Covid-19 : Les anti-vaxs

Je regardais attentivement hier le visage de ces citoyens américains qui expliquaient pourquoi ils ne voulaient pas se faire vacciner. Si c’était une opposition d’ordre politique ou disons “idéologique”, ils viendraient à peu près tous avec la même explication, mais ce n’est pas le cas : il y a au moins une douzaine d’explications différentes. Du coup, une question qui me vient : “Et si c’était simplement des phobiques de la piqûre, inventant n’importe quoi comme explication plutôt que d’admettre que les piqûres les font flipper ?”.

Si c’est de cette manière-là que leur opposition au vaccin s’explique, ne pourrait-on pas faire des vaccins anti-Covid 19 sous forme buvable, comme c’est le cas pour certains ?

Mise à jour le 27 juillet :

Quand j’ai écrit avant-hier ce billet de cinq lignes, je me suis dit que mon explication était sans doute tirée par les cheveux. Mais je viens de regarder la vidéo ci-dessous et je me dis que mon hypothèse rend compte peut-être d’une proportion importante des cas : plutôt que des endoctrinés ou des gens trop stupides pour comprendre le principe de la vaccination, avec les anti-vaxs on a peut-être essentiellement à faire à des gens qu’une piqûre terrorise.

Partager :

142 réflexions sur « Covid-19 : Les anti-vaxs »

  1. Mouais, j’ai du mal avec cette explication…la récupération post réa pour ceux qui s’en sortent n’est pas une partie de plaisir et on est sous perf à la sortie…

  2. Il est vrai que lorsqu’on voit le clip gouvernemental préconisant de se faire vacciner, quand on voit la longueur de l’aiguille pénétrer dans le bras jusqu’à la base du réservoir j’avoue que c’est impressionnant en tant que spectateur.
    Ce clip n’est il pas finalement contre productif ?

    1
  3. Votre hypothèse me parait plausible et il y a déjà quelques temps que cette idée m’est venue, non en visionnant la vidéo des américains “antis” mais en observant plusieurs personnes de mon entourage qui refusent le vaccin.

    Inutile de leur apporter des arguments raisonnables, ils restent dans leur déni.

    Leur comportement est toujours marqué, par ailleurs, par une phobie prononcée, soit par exemple :

    Peur de prendre l’avion,
    Peur des araignées,
    Peur de consulter un médecin (oui ça existe et ce n’est pas si rare !)
    Etc..

    Aussi, il est très possible que leurs ratiocinations si peu convaincantes cachent une faiblesse (au-delà de la simple peur de la piqûre qui bien sûr fait partie de la liste) qu’elles ne veulent avouer.

    Il y a-t-il un psy dans l’avion qui pourrait nous éclairer ?

  4. Je viens de discuter avec mes enfants, la quarantaine, qui ne courent pas après le vaccin.
    Comment peut-on faire cette hypothèse d’une phobie de la piqure? Les vieux ont connu la cuti, les jeunes ont connu la drogue, tous nous avons connu les analyses de sang à tout va, où serait cette peur de l’inconnu de la piqure ? Je ne vous suis pas.
    Face à la montée des thérapies alternatives (et la psychanalyse en est une, s’opposant au remède psychiatrique), les médecins de la procédure allopathique (voir ce mot, ignoré, dénié par la médecine dominante) ont eu une réaction générale de mépris du patient. Et un profond malentendu entre les deux. La France est un peu plus ouverte (prescription de remèdes homéopathiques, et surtout prescription de cures hydrothérapiques, vache à lait du tourisme haut de gamme couvert (en partie) par la Sécu), la Belgique plus scientiste. mais une large clientèle est dans une situation schizophrène, d’acceptation de tas d’interventions violentes (chirurgie, médicaments à effets secondaires risqués) et de pratiques de remèdes alternatifs, sur le mode “conseil de bonne femme” avec forte conviction. Et elle peut constater la perplexité chez bien des médecins qui affirment leur septicisme, sont révoltés de se voir privés d’accès à des substances qu’ils utilisaient en cure continue avec plusieurs patients, etc.
    Une partie de la population est fortement favorable au vaccin “par sens civique”, pour l’immunité collective, ce qui permet d’éluder toute question relative à la justification médicale de ce produit du lobby pharmaceutique.
    Une autre partie met son scepticisme à meilleure hauteur que ce devoir civique. L’action des lobbys a été évidente pour corrompre l’OMS avec des vaccins anti-gripaux dont nous n’avons pas eu l’usage. Des intoxications voulues par l’industrie qui a accepté l’usage détourné de substances médicamenteuses à titre de coupe-faim ou de drogue ont été démontrées.
    C’est après l’acceptation et la diffusion de vaccins Covid, qu’on a appris par la pratique que des problèmes de caillots, de thromboses, d’inflammation cardiaque peuvent survenir. Les lobbys ne les ont pas signalés. Ces risques sont-ils limités ? Sont ils supportables ? Sont ils justifiés au regard des enjeux ? Tout dans l’histoire de cette pandémie appelle à la méfiance par rapport à la prétention des acteurs.
    Aujourd’hui même, on voit le gouvernement d’Israël reconnaître que l’immunité n’est pas au rendez-vous d’une couverture vaccinale exceptionnelle.
    Pour autant, les “ANTI-VAX” (quel sobriquet facile pour dénigrer des gens qui ont d’abord le doute critique qui les appelle à réfléchir ), ne sont ni convaincus, ni heureux. Ils sont frustrés d’un débat transparent et cohérent. D’abord parce qu’ils sont victimes d’un “mépris souverain” dénégateur, Ensuite par que les conditions d’un débat fructueux ne sont pas réalisables au niveau des experts, tous pris dans des anathèmes péremptoires.
    Un Douteux-du-Vax (une dose malgré tout) qui vous laisse à vos hypothèses…

    17
    1. Quel ramassis d’âneries et de contre-vérités…

      Il suffit de relever les termes utilisés pour vous discréditer et ne pas vouloir argumenter avec vous:
      – “mépris du patient”,
      – “situation schizophrène”,
      – “interventions violentes”,
      – “effets secondaires risqués”,
      – “conseil de bonne femme”,
      – “révoltés de se voir privés d’accès”,
      – “corrompre l’OMS”,
      – “éluder toute question”,
      – “intoxications voulues par l’industrie”,
      – “usage détourné de substances médicamenteuses”,
      – “méfiance par rapport à la prétention des acteurs”,
      – “quel sobriquet facile”,
      – “frustrés d’un débat transparent et ouvert”,
      – “mépris souverain”,
      – “anathèmes péremptoires”.

      Suivant Talleyrand, je pourrais vous dire que tout ce qui est excessif est insignifiant. Je préfère suivre Audiard et vous dire que je ne parle pas au cons parce que ça les instruit.

      Yves
      (en convalescence COVID long depuis 4 mois…)
      PS La phrase sur les anti-vax, “gens qui ont d’abord le doute critique qui les appelle à réfléchir” m’a bien fait rire quand même… Persévérez!

      8
    2. “… des gens qui ont d’abord le doute critique…”

      Ils ont le doute critique envers les vaccins mais, si j’en crois les mails et autres messages qu’ils relaient, c’est bien la seule chose au monde vis-à-vis de laquelle ils exercent leur doute critique : pour le reste ils sont prêts à croire à tout et à n’importe quoi 😀 .

      20
        1. On peut être contre la vaccination et le pass obligatoires pour des raisons politiques

          Je suis d’accord : l’extrême-droite l’est, et cette part de la gauche qui se sent toujours obligée de s’aligner sur l’extrême-droite, mais je me demande s’il ne se retrouve pas là simplement une majorité de douillets maladifs.

          7
          1. En parlant de majorité de douillets maladifs, vous aviez pourtant partagé sur votre blog une étude montrant que c’étaient les gens se considérant au centre de l’échiquier politique qui étaient le plus enclin à accepter des politiques liberticides (puisque impactant moins leur propre confort que celui de leur voisins…). Pour vous faire avancer, à titre personnel, ce n’est pas la piqûre qui me gêne lorsque je fais une prise de sang ou que je me fais vacciner. Non, ce qui tend parfois à me faire me sentir mal, c’est l’idée d’une partie vitale de moi-même qui quitte mon corps lors d’une prise de sang, et l’idée d’un matériel étranger qui rentre dans mon corps par une voie non prévu à cet effet dans le cas d’une anesthésie, d’un vaccin, d’un implant, etc. Désormais, un petit effort de concentration et de relaxation vers d’autres idées, et je peux passer outre ce sentiment d’inconfort si nécessaire.

            Ce demander si ce côté “douillet maladif” serait prépondérant dans le comportement des extrêmes, ce n’est pas chercher une solution. Ce qui est prépondérant, c’est le manque d’éducation, du sens critique, de l’empathie et du bien commun dans l’ensemble de la population et surtout chez ceux qui ont le pouvoir.

            Le pass sanitaire actuel est-il une mesure qui réduit le ressentiment dans la population ?

            Quitte à mettre en place des pass sanitaires, on pourrait y aller franchement.

            On n’interdit pas à la population de fumer dans leur intimité, on n’interdit pas aux gens de mal se nourrir et notamment de manger trop de sucre, ce sont pourtant deux facteurs d’augmentation des risques de maladie dont la covid, donc de risques d’hospitalisation. On pourrait tout à fait créer un pass sanitaire non fumeur, ou non buveur d’alcool ? Un pass sanitaire de bonne santé physique, cardiaque, mentale ?

            Des mesures de contrôle sans mesures sociales, c’est déjà de l’extrême droite. (l’extrême droite au pouvoir, pas la masse de celle qui aspire à l’être)

            13
              1. Cette hypothèse selon laquelle cette,soi disante “petite provocation” qui consiste à supposer que certains anti-vaccins sublimeraient leur crainte de la piqûre, dont ils ont honte, en “noble” action politique mérite qu’on s’y attarde.

                Il y a certainement de nombreuses situations semblables dans l’histoire, une m’est revenue à l’esprit. Il s’agit de Saul de Tarse tel que décrit par M Onfray dans son livre “Traité d’athéologie” (Grasset 2005) pages 168. et 169.

                Onfray écrit : “incapable de mener une vie sexuelle digne de ce nom , Paul décrète nulle et non avenue toute forme de sexualité pour lui, mais aussi pour le reste du monde” cette attitude “qui consiste à faire de nécessité une vertu afin de ne pas perdre la face”. et Onfray qualifie cela de “complexe du Renard et les Raisins”.

                Nos anti-vax ne seraient-ils pas aujourd’hui les Renards de la fable ?

            1. @ Tom,

              2 petites objections sur la liste des arguments que vous invoquez :

              – C’est bien connu le diabète est aussi contagieux que la Covid 19 donc on devrait interdire aux gens de mal se nourrir.

              – Il est aussi patent que la jambe de bois (externe celle-là !) était bien mieux que la plaque qu’on vous fixe sur le fémur et qui vous permet de vous déplacer sans difficulté mais qui a l’incommensurable défaut d’être “matériel étranger dans votre corps”. Bahhh quelle horreur !!!!

              1. – Ce n’est pas la question de la contagiosité que je soulève, mais celle de l’efficacité économique générale et les arbitrages faits…

                – Et pour le deuxième point, j’ai bien dit que j’arrivais à surmonter cette aversion. J’ai des implants, je n’ai pas de piercings ou de tatouages même si je trouve cela très beau parfois.

                1
              2. A y repenser, le diabète n’est pas aussi contagieux que la Covid 19, mais les comportements qui peuvent le favoriser sont quand même contagieux.

                On a plus de risques d’adopter des comportements à risque lorsque notre entourage met déjà en oeuvre ces comportements. L’imitation est un des piliers de l’apprentissage chez les humains.

                1
                1. Tout à fait d’accord, le diabète peut être lié à la mal-bouffe conséquence d’un’ mauvaise éducation ou d’un impécuniosité, mais ils ‘agit là de mimétisme et non de contamination dont on peut se protéger par un vaccin.

            2. @ Tom,

              “Des mesures de contrôle sans mesures sociales, c’est déjà de l’extrême droite.”

              Vous êtes le deuxième après Dalla Vecchia Luigi (dans le point sur la 4ème vague de A113) a mettre des mots sur ces “sentiments” ambigus qui me travaillent depuis l’annonce du pass vaccinal le 12/07.

              Je l’ai déjà dit, bien que vacciné, je suis extrêmement dérangé par ces mesures qui me semblent socialement (et d’une certaine façon sociétalement) “disproportionnées” par rapport à l’objectif sanitaire recherché/affiché : la vaccination obligatoire aurait été plus acceptable pour moi.

              2
  5. Ce n’est quand même pas comme si l’existence d’effets secondaires potentiels qui seraient passés sous le radar des essais cliniques de phase III était complètement une chimère. Un exemple avec le vaccin H1N1 qui a provoqué des cas rares de narcolepsie.

    https://www.letemps.ch/sciences/suedois-echaudes-vaccin-h1n1


    pourquoi cet effet secondaire n’a-t-il pas été détecté plus tôt? «La raison principale, c’est que la maladie est si rare – son occurrence est d’habitude de 1 pour 100 000 personnes – qu’il n’est pas possible de la repérer même pendant une phase 3 d’essai clinique»,(…)
    «C’est tragique, mais on n’aurait pas pu l’éviter, avoue Matti Sällberg, professeur au prestigieux Karolinska Institutet et chargé de concevoir un vaccin suédois contre le coronavirus. Ce n’est qu’après avoir vacciné au moins un million de personnes que l’on peut détecter un effet secondaire si rare.

    Bien sûr dans ce cas, même d’un point de vue individuel, l’évaluation du ratio risque/bénéfice est erronée, le nombre de personnes qui souffriront d’un effet secondaire rare de ce genre serait de l’ordre d’un millier de personnes pour un pays comme la France, tandis qu’on déjà 150 000 personnnes décédées du Covid ainsi que 250 000 à 300 000 personnes souffrant de séquelles persistantes de type “Covid long”. Je me demande s’il n’y a pas une dissonance cognitive dûe au fait que se faire vacciner est une décision active, ce qui conduit à surévaluer le risque associé.

    3
    1. Il faudrait aussi raisonner par classe d’âge. Les plus jeunes doivent par ailleurs avoir tendance à sous-estimer notamment leur risque à se retrouver avec un Covid long.

      https://www.franceinter.fr/le-profil-type-du-covid-long-est-une-femme-active-sans-comorbidite-ni-surpoids

      “Le profil typique des Covid long, ce sont des sujets jeunes, majoritairement des femmes, dont la médiane d’âge est autour de la quarantaine, donc des femmes qui ont entre 25 et 60 ans, qui ne sont pas en surpoids, qui n’ont pas de comorbidités cardiovasculaires et qui sont plutôt des femmes actives.

      1. “Le profil typique des Covid long, ce sont des sujets jeunes, majoritairement des femmes, dont la médiane d’âge est autour de la quarantaine, donc des femmes qui ont entre 25 et 60 ans, qui ne sont pas en surpoids, qui n’ont pas de comorbidités cardiovasculaires et qui sont plutôt des femmes actives.

        Ce sont donc généralement des femmes plus fatiguées que la moyenne de la population… femmes actives qui en général ont également en charge une partie importante du fonctionnement du foyer familial, non ?

        3
    2. “Je me demande s’il n’y a pas une dissonance cognitive dûe au fait que se faire vacciner est une décision active, ce qui conduit à surévaluer le risque associé.”

      L’idée est attrayante. Je rajouterai que puisque c’est une décision active, il est assez facile de décider de … ne pas décider. En imposant la vaccination, Macron provoque une décision chez les indécis (la plupart choisiront le vaccin, une partie choisira de ne pas se vacciner).

      Reste les irréductibles, ceux qui avaient décidé depuis longtemps qu’ils ne se feront pas vacciner.

      Parmi ceux-là, il y a les complotistes qui pensent qu’on veut les transformer en aliens ou je ne sais trop quoi d’autres ; puis il y a ceux, majoritaire à mon avis, qui pensent, au choix :
      – je déteste les BIG PHARMA, je ne vais pas leur donner un centime :
      – le vaccin a été développé trop vite, il y a sûrement des effets secondaires qui apparaitront sur le long terme ;
      – le COVID n’est pas dangereux pour moi qui suit jeune et en bonne santé ;
      – l’immunité naturelle est plus efficace que l’immunité collective ;
      – le vaccin n’est pas efficace, et on peut aussi être malade avec ;
      – …

      Pour une partie des réfractaires, comme pour une grande partie des indécis, il y a d’une part un gros manque de connaissances sur le fonctionnement des virus, de ce virus en particulier et de ses effets secondaires (COVID long notamment), et surtout des vaccins. Il y a d’autre part une absence de confiance presque totale au discours gouvernemental : il faut dire que les mensonges, mauvaises gestions et incohérences s’accumulant, il y a de quoi. De la grippette à “pas de passe sanitaire pour les restau d’entreprise, mais obligatoire pour boire un coup en terrasse”, c’est effectivement compliqué de faire le tri dans ce qui est une bonne décision d’une mauvaise.

      Mes collègues – qui ont un bon niveau culturel, mais étaient au départ réticents – ont accepté de se faire vacciner parce que je leur ai expliqué comment tout cela fonctionnait ; parce que je ne les ai jamais “poussé” en les tannant ou en les culpabilisant ; et parce qu’ils m’ont fait confiance. Ils me l’ont dit texto.

      4
      1. Oups ! “– l’immunité naturelle est plus efficace que l’immunité collective” –> – l’immunité naturelle est plus efficace que l’immunité vaccinale

        1
        1. “parce qu’ils m’ont fait confiance. Ils me l’ont dit texto.”

          Je crois que tout est dit. “Confiance” !

          Et la bande de mercenaires au pouvoir a complétement défoncée cette confiance dans beaucoup de pans de la population. Ensuite évidemment c’est compliqué de gérer la campagne de vaccination.

          D’ailleurs l’assemblée parlementaire européen, sauf erreur, a bien précisé que la vaccination n’était pas obligatoire et qu’aucune forme de pression ou de discrimination ne devait être mise en place par les gouvernements afin de réussir la campagne. Béh le gouvernement français n’ a pas du lire cette explication éthique !

          https://pace.coe.int/fr/files/29004

          1
  6. “Et si c’était simplement des phobiques de la piqûre”
    ça existe surtout chez les hommes (plusieurs infirmières me l’ont confirmé) mais les vrais phobiques de toutes pénétrations d’aiguilles confondues, qui tombent dans les pommes, font une crise de tétanie, rebroussent chemin restent une exception. Le gros lot c’est petite angoisse ou peur.
    Dans mon souvenir BD des 60′ c’était Mathilde la terreur, mais non !
    https://www.le-livre.fr/livres/fiche-r200045751.html
    La pluralité des opinions résistantes est l’écho de la pluralité des discours bizarres auxquels ils ont été exposés.

  7. Le taux de vaccination n’est pas si extraordinaire que ça en Israël, ou alors la population arabe israélienne serait (scandale) à compter séparément ? Jusqu’au 22 juin, ils étaient à 61% une dose et 57% vax complète, et une petite bobosse après c’est tout. Pfizer a accepté de les fournir en premier jusqu’au chiffre admis au début de 60-70% pour l’immunité collective . Ce chiffre se rapprochant maintenant de 80 ou 85%, il leur reste dans les 40% un réservoir important.
    Il n’est pas impossible que dans les 30% vaccinés début février en 1ere dose et apparemment (graphique google) début mars en 2ème dose, il y ait pas mal de personnes âgés immuno-faibles qui ont déjà un peu besoin d’un 3ème rappel (6 mois ce sera en septembre). De plus l’intervalle de 4 semaines entre les deux doses est maintenant jugé pas très optimal, l’optimum serait à 8 semaines. S’il est “en bosse” sans singularité, ça veut dire que le choix français (6 semaines) est nettement meilleur que le choix “hâtif” 4 semaines, et se rapproche plus du choix optimal (8 semaines) que du “hâtif”.

    Pour ce qui est d’un vaccin injectable comme la polio, ça ne marche que pour des souches virales atténuées. Donc pas du tout pour les vaccins à base de (pseudo)ARN (pseudo)messager (l’ARN est un grand fragile, c’est pour ça qu’il a fallu 35 ans entre l’idée du vaccin ARN et sa réalisation). Pour les AZ et Jansen, peut-être que les spicules sont celles d’un virus cultivé sans danger pour l’homme, mais je crois que c’est un lysat qu’on injecte (des bouts de membranes lardés de spicules, tel Saint Sébastien en martyr et ses flèches), pas des virus vivants (mais atténués et ne se répliquant pas s j’ai bonne mémoire) comme pour la polio.

    Par contre, en spray nasal, il y aurait match. Toutefois l’état des muqueuses, très variable, peut rendre aléatoire le résultat. L’intramusculaire, c’est relié de façon stable au système immunitaire….

    Mais il est vrai qu’au Texas, si on avait un T-bone qui vous injecte la divine spicule lors de sa consommation, ça irait très vite pour vacciner (sauf les woke, ah zut).

    1
    1. “En modifiant le gène p14 des moustiques-tigres, les chercheurs ont réussi à lui faire secréter le fameux ARNm du vaccin Pfizer.

      Se débarrasser de la Covid19 devrait être extrêmement simple et les zones du bassin méditerranéen sont particulièrement propices à la prolifération de l’ARNmosquito.

      Une bonne nouvelle pour tous les pays du sud, gravement touchés par la pandémie.

      En France, les habitants de quarante communes autour de Montpellier, vont tester dès le 1er août gratuitement, ce dispositif ARNmosquito.” :

      https://nordpresse.be/des-moustiques-ogm-pour-inoculer-le-vaccin-arnm/

      😉

      3
      1. bof les gens ont aussi peur des piqures de moustiques…en plus un moustique génétiquement modifié par des chinois, sûr que c’est pour nous espionner, à moi on ne la fait pas ! les moustiquaires ont de l’avenir…

        4
    2. Bonjour timiota,

      Le spray nasal, c’est bien la solution qui est mise en avant dans le film Contagion de Steven Soderbergh…

      Cela montre bien deux avantages de taille :

      1- auto-vaccination possible et sans risque ;

      2- dissémination du vaccin beaucoup plus large et plus rapide au sein de la population…

      … mais aussi, un inconvénient majeur :

      3- rien ne garantit que la population le fasse vraiment, le “simple” port d’un bracelet témoin ne pouvant pas être considéré comme une preuve suffisante, le rapport bénéfice/risque restant malgré tout à l’avantage de cette solution…

      Voilà.

      Philippe

      ps : le réservoir français n’est pas mal non plus…

  8. .” Donc pas du tout pour les vaccins à base de (pseudo)ARN (pseudo)messager (l’ARN est un grand fragile, c’est pour ça qu’il a fallu 35 ans entre l’idée du vaccin ARN et sa réalisation)”

    Directe une gélule à -75° dans la bouche ? Ouais trop complexe à gérer jusqu’au frigo de la ménagère pour la distribution familiale du soir.

  9. En ce 21eme siècle, la parole de l’Etat discréditée à tant de reprises, ainsi que le progrès scientifique face aux scandales moulte fois médiatisés (implants mammaires, lait pour bébé, vache folle. …) à travers le monde, beaucoup cherchent ailleurs une parole de vérité qui en général se tourne vers les croyances, que ce soit celles des réseaux sociaux et même des religions. Le 21 ème siècle sera religieux ou ne sera pas, disait, je crois me souvenir, Malraux.
    Les paroles publiques ayant perdu leur certification de vérité, les vérités
    communautaires se multiplient vitalisées par les réseaux sociaux . Et les autorités scientifiques, religieuses et laïques, de courir derrière pour tenter de colmater les innombrables brèches qui fragilisent la parole officielle de vérité.
    https://www.lavie.fr/actualite/societe/covid-19-le-cas-de-conscience-des-religions-face-au-vaccin-72913.php
    Toutes les autorités voudraient “restaurer la confiance ” mais à l’image de l’emballement climatique, l’inertie de la défiance sera longue à freiner pour retrouver une parole d’autorité crédible.

    2
    1. Malraux a dit que le 21e siècle serait spirituel ou ne serait pas. Vu comme c’est parti, il ne le sera pas; Ni religieux d’ailleurs. Il sera sectaire. Il l’est déja.
      Si Véléda et démeter, big pharma bio, pilotées par les antroposophes, produisaient des gélules anti covid à base de cornes de taureaux broyées, certains anti vax se feraient “vacciner” avec délice et arrogance…

      1
      1. Merci Garorok d’avoir rectifié la citation de Malraux.
        Ne sommes nous pas justement dans une période où les grandes institutions sensées donner sens à l’existence et à la société (Religions, République, Science, Technologie. …) ont perdu de leur autorité ? Ce qui pourrait expliquer ce morcellement , voire éclatement des notions de réalité et de vérité vers les dérives sectaires dont vous parlez. Si c’est bien cela, il serait intéressant de chercher à dénicher quelle ” secte” est en train de prendre le pas sur les autres, comme le christianisme a pu le faire en sont temps, il y a quelque 2000 ans.

      2. G Garorock
        Weleda et Demeter, pilotés par les antHroposophes, big pharma bio ? Vous racontez n’importe quoi . Weleda produit du cosmétique ( très bon d’ailleurs bien que souffrant des dérives commerciales des 20 dernières années , en gros plus de quantité pour moins de qualité ), et Demeter est la marque de certification pour l’agriculture bio ( également anthroposophe je vous l’accorde ). Ils ne font même pas du ” complément alimentaire ” .
        Arrêtez de véhiculer ces arguments “anti-sectes” grotesques et allez donc acheter du légume biodynamique, vous m’en direz des nouvelles .

        2
        1. Demeter est une marque de certification internationale fondée en 1932 pour les produits issus de l’agriculture biodynamique, une pseudo-science agricole inventée dans les années 1920 par l’occultiste autrichien Rudolf Steiner, fondateur de l’anthroposophie. Wikipédia
          Oui, effectivement,Minod, vous avez bien fait de préciser…

          1
          1. Garorock, j’ai 30 ans d’expérience des produits de l’agriculture biodynamique ( ce n’est pas une pseudo-science, ni même une science, c’est une méthode ) .
            Vous , tout ce que vous avez , c’est une pauvre citation Wikipedia , des fautes d’orthographe , et de l’arrogance mal placée .

            2
              1. @Garorock
                Oui c’est un article intéressant , je n’étais pas au courant pour la médication anthroposophique, donc je retire ce que j’avais écrit en première partie .
                Cela dit l’article véhicule un préjugé rationaliste/matérialiste bien français envers les spiritualités “parallèles” , alors évidemment quand il y a des gros sous associés les insinuations sectaires d’exploitation de pauvres gogos ne sont pas loin . J’ai toujours vécu à cheval entre la France et l’Allemagne et je n’ai jamais ressenti de tels a priori en Allemagne ( et encore moins la Suisse alémanique ) envers l’anthroposophie ; il faut dire que plus germanique dans son “essence” c’est pas possible, lol …
                Les premiers anthroposophes que j’ai rencontrés c’était en 1978 en Alsace , par le biais de leurs productions maraîchères , et autant leurs idées sur le monde et la spiritualité ne m’ont que moyennement intéressé , même si je les trouvais assez poétiques , autant j’ai trouvé la qualité de leurs productions remarquable . D’une manière générale la qualité nutritive du ( vrai ) bio est à 100 kms devant le ” conventionnel” , et il est plus que temps que cette civilisation s’y mette sérieusement , et les anthroposophes peuvent y contribuer .

  10. C’est vrai que dans le cas de la polio, il est fait usage d’une vaccination orale pour les pays avec une infrastructure médicale insuffisante: https://www.unicef.org/sites/default/files/styles/hero_desktop/public/UN0324716.JPG?itok=J_-IDxLr

    Avec toutes ces vagues qui nous attendent, c’est une idée pour nos big pharmas afin de répondre à tous ceux qui auraient peur de la piqure. Dans ce cas, la piste de l’ARN doit être revue ou revisitée.

    Et je crois que Paul tient un bout du problème 😉 Quel fin limier!

  11. Est-il possible de prendre cette problématique, M. Jorion, autrement…?

    Est-ce que par un angle d’attaque, comme celui de la “phobie” du dentiste, ou des soins dentaires, ou encore, de devoir se faire tripoter la bouche et les dents, etc, par une tiers personne (perso, je crains un peu tout ça, depuis de très mauvaises expériences dans mon jeune âge. A contrario, avec mon lour passé médicale, c’est pas une piqure dans le muscle, en intraveineuse, une artériographie, etc qui m’arrêtent… )… il est constatable que cette peur impacte la même proportion de la population et surtout les mêmes catégories “sociétales”…?

    Pourtant ne dit-on pas que les soins dentaires et une bonne hygiène, sont un “pass-sanitaire” pour s’éviter nombre de pathologies, pouvant devenir sévères, et chroniques, si elles se cumulent à d’autres facteurs multiples de comorbidité – il y a même un nombre de visites obligatoires, dans l’enfance, fixée par la SC…?

    Qu’est-ce qu’une piqure dans un muscle à coté d’avoir à se faire arracher une dent, soigner un abcès, faire faire un détartrage, poser un appareil dentaire… pour autre exemple, et redresser une mâchoire, ajuster l’alignement d’une dentition, qui déréglée, dès le jeune âge, peut provoquer bien de problèmes, avec la mastication, une fois adulte…?

    Si cette comparaison est recevable, que les proportions et catégories de populations se recoupent, est-ce que le postulat de la peur phobique de la piqure, des anti-vaxs, suffit a expliquer avec “simplisme” leurs réactions…? Ou faut-il suspecter que cette “peur” pourrait être corrélée au fait de n’avoir jusque là, “la chance”, de jamais eu avoir à faire à des soins de santé invasifs, intrusifs…?

    1. Il existe une version améliorée de ce commentaire, publiée sur un “réseau social” (FB) et en attente de réaction… Si elle vous intéresse, la voici :

      “Il paraîtrait que les “anti-vaxs” (attention à ne pas confondre avec les anti “pass sanitaire”, bien sûr… ou autres anti-personnalisation autoritariste et personnifié… du pouvoir, etc) seraient des “douillets maladifs”, “phobiques” de la piqure les faisant flipper”…?

      Est-ce que cette explication peut suffire à tenter de comprendre – ce qui ne veut pas dire, non plus, justifier, ni excuser [et si nous faisons du Valls, etc version “inversion de la hiérarchisation des valeurs morales” à remettre dans le “bon sens”] – comment il peut être essayer d’aborder une certaine frange du noyau dur des “anti-vaxs” version QAnon, d’extrême droite, draguant ses soutiens, dans les “zones de non droit” de la République (à ne pas confondre avec les “zones blanches” d’accès au numérique, “réseaux sociaux”… Ni avec les cas de NON RECOURS – qui englobent de la non redistribution du soit disant “pognon de dingue, qui fait que les pauvres, le restent et se déresponsabilisent” jusqu’aux “discriminations systémiques” concernant le fait de méconnaitre ses droits en cas de discrimination à l’embauche, dans l’accès au logements, en cas du brutalités commises lors de contrôles aux faciès, manifestations interdites” par une partie du personnel du “monopole de la légitime violence de l’État” votant à plus de 50% pour l’extrême droite) dont elle cherche à prétendre être la meilleur défenseuse… en faisant de l’électoralisme bas de gamme (soit prêt à l’abandonner, renier ses promesses, en faire de la “chair à canon”, une fois arrivée au pouvoir…) là ou la macronie joue à l’abstentionnisme, à l’abandon/privatisation/digitalisation/ubérisation… des services publics élémentaires (les inégalités d’accès aux soins ayant explosé dans les territoires ou d’autres inégalités scolaires, de “destins” règnent)…

      Parmi ce qui est élémentaire essentiel, se rappeler de la promesse “jupitérienne” de soustraire de la soit disant” magie de la main invisible des marchés”, la santé publique, les soins, médicaments “vaccins”, masque, gants blouses, respirateurs, denrées alimentaires, dépenses contraintes en hausse, etc… toujours objets et sujets rentables, profitables… à la spéculation sur leur stock géré en flux tendu, et prix… pour retrouver les “jours heureux”… peut, peut-être aider à appréhender qui peut se sentir plus légitime à refuser d’avoir à “vivre avec le virus” et la gestion néolibérale d’une crise sanitaire… annonciatrice de beaucoup d’autres avec le dérèglement climatique, la perte de la biodiversité les (zoonoses…), les guerres commerciales, monétaires, de “civilisations”…

      Est si il était possible de prendre cette problématique, autrement…?

      Est-ce que par un angle d’attaque, comme celui de la “phobie” du dentiste, ou des soins dentaires, ou encore, de devoir se faire tripoter la bouche et les dents, etc, par une tiers personne de confiance… il est constatable que cette peur impacte la même proportion de la population et surtout les mêmes catégories “sociétales”…?

      Cela dit veut éclairer un parcours personnel, plutôt intimiste. Car je crains un peu tout ça “en même temps” : la“phobie” du dentiste, ou des soins dentaires, ou encore, de devoir se faire tripoter la bouche et les dents, etc, par une tiers personne de confiance, depuis de très mauvaises expériences dans mon jeune âge. A contrario, avec mon lourd passé médical, c’est pas une piqure dans le muscle, en intraveineuse, une prise de sang, une artériographie, etc qui m’arrêtent…. Pourtant après avoir résisté un temps à cette forme de “DICTATURE des émotions” sondées… vendant “l’obligation vaccinale”… j’ai du me résoudre à être dans “l”acceptabilité” de me faire vacciner, ne serait-ce que pour pouvoir aller voir ma fille adulte, qui vivant en centre pour adulte en situation de lourd handicap, atteinte d’une maladie orpheline, me manque après deux longues années d’absence de vie commune/familiale/intime. Sachant que ma décision de me faire vacciner fut prise autant pour ne pas risquer de la contaminer d’une forme grave… que de risquer d’être plus contagieux, avec la même forme, auprès du personnel s’occupant de son intimité, dont je n’ai aucun plus aucun contrôle – moyen contrôle, dont ces services publics et personnel manquent cruellement par ailleurs, pour raison de politiques d’austérités, de réformes structurelles néolibérales” impactant autant la recherche publique, que le conditions d’exercer le métier de soignant.e.s, gangréné.e.s par toujours plus de services privatisés (dans les PPP, EPHAD…) – et dont il leur est impossible de calculer d’autres bénéfices pour eux, et leurs vocations, les patient.e.s… des privatisations, etc… qu’à court-terme.

      Pourtant, pour en revenir à nos moutons brouteurs… ne dit-on pas que les soins dentaires et une bonne hygiène, sont un “pass-sanitaire” pour s’éviter nombre de pathologies, pouvant devenir sévères, et chroniques, si elles se cumulent à d’autres facteurs multiples de comorbidité – il y a même un nombre de visites obligatoires, dans l’enfance, fixée par la SC…?

      Qu’est-ce qu’une piqure dans un muscle à coté d’avoir à se faire arracher une dent, soigner un abcès, faire faire un détartrage, poser un appareil dentaire… pour autre exemple, et redresser une mâchoire, ajuster l’alignement d’une dentition, qui déréglée, dès le jeune âge, peut provoquer bien de problèmes, avec la mastication, une fois adulte…?

      Si cette comparaison est recevable, que les proportions et catégories de populations se recoupent, est-ce que le postulat de la peur phobique de la piqure, des anti-vaxs, suffit a expliquer avec “simplisme” leurs réactions…? Ou faut-il suspecter que cette “peur” pourrait être corrélée au fait de n’avoir jusque là, avec la “chance” pour eux… jamais eu à faire à des soins de santé invasifs, intrusifs – pour eux-elles ou leurs proches…?”

    2. Salut Pierre,

      Dans votre analogie dentaire, le seul danger pour les autres, c’est la mauvaise haleine… 😉

      Bonne journée et sans rancune, j’espère !

      1. J’ai pris l’habitude depuis le temps, de manger froid…. Certains plats demandent de passer le cap de la rancœur – au sens de sentiment de dégoût par rapport à une odeur semblant repoussante au premier abord – que peuvent provoquer les méthodes de faisandages… par exemple… pour en apprécier tout le fumet…

        Si vous vous obstinez à ne considérer le danger pour les “autres, des “sans dents”, que par leur mauvaise haleine, ne craignez vous pas de finir par avoir quelques déconvenues, le moment venu…?

        1. Loin de moi l’idée d’une vendetta… Il me semble que vous oubliez que je suis un sans dent moi-même, d’ailleurs.

          Je ne critique en aucune manière votre souci constant des plus démunis ou des moins armés pour faire face à cette crise. Je dis juste que sous le couvert de la protection des plus faibles se glisse l’intention maligne d’agitateurs qui, sous les prétextes les plus divers et les motivations les plus sournoises, mettent en danger et les institutions politiques et la santé de leurs concitoyens. Qu’il est dommage de s’appuyer sur l’inculture pour manipuler les gens – c’était déjà le cas avec la création monétaire – et que ces gens devraient avoir honte de ce qu’ils font.

          Comme avec Benjamin, il ne faut pas dissimuler sous une réelle souffrance et une distance avec les procédures ou la compréhension des phénomènes, une agitation politique délibérée et manipulatrice.

          Bon courage, bonne chance et bonne continuation !

          1. Loin de moi l’idée de vouloir créer une vendetta entre votre conscience et inconscience, si tant est que ce soit possible… et entre “l’inculture” de certain.e.s commentateurs-trices de ce blog, et “…la honte de ce qu’ils font. …” mais il me semble que parmi les intentions manipulatrices que vous me prêtez… je ne prends ni en otage, ni à témoin, nôtre hôte, et les commentateurs-trices… pour valider ou maquiller, déguiser, occulter, obscurcir…. et l’identité de mon patronyme civil, authentifiable, traçable donc… et ce qui peut compromettre vos relations ‘intimes” en les révélant (même en privé, le mettant alors en situation de corrompre une entente secrète entre vous, et d’être le corrompu de votre instrumentalisation…)… pour valider ou infirmer ce que vous prétendez être : un “…sans dent moi-même, d’ailleurs. …”.

            1. Maintenant, me soupçonneriez vous de vouloir “manipuler”, ‘d’agiter” même les “opinions” “… des plus faibles… ” et des “… institutions politiques et la santé de leurs concitoyens…” puis des commentateurs-trices de ce blog… que je ne pourrais que vous toutes tous (notre hôte inclus bien sûr), et vous même 2Casa, vous demander de m’excuser d’ignorer avoir un tel pouvoir de persuasion, en ne cherchant qu’à explorer plusieurs pistes de réflexions, incrémentant les propositions programmatiques de notre hôte, aux polémiques, buzz, agrémentant le traitement parcellaire, partial, sans neutralité, de l”actualité vue par les médias de masse, “réseaux sociaux”… et “politicien.e.s”….

              A bon entendeur…

              1. Pfff ! Pierre… Lisez-moi s’il vous plaît.

                Et un conseil, prenez des cours élémentaires de Sherlock Holmisme avec Jorion, ça vous détendra…

                (Je sais pas à quoi vous marchez, faites goûter à CloClo, s’il survit, je veux bien essayer ! 😉 )

                1. Tu me souhaites vraiment d’essayer des trucs dangereux toi, bravo !

                  Mais votre échange, que je lis épisodiquement, parfois en essayant de comprendre, me laisse perplexe. C’est un jeu aléatoire ? Une performance de groupe ? Démonstration de l’incompréhension ? De l’absurde ?

                  Euh, non oubliez.

                    1. Salut ma poulette !

                      Ne cherche pas trop, le chameau allait avec “désertification” et faisait le pendant… à la voiture.

  12. Vous prenez vraiment les gens pour des enfants ,ils se méfient plus de ce qu il y a dans la seringue , d ailleurs ces bons conseils et tout ce prosélytisme des vaccinnés ne cacherai t’il pas l angoisse d avoir sauté le pas et de vouloir entraîner tout le monde ?

    9
    1. Vous prenez vraiment les gens pour des enfants

      Oui, je crois qu’on commet trop d’erreurs dues au fait qu’on prend les gens pour des adultes.

      tout ce prosélytisme des vaccinés..

      La vaccination a été inventée au XVIIIe siècle, son mécanisme est maintenant bien connu. Ce n’est pas quelque chose qui ne date que de l’année dernière comme beaucoup de gens (pas vraiment adultes) semblent l’imaginer.

      6
      1. Oui c est pour cette raison que certains préfèrent attendre le vaccin inactivė classique par prudence , mais peut être que la technique à arn messager représente l’avenir,on verra bien

          1. Oserai-je dans ces conditions aussi suggérer la version anale avec le suppositoire pour les amateurs ?

            Tous les goûts sont dans la nature pourquoi se priver d’un petit plaisir utile ?

            3
              1. “Une molécule, le Clofoctol, a montré son efficacité …”

                J’invente rien, on l’appel le CloClo là-bas ! Même ça c’était prévu.

                3
            1. Salut CloClo,

              Je crois que pour les anti-vax, c’est déjà fait !

              https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/pass-sanitaire/je-suis-prete-a-fermer-mon-restaurant-des-commercants-refusent-d-appliquer-le-pass-sanitaire_4713225.html et s’enregistrent sur un site internet…

              In cauda venenum :

              “Détournement scandaleux de la règle commune. Nous ne sortirons de la crise que par le civisme collectif.
              Ces lieux recensés seront donc contrôlés en priorité. https://t.co/p7agejcUl6
              — Gérald DARMANIN (@GDarmanin) July 22, 2021″

              J’aime pas trop Darmanin en général mais bon… pourquoi se priver d’un plaisir utile ? 🙂

              Bonne soirée !

        1. Bonjour Gilbert

          vaccin inactivé / vaccin ARNm

          En Chine 1,6 Milliard de vaccins inactivés chinois Sinopharm et Sinovac ont déjà été injectés à la population chinoise.

          Le vaccin ARNm Cominarty a été créé par la société de recherche allemande BioNTech qui en a donc la propriété intellectuelle.

          2 accords ont été faits en 04/2020 .

          Le premier avec Pfizer pour la fabrication et la distribution de manière exclusive au niveau mondial du vaccin sauf sur la Chine , la Turquie et l’Allemagne.

          Un deuxième accord de joint venture avec la société Fosun , premier groupe pharmaceutique chinois , pour la fabrication et la distribution en Chine et Taiwan de ce vaccin.,

          Compte tenu des très bons résultats actuels de ce vaccin ARNm sur le variant Delta, le Ministère de la Santé chinois devrait donner l’autorisation, ce mois ci ,de réaliser la vaccination , avec Cominarty, de la population chinoise en tant que troisième dose de rappel avec pour objectif de maximiser l’immunité collective face au Covid.

          3
          1. C’était en mars 2020:
            Pfizer et Fosun misaient et investissaient sur le vaccin ARNm
            https://www.pharmaceutical-technology.com/news/biontech-pfizer-fosun-covid-19-vaccine/

            https://fortune.com/2021/07/16/china-mrna-vaccine-pfizer-biontech-fosun-doses/amp/

            “1,4 milliard de doses plus tard, la Chine réalise qu’elle pourrait avoir besoin de vaccins CONTRE LA COVID à ARNm
            La Chine pourrait enfin approuver le vaccin BioNTech, après des mois de promotion d’options locales.”

            2
            1. Nous y voilà, un commentateur régulier du blog prétendait que jamais la Chine n’achèterait un vaccin à ARN , le voilà démenti par les faits. Il ne fallait d’ailleurs pas être un grand épidémiologiste pour l’anticiper. La Chine en ne se vaccinant pas efficacement se condamnait à un auto-confinement du pays (par rapport à l’étranger) perpétuel.
              Quant à la belle fable de Monsieur Xi comme quoi la Chine-PCC stoppe l’épidémie en Chine à elle toute seule, elle s’effondre 😉
              Aucun pays ne peut se prévaloir de se sortir d’affaire en comptant sur ses seules forces. C’est valable pour une pandémie, mais aussi en d’autres domaines (nucléaire, biodiversité …)

              3
  13. C’est les mêmes qui il y a un an disaient “on veut de la chloroquine, il y a urgence”. Aujourd’hui il refusent un vaccin qui est plus sûr. Pourquoi les arguments partent dans tous les sens? Simplement parce qu’ils n’ont aucune opinion politique construite. Ils piochent à droite, à gauche. Ils suivent juste leur ressentiment, leur colère. C’est le délitement de l’argument construit face à l’opinion du moment. Ils n’ont même pas honte lorsqu’ils réalisent qu’ils ont raconté n’importe quoi. Le plus effrayant dans tout ça c’est que c’est peut être la nouvelle façon de faire de la politique…

    7
    1. Merci Coco de rappeler cette évidence, notamment sur les effets secondaires de la chloroquine (un des 5 ou 6 médicaments du cocktail proposé par certains antivaxs). Petit tour sur wikipedia :
      https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Chloroquine#Effets toxicologiques

      Les taux de cas grave sur ces effets toxicologiques sont nettement plus élevés que le vaccin. Les taux d’efficacité, eux, sont nettement plus faibles. Mais paraît-il, puisque l’on “sait ce qu’il y a dedans, c’est donc plus safe” !!!!

      1
      1. Je ne dis pas que l’hydroxychloroquine fonctionne.
        Mais attention, le vaccin est donné à toute une population tandis que l’hydroxychloroquine serait donné à une partie beaucoup plus faible qui débutent la covid et dont les risques liés seraient élevés. Et puis, des personnes vaccinées peuvent attraper la covid sévère et un traitement pourrait être complémentaire.

        3
      2. C’est passe queu ça soigne le mal à rien , pavrai’ ? ya pas plus zadapté pour la grippette, et c’est peu chereu, peuchère ! (voix “Tu me fends le coeur…”)

        1
    1. Pour ne pas “passer à côté” :

      … ” Anne Goffard, virologue, rappelle que cette technologie n’est pas si neuve. « En réalité la vaccination à ARN messager est testée chez l’humain depuis le début des années 2000.
      Il est vrai que cela a été testé non pas dans la stratégie préventive qui concerne le Covid aujourd’hui, mais dans un autre objectif de vaccination dite thérapeutique. On voulait vacciner des gens qui étaient atteints de maladies comme le cancer. » “…
      … “chez les humains avec différents groupes de populations, suivis pendant plusieurs années après les essais.
      Cela nous a permis de voir qu’il n’y avait pas d’effets sur la fertilité, ni n’entraînait pas de maladies auto-immunes à long terme, ni de cancer. On savait qu’il n’y avait pas d’effets secondaires tardifs et graves lié à cette technologie. »
      “.

      Voilà qui est écrit!

      6
      1. Un traitement à ARNm sur un cancer revient à essayer de traiter une maladie totalement différente – les cellules cancéreuses appartiennent à l’être humain – d’une infection virale – organisme étranger à l’humain. C’est donc bien la 1ère fois qu’une technologie vaccinale à ARNm est utilisée dans un but préventif.

        2
      2. Faut pas bruler les étapes. Anne Goffard est un peu trop optimiste, restons les pieds sur terre. Et puis elle parle de vaccination à ARNm pour des cancers, alors que ce sont plutôt des thérapies géniques. Toute technologie utilisant l’ARNm n’est pas une vaccination.

        Voici un article assez complet de l’INSERM,
        Thérapie génique – Une recherche de longue haleine qui porte ses fruits
        https://www.inserm.fr/dossier/therapie-genique/

        Au dernier chapitre de l’article:
        “Malgré tous les succès déjà obtenus, les chercheurs restent prudents quant à l’utilisation de la thérapie génique et de la survenue possibles d’effets indésirables dans le temps. Le suivi des patients traités, sur plusieurs années, permettra d’en savoir plus sur la sécurité et l’efficacité de ces médicaments.”

        Les effets à long terme dépendent de l’ARNm que l’on transmet, du vecteur utilisé permettant le transport de cet ARNm vers la cellule et de la réponse de l’individu.
        Restons prudents et vigilants.

        2
      3. Oui enfin à la base dans la thérapie génique , le vecteur devait s’insérer dans le génome définitivement pour en quelque sorte modifier le gène déficient , que ce soit difficile voir impossible est une autre histoire…

        1
  14. Sondage Gallup juin 2019

    https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=vaccins-les-francais-les-plus-sceptiques-parmi-144-pays

    Un Français sur trois considère que les vaccins sont dangereux selon une enquête mondiale réalisée par l’institut de sondage Gallup pour l’ONG britannique Wellcome.
    La France est le pays le plus sceptique sur la vaccination
    L’étude souligne que les habitants des pays développés sont en général plus méfiants face aux vaccins.

    L’étude met en avant la différence entre la France et le Bangladesh ou le Rwanda. Dans ces pays, la majeure partie de la population a une totale confiance dans l’efficacité des vaccins parce que les habitants de ces pays voient davantage les effets néfastes des maladies contagieuses en comparaison avec la France ou les États-Unis.

    4
  15. @ Paul, @ tous,

    Et si les non vaccinés, dans leur grande majorité, n’étaient ni anti-vax ni phobiques des piqûres ?

    Comme le soulignait Stéphane Troussel, président PS du Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis, dans un article accordé au Monde, « force est de constater que la carte du décrochage vaccinal est aujourd’hui un quasi-décalque de la carte des inégalités socio-économiques ».
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/07/16/stephane-troussel-president-de-seine-saint-denis-je-defends-une-obligation-vaccinale-qui-inclut_6088462_3244.html

    En premier lieu, certains territoires enclavés se sont retrouvés à la traîne : la désertification médicale qui existe dans le milieu rural n’a pas été nécessairement pensée au moment d’ouvrir certains centres de vaccination.

    A titre d’exemple, Alain Baqué (président du Centre Européen des Technologies de l’Information en milieu Rural – CETIR), rappelé dans un autre article que « dans les Hautes-Pyrénées, les zones rurales sont éloignées des centres de vaccination. La population y est sédentaire, âgée, avec des problèmes de déplacement, le tout dans un contexte de désertification médicale. ». C’est pourquoi le CETIR a affrété en région Occitanie un camion de vaccination nommé ProxiVaccin.

    Au-delà du problème d’accès à la vaccination, il y a aussi pour ces populations une quasi inexistence d’intérêt à se faire vacciner : peu ou pas de contacts sociaux (isolement), pas d’accès aux musées, théâtres, opéras, restaurants, bars, grands centres commerciaux, … Leur vie « normale » à eux est déjà privée de tous ces « loisirs » : ce n’est pas la contrainte du pass sanitaire qui va radicalement changer leur vie.

    Il y a aussi une part non négligeable de personnes en France qui sont dans la (grande) pauvreté et pour qui, même en milieu urbain, il est compliqué d’accéder à la vaccination : SDF, réfugiés maitrisant mal la langue, …

    Chez ces populations, le frein principal, c’est une méfiance généralisée à l’endroit de toutes les institutions médicales, hospitalières ou médico-sociales : parce que beaucoup de personnes ont eu des mauvaises expériences, se sont vu refuser des soins car elles ne pouvaient pas avancer les frais ou ne se sont pas senties bien accueillies dans ces lieux. Il y a, également, la peur d’être contrôlé dans le système de soins puis dans celui du pass sanitaire qui est très fortement intériorisé par les personnes sans papiers – selon les maraudeurs. Donc, même si certains centres acceptent les patients sans carte Vitale, beaucoup n’iront pas se faire vacciner.

    En disant « Quand on veut on peut ! » (comme le sous-entendant Emmanuel Macron, le gouvernement … et un grande partie des vaccinés – quasi pro-vax) et en prétendant que ceux qui ne se font pas vacciner sont forcément antivax, nous allons dans une impasse.

    C’est un peu comme affirmer qu’il suffit de traverser la rue pour trouver du boulot : c’est possible pour certains… mais pas pour tous !

    5
    1. Salut Benjamin,

      « dans les Hautes-Pyrénées, les zones rurales sont éloignées des centres de vaccination. La population y est sédentaire, âgée, avec des problèmes de déplacement, le tout dans un contexte de désertification médicale. »

      Je les ai vus à la manif, c’étaient les plus violents et les plus radicaux, les Blacks Vioques, qui brandissaient des pancartes “Juanessy avec nous !” 😉

      Bonne soirée !

      4
      1. @ 2Casa,

        Ahhhh… Les Black Vioques !

        Ceux qui harcèlent les policiers avec leur déambulateurs… 😉
        Des fous furieux !!!

        Trêves de plaisanterie : avec certains de nos déserts médicaux, je pense que bon nombre de nos concitoyens sont éloignés de la vaccination. 🙁

    1. Très bon !

      Y a dans sa réaction un truc tellement humain quasi enfantin que c’est touchant, j’ai mal pour lui. En même temps les autres quelle patience … !

      Moi je vote : magnifique scène Humaine !

      200 000 ans et toujours pas une ride.

      1
      1. Je ne partage pas du tout votre jugement sur cette vidéo.
        Filmer la détresse humaine – une détresse bien réelle, quelles qu’en soient les causes – et flanquer ça sur YT avec un titre putassier («hilarious») pour espérer en retirer un avantage financier, n’est pas «extraordinaire» : c’est abject.
        L’utilisation de pareilles m****es pour confirmer ou infirmer un point de vue, de plus en plus en plus fréquente sur ce blog, ne fait qu’en signer la dérive, qui raisonne désormais en termes de «tête de gondole».

        6
          1. Ça requinque rien du tout : ça donne envie de vomir. Et non, on se sent pas bien du tout de constater qu’une notion aussi élémentaire, aussi fondamentale que la dignité de la personne humaine passe joyeusement à la trappe quand il s’agit de défendre son petit point de vue politique.
            Et ça se dit psychanalyste…

            3
      2. Bonsoir,
        Je ne partage pas non plus cet enthousiasme. J’ai eu affaire à ce type de comportement avec une personne atteinte de démence sénile, ça n’a rien d’amusant. Du reste ce n’est peut-être pas le cas de cette personne, mais je ne vois pas comment on peut s’autoriser la diffusion humiliante de sa détresse sur internet. On pourrait aussi lui faire lire les millions de messages rigolards pour faire bonne mesure. A moins que ce ne soit une nouvelle forme de thérapie?

        4
          1. “Alors les autres, les autres ils rigolent que pourraient-ils bien faire d’autres ?”
            N’hésitez pas à nous partager votre dernière scéance vidéo d’humiliation personnelle (rien n’est plus drôle), je me ferai fort de la partager pour participer rien qu’une fois à vos petit plaisir Masoch.

            2
            1. Salut MG,

              Tu préfères pas une vidéo de moi en pleine performance BDSM gay ? Je ne sais pas si c’est drôle mais vachement excitant à ce qu’on me dit pour ceux qui aiment.

              Dis, t’as vu quand même que mon commentaire sur cette petite vidéo pas bien méchante, était tout sauf du ricanement ou du foutage de gueule, j’ai même pas rit ? Mais au contraire une profonde et universelle empathie et compréhension ? Non t’as pas vu ?

              Allez circulez.

              1. Si j’ai lu votre commentaire et n’y ai pas répondu car je n’avais rien à redire.
                J’ai répondu à celui où vous jouiez à l’agent (d’ailleurs vous recommencez). Si ce jeu vous plait tant vous pouvez revêtir votre tenue préférée et rejoindre sans tarder le trottoir le plus proche.
                Que l’on s’inquiète de ceux qui sont les victimes de ce genre de vidéo ou celui qui filme va jusqu’à tourner autour de son sujet de moquerie pour trouver un meilleur angle et vous sortez votre carnet à souche pour y consigner un défaut d’humour, c’est cela le problème.

                2
                  1. Cher CloClo,
                    Mon grand-père (qui à 12 ans a été placé dans une ferme pour travailler) disait toujours “on ne se dispute jamais mieux qu’avec des amis”.
                    Je vous ai poussé un peu pour savoir ce qui vous gênez vraiment. Je m’en excuse! La phrase que vous rapportez n’est en aucun cas une phrase d’agent, il s’agit d’un jugement moral personnel. Un vilain cynique de mes amis appelle cela de la morale de cultureux, mais voyez-vous la morale chez nous était simple: “ne fait pas aux autres ce que tu ne souhaiterez pas que l’on te fasse”, qu’on pourrait traduire par “fait preuve d’empathie”. Voyez-vous, en proie à des douleurs intolérables, j’ai souhaité m’anesthésier en essayant de m’assommer avec les moyens du bord ; si l’on m’avait filmé à ce moment là et qu’on le partageât sur un réseau quelconque avec pour titre “Hilarant: crétin qui met des coups de tête dans les angles des murs” je ne crois pas que cela m’aurait fait franchement plaisir et encore moins rire. Du reste je ne crois pas et pour d’autres raisons que la personne sujette de la vidéo soit seulement phobique des piqûres. J’ai donc donné mon avis dans la roue à hamster de M. Jorion en sachant qu’il s’agissait d’une provocation.
                    C’est là que vous intervenez avec force impératif, phrase courte et points d’exclamation. C’est cela que j’appelle “jouer à l’agent”, car vous n’êtes pas un agent. Or il ne m’est rien de plus désagréable (même pour rire) que les ordres. Si vous aviez commencé par me dire ce qui vous gênait, je vous aurais répondu qu’à mon sens c’est l’absence d’une morale “humaniste” commune qui justifie chaque jour les dérives “légifératrices” et autoritaires que nous connaissons. Aujourd’hui on ne dit plus “espace de liberté” mais “vide juridique”. Nous aurions pu discuter…
                    Bref je m’autorise un partage “sulfureux”: https://www.youtube.com/watch?v=ukV1PrFIDBE
                    extrait:
                    “Car à quelle société on aspire, c’est la question fondamentale
                    D’un côté la liberté qui exige la morale, la responsabilité et l’acceptation du risque naturel à la vie,
                    De l’autre l’obéissance qui impose la morale, la culpabilité et le fantasme morbide d’un risque zéro,
                    C’est drôle de voir comment l’même mot peut prendre deux sens …”
                    Cordialement
                    MG
                    PS: M. Desproges dit mieux que moi ce que je pense du tutoiement (vers 6:07) https://www.youtube.com/watch?v=4GdHdzlHVqA

                    2
                    1. Salut MG,

                      Comme tu me glisses des petits doigts frénétiquement, tu peux me tutoyer !

                      Je sais le rire est parfois terrible mais c’est aussi une forme de soin de l’âme.

                  2. Disons que ça ne me fait pas rire, mais que dieu remonte dans mon estime.
                    Ce type d’accident est-il considéré comme un “tir ami” dans les statistiques?

                    1. Si dieu remonte d’en ton estime c’est que tu as goûté malgré tout à la forme d’humour qui se dégage de ce genre de vidéo. Qui ne peut que toucher un homme éloigné de ce genre de Croyance pour la mise en perspective entre l’incantation et la réalité finale.

                  3. Non ça ne provoque pas franchement mon hilarité tout au plus une impression de justice immanente.
                    Je me suis permis un petit trait de cynisme pour vous dérider mais pour tout dire je vois un pauvre bougre dont j’ignore la cause pétant de trouille en balançant des obus rafistolés au moyen d’un mortier bricolé et s’en remettant à une entité fantasmatique pour sa protection.

  16. Faut-il se faire vacciner (contre le Covid) ou pas?
    Ce serait un peu comme se demander “faut-il continuer à carboner l’atmosphère ou pas?”.
    Sauf que pour le carbone, ça fait plus de quarante ans (*) qu’on se pose la question.
    Et qu’on a la réponse.
    Sans rien faire (si vous avez la preuve du contraire, je suis preneur).
    https://reporterre.net/Le-Giec-prepare-la-sortie-de-son-6ᵉ-rapport-dans-un-climat-extreme
    En résumé: à quoi servent les rapports du Giec? A rien.
    A quoi servent les “Cop” (vous vous souvenez du vingt-et-unième épisode: “La planète est sauvée!”)? A rien.
    ARN messager ou pas, pas de vaccin contre la c… humaine.
    (*) https://www.seuil.com/ouvrage/perdre-la-terre-nathaniel-rich/9782021424843

    1. Salut Michel,

      Si, si… Y’a le blog de Jorion mais la percolation n’a pas été rendue obligatoire encore !

      (et même si on manque de recul sur d’éventuels effets secondaires : houppette, barbiche, chemises hawaïennes 😉 )

  17. Je pense que le manque de confiance, conscient ou inconscient, est plutôt la base commune aux réfractaires.

    Je trouve ça presque légitime.
    Vu le “pognon de dingue” que cela représente, je ne peux m’empêcher de trouver ça légitime.
    C’est plus fort que moi.

    PS: j’ai eu ma première dose.

    1. Quelqu’un à qui je parlais hier avait une explication, il me disait que les gens qui n’ont jamais travaillé que dans des entreprises françaises doivent se dire que les vaccins doivent être produits comme ils ont toujours vu faire eux : en s’arrangeant, en bidouillant, en bricolant, en dissimulant la mauvaise qualité du produit. Et ces gens doivent se dire qu’un vaccin de la qualité des produits qu’ils ont fabriqués eux, c’est bon pour les autres (il faut bien vendre) mais certainement pas pour eux-mêmes.

      2
      1. En même temps, il n’y a pas eu que des histoires d’amour entre profit et qualité.

        Pour paraphraser “La guerre est une chose trop grave pour être confiée à des militaires.”, je dirai que “La santé est une chose trop grave pour être confiée à des financiers”

        J’espère que leur confiance en leurs nouvelles technologies est bien fondée. Qui vivra verra.

        1
      2. A titre d’exemple, je connais un agriculteur “conventionnel” qui ne consomme que du bio.
        Maintenant dire “entreprises françaises” est un peu réducteur, Monsanto était américaine avant de passer à l’Allemagne.
        En cas de pépin la contestation des chiffres devient un sport de combat dans le joyeux monde de l’entreprise, ces tentatives de noyage de poissons finissent inévitablement par être éventées et alimentent la défiance de nombreux exemples de catastrophes industrielles.

  18. De la “simple” peur de la piqure, des anti-vaxs (lesquels d’abord, tellement ce qui est préjugés sur eux a une “assiette large”…?)… à la “peur d’avoir peur” de “vivre avec le virus”… des “autres”… qui est en capacité de faire vivre ensemble des définitions communes : peur et vivre, et l’univers du vivant…?

    “« Vivre avec le virus ».

    Voilà maintenant plus d’un an, que la gestion néolibérale de la pandémie de la covid-19, nommée selon la novlangue « crise sanitaire », inflige à notre conscience d’avoir à « consentir » de s’y accoutumer… Il n’y a pas d’autre alternative que de vivre avec…

    Mais qui doit vivre quoi au juste, quand les inégalités scolaires, territoriales, « de destin » n’ont jamais autant explosé qu’à l’occasion de cette gestion de crise… ?

    On parle des « inégalités de destin » concernant les NON RECOURS qui englobent la non redistribution du soit disant « pognon de dingue mis dans les minimas sociaux, qui fait que les pauvres le restent et se déresponsabilisent », à un public méconnaissant ses droits, ne les faisant pas valoir par peur d’être stigmatisé… par dissuasion… par absence de représentativités politiques, de défense de ces droits… jusqu’aux « discriminations systémiques » à l’embauche, dans l’accès aux logements, dans les brutalités commises, lors des contrôles aux faciès, « manifestations interdites », par une partie du personnel du « monopole de la légitime violence de l’Etat » qui votant à plus de 50 % pour l’extrême droite est exempté de « l’obligation vaccination », alors qu’il va contrôler la conformité des « pass sanitaire »… NON RECOURS n’ayant jamais fait l’objet d’action judiciaire, et donc laissant dans l’impunité la plus banalisée des infractions aux droits fondamentaux.

    Un an et plus déjà, puis est venu l’ère de rentrer en guerre, contre un ennemi, a qui il fut plus facile d’y assigner des attributs humanisés, machiavéliques, malgré son absence d’ appartenance au règne du vivant, qu’à un autre ennemi – les activités de « marchés » d’une petite minorité de l’humanité – qui fut jadis qualifié de sans visage… malgré son potentiel de nuisance, toxicité, inimaginable… Mais il paraît que les guerres commerciales, monétaires, de « civilisations », le dérèglement climatique, la perte de la biodiversité, les « externalités négatives » polluantes, de modèle de croissance du pib épuisant plus de trois planètes par an, et à l’origine de risques de nouvelles pandémies, effondrements systémiques, ne devraient pas en témoigner.

    La « modernité vaccinale/médicale », les disruptions (stratégie du « stop and go » évitant d’avoir à confiner sur une longue durée, toute la population d’un pays. Et disruption dans la recherche scientifique, ses méthodes… protocoles…), constituèrent le nouvel arsenal qui permit aux décideurs du public et privé… de mobiliser les troupes en première et seconde ligne…

    Mais il était connu d’avance par ces décideurs du public et privé – qui maintenant se demandent comment lutter contre la menace de justice sociale, et « sociétale », après avoir laissés en première ligne des soignant.e.s manquer de gants, blouses, et même mentis par rapport à « l’inutilité » des masques – que le flux au débit insuffisant, de livraison des munitions (« vaccins à arn/m, etc.) ferait qu’elles finiraient par manquer au front…

    De même qu’il était prévisible que des levées successives de confinements (levées d’interdiction de réunions sportives footballistiques, etc), éjaculant trop précocement l’ultra-libéralisation de l’économie, des « peurs d’avoir peur » de déprimer… des assistés sans contrepartie (les assistés étant les propriétaires privés d’entreprises, d’actions, stock options, etc) seraient risquer de donner des munitions (mutation et variation du coronavirus) à l’ennemi… aujourd’hui il n’y a pas plus de bénéfice pour l’atteinte de « l’immunité collective » de l’intérêt général, en terme de munitions vaccinales suffisantes, pour équiper toutes et tous, « en même temps »… Les défenses immunitaires du front du “vivre ensemble”, tombent l’une après l’autre.

    Non pas que « l’intendance » (les soignant.e.s, pompiers… et services publics hospitaliers…) soit dans l’incapacité de fournir, en effort de guerre… constant… ce dont elle se plaint de manquer depuis bien avant la déclaration de guerre … Elle a su mieux s’adapter qu’il en est dit… Les propagandistes de l’état major de « l’État d’urgence sanitaire », niant avoir une quelconque part de responsabilité à assumer, dans les politiques d’austérités de « réformes structurelles néolibérales » ayant désarmés des décennies durant ses services publics essentiels, prétendent eux que c’est « l’intendance » qui ne suit pas.

    A savoir, alors qu’elle manque de plus en plus, par rapport à la croissance exponentielle des risques de saturation à répétition, des nouvelles vagues, de mutations de variants : de moyens, lits de réa, respirateurs, oxygène de réa… en rien soustrait contrairement aux « promesses » du « retour des jours heureux », à l’assujettissement, à l’asservissement des biens indispensables et de premières nécessités sanitaires, à une gestion de stock en flux tendu et dérégulation des prix, opérées par « l’ennemi sans visage »… ce devrait être au personnel ayant toujours averti, entre autre, qu’il manquait de renfort… en première ligne… ce devrait être à celui n’ayant jamais été prioritaire dans la politique vaccinale (sauf en cas de de public à risque) de faire les frais de risquer de perdre deux mois et demi de salaire, et d’être viré, après ce délais… en cas de non « consentement » à la vaccination… ?

    Est-il honnête, morale, éthique, d’accuser, voir de criminaliser ce personnel, à qui est ordonné par une énième loi scélérate, avec toujours plus d’injonctions contradictoires (« obligation vaccinale », « pass sanitaire »…) d’utiliser ses munitions vaccinales – maintenant qu’il y en a assez… ? Maintenant qu’il y en a suffisamment pour toutes et tous [des pays et populations du monde entier], « en même temps » ? – sous peine d’être déclaré « déserteur »… alors qu’il n’a jamais été du genre à partir en guerre la fleur au fusil… lorsqu’il s’inquiète, peut être à raison, des conséquences à moyen et long terme, en terme de santé publique, de l’usage de ce genre d’arsenal biotechnologique, et de la stratégie d’approvisionnement, etc… ?

    Comme s’il ne connaissait pas le sens du sacrifice lui, comme s’il ignorait ce que sait que d’avoir à vivre avec les cauchemars du « tri sélectif »quotidien des patient.e.s et vies à sauver (entre celles atteint.e.s gravement de la covid-19, des séquelles et traumatismes du covid-long, de facteurs multiples de comorbidité, de pathologies chroniques soignées trop tard…) et n’avait pas à cœur d’assumer la responsabilité de son devoir… voila que les droits de ce « petit personnel » en première ligne, devraient « consentir » à être réduit à servir de variable d’ajustement à la justification/légitimation douteuse… de rendre obligatoire sa vaccination, de permettre sa suspension, de déréglementer son possible licenciement… alors qu’il est depuis le début de la campagne… exclu avec tant d’autres (les classes d’âges plus jeunes, la seconde ligne, etc)… de l’approvisionnement du stock de doses vaccinales disponibles, redistribuées qu’aux publics prioritaires… ?

    Et si « vivre avec le virus » équivalait maintenant au fait qu’il est plus facile de demander à un droit, qui comme le virus, n’est pas classifié dans le règne du vivant, de se sacrifier, plutôt que de faire « consentir » la même chose, au bénéficiaire du droit humain… ?

    Que valent les accusation de désertion, et pires encore (“coupables de provoquer la mort des plus vulnérables pas vaccinés, aussi…”) quand elles viennent de celles et ceux ayant profité de leurs hautes fonctions publiques, etc. priorités dans la file d’attente (notez que pour les plus pauvres, précaires, plus de 6 générations à leurs descendances, ne suffiront pas à patienter qu’une place se libère dans la fille d’attente de “l’escalier social” – jugeant en fonction de son “utilité”, activité” la valeur individualiste)… pour se servir en premier dans le stock de munitions vaccinales… ?

    Que valent ces campagnes de diabolisation/criminalisation, de dénigrement, du personnel soignant.e.s… et au-delà… se constituant en rempart du bien commun en demandant la levée des « secrets d’affaires », plus de transparence et moralisation sur les contrats passés entre les États, la CE et les firmes pharmaceutiques, s’organisant en collectif luttant pour la mise en licence libre des dits vaccins… quand elles émanent de celles et ceux des décideurs-euses… « primo vacciné.e.s »… « chiens de garde », « influenceurs », « donneurs de leçons de morales »… qui en début de campagne, préférèrent inciter que l’individualisme, à se servir dans les stocks, sous prétexte de ne pas risquer de gâcher des minutions vaccinales…?

    Qui veut continuer de ” faire “vivre avec le virus” avec qui… en favorisant des collectivités pour passer des contrats en direct avec les firmes (quitte à payer beaucoup plus chères les minutions, et donc faire exploser les prix fixés en fonction de « l’offre et de la demande »), en « soulageant » certains propriétaires privés d’entreprises… supporteurs-trices de foot…« en souffrances »… en se “rassurant” de profiter de la gratuité des tests de dépistages, pour témoigner de leur non infection… au lieu de défendre la priorisation de la vaccination de la première et seconde ligne… ?

    Est-ce à celles et ceux des publics n’ayant pas eu « l’égalité de chance » d’avoir à vivre le fait d’être prioritaires à bénéficier des « minutions vaccinales », munitions insuffisantes depuis le départ… de vivre tous les risques de « l’obligation vaccinale », du « pass sanitaire » (risques de pertes de salaires et droits en protections sociales, licenciements, suspension du droit de « vivre ensemble » en allant au resto, ciné, théâtre, boire un coup, à une contrainte législative qui n’a jamais pesé sur les « primo vacciné.e.s »)… d’un changement de stratégie dans la gestion désormais ultralibérale de la « crise sanitaire », prise quasiment unanimement” comme de façon unilatérale (dialogue démocratique, et “Etat d’urgence sanitaire” n’étant pas compatible)… ?

    Qu’est-ce que “vivre avec le virus”, et ses variants possiblement plus dangereux… pour ce public qui n’ayant jamais été prioritaire, doit assumer, en tant que “majorité silencieuse” tous les risques d’un changement qui par ailleurs ne va bénéficier qu’aux adeptes de la “profitation” (dans le “ras le bol fiscal”, “poujadisme”…) qui pratiquant les “discriminations systémiques”, racisées, à l’embauche, comme décrites plus haut, n’auront plus aucunes gènes à ne pas se priver d’en faire de même avec ce que l’extrême droite qualifie de “discriminations systémiques” derrière l’obligation vaccinale, etc… et ce que le gouvernement permet avec cette nouvelle “loi de gestion de crise sanitaire”…?

    Et qu’est-ce que “vivre avec un virus” plutôt “collaborateur” pour le capitalisme ultralibéral ne voulant plus entendre parler de reconfinement, de licence libre… d’augmentation d’impôts et « charges »… mais voulant que la « dette covid » soit payée au plus vite…?

    On parle des propriétaires privés d’actions de “start-up…” profitant de « l’ubérisation et ordinisation » défiscalisée et désocialisée du travail et des savoirs [services publics, etc] segmentés, à la tâche, digitalisés, privatisés, classés « secrets d’affaires », dématérialisés, etc. … et de l’emploi se précarisant quand il n’est pas automatisable délocalisable… et des « parieurs » spéculant et gagnant à chaque fois que les stocks gérés en flux tendus, et les prix haussent comme les dépenses contraintes, ou baissent (quoi que plus rares pour ses dernières baisses de dépenses contraintes : “inflation oblige”)…

    On parle de paris faits aussi bien sur les « vaccins… », masques, etc. réactifs de tests de dépistages (bientôt payant, plus remboursés par la SC donc)… que sur des denrées alimentaires, biens essentiels à la subsistance des familles pauvres précaires, discriminées, qui ayant souffert durant les confinements, la fermeture des cantines scolaires, universitaires, n’ayant pu redistribuer notre solidarité, au travers des repas gratuits fournis aux enfants, étudiant.e.s… modestes… n’ont pas fait souffrir les distributions indécentes de dividendes aux propriétaires privés d’actions, stock options, etc…”

    1
  19. Bonjour, un rapport à la peur peut-être, mais je pensais plutôt à la peur du poison. Certainement inscrite en nous par l’évolution et la confrontation à des venins, des plantes toxiques et autres. La piqûre au départ c’est un insecte, un serpent, une ronce, un pyracantha, une ortie.
    Je classais la difficulté à passer outre aux interdits alimentaires dans cette catégorie.

    6
  20. Les problèmes des vaccins ne viennent pas de leurs technologies, des bouts de virus, d’arn, etc.,
    mais de leurs excipients. Précisément, i) les excipients ii) leurs interactions sous l’effet combiné de la lumière et de la chaleur. iii) Si bien que le produit sorti d’usine n’est souvent pas celui qui est en pratique injecté – sans parler de x embrouilles sur le terrain.

    C’est ce qui provoque le plus souvent une altération de la miélyne et par conséquent des neuropathies de tous genres, dont il existe déjà partout x manifestations, qui n’est que le miroir d’un gros soucis d’exécution de ces vaccinations.

    A gros traits et en pratique, 30 à 40% des doses ne sont pas injectées dans les conditions de conservation requises.

    Ce qui va induire dans une période comprise entre 1 et 3 ans, 30 à 40% de vaccinés affectés neuropathies plus ou moins graves, jusqu’à la sclérose en plaque. Ce dont il faudra un peu de temps pour prendre conscience, entre le déni et la durée dont une altération de la miélyne a besoin pour se manifester le plus souvent, selon, aussi, la fraction du système nerveux concernée.

    Une catastrophe sanitaire insidieuse en marche,

    1. Un lien entre vaccins et trente à quarante pour cent (excusez du peu) de neuropathies “plus ou moins graves” un à trois ans après.
      Une étude sérieuse là-dessus (pas par Astrid Struckelberger)?

      2
    2. Coucou,

      Comment instiller le doute…
      De façon anonyme ramener sa science, ou pluôt l’étaler comme de la confiture .

      POurquoi plus de 90 % des médecins sont vaccinés contre le covid? Sans doute parce qu’ils craignent une maladie ttrés partagées, la déconite aigue. Une sorte de maladie ou beaucoup de “madame soleil ” touchées par ce virus parasite du covid 19, prévoient l’avenir , sombre de préférence, çà fait plus savant.
      çà se transmet non pas par les “gaines’ neuronales, mais tout simplement de cerveau en cerveau en perdant petit à petit le sens de la réalité. On appelle çà une dérive sectaire.

      Bonne soirée

      STéphane

  21. J’aime bien le Yéti qui a longtemps figuré sur le blogroll, en bas à gauche.

    Mais il exagère à répandre des fausses infos.
    Par exemple, pour aujourd’hui, en gros titre :
    « Israël : une grande majorité de vaccinés parmi les cas critiques »
    Et dans le texte :
    « Israël : 61% de vaccinés… et 71% de vaccinés parmi les patients sérieusement atteints ! »

    C’est rigoureusement impossible. Les vaccins occidentaux marchent. Les faits doivent se plier aux croyances, d’ailleurs largement confirmées par ailleurs.

    Bon, d’ac, c’est peut-être pas toujours vérifié. Les labos ne peuvent tout de même pas tenir compte des cas particuliers qui mettraient en échec leurs prévisions.
    Vous pensez «prévisions financières?» Si vous le croyiez, c’est sous votre seule responsabilité. Regardez autour de vous, vous êtes seul à le croire. Non, il s’agit bien de performance médicale, tout le monde vous le dira -efficacité supérieure à plus de 90% , pour le plus cher-. Le pognon n’est que la sanctification de cette performance.

    Reprenons. Bon, d’ac, c’est peut-être pas toujours vérifié. Mais ce n’est pas ne raison valable pour en faire état. A une autre époque, on aurait qualifié cette info d’anti-nationale ou unamerican aux USA. Maintenant, avec notre modération de bon aloi, on dit que c’est impossible. Retenez-le: impossible. Rigoureusement.

    J’entrevois une autre explication, toute simple: les malades actuels ont été infectés avant les 2 vaccinations. On peut même supposer que des pervers l’ont fait exprès. D’abord , vous participez sans masque, les mains sales et sans geste barrière à une réunion où des malades viennent expliquer pourquoi il faut vous vacciner. Un élan de sympathie vous fait prendre dans vos bras la ou le plus malade. Ensuite vous attendez les premiers symptômes puis vous aller à la vaccination. Des pervers, vous dis-je.

    Le Yéti exagère. Rassurez-vous, le boute-feu n’est plus au blogroll.

    1. Bonsoir, l’information n’est pas forcément fausse, mais des valeurs aussi paradoxales qu’elles puissent paraître ne marque pas nécessairement un paradoxe (voir paradoxe des anniversaires qui est un exemple de contre-intuitivité). Bref pour affirmer quoi que ce soit à partir de pourcentages de populations différentes il convient de s’appuyer sur une démonstration mathématique sans quoi on risque de se tromper et de tromper les autres.

      2
    2. Hey Daniel !

      “71% de vaccinés parmi les patients sérieusement atteints ! »

      Donc si je suis bien sur 100 patients donc malades hospitalisés, il y a 71 personnes qui ont été vaccinés ?

      Ce qui fait qu’il y a 29 personnes malades qui n’ont pas été vaccinés n’est-ce pas ?

      Et le vaccin ne fonctionnerait pas en gros, c’est ça la conclusion première ?

      Ca dépend comme on regarde et ce que l’on compare.

      En Israel, selon les données, 85% de la population est vaccinée. Soit 15 % non vaccinés.

      Donc sur 9 millions d’habitants il y a 7,65 millions de vaccinés et 1,35 millions de non vaccinés.

      On peut alors voir que 71 patients vaccinés/ 7,65 millions ça donne = 0,000928 % de la population vaccinée est malade.

      et que 29 patients non vaccinés/ 1,35 million ça donne = 0,00214 % de la population non vaccinée est malade

      Ce qui fait qu’il y a 2,3 fois plus de gens malades chez les non vaccinés que chez les vaccinés. Et ça parce que en plus c’est 85% “protègent” de la diffusion parmi les non vaccinés. Sinon, le taux s’envolerait !

      Remarque aussi, si tu veux bien c’est, que logiquement dans une population totalement vaccinée, la totalité des malades seront des gens vaccinés si le taux de protection varie entre 100 et 1. Purée la logique c’est une diablerie quand on y pense…

      1
      1. Pas mal…
        Conforme à un titre journaleux ( pas de souvenir si c’est le Guardian ou le BRR [blog de révérence des riches]):
        “Les vaccinés malades sont la preuve que le vaccin fonctionne”.

      2. Bonjour,
        Bien essayé mais le taux de vaccination n’est pas de 85% (plutôt autour de 59/61%) ce qui ne va pas dans le sens de votre démonstration.
        Le biais est que vous considérez une population “isotrope et homogène” (même moyenne d’âge, même comportement sociaux, …), qu’avec ce type d’hypothèses vous allez démontrer l’inverse de ce que vous voulez et que, dans tous les cas, vous serez assez éloigné de la réalité.
        Il faudrait connaître a minima les chiffres par classe d’âge. Pour les comportements sociaux c’est une autre paire de manches, si l’on prend le choix de “la France” de favoriser les interactions sociales des vaccinés on risque d’avoir des chiffres par tranche d’âge encore plus équivoque.
        Bref on n’a pas fini d’entendre gloser autour des chiffres!

        1
        1. Effectivement c’est 61% de la population totale vaccinée (2 doses), mais 85% des plus de 16 ans (en dessous peu de malade enregistrés !).

          Ca modifie la répartition mais cela ne change rien à la logique, ni le sens de la démonstration. Et Il faut rappeler que la vaccination contre le Covid-19 n’empêche ni d’être contaminé, ni d’être porteur du virus. On peut le tourner dans tous les sens, les vaccinés font en proportion moins de malades que les non vaccinés.

    1. Bienvenu sur internet et la fonction répondre/commenter des blogs. Remarque qu’est-ce que ça peut bien foutre de répondre ici ou là d’ailleurs ? On prend vite des habitudes qu’on pense partagées.

      Mais c’est vrai que le contexte aide un peu à l’échange. Donc…

    2. Ou encore (si j’ai bien compris!).
      Une population à cent pour cent vaccinée. Des contaminés malgré tout (qui a dit que le vaccin empêchait de contracter le Covid à 100%?). Une toute petite fraction d’hospitalisés parmi les contaminés (idem). Une infime fraction de décédés -très âgés, avec de multiples comorbidités- suite à l’hospitalisation (idem).
      Résultat: cent pour cent de morts du Covid pourtant vaccinés.
      “Vous voyez bien que le vaccin non seulement ne protège pas mais peut provoquer des morts!”.
      Si j’ai mal compris, c’est quoi ma pénitence? Une troisième dose?

      1
  22. Dans mon entourage, les anti-vax sont pour la pour grande majorité des personnes qui ne reconnaissent aucune légitimité au pouvoir étatique, des gens qui travaillent et ont gardé un fonctionnement clanique, plutôt durs au mal, c’est pas la piquouze qui effraie, mais plutôt l’injonction sociétale qui les ferait rentrer dans le troupeau humain, c’est un orgueil qui est par là sollicité, titillé – ne pas faire comme les autres, devenir “normal” – voilà leur grande peur !

    1
  23. Je vais relater ici parce que j’ai des contacts chez pas mal d’anti-vaccins:

    – Les masques, les vaccins, les tests PCR contiennent du graphène et sont toxiques. La seule chose que j’ai trouvé c’est que des masques avec du graphène ont bien été retirés au Canada pour risque de toxicité. les vaccins n’ont aucune raison d’en contenir et rien ne le dit selon des études. Il y a bien des tests PCR avec du graphène mais pas sur la tige qu’on enfonce dans le nez mais sur la languette utilisé lorsqu’on dépose de la salive dessus sur des appareils connectés vendus actuellement sur le marché.

    – Il circule des vidéos de ce genre :
    1. Une personne relatant le décès d’un jeune de 22 ans en France mort 9h après un vaccin d’une réaction allergique
    2. Des infirmières indiquant que dans leur hôpital il n’y a plus de cas de covid mais des gens hospitalisés à cause des effets secondaires des vaccins eux augmentent.

    Je reste pour le vaccin mais je veux aussi qu’il y ait un bon suivi et une bonne réfutation de tout cela aussi et qu’on rejette pas par principe.

  24. Bonjour, je ne prends pas très au sérieux cette peur de la piqûre, même si elle peut exister. J’ai rencontré des personnes, porteuses même pour certaines de plusieurs co-morbidités, qui préfèrent affronter le risque d’attraper la Covid que de recevoir le vaccin. Elles sont terrorisées. La peur n’est pas rationnelle et ces gens-là ne sont à la portée d’aucun raisonnement. Mais, revenant à la piqûre elle-même, je sais par expérience que certaines peuvent être très douloureuses et donc déclencher des peurs. Dans la video que vous proposez, il est impossible de savoir -je ne parle pas chinois-si c’est la piqûre elle-même qui terrorise ce monsieur ou le produit contenu dans la seringue. Il m’est arrivé de recevoir des injections d’antibiotiques extrêmement douloureuses et je vous assure que j’avais tendance à reculer ou à exiger qu’on ajoute de la lidocaïne avant de me piquer!!!!

  25. J’ai longtemps hésité à rajouter un 112ème commentaire! quel intérêt!
    Mais en supposant que vous liriez tout de même je souhaitais exprimer ma très grande tristesse de voir ici ce débat débile et surtout que vous y ajoutiez vos arguments tout aussi infantiles.
    Je ne suis ni pour ni contre le vaccin
    Je ne sais pas trop s’il est efficace, s’il permettra d’arrêter l’épidémie (pandémie un mot pour faire peur)
    Ce que je sais c’est que les gens qui ont confiance se font vacciner, et tel le pied dans la porte, se permettent ensuite de rationaliser leur choix avec tout ce que l’engagement dans un camp peut avoir de rassurant.
    Les avis péremptoires et clivants sont absolument contre productifs
    Quels sont leur but ?
    Permettre d’augmenter la proportion de vaccinés?
    Les gens insultés de la sorte n’auront que peu de chance de changer d’avis!
    Sinon, plus probablement, les commentaires méprisants ont pour seule fonction de fortifier un premier choix que l’on aurait fait sans trop y réfléchir.
    La confiance aveugle dans la “parole médicale” montre la minimisation des scandales médicaux, de la main mise des industriels et financiers sur ce secteur lucratif
    C’est tellement naïf !
    Permettez que pour une raison personnelle et parfaitement rationnelle on puisse vouloir laisser passer un peu de temps (le temps de la réflexion, de la recherche, ) et laisser le temps de l’hystérie à ceux qui sont menés par leurs émotions.

    3
    1. Et qu’en est-il de la confiance aveugle dans la “rumeur” ?

      Pensez-vous vraiment qu’elle fasse moins de morts que la confiance dans la parole médicale ?

      La différence entre les deux, c’est que dans la grande majorité des cas, les personnes qui font confiance à la parole médicale ne le font pas aveuglement, alors que la confiance dans la “rumeur” est toujours aveugle : l’esprit critique en est absent entièrement.

      5
      1. Me voici assignée à “La Rumeur”
        CQFD
        Faut il que je soit inculte, peureuse, que je soit socialement et intellectuellement retardée que je cumule aussi probablement des accointances avec les extrêmes, les chamans…
        Voilà que je deviens un danger pour les autres, que mes hésitations me rendent suspecte. Je vous laisserai le plaisir de trouver le point Godwin.

        1
          1. Pour désigner des actes irréfléchis et précipités peut être.

            Quand j’ai entendu le gouvernement annoncer pour la première fois qu’ils allaient peut être interdire tous les commerces aux non vaccinés, c’est en effet un mot qui m’est venu à l’esprit.

            Heureusement, ils sont revenus à la raison. Mais non sans difficultés malgré tout, il a fallu que le conseil d’Etat s’en mêle.

            C’était tellement stupide comme annonce, que j ‘ai cru un moment que c’était calculé pour effrayer tout le monde.

          2. Je rectifie, le gouvernement n’avait rien officiellement annoncé encore. C’est sur LCI, lors d’un débat sur l’annonce imminente d’un pass sanitaire renforcé avec des restrictions dans les commerces, que certains intervenants souhaitaient l’interdiction de tous les commerces aux non vaccinés. Ça n’enlève rien au climat quasi hystérique engendré par cette quatrième vague, et à la stupidité de certaines réflexions sur des chaines à forte audience.

          3. Pour tenter d’alerter votre esprit de psychanalyste sur l’absence de rationalité de bien des réactions “conformistes”, alimentées par l’avalanche de sommations, issues de la doxa médicale et de la matraque légale.
            Toute tentative de glisser l’ombre d’un doute fait monter au créneau une série d’arguments limites, voire insultants : “la peur de la piqure”.
            Cela n’est pas de nature à stimuler l’esprit critique.
            Merci de m’avoir, par vos questions, permis d’éclaircir mon aversion au injonctions conformiste de la société.
            Probablement que j’irai me faire vacciner mais j’aimerai que ce ne soit pas pour pouvoir aller boire un coup, prendre le train, ne pas perdre mon travail, mais pour participer à l’hypothétique “immunité de groupe”.
            Adhérer plutôt que se soumettre.

            2
      2. excusez-moi mais “dans la grande majorité des cas, les personnes qui font confiance à la parole médicale ne le font pas aveuglement” c’est une blague???
        Est-ce que faire quelque chose par intérêt ou par peur est l’équivalent d’une confiance éclairée?

        3
  26. Depuis le siècle des Lumières la transmission des savoirs qui relèvent du domaine scientifique est censée ne plus se fonder sur le principe d’autorité. Chacun des faits et des règles enseignées devrait s’accompagner des expériences ou démonstrations qui ont permis de les établir.

    Malheureusement lorsqu’à l’école primaire on nous a appris à faire des additions il aurait été peu efficace de commencer par justifier la méthode utilisée en expliquant au préalable le mécanisme de la numération de position (c.a.d. la notation positionelle qui nécessite le chiffre zéro et que nous ne savons utiliser que depuis quelques siècles.) Résultat: seule une faible proportion de gens peuvent expliquer pourquoi ils procèdent comme il le font quand il font une addition avec un papier et un crayon*.

    Les choses ne se sont pas forcément arrangées par la suite, que ce soit à propos de l’Histoire (une discipline où on devrait passer beaucoup de temps à citer des sources et à les critiquer) jusqu’aux maths (ou le seul but poursuivi est trop souvent d’aller le plus loin possible dans les problèmes à résoudre aux examens sans faire de fautes de calcul ou en citant les bons théorèmes en cours de route.)

    Pour juger objectivement de l’attitude des uns et des autres vis à vis du covid-19 il faudrait à mon avis partir de ce que le principe d’autorité est resté la règle et la démarche scientifique l’exception.

    Une autre manière de dire la même chose est de se demander si ce qu’on reproche à ceux qui refusent vaccination et mesures de protection c’est de ne pas chercher à s’informer du mieux qu’ils peuvent sur ce que la médecine sait de cette maladie et des remèdes disponibles ou si ce n’est pas plutôt de douter des autorités et de poser trop de questions.
    ___
    * : Il semble bien qu’il n’existe pas encore sur Internet de groupe de gens qui dénoncent les erreurs qui ont été glissées à dessein dans les tables d’addition et de multiplication et dans les calculettes 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.