191 réflexions sur « La loi a été votée : la démocratie est en deuil – Loi « sécurité globale » par Chantal Montellier »

  1. Les troubles dissociatifs de la personnalité du « quidam peut tout accepter, s’il n’a rien à se reprocher »… et culpabilisée dans lorsqu’il se met en position « victimaire », qui frappée par une et/ou des « mains invisibles » en arrive à ne plus savoir à qui et/ou à quoi en vouloir (« qu’ai-je fait de mal » et/ou ‘qu’ai-je pensé de travers »…?)… a bien d’autres origines, dans le « monde à voir  » d’aujourd’hui… vous valant d’être un.e adepte des « théories conspirationnistes/complotistes » au moindre écart…

    Étonnant est donc le silence du « maître des sciences cognitives » devenu, ministre de l’éducation nationale.

    « Quelqu’un.e peut me dire s’il paraît « normal » qu’un médecin soit capable de rendre malade une personne pourtant en bonne santé, rien que par le pouvoir de persuasion (propos du prof. Raout)… pourquoi est alors suspectée d’être une « théorie conspirationniste/complotiste » toute idée accusant de véhiculer des « fausses nouvelles », au travers de sondages des doutes, incertitudes « d’anonymes » « temps de cerveaux disponibles » qu’à vouer un « culte féroce », à la seule « DICTATURE de leurs émotions », « bas instincts », « poujadisme », « ras le bol fiscal »… ?

    Et donc si je me et vous pose la question… c’est que « La vérité est ailleurs »…?

    Mais de quel ailleurs « on » parle pour aller « quérir » « la Vérité »…? Celui d’un univers parallèle…? d’une autre dimension…? La question ne se pose t-elle pas quand parmi les vérités…. sont opposées par les deux deux DICTATURES (« scientistes » façon Raoultienne, ou « politicarde » façon sondagière) celles de votre santé mentale, de votre degré de consentement/asservissement, inféodé à l’individualisme ultralibérale… dissociée des inconnues, non maitrisables, rendues « variables d’ajustement », de votre santé physique, mise en état de vulnérabilité, fragilité, faiblesse…. fonction du toujours plus « prendre son risque »… doutes, incertitudes prises en otage en somme… par les problèmes de gestion néolibérale de crises sanitaires, « sociétales » (commerçant.e.s « indépendant.e.s » mis.e.s en scène surmédiatisée dans des menaces de se suicider, alors que le chômage de leurs « subordonné.e.s » tuait dans le « monde d’avant » la crise sanitaire, plus de 30 000 personnes par an – stress, pathologies chroniques mal soignées, ignorées… qui ne le peuvent pas plus l’être avec la saturation des services publics hospitaliers- sachant que le Trumpisme préfère s’inquiéter plus des morts de celles et ceux qui n’auront pas pu faire d’argent… que des personnes décédées de la covid-19, qu’il qualifia de « perdant.e.s »)…? »

    1. Les propos de Pierre Juillot me font penser au livre de Charlotte Beradt « Rêver sous le IIIe Reich » Cette opposante au régime hitlérien avait entrepris de 1933 à 1939 (date à laquelle elle a pu prendre le dernier bateau pour l’Angleterre d’où elle partit ensuite pour les Etats-Unis) d’interroger 300 rêves de femmes et d’hommes ordinaires pour mesurer combien le nouveau régime malmenait les âmes – cet ouvrage montre comment le IIIe Reich assassina le sommeil et présente à travers les rêves la servitude volontaire en régime totalitaire. Un exemple : le rêve d’un homme qui veut dénoncer ce qui se passe mais glisse dans l’ enveloppe une page entièrement blanche Un autre rêve « prémonitoire » Tranquille excursion familiale; Maman et moi portons un paquet de gâteaux et une sacoche avec nos papiers de famille. Soudain un cri : ils arrivent. Chacun des clients du café au bord de la Havel sait qui « ils » sont et quel est notre crime. Fuite, fuite. Je cherche une cachette en hauteur. Grimper dans les arbres ? Sur une armoire dans l’établissement ? Soudain je me retrouve enfouie sous un tas de cadavres dont j’ignore comment il est arrivé là – j’ai enfin une bonne cachette un pur délice d’être sous ce tas de cadavres, la sacoches aux papiers sous le bras. » Elle ajouta à ce propos que peu de temps auparavant elle avait été impressionnée de lire la description d’un tas de cadavres devant Khartoum à la suite de la révolte de Madhi. Toutefois l’idée s’impose que 10 ans plus tard à l’occasion des destructions de masse liées à la « solution finale » des personnes qui n’avaient pas les « bons papiers » ont dû réellement se cacher sous un tas de cadavres.

      1
      1. @ CHAPONIK Eliane.

        Je n’ai jamais voulu inspirer au travers de ma perception pessimiste, certes, et du choix de mes mots pour le décrire, dévoilant mes humeurs… perception si difficile à distinguer dans la raison, et les émotions nous submergeant… des temps ombrageux si risqués qui sont les nôtres, que peine à jaillir la moindre source de lumière… je n’ai jamais voulu donc inspirer un pareil parallèle tragique, avec l’Histoire de la dernière grande guerre, et des pires génocides…

        Serait le rouge du fond d’écran de la scène croquant le tabassage d’un homme, genoux à terre… qui m’a/nous a emporté… ?

        Là ou j’ai vu de la lumière dans cette œuvre caricaturant d’invisibles mains arbitraires, vengeresses, mains désincarnées des matraques… comme désolidarisées de corps sur-armés autoritaires, et du mal qu’ils peuvent faire…. corps eux même tellement effacées à l’image des médias mainstream s’en repaissant pourtant jusqu’à en faire leur fond de commerce, effacement tellement « absent » d’indignations de leurs « donneurs de leçons de morales », que le « blanc immaculé », sorte de « blanc seing » dans leurs « non-dits » (« pas vu pas pris ») en deviennent éloquents… je ne peux que regretter de ne pas m’être rendu compte – aurais-je pu m’en rendre compte d’ailleurs ? – que mes mots pouvaient provoquer pareille associations d’idées…

      2. @ CHAPONIK Eliane.

        Vous aurais-je donné l’impression de vouloir cacher ma pensée sous un monceau de cadavres, quand le décompte macabre de décè.e.s de chômeur.e.s (entre parenthèses conclusives de mon propos), avant la crise sanitaire, mais pas que (crise « sociétale »…)… gérée de façon néolibérale… n’est la que pour mettre en perceptive, d’une part ; que malgré la croissance des personnes décédant de la covid-19, la distinction (« tri sélectif » façon « darwinisme social », « utilitarisme »…?) à faire entre leurs facteurs multiples de comorbidité, et les atteintes infectieuses spécifiques à ce coronavirus (pour les personnes saines) devient presque impossible, surtout lorsque les pathologies chroniques – maladies cardiaques, diabètes, prise de poids, liés aux stress de la perte d’emploi, de la précarité, pauvreté… ne peuvent plus être soigné lorsque la saturation des services publics hospitaliers, n’y arrive pas…. alors que d’autre part : des commerçant.e.s… menacent de se suicider… quand le Trumpisme, l’idéologie de l’atteinte de « l’immunité de la horde »…. préfèrent défendre les « gagnant.e.s » qui prétendant prendre leur risque, refusent qu’on leur disent qu’ils le font prendre à tout le monde, en s’en déresponsabilisant au nom « d’un élu divin » guérit miraculeusement » par un « vaccin/traitement »… que j’espère avoir réussi avec ces quelques lignes de plus, vous convaincre que mon intention n’était pas là…

  2. Si l’on accorde le bénéfice de l’intention affichée ( protéger les policiers de menaces et agressions a posteriori ) , la voie choisie me parait une erreur et une faute , et le débat en assemblée qui commence le 17 devrait le montrer .

    Cette nécessaire protection des fonctionnaires ( forces de l’ordre , personnels de santé , personnel de l’éducation nationale , agents des services sociaux , agents de voierie …) dans l’exercice de leur fonction , doit être réserver à la voie judiciaire . La Loi , qui considère que ces faits d’agression sur les agents publics sont taxables de « circonstances aggravantes » ( comme l’abus inverse ) , peut , et peut être doit, être durcie . Elle doit surtout être rapide et sans aménagement de peine pour les cas jugés .

    Le durcissement légal et pénal sur les appels à la haine et au meurtre sur les réseaux sociaux seraient aussi plus recevable qu’un projet de loi qui prête le flanc à toutes les suspicions , et pour laquelle la défenseure des droits vient d’alerter .

    PS : ce dessin devrait réjouir les zadistes . Pour une fois que c’est un bourgeois en chapeau melon qui se fait tabassé !

    3
    1. Les fonctionnaires de police (je ne vise pas les autres) sont déjà largement disculpés par les juges, qui reconnaissent là leurs auxiliaires indispensables. En fait, en Belgique, cela confine au ridicule : un policier qui tire a toujours de bonnes raisons était évidemment menacé par le mort, etc.; par contre, un policier qui abîme un véhicule de police parce qu’il n’a pas respecté la priorité de droite malgré sa sirène hurlante, est un maladroit qui subira une retenue de salaire par son employeur, la Mairie. Les images fournissent donc des éléments de preuve qui empêchent la justice de protéger ses auxiliaires.
      On est en fait devant un dilemme, apparu avec les nouvelles pratiques de maintien de l’ordre : tous les moyens sont bons, y compris la provocation, pour obtenir du désordre et le disqualifier en le réprimant ; mais il ne faut pas le montrer, bordel ! C’est pas de jeu, pour les juges.
      A la limite, une manifestation où il ne se passe qu’une manifestation tranquille, cela n’intéresse pas les médias, cela n’intéresse personne, et ce sont des frais de déploiement de police inutiles. Même les photographes ne viendraient plus !

      2
      1. Lisez mieux , outre que si vous n’avez pas confiance dans votre justice , je ne vois pas de quoi on peut discuter .

        Je parle d’agressions ou appels à agressions sur fonctionnaires , tous les fonctionnaires en contact avec du public , en face d’une montée de la violence gratuite dont j’avais déjà évoqué qu’elle avait surtout progressé dans la deuxième moitié des années 90 .

        2
      2. J’avais bien lu, je ne répondais, précisai-je, que du privilège des policiers.
        Effectivement, il y a bien des agressions d’autres employés de l’Etat. On cite souvent l’exemple (vécu dans plusieurs lieux) de l’agression du chauffeur de bus, dernier représentant de l’Etat qui fréquente encore les « banlieues ».
        Mais le racisme infligé aux immigrés se manifeste aussi par les employés publics qui n’informent qu’incomplètement, qui reçoivent agressivement, etc. Je me rappelle un ami venu du Maroc disant : j’accompagne toujours ma mère, même pour un timbre-poste, car sans cela on pourrait ne pas la servir, la renvoyer de guichet en guichet…
        A partir de ’90 ? Après 1989 et la chute du mur, les patrons licencient plus durement, Reagan/Thatcher ont ouvert la voie du néo-libéralisme, les promesses sociales attendues des pauvres ne sont plus en perspective. No future. L’agressivité monte (notamment) de la violence économique. C’est la première marche qui mènera à la vocation terroriste.
        Il faut effectivement garder confiance en la justice, rien ne la remplacera jamais. Mais il faut aussi qu’elle inspire confiance, qu’elle conserve une aura d’autorité légitime, indépendante …et juste avec les pauvres !

        2
      1. Ou des inspecteurs de la DGCCRF, qui étaient aux dernières nouvelles à peu près 3000 (les dernières nouvelles ne sont pas très fraiches, je vous le concède) pour gérer l’ensemble des commerces du territoire… Mais après tout pourquoi pas. Réduire le nombre de contrôleurs est certainement le meilleur moyen de réduire le nombre de fraudes constatées, après tout.

        1
      1. Knight-Death-Devil 13 novembre 2020 à 20 h 47 min

        « Lordon, vous m’apprenez sa non-mort. Mes non-condoléances donc ».

        Au fait DeepL propose 4 traductions de votre pseudo :
        Chevalier-Mort-Devil – Chevalier-Mort-Diable – Chevalier Meurtrier Diable – Chevalier-Mort-Devin

        Laquelle vous semble la plus appropriée ?

        1
      2. arkao 13 novembre 2020 à 22 h 30 min

        Le triomphe de la mort version d’origine visible au Prado , dont j’ai un poster au dessus de ma tête depuis plus de 30 ans, a fait des petits puisqu’on trouve à Graz et à Bâle des copies exécutées par la descendance avec de petites différences, ça fait que les cavaliers de l’apocalypse ne me sont pas inconnus.
        La mort rôde toujours, sans être heideggérien pour autant, mais plus ou moins selon les époques, qui libèrent ce que Freud a nommé pulsion de mort. On suit ou pas la pente, mais les préoccupés par la survie de l’espèce semblent résistants.
        Comme quoi avoir une crécelle à portée de main, n’est pas du luxe.

      3. Je pensais mettre le liens vers ce billet de blog de Lordon qui effectivement semble sortir d’un long sommeil. A décharge pour « le chevalier motellemment endiablé » 😉 j’attendais plus de sa série de billets qu’un « communisme luxueux » pas franchement valorisant pour Friot. On le retrouve ici, aussi acerbe que chirurgical, mais il faut bien reconnaitre que s’il excelle pour mettre le doigts sur les problèmes et leurs ressorts, il n’a hélas pas le don pour imaginer bcp de solutions. Peut être son côté Spinozien qui ne laisse pas bcp, voire aucune marge de manoeuvre aux individus.

  3. Aïe, pas sur la tête, aïe pas sur la tête, tiens salut Roger t’es dans la police maint’nant ? 😉
    Ceci dit, on trouve dans le commerce des caméras si petites, qu’elles tiennent derrière un bouton de parka, ou un porte-clés par exemple…

  4. Suite et fin du commentaire (Juillot Pierre 13 novembre 2020 à 18 h 16 min).

    Aurais-je oublié de préciser dans le questionnement sur un « ailleurs » ou quêter « la Vérité », ailleurs émanant d’un univers parallèle, ou d’autres dimensions, qu’être piégé à l’horizon d’un trou noir… empêche de percevoir le risque que fait courir le SOLITON formé par des vagues successives et toujours plus grosses « d’ondes gravitationnelles » perturbant tous les sens sens, repères, y compris moraux, éthiques…?

    1. C’est l’objection toto (anarcho-autonome) de la première heure, qu’ils ont volontiers reformulé ainsi dès fin 2017 début 2018, et plus encore en 2019 avec les gilets jaunes: « Et maintenant ils disent quoi les castors? »

      1. Ben qu’on ne les y reprendra pas, moi j’ai fais le castor, j’assume. j’ai eu tort je le reconnais. La prochaine fois j’irais pas et je sais déjà que j’aurais encore tort 🙁
        Ceci dit les non castor ils disent quoi à propos des législatives?… Moi j’ai voté Macron au second tour mais en comptant bien sur une cohabitation ou au moins une possibilité de motion de censure si Macron déconnais… Il faudrait peut être penser à dire aux gens que s’abstenir au second tour ne veut pas dire s’abstenir aux législatives…

  5. Policier ou gendarme, quel drôle de métier. Quand tu es gamin, c’est marrant ça, mais adulte faire vraiment ce boulot, faut être un peu bizarre.

    Pour en faire son métier et y rester toute sa vie c’est que psychologiquement ces gens ont problème, absolument tous sans aucune exception. C’est une des professions où on enseigne la docilité la plus basse, et où l’on valorise le sadisme, les deux se nourrissant l’un l’autre, il faut donc des profils adéquates pour l’exercer. Ils arrêtent et déportent criminels, enfants migrants, ou juifs, selon les moments sans état d’âme.

    Le degré élevé d’alcoolisme y fait des ravages selon des études internes.

    2
      1. Oui 1943 quand même, ouf l’honneur est sauf dis donc ! Et l’exception malheureusement confirme ici aussi la règle comme aurait pu dire Bescherelle.

      2. Mais pas généraliser dans l’autre sens. Longtemps, la police sert le régime de Vichy comme de bons fonctionnaires. Jusque fin 42 (invasion de la zone Sud) – début 43 (début du STO obligatoire). Bien sûr quelques individus sont déjà résistants auparavant, mais la question du devoir républicain se pose à cette époque pour chaque policier. Des corps entiers vont saboter les ordres et s’abstenir, prendre le maquis (=se cacher, parfois tardivement) ou carrément agir en résistants. Une approche nuancée est de mise. Et ces mêmes dilemmes se posent aux policiers d’aujourd’hui…

        2
      3. La police, la gendarmerie sert toujours le régime en place, c’est dans leur ADN, ils frappent, harcèlent, torturent ou tuent selon les endroits toujours les oppositions. C’est ainsi partout quelque soit le pouvoir en place. ce sont des chiens de garde du pouvoir avant toute chose. L’histoire est ainsi faite. Ils ne basculent que très rarement mais se mettent à disposition des nouveaux arrivants le cas échéant. C’est leur fonction. Ils sont prédisposés à cela et élevés pour.

        Moi ce n’est pas du tout ma came, et leur professionnalisation armée est le signe d’une catastrophe pour une société Humaniste on l’aura bien compris. L’accepter fait de celui qui y succombe un collaborateur du système malgré lui. Vous l’avez bien compris je pense.

        Ils faut un désarmement général, c’est tout à fait possible si l’on s’en donne les moyens. Je n’ai aucune envie de vivre dans un monde où des caïds tirent à l’arme de guerre dans les rues, et où des flics ripostent de même. Non, je ne suis pas américain ! Et non pour faire des contrôles routiers ou du maintien de l’ordre dans des manifestations les agents n’ont pas à être armé face à des citoyens sans armes. C’est l’escalade, et c’est assez français d’ailleurs cette méthode. Après je suis bien conscient que c’est la société, son fonctionnement et son organisation dans son entier qu’il faut réformer pour atteindre un stade de « violence » gérable uniquement mano à mano. Mais ce n’est pas parce que je ne suis pas ce monde plus civilisé que je dois admettre l’inadmissible, c’est à dire des forces de l’ordres dont les pratiques et l’histoire montrent la nocivité intrinsèque.

      4. A Bernard

        si je comprends bien une cinquantaine de policiers aurait sauvé l’honneur de la Police sous Vichy il faut tout de même rappeler qu’au plus fort de la répression ils étaient au nombre de 120.000 en plus de la Milice pour s’occuper des « mauvais Français »

      5. @Chaponick :

        C’est vrai , comme il est vrai que les historiens commencent à tomber d’accord pour estimer à moins de 2 % de la population adulte française les forces intérieure et extérieure de la France libre et de la Résistance , en 1942 .

        PS : je ne sais pas s’il est compté dans vos 50 , mais un de mes oncles résistants qui travaillait à la mairie de Saint Etienne avait tout un réseau de fabrication de faux papiers en liaison avec un copain policier .

        1
      6. Ces querelles comptables sont un peu ridicules, tout le monde sait que globalement la police de Vichy a été compromise jusqu’au cou. Cela n’en rend pas moins remarquable et digne d’éloge la désobéissance civile des policiers d’alors.
        Aujourd’hui il s’est trouvé un syndicat policier minoritaire pour manifester avec les journalistes. Ils ne sauvent pas l’honneur de la police dans son ensemble, mais ils sauvent l’idée qu’on peut se faire de l’humanité. C’est un début pour faire une police citoyenne.
        https://www.liberation.fr/france/2020/11/21/les-journalistes-dans-la-rue-pour-demander-le-retrait-de-la-loi-securite-globale_1806329

        2
      7. Et encore la Police, c’est une chose, mais l’armée aussi, l’écrasante majorité des officiers et sous officiers, la justice, les juges, les gardiens pénitencier, dans leurs ensemble, tout ce qui fait l’Etat français, sa structure la plus administrative régalienne (défense, police, justice) c’est mise au service et a collaboré à 99% avec l’occupant, sans trop sourciller voir carrément avec zèle dans le cadre du redressement national. Faut bien manger ma brave dame ! Il, l’Etat, donc des fonctionnaires, a livré ou a fait le boulot lui même en se retournant contre des citoyens libres et républicain condamné à la détention, la torture, à la déportation et à la mort. Nous n’avons contrairement à l’Allemagne Nazi jamais vraiment procédé à l’épuration nécessaire afin d’assurer la continuité et éviter l’effondrement et la vassalité sous couleur US. Bien dommage quand même, les vieux réflexes et tics d’Etat sont toujours là…

        Que tous ces crétins actuels y réfléchissent bien en faisant leurs lois. Mais n’attendons pas trop de ces arrivistes franchouillards. Ils me foutent la gerbe en fait.

      8. @ Eliane
        Me chatouillez pas trop avec le qui a fait quoi pendant la guerre .Vous n’êtes pas la seule dont l’histoire familiale a été cruellement marquée par les nazis.

        Je dis que la haine est mauvaise conseillère et qu’il faut toujours tenter de faire la part des choses.
        Je crains que votre raisonnement sur les flics d’hier vous amène à juger ceux d’aujourd’hui comme le fait cloclo.
        Dieu merci , le peuple allemand nous prouve qu’il y a une autre voix que celle de l’histoire qui se répéterait en boucle.
        La fonction des forces de l’ordre est de servir la Justice , mais lorsque la Justice est devenue folle , on en revient à la chanson de Goldman
        https://www.youtube.com/watch?v=9-9SFHdaRVM

      9. Bernard,

        « La fonction des forces de l’ordre est de servir la Justice , » la belle phrase qui ne veut rien dire. Selon ce que l’on met derrière le mot justice mon bernard, c’est la porte ouverte à toutes les fenêtres de l’horreur.

        Personne n’est en compétition victimaire bernard, de quoi tu causes !

        Eliane te demande juste si 50 cas individuels sauve le système. Ben non, ça ne fait la maille, le système, l’Etat a été collabo mon gars, faut t’y faire, une belle bande de collabo qui n’aura même pas été inquiété à la Libération.

        Et je ne juge pas sur hier, je juge sur des faits, qui se répètent sans cesses, partout sur Terre et les époques, les force de l’ordre servent le gouvernement, bernard, c’est tout, elles sont du côté du gars qui tient le bâton. C’est ainsi, partout à toutes les époques je répète, et elles recrutent des profils majoritairement allant dans ce sens, docile et rigide. C’est une vérité de La PAoLice !Toi tu parles de haine alors que je parle de tendance lourde.

        Mon pauvre bernard, mais la police n’a de républicaine que le nom, beaucoup de fonctionnaires sont racistes, conservateurs au dernier degré, rétrogrades, votent FN, aiment les armes, abusent de l’autorité, bandent en voyant un uniforme, quand ils sont pas cow-boy dans la rue, pensent que le monde est rempli de racailles, dont d’ailleurs il est très difficile de faire la différence tant dans la tenue que le vocabulaire entre eux et la BAC par exemple, non ils sont au service de l’Etat, pas de la justice, si tu savais à quel point la plus part crache sur la justice, trop à gauche, trop laxiste, tu ne dirais pas ce genre de sornettes puérils. Tout cela est documenté, prouvé dix fois, et chacun peut le constater soi même. Tous ceux qui en sont sortis en y rentrant avec le sens du devoir de servir ont été laminé par une institution complètement pourrie à tous les niveaux et ont du mal à s’en remettre. C’est bien qu’il y a un problème.

        Non la maison poulaga est mal gérée et mal pensée. Elle ne sert pas, elle exerce la contrainte du fort sur le faible.

        1
      10. @ Eliane
        Bien comprendre que le principe du nazisme est d’instaurer un climat de haine, de banaliser l’idée qu’il y aurait des sous hommes .

        Nous sommes de familles qui savent les dégâts de la haine ordinaire sur la vie des nations.
        Au début , l’opinion publique dénigre un peu , beaucoup , passionnément …se servant des préjugés qui pourrissent la vie des étrangers , et puis les crises surviennent , et le besoin de boucs émissaires donnent aux dictateurs le pouvoir . Puis, viennent guerres et destructions.

        Aujourd’hui dénigrer la fonction de policier sous prétexte d’un profil psychologique et parce qu’ils n’auraient pas les honneurs de l’Histoire
        relève de quoi d’après vous ? D’un besoin d’une lecture juste de l’Histoire ou d’autre chose ?
        .
        Ne jamais oublier jusqu’où peut aller la violence .
        Même si la raison de départ est un besoin de vérité et justice.

        1
      11. @cloclo
        J’ai lu ta réponse .
        Au moins , tu pourras te vanter , toi le riche, de connaître un «  pauvre « .

        Que la loi qui vient d’être votée pousse la population à craindre et avoir peur des forces de l’ordre : nul doute.
        Qu’un jour la vie t’apprenne ce que mes mots n’ont pas su faire : je pense que quelqu’un qui a beaucoup de biens est encore plus dépendant des forces de l’ordre que ceux qui n’ont rien à perdre.
        L’avenir dira si tes préjugés (et ton sens inné de la généralisation ) te pousseront à continuer de cracher dans la soupe.

      12. Bernard

        Tu devrais cesser de te projeter en vain à l’intérieur de la tête des autres, de la mienne en l’occurence, que veux-tu que cela me fasse que la police protège mes biens ? Décidément tu ne captes pas un traître mot de ce que tu lis et à qui tu causes sur le net.

        Tu as des paroles de vieux réac en fait, « cracher dans la soupe » non mais t’as quel âge ? !

      13. Cloclo
        L’épuration a été inachevée en France c’est exact (Papon, Bousquet n’ont pas été sanctionnés.) Mais elle n’a pas été aussi radicale qu’on l’a longtemps pensé non plus en Allemagne. Voir le récent docu d’Arte qui évoque la tentative ratée de dénazification des magistrats allemands. Je

        https://www.cairn.info/revue-droit-et-societe-2016-1-page-159.htm
        Voici aussi le remarquable récent documentaire consacré à Fritz Bauer qui a tenté de dénazifier la magistrature Allemande échouant au bout du compte.
        https://www.arte.tv/fr/videos/052359-000-A/fritz-bauer-un-heros-allemand/

        C’est faux de dire que nous avons été vassalisés sous couleur US, tu oublies de De Gaulle sans la ténacité duquel on aura eu droit à une administration américaine à la libération. Tu oublies sa politique d’indépendance, sa sortie de l’OTAN en 1966.
        https://www.lemonde.fr/international/article/2009/03/10/1966-la-france-tourne-le-dos-a-l-otan_1165992_3210.html

      14. PYD

        Je n’ai jamais dit que nous avions été vassalisé sous couleur US, puisque j’ai dit en fait totalement le contraire :

        ma phrase : « éviter l’effondrement et la vassalité sous couleur US ». Le « et » a tout son sens dans cette phrase en liaison avec … « éviter ».

      15. @ cloclo
        « que veux-tu que cela me fasse que la police protège mes biens ? » .

        Pas envie de rentrer dans ton cerveau comme tu le prétend : il est trop petit.
        Les biens ne sont pas que matériels, mais au moins ta réponse permet de comprendre que Mr n’a pas eut trop de souci dans la vie .
        Mais Ok , dont acte.
        Du temps où l’on faisait encore le service militaire , il y avait toujours des fiers à bras qui , finalement , se retrouvaient être les plus fragiles , une fois confrontés aux réalités de ce monde .
        Le «  pauvre vieux réac «  te salue .

    1. @Cloclo

      Outre les motivations morales et/ou psychologiques, il faut peut-être regarder aussi (voir beaucoup plus) vers les motivations financières et d’accès: devenir flic (gendarme ou policier) ne nécessite « que » le passage d’un concours accessible sans diplôme (point commun avec l’armée). Ce n’est donc pas forcément un métier d’adhésion mais aussi un métier d’opportunité. « Il faut bien bouffer » comme on dit, et tout le monde n’est pas forcément disposé à se contenter d’un RSA à 500 balles pour ce faire.

      2
      1. Il y a plein d’autres métiers Dissonance accessible sans concours, et où tu ne lattes pas tes congénères de basse extraction qui te sont semblables avec aux lèvres la bave du chien qui attend sa pitance de son maître et qui accessoirement montre ses crocs si le maître tarde un peu à la récompenser ou essaye de le corriger . Non, il y a dès l’origine un vice premier à choisir cette voie (je ne parle pas des très hauts gradés, encore que, qui gère ça comme ils géreraient n’importe quoi d’autre, quoique non, en fait eux aussi drôle de choix, la répression et le contrôle comme ligne de vie…). Garde à vous, présentez armes, rompez !

        Ils représentent et sont la manifestation dans la chair de la violence légitime de l’Etat, pour ceux qui ne comprennent pas l’injure que cela incarne à la face de la Devise trinitaire et à la fois unique, par consubstantialité, de la République des citoyens je ne peux rien pour eux. Aux royaume des Aveugles les borgnes sont rois…

      2. @Cloclo

        Ok chiche, cite-moi donc « TOUS » ces métiers qui recrutent SANS DIPLÔME (et oserai-je ajouter « sans formation?). Des preuves « officielles » (sorties d’organismes de recrutement, par exemple) sont bienvenues. (Il y a à peu près 10 millions de chômeurs en France actuellement, ça devrait intéresser quelques personnes)

        2
      3. Euh, tu sais combien de gens partent à la retraite chaque année dans le privée et sont remplacés par des gens sans diplôme particulier ? Dans le nettoyage/ entretien, le BTP, la logistique, la manutention, les services touristiques, les restaurants, le commerce, la distribution. Des dizaines et des dizaines de milliers bien plus que de place à pourvoir chez les képis.

        M’enfin c’est quand même plus simple de devenir cariste ou serveur que flic non ?

      4. @Cloclo

        Je me fous de ton inventaire à la Prévert sourcé de nulle part. Les offres d’embauche que tu évoques, je les connais, pratiquement aucune n’est ouverte aux « débutants », et même celles qui le sont recrutent préférentiellement les candidat.e.s qui ont de l’expérience (quelle qu’en soit la nature – cf la discussion avec 2Casa et Juannessy, que je n’ai pas finie d’ailleurs)

        2
      5. Mais si c’est sérieux que veux tu que je dise. Je vais pas me coltiner les stats et les offres pour tes beaux yeux, c’est même pas nécessaire. C’est un simple fait, des dizaines de milliers de gens partent à la retraite dans ces métiers chaque année, et les emplois se créent bien parallèlement d’autant plus que la population active augmente par dessus le marché. Tu le sais très bien en plus. Après que chacun n’ait pas un boulot, même là dedans, je veux bien, mais nier qu’il y a des postes par dizaine de millier grand bien te fasse si ça te chante !

        Mais qu’est-ce que cela a avoir avec le fait de préférer devenir flic au lieu de devenir jardinier ? C’est bien un choix mon grand « psychologiquement » parlant ! Tondre le gazon vert ou tabasser du gilet jaune. Choisi ta couleur.

      6. @Cloclo

        Qu’il y ait des emplois disponibles « par dizaines de milliers », pourquoi pas – pôle emploi recense environ 600 mille propositions en agrégeant ses propres offres avec celles d’autres plateformes aux dernières nouvelles, si on est pas trop regardant sur les offres « fake » et les doublons/triplons/etc – mais combien sont aussi peu regardantes en termes de qualifications et en même temps aussi généreuses en termes de salaire/conditions de travail?

        Je ne sais pas trop pour les policiers, mais les gendarmes en tant que militaires ont des avantages que ce soit en matière de retraite, de rémunération « opex », ou de possibilités de reconversion en fin de contrat qu’aucun emploi dans le privé ne propose, ni de près ni de loin. Et il me semble que par ailleurs les policiers sont un peu mieux payés que les gendarmes. Bref, le tout n’est pas de dire « il y a des emplois disponibles dans tous les secteurs », encore faut-il dire à quelles conditions.

        Ce que je veux dire, en fin de compte, c’est que pour faire un boulot aussi pénible (et pourri par bien des côtés), l’État procure quand même quelques avantages (qui n’existent nulle part ailleurs, même pas dans d’autres services de l’État) et ce n’est donc pas uniquement une question de psychologie si certaines personnes s’y collent.

        2
      7. Salut les Gars,

        Rapport à notre discussion, c’est pas tellement différent qu’essayer de tirer le meilleur parti d’un échange entre piliers de bar ! 🙂

        Je peux faire larbin, je pourrais pas faire kisdé sinon à finir comme ça : https://en.wikipedia.org/wiki/File:Rust_Cohle_2012.jpg

        (Je conseille d’ailleurs « le Roi en jaune » de R.W. Chambers pour trouver des sources aux inspirations de Lovecraft, c’est très troublant)

        Après, c’est pas une vocation non plus… Tu sors de la Fac après avoir financé tes études en bossant en bar ou en resto, une ou deux rencontres et un profil littéraire plus tard, t’as que ça sur ton C.V. et aucune réponse à tes candidatures quelles qu’elles puissent être (en tout, sur je sais pas combien de courriers, deux négatives et un entretien téléphonique, point barre) ! Pas très docile, pas très motivé, je reste hermétique à l’idée de se « forger » en vue d’être employable… À cette idée j’ai les fils qui se touchent, Bzzzt 😉 Jusqu’au covid le seul avantage étant que tu pouvais assez facilement faire des aller-retours entre emploi et activités autrement plus enrichissantes et épanouissantes. Kleenex pour kleenex, opportunisme bien compris.

        Bref, faire carrière dans la Police requiert quand même, à mon avis, au-delà de l’effet d’opportunité et du vecteur d’ascension sociale que cela représente(ait) pour les classes populaires, un profil particulier… La personnalité « F » ça vous dit quelque chose ? Question d’éducation et de soumission à l’autorité, des cadres forts, d’où sans doute aussi les votes à 50% pour qui on sait. http://www.hacking-social.com/2017/01/16/f1-espece-de-facho-etudes-sur-la-personnalite-autoritaire/ Je sais pas ce que ça vaut mais j’ai trouvé ça très intéressant.

        1
    2. Le problème ce sont pas les policiers, que nous nous apprécions lorsqu’ils effectuent une mission de service public et en l’occurrence de protection civile, je ne fais pas un dessin, c’était aujourd’hui le triste anniversaire des attentats de 2015. Au Bataclan sans l’intervention des policiers de la BRI il y aurait eu sans doute beaucoup d’autres victimes. C’est un exemple extrême, mais c’est pour redonner à notre débat de plus justes proportions.
      Le problème c’est l’institution policière détournée de sa mission de protection civile. C’est donc un problème d’abord politique. IL y a des politiques de maintien de l’ordre et de protection civile plus ou moins bonnes. Aujourd’hui sur on tend vers le médiocre pour ne pas dire le très mauvais.

      4
      1. Je suis quand même bien embêté de relever que la protection civile à la vérité c’est plutôt les pompiers, les ambulanciers, et surtout c’est ça la protection civile :

        https://www.protection-civile.org/

        Pas des hommes en uniforme et en armes même légalement. Qui ne sont que la réponse à d’autres hommes en armes, illégalement eux. C’est juste la même pièce, le même vice ! Je ne fais aucune confiance, ni aux forces armées professionnelles, ni aux forces de sécurité civile professionnelles.

      2. Cloclo
        Allez dire aux rescapés du Bataclan qu’ils auraient du se passer des services de la police….
        Je n’aime pas non plus les armes à feu, j’y suis même allergique, mais un peu de réalisme ne nuit pas. Le métier de policier n’a rien de déshonorant, c’est la manière de l’accomplir qui peut l’être.
        Sur ce bonne nuit !

        3
      3. PYD,

        Si on pouvait éviter de s’envoyer du « réalisme » et le « bataclan », ça serait pas mal je pense. J’ai passé l’âge de ce genre de discussion, autant regarder BFMTV ou Plus belle la vie dans ce cas.

        Je note que la militarisation des forces de polices va de pair avec celle des malfrats, que leurs violences sont en fait similaire et ont la même origine, et que décidément cela est mauvais signe pour le citoyen.

        Dors bien.

        3
      4. Cloclo

        Le monde va mal, alors on se retrouve avec des policiers sur-armés, je suis d’accord.

        IL faudrait une police citoyenne. Si possible sans armes, dans un monde bien meilleur qu’il n’est.
        Sur l’objectif nous pouvons nous entendre.
        La tâche est immense car cela ne concerne pas que l’institution policière. C’est le monde économique et social qui doit être ‘désarmé ‘.

        A court terme on pourrait déjà rétablir la police de proximité… IL y a tant à faire.

        6
      5. @ cloclo
        Y’a comme un truc qui cloche dans ton raisonnement .
        Tu sembles oublier qu’il n’y aurait pas d’utilité ,ni à la justice ni aux lois, si personne n’était là pour les faire respecter .

        Il ne faudrait pas tomber dans le mépris de ceux qui ont pour vocation d’être au service de la Nation , en faisant l’impasse sur ce qu’ils vivent : corvéable et taillable à merci ( avec le taux de suicide et de morts qui va avec) , la vision des côtés les plus sordides de la société ( tu supporterais , toi?) , l’obligation d’exécuter parfois des ordres sans être persuadés de leur utilité.
        Trop facile d’accuser l’alcoolisme de certains sans en chercher les véritables causes.

        Car à ces causes , on peut ajouter le manque de reconnaissance .

        À te lire , je me demande si le milieu social n’est pas le plus classique des biais cognitifs.

        5
      6. C’est démontré statistiquement ; le Sig-Sauer 9mm Parabellum à portée de main 24/24 s’accorde mal aux burnouts et aux états mélancoliques, ou trop bien c’est vous qui voyez.

        1
      7. Police-secours cette notion a-t-elle disparu dans l’inconscient colectif ou reste-t-elle encore une mission de la police et des policiers ?
        En cas de rixe appelle-t-on les pompiers ou le SAMU plutôt que police secours ?
        Est-ce du à la disparition de cette mention sur les véhicules ?
        (banalisation des flottes, économie de marquage, véhicules en location ?)

        Quand à la protection civile que fait elle en matière Covid ?
        test, tracage, contrôle de l’isolement, respect des mesures …

        Se sent-elle concernée ou n’est-ce finalement pour l’ETAT qu’un problème sanitaire hospitalier avec des règles policières de contrôle ?

      8. La police face à la bêtise humaine, criminelle par temps de Covid :
        https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/confinement/soiree-clandestine-a-joinville-le-pont-c-est-criminel-d-avoir-organise-une-telle-fete-s-indigne-le-maire_4182381.html

        Juste remarque du maire de Joinville-le pont, avec des services de renseignements plus efficaces (Merci Sarko de les avoir désorganisés) ce genre d’incident aurait pu être évité.

      9. PYD,

        Ton exemple est simplement malheureux et les réactions sont excessives à celui qui sera le plus pure et le plus exigeant, des tartuffes oui.

        En tout cas je constate que pas mal de commentateurs du blog sont mûrs pour l’autoritarisme policier au nom de leur idée de la vérité et de ce qui est permis ou criminelle. Bravo les gars, mais doit-on en être étonné ?

        Pour ma part in fine, je préfère vivre dans une société dangereuse et vivante que dans une société sécurisée mais mortifère, surtout quand elle est gérée par les jeanfoutres actuels complètement à la dérive qui n’ont plus que la force violente et la contrainte pour se faire respecter. et accumuler tranquillement le confort et l’aisance Triste sires et triste monde. Si l’attitude va dans le même sens pour la transition écologique, ça promet.

        D’ailleurs accessoirement absolument personne ici n’a répondu à la question suivante posée ailleurs :

        A partir de combien de morts est-il nécessaire et obligatoire de confiner en stop and go la population et de criminaliser les comportements afin de protéger les plus faibles puisque la COVID vient de réveiller une borne semble-t-il entre population potentiellement malade et goulot d’étranglement sanitaire amenant à une surmortalité (dépendant des moyens mis en place sur moyen et long terme) ? 1, 10, 100, 1000 10 000, 100 000, 1 000 000 de morts ? Comment avons nous fait toutes ces années pour encaisser 10 000 morts de la grippe par an ? Comment avons-nous fait pour accepter ce seuil intellectuellement toutes ces années, où est la différence fondamentalement ? On dirait des comptables qui ne regardent que des tableaux de bord, R0, Courbes, entrées sorties, au secours j’ai envie de dire, vivre c’est autre chose, il ne faut pas laisser les clés de la boutique à des comptables, jamais.

        De toute manière ici chacun sait que la transition écologique, la lutte contre le réchauffement climatique, contre les pollutions va passer par une casse à peu près certaine du système en matière de santé et de fin de vie, en tout cas si on ne fait pas collectivement certains choix pour gérer cette phase à venir. Mais ceux qui pensent passer le cap avec la Police, comment dire, pour moi ils sont plus près de Trump que de l’idée que je me fais des rapports humains. ORDER & LAW avant tout hein les petits, vous avez choisi votre camp sans le savoir ? Non, moi je préfère la casse et les perturbations excessives en tous sens des Black Lives Matter. On ne se refait pas.

        2
      10. CloClo

        A partir de combien de morts est-il nécessaire et obligatoire de confiner en stop and go la population et de criminaliser les comportements afin de protéger les plus faibles puisque la COVID vient de réveiller une borne semble-t-il entre population potentiellement malade et goulot d’étranglement sanitaire amenant à une surmortalité (dépendant des moyens mis en place sur moyen et long terme) ? 1, 10, 100, 1000 10 000, 100 000, 1 000 000 de morts ?

        https://bfi.uchicago.edu/working-paper/2020-26/
        À Chicago, à l’école Becker/Friedman, ils comptent (ou comptaient, le 25 mars). Avec 2 paramètres : un modèle épidémiologique à la Ferguson et une Value of Statistical Life moyenne du macchabée COVID US à $4,7 millions…
        Font ça pour tout hein, toujours comme ça, rien de neuf, routine.

      11. Cloclo
        « … à partir de combien de morts ? …
        Je ne réponds pas à cette question basée sur une comparaison assez ‘raoultienne’ entre les morts de la grippe et du covid, d’autres que moi ont déjà réfuté cet argument fallacieux.

        Je ne suis pas pour une solution du tout policier, je pense l’avoir écrit clairement dans mes précédents messages. Ceci dit je te concède qu’apprenant la nouvelle
        j’ai été en colère, car je ne vois pas comment on peut qualifier autrement que d’irresponsables ceux qui participent en pleine crise sanitaire à un tel rassemblement festif. Toute société fonctionne avec des règles, qui sont valables pour tous, la police est là pour les faire respecter quand toute approche globale a échoué.
        Pratiquement, il n’est pas possible de reporter indéfiniment sur le politique ce qu’il appartient à chacun de respecter. Chacun prend sa part dans la lutte contre Covid19.

        Tu pointes l’irresponsablité des politiques. Très bien, je la partage, mais crois-tu que ces politiques soient aidés quand des personnalités bénéficiant de forts relais médiatiques
        sèment le trouble dans l’opinion en assénant des contre-vérités au sujet de la pandémie et des moyens d’y faire face ?

        1
      12. @CloClo
        Les morts de la grippe saisonnière sont encaissés, comme vous dites, parce qu’ils restent dans la norme annuelle des décès et qu’ils ne grippent pas les rouages en flux tendus des soins et des funérailles. La stratégie du stop and go, c’est une manière d’étaler la maladie et la mort dans le temps afin d’éviter des engorgements.

        5
      13. Pour tout te dire Cloclo je regrette d’avoir posté un peu vite ce papier relayant la parole de cet élu LR, alors qu’il y avait d’autres liens plus exhaustifs sur le sujet..
        Je le regrette car je sais que LR joue à fond la carte du tout répressif… ce qui n’est pas du tout ma tasse de thé. Tu as raison quand tu nous dis, avec Eliane Chaponik, qu’il faut être très vigilant.
        Ce que je n’apprécie guère c’est la posture anti-police, qui me semble contre-productive. Je t’avoue que le jour où j’ai vu et entendu un intellectuel de renom crier dans un manif’ « tout le monde déteste la police » j’ai été choqué. La police peut être la pire des choses, mais de là à dire qu’elle n’est que cela et qu’elle ne peut être que cela, je ne marche pas. Le poisson pourrit par la tête, dans la police c’est la même chose, pour dire vite. Au somment de la hiérarchie bien entendu je mets le gouvernement et son ministre de l’intérieur.

        1
      14. PYD

        Tu es un gars de bonne compagnie depuis que je te lis, tu as quelques énervements naturels comme nous tous, et c’est ainsi, nous sommes bien humain. Ceci étant dit, ma question n’est en aucun point fallacieuse, car elle est d’ordre générale et invite à s’interroger sur nos niveaux d’acceptation des aléas du Monde selon l’endroit où tu vis, ton niveau social, ta culture, ta condition physique, tes aspirations… Ca mérite d’être posé selon moi, mais bon c’est de mon point de vue, car selon les réponses on verra mieux l’avenir se dessiner. Mais renvoyer en permanence à la responsabilité de chacun, faut aussi en accepter un peu les conséquences.
        Cette petite soirée est certes assez ridicule si on adhère à ta, notre vision, de la solution, mais elle n’est rien d’autre qu’une soirée si on raisonne autrement. Et user de la contrainte pour imposer ma conception des choses, ça sera toujours sans moi mon cher PYD. Sérieusement en plus, 300 personnes, certainement jeunes, se sont réunis pour danser, boire, fricoter, jouir du temps, tu parles d’un crime qui mérite un sacré châtiment, ou des poursuites judiciaires, mon dieu quelle horreur (gaspation !)… Mais c’est mon point de vue.

        Dans les années 30, en Allemagne à un moment on a interdit aux juifs de posséder une machine à écrire, plein de petites choses anodines comme ça pour tout un chacun, personne n’y a vraiment vu en quoi cela posait de véritables problèmes. On connaît tous la suite, les même actions produisent toujours les mêmes conséquences.

      15. @CloClo (15/12 à 16h57)

        … » ici chacun sait que la transition écologique, la lutte contre le réchauffement climatique, contre les pollutions va passer par une casse à peu près certaine du système en matière de santé et de fin de vie  » …

        Un mot de clarification me serait utile. Pour m’assurer du sens concret.

    3. Vous avez raison CloClo – ma mère qui faisait partie de la Résistance à Paris a été arrêtée par deux inspecteurs de police français dont j’ai retrouvé les noms en allant chercher dans les archives de la préfecture de police de Paris – Elle a d’abord été mise en prison durant plusieurs mois par un des commissaires des Brigades spéciales (le commissaire de la BS2) puis envoyée en internement à Drancy et enfin livrée aux Allemands qui l’ont déportée en camp d’extermination – de son convoi de 1200 hommes femmes et enfants sont revenus en 1945 : 25 adultes dont 12 femmes, ma mère était l’une d’entre elles

      5
      1. Votre témoignage est éloquent Eliane, et d’une infinie tristesse. J’en ai mal à mon humanité et ma pensée ce tourne délicatement par delà le temps pour vous regarder dans les yeux petite si cela peut encore avoir un sens.

  6. La dérive autoritaire que nous vivons actuellement peut transformer le royaume de France en royaume de l’absurdie.
    Les forces de l’ordre au service de la justice : de beaux métiers tant que la justice n’est pas injuste ou folle .

    2
    1. Merci Octobre. pour ce lien et ce conseil. Je viens d’écouter Michel Pastoureau nous raconter l’histoire de la couleur rouge. Un peu sceptique au debut, j’ai finalement trouvé ça tout à fait passionnant .

      1. Je l’avais donné dans un billet  » féminin » , et j’ose à peine le rééditer !

        J’indiquais que le rouge est une couleur sexuellement attirante , et que les guenons arboraient crânement des arrières trains écarlates pour séduire les mâles ( au moins ceux qui ne seraient pas daltoniens ) . Le rouge aux lèvres est alors , lignée commune exige , une survivance inconsciente de cette petite ruse de la nature ( et donc pas hégelienne ) .

        Pour me dédouaner et échapper au lynchage , je précise que j’avais du lire ça dans  » le singe nu » , où Desmond Morris fait aussi des affiliations s’agissant de l’usage des cacahuètes , des poux et des rassemblements de singes ou de raout mondain .

        En tous cas , on n’embrasse plus jamais une femme de la même façon quand on garde l’explication en tête !

    2. Mmm

      Ce qui devient hélas invisible, ou illisible, ce sont les motivations des uns (les policiers) et des autres (le législateur et les donneurs d’ordre du pouvoir).
      Pour les donneurs d’ordre du pouvoir arrivé sans légitimité et se sentant fétus de paille face aux évènements (startup nation ne protège pas des pandémies ? pas des Jacqueries ? non mais allo quoi) , il est nécessaire de s’attacher les bonnes grâces de la police en la suivant dans la dérive de ses pratiques, et de ce fait en la suivant dans la dérive de son idéologie, lepéniste etc.
      La trajectoire de la matraque suit métaphoriquement une spirale qui ne me plait pas.

      5
  7. Coup de nostalgie à voir un personnage sans masque.
    Si le bonhomme en noir tenait un portable capable de filmer , au rythme où le climat social se dégrade , on pourrait imaginer qu’un jour , le fait d’en avoir un lors d’une manif sera jugé comme potentiellement criminel .
    Au royaume d’absurdie, on en est quand même là :
    « Ne vous rassemblez pas à l’air libre mais continuez à vous entassez dans des lieux clos ! »
    https://www.nouvelobs.com/confinement/20201113.OBS36070/rassemblements-pour-la-messe-darmanin-met-en-garde-les-manifestants.html

  8. Ayant oublié de vous remercier Chantal montellier, pour cette excise esquisse, j’en profite pour le faire maintenant en rajoutant que cela fait un moment que des syndicats policiers d’obédience d’extrême droite demandent à ce que certains diffusions d’images ne viennent pas ternir leur « autorité naturelle »…

    La défiance se généralisant, depuis que les dérives policières furent aperçues lors mouvement des gilets jaunes, et ce que certain.e.s croyant « bien nommer les choses » désignent comme un risque de contamination du mouvement « Black Lives Matter » en France (« déboulonneurs »…)… toutes formes d’autorités en pâtissent d’autant plus que des dissensions au sein même de certaines de leurs institutions … alertent sur les dangers, creusant et aggravant les inégalité, et amplifiant une injustice « sociétale » que représentent les « discriminations systémiques » (NON RECOURS à faire valoir ses droits, voir même à trouver une « représentativité » pour les défendre… par rapport aux discriminations impunies illégales, à l’embauche, dans l’accès au logement, jusque dans l’accès à la solidarité – 50% des « bénéficiaires » du RSA, ne touchent en réalité aucun « pognon de dingue mis dans les minimas sociaux, qui fait que es pauvres le restent et se déresponsabilisent »).

    Cette loi révèle t-elle non pas un compromis dans « l’Etat de droit » défait avec les successions « d’Etat d’urgence… »… mais une indigne compromission purement électoraliste – sachant que 50% du personnel du « monopole de la légitime violence de l’Etat » vote pour l’extrême droite – de la législature dominante macronienne, avec le « maintien de l’ordre social » et surtout « sociétal », en état de « choc », crise permanente…? Ce « maintien de l’ordre… » filmé à tout moment, risque de perdre toute crédibilité à prétendre au statut qu’il voudrait voir sacralisé, celui d’état de « légitime défense » (par rapport aux « refus d’obtempérer, « outrages »… Mais les polémiques sur le port d’armes à feu des policiers municipaux renforcent cette thèse), des lors que ses exactions, dérives diffusées, ne peuvent plus se prévaloir de la « présomption d’innocence », alors que des dirigeante.e.s décideurs, du public et privé, y trouvent leur compte en répondant à leur inquiétude par rapport à la question : « comment lutter contre la menace de justice sociale »…

    Bien qu’il soit légitime aussi de penser à protéger les familles de policiers commettant des « bavures »… brutalités… quand l’identité est dévoilée sur la toile avec malveillance… et/ou lorsqu’ils sont authentifiés (soit par leur visage, soit par le port d’un matricule… qui obligatoire est souvent absent)… généraliser l’interdiction de diffuser les images, apportant la « charge de la preuve » dans beaucoup de circonstances, ne lèse t-elle la « présomption d’innocence » des victimes des coups, injures, abus d’autorité… etc…?

    1. Pierre, mon cher Pierre, vous êtes trop conscient de l’état des choses, qui procède, à l’origine, disons, pour faire simke, de « la loi des poissons »… Nous en sommes les victimes, pour l’essentiel impuissantes. Cela dit, je suis pour ce qui me concerne, prête à examiner toutes les propositions d’actions susceptibles d’améliorer l’état des choses. Je dis bien TOUTES. L’humour sera le bienvenu.

  9. Le mot « total » devient de plus en plus total avec les nouvelles technologies. Dépasser un certain seuil, l’esclave ne distinguera plus ses chaînes… je pense au « meilleur des mondes » d’Aldous Huxley.

    1
  10. Une fulgurance purement spéculative, pour faire écho au Tweet de notre hôte: et si la lente – hélas je crains qu’en la matière l’apex soit encore lointain – et néanmoins sensible dérive violente de la société avait à voir avec la disparition des témoins de la seconde guerre mondiale?

    2
  11. « La démocratie est en deuil » je crois qu’il faut faire le deuil de la démocratie telle qu’on l’a connue. Les beaux jours sont derrière nous. Reste la créativité, la puissance du rêve, la solidarité, l’espoir que tout cela débouche sur quelque chose de plus grand, de plus beau. Nous vivons dans un paradigme de la fin de l’histoire. Hors toute innovation nous a toujours pris à contre-pied. Restons humble devant la marche du monde qui suit des chemins qui nous échappent bien souvent.
    « Des monts et vallées traversés
    J’ai oublié goûts, couleurs et chemin.
    L’instant d’après est une photographie nouvelle
    Partition encore vierge
    Ouverte aux quatre directions:
    Rêve, intellect, ego, âme… »

    2
  12. PINOCHET A GAGNE UNE NOUVELLE FOIS CONTRE ALLENDE ! JE SUIS ALLENDE !!! Je vais me barrer au Chili ou le peuple retrouve un peu de sa dignité… YA BASTA!

    6
      1. Pas sûr de prendre une valise, mais je veux bien que tu viennes avec moi. Mon compagnon, lui, me traite de « paranoïaque »! Mais comme disait Lacan: « seul le paranoïaque perçoit tout ». J’ai lu plus haut que les nazis ont commencé par confisquer les machines à écrire des juifs…. Pour ce qui me concerne on m’a juste confisqué le droit d’exposer mes originaux et interdite de festival (nombreuses (desinvitations sur ordre), cela dans l’indifférence quasi générale, voire l’assentiment car, paraît -il, mes dessins sont « toxiques » sic, et donc ma personne aussi. Paul transgresse en me publiant et il va surement lui en cuire…

      2. Mais non Lacan n’a jamais proféré pareille opinion !

        …[Seule la mentalité antidialectique d’une culture qui, pour être dominée par des fins objectivantes, tend à réduire à l’être du moi toute l’activité subjective, peut justifier l’étonnement produit chez un Van den Steinen par le Bororo qui profère « Je suis un ara ». Et tous les sociologues de la « mentalité primitive » de s’affairer autour de cette profession d’identité, qui pourtant n’a rien de plus surprenant pour la réflexion que d’affirmer : « Je suis médecin » ou « Je suis citoyen de la République française », et présente sûrement (383)moins de difficultés logiques que de promulguer : « Je suis un homme », ce qui dans sa pleine valeur ne peut vouloir dire que ceci : « Je suis semblable à celui qu’en le reconnaissant comme homme, je fonde à me reconnaître pour tel ». Ces diverses formules ne se comprenant en fin de compte qu’en référence à la vérité du « Je est un autre », moins fulgurante à l’intuition du poète qu’évidente au regard du psychanalyste…] Lacan

        …[Le moi, fonction imaginaire, n’intervient dans la vie psychique que comme symbole. On se sert du moi comme le Bororo se sert du perroquet. Le Bororo dit je suis un perroquet, nous disons je suis moi. Tout cela n’a aucune espèce d’importance. L’important est la fonction que cela a.]…re Lacan

        Un Bororo s’identifie à un ara (ou arara) relu et commenté aussi par Durkheim et Mauss (1903), Lévy-Bruhl (l911), Vygotsky 1962), Ernst Cassirer (1972), Geertz ( 1973), et bien sûr Jorion ! etc.

        Alors de bon cœur, je suis Charlie, je suis Allende, je suis une femme, n’est-ce pas tout ça du même tonneau ? « l’important est la fonction que cela a » !

        De ce point de vue, je m’inquiétais récemment de la fonction de la natte en mettant en rapport deux phénomènes contemporains avant la guerre de 1914, le fait que des chinois se coupent la natte qui était une marque de soumission à la dynastie manchoue, et l’épidémie des coupeurs de nattes « des filles » dans le métro parisien.

        http://empirkersco.blogspot.com/2016/05/la-fin-des-nattes-chinoises.html
        http://psychanalyse-paris.com/1195-Le-fetichisme-des-nattes-de.html

        On est là dans une fonction qui n’est pas la même que la commerciale ici !
        https://www.liberation.fr/planete/1998/11/03/les-gangs-russes-de-coupeurs-de-nattes_252509

        Mais de nos jours l’affaire persiste là où les cheveux restent longs, apanage souvent de la féminité, c’est donc une fonction : « Cheveux longs idées courtes » lançait Johnny en réponse à Antoine, mais sans voir plus loin que le bout de son nez ».
        https://www.lepoint.fr/monde/de-mysterieux-coupeurs-de-tresses-sement-la-panique-au-cachemire-indien-22-10-2017-2166424_24.php

        Et pour continuer à couper les cheveux en 4 :
        http://www.denoel.fr/Catalogue/DENOEL/Romans-francais/La-Solitude-du-coupeur-de-nattes
        https://www.cairn.info/histoire-du-poil–9782410011975-page-325.htm

        Le port des cheveux courts après la première guerre mondiale va couper l’herbe sous le pied des coupeurs de nattes.
        https://www.coiffure-ducher.fr/coiffures-historiques-de-1920/

        Il est exclu que qui que ce soit échappe à être parano de temps en temps, c’est juste de mettre parfois en rapport des perceptions hétéroclites et de hasard (pour les autres) dans une logique de destination personnelle persécutive. C’est autre chose que d’être simplement persécuté. Quand au diagnostic de paranoïa, seul les psychiatres sont autorisés à le délivrer. La foule s’est appropriée tous ces noms d’oiseaux (les diagnostics psychopathologiques) qui font l’objet d’échanges truculents.
        J’espère pour bientôt l’insulte « espèce d’homme va » et sa variante « espèce de femmes va ».

        Paul vous héberge, c’est gentil, mais a-t-il un permis si vous êtes une réfugiée politique ?

      1. Salut Tout me hérisse,

        Démonstration que partout, en Chine, aux USA, au Chili, en Ukraine, en France, en Russie et tant ailleurs les forces de l’ordre sont nuisibles, violente hors de toute légitimité et parfaitement anti démocratique surtout dans tous ces pays où le respect des corps et des pensées est aléatoire, et où le goût de l’autorité sue et transpire jusqu’en bas de la hiérarchie. Oui, je me répète il y a un problème de recrutement de formation et d’organisation de ces forces, comme il y a un problème dans le milieu politique. On y retrouve des profils psychologiques totalement antinomique avec le but recherché dans l’organisation sociale.

        J’ai pas mal d’amis qui ont occupé de hautes fonctions dans l’institution Intérieur/police/gendarmerie en France, et leur profil Maurice Grimaud n’a jamais été recherché, bien au contraire, le côté Maurice Papon a toujours eu plus de charme. Ceux qui ne veulent pas le voir sont des bouffons même pas drôles.

        Rien à récupérer et la tête est de plus en pourrie, la conjonction Politique/Forces intérieures dans ce cas est explosive et met en danger notre société. Lors de la petite gesticulation, bonne enfant des GJ, la « flicaille » a su profiter de la situation pour tirer la couverture à elle en intimidant le pouvoir politique en place (les laisser tomber !). Ils sont maintenant comme des larrons en foire, il faut tous les foutre à la porte de mon point de vue et repenser l’institution. A part certains groupes armés (GIGN, RAID…) nécessaire dans ce monde de brutes et de frappa dingue , le reste doit être totalement désarmé et réformé à minima.

        4
      2. Cloclo
        Ta synthèse me semble bonne.
        Effectivement le curseur s’oriente dangereusement vers Papon.
        Ne pas oublier Pierre Joxe qui fut un relativement bon ministre de l’intérieur, très critique de la réforme Sarkozy qui a considérablement aggravé la situation. Avec le quinquennat de Sarko quelque chose s’est cassé dans notre démocratie et depuis personne n’a réparé les dégâts, au contraire … Sarko a été notre Trump français avant l’heure. Un président mis en examen pour association de malfaiteurs ! Ce même mis en examen qui conseille l’actuel président.

      3. @Pierre-Yves Dambrine
        ministre de l’intérieur est une place de choix avant d’envisager plus tard la magistrature suprême, Mitterand, Chirac, Sarkozy y sont passés, pour ceux qui y restent un certain temps et en profitent pour se faire connaitre comme Sarkozy (ou Valls ou Darmanin) il est important de se rallier les troupes par des actes et des discours plus démagogiques que sincèrement fascistes en soutenant les aspirations des policiers de base.
        Peut-on vraiment qualifier d’extrème droite les idées d’un parti recevant le suffrage d’une quasi majorité de policiers dans un état démocratique ?
        Les dérives darmanesques ou darmaninesque dans le discours sont la preuve d’une possible incompétence, d’un accomodement facile avec la réalité, auquel la réussite du prélèvement à la source qui grève cette année les ressources de l’Etat ne nous avait pas habitué, ou une stratégie de communication volontairement trompeuse, et conforte la réticence croissante du public à absorber pour argent content la parole ministérielle.
        En nommant Darmanin à ce nouveau poste, malgré les risques, Macron a certainement voulu élargir en même temps son électorat à celui d' »extrème-droite ».

      4. Ruiz,
        Est-ce que cela fait vraiment une différence à l’arrivée que Darmanin soit sincère ou non, compétent ou incompétent ?
        L’intentionnalité en politique c’est la dernière chose qui a de l’importance.
        A quand bien même sert-il une ambition personnelle, ce n’est pas incompatible avec le fait qu’objectivement il fait dériver objectivement la politique française vers l’extrême-droite.
        Ce sont les mots effectivement prononcés, qui engagent,, les actes qui sont posés, qui comptent vraiment, car c’est à partir d’eux seuls que les forces en présence dans le paysage politique se positionnent, que l’opinion se forge, et qu’une dynamique se précise. C’est d’un point de vue global qu’il faut observer les positions de chacun. Or une prise de position très droitière suivie d’une acte tout aussi droitier, extrême-droitier en l’occurrence, ne peuvent être anodins, ne comptent pas pour du beurre, puisqu’ils contribueront ou pas à renforcer la dynamique d’ensemble qui pousse les idées et les pratiques d’’extrême-droite vers le centre de la politique française pour en constituer le centre de gravité. Ce qui se passe actuellement c’est qu’il n’y a pratiquement plus l’épaisseur d’un papier à cigarette entre les positions d’une Marine Lepen et d’un Gerald Darmanin. Dans ces conditions l’extrême-droite aujourd’hui c’est non pas seulement Lepen mais Darmanin/Lepen avec la complicité et le concours de l’actuel président de la République.

  13. Règle des 1 km, fermeture des petits commerces, autorisations de sortie à signer soi même, etc…

    Quand trop de consignes deviennent incompréhensibles , il est logique que les ordres , ceux utiles et inutiles , deviennent suspects dans un premier temps , puis non respectés dans un deuxième temps.
    Alors , les gouvernants , se voient obligés de transformer leur vision des devoirs du citoyen en coercition du citoyen .Sauf que les forces de l’ordre sont aussi des citoyens comme les autres , et donc , la manœuvre ne tiendra que le temps de l’échec patent.

    Il faut une sacrée bonne musique pour que le joueur de pipeau emmène dans son sillage tout un peuple .Ave Macron , ceux qui vont covid te saluent .Puissions nous nous réveiller le plus tôt possible , et lui aussi , de ce cauchemar .
    Après tout , Macron a bien évoqué , de ses propres mots , la « folie «  qui
    consiste à considérer la santé comme un coût .Le début du commencement d’un espoir possible?

    PS : En espérant trouver des réponses grâce au livre de Jean Tardieu ( la société sans sommeil ) qui parle de l’épouvantail , la scènette de théâtre qui a changé la vie de notre président et de sa femme . Le passé à parfois son importance … ne serait ce que pour lire ce présent , graine de futur.

    1
  14. « Art. 35 quinquies. – Sans préjudice du droit d’informer, est puni d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende le fait de diffuser, par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support, dans le but manifeste qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique, l’image du visage ou tout autre élément d’identification, autre que son numéro d’identification individuel, d’un agent de la police nationale, d’un militaire de la gendarmerie nationale ou d’un agent de police municipale, lorsque ces personnels agissent dans le cadre d’une opération de police.“
    Article scélérat dans la mesure l’intégrité psychique est une notion susceptible de toutes les interprétations.

    4
    1. On peut toujours filmer l’agent, mais on devra flouter son visage lors de la diffusion et son numéro d’identification individuel pourra rester bien visible.

      1. Salut Joss

        Tu ne sais pas trop ce que c’est que l’autocensure et inspirer la crainte on dirait. Un petit tour en garde à vue si tu brandis ton portable et que cela ne plaît pas, ça ne fait pas mal, on te relâchera ensuite, mais le message sera clair.

        Ce truc ne sert à rien d’autre que cela, car publier le visage de quelqu’un fonctionnaire ou pas avec un appel à la haine ou à la violence est déjà puni par le code pénal.

        Merci à tous les idiots utiles grâce à vous le virage sécuritaire sera pris plein pot, et toutes ces lois stupides et illégitimes seront à n’en point douter les armes les plus fines pour vous en foutre plein la tronche quand il y aura à la tête du gouvernement des arbitraires encore plus autoritaire et ne parlons même pas si les vrais, encore que la nuance soit de plus en plus ténue, arrivent au pouvoir.

        Allez Joss, bon week-end, je ne t’en veux pas, tu ne sais même pas de quoi tu parles, ni tu ne saisis les mécanismes en route, ni comment penser ce genre d’événement plus loin que le bout de ton petit nez. A plus Oui Oui.

        4
      2. Désolé Joss, j’ai loupé l’ironie, m’en veux pas, cela m’a permis de clarifier un peu plus cependant.

        Je suis sidéré à lecture des commentaires dans le Monde.fr sur les articles de ce projet de Loi, adopté maintenant, ce journal est devenu un drôle de repère en fait.

    2. @Pierre-Yves Dambrine

      Est-ce qu’une opération de maintien de l’ordre est une opération de police ?

      Une garde statique est-elle une opération de police ?

      Une opération de provocation ou d’infiltration pour recherche de renseignement en civil dans une manifestation est-elle une opération de police ?

      Un personnel qui au cours d’une opération de police, dépasse ses ordres et commets une bavure agit-il dans le cadre d’une opération de police ?

      Un commissaire est-il un agent de police ? Un préfet ?

      Les inspecteurs du travail, agents des douanes, agents du fisc, ne semblent pas protégés par ce texte des menaces ou pressions éventuelles.

      Les militaires de l’opération Vigipirate ou Sentinelle ou qui armés pourraient avoir à s’en prendre à des terroristes et l’on déjà fait dans des actions létales ne semblent pas couverts par ce texte.

      En contre-partie rien ne semble précisé dans ce texte quand aux mesures prises pour assure la lisibilité du numéro d’identification individuel, emplacement, taille, utilisation de codes-barre ou QR codes …

      Aucune exception explicite (à par la vague nécessité d’informer) ne figure autorisant la transmission d’éléments identificateurs aux autorités judiciaires, qui semble pouvoir notamment en cas de bavure avoir la conséquence potentielle qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique, et donc qu’il soit difficile difficile de démontrer que cette action n’en est pas le but manifeste .

      Contrairement aux prétoires la protection des agents du ministère de l’intérieur dans le cadre d’opération de police, s’étends à la peinture à l’huile et aux croquis des dessinateurs judiciaires.

      On pourra remarquer que le texte ne semble pas empêcher la diffusion d’images de Mr Benalla à la Contrescarpe si de tels comportements se reproduisaient …

      1. Aucune exception explicite (à par la vague nécessité d’informer) ne figure autorisant la transmission d’éléments identificateurs aux autorités judiciaires, qui semble pouvoir notamment en cas de bavure avoir la conséquence potentielle qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique, et donc qu’il soit difficille de démontrer que cette action n’en est pas le but manifeste .

        Je pouffe.

      2. Oui techniquement rien n’empêchera la diffusion d’images d’un M Benalla, mais le nouveau dispositif a outre son aspect répressif, d’abord un effet dissuasif.
        Notre ministre de l’intérieur actuel, j’ai nommé M. Darmanin serait parfait dans un gouvernement du RN. Non seulement il fait cette loi liberticide, mais aussi il accompagne le processus législatif avec un discours qui en violation du principe de la liberté d’informer intimide les médias, notamment lorsqu’il prétendait (faussement) que les journalistes devaient se rapprocher des autorités avant de couvrir les manifestations. Les petits mensonges sont démentis mais le mal a été fait, et c’était le but de la manoeuvre, créer le trouble et la peur. Cette façon de faire ce sont bien des méthodes de régimes fascistes.

        5
  15. « La guerre des (e/i)mondes. »

    Souvenez vous de l’épisode précédent intitulé « retour vers le futur de l’empire ».

    Alors que la mort de Dark-vador mit fin à la saga d’une longue bataille ayant mis en scène le déclin de l’empire… quelques années plus tard, son « procès en justice » jeta un « jour nouveau » sur la personnalité du second dans la hiérarchie impériale… Ce retour… marqua les esprits avec « l’espoir » qu’il devait forcément rester quelque chose de « bon » en lui… de sa mort… suffisamment pour que l’avocat de « renom », qui prit sa défense, des années plus tard… devienne « Aquitator » « en même temps » que futur « Garde des Sceaux »…

    Et maintenant la suite de votre épisode : « Un obscure claire ».

    Il s’est passé que quelques millièmes de secondes sur l’échelle temporelle cosmologique des évènements qui séparent à peine l’espoir de la chute d’un « empire en déclin », et sa « miraculeuse résurrection ». Mais serait-ce pour autant la promesse du « retour des jours heureux »… « quoi qu’il en coûte », en démontrer le contraire est suspecté de « malveillance ».

    C’est presque une éternité à l’échelle d’un mandat présidentiel quand la clarté obscure de ce qui est fait ressemblé à une étoile, noire, irradie les esprits… Raisons et émotions, brillantes par leurs absences, pour les unes, éblouissantes dans leurs démesures, exagérations, pour les autres, s’entrechoquent, s’ annihilent même, en flamboyantes illuminations faites passées pour « féériques », lorsqu’elles se retrouvent piégées sans s’en rendre compte, à l’horizon des évènements, d’un trou noir affamé.

    Est fait raccroché les esprits égarés dans leur raison et émotion, à l’espérance qu’il reste du « bon » dans la chute… et la « résurrection », même « posthume »…

    Au point ou un mantra s’est fait entendre, en résonnant sur des « ondes gravitationnelles » répétant en boucle « il y a du bon dans le coté obscure de la force »…

    Et force est de constater que ce mantra associée au coté obscure de la loi « sécurité globale », a un pouvoir « d’attractivité » puissamment instrumentalisé, pour convaincre les incrédules, incertain.e.s, que ce qui brille à l’horizon, du trou noir invisible, n’est pas dangereux.

    L’aperçu de la réalité est tellement distendu, déformé, dénaturé, sur les ondes… par des distorsions spatiaux temporelles, qu’il devient difficile de hiérarchiser les valeurs auxquelles croire encore… dans les inversions… échos… effets rebonds… amalgamant le début et la fin de l’histoire, la fin et les moyens…

    La « malveillance » rayonne de partout, au point ou elle finit par ne plus se distinguer nulle part… ou presque…

    Est « malveillant » la diffusion d’image permettant d’identifier un policier, gendarme… mais n’est pas « malveillante » son action, la brutalité qu’il commet impunément lors d’un contrôles au faciès, « dune manifestation interdite », ni son manquement au port obligatoire de son numéro de matricule, d’authentification… ?

    Est « malveillant » le partage sur internet… par le droit de savoir de la citoyenneté numérique (et les « réseaux sociaux », médias numériques indépendants)… le devoir de dénoncer ces injustices, ces « discriminations systémiques » commises par la supposée « légitime défense » et « présomption d’innocence », du policier… mais ne sont pas « malveillants » les médias mainstreams, en rien neutres, ni impartiaux, s’autocensurant dans la diffusion d’images qui ne pouvant pas être floutées sans masquer le coté « spectaculaire » de l’action… pourraient identifier celui ou celle commettant le délit, crime… ?

    Soyez rassurés alors, vous qui cherchez un repère moral, éthique… dans la définition de la « malveillance »… un phare dans le déclin de « l’État de droit », suspendu aux « Etats d’urgences… » successifs… vous qui ne savez pas ou jeter une encre… dans le tourbillon du trou noir… parce que ce n’est pas « malveillant », vous dit-on, le fait que 50 % du personnel du « monopole de la légitime violence de l’Etat » vote pour l’extrême, droite extrême…

    C’est au contraire, vous affirme t-on avec autoritarisme, verticalité… le reflet exact de ce qu’est la « société civile », dont il est impossible d’entrevoir qu’elle est emportée par les ondes gravitationnelles formant un solition. 50 %, 60 % et plus… de taux d’abstention à chaque scrutins locaux et nationaux, européens… n’y changeront rien à cette image « bienveillante » de la « société civile » d’un empire « ressuscité ».

    Devient alors « malveillante » la liberté d’expression elle même… sa critique de la dite loi… critique mesurée, argumentée… défendue par une certaine presse, des avocats, juges… craignant que soit piégée cette « société civile » à l’horizon du trou noir allant faire tourner encore longtemps le « roman politique national » autour d’un duel « éternel » entre la macronie et l’extrême droite/droite extrême…

    Mais qui ne sait pas ce qui arrive quand… toutes les lois s’effondrant, tôt ou tard, dans un trou noir… conduit inexorablement son monde, qu’il soit « d’avant », d’après », et/ou « à voir » à sa disparition… ? Le silence « d’Aquitator »… ce non-dit collaborationnsite du ministère qui de la justice, est d’or en ce moment, pour son homologue du ministère de l’intérieur… se soucie t-il plus, à ce point, que de ne répondre qu’à l’inquiétude des dirigeant.e.s du public et privé, celles et ceux de « l’e.monde » de la « start-up nation »… se questionnant sur « comment lutter contre la menace de justice sociale » et « sociétale », pour ignorer que même sa « gloire du passé » sera « emportée au paradis », qui même s’il est fiscal, n’en restera pas moins un immonde néant à l’échelle des effondrements climatiques, systémiques, « économiques et financiers », démocratiques… ?

  16. Nouvelle mesure répressive du Co-Vid (Commisssaire dividionnaire ?) :
    « Il est interdit de sortir sans avoir au moins cinq grammes d’alcool dans le sang, de manière à ne plus distinguer les policiers que dans le flou. Indiquer sur son auto-autorisation les verres bus dans l’heure précédent la sortie, à titre de preuve ».
    Il s’est avéré d’une enquête approfondie que de l’alcool pris régulièrement par des policiers ne les rend pas plus flous ni floutés.

    2
    1. @ chabian
      Ha bon !, la Kro contient de l’alcool ? J’ai toujours cru que c’était une boisson désaltérante particulièrement appréciée dans les commissariats… 🙂

    2. Et puis c’est quoi cette habitude de tout filmer c’est un monde de taré c’est insupportable. C’est comme noter les haricots des autres.
      Monde à la con
      Vivement le Styx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.