26 réflexions sur « Vidéo – À quel jeu joue Mitch McConnell ? »

  1. Il semblerait en effet qu’à court terme, Mitch McConnell, tout en conservant la somme de griefs à l’encontre de D. Trump, ait voulu calmer les choses pour éviter, qui sait, l’éclatement du parti républicain et en tous cas, des troubles au niveau des supporters de D. Trump.
    En bref, ne se ménage-t-il pas du temps pour calmer les choses et ensuite reprendre une action plus tranchante mais avec une assise juridique inattaquable ?
    Au début de sa carrière, il était assez orienté démocrate et a été juge durant quelques années.
    Cela étant, une révision constitutionnelle ne serait pas inutile pour modifier le mode d’élection des sénateurs qui actuellement représentent mal les citoyens des états les plus peuplés (Texas, Californie, Floride, etc..). Certes, le système actuel agit un peu comme une ‘discrimination positive’ en faveur des états peu peuplés, qui sinon manqueraient dramatiquement de représentativité.

    1. Dans la lignée de ce que propose « Tout me hérisse », j’ai eu l’impression, M. Jorion, que vous aviez été convaincu par Mitch McConnell de la justesse de son jugement concernant l’anti-constitutionnalité du procès de Trump ou bien, si cette impression est erronée, que votre synthèse de l’attitude de McConnell en donne une image trop réductrice, en passant sous silence son jeu trouble.
      En effet, pour justifier son vote d’acquittement, McConnell laisse entendre, après avoir insisté sur la responsabilité de Trump, que le Sénat l’aurait — peut-être… — inculpé si l’accusation avait été constitutionnellement fondée, c’est-à-dire s’il avait été en fonction. Mais :
      1) il passe sous silence qu’en tant que Majority Leader, McConnell s’est lui-même arrangé pour que le procès au Sénat ne démarre pas avant la fin du mandat de Trump ;
      2) pour étayer son interprétation restrictive de l’impeachment, McConnell suit un raisonnement recourant à multiples reprises à l’argument de l’homme de paille et à des mensonges par omission, reprenant, d’ailleurs sans le dire explicitement, l’argumentaire des avocats de Trump : the Constitution “does not provide for the impeachment of a private citizen who is not in office”. Or cet argumentaire de la défense a été battu en brèche non seulement par l’accusation, mais par le juriste-même que la défense citait pour soutenir son argument.

      Legal scholar chides Trump impeachment defense for misrepresenting his writings:
      https://www.nbcnews.com/politics/trump-impeachment-inquiry/legal-scholar-chides-trump-impeachment-defense-misrepresenting-his-writings-n1257148

      Ne pourrait-on pas considérer que McConnell a agi ainsi (avoir voté l’acquittement), non par sagacité juridique mais par peur de désaveux voire de violences de la part de partisans de Trump, et peur de primaires hostiles par des républicains trumpistes lors de prochaines élections, mais aussi (avoir accusé Trump d’être responsable des événements sans s’attirer les foudres des partisans MAGA, qui n’écouteront pas ce discours) par peur du jugement de l’Histoire ? Autrement dit, dans la continuité de bien de ses actes, de ménager une ambiguïté pour garder son poste, son pouvoir et les bénéfices qu’il en retire, tout en laissant à la justice le soin de s’occuper de Trump.

      3
  2. De toutes façons je ne me plonge dans votre blog que le soir ou la nuit.

    Mais ayant lu quelques articles (le « Live » du Guardian) cet après-midi, j’avais repéré aussi cette bizarre ambivalence de McConnell.
    Alors que certains (certaine – Alaska ?) ont choisi un bord, pendant que d’autres ont choisi leur électorat…

    Moi j’avais supposé que McC. s’assurait surtout pour le futur, au cas où, en tant qu’anti-Trump, mais se réservait sa place au GOP en finissant, en queue de poisson, avec un truc de juriste qui avait pourtant déjà été voté (Mardi, je crois).
    Eclairez-moi : SI le SENAT avait pouvoir de proposer ce jour là, comment se fait-il qu’un sénateur isolé puisse avoir celui de récuser cette décision ?
    Prise après vote.
    Proposer, voter, décider…?

    J’ai bien peur que tout ça soit « pour la galerie », pour s’assurer de garder des portes de sorties de tous les côtés !

    Et non pas comme l’indéfectible optimiste que vous êtes pour laisser la place aux autres tribunaux intéressés (éventuellement).
    Quoique je le souhaite aussi, bien entendu.

    Bonne soirée quand même, et/ou bonne nuit.
    G.M.

  3. Bonsoir, j’ai l’impression que la fin de carrière de Donald Trump et la suite des évènements jusqu’à aujourd’hui et peut-être à venir c’est joué le 11/01 lors de la rencontre avec son vice-président.
    Je suis curieux de votre analyse sur cet échange dans le contexte que vous connaissez. Je pense qu’à compter de ce jour Trump n’était tout simplement plus président des EU.
    https://www.lefigaro.fr/international/trump-et-pence-se-sont-rencontres-lundi-soir-dans-le-bureau-ovale-20210112
    j’aime l’expression «bonne conversation» dans cet article.

  4. Merci pour cette vidéo et cette question, que je me suis aussi posée.
    Je n’ai hélas pas de connaissances suffisantes sur le personnage et la vie politique US pour y répondre, mais suis intéressé par suivre l’évolution que va prendre la démocratie américaine et comment celle-ci va gérer la tentative de coup d’État de son ancien président.

    Je suis déçu par le peu de sénateurs républicains ayant voté pour l’impeachment. Je voyais ce procès comme une jurisprudence que les représentants du Congrès donneraient aux futurs présidents. Et là, comme vous l’indiquez, c’est “openbar” pour toute action même anticonstitutionnelle dans les quelques semaines qui précèdent la fin de mandat, puisque le temps de mettre en place le procès dépasse ce temps politique. C’est très dangereux, et contraire à toute justice “traditionnelle” : imaginons la justice ne pas poursuivre un comptable parti avec la caisse sous prétexte qu’il est en retraite ? Impensable.

    Trump est probablement condamnable au pénal et au civil, mais se reposer sur cela pour ne pas le condamner “au politique”, c’est pour moi une erreur très grave, qui sera lourde de conséquences, et qui montre un manque de courage dans sa mission de représentant et de défenseur du peuple.

    2
    1. C’est aussi mon sentiment, McConnell en agissant comme il l’a fait hypothèque l’avenir de la démocratie étasunienne. Il fallait trancher le noeux gordien, mais il ne le fait pas.
      Trump sera sans doute condamné au pénal et au civil, mais sur le plan symbolique la démocratie américaine s’est fissurée. Dans ces fissures les Trumpistes et autres candidats populistes potentiels et à venir peuvent prospérer.

      3
    2. Je partage les avis de François M et de P.-Y. Dambrine et je ne comprends pas comment dédouaner en rien ce sinistre personnage qu’est McConnell pour sa seule habileté juridique du jour.
      Entre autres actions pour soutenir l’ex-président “perinde ac cadaver”, ce répugnant politicard a précipité la nomination d’une juge à la Cour suprême, Amy Coney Barrett , une répugnante personne d’extrême droite : il était chef de la majorité Républicaine et contre tous les usages non écrits mais démocratiques, il a osé commettre cette saloperie pour aider Trump et donc les trumpistes (rappelons que sous Obama, le GOP avait prétexté que ce n’était pas normal de faire une nomination juste un an avant son départ).
      Chef de la majorité il pouvait et il devait profiter du créneau avant la fin du mandat de son patron. Bien sûr n’ayant pas agi VOLONTAIREMENT à temps il est toujours possible pour lui de se présenter “en même temps” comme un féroce critique de Trump et quelqu’un qui l’a aidé à échapper à la condamnation ─ ce dont ses électeurs lui seront redevables puisque les pro-Trump semblent bien majoritaires dans son parti.
      Je n’ai certes pas l’expérience et la connaissance approfondies de Paul sur la politique US mais si ce type est un membre de la tendance “conservatrice” alors cela montre que l’état du rapport de force au sein du GOP. De même qu’en France tout le spectre politique est en dérive vers l’extrême-droite : le parti des répugnants.

      4
      1. Est-ce que je suis le seul à penser que M. McConnell n’a fait que tenir parole sur un deal passé le 11/01 par M. Pence, mais qu’il a profité quand même de l’occasion pour donner un bon coup de pied de l’âne au vilain petit canard ?

        A vos questions:
        Il a donné du temps au Parti Républicain.
        Il a peut-être sauvé la face pour les EU.

      2. Pas écouté non, si ce n’est les bribes qu’en rapportait The Guardian lu en diagonale. Le service minimum, sous serment je suppose.
        Mais les Proud Boys et autres Qanon non plus ne l’auront pas écouté. En revanche ils sauront sans doute parfaitement ce qu’il a voté in fine.

  5. Ça nous fait déjà deux sauveurs sélectionnés pour purifier au moins les USA :

    – Biden , par Chantal qui n’a pas hésité
    – McConnell par Paul Jorion , mais seulement nominé puatif .

    Sauve qui peut .

    1
      1. J’aime bien , moi aussi , mettre en relation des choses auxquelles même les plus futés orthodoxes ne pensent pas .

        Mais ça n’est pas de la trollitude , tout au plus ( ou moins ) de la drôlitude . Et de plus , j’ai une totale confiance et soumission envers la modération . ( Si Julien Alexandre est encore par là , j’en fais mon sauveur personnel ) .

  6. Les confrontations juridiques républicains trumpistes / démocrates ne font que commencer .

    https://www.parismatch.com/Actu/International/Apres-l-acquittement-de-Donald-Trump-la-menace-d-une-mise-en-accusation-de-Kamala-Harris-1724688

    Le sénateur républicain de Caroline du Sud Lindsey Graham a menacé : si les conservateurs reprennent le contrôle de la Chambre des représentants, ils pourraient mettre en accusation la vice-présidente Kamala Harris.

    1
    1. l’aphilia ou la dysphilia, si on veut faire aussi savant que l’illibéralisme (et au carré),
      mais qu’on veut qu’Aristote ressuscité ait une chance de nous comprendre.

      Je me demande juste par intuition si le mouvement de l’économie du matériel vers la financiarisation n’est pas une des figures de l’éloignement qui fait que gens à l’intellect pas absolument idiot n’aient plus rien à proposer comme vision d’un terrain de jeu commun.
      Du temps de Keynes, la croissance avait une composante industrielle/fordiste claire et nette, c’était un terrain de jeu commun, on pouvait y aller en Antonov ou en Boeing, mais on voyait ce type de croissance (aujourd’hui certes hors de l’épure) comme ce terrain commun.
      On aura du mal à recentrer sur la vision d’un terrain commun tant que les séparations géographiques peuvent nier à l’aide de quelques murs de “condominio” ou de “communities” une composante concrète. Puisque le covid est en train de flinguer ce qui était la ville, il est temps de penser au nouveau terrain commun qui devra lui succéder : vélocipédique, décarbonesque, avec pour chacun un lieu de travail/loisir/communauté/distributions de biens basiques à moins de 15′ de chez soi. Cela ou autre chose :guettons l’émergence.

      2
  7. ” vélocipédique, décarbonesque, avec pour chacun un lieu de travail/loisir/communauté/distributions de biens basiques à moins de 15′ de chez soi. Cela ou autre chose :guettons l’émergence.”
    Le nivarña, en somme.

    Paris, Bordeaux, Tours, Strasbourg, à vous.
    Nous, dans nos montagnes abruptes et surpeuplées (surpeuplées, surtout) va nous en falloir de l’énergie à pousser la bécane vélocipédique dans les côtes à 6-8% et à user les freins dans les descentes dangereuses.

    Vous nous condamnez à nous rassembler au fond des vallées, déjà bien denses. De quoi raviver la spéculation immobilière, entr’autres bienfaits écologiques.
    Pensez-y.

  8. Medellín, le 16 février 2021 (heure locale, Europe le 17 février 2021)

    Je cite:

    ¨Trump déclare la guerre à McConnell¨

    …………………..

    ¨La déclaration de Trump mardi a également accusé McConnell d’avoir “aucune crédibilité sur la Chine en raison des importantes participations de sa famille dans les entreprises chinoises”.

    L’épouse de McConnell, Elaine Chao, a immigré aux États-Unis en provenance de Taïwan à un jeune âge. Elle a occupé le poste de secrétaire aux transports de Trump jusqu’en janvier, date à laquelle elle a quitté son cabinet le lendemain de l’assaut du Capitole par les partisans du président de l’époque.¨

    Source: https://www.cnbc.com/2021/02/16/trump-blasts-political-hack-mcconnell-says-he-will-back-maga-candidates-in-primaries.html

    Et j’ajoute et je cite:

    ¨La démission d’Elaine Chao n’est pas suffisante selon les critiques : “Le mal est fait”.

    Malgré les antécédents de la secrétaire d’État aux transports en tant qu’immigrante américaine d’origine asiatique, les militants affirment qu’elle laisse un héritage de complicité avec les politiques racistes et anti-immigrantes en tant que fonctionnaire loyal de Trump.¨

    ……………………………………………………

    ¨Mais c’est peut-être Chao qui a suscité le plus de critiques pour la séparation des familles de migrants. Bien qu’elle n’ait pas commenté sa position, elle a riposté aux manifestants de l’université de Georgetown qui l’ont confrontée avec McConnell au sujet de la politique de 2018 et leur ont demandé : “Pourquoi séparez-vous les familles ?

    Chao a répondu en criant “Laissez mon mari tranquille”, ce qui lui a valu les éloges des conservateurs.

    “Elle s’est en fait associée à l’administration Trump pour accroître la séparation de nos familles et annuler le programme DACA, refuser l’accès aux prestations publiques et bien plus encore”, a déclaré Becky Belcore, directrice exécutive du National Korean American Service & Education Consortium, une organisation de défense des droits qui faisait partie des groupes qui avaient précédemment demandé à Chao de s’exprimer contre la répression de l’immigration.¨

    Source: https://www.nbcnews.com/news/asian-america/critics-say-elaine-chao-s-resignation-falls-short-damage-has-n1253828

    Quelle ¨Chine¨ alors?

    Alzheimer alors? (cfm Bannon et autres..)

      1. Voilà ce qu’il en coûte de ne pas condamner un criminel: ses thèses conspirationistes sont de fait validées.

        Ce que je crains, c’est que dans les États swing-state gérés par les Républicains, les trumpistes placent aux postes clés (genre celui de Raffensperger en Georgie) des hommes à eux qui sauront “bien compter”. Il est important que les responsables qui sont soucieux de la démocratie s’en rendent compte et agissent pour verrouiller cela, par exemple en imposant par la loi qu’il y ait des responsables des deux partis sur ces postes clés, et qu’aucune destruction des preuves (bulletins et autres matériels électoraux) ne soit possible avant la fin des recours judiciaires.

  9. Bonjour Paul,
    J’aimerais vous parler d’une autre personne à qui on a attribué un « don prophétique » : Emmanuel Todd. Comme vous, il fait partie des gens que je suis avec attention ; il me semble que vous vous rejoignez sur bien des points, mais certainement pas en ce qui concerne Trump et le fascisme. J’en veux pour preuve ce qu’il dit dans ces vidéos :

    – Le 20 novembre (après l’élection, avant le Capitole) à partir de la première heure :
    « Même si les anglo-américains voulaient être fascistes ils ne peuvent pas (l’être) »
    https://www.youtube.com/watch?v=1O0vURKJjms&t=5239s

    – Le 9 février (post Capitole) à partir de la 40ème minute :
    « On va être forcés de reconnaître que Trump avait raison (protectionnisme + le problème n°1 est la Chine) »
    « La politique économique que menait Trump était particulièrement favorable aux Noirs (bien plus que sous Obama, cf. augmentation du niveau de vie grâce au protectionnisme) »
    https://www.facebook.com/Marianne.magazine/videos/857984998383139/

    Si vous en avez un, j’aimerais connaître votre point de vue sur lui en général et sur ce qu’il dit là en particulier.

    1. Todd se plante complètement sur le protectionnisme, il a comme Trump une représentation de l’économie mondiale qui est celle de ± 1810. Il n’ignore pas que c’est mon opinion : il avait pris l’initiative il y a une dizaine d’années d’une réunion privée sur ce sujet où il avait invité une douzaine de personnes (que du beau monde), et j’avais dit ce que j’en pensais (déjà).

Les commentaires sont fermés.