99 réflexions sur « Malraux a dit : « Le XXIe siècle… » »

    1. Là j’ai lu de Malraux : « Il a ainsi écrit à son ancien collaborateur André Holleaux en octobre 1975 : Le siècle prochain pourrait connaître un grand mouvement spirituel : nouvelle religion, métamorphose du christianisme — aussi imprévisible pour n[ou]s que le fut celui-ci pour les philosophes de Rome, qui prévoyaient la fin, croyaient (supposaient) que le successeur serait le stoïcisme, ne pensaient pas aux chrétiens. »
      Je trouve cela beaucoup plus parlant. C’est le plan D ! Nous devons lancer une nouvelle sagesse collective (contre nos individualismes mercantiles des 100 dernières années). Un genre de stoïcisme. Comme avenir crucial de l’homme (et donc sans référence — clivante — aux sagesses du passé). Je suppose que c’est un peu ce que fait Pablo Dervigne… que j’ai refusé de lire à son 3e livre…
      Et avec des chants collectifs, à la mode du gospel… plutôt que du vedettariat..

      1. Le S(D)ervigne tourneur donne le vertige au 3ème tour.
        « lancer une nouvelle sagesse etc…. sans références clivantes ».
        On ne mériterait pas beaucoup de survivre si toutes les sagesses du passé s’avèrent clivantes à une majorité.
        Dans les sagesses, je demande un joker sur le savoir et la question cognitive, à examiner ni d’en haut ni d’en bas.

  1. ah bin voilà c’est du propre ! me voilà en train de réprimer une larme ! Léonard Cohen tu nous manques tant !
    Léonard Cohen que j’ai eu l’immense privilège d’entendre en concert unique dans le cadre sublime du monastère de Montserrat près de Barcelone.
    C’était au XXème siècle ….
    Interprétation émouvante de Her qui est aussi sublime!
    Merci M. Jorion

    1
    1. Alors là, pour moi, c’est le mystère absolu : à la première fausse note, je cours aux abris. Et dans cette interprétation de Buckley, les fausses notes tombent comme à Gravelotte ! Comment peut-on écouter ça jusqu’au bout ? Si j’étais obligé de le faire, je grincerais tellement des dents, qu’arrivé à la fin du morceau, il ne m’en resterait plus.

      2
      1. C’est normal que je n’aie plus de dents ? Comment peut-on oser interpréter si médiocrement cette œuvre ? Léonard a dû se retourner dans sa tombe! J’avais oublié cette expression « tomber comme à Gravelotte »

        ps; je n’ai pas pu écouter jusqu’à la fin !
        pour se nettoyer les oreilles ici —-> https://youtu.be/Li0Wf8reo-s ( je ne agnostique mais la beauté musicale est là )

      2. Désolé mais… pas de fausses notes ici ! Une interprétation différente de l’originale, ça oui, avec des glissés dans la voix qui peuvent laisser croire à des erreurs si on n’est pas vraiment habitué mais il n’en est rien.
        En tous cas, c’est tout sauf médiocre.

        4
        1. @ Zoupidou

          La version de « Hallelujah » & la version de « Grace » en CD sont tout bonnement sublimes !

          Jeff Buckley est un très grand musicien et un très grand chanteur.

          Quand on pense à lui, l’on n’aime plus – même fantasmatiquement – le Mississippi.

          2
      3. Je vote pour les fausses notes, désolé!
        (Un ami mathématicien ne supporte que le chant sans fausse note, négligeant ainsi tous les autres aspects de la voix humaine: est-ce une tournure d’esprit?)

        1. Ce n’est pas une tournure d’esprit : on veut que ça s’arrête parce que ça fait mal.

          Cela dit, je suis d’accord : il y a manifestement des gens qui en sortent indemne. J’ai même eu une amie qui trouvait que « Johnny chantait bien », et je suis (presque) certain qu’elle était de bonne foi.

          1
                  1. Elina Garanca chante les deux rôles.
                    J’ai un faible pour une version chantée par mon beau père…

                    Et lui, au moins, contrairement à Roberto Alagna avait affronté le public de la Scala jusqu’au bout et était sorti sous les applaudissements…!

                  2. D’accord ! ( mais bon , ils s’aimaient tous les deux , non ?)

                    J’avais déjà plus spécialement apprécié votre beau père dans l’arioso de Paillasse . Quelle puissance !

                    https://www.musicme.com/Guy-Chauvet/titres/Paillasse,-Act-I,-Scene-4:-%22Arioso%22-t3734827.html

                    En fait l’amour de l’opéra et des belles voix m’est venu de mon père , qui n’était pas du tout chanteur professionnel , mais faisait le bonheur des employés de son usine quand il a commencé à sérieusement bosser ( 16 ans ) avec un talent naturel de ténor . Pour séduire les minettes ( dont ma mère ) il possédait d’ailleurs presque tout le répertoire de Tino Rossi et c’est avec l’air des pêcheurs de perles qu’il a définitivement conquis ma mère.
                    Puis le service ( deux ans , la guerre déjà en perspective ) le rappel , 9 mois de guerre , 45 jours de STO à Pont Scorff , l’engagement comme sapeur pompier , les enfants , le bombardement de Saint Etienne , la reprise de la vie et les  » gardes » de spectacles où les pompiers assuraient la sécurité dans les coulisses … et où il m’emmenait en douce . Il était toujours volontaire pour ce genre de corvée , et c’est là que j’ai pu parfaire mon amour du chant et des belles voix d’opéra ou de variétés . Il est mort , simple caporal retraité bien usé , mais il chantait toujours pour nous et les fêtes entre amis .

                    PS : dans l’air des pêcheurs de perles et , en écho à la puissance vocale naturelle de votre beau père , j’ai aussi une tendresse particulière pour Alfredo Kraus .

                    1. Justement….j’ai une version de Samson qui n’est pas sur le net dans laquelle il prolonge de façon abusive le fameux « je t’aimeeeeeee » au point de s’être fait sérieusement réprimander par le chef d’orchestre pour avoir volé la vedette à tout le monde. (Je crois me souvenir qu’il s’agissait de Georges Prêtre).

                      Je vais regarder pour vous trouver une meilleure version de son Paillasse mais j’ai bien peur de n’avoir une bonne version qu’en CD (celles de Malibran sont issues des enregistrements que faisait ma belle mère en posant un magnéto sur ses genoux . Il fallait de toutes façons qu’elle soit dans la salle sinon il ne chantait pas). C’est peut-être parce que plus jeune que votre père, vers 10 ans, il a eu la chance de se faire remarquer à l’église où il chantait tous les dimanches. De fil en aiguille il a pu rencontrer un prof de chant du conservatoire de Tarbes qui l’a formé puis l’a présenté à plusieurs concours pour finir à l’opéra Garnier comme le plus jeune artiste élève de la troupe à 26 ans. Il bossait au cadastre jusque là.

                      C’est vrai que la voix d’Alfredo Kraus possède un timbre d’une élégante douceur. Un peu plus « serrée » peut être ou aiguë mais solide et chargée en émotions.
                      Et là encore, ce ne sont que des enregistrements.
                      Mon beau père n’a enregistré que parce que les productions s’en chargeaient et ceux de sa femme lui permettaient de s’écouter pour tenter de s’améliorer. Pour lui, un enregistrement professionnel n’avait aucun sens dans la mesure ou il considérait que ce n’était pas sa voix, qu’il manquait quelque chose, cette partie d’humanité certainement. Il faut comprendre qu’une boite de nuit ou un concert/festival est limitée a 102 décibels (105 avant 2018) et que lui a été mesuré à 140 décibels dans les laboratoires des usines Fiat.
                      Mais au delà de la puissance, il y a malgré tout des choses (vibrations…?) qui ne sont pas encore restituées par les machines. Sauf qu’aujourd’hui, on découvre les sons d’abord par les machines bien souvent et ce n’est qu’ensuite que l’on découvre celui du véritable instrument. J’ai assisté à plusieurs déceptions dans ce sens et cela m’a toujours surpris.

                      Pour « la puissance vocale naturelle », il m’a dit avoir travaillé six années sur la puissance.
                      Une puissance retenue volontairement par ses professeurs qui lui ont interdit surtout de produire un contre ut avant l’âge de maturité de sa voix. C’est à 32 ans seulement qu’il en a reçu l’autorisation.
                      Depuis, il faut faire de l’argent avec les chanteurs alors, on les incite plutôt à se dépêcher comme ce fut le cas pour Jonas Kaufmann en 95. A Paris Liebermann a dissous la Troupe de l’opéra de Paris en 1973 et donc cette lente filière de l’éducation des voix qui se pratiquait depuis que Louis XIV l’avait mis en place. Le fameux progrès qui fait déchanter….

          1. Ah! « L’Héautontimoroumenos » de Baudelaire! 1857. Cela ne nous rajeunit pas!
            Je ne suis pas sûr qu’une fausse note, cela fasse mal. Je creuserais bien du côté du « diabolus in musica »…

      4. Le coup des fausses notes, on nous l’a déjà fait, pour Parker, pour Booker Little, pour Shepp, pour Cecil Taylor, pour Mac Phee…
        De génération en génération, les fausses notes s’accumulent, ce doit être un fait de nature.

        1
          1. @ Paul Jorion

            Les œuvres plastiques  » Pop-nouilles-fake-in-japan  » accrochées au mur et vu à l’écran non plus…

            Il n’y a pas qu’ à Gravelotte que les fautes de goût fusent, étonnant non ?

            Comment est-ce possible ?

            Mystère.

            1
      5. C’est peut être parce qu’il y a aussi beaucoup de notes pas fausses du tout qui sauvent les autres? Et que l’ensemble est bon. Ana Magnani disait. « Méfiez vous des gens qui puent la perfection. La vie est faite d’erreurs et de blessures. »… Ana ou Anna? Je ne sais plus.

        4
      6. Quoi ? Non content de déceler des petites ou des grandes erreurs de raisonnement financier, politique ou mathématique, vous êtes capable également de décompter des fausses notes ? Arf arf ! Vous êtes un génie ! Les fausses notes de Jeff B sont sublimes parce qu’elles soulignent la fragilité de l’homme devant son créateur, tout simplement !

        1
  2. Il y a du paradoxe du menteur quelque part…

    Aristote et les Réfutations sophistiques, cela m’interesse beaucoup.

    Mais je comprends tres peu malheureusement!
    Contairement a vous j’imagine.

  3. Moi, ca me fait plutot deprime, j’ai ecoute celle de leonaud cohen aussi pour voir. Jeff Bujley est moins horrible que ce dont je me rappelait.

    Le probleme, c’est que je rouve ca loudingue, tous.

    J’imagine la « chetiennete » il y a longtemps, beaucoup plus joyeuse, legere, colore, rien a voir avec cela, plutot « la vie de Brian » (monthy python)

    1. Ah ? Pour moi, je n’ai aucune image de Chrétienté LÉGERE.

      J’ai beau faire un effort, pas moyen d’entendre les sorcières chanter sur les buchers :

      « Always look on the bright side of life… »

      1. D’un jour à l’autre nous serions dans ce siècle à nouveau capables de passez de larmes mal maîtrisables à une « allégresse » , collectivement sensible et partageable ? Ce siècle retrouverait-il un art de partager des émotions personnelles et collectives, sans les organiser dans les normes convenues ou imposées d d’un alphabet de consonances prédéfinies? Sans les Artifices de l’Intelligence ? Tout chant originaire du genre d’ « Aléouia renvoie-t-il à un rituel religieux? A l’époque perdue d’une allégresse compensatoire? Ou bien, comme le croient certains à celui de mondes premiers marquant la nuance entre les voyelles et les consonnes? Soit alors l’occasion de faire retour à un sentiment d’ouverture collectivement partagée à une enveloppe aérienne bienfaitrice . Comme à une époque lointaine où, faute de possibilités techniques d’écriture, les voyelles non spécifiquement fixées par un scribe ou un  » sachant », comme les consonnes,-offraient à qui les entendaient au moins une marge orale d’interprétation ouverte, libre, assimilable au milieu de vie?

      2. Faut imaginer que les  » vrai chretiens » en fait, ce sont les monthy python (meme pas ceux qui les ont apprecié, pour être sûr).

        Et aussi, revoir le film.
        Le realisateur explique le « message » principal du film d’apres lui (ca me parait evident mais partiel, (c’est un interview) il y a aussi le langage, la coherence, le rire, vraiment plein de trucs partout)
        Je dirais aussi un type raisonnable au milieu d’une histérie.

        C’est pas du tout entendu et compris a l’epoque apparemment comme cela,
        d’apres ce que dit Terry Jones, alors que ca parait evident.

        https://www.rts.ch/info/culture/cinema/9907320-la-vie-de-brian-chefdoeuvre-scandaleux-des-monty-python.html#chap05

  4. Le propos de Paul était il :
    a) une invitation au divertissement musical ?
    ou bien encore
    b) une invitation à la réflexion sur là citation de Malraux très bien clarifiée par Chabian ?
    ou encore
    c) les 2 à la foi ?
    ou bien encore
    d) ni l’une ni l’autre ?
    Il me semble qu’au niveau des commentaires, on est à égalité !
    Quelle tendance va t elle l’emporter ? 😉

    1
    1. Comme tout le monde est d’accord depuis des années que Malraux n’a jamais dit ça, et que la chanson de Cohen est très mystérieuse malgré ses renvois à l’Ancien Testament, je dirais plutôt d).

    2. Parfaite démonstration par l’absurde de la part de Pascal à mes propos, que ces réponses d’une foule en écho ici un « anti-allelouia »: un abominable discours de voyelles, sans plus aucune consonne! C’est à pleurer de constater ici à quel niveau de déchéance une foule peut se laisser guider….

  5. 6 000 morts et 20 000 blessés à Gravelotte quand même car ça tombait dru.
    La voix comme le chant sont des véhicules qui transportent avec allégresse la ferveur des fidèles de toute nature.
    Nous avons perdu une grande partie de ce que transportent (ou transportaient) les voix dès lors que la technique s’est proposée de faire le boulot à leur place. Le message, l’information, passent mais pas l’essentiel et c’est pour cette raison qu’on ne sait plus à quel saint se vouer. L’essentiel, c’est une vibration humaine et même si la machine qui nous permet de l’écouter parvient à la singer tant bien que mal puisque nous parvenons à éprouver des sensations et des émotions en écoutant un CD ou une vidéo youtube, il manque malgré tout une partie non négligeable qui s’apparente à une forme de spiritualité censée revenir au XXI°, peut-être par le besoin de cette vibration humaine ou plus directement par la disparition des outils de diffusion.

    2
  6. Emouvant comme vous l’étiez Paul dans votre video qui relatait votre rencontre avec le groupe de musicien Quilapayun.
    Il faudrait demander à une IA de mettre en musique une compilation de la poésie de tous les peuples de la Terre.

  7. A quel saint/sein se vouer avez vous dit…?

    « Un enfant s’est fait ramené… en étant encadré par deux « policiers municipaux », qui parce qu’il voulait manger à la cantine scolaire avec ces copains et copines… a accepté de céder à l’injonction contradictoire, de renter chez lui… parce qu’il connaissait (du moins sa mère connaissait quoi…) l’un des policiers municipaux.

    Cette actu tourne en boucle dans les médias mainstream, pas tout à fait dans les mêmes termes…

    Le « pas tout à fait dans les même termes » prend son importance et « bon sens » (celui qui prétendant « qu’il y a du bon dans le coté obscure de la force » ayant fait élire Trump à la présidence de l’Etat étalon référentiel dans les échanges monétaires, commerciaux, etc, prend pour des cons et connes les doutes, incertitudes, indécisions, de nos « temps de cerveaux disponibles »)… lorsque sur lci, une des chaines de diffusions et « palabres » commentant les infos en continue, pourtant les moins suspectes de faire le jeu des « zemmouriens », de l’extrême droite fusionnée à la droite extrême quoi (cnews, etc), il est tenté de mettre au même niveau moral, éthique… les raisons de la « maire isolée » s’étant fait élire sur les risques inconnus, de manquer des subites et compensations Étatiques… et la « mère isolée » accusée d’être « irresponsable » et douteuse… en n’ayant payé pas « sa part » à la collectivité… en envoyant son enfant dans un service public de la restauration publique, et l’enseignement, pris en otage. La GRATUITE des repas scolaires fournis aux enfants des familles les plus pauvres, précaires discriminées, est mise en péril.

    Mais quelle est la réalité morale et éthique, réelle, permettant de mettre à égalité, à équivalence quoi, l’humiliation que n’aura pas vécu un.e descendant.e du statut de maire(esse) isolée, d’une collectivité, qui instrumentalisant le manque de subsistes et compensations Étatiques (en surfant sur la « DICTATURE des émotions » sondées, des doutes incertitudes, indécisions des « temps de cerveaux disponibles », « DICTATURE » seule capable de « réconcilier » leurs doutes, incertitudes, avec leurs « ras le bol fiscaux », « poujadismes »…) décide de sacrifier dans les dépenses sociales qu’elle gère, et dans son devoir de remplir ses prérogatives, lui permettant d’apporter comme services publics solidaires, fraternels, le seul exercice républicain qui compte… et capable d’apporter et rétablir l’égalité des droits et les « libertés » de « l’Etat de droit »… et ce qui stigmatisera, ostracisera, humiliera à vie… l’enfance et descendance d’une mère isolée pauvre… qui discriminée de façon systémique, qui sur-exploitée dans ses positions de faiblesses, vulnérabilités… par le système capitalisme et électoraliste, paternaliste, et patriarcal… au point de devoir faire survivre à toutes les inégalités territoriales, scolaires, de « destin »… plus des 6 générations des descendances de cet enfant pris en otage, et des populations des plus pauvres, précaires, discriminées – 6 générations étant d’ailleurs insuffisantes, désormais, pour espérer accéder à « l’escalier social » et « sociétal » effondré…?

    Est-ce de la faute à cette mère isolée et surtout de cet enfant, si la seule parente ayant sa garde, n’a comme seule « destinée » politique, économique, « sociétal », de « civilisation » quoi… de gagner 20% de rémunération en moins par rapport à la gente masculine de son géniteur…?

    Est-ce de la faute de cette mère isolée et surtout du besoin essentiel de subsistance, d’accroitre ses connaissances…. de sa descendance… dans le plus jeune âge… si les doutes, incertitudes, indécisions des « ras le bol fiscaux » et « poujadismes » des « temps de cerveaux disponibles » qu’à vouer un « culte féroce à la « DICTATURE des émotions » sondées, des voisin.e.s de cette collectivité de plus de 2000 habitant.e.s… sont incité.e.s sans discernement, rationalité… ni morale, ni éthique… à juger par la maire ayant mis sa propre descendance à l’abri… que les besoins de cette famille et de cette partie des futures générations (dont le consumérisme devra continuer d’épuiser plus de trois planètes par an, aux périls de l’aggravation du dérèglement climatique, de la perte de la biodiversité, de l’intensification des guerres commerciales, monétaires, de « civilisations » etc ?)… « sont trop coûteux pour le service à rendre au public », improductifs et inutiles si ces services restent publics au lieu d’être privatisés…?

    Le « Quoi qu’il en coûte » de la « distribution à toutes et tous les étudiant.e.s en même temps » (étant les « parents pauvres » de la campagne vaccinale manquant de « munitions »… s’il est question d’inoculer une troisième quatrième, etc, dose aux « public prioritaire »), des repas minimums, nécessaires aux étudiant.e.s universitaires, repas à un euro, quoi… à t-il du souci à se faire, quand le principe de la GRATUITE des repas distribués dans les cantines scolaires, pour les enfants de familles pauvres et précaires, est mis à mal …? »

    2
  8. @Clo Clo :

    Le temps de rechercher le post où j’avais laissé le magnétoscope d’Albert , et la fraternelle interrogation ( Gné ?) n’était déjà plus en rayon . Alors , bien que Malraux n’ait rien dit là dessus , je remets ici l’énoncé de mon petit problème ( c’était en fait une tentative de l’un de mes petits fils de déstabiliser son grand père quand , en troisième , ce petit problème leur avait été posé ). Comme ça peut arriver à Clo Clo junior , autant que son père se prépare à être à la hauteur , en transpirant par anticipation . C’est son devoir du soir , et pas question d’un pastaga avant euréka :

    https://www.pauljorion.com/blog/2021/09/04/veille-effondrement-76-eloge-de-la-folie-a-la-recherche-dun-affect-mobilisateur-pour-eviter-lextinction-par-terence/#comment-861962

      1. Cé paskeu la dilatation du tempps cé de l’argend etke cé une histouar pour fere de noz petis enphants des kapitalystes.
        (Blanquer et Vidal me font parler « en langues », j’y peu rien :;)

        1
          1. Le problème est le suivant :

            « Il est 20 heures. Le magnétoscope d’Albert indique 4 heures du matin… mais c’est normal car il est déréglé : son horloge avance de 15 % plus rapidement qu’une horloge exacte normale .
            Quel horaire Albert doit il programmer pour enregistrer son émission préférée qui commence demain à 16h40 ? »

            Il est 20H et le magnétoscope indique 4H du matin. Le magnétoscope est déjà le lendemain et a donc 8H d’avance à l’instant T.

            Si il avance de 15% plus vite que l’Horloge normale exacte, il prend donc 9 mn par heure à partir de l’instant T n’est ce pas ?

            Si le film commence à 16H40, à l’heure de l’Horloge exacte, la programmation devra démarrer dans 20H et 40 mn du point de vue de l’Horloge exacte à l’instant T considéré, non ?

            Le magnétoscope va arriver plus vite que l’Horloge exacte du point de vue son horloge interne. Pour les synchroniser il faut que je lui rajoute une pénalité non ?

            Ce qui pour le magnétoscope devrait donner 00H40 à l’instant T considéré, le temps de l’Horloge exacte étant le référentiel à prendre en compte, auquel il faudra rajouter l’avance qu’il aura pris (20 h dans le cornet à 9 mn soit 180 mn donc 3H et 15% de 40 mn donc 6 mn, soit au total 186 mn dans la vue) et faire donc démarrer l’enregistrement à 3H46 mn du point de vue du magnétoscope pour être calé sur le point de vue de l’Horloge exacte à 16H40.

            J’ai foiré la compréhension du problème car j’ai la désagréable sensation d’avoir un doigt glissé dans le fion ?

            Mais le mieux n’est-il pas de le ramener chez Darty, de prendre une Box et un abonnement à Netflix à la demande ?

        1. J’ai une aversion viscérale pour les énoncés qui m’obligent à me mettre dans un cadre et un carcan déterminé et qui ont été pensé pour te glisser un doigt cognitif. Tu saisis le truc ?

            1. Bon tu vas m’empêcher de dormir avec tes conneries Juan ! 😀

              Allez je reprends la lecture différemment.

              En fait il faut se demander quelle heure sera-t-il à l’horloge du magnétoscope quand il sera 16H40 à l’Horloge exacte sachant que la première tourne 15% plus vite que l’horloge exacte.

              Il sera alors 6h et 48 mn de plus. Donc 23h28 mn ?

              1. Ou plutôt dans l’autre sens plus 15% … 1H52 minutes ? Celle là me semble plus approprié eu égard aux écarts initiaux entre les deux horloges, car la différence doit aller en s’agrandissant.

                Enfoiré, je déteste ces problèmes de baignoire qui se vide et de robinet qui coule.

                J’en suis à 4 résultats et j’ai encore mal au derche !

                1. Mais non cloclo tu avais bon le magnetoscope tourne à 1.15 h/h il aura donc 3.1 h d’avance sur le laps de temps en plus des 8h du départ ça fera 11.1 h ; 16.666+11.1 =27.766 h donc 3h46min du matin

                  1. On attend toujours Timiota , mais j’aurai déjà réussi ( valable peut être aussi pour Arnaud ):

                    – à empêcher Clo Clo de dormir cette nuit , ce qui prouve que c’est vraiment un frère ,car ces temps ci j’ai aussi beaucoup de mal à trouver le sommeil , et que nous étions au moins deux à partager ainsi le spectacle de la lune croissante ,
                    – à montrer grâce à lui que le doute peut aussi bien servir la recherche de la vérité que desservir la confiance en soi ,
                    – que , en particulier quand on doit concilier des référentiels différents , surtout si le temps est en jeu ,on peut rapidement déraper et ne plus savoir » où on en est  » , et que ceux qui prétendent trop vite « comprendre » la relativité généralisée ou pas d’Einstein sont des prétentieux dangereux ,
                    – qu’une IA , une fois confrontée à deux ou trois exercices du même type , ira toujours beaucoup plus vite que nous pour résoudre ces petits défis mobilisant simultanément les maths et la logique , et que l’on peut être matheux sans être totalement logique ou logique sans être vraiment matheux ,
                    – qu’il peut y avoir des cheminements logiques différents pour parvenir à la solution mais qu’il y des modes de rendu plus explicites que d’autres pour exposer sa démonstration et la transmettre .

                    Merci à lui de s’être prêté au jeu sans détour et je promets de ne pas continuer avec de petites énigmes sur fond d’hydraulique , de pression , de débit et de théorème de Bernoulli .

                    PS : dans la classe de troisième de mon petit fils , de ce qu’il m’avait rapporté , une moitié quand même de la classe ( parmi laquelle plutôt des filles ) avait pu apporter la bonne réponse et une démonstration suffisamment correcte , au bout de 10 minutes . J’ai trouvé que c’était plutôt bien , et qu’il ne fallait pas dénigrer trop vite notre jeunesse ( au moins celle de cette classe en cette année là ).

                    1. Juan j’ai mal dormi mais pas à cause de votre énigme. Laissez moi encore jusqu’à 14h pour vous faire une deuxième proposition et puis délivrez nous de cette insupportable attente.😉

                      Rêver ou contempler la Lune, quel est le plus beau ?
                      Et Rêver qu’on contemple la Lune…

                    2. Je préfère une bonne démonstration ( c’est le vrai but du jeu ) que le challenge du résultat , mais je vois que le doute vous taraude aussi .

                      1
                    3. Tmg=t0mg+V0Δt+1/2xƔΔt²
                      Δt=24-20+16+40/60=20h40/60
                      V0=1,15
                      Ɣ=0
                      Tmg=4+1,15x(20+40/60)
                      Tmg=4+23+46/60=27h46/60
                      Soit à 20h il faut programmer le magnétoscope pour à 3h46

                    4. Bon , et avant que Timiota ne propose une démonstration inspirée de l’aéronautique , d’abord dire que la réponse est effectivement 3h 46 ( c’est en tous cas sur elle que nous étions tombés d’accord avec mon petit fils ), mais ce que j’avais trouvé de plus simple et accessible pour partager la démonstration avec lui , reposait sur le cheminement suivant :

                      – il doit s’écouler 4 h + 16h 40 =20h40 soit 1240 minutes « exactes » entre le moment de la manip et la sonnerie d’alerte ;
                      – ces 1240 minutes « exactes » correspondent à 1240x 1,15 =1426 mn du référentiel  » magnétoscope »
                      – ces 1426 mn  » magnétoscope » s’expriment ( il suffit de poser la division en divisant par 60 ) 23 heures et restent 46 minutes du référentiel  » magnétoscope ».
                      – en partant des 4 heures affichées sur le magnéto , c’est donc bien à (4h +23h 46) – ( 24 h ) = 3h46 qu’il faudra réglé la programmation dans le référentiel « magnétoscope » .

                      ( on notera au passage que ça n’est vrai que si on percute et agit sur la programmation en sensiblement moins qu’une minute ….)

                      Pour Clo Clo et Arnaud : en semblant mettre en doute vos réponses , je pensais titiller en fait Timiota , et lui faire redouter un  » loup » qui n’existait en fait pas . Mais le doute a transpiré plus que je ne le voulais !
                      Mon petit fils m’avait aussi indiqué qu’une bonne partie de celles et ceux qui s’étaient égarés , dans sa classe , avaient eu en fait des difficultés à utiliser « dans le bon sens  » la contraction ou dilatation du temps  » et des erreurs d’emploi des rapports de conversion ( c’est un peu , de façon plus triviale , ce qui fait que beaucoup se perdent dans les taux de TVA , entre taux  » en dehors  » ou taux  » en dedans » ).
                      Pour Clo Clo qui est le seul à avoir tenté une démonstration logique en langage courant : il n’y avait donc pas de piège de biais mystère , comme on en trouve un , assez grossier , avec la devinette suivante : combien vaut la moitié de 2+2 ? Mais , ce soir , pastaga et au lit de bonne heure .

                      Merci et bravo à tous les joueurs !

                      Je laisse le soin au taulier de voir si ce petit exercice éclaire la relation réel/vérité ( ce que je ne crois pas , ici , dans la mesure où réel et temps ne font pas forcément bon ménage , et où seul l’affichage est « vrai » dans chacun des deux référentiels ).

                    5. Vous pouvez offrir le livre de Georges Polya  » comment poser et résoudre un problème  » à votre petit fils , ça lui sera toujours utile

                    6. Non, une fois qu’on connaît l’écart entre l’heure H et l’affichage du magnétoscope et qu’on connaît le rapport de vitesse d’écoulement du « temps » (1,15), on peut programmer le magnétoscope quand on veut. L’heure de démarrage est invariable.
                      Ma démonstration s’appuie sur une formule qui permet de calculer la position d’un objet dans l’espace en fonction de la position initiale, de la vitesse et de l’accélération.
                      Position=Position de départ + vitesse de départ x temps écoulé + 1/2 x accélération x temps écoulé²
                      Si on assimile l’affichage du magnétoscope à la position
                      on a vitesse de départ=rapport de vitesse=1,15 et pas d’accélération.

                    7. Sacré Juan !

                      Toujours choisir dans la vie le langage simple pour être compris de tous. Et comprendre par soi-même. Ce qui ne peut être formulé simplement et pour le plus grand nombre est à améliorer de mon point de vue.

                      Je peux même douter de ma propre existence, alors d’un raisonnement logique tu parles !

                    8. @Baranrd :

                      Trop tard, car au moins 7 ans sont passés là dessus , et parmi mes 6 petits enfants ( 3 filles et 3 garçons ) , il n’y en a plus que 3 que j’arrive encore à  » tenir en respect » .

                      Et encore , pas tous les jours , car il y a des colles d’Astrapi qui arrivent à me désarçonner !

                    9. @MG :

                      La formule bien connue que vous évoquez , n’est pas forcément ce qui vient le plus naturellement à l’esprit pour décliner un raisonnement logique répondant à l’énoncé , d’autant que , si ma mémoire ne s’embrouille pas trop , on apprenait en outre  » x = x° + v° t + 1/2 gt 2  » ( je sais pas faire les exposants ) plutôt en seconde ou en première qu’en troisième .

                    10. Je ne sais à quel age on apprend cette formule, je dormais au fond la classe la plus grande partie du temps et lisais « une brève histoire du temps » pendant mes cours d’anglais de 3e.
                      J’ai utilisé cette formule car cela m’amusait d’avoir des vitesses exprimées en seconde par seconde.
                      Si j’avais dû expliqué la chose à un 3e j’aurais quand même tenté l’aventure parce que j’aime torturer les enfants.
                      L’affichage de l’horloge et du magnétoscope ont des vitesses d’incrémentation différentes.
                      On peut écrire la formule du déplacement d’un point 0 à un point A pour chacun des objets. forme HA=H0+V0t
                      Puis on extrait le facteur commun « t » de la première formule pour l’inoculer dans la deuxième.
                      On choisit une origine (par exemple minuit) et une unité de temps (par exemple minute) et on réduit le tout.
                      On a exprimer l’heure du magnétoscope en fonction de l’heure de l’horloge dans un référentiel commun.
                      ça me donne Hm=1,15Hh+516 (si je ne me suis pas trompé sur mon coin de table). Après c’est de l’application numérique en faisant attention au référentiel.
                      A l’époque un problème m’avait amusé de longues heures:
                      « J’ai deux fois l’âge que vous aviez quand j’avais l’âge que vous avez. Quand vous aurez l’âge que j’ai, nous aurons à nous deux 99 ans. Quels âges avons-nous aujourd’hui ? »

                    11. @MG :

                      J’avais aussi connu le petit énoncé très amusant et déroutant que vous donnez in fine .Ça m’avait aussi pris un bon quart d’heure pour démêler les fils sans erreurs . Mais aujourd’hui , en troisième ou même en sixième , et au fond de la classe ou au milieu de la cour de récré , il suffit à la petite tête juvénile de chercher sur son smartphone la solution ; étonnez vous que les professeurs dépriment et que l’apprentissage logique se dégrade …

                      https://fr.quora.com/%C3%89nonc%C3%A9-du-probl%C3%A8me-jai-deux-fois-l%C3%A2ge-que-vous-aviez-quand-javais-l%C3%A2ge-que-vous-avez-et-quand-vous-aurez-l%C3%A2ge-que-jai-nous-aurons-%C3%A0-nous-deux-72-ans-Quel-est-l%C3%A2ge-de-chacun

                  2. Pour Clo Clo , je mets la réponse à la devinette  » que vaut la moitié de 2+2 ?  » :

                    En fait on joue plus sur la réception sonore immédiate de la question , car la réponse est ….3 .

                    La moitié de 2 ( =1) + 2 , soit 3 .

        2. t’=1.15*t et toussa ?
          Argh, en pleine rentrée, dur dur…
          Je demande un délai de 1,15 fois le temps que j’aurais mis à répondre en temps normal
          (suivant la célèbre loi de Hosftadter : « ça prend plus de temps que ce qu’on pensait, même en appliquant la loi de Hofstadter » !

          1. Je croyais que c’était plutôt ce qu’on appelle la loi de Murphy :

            « Chaque problème prend plus de temps que ce que l’on imagine au départ . Rien n’est aussi simple qu’il ne parait » .

            Mais il y a au moins un psychanalyste qui n’est pas d’accord .

        3. Ben de mon côté je reste à 3h46, mais je rajoute « à la date du lendemain .
          Il est 20h » temps réel » et l’émission passe le lendemain à 16h40 « temps reel »
          L’emission commencera donc dans ((4+16)*60+40)=1240minutes « temps réel ».
          Pour le magnétoscope ce temps correspond à 1240*1.15=1426 minutes « temps magnétoscope » = 23 heures et 46 min « temps magnétoscope ».
          Au moment de la synchronisation il est 4h au magnétoscope.
          Donc 23h+46min+4=27h et 46 min « temps magnétoscope ».
          Donc il faut régler sur 27h46-24h =3h46 min à la date de demain.

          Ps merci de nous faire faire un voyage dans le temps de feu les cassettes VHS !

  9. Amis du blog, mes yeux sont effarés, mes oreilles semblent tout à coup comme coupées de vos mots. Que me disent donc mes oreilles (de musiciens!) ?

    1) L’interprétation de H.E.R me fait sourire béatement dès les premières mesures : non, me dis je? Encore une violonade (boisson sur-sucrée au violon pour téléspectateurs égarés)? Tout ce monde sur scène? pour quelques appuis.. sur la voix. Diantre! Voilà bien une farce musicale toute huilée, ou quelques marionnettes genrés semblent juste figurer visuellement le concept de groove, celui ci étant, du coté des oreilles imperceptible : no groove.
    Passons sur la décoration de la Diva, ma foi totalement déconnecté du fond du message..), et écoutons : sa voix est sirupeuse, mais point posée ni avec justesse ni avec force et puissance. Et surtout, l’ensemble est une mascarade auquel il manque un élément essentiel a ce qui pourrait nous toucher : la limite, la prise de risque, l’audace, la révolte intérieure puissante, une force intérieure. Ainsi cette interprétation est pour moi paradoxale, dyslexique, voir perverse au sens de pervertir le message initial en le diluant dans un blougi-blouga hyper « produit » – nous avons là une super production… à la ***!

    2) Passons à la deuxième version, celle de Jeff Buckley. Ça va être rapide : l’ensemble est homogène : simplicité des moyens, une guitare une voix, du noir et blanc. Le tout est beaucoup plus « sale » que la version her : la guitare est distordue, ça bave, ca dégouline, ca joue avec le faux mais ca ne l’est pas.. il tient sa voix, joue avec la module, et nous emporte dans un frisson sur la crête du risque : il fait sentir qu’il atteint la limite du précipice.. mum.. ca vie! touché! Et il pourrait chanter pour nous, la devant ou que cela soit un ami ou nous méme. Cela reste a taille humaine, réaliste.

    Mon cher Paul, votre aversion pour le son sale, signifie peut être quelque chose? (:))

    Il semble en tous les cas important de rappeler que la notion de justesse est très culturelle, (hormis semble t il une base de 5 tons assez universellement reconnus et communs à de nombreuses ethnies). Les baroqueux ont leur propre notion de justesse, les jazzeux une toute autre, etc.. nos amis bretons et corse encore d’autres. Bref : la justesse est une de ces vérités qui n’existe pas, et c’est probablement le bon endroit pour le rappeler 🙂

    Et c’est l’occasion aussi de rappeler que le musicien talentueux, celui qui arrive a faire passer des émotions, à nous faire vibrer n’est pas celui qui joue « juste » de bout en bout.
    — D’une part parce que cette prétendue justesse peut aussi bien être tout simplement fausse.. (c’est le cas de notre tempérament moderne qui n’est pas mathématiquement juste ce que certaines oreilles perçoivent, et qui n’a pas la subtilité de certains tempérament pré-19eme siècle, savamment tempérés – tout simplement parce que cet art là s’est avéré être trop compliqué pour accorder la production industrielle de piano du 19eme siècle). Ainsi l’art du blues est d’aller chercher quelques notes discordantes et de les intégrer mélodieusement en jouant sur le faux/juste, de telle sorte que cela soit perçu comme juste!
    — et surtout parce que pour nous toucher, tout l’art est de s’échapper de la justesse, jouer avec et « augmenter » la pâte sonore, en lui ajoutant des notes qui prises une a une pourraient sonner fausses mais qui en lien avec d’autres notes justes sont perçues comme plutôt juste. ( cela s’entend très bien sur les notes basses de HER qui ne semble pas maitriser plus que ca la chose, ce qui passe mieux sur les notes basses..)

    Bref, qui sait jouer faux a bon escient, vise juste 🙂
    Et je vous trouve cher Paul, ma foi, fort.. injuste, voir.. faux!
    Votre avis sonne faux à mes oreilles 🙂

    Vous aurez tous deviné que j’adore l’émission de France Musique du dimanche après-midi.. le masque et la plume, et que je trouve ici l’occasion d’être aussi.. comment dire? langue de vipère que les tartufueux animateurs de ladite émission qui à la fois me font rire à me tordre et m’apprenant toujours des trucs! Bonnes-z-écoutes à vous. Et surtout, chers frères, chères soeures, belles prières à vous.

    7
    1. @Roberto,
      Entièrement d’accord avec votre point 1 (au moins). Merci de l’avoir exprimé aussi nettement. Et j’ajouterais, si j’osais : virez la vidéo, contentez-vous d’écouter la bande-son : le constat est encore plus accablant.

    2. Pour la première fois cet été, des voisins d’un camping assez confidentiel par ailleurs mais qui n’avait que deux bonnes places un peu « en balcon », nous ont demandé
      s’ils pouvaient quand même mettre la radio pour « le masque et la plume ».
      Un must décidément (qui n’est pas à ma portée toutefois, j’en connais trop peu).

      Pour HER / Alleloujah, on s’amuse bien, nous avons tous appris une certaine forme de perfection musicale
      (vu qu’on a les enregistrements des meilleures interprétations en classique et un filtrage fort sur les radios grands publics)
      mais la trace de l’humain qui veut faire sentir « sa déchirure » est quelque chose de pas net, forcément un « entre deux ».
      C’est ce qui fait les divergences d’appréciation. Soit on se satisfait d’une « déchirure un peu aseptisée » mais harmoniquement réussie
      (HER vs Cohen), soit on aime chez JB « de la déchirure » plus brute, et l’harmonie passe au second plan.

      A noter qu’en terme de style littéraire (la plume, hein), Paul est imbattable sur la perfection des enchainements et des subordonnées relatives,
      avec les nuances de verbes appropriés (« consentir », etc.) . Ce qui est plus proche de la réussite harmonique de HER que de l’impression
      d’un début de répétition de JB…

      En attendant qu’une AI vous fasse votre choix sur mesure (La Callas_AI chantant Lucy in the sky with Diamonds ? c’est possible !)

  10. Ce message ne s’adresse pas en particulier à « Juillot Pierre 13 septembre 2021 à 19 h 01 min « .

    Si vous avez des envies sexuelles regardez un film de cul fait par des professionnel, il n’y a pas plus ethique et virtuel actuellement. Et masturber vous.

    Si vous avez une amie ou un ami et vous avez des envies sexuelle, une ambiguité comme on dit, masturbez-vous avant de la ou le voir sur tout autre chose déjà cité.

    Merci, d’avance

    Voir aussi, le film Boogie Nights:
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Boogie_Nights

    1. Que répondre à votre inhibition à lire plus a fond ce que d’autres que vos « envies » n’envisagent pas d’exister… peuvent chercher à exprimer…?

      Que répondre à votre intervention qui semblant ne pas vouloir assumer interpeller directement, ni trop exacerber ouvertement indirectement – votre/notre curiosité à vouloir s’initier dans…? – l’intimité de ma vie sexuelle, de ses frustrations/jouissances (avouables/inavouables, et/ou traçables via les « réseaux sociaux »…?), ni dans la complexité de celles sexualités des autres blogueurs-euses d’ici comme d’ailleurs (en présumant que vous ayez détecté des failles dans mon jeu de mot [« lapsus révélateur »?] entre saint et sein, par rapport à mes interventions antérieures révélatrices de mon intérêt à satisfaire les besoins de mes enfants, de ma famille recomposée… tout en me souciant prioritairement des plus pauvres précaires que nous…?), que répondre à l’ambiguïté de votre intervention qui me semblant suspecter que vous doutiez qu’un problème personnel d’objectivité dans mes jugements éthiques et moraux, vis à vis de ma sexualité, puisse me discréditer, dévaloriser… devrait, par exemple, me faire ressentir coupable de ne pas œuvrer à limiter la croissance démographique de la « pureté de ma lingée »… pour faire baisser l’emprunte carbone… et consumériste… par rapport aux risques de dérèglement climatique, de la perte de la biodiversité, des guerres commerciales, monétaires, de « civilisation », et aux risques de contagiosités pandémiques, ou de demande de justice « sociétale », vis à vis de la gestion ultralibérale de la crise sanitaire …?

      Que répondre à l’ambiguïté de votre résolution toute personnelle… et paraissant difficilement avouable… de votre prise de conscience personnelle, de votre rapport complexe, ambigu, à votre sexualité, si ce n’est de suspecter, que je ne serais pas capable d’accepter de sacrifier certains de mes gosses, petits enfants… des futures générations de mes descendances…. pour le « bien être de la sexualité »…. des plus « méritant.e.s », « élites »…?

  11. Suite au message ne s’adresse pas en particulier à « Juillot Pierre 13 septembre 2021 à 19 h 01 min « .

    Il se trouve que en cherchant, pas generalisable pour l’instant, j’ai reussi a enlever toute envie sexuel, j’en avait plein,
    en gros comme les autres a ma connaissance, et quelques essais concrets aussi dans ma vie.

    Et c’est genial, vous avez 10 ans, vous etes libre a nouveau réellement.

    Je regarde les gens perdu la-dedans
    qui ne comprennent pas que ces
    histoires sexuelle ou d’amour,
    c’est leur plus grand malheur.

    1
    1. A xav, du 14/09/2021 à 0h 41mn
      Si je vous ai bien compris, vous cessez de considérer des stimuli en tant que porteurs d’une information de nature sexuelle. Il s’agit d’une mise en bruit partielle d’un signal quel qu’il soit susceptible d’induire une boucle nommée, en l’occurrence, désir ou plaisir sexuel. L’arrêt du fonctionnement de cette boucle, au sein de laquelle il semblerait que vous dépensiez pas mal d’énergie, par dissipation, va en faire fonctionner d’autres (comme lorsque vous aviez 10 ans) qui jusqu’alors était sous-exprimées. Or, souvent, dans un premier temps, l’intensité de l’exploration de nouvelles boucles est telle qu’on a l’impression d’un feu d’artifice ; à la mesure – et c’est votre cas – de l’énergie dépensée pour faire tourner la boucle précédente. Ensuite ça se calme.
      Mais attention avec la pratique. Ce n’est pas parce que vous avez mis en évidence, en l’explorant, un seul des aspects d’un processus, que vous pouvez en tirer des généralités – vous dites que vous ne pouvez pas généraliser sur votre pratique mais vous le faites une heure plus tard à propos de l’objet qui l’intéresse –. On ne théorise pas à partir d’un seul exemple. Il faudrait que vous accumuliez un certain nombre d’expériences pour en déduire, éventuellement une théorie. Ainsi, sur la base de l’étude d’un échantillon unique, statuer sur la réalité du sexe en tant qu’elle serait horrible – là vous avez généralisé – est irrecevable. En pratiquant, qu’elle que soit la méthode, ce qui est vrai pour vous ne l’est pas forcement pour les autres.
      Mais je ne voudrais pas finir sur une note négative, et mises à part la petite mise au point que je n’ai pu m’empêcher de vous signifier à la fin, je suis enchanté que vous ayez mis le doigt sur quelque chose qui, à mon sens, est essentiel à propos du fonctionnement de la psyché humaine.

      1
      1. pour stephane, « Stéphane 14 septembre 2021 à 12 h 37 min  »

        J’ai fait plein de science exacte, bac +16 (le s équivalences)…
        J’ai parle d’une experience et ce que j’en resssent.

        Vous connaissez Skorokhod, Kolmogorov, Markov, Levy?
        Que Gauss ne s’interessait pas a la loi des grands nombres (erf), et la premiere quantification,
        que cela ne reste pas une intuition, c’est pas lui?

        Et je n’ecris pas un truc aussi vague:
        « Il s’agit d’une mise en bruit partielle d’un signal quel qu’il soit susceptible d’induire une boucle nommée, en l’occurrence, désir ou plaisir sexuel.  »

        J’aurais du arrêter la. On dirait du Non- Boudieu, pour se rendre credible. Désolé si je me trompe ou suis vexant.

        C’est pas plus pretentieux ou vexant d’etre indirect et plein d’hypocrisie qui revienne au même (je ne parle pas de vos propos ici).

        J’ai lu tellement de trucs vague en science qui voulait finalement rien dire. Si vous ecrivez une reponse, faites la pour les autres, je n’ai reelment pas le temps en fait (faut m’ecrire des trucs plus clairs qui me servent).

        Test pour voir: pourquoi la loi de Newtown, c’est en 1/r2 et m1xm2 comme coulomb,

        Peut-etre que si on se connaissait malgre tous mes propos, on se marrait bien et on s’entendrait.

        1. Merci pour la dernière ligne.
          Désolé pour la pique.
          Quant à la clarté, au format du commentaire sur un blog : ça passe ou ça casse et c’est effectivement une question de temps.
          A+.

  12. Suite de mon message « xav 14 septembre 2021 à 0 h 41 min  »

    La méthode que j’ai fait est tellement trash psychiquement que je préfère rien
    dire tant que j’ai pas trouvé plus facile.

    En gros, il faut voir ce qu’est réellement la sexualité et c’est horrible pour l’instant a voir, a vivre…

  13. N’y a t-il pas une fausse note qui passe par la bouche et finit dans notre estomac ? notre oreille l’entend t-elle ?
    https://www.theguardian.com/environment/2021/sep/13/meat-greenhouses-gases-food-production-study
    « La production mondiale de viande émet 28 fois plus de gaz à effet de serre que les plantes en croissance, et la plupart des cultures sont cultivées pour nourrir les animaux destinés à l’abattage.

    « La différence d’émissions entre la production de viande et la production végétale est flagrante : pour produire 1 kg de blé, 2,5 kg de gaz à effet de serre sont émis. Un seul kilo de bœuf, quant à lui, génère 70 kg d’émissions ».

    2
    1. Pour toutvabien 14 septembre 2021 à 7 h 26 min

      C’est rien en fait en ordre de grandeur, un truc boudiste ou d’Asie: Tout est faussé!
      Max 20% pour etre tres tres gentil.

      Presque tout le monde se rend pas compte que ce qu’ils font sert a rien. Moi aussi je le fait et peut-être plus que tous les gens des commentaires! Je prends le pari: pas de voiture, presque pas de chauffage, pas de vacances, une seule fois de la viande depuis 1 an a peu pres mais pas du tout pour ces raisons, ca ne sert a rien!

      Je fais ca pour mon plaisir et pour des circonstances.

      En fait on a 2 sources d’energie inepuisables et presque pas du tout utilisé. Je vous laisse trouvé, on en parle jamais.
      On a decide que c’etait pas rentable, on a jamais fait cela a des grandes échelles.

      Pourquoi, mystere!

      C’est comme les centrales nucléaires, il faut que ce soit le plus simple possible
      et c’est facile. C’est la raison principal qui a fait que cette énergie controversé s’est dévelloppé.
      Ils font l’EPR, une usine a gaz apparemment, pourquoi: mystere!

  14. Je viens de lire un peu Aristote, il y a plein de version qui ne disent pas la meme chose, j’en
    suis convaincu depuis longtemps! Je revient toujours a la version BARTHÉLEMY SAINT-HILAIRE
    Les versions recentes 1950 me paraissent catastrophiques.

  15. A quel « saintes croyances »/ »saines analyses » vouer sa quête de spiritualité, ou palier aux manques de repères, sens, cultures…?

    «  »Guerre… » civile « … et paix. » virtuellement augmentée.

    Un des « experts » (soit disant de « gauche macronienne » – Jean-Luc Mano) de l’émission de lci, éditorial portant approximativement le même même nom, a affirmé en substance que vivre dans une dictature, signifie que l’Etat, vient chercher indistinctement n’importe quelle citoyenneté n’étant pas vaccinée, pour aller se faire piquer entre deux gendarmes ou policiers (ça ne vous rappelle pas quelque chose- comme une proposition d’un « sachant » de droite extrême/extrême droite ?)…

    Cette argutie censée s’opposer avec la verticalité de la « main invisible » et non tremblante du pouvoir/savoir (des « marchés » ?)…. aux craintes, doutes, incertitudes des manifestant.e.s des samedi, exprimant ne pas vouloir vivre dans une dictature, avec l’obligation vaccinale à géométrie variable et son passe sanitaire à la Française, n’a pas non plus apporté la preuve qu’il existe réellement parmi une des dictatures du globe, actuellement, une « citoyenneté » du bras « armée » la défendant, refusant la vaccination, étant emmenée de force se faire piquer, encadrée de ses collègues…

    La géométrie variable de l’obligation vaccinale singulière, à la française… exempte en effet le personnel du « monopole de la légitime violence de l’Etat », votant à plus de 50% pour l’extrême droite, d’avoir à se soucier de risquer d’être suspendu, sans rémunérations, ni droits, ni protections sociales, voire d’être licencié à terme… s’il refuse d’être vacciné comme les soignant.e.s, pompiers… en ont l’obligation… alors qu’il a le « devoir » d’être « exemplaire » (avec les salarié.e.s/employé.e.s « consentant » dans les propriétés privées entrepreneuriales… et « fonctions « régaliennes » à la « collaboration »… sans avoir conscience que la science… les teste à l’aveugle en phase 3…?) dans le contrôle de leurs passe-sanitaires (aux soignant.e.s…)…

    Son « exemplarité » et/ou exemption, « dispense de peine »… impunité et « immunité collective »…. à ce « monopole de la légitime violence de l’Etat »… par rapport aux brutalités commises dans un contexte de « discriminations systémiques » lors des contrôles aux faciès, et des « manifestations interdites », n’est même pas remise en cause donc…?

    La géométrie variable de cette mesure politique – ici : l’obligation et son passe sanitaire… là : le refus de mettre en licence libre, les brevets permettant de fabriquer des munitions vaccinales, pour les inoculer à toutes les populations du monde entier, « en même temps », et de mettre fin à la spéculation des stocks gérés en flux tendu, et des prix, d’une troisième, quatrième, cinquième… dose vaccinale, aux primo vacciné.e.s… comme des masques, gants, blouses, respirateurs, oxygène de réa, médicaments, réactifs de tests, capteurs de CO², purificateurs d’air, manquant drastiquement aux services publics hospitaliers, écoles, etc des pays riches et plus encore des pays pauvres, pour être plus efficace dans la lutte contre cette pandémie – cette géométrie variable se distinguant par son changement de forme, de substance, d’état… suivant quel point de vue l’observe, et la raconte… n’est-elle pas la « complice du pire » de la « DICTATURE des émotions » sondées des doutes des temps « de cerveaux disponibles » préférant déléguer leur « consentement » au « culte féroce » obscure, occulte (et ses secrets d’affaires », conflits d’intérêts, clientélisme, carriérisme, corruption…) seul capable de « réconcilier » leurs incertitudes, indécisions (abstentionnismes compris), avec leur « ras le bol fiscal », « poujadisme »…?

    Et ces « temps de cerveaux disponibles » français n’ont pas à s’inquiéter de n’être invités qu’ à préférer haïr plus précisément – singulièrement au sens de campagnes électorales se focalisant plus sur le tout sécuritaire, la peur de l’immigration que sur les angoisses réelles et majoritaires – et en particulier : les « ayatollahs de l’écologie », les « khmers verts », la « dictature des juges », et autre « dictature écologique », les « radicaux » et « terroristes » de eXtinction Rébellion, des décrocheurs de portraits, des gilets jaunes, les mouvements « sociétaux » du « déboulonnage », des luttes contre les « discriminations systémiques », contre le patriarcat et paternalisme occidental au relent colonialiste et néo-esclavagiste… et autres luttes syndicalistes, antivax et anti passe sanitaire, terroristes religieux…?

    S’il y a une chose que les dirigeant.e.s du public et privé – s’inquiétant prioritairement de savoir comment lutter contre la MENACE (pour eux-elles, équivalent à vouloir « déboulonner » leur endogamie, reproduction classe, pouvoir…) de justice sociale, et « sociétale » – ont appris à reconnaitre comme « bonnes leçons de morales », « éthiques » des échecs, désastres – ou autres « bon sens » prétendant « qu’il y a du bon dans le coté obscure de la force » – des dictatures ayant émaillé l’Histoire de l’espèce humaine, qui au bord de son extinction, a cause de ses parts de responsabilités dans l’explosion et le creusement amplifié des inégalités (territoriales, scolaires, de « destin »…), de la précarité… durant cette gestion ultralibérale de cette crise sanitaire, parts de responsabilités dans l’amplification des misères du monde (crises des réfugié.e.s… inondations, sécheresses, etc, raréfactions de ressources et « compétitivité » de la croissance démographique…) qui pourtant « sans équivoques » dans l’aggravation du dérèglement climatique, de la perte de la biodiversité – et ses conséquences sur les émergences de zoonoses – dans les guerres commerciales, monétaires de « civilisation », sont ou niées, ou classées dans le négationnisme des « théories complotistes », « conspirationnistes »… s’il y a une chose que des dirigeant.e.s, « experts »… « sachant.e.s »… pantoufleurs… ont pu apprendre, des dictatures du passée… et du présent… n’est-ce pas d’en déguiser certaines des méthodes les intéressant le plus (les « externalités négatives » des pollutions », du productivisme consumériste, épuisant plus de trois planètes par an pour le modèle de croissance français), en les compartimentant, segmentant, diluant derrière autant le principe de « géométrie variable » (du principe de précaution…) que les « variables d’ajustement » du nombre de morts ; dues aux facteurs si multiples de comorbidité, qu’ils rendent impossibles de tracer à court terme électoraliste les effets secondaires à moyen et long terme des « vaccins… » ; dues aux pathologies chroniques ne pouvant être soigné en raison de risque permanent de saturation des services publics hospitaliers, et de politiques austéritaires de « réformes structurelles néolibérales » menées durant de décennies en ayant diminuée le nombre disponible de lits de réa (référence aux « soins ambulatoires » quand aujourd’hui l’exécutif… et ses oppositions droitières comptent sur la mobilisation des « libéraux » ?), et les moyens du et en personnel public ; dues au manque de munitions vaccinales disponibles pour le monde entier, rendant les mutations, variations du coronavirus plus susceptibles d’aggraver la crise sanitaire pandémique, de la faire durer longtemps ; dues à la suspension de personnel hospitalier, non vacciné, allant manquer aux biens communs, à l’intérêt général, en cas de nouvelles vagues…?

    Combien de dictatures se sont faites passées pour « humanistes », « humanitaires », quelque part (certaines même font comme les pays occidentaux, envoyant des doses de « vaccins… » aux pays plus pauvres) en ayant proposé d’aider certaines causes… sans n’avoir non plus remis en cause et question, fondamentalement, le capitalisme, le néolibéralisme…? »

Répondre à Ar c'hazh du Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.