, ce qui correspond pile à la somme des votes des États où il mène (Arizona, Nevada, Michigan, Wisconsin) et où les votes non dépouillés s’annoncent a priori favorables pour lui.

    Donc, il pourrait bien être en position de se déclarer vainqueur dès le mercredi soir.

    Il n’est même pas impossible qu’il passe devant Trump dans l’un des États où il est en retard de plus ou moins 2% et où il reste à compter 5% à 8% des bulletins, voire même en Pennsylvanie malgré son retard si les votes par la poste lui reviennent de façon suffisamment écrasante.

    Par contre, s’il plafonne au minimum de 270, ce ne sera pas la victoire écrasante et indiscutable nécessaire pour soigner le pays.

    1. Rectification, après avoir vu la vidéo et être retourné voir l’infographie du nytimes : non, probablement pas mercredi soir, car le Nevada annonce que ses résultats ne seront pas mis à jour avant jeudi midi. Sauf si ça se retourne en sa faveur en Géorgie (peu probable mais pas mathématiquement impossible).

    2. Pas une victoire écrasante en pourcentage des suffrages mais « bien  élu » dans la mesure où la participation a été très forte, puisque le dernier record remonte à plus d’un siècle. Macron ne peut pas en dire autant ! Bref, loin d’être catastrophique. Le challenge dans l’hypothèse où Biden gagne c’est de faire face à la contestation du camp trumpien.

      1. Ça souligne surtout la polarisation et, justement, je doute fort que les partisans de Trump se laissent convaincre par le taux de participation historique de rejeter la thèse du coup de poignard dans le dos. Sur base des résultats actuels, à moins de remporter le Nevada ET la Pennsylvanie, je crois que Biden sera « mal élu ». Et il doit toujours absolument remporter l’un des deux, ce qui n’est hélas pas encore fait.

      2. Pour le camp trumpien, cela ne fait aucun doute, par définition Biden sera mal élu.
        Mais pour la majorité qui élirait BIden, sa victoire sera incontestable car ayant bénéficié d’une mobilisation massive du corps électoral. Je vous accorde que cela résout pas la bi-polarisation du pays.

  4. Des mois que Trump et son gang savent que c’est plié pour eux.
    Une seule stratégie de campagne subsistait réellement : imposer l’idée de l’élection volée d’avance, des mail-votes frauduleux, du complot de la coalition parti démocrate/ »État profond ».
    Les moyens : asséner jour après jour le concept d’élection volée, couper les vivres à la Poste US, mobiliser ses milices et ses trolls Qanon, faire voter ses clients en présentiel pour gonfler ses scores dans les swing-states au soir de l’élection, menaces sur l’ordre public à peine voilées en cas de défaite, etc.
    L’intervention trumpienne au hier soir, prévue dans ses moindres détails par Sanders (et les stratèges du Parti Dem), après son appel récent à ses Proud Boys « à se tenir prêts », n’est qu’une des toutes dernières étapes de cette stratégie du désespoir.
    Stratégie du désespoir qui porte un autre nom : déni de démocratie. En clair : un coup d’État.

    1. Biden se défend bien, il a eu la bonne idée d’intervenir hier soir avant Trump pour dire qu’il sentait bien une dynamique à son avantage, anticipant le fait que Trump déclarerait qu’il a gagné l’élection.
      Autre signe plutôt rassurant, Fox News ne relaie pas mécaniquement les mensonge de trump, s’en tenant aux faits. Il n’y a pas non plus pour l’heure de troubles majeurs dans le pays.
      Il me semble qu’à ce stade Trump a perdu la partie … Je doute que la cour suprême au cas où in fine est serait l’arbitre de cette élection, elle avalise un énorme mensonge.

      1
  5. Dans la foule groupée devant la Maison Blanche, un petit groupe scandait les mots  » cabane à outils – cabane à outils !  » dont seul le Président déchu et quelques rares initiés comprenait le sens…

    2

Les commentaires sont fermés.