32 réflexions sur « Vidéo – Où il est question de démettre Trump immédiatement »

    1. Nouvelles du matin :

      1) Mike Pence refuse de mettre en place le 25e amendement.
      2) Donald Trump a envoyé un message vidéo sur Twitter (enregistré quand ?) où il condamne les violences, indique avoir donné un ordre de mission à la garde nationale (ce qui est faux), accepte sa défaite et propose une transition douce.
      https://twitter.com/i/status/1347334804052844550
      Il est possible que ces deux événements soient liés : négociation entre Mike Pence et Trump (discours de défaite vs pas de 25e amendement). Pour moi, un loup ne se transforme pas en agneau.
      3) Un policier est mort de ses blessures suite à l’attaque du Capitole. Le chef de la police du Capitole a démissionné.
      4) Les démocrates veulent lancer la procédure d’impeachment sous deux jours.

      Pour moi, ne pas avoir invoqué le 25e amendement est une erreur : elle montre que les limites de l’inacceptable sont encore plus éloignées que ce que l’on vient de voir. Honte aux Républicains, et à Mike Pence, d’accepter cela. Ils “légalisent” les tentatives de coup-d’Etat organisé par le propre président de leur pays !

      6
      1. “Avoir prédit l’émeute depuis 4 ans n’a servi à rien” PJ

        Coup d’état
        Putsch
        Emeute

        les mots ont un sens

        2
    1. Article instructif à lire, avec aussi l’interview mediapart et l’article CQFD (celui ci signalé par moi) dans un autre fil hier. Pour entrevoir la construction qui s’est faite d’une conception “notre pays à nous les patriotes qui nous a été volé par ces “autres” (immigrants, noirs, gens de gauche, démocrates, Obama, etc.), conception délirante (“ce sont les anti-facistes qui ont donné l’assaut du Capitole et pas nous”), déja très ancienne aux USA mais pouvant se reconstituer comme majorité contre Biden (et surtout sa vice-présidente) avec le Tea Party, mais aussi pouvant se constituer en Europe avec nos AfD et autres partis nationalistes, et menée par nos dirigeants plus classiques, dont Macron qui a parlé de restaurer le patriotisme. On voit ce que Trump a utilisé et fait fleurir, et ce que d’autres pourront faire dans un bref avenir. Et concevoir l’alternative, si elle est encore possible (!?).

      1. Joss ne dit pas qu’il y croit : il se demande s’il est bipolaire ou schizo …
        Trump a 47 % de gens aux USA qui peuvent y croire et c’est cela le problème.

        2
        1. Selon un sondage, 27 % seulement des républicains condamnent ce qui s’est passé ce dernier mercredi !
          J. Biden va avoir du travail pour ressouder la nation américaine. 🙂
          Pour ce qui concerne le revirement de dernière minute de D.Trump concernant les évènements du Capitole, il n’est pas fou, il s’est rendu compte de son échec, car il tablait sans doute sur un incendie qui aurait détruit les éléments du vote des ‘grands électeurs’ et ainsi provoquer un enchaînement comparable à l’incendie du Reichstag en 1933, il fait donc un pas en arrière espérant minorer sa responsabilité pour le cas où une action en justice serait intentée !

      1. Il n’applique que les règles de la télé-réalité. Le dire est non performatif, il est émotico-formatif, nada mas.

    1. Mike Pence : “Tu lis ce texte à haute voix et en articulant devant la caméra ou bien je signe pour la destitution immédiate et tu sors de la Maison Blanche avec les menottes sous 24 heures.

    2. “Il a l’air de s’être calmé, ne serait-il pas bipolaire (ou schizophrène) ?”
      C’est un grand pervers narcissique. Un pervers narcissique est manipulateur. Là, on l’a obligé à reculer, du coup il serait en train de décompenser. Voir mes messages plus haut.

      “Il dit avoir fait déployer la garde nationale pour stopper l’attaque haineuse du Capitole”
      C’est faux.
      https://www.pauljorion.com/blog/2021/01/07/video-a-quoi-ca-sert-davoir-raison/comment-page-1/#comment-832569

      1. D’accord avec vous François.
        Je ne dis pas que ce que Trump a dit dans sa dernière allocution est vrai, j’ai simplement traduit (rapporté) ce qu’il a dit.
        Le schizophrène est souvent pervers narcissique et le pouvoir rend fou…

  1. Bonjour
    C’est évènements me font penser aux manifestations d’extrême droite en France le 6 février 34, qui voulaient prendre le parlement, les ligues fascistes étaient très influentes , et agressives. Au final ils ont échouer….un certain temps
    Comme je, l’ai fait remarquer , le fascisme n’est pas un phénomène nouveaux aux USA, il a une longue tradition, du KKK, a l’American légion, aux groupes néo nazis ayant l’Allemagne Hitlérienne comme modèle dans les année 30/40, et aussi dans les année 60/70 les suprématistes fascistes.
    Pendant un temps ces groupes, étaient oublier ou marginaliser, mais ils se sont “réveiller”, avec la crise économiques , puis les crises identitaires multiples , dit sociétales (féminismes, sexuels, racistes, religieux). ils ont pris de nouvelles formes, de nouveaux noms, et utilisent les médias et réseaux sociaux, et manipulent les algorithmes (mais il faudrait se poser la question qui est derrières cela ? )
    Le changement, c’est qu’auparavant , principalement, ces mouvements se passer en dehors du parti républicains (pas tout a fait , les frontières sont flou ), mais là , une grande parti du camp républicain est contaminer , c’est sans doute du a l’action politique de Trump, cela avait commencer avec le Tea party. La question se pose, le parti républicain va t’il éclater ?.

    1
    1. Oui, j’ai écrit liminairement en réponse à un des commentaires qui disait, “bon, alors ça nous guérit une bonne fois du risque, on a été échaudé on va craindre l’eau tiède” :

      “1934, 1938, 1940”
      (un autre “méné tekel phares”)

    2. Je vais enfoncer le clou (vois deux comm ci dessus). Oui des groupes en marge des partis, qui ont existé toujours, sont marginalisés. Puis ils sont réveillés parce que des portes s’ouvrent à l’occasion de crises sociales. Ils sont “cristallisés” (je reviens à une réponse faite à Bernard dans un fil précédent) par des dirigeants aventureux et cela marche. S’ils peuvent être isolés dans un parti “mis en cordon sanitaire ou politique” (comme le Vlaams Belang en Belgique et le FN devenu RN en France, un peu l’AfD en Allemagne) , on gagne du temps : mais si un politicien sorti de nulle part rend la tendance possible, tel un dirigeant nationaliste ou libéral (De Wever en Flandre, tel dirigeant populiste –décédé– en Autriche, Salvini en Italie, un nouveau au Portugal, mais aussi le dirigeant catalan réfugié en Belgique, et Johnson et Macron dans un certain sens libéral), le basculement est possible. Or le changement climatique en cours entrainera des crises sociales.
      Par contre, je ne crois pas que la formulation “les crises identitaires multiples , dit sociétales (féminismes, sexuels, racistes, religieux)” soit pertinente. Il y a des évolutions (pas des crises !) sociétales et “identitaires” comme le féminisme , l’ouverture aux identités sexuelles différentes de l’hétérosexualité, et d’autres religieuses comme l’affirmation de l’islam comme choix religieux en Europe qui doivent être intégrées à nos sociétés. Et qui doivent faire évoluer notre “identité humaine” souvent sclérosée dans une “identité nationale” ou “régionale/locale”. Oui il y a un travail à faire sur les identités délétères. Mais il ne faut pas faire un noeud (pas d’amalgam…) , il faut au contraire le dénouer.

      1. Bonjour
        Oui ! certes ces évolutions sociétales sont bonnes (féminisme ,raciales religieuses, sexualités), du moins pour certains, mais d’autres si refuse totalement , et pour eux cela participe de cette perte d’identité, et de la crise des valeurs américaines, et renforce les éléments les plus réactionnaires…pour l’Amérique blanche, chrétienne, hétérosexuel, cette évolution n’est pas une bonne chose, pas un hazard que les chrétiens évangélistes , soutiennent Trump

        1. @ bob : Bon article aujourd’hui sur la RTBF https://www.rtbf.be/info/monde/detail_jerome-jamin-uliege-la-prise-du-capitole-est-peut-etre-positive-pour-la-democratie?id=10669125
          Je n’aime pas l’expression “les valeurs américaines” et même le “nos valeurs” (de Macron notamment). C’est effectivement une “marque d’identité” donnant un effet “ralliez vous à moi”, donc pour moi un effet manipulateur : nous sommes une communauté humaine (avec des sous-sections communautaires linguistiques et territoriales et rien d’autre, ni religion, ni couleur de peau, ni sexe, ni nation, ni valeur discriminante). Nous ne sommes pas divisés mais divers par nos valeurs divergentes, et nous avons des rituels sociaux dont le respect et la tolérance et la réconciliation et la protection…

  2. Une analyse intéressante, par un policier français de haut niveau responsable de la sécurité “dans un secteur clé de Paris”. C’est un journal américain qui l’a interviewé, ainsi que d’autres responsables de sécurité issus de plusieurs alliés européens des Etats-Unis et il conserve son anonymat “car le sujet est terrible”.

    Avec d’autres, il exprime sa très forte suspicion sur l’échec de la police américaine à empêcher les émeutiers d’entrer dans le Capitole. Il livre une analyse tactique de la situation, une liste des erreurs commises par les forces de police chargées de la protection du cœur de la démocratie américaine ainsi que sa conclusion : ces erreurs sont trop nombreuses pour être involontaires, et la tentative a nécessairement bénéficié de complicités au sein de la police, empêchant les autres de faire correctement leur travail.

    [début de citation]
    “Vous ne pouvez pas me dire que je ne sais pas ce qu’ils auraient dû faire, je peux prendre l’avion pour Washington demain et faire ce travail tout comme n’importe quel fonctionnaire de police de Washington peut prendre l’avion pour Paris et faire le mien”, a déclaré le fonctionnaire. La source dirige la sécurité publique dans un quartier central de la police parisienne rempli de bâtiments gouvernementaux et de sites touristiques.

    “Les principes [pour gérer les manifestations] ne sont pas subtils et ils s’appliquent à toutes les situations, c’est pourquoi nous nous entraînons aux côtés des forces de l’ordre fédérales américaines pour gérer ces questions, et il est évident que de grandes parties indispensables à tout plan réussi ont été ignorées”.

    (…) Le fonctionnaire de police français a détaillé de multiples défaillances qu’il estime systématiques.

    1. Les grandes foules de manifestants devaient être gérées bien plus tôt dans le processus par la police, qui a plutôt contrôlé une scène lors de la première manifestation à laquelle Trump s’est adressé, puis a ignoré la foule alors qu’elle se dirigeait vers le Capitole.
    2. “Elle aurait dû être encerclée, gérée et dirigée immédiatement et cette pression ne s’est jamais relâchée.”
    3. Parce que la foule n’a pas été gérée et dirigée, le fonctionnaire a déclaré que les manifestants ont pu se rassembler sans entrave autour du Capitole lui-même, où a eu lieu l’échec majeur suivant.
    4. “Il est impensable qu’il n’y ait pas eu un fort cordon de police à la périphérie du complexe. Les clôtures et les barricades ne servent à rien sans une forte répression policière. C’est à ce moment-là que vous commencez à procéder à des arrestations, en ciblant les personnes clés qui semblent violentes, toute personne qui attaque un officier, toute personne qui franchit la barricade. Vous devez montrer que franchir la ligne échouera et se soldera par une arrestation”.
    5. “Je ne peux pas croire que l’échec de l’établissement d’un cordon approprié était une erreur. Ce sont des fonctionnaires de police très compétents mais ils sont fédéraux et cela signifie qu’ils rendent compte au président en dernier ressort. Cela doit faire l’objet d’une enquête”.
    6. “Quand la foule a atteint les marches du bâtiment, c’était fini. La police est là pour protéger le bâtiment contre les attaques terroristes et le crime, pas contre un bataillon d’infanterie. Cela aurait dû être géré à des centaines de mètres de distance, à moins que la police ne soit prête à ouvrir le feu et je peux respecter la raison pour laquelle elle ne l’a pas fait”.
    [fin de citation]

    Un autre responsable, du service de renseignement d’un pays européen membre de l’OTAN, va dans le même sens : “Aujourd’hui, j’informe mon gouvernement que nous pensons avec un degré raisonnable de certitude que Donald Trump a tenté un coup d’État qui a échoué lorsque le système n’a pas cédé”

    Les personnes le mieux à même d’analyser la situation ne semblent avoir guère de doute sur les événements. Non pas de simples débordements, non pas une simple équipée tragico-criminelle improvisée.

    Comme Louis-Napoléon Bonaparte en 1851, comme Boris Eltsine en 1993, Donald Trump a tenté un coup d’Etat contre son propre gouvernement.

    Sauf que lui a échoué.

    L’un des responsables interviewés conclut : “Dieu merci, ça n’a pas marché car je ne peux pas imaginer à quel point il serait difficile de sanctionner le système financier américain”

    Source : https://www.businessinsider.fr/us/trump-attempted-coup-federal-law-enforcement-capitol-police-2021-1

    6
    1. Oui, j’avais été surpris avant-hier soir de la molesse de la police américaine, je comprends pourquoi maintenant. C’est très embêtant qu’il y ait eu autant de complicités à l’intérieur des forces de l’ordre, j’espère que dès l’arrivée de Biden à la tête de l’État il y aura une enquête approfondie, et que le coupable principal, à savoir Trump, sera mis en taule pour le restant de ses jours. Heureusement que, dans la majorité des personnes présentes, la plupart n’étaient que des pauvres manifestants sans intention violente.

      Je continue à penser qu’il faut destituer maintenant Trump par l’activation du 25e amendement. Ne serait-ce que pour foutre les pétoches à un paquet de fachistes.

  3. Bonjour et bonne année,
    Vous pourriez avoir fiablement raison concernant votre précédente prédiction sur la destitution de Trump car cela pourrait se produire dans les prochains jours même si cela n’a pas complètement eu lieu lors de la première procédure d’impeachment. De ce que j’ai compris, il serait possible de destituer Trump une fois que Joe Biden sera président tout en interdisant à Trump de se représenter pour la prochaine élection. A voir si cela se concrétise… J’ai l’impression qu’il a perdu beaucoup de soutiens ces derniers jours même si certains lui restent fidèles…
    Sinon, William Reymond qui a aussi écrit un livre d’investigation sur la mafia indique comme vous que Trump utilise exactement les mêmes méthodes que la mafia…

Les commentaires sont fermés.