Le krach boursier, c’est pour quand ? Épisode 0 : France Info, le 5 juin 2009

La préhistoire d’abord : Paul Jorion – Parlons Net – France Info – 5 juin 2009

 
À 33m45s :

« Ne dites pas du mal de la Chine : la Chine nous sauvera tous dans dix ans. C’est grâce à la Chine qu’on sortira de cette crise [des subprimes], alors soyez gentils vis-à-vis de la Chine : il ne faut pas la critiquer, c’est l’avenir du monde. »

Partager :

69 réflexions sur « Le krach boursier, c’est pour quand ? Épisode 0 : France Info, le 5 juin 2009 »

    1. Vous ne comprenez rien Enrique,

      Les Ouïgours tout comme les Tibétains ou les Mongols qui jusqu’ici étaient considérées comme des parties intégrantes de la nation chinoise, sont désormais, au mieux, tout juste bons à être folklorisés, et au pire doivent être dépossédés de leur culture, de leur religion, et de la relative autonomie dont ils jouissaient. C’est à ce prix que la Chine peut être ‘efficace’ et fournir au monde un modèle exemplaire.

      Dans le South China Morning Post, on apprend ainsi que pour la première fois depuis 1954 un chinois Han, Chen XIaojiang est nommé la tête de la commission nationale des affaires ethniques. Ce Chen XiaoJiang était précédemment à la la commission disciplinaire du Parti.

      “The appointment of Chen, in some ways, is a death knell in the commission of having any substantial role in its original mission, which was to implement regional ethnic autonomy and to help speak on behalf of interests of ethnic minorities and preserve their ethnic cultures and languages”

      https://www.scmp.com/news/china/politics/article/3114638/china-puts-han-official-charge-ethnic-minority-affairs-beijing

      3
      1. Paul Jorion et Vincent Burnant Galpin, avec leur dernier ouvrage, nous indiquent une voie possible pour affronter le véritable et seul défi de l’Humanité, qui consiste en une mobilisation de tous encadrée par un plan à l’échelle mondiale pour nous donner une chance de continuer notre histoire.
        La Chine a toujours été perméable aux idées étrangères et n’ignore rien des dangers qui la menacent, elle est, de plus habitué à gouverner sur les temps longs. Pas suicidaire, elle prépare son peuple, toutes ethnies confondues, à ce saut dans le vide, alors que l’Occident s’enfonce dans “Fin du Moi, fin du Monde”.

        4
        1. Le plus dur est de savoir au nom de quoi et pour le compte de qui , on ” confond” .

          Pour certains la “confusion ” pour conduire à l’unité , va facilement jusqu’à l’extermination au nom de la pureté aryenne ou d’Allah .

          1
        2. La fonte de toutes les ethnies chinoises dans un même moule est-ce ainsi que l’on pose les bases du monde futur fait coopération dans le respect de la diversité ?

          Quant à la perméabilité de la Chine aux idées étrangères, Xi Jinping rejette les valeurs universelles issues de la déclaration universelle des droits de l’homme (un Chinois rappellerons-le participa à sa rédaction) et s’emploie à réduire au silence tous ceux qui auraient la malencontreuse idée de l’appliquer à la lettre.

          https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/06/01/droits-de-l-homme-en-chine-un-enjeu-planetaire_5470216_3232.html

          1. https://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Ferry

            Plusieurs fois ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts entre 1879 et 1883, il est l’auteur des lois restaurant l’instruction obligatoire et gratuite. Ainsi vu comme le promoteur de « l’école publique laïque, gratuite et obligatoire », il a été considéré, plusieurs décennies après sa mort, comme un des pères fondateurs de l’identité républicaine.

            La langue française a été définitivement instaurée au détriment des langues régionales.

            2
      2. Je ne comprends rien ? Mais vous vous avez tout compris. Quel prétentieux vous faites. Tant mieux pour vous.

        Ce que je comprends c’est que la Chine est une dictature qui assassine et on ne lui dit rien parce qu’il y a trop de fric en jeu.

        2
        1. Si c’est bien une réponse à lui adressée , vous n’avez effectivement pas compris le sens du commentaire de PYD !

          1. C’est vous qui n’avez pas compris la situation chinoise. Un régime assassin qu’on laisse faire au vu de sa puissance et du fric en jeu.

            2
        2. Enrique,
          J’étais ironique (l’ironie est un art difficile il est vrai, mauvais réglage de ma part, sorry ! )
          Lisez mes autres commentaires sur ce fil, et ailleurs, et vous comprendrez que je dis la même chose que vous. 😏

          3
    2. La sinisation En Marche
      comme beaucoup de grandes puissances:

      – USA Amérindiens
      – Turquie Arméniens , Kurdes
      – France régionalismes ( Bretons, ..)
      – Australie Aborigènes
      – …

      2
      1. C’est vrai qu’il y a au moins un chinois qui s’y connaissait en matière de marche et même de longue marche .

        Qui a fait pas mal de morts .

        Il me semblait bien aussi que Paul Jorion avait de plus en plus un regard de breton aux yeux bridés .

        Pour la Turquie relativement aux Arméniens et aux Kurdes , et à propos de ” confusion des ethnies “, à partir de 21:30 mn :

        https://www.franceinter.fr/emissions/le-grand-face-a-face/le-grand-face-a-face-19-decembre-2020

      2. En France on n’a jamais déporté ni assassiné des bretons ou des corses. La différence est de taille me semble-t-il.

          1. Comparaison n’est pas raison . Les deux oériodes historiques n’ont rien á voir. La France en pleine Révolution à la fin du XVIIIe siècle et la Chine en paix dans le monde globalisé du début du XXIe siècle. Tout se se vaut pas.

            2
            1. @ Enrique

              On est dans le domaine de la géopolitique.

              L’objectif de la Chine est de finaliser définitivement l’unité de son pays et d’éviter le séparatisme , l’interventionnisme des puissances extérieures , voire la guerre civile , par une augmentation majoritaire de la population Han , une généralisation du mandarin , à l’image de la France après les lois Ferry , et une transformation culturelle.

              https://fr.wikipedia.org/wiki/Sinisation_du_Tibet
              https://fr.wikipedia.org/wiki/Sinisation_du_Xinjiang

              Voir mon commentaire:
              https://www.pauljorion.com/blog/2020/12/14/le-media-le-capitalisme-se-suicide-et-veut-nous-emporter-avec-lui-le-14-decembre-2020/#comment-829308

              2
              1. Illicitano,
                C’est géo-politique, mais en précisant qu’il y a à l’œuvre une logique d’expansion économique dans le contexte d’un monde global où règne la concurrence plutôt que la coopération : la Chine pour asseoir sa puissance et recouvrer la grandeur impériale perdue, mise sur une croissance soutenue qui nécessite d’occuper de nouveaux territoires aux richesses exploitables, tout comme les Occidentaux se firent colonisateurs pour accroître leur puissance et rivaliser avec les autres grandes puissances.

                Xinjiang est une appellation qui date la dynastie Qing et qui signifie “Nouvelle frontière.”
                Ne pas oublier que Jules Ferry tout républicain qu’il était était un fervent partisan de la colonisation.
                Bref, la politique de Pékin au Xinjiang (idem au Tibet) est une politique de colonisation qui ne dit pas son nom, maintenant que toute idée de nation chinoise composée de différentes ethnies est abandonnée par le pouvoir en place.

                Dans ces conditions je ne vois pas où se trouve le modèle chinois, puisque celui-ci tout comme l’Occident, est expansionniste, et non pas coopératif, y compris sur son propre territoire.

                1. @Pierre-Yves Dambrine L’expansion chinoise est bien coopérative et pas basée sur la concurrence.
                  Le monde soviétique était arc bouté sur une concurrence de modèle avec le monde capitaliste (le monde “libre”) et il n’y avait guère de coopération.
                  On a pu voir le résultat.
                  L’approche chinoise est toute différente, basée sur la coopération.
                  Coopération par l’envoi de ses meilleurs éléments dans les universités américaines.
                  Coopération par l’accueil (contrôlé) des industriels occidentaux sur son territoire pour y transférer production, technologie et savoir faire.
                  Point n’est besoin de colonisation militaire territoriale extérieure, dans un monde où tout n’est que conquête économique, racheter des fabricants de conserves de tomate, ou des fabricants de tracteurs, reste invisible, développer sa propre technologie et essayer de la diffuser (HUAWEI) provoque des allergies étatiques.
                  La coopération se poursuit avec les acteurs économiques qui semblent y trouver leur compte (Apple Areva, Airbus, .. PSA, Volvo …).
                  A aucun moment la puissance chinoise n’aurait pu se relever si vite après la révolution culturelle, technologiquement et économiquement sans la complicité du monde occidental !
                  Pour affaiblir la Russie ? comme le monde Islamique en a bénéficié ausssi pour abattre le monde soviétique en afganistan.

                  3
                  1. Ruiz,
                    Dans mon commentaire je ne me réfère pas à une colonisation extérieure mais ‘intérieure.’
                    Je ne vois pas non plus où est la coopération dans les transferts de technologies occasionnés par les investissement occidentaux en Chine à partir des années 80. IL s’agit seulement d’opportunisme, aussi bien coté chinois qu’occidental sur fond de développement du capitalisme mondialisé..

                  2. Ruiz (suite)
                    J’entendais le mot coopération au sens où il s’agirait de travailler ensemble pour le bien commun des deux parties et de l’humanité dans son ensemble. Ce n’est pas le cas. Ce modèle a produit dans le monde, et en Chine même, des écarts de richesses considérables, de même ce modèle fondé sur la croissance explose la capacité de charge de notre petite planète.
                    La Chine comme nous mêmes aurait pu emprunter une autre voie, ou alors qu’on me dise que TINA est la règle.

                    1. @Pierre-Yves Dambrine
                      “coopération au sens où il s’agirait de travailler ensemble pour le bien commun des deux parties”
                      Et oui !
                      Fournir des biens matériels manufacturés à bas prix à la masse des populations occidentales pour élever leur pouvoir d’achat.
                      Conserver voire accroître dans un premier temps la profitabilité des entreprises occidentales.
                      Développer la technologie disponible en Chine afin de rattrapper puis dépasser tout écart technologique.
                      Faire croître l’économie chinoise au profit de tous (chinois).

                      Sans aucune opposition idéologique du moment que les élites dirigeantes des deux côtés pouvaient en profiter, à partir justement où un principe d’inégalité universel était reconnu et accepté.
                      L’aspect ? démocratique, parti unique, colonisation intérieure, tout à fait connu, étant parfaitement secondaire.

                      Tout celà n’a pu se développer sans la coopération active des élites occidentales, sous la bannière stupide de la croyance en la puissance normalisatrice inéluctable de l’économie de marché.

                      Alors qu’un embargo technologique sévère aurait permis d’éviter une croissance économique d’une partie du monde, le partage des ressources naturelles limitées et son coût écologique.

                      ” et de l’humanité dans son ensemble”
                      Ce n’est pas une coopération vers un but commun (? lequel) qui ne peut être souvent que celui de notre vision du monde.

                      Le monde occidental aurait pu prendre une autre voie (comme pour l’affrontement non coopératif avec le monde soviètique), mais ce ne fut pas le cas, ni son choix.
                      Entre temps le monde Russe et est européen s’est (avec douleur) parfaitement normalisé à une structure inégalitaire.

                      Il n’y a pas de but de limitation de la croissance, mais plutôt de développement des technologies.

                      Quand à la colonisation intérieure, justifie-t-elle des mesures de rétorsion avec nos partenaires ?
                      Canada et Inuit, Australiens et aborigènes, Etats-Unis, Brésil et amérindiens, Israël et palestiniens, Russe et Tchéchènes, Turcs, Iraniens et Kurdes, Royaume-Uni et catholiques Nord Irlandais, Birmanie et Rohingya, Maroc et Sahraoui, Tchéquie et Allemands des Sudètes, Azerbaïdjan et Arméniens, Espagne et Basques ou Catalans …
                      Ne l’avons nous pas peu ou prou bien ou mal pratiquée.
                      Bretons, Corses, Basques, Occitans, gens du voyage
                      Maghrébins de Seine St-denis, Britanniques de Dordogne bientôt ?

                      3
                2. Bonjour PYD

                  La priorité de la Chine est ,d’abord , d’améliorer le niveau et les conditions de vie de sa population.
                  Voir le chemin parcouru depuis l’évolution politique de réformes et d’ouverture initiée par Deng Xiaoping

                  Elle passe par :

                  – l’unification du pays et de l’ensemble de sa population par un tronc commun majoritaire ( langue , pensée politique , niveau de vie) mais en laissant une certaine latitude d’identité culturelle qui devient de plus en plus un objet touristique.
                  – une surveillance individuelle globale ( caméras , réseaux) avec un système de notation comparable , mais plus évolué , à ce que fait les USA (NSA), les entreprises ( Entretien d’activité individuelle),…
                  – un système de suivi et d’application des mesures prises par le PCC au travers de ses comités de quartiers et de ses 100 millions d’adhérents
                  https://www.sciencespo.fr/ceri/sites/sciencespo.fr.ceri/files/art_ja.pdf
                  – un mode de fonctionnement sociétal collectif non basé sur l’individualisme
                  – un système de parti unique le PCC

                  La Chine n’a pas 800 bases sur l’ensemble de la planète.
                  Elle cherche à protéger ses routes commerciales terrestres et maritimes.
                  Elle ne pratique pas la colonisation à l’extérieur de se frontières

                  Son objectif est d’assimiler la population ouïghoure par l’éducation scolaire et par la rééducation forcée très contraignante des populations adultes et supprimer toute volonté indépendantiste et la guerre civile.
                  Les Ouighours, d’origine turcophone, n’ont pas le choix car ils n’auront jamais leur indépendance , étant devenu minoritaire dans le Xinjiang.
                  La population Hui musulmane (15 M) , qui sont les Hans islamisés, répartie dans la Chine , est intégrée à la société chinoise.

                  Elle oriente sa politique vers une autonomie technologique :
                  https://fr.wikipedia.org/wiki/Made_in_China_2025
                  https://www.tresor.economie.gouv.fr/Articles/2015/06/05/le-plan-made-in-china-2025

                  1
                  1. Illicitano
                    Vous m’inquiétez, on se demande en vous lisant si vous n’êtes pas en train de justifier l’injustifiable. Je traduis votre propos en des termes un peu crus : « les Ouïgours peuvent crever, on s’en tape, on n’arête pas le progrès ! »
                    Soignez à la réaction qu’a suscité dans notre pays le propose d’un élu de droite selon lequel il faudrait créer en France un Guantanamo pour faire face au terrorisme. Pourquoi en Chine l’éradication d’un peuple devient-il pour vous acceptable ? ,

                    Non, il n’était pas fatal que la Chine (et non pas le PCC) dût assimiler les minorités nationales. Vous avez zappé ma remarque concernant la nomination d’un Han (pour la première fois depuis 1954) à la tête de la commission des affaires ethniques. C’est un changement notable de la politique chinoise à l’égard de ses minorités, il ne s’agit pas seulement les Ouïgours.
                    PS et merci pour ces rappels historiques, je connais bien l’histoire de la Chine contemporaine (et accessoirement j’ai vécu 2 ans en Chine au tournant des années 90)

                    1. PYD, oublier les différences culturelles et l’existence d’un quelconque modèle du bonheur individuel transculturel. et posez-vous la question:
                      Qui, d’un société basée sur l’individu (le fameux homo economicus égoïste) et une autre sur le collectivisme marxiste et de population de même ordre de grandeur, a le plus de chance d’affronter le changement climatique et de continuer notre histoire au-delà ?

                    2. PYD

                      Tout d’abord , je ne cherche pas à justifier l’injustifiable , ne vous inquiétez pas , ce n’est pas mon genre.
                      J’essaie de comprendre le mode de fonctionnement d’une société différente de la notre au travers d’échanges, et de retours d’expérience de personnes y ayant vécu ou y vivant.
                      Vous posez le problème politique:
                      – du modèle d’intégration assimilationniste,
                      – du modèle multiculturaliste

                      Je suis né , j’ai grandi , j’ai fait mon éducation dans des cités minières avec de multiples cultures :
                      – française
                      – flamande , mon origine
                      – italienne
                      – polonaise
                      – espagnole
                      – portugaise
                      – et même allemande dans des conditions particulières : anciens prisonniers de guerre de la Wehrmacht ayant travaillé dans les mines du Nord jusqu’en 1948 et qui ont choisi de rester et vivre en France à leur libération. Le plus paradoxal de la situation était que mon père était ancien KG ( Krieg Gefangener) , prisonnier de guerre en Allemagne jusqu’en 1945.La cohabitation ,comme voisins , s’est faite sans aucun problème.
                      https://fr.wikipedia.org/wiki/Prisonniers_de_guerre_allemands_de_la_Seconde_Guerre_mondiale_en_France

                      Toute cette population s’est intégrée et les enfants se sont assimilés et fusionnés par l’école.
                      L’école a le rôle en France de former l’individu aux valeurs républicaines et mettre de côté ses différentes appartenances

                      7
                    3. Un lecteur,

                      Je n’en sais rien. La Chine a connu des périodes d’unification et d’effondrement- fragmentation. IL est bien trop top pour savoir d’où viendra le salut de l’humanité. IL y a tant d’autres paramètres, et composantes dans ce qui fait notre humanité pour ne pas nous focaliser sur la seule Chine et ses caractéristiques actuelles.

                      Par contre une chose est certaine aujourd’hui : Le modèle de développement de la Chine actuelle piloté par son régime totalitaire et dictatorial, participe d’une fuite en avant croissantiste à laquelle participent toutes les grandes puissances, y compris la Chine. Je ne vois donc aucun signe que le régime actuel voudrait renoncer à sa puissance hégémonique en voie de formation, notamment en Asie. Dire que la Chine n’est pas expansionniste est juste une contre-vérité. Agréer à ce modèle ne nous rapproche pas d’une solution coopérative planétaire.

                      C’est bien trop simpliste d’opposer individualisme occidental et collectivisme chinois. Le Grand bond en avant (1960), collectiviste fut une catastrophe qui causa la perte de millions de vies humaines. Inversement l’individualisme n’est pas le mal absolu si l’on considère qu’il apporte avec lui la possibilité d’une diversité dans la pensée. La déclaration universelle des droits de l’homme n’est pas étrangère à la notion d’individu.
                      D’autre part on trouve en Chine des comportements individualistes qui n’ont rien à envier à ceux de l’Occident. Le consumérisme triomphant en Chine n’a rien de collectiviste.
                      Autant dire que ces critères individualiste, et collectiviste, ne sont pas discriminants si l’on ne précise pas quelle est la nature du régime politique en place qui donne son expression concrète aussi bien à l’individualisme qu’au collectivisme.

                      Le fait est que modèle de développent de la Chine actuel participe d’une fuite en avant à laquelle participent toutes les grandes puissances.
                      Faire de la Chine un modèle, préfigurant ce que sera l’humanité, c’est juste projeter en miroir sur la Chine notre incapacité actuelle à trouver une nouvelle voie.
                      Il me semble que l’on confond allègrement constitution d’une grande puissance et raison du plus fort toujours la meilleure.

                      La civilisation chinoise a à n’en pas douter une dimension collectiviste et à ce titre peut très certainement encore apporter à l’humanité sa contribution, dans le meilleur des cas, mais de là à en inférer qu’elle apporte sur un plateau à l’humanité un modèle à suivre, c’est faire l’impasse sur le fait que ce modèle draine avec lui des choses qui vont à l’encontre de la vision humaniste qui a émergé partout dans le monde y compris en Chine. Le régime actuel dans ces conditions ne peut être un allié.
                      Si nous espérons réellement un monde meilleur où les humains se socialisent sans renoncer à leur singularités, si nous voulons faire émerger un monde où les civilisations apportent leur complémentarité, alors il faut soutenir ceux qui en Chine n’ont aucune illusion sur la nature de leur régime politique, économique social, ainsi peut-être, le  collectivisme chinois pourra donner le meilleur de lui-même.

                      3
                    4. @PYD :

                      Et on a un bon chantier en cours pour montrer qu’on peut être unis et différents . Il s’appelle Europe , chantier inachevé mais passionnant qui a pu me faire écrire que ce pourrait être sinon Le modèle , mais la démonstration qu’on a enfin trouvé comment agréger des forces sans les cloner . Cette Europe qui a été et est encore le lieu de tant de confrontations et de tentatives impériales , colonisatrices , exterminatrices et parfois coopératives et opacifiantes .

                      Trouver les bons rouages et supports pratiques ou paradigmatiques , c’est long , c’est chiant , mais c’est plus soucieux de la survie de l’espèce humaine dans des conditions humaines , que des mécanos ” à prendre ou à laisser” , qu’ils soient gérés par big brother ou par des oligarchies transhumanistes .

                      Je ne rappelle pas mon étoile préférée.

                      De moins en moins visible dans la pollution lumineuse , mais dont je crois qu’elle survivra à l’écroulement .

                      2
                    5. PYD

                      Je vous demandais une réponse en dehors du champ culturel et moral, car je suis comme vous sans aucune illusion sur la capacités des deux systèmes à dépasser leurs structures, organisation dans le cours laps de temps que le changement climatique nous impose.
                      Je suis aussi de votre avis qu’il faut une fusion interculturelle du meilleur des deux mondes, mais soyons réaliste,
                      l’Occident est en plein déclin, il est une proie facile pour une Chine qui l’a probablement déjà dépassé dans des secteurs clé de la technique et qui vit un boom économique qui, comme vous le savez, plonge sa population dans un bonheur “consumériste” aux vertus aveuglante sans pareil.
                      En l’état, l’Occident, USA en tête est KO et la Chine n’y est pour rien. La Russie fait de la géopolitique “à l’ancienne”, l’Europe fait du Brexit et tout ce beau monde se fixe des objectifs pour réduire les émissions de CO2 dans une cacophonie d’enfants gâtés qui n’a d’égale que leur gestion de la pandémie. Je ne voie pas les USA, première puissance militaire au service de sa domination commercial du monde s’ériger en parangon de la décarbonisation sachant pertinemment qu’il lui en coûtera son statut. Alors qui ?
                      On est bien d’accord, nous sommes sur ce blog pour comprendre et contribuer humblement a cette solution humaniste qui nous évitera le pire des deux mondes.

                  2. Je ne sais pas si Paul Jorion a eu l’occasion d’échanger avec un anthropologue authentiquement chinois leurs analyses réciproques. Ce que je sais, par contre, c’est que la perméabilité de la Chine l’a conduit à intégrer deux concepts occidentaux que sont le marxisme et le capitalisme au cœur même de ses institutions et de son économie. Pendant ce temps l’Occident perfectionnait la démocratie dans la douleur de deux guerres mondiales et de la colonisation que je résume à “Ma culture contre tes richesses ou rien”.
                    Pendant que nous, les Occidentaux qui parlons et pensons dans des dizaines de langues, réfléchissons au meilleur des deux Mondes (soyons fous, on doit bien être quelques centaines), la Chine fait des plans sur 20 ans avec des milliers de cerveaux qui ont démontré par le passé la justesse de leurs choix.
                    Là, au fond de mon corps je fulmine, « Bordel de m..de », on est vraiment qu’une bande de looser décadent.

    3. Critiquer oui bien sûr mais en gardant leurs légendaire résèrves qui semble une ressource à s’inspirer. Nous ne sommes pas eux. pas encore du moins ! Haha

    1. Vous avez le chic pour imposer vos titres ! ” fierté ???” Vaille que vaille ! Ils veulent la paix de toutes manières zut

      1. Moi aussi. C’est ma compagne qui me l’avait signalée sur Mediapart.
        Ce fut une révélation en écoutant Paul Jorion et en voyant les journalistes médusés.

  1. C’est une nervure complète , ou la queue de la feuille qui porte ces nervures ?

    La mise en ligne du prochain épisode le dira peut être .

  2. Oui, il faut être aveugle, ou psycho rigide, pour ne pas reconnaître, en cette année 2020 que les chinois nous ont sauvé de la crise des subprimes.
    Sans oublier leur bienveillante pédagogie pour que l’on comprenne comment combattre les pandémies,. Pédagogie innovante et révolutionnaire, la preuve par l’exemple, préambule à son l’application, tout aussi révolutionnaire pour nous protéger, malgré nous, du réchauffement climatique.
    En quelque sorte la révolution culturelle, saison 2.
    Étant nostalgique de la saison 1,
    Je vais vite suspendre un tableau noir à mon cou, et rédiger mes repentances afin d’être prêt quand les gardes rouges de la saison 2 passeront le seuil de ma maison.

    1
  3. L’énergie et l’environnement brillent par leurs absences.
    Hors radar. Pourtant …
    Insouciance du monde journalistique ou cécité naturelle ?
    Ré-entendre aujourd’hui ce roulement de questions sur la finance sans aucun écho sur l’énergie ou l’environnement souligne l’impasse et le non pensé des sujets qui nous assaillent aujourd’hui, occultés hier.

    Du coup, à la question “c’est pour quand” je réponds : pour bientôt. Entre le 2 et le 6 avril.
    )%-)

  4. Vos donnez une fourchette de 5 à 15 ans dans cet entretien de 2009. Où en sommes-nous en 2020 ? Par exemple qu’en est-il de la perte de prééminence du dollar ? Il y a quelques échanges avec la Chine qui commencent à se faire dans des monnaies nationales, sont-ce les prémisses de ce que vous envisagiez ?

    1. Mon sentiment de néophyte soumis au maître des lieux :

      Les tentatives d’échanges commerciaux à échelle sensible dans une autre monnaie que le dollar , ont en fait commencé il y a plus de quinze ans ( indépendamment des années de troc entre la Russie et Cuba , ou interne au monde socialiste !) ;.
      Par les Russes ( mais la richesse en ressources primaires était loin de suffire dans le combat ) , les Européens via l’Euro ou des packages , les chinois en concluant des marchés internationaux dans leur propre monnaie ou des packages .

      L’Euro a échoué entre autres parce que l’Europe n’est pas une entité politique autonome complètement impliquée dans sa monnaie .

      Les Chinois me paraissent plus ambigus et moins pressés ( la précipitation n’est pas leur principal défaut ! ) tiennent en fait le dollar dans leur main et d’une certaine façon c’est eux qui peuvent en déterminer la valeur car ils en ont des tonnes en stock , même s’ils les dégonflent méthodiquement . Le jeu des balances commerciales entre grandes zones économiques les mettent en position de jouer des stratégies patientes et sures , sans démolition du dollar trop violente , qui les pénaliserait aussi . Pour un avenir ” plus en douceur” qui leur donne un coup d’avance pour rester maitres de leur destin sinon de celui du monde , ils semblent chercher les issues liées à la maîtrise des solutions types Bitcoin ( en recrutant ou pas PSDJ avec son bitcoin bancorisé )

  5. Puisqu’il est question des Ouïgours dans plusieurs commentaires, je vous signale un point de vue non consensuel défendu par Maxime Vivas dans son dernier bouquin “un livre enquête : Ouïghour pour en finir avec les fake news.”

  6. Amusante la moue dépitée de votre voisin de droite, Philippe Cohen (je crois) de Marianne, au moment ou vous lui répondez “C’est grâce à la Chine qu’on sortira de cette crise [des subprimes], alors soyez gentils vis-à-vis de la Chine : il ne faut pas la critiquer, c’est l’avenir du monde.” 🙂

    1. Un rapport avec l’ouvrage “Techno-féodalisme: Critique de l’économie numérique” de Cédric Durand (Ed. Zones) ,
      d’ailleurs assez bien troussé ?

    2. Fort bien (d)écrit. … en mai 2020 ! . On reste scotché même si on croit connaître le décor et les acteurs.

      Un vaccin… un jour.. Demain. Solution ou tour de clé ? Solution et tour de clé?
      Puisqu’on nous a banni Raoult , il n’y a pas d’autre choix.

  7. Prendre ses distances avec « big brother » ou comment l’art chinois s’échappe des caméras de surveillance à Pékin. (Un reportage paru sur le site de la BBC en chinois) :

    (Résumé)
    Novembre 2020, Pékin.
    Deng Yufeng, artiste de 36 ans, expérimente les possibilités d’échapper aux caméras de surveillance. Elle commence par circonscrire une zone, par noter les coordonnées spatiales du dispositif, emplacements, marques et modèles, attribue plus ou moins d’étoiles au dispositif en fonction de ses possibilités de couverture, puis elle entreprend avec des volontaires de traverser la zone circonscrite s’efforçant d’échapper aux caméras de surveillance. Elle teste puis perfectionne des gestes d’évitement, comme de marcher à reculons pour n’être pas filmé de face, longer un mur …

    Elle rapporte qu’il y avait en 2018 200 millions de caméras de surveillance en Chine (l’équivalent de la moitié du parc mondial) et qu’on prévoie qu’en 2021 il y en aura 560 millions.

    Elle s’immobilise aussi parfois plusieurs heures pour noter combien de fois les caméras bougent. Après avoir repéré sur l’Internet une « Rue du bonheur «  dans sa ville de Pékin elle se rend dans cette rue, elle pense bien sûr au coté ironique de la chose.

    Dans une précédente intervention elle avait attiré l’attention du public en révélant aux passants toutes ses données personnelles, ou acheté clandestinement sur l’Internet les données de milliers de gens pour les afficher dans une expo, expo vite interdite.

    Elle est conscience que tout cela est inutile, déprimant, mais elle ne peut s’y résoudre, ll faut bien que certains résistent, et crient, dit-elle, que des personnes qui pensent différemment soulèvent la question de la perte totale de toute vie privée. Elle conclue : on ne peut laisser les gens s’habituer à ce genre de vie.

    https://www.bbc.com/zhongwen/simp/chinese-news-55053982

      1. Autre moyen : porter une “cape d’invisibilité” sous la forme d’un écran portable fin et souple qui fait croire au moins à une caméra dans un axe donné qu’elle voit ce qui est derrière le gugusse . Il suffit de couper la silhouette au milieu pour filouter une AI de base.
        Bon, mais c’est du niveau “obus-bouclier”, ca ne sera pas très dur de rajouter la fonction “tricheur détecté” du côté siliconique de la force.

  8. Le crac , c’est pour quand ?
    Et le crac-boum -Hue ?

    En méditant sur la vieillesse tout autant que ce qui se passe de l’autre côté de la fenêtre , m’d’mande si ce ne serait pas un « « « juste «  retour des choses que l’économie réelle plombe l’économie virtuelle , après que celle ci ,en 2008 , ait fait l’inverse ?

    Regrette aussi que dans les louanges du modèle chinois( et ses potentialités économiques ) ne soit pas évoqué la question du chômage en Chine .Que se passe t’il vraiment derrière la grande muraille, n’y aurait il pas quelque chose qui craque là bas aussi ?

    Dommage que de ne pas avoir invité Le roi Artus à cette table ronde . ne serait ce que pour avoir une idée de l’optimisme des économistes traditionnels : «   il y aura correction si … »., «  bientôt un formidable point d’entrée pour les investisseurs «  .
    Bon , ben , l’avenir dira s’il valait mieux se réjouir ou se lamenter .

    https://www.boursorama.com/videos/actualites/patrick-artus-chef-economiste-chez-natixis-s-il-y-a-un-troisieme-confinement-il-va-y-avoir-une-correction-des-marches-et-ce-sera-un-formidable-point-d-entree-pour-les-investisseurs-fbcfc394fdc23e30d62b7252aec6c118

    1. Dans le cas du Japon, le chômage est résorbé par des “fidélisations” souvent sur des petits jobs qu’on ne saurait pas payer dans l’hexagone: les personnes qui emballent vos parapluies dégouttant d’eau à l’entrée des magasins ne sont pas des étudiant.e.s en petit job mais des demi-seniors, sans doute placardisés mais “dans le clan”. Idem, à la sortie d’un chantier qui a 1 camion par heure ou 2, une personne es requise pour signaliser la sortie. Pour les travaux de voirie (genre fuite dans la canalisation sous la rue), ils sont effectuées de nuit avec du personnel surnuméraire (8 ou 12 personnes là où on aurait 5 ici), si on passe à 21h et à 7h du matin sans faire attention, on ne voit pas qu’il y a eu intervention.

      Je ne sais pas trop pour la Chine, mais l’efficacité du contrôle social est bien moins chère de cette façon que par des foules de policiers.
      (Il y a un passage du Régis Debray de 1979 où il fait le parallèle entre monde soviéto-communiste derrière le rideau de fer “pauvre en message pour le consommateur mais riche en pouvoir répressif” à l’inverse du monde capitaliste qui semble faire une débauche de message pour le consommateur [[ le prix de la pub est payé en surcout par tout le monde à la fin ]], mais cela aurait à peu près la même efficacité émolliente sur le bon peuple et finalement pour un coût raisonnable. Lu dans “La Fabrique du consommateur” d’Anthony Galuzzo, Ed. Zones)

      2
      1. Il me semble qu’en Chine , le nombre est à la fois une force et une faiblesse.Il y a bien deux ou trois infos qui traînent sur le net , mais le mystère reste entier quand au chômage.

        Déjà, je ne vois pas la Chine ne pas adopter à grande échelle les moyens d’automatisation actuels ( concurrence oblige) , comme on a pu le constater dans les ports.
        Il existe sûrement des systèmes locaux permettant d’occuper les «   inactifs « dont l’existence est probable ( les clients étrangers touchés par la crise ne peuvent qu’être moins demandeurs )même si on entend parler d’une consommation intérieure en progression, et de produits en plein essor tels que les masques ( déduction d’épicier sans réelles bases chiffrées ).

        https://www.usinenouvelle.com/article/vu-du-ciel-le-plus-grand-terminal-a-conteneurs-automatise-du-monde-se-trouve-en-chine.N875480

        https://www.lemonde.fr/international/article/2020/05/22/la-chine-peu-preparee-a-un-chomage-de-masse_6040421_3210.html

        https://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanceStatPays?codePays=CHN&codeTheme=8&codeStat=SL.UEM.TOTL.ZS

      2. Merci pour la référence «  la fabrique du consommateur « .Après avoir feuilleté quelques pages,
        encore un livre passionnant à négocier avec le père Noël 😏

        1. J’ai déjà fait un envoi de livres usagés à un fidèle du blog après échange d’adresse via Paul.
          Je renonce à en garder trop, je sais que je ne les relis pratiquement plus et je vais sans doute scanner une ou deux pages cornées et la bibliographie (assez ricaine pour Galluzzo: peu de French Theory ou d’école de Francfort, même si elles apparaissent par moment), cela suffira.
          Je peux faire de même, c’est intéressant dans la gamme 2-5 kg, pour 5 ou 6 livres, (je fais vivre mon libraire…, mais vous pouvez aussi le faire vivre !)
          Cordialement , “T.”

          1. Merci pour votre généreuse proposition.
            Mais ça va , je peux me permettre de faire travailler mon libraire .
            C’est plus le cerveau qui va finir par râler ( «  avant de commencer un nouveau livre , tu pourrai peut être finir les 6 ou 7 en cours de lecture « 😏).
            La faute à ce blog et ses commentateurs qui attisent pour mon plus grand bonheur la curiosité ( voir peut être bien la gourmandise intellectuelle…).
            Cordialement de même , « B ».

        2. @Bernard
          À propos de consommateur, “Le travail du consommateur” (2014) de Marie-Anne Dujarier.
          “De McDo à eBay, comment nous produisons ce que nous achetons” ☺
          Consommateur et ‘client’ bien sûr…
          “Le client est avant tout un être de fiction, un argument brandi par le management pour se faire obéir, avec une idée aussi simple qu’efficace : les subordonnés acceptent davantage le langage d’un acteur dont ils partagent l’identité (à la ville) que celui d’un chef aux antipodes de leurs intérêts.”

          1

Les commentaires sont fermés.