La Covid et la grippe, similitudes et différences, par Jean-Baptiste Auxiètre

Tout d’abord l’immunité acquise. En gros elle est au moins du double pour la grippe en durée à celle de la Covid : 1 an pour la première et en gros 6 mois au mieux pour la seconde.

Ensuite les variants : d’une façon générale vous n’êtes pas immunisé pour le variant suivant et pour la plus grande partie car la durée d’immunité est trop courte mais en plus la variation est telle que les anticorps restants ne reconnaissent plus le virus.

Sont-elles des maladies saisonnières : pour la grippe oui, elle disparaît quasiment totalement en été, hélas pour la Covid, elle ne disparait pas du tout, il y a seulement une atténuation. Donc il n’y a pas cet effet de « nettoyage » pour la Covid comme pour la grippe ce qui explique que l’on ait des vagues en continu et pas une vague par an et donc que contrairement à d’autres maladies respiratoires, la pandémie ne se limite pas à une ou deux vagues mais à une multitude de vagues pour la Covid.

La maladie irait en s’atténuant ? Là pour la grippe on le sait : chaque variant suivant peut être léger ou pandémique. Pour la grippe : la grippe Espagnole et la grippe asiatique et donc, non, il n’y a pas de règle comme quoi le variant suivant serait plus atténué : il y a une part d’aléa. Donc pour la Covid , ce n’est pas parce que la variant Omicron serait plus « light » que cela deviendrait instantanément un rhume. Alors pourquoi se pose-t-on la question ? Parce que les autres coronavirus sont devenus des rhumes bénins. Oui mais en combien de temps ? Des milliers d’années au prix probable d’une multitude de morts dans l’espèce humaine et une sélection naturelle des gènes les plus protecteurs. Mais imaginer que cela peut être raccourci à quelques mois ou années semble dans l’histoire des maladies complètement illusoire.

Comment et en combien de temps pourra-t-on arriver à une sortie de crise ? Premièrement, en n’attendant pas un miracle que l’on souhaite certes, mais d’une improbabilité elle-même très probable ! Les vaccins plus généralistes, et des traitements réellement efficaces vont nous sortir de cette situation (4, 5 ans en tout) mais il faudra les deux : pour les premiers il y a réellement un délai de fabrication qui reste de 6 mois entre l’apparition d’un variant et sa diffusion, et pour les traitements pour l’instant ils sont symptomatiques et peu efficaces en réalité, même si avoir une efficacité de 30% est significatif au point de vue mathématique, mais au niveau individuel c’est nettement plus discutable.

Partager :

146 réflexions sur « La Covid et la grippe, similitudes et différences, par Jean-Baptiste Auxiètre »

  1. J’ai vu des courbes intéressantes concernant ce CVirus. Basées sur l’apparition des variants et sur l’observation des épidémies successives, elles faisaient apparaître une sorte de rythme: les branches des variants se subdivisent tous les quinze jours et les branches ont en moyenne une durée de vie d’environ huit cycles.
    Après ces huit cycles, le variant – ayant continué de muter est devenu non viable et disparait. Ceci se voit aussi quand on regarde la durée de l’épidémie qui passe (par le nombre de personnes infectées par ce variant).
    Je ne m’explique aucunement ces durées.
    Mais la déduction qui m’a sauté aux yeux est que s’il faut six mois pour faire un vaccin sur un variant, ça ne marchera jamais: le variant en question est termine son cycle avant la sortie du vaccin.
    Ceci sans nier que ces injections ont avoir un effet observable sur la gravité de la maladie.

    3
  2. @JBA

    Merci pour l’article

    Pour compléter
    L’efficacité du vaccin de la grippe sur l’hiver 2015-2016 suite à mutation du virus grippal en circulation, H3N2

    https://www.santepubliquefrance.fr/content/download/60967/document_file/bulletin-grippe-s09-1557693601.pdf

    Couverture vaccinale:
    La couverture vaccinale des personnes à risque, sujets de tous âges atteints de certaines pathologies chroniques et personnes âgées de 65 ans et plus
    * 31 décembre 2016 estimation : 46%
    * 31 décembre 2015 pour la saison 2015-2016 estimation 47%

    Efficacité vaccinale:
    Les résultats de l’étude européenne I-Move montrent une efficacité vaccinale modérée contre le virus A(H3N2) :
    * population générale 38%
    * populations à risque 26%
    * les personnes de 65 ans et plus. 23%

    https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/maladie-vaccin-grippe-mutation-reduit-son-efficacite-2016-57092/
    Le vaccin contre la grippe n’aurait protégé que 20 à 30 % des personnes vaccinées.
    La protection réduite du vaccin contre la grippe s’explique par une mutation de la souche H3N2 dominante en 2016,

    La mortalité de la grippe a été estimée à 14 358 décès comparable à celui estimé pour l’épidémie grippale de 2014-2015.
    Plusieurs facteurs ont contribué à cette forte mortalité :
    * la circulation quasi exclusive d’un virus A(H3N2), responsable de formes graves chez les sujets les plus fragiles,
    * une efficacité vaccinale faible du à la mutation H3N2

    Vaccination pour la grippe :
    1 dose par an
    Vaccination pour le Covid :
    *3 doses à ce jour où la troisième dose de rappel a été ramenée à 3 mois après la deuxième dose.
    * une quatrième dose est déjà prévue voire appliquée pour les personnes à risques ( Israel)

    4
  3. L’immunité du vaccin pour la grippe n’est pas d’un an, un an c’est la périodicité de vaccination pratiquée.
    En fait cette périodicité résulte de la saisonalité (annuelle) de l’épidémie.
    L’immunité apportée par le vacin, comme par l’infection surmontée, est semble-t-il à la fois plus longue et plus courte.
    Plus longue en cas d’infection ancienne ou de vaccination adaptée avec un variant qui revient sous une forme analogue plusieurs années après.
    L’immunité cellulaire à long terme résiduelle cumulative au fil des années et variants de vaccins.
    Il pourrait même être favorable d’avoir été vacciné une année précédente pour un variant finalement mal adapté à l’époque.

    Plus courte en fait, de quelques mois seulement, confirmé par le positionnement de la campagne de vaccination très précisément dans le temps par rapport à la saison froide.

    Il n’est pas possible de se vacinner en avance et la date est suffisammnt tardive pour avoir l’effet optimum sur la durée de la période épidémique.

    Cette immunité à court terme liée aux anticorps est plus courte : 6 mois pour la grippe (3 mois pour le coronavirus).

    Pour la grippe il est d’usage de considérer que les nouveaux variants sont d’apparition annuelle, apparaissent avec la nouvelle saison et étaient ceux présents dans l’autre hémisphère.
    Classiquement le vaccin diffusé dans l’hémisphère nord résulte des variants détectés dans l’hémisphère sud.
    C’est habile, comme si les variants provenaient de cet hémisphère, mais procède-t- on à l’hypothèse inverse ?
    Peut être n’y a-t-il pas de marché suffisant ?

    La protection (tout au moins pour l’essentiel de la population) est immunitaire, lié à la présence d’anticorps et de cellules « tueuses » suite à une exposition préalable et ne semble pas d’origine génétique (transmissible).

    Le délai d’obtention d’une relative immunité est liée à la vitesse de cette exposition dans la population et ne semble pas lié à des phénomènes de sélection naturelle (chez le mamifère porteur) très lents.

    La mortalité appremment élevée quoique toute relative qui a attiré l’attention sur ce virus est lié à son caractère nouveau et à la naïveté de la population qui en découle.
    Pour 0,3 % à 2 % de taux de létalité l’hécatombe initiale potentielle n’est que de 200 000 à 1,5 millions pour un pays comme la France.
    Importante en cas de rattrappage sur la totalité de la population, le chiffre de 400 000 a été énoncé il y a plus d’un an et nous en sommes déjà à 125 000, une fois ce pic éclusé, l’incidence en régime de croisière ne pourrait être que de 1/80 environ chaque année soit un niveau de 2500 à 20 000 comparable aux accidents de la route.

    Tout celà en supposant (hypothèse de modélisation) que le virus ne fait que récolter des cibles fragilisées par l’age, l’obésité ou une quelconque comorbidité.
    La létalité étant très faible pour les très jeunes et en cas de circulation endémique du virus, ceux-ci étant les seuls à ne pas avoir d’anticorps le bilan pourrait être encore moins lourd et lié uniquement au déclin du système immunitaire lié à l’age et contre lequel le vaccin ne peut rien.

    La protection apportée par le vaccin ou une généralisation des anticorps par une circulation endémique semble protéger d’un facteur 10 à 20 avec une péridiocité trimestrielle (rhume ou piqure) pourrait baisser ces chiffres d’un même facteur à moins que le résultat soit finalement le même au bout de 20 trimestres soit 5 ans !

    Il est intéressant de remarquer que comme pour la grippe on vaccine d’autant plus que le vacin est inefficace.

    8
    1. Le vaccin contre la grippe est bien anticipé également du Nord au Sud comme du Sud au Nord
      (correction merci Chabian et Wikipedia).

      1
      1. @Karluss OUI, ce qui veut dire que le risque est plus important, mais ne change pas l’ordre de grandeur du problème :
        +2000 places en Réa pour 5 millions de non-vaccinés.
        Si l’on applique la taxe grecque 100 € par mois celà procurerait 500M€ par mois soit 8000 € jour / place en Réa.

    1. @ Ruiz
      Vous parlez de 2 types de données différentes : celles qui concernent la transmission et celles qui concernent l’hospitalisation. Or, toutes les personnes infectées par omicron ne sont pas hospitalisées, très loin de là.
      Si on se concentre sur les hospitalisations, il ne faut pas comparer directement les nombres de vaccinés/non vaccinés parmi les hospitalisés (d’où l’on tire le pourcentage vaccinés/ non vaccinés) mais bien rapporter le nombre de personnes non vaccinées hospitalisées/le nb de personnes non vaccinées dans la population générale et idem pour les vaccinés. Ou bien comparer le nombre d’hospitalisés pour 10 Mio de non vaccinés et de vaccinés, bref, il faut prendre en compte la disparité entre la population vaccinée et non vaccinée.
      Et là, on voit l’intérêt du vaccin sur le nombre d’hospitalisations…
      Par contre, et cela a été dit depuis le début de la vaccination, le but est d’abord et avant tout de limiter les hospitalisations, les formes graves et les décès. Et, même avec omicron, cela fonctionne, même si l’infection, elle, se répand y compris chez les triples vaccinés (comme moi qui termine l’équivalent d’une grippe modérée alors que j’ai des facteurs de risque).

      1
    1. Ben oui ou êtes vous Mr Soubeyrand ? Vous nous annonciez il y a un mois un cataclysme jamais vu depuis le début de la pandémie avec Omicron. Même en Afrique du Sud disiez vous ! On allait voir ce qu’on allait voir ! Cela a t il eu lieu en AdS ? Cela a t il eu lieu en UK ? En France ? Au Danemark ?….

      12
    2. De Cassandre à Pierre et le loup… c’est pas facile de prédire l’avenir. Toujours plus difficile que de tirer sur l’ambulance en tout cas !

      Je préfèrerai toujours quelqu’un qui alerte pour « rien » que les « je vous l’avais bien dit »… Un bon millième de la population mondiale plus tard.

      (Et puis ce serait pas la première fois qu’on nous endort sur l’air du Covid c’est fini, je ne crois pas qu’on s’reverra un jour… :-/ )

      1
        1. Ouais ouais, en attendant 300 000 cas par jour, ça ressemble bien à un tsunami quand même. On a juste eu du bol que Micron soit mignon.

          (Après… si ça peut tempérer l’usage des points d’exclamation, chacun en pensera ce qu’il voudra 😉 )

          https://youtu.be/7H6wLvEDsFk

          Qui est qui depuis que les fous ont pris le contrôle de l’asile ?!

          2
          1. N’avez vous pas encore compris que les « cas » c’est pas ce qui est important, mais plutot les cas graves hospitalises ? On nous bassinait a l’envie avant Noel qu’il était absolument évident que le grand nombre de cas Omicron allaient faire un grand nombre d’hospitalisés Omicron qui compenserait très largement la moindre gravite de ce variant et allait faire exploser le système de santé comme jamais. Ce n’est pas ce qui est en train de se passer. C’était juste un excès de pessimisme non justifié face a ce que passait dès la mi décembre en AdS. Mais les marchands de désespoir nous assuraient que ce qui se passait là bas n’était pas transposable à ici, que même là bas ça allait exploser inévitablement dans les prochaines semaines, que ce qu’on en voyait par les courbes de Worlometer n’était qu’une illusion, qu’avec un machin de Dirac on y voyait beaucoup plus clair, que les médecins en AdS qui témoignaient de la non saturation des hopitaux et de la baisse importante de la virulence d’Omicron n’étaient que des ignorants de la systémique qui elle permet d’établir des prévisions bien plus fiables….

            Avec le recul, qui étaient les plus raisonnables dans cette histoire ?… les Cassandre parés de leurs outils grandiloquents, ou les pragmatiques qui se contentaient de regarder les courbes jour après jour et qui acceptaient de considérer la paroles des soignants en AdS comme recevable ?

            Il n’y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

            7
            1. Il n’y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

              On ne vous le fait pas dire ! Alors regardez (il ne s’agit pas des cas mais des décès) :

              Conclusion : la berlue reste une maladie endémique.

              4
                  1. J’ai peut être quelque chose d’important à faire avant…de finir de rigoler.
                    C’est une question : est-ce que les morts à droite du graphique ne sont pas ceux de la vague Delta ? (variant assez mortel je crois). Auquel cas la réduction des morts tout à fait au bout correspondrait à la fin (lente, dit-on ?) de cette vague. Sans dire grand chose sur Omicron encore. Non ?
                    C’est vrai qu’il faut rigoler aussi avant que …

                    1
            2. Huurd,

              Dirac/observation = Mignon/hospitalisation

              (Alors, on sophistique encore ?! Mais je crois que moi j’ai compris 😉 )

        2. IMPORTANT

          Bonjour à tous,

          Mais c’est qu’ils m’obligeraient à sortir de ma torpeur épistolaire les bougres !

          OK ! Mais alors très bref, car je suis sous l’eau !

          Rassurez-vous mes chers Amis. Moi, j’assume pleinement tout ce que j’ai déjà dit et redit ! Et puis, nous sommes tout de même le 18 janvier 2022, soit un mois jour pour jour, après les lamentables/misérables propos du ministre de la santé le 18 décembre dernier, jour de la définition de la fugacité revue et corrigée par Olivier Véran lui-même :
          https://twitter.com/brutofficiel/status/1472173541663690756?s=20

          Or, à ce jour, où en sommes nous vraiment ; sans oublier les décès ?!
          https://dashboard.covid19.data.gouv.fr/vue-d-ensemble?location=FRA
          https://ourworldindata.org/grapher/covid-variants-area?country=~FRA
          https://renkulab.shinyapps.io/COVID-19-Epidemic-Forecasting/_w_841c8841/?tab=jhu_pred&country=France

          Et puis, les taux d’incidence par classe d’âge, vous en faites quoi les pseudos-journaleux, voire les pseudos-matheux ?!
          https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-et-infections-respiratoires/infection-a-coronavirus/documents/bulletin-national/covid-19-point-epidemiologique-du-13-janvier-2022

          Alors bon, les gars ! Vous, vous buvez comme ça, toute cette propagande ultralibérale de masse sans jamais faire preuve de discernement !

          Mais peut-être que pour vous aussi, tous ces gens, tous ces français qui meurent un peu plus chaque jour, ne sont peut-être rien à vos yeux.

          Regardez bien les gueules des courbes chers Amis, et méditez y un peu plus, car cette vague Delta vs. Omicron réinvente à elle seule la fonction d’aplatissement/d’écrasement/d’effacement ; adieu les vagues Alpha, Bêta, Gamma, etc. ; on vous aimait bien finalement ; alors s’il vous plaît, revenez-nous :
          https://gisanddata.maps.arcgis.com/apps/dashboards/bda7594740fd40299423467b48e9ecf6

          Le pire, c’est que ce type de discours se voulant systématiquement rassurant, c’est très clairement inscrit dans les gènes de l’Etat, et ça aussi, c’est plutôt du genre antigénique si j’ose dire ; comprendre ici : ça s’adapte à vous ! D’ailleurs la preuve, une fois n’est pas coutume, vous gobez absolument TOUT !

          Alors bon, très franchement ! Faites moi signe quand la pandémie sera ENFIN définitivement terminée ; car là, on en est vraiment loin !

          Bien à vous tous,

          Philippe

          ps : hier, j’ai signalé ceci à notre hôte, mais je crois qu’il est sous l’eau lui aussi : https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2022.01.11.22269097v1

          4
          1. Vas-y Flippy ! À coup de peigne !

            (Bon pour les capitales faudra aviser… Sinon tu peux faire comme trotro, de jolies mises en page avec des et des , ou alors si t’es plusieurs, comme moi, mettre des parenthèses partout ! )

            P.S. parenthèses qui semblent devoir s’imposer face au P.S. J’en suis fort aise 🙂 (Reff à calculer)

          2. La pandemie est terminé , nous sommes desormais dans une endémie , alors prenez votre vitamine D , faites de l’exercice prenez l’air et tout devrait bien se passer

            1
          3. Allez, admettez que vous avez peché par excès de pessimisme pour Omicron, ça serait tout à votre honneur, ça peut arriver à tout le monde de mal évaluer une situation. Au lieu de cela vous vous allez vous empêtrer dans des arguments spécieux sensés justifier votre alarmisme excessif d’il y a quelques semaines (le taux d;incidence : qu’est ce qu’on en à faire si cela ne génère pas beaucoup d’hospitalisations et encore moins de réanimations ?..). Or le constat est clair maintenant qu’on a du recul avec les données venant d’UK, du Danemark, de AdS et de France : Omicron ne génère presque aucune réanimation, et les hospitalisations qu’il induit sont de courte durée et ne nécessitent que de l’oxygène la plupart du temps. Et la moindre virulence n’a pas été compensée par l’augmentation de la contagiosité. Contestez vous cela encore aujourd’hui ?

            2
    3. @CloClo
      « selon un membre du comité scientifique du gouvernement »…

      C’est pas le gars qui a reçu une belle breloque le 1er janvier de cette année ? Faut bien remercier son Grand Maitre, non ?

      En tout cas, un pic à +26,24% par rapport à il y a 7 jours… ça me rappelle mon père quand il nous amenait en vélo quand j’étais gosse et qu’on en chiait dans les montée : « juste du faux plat »…

      Alors forcément un jour ça va finir par redescendre. Ou rester en vrai « faux plat », comme en Suisse… ou en vrai « vrai plat » comme en Italie, à une altitude digne du Mont Blanc.

  4. L’efficacité des vaccins contre Covid n’est pas universel. Même après trois vaccinations, on note qu’il y a un grand nombre de gens qui ont magré tout dévéloppé des symptômes, comme par exemple le couple royal de la Suéde: tous les deux vaccinés full program, mais néanmoins atteints du virus. Autremet dit plus vous êtes en contact avec d’autres dans un espace réduit, plus vous êtes exposé et cela malgré le vaccin. Covid, comme il circule beaucoup, se multipliera sans cesse et génère ainsi des variantes. La multiplication et la propagation fait partie de la nature du virus. Il nous peut donc réserver des surprises au cours des années (ou décennies? ) à venir. Les vaccins peuvent éviter le pire au niveau collectif, mais pas faire disparaître le virus.

    1. @François M,

      Encore une fois : on comptabilise ceux qui sont hospitalisés avec un statut « covid+ »… quelque soit leur motif d’hospitalisation.

      Chez les enfants de -10 ans, si vous suiviez les courbes depuis octobre, vous vous seriez rendu compte que les réanimations pédiatriques sont saturée depuis 3 mois (bronchiolites chez les -2 ans et rhino qui tournent en bronchites carabinés chez des 3 à 9 ans).

      Le covid circulant, oui des enfants arrivent à l’hopital avec un « covid+ »… mais pour la plupart, ils sont assymptomatiques au niveau du covid. Ce n’est pas le covid qui les hospitalisent.

      16
  5. Vous êtes forts , expliquez moi comment fabriquer un vaccin contre un variant qui n’est pas encore apparu , si il est là il est déja trop tard , il aura toujours un temps d’avance

    5
    1. @Phill C’est possible, il suffit de connaître son séquençage avant que son apparition soit déclarée.
      C’est pour ça que la publication du génome par les chinois était essentielle pour respecter la chronologie de développement de vaccin ARNm aux Etats-Unis et en Europe.

      2
      1. Ah oui et ils font comment pour savoir quelle base va changer , ils tirent les numéros à la roulette ?

        1
        1. @blinblin C’est pourtant très simple, si vous voulez prévoir quelque chose il faut le modéliser, le simuler avec un déroulement temporel accéléré (cf météorologie, essais de fatigue ..).
          Il doit être possible de prendre un modèle murin
          par exemple (26/10/2021) genOway :
          https://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/covid-19-trois-questions-sur-la-super-souris-de-laboratoire-du-francais-genoway_2161182.html
          Mais tout autre disponible en début 2020 peut convenir.
          Il est alors possible d’étudier les mutations éventuelles, (un peu comme l’autre hémisphère pour la grippe) dans un élevage de labo avec les précautions appropriées et de développer à l’avance les contre-mesures appropriées, (en particulier par gain de fonction) un virus moins pathogène, mais plus contagieux qui permettrait d’assurer à moindre frais une protection immunitaire dans des populations pauvres difficiles d’accès pour les vaccins ARNm.
          Cette approche essentiellement altruiste ne peut se concevoir qu’en dehors de toute recherche capitaliste, à moins d’être financée a priori par des états ou des philanthropes.

          L’obtention de tels résultats nécessite sans doute un certain temps, mais ne semble pas impossible, même s’il reste une part d’aléatoire.

          Omicron provient d’une filiation de mutations qui s’est détachée très tôt et a évolué isolément de la pandémie humaine.
          Tout laisse à penser que celà a pu avoir lieu chez la souris, notamment de par les caractéristiques de certaines mutations.

          La diffusion d’un tel virus apte à maîtriser la pandémie (en l’accélérant) hors et à l’opposé de toute approche zéro-covid est affaire d’opportunité et de décision éthique, ou d’évènement accidentel fortuit mais documenté
          https://www.voaafrique.com/a/ta%C3%AFwan-possible-transmission-du-coronavirus-par-une-souris-de-laboratoire/6348676.html

          https://eugyppius.substack.com/p/omicron-is-not-normal?r=4ji84

          .

          2
  6. On pourrait également prolonger l’article par un « Covid et sida, similitudes et différences ».

    Malgré le déferlement d’information on ne connait que peu de choses des effets provoqués par ce virus sur le long terme. Le Covid long révèle des effets délétères dont on ne fait qu’apercevoir les prémices. En particulier le fait que dans une proportion importante de cas graves (~30%) – à savoir les personnes malheureusement atteintes par une forme invalidante de la maladie pendant une période prolongée dont le séjour d’hospitalisation se compte en semaine – le comportement aberrant de certaines réponses immunitaires a rappelé les effets du VIH à plusieurs immunologues :
    https://www.nytimes.com/2020/06/26/health/coronavirus-immune-system.html

    Tout ça pour dire que ramené à la bien plus confortable grippe, on peut facilement relativiser en terrain connu avec la compétence d’une huitre plate, quand la science prend le temps de creuser le sujet sans s’arrêter aux plus évidentes banalités.

    1
    1. Oui, d’ailleurs ça se tient Kertugal !

      https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/04/17/le-coronavirus-fabrique-a-partir-du-virus-du-sida-la-these-tres-contestee-du-pr-luc-montagnier_6036972_4355770.html

      (Attention risque élevé de complotisme mentale dans ce commentaire, y a pas de fumée sans feu gnac gnac gnac)

      Mais bon hein parfois, on se demande comment ils vont chercher tout ça quand on lit la légèreté incroyable avec laquelle on veut faire prendre des vessies pour des lanternes.

      1
      1. @CloClo il semblerait donc qu’il y aurait eu une dizaine de labo dans le monde capable d’entreprendre des études de gain de fonctionalité sur des virus, parmi ceux-ci, ne pourrait-il pas y en avoir un, un peu meilleur capable de réaliser une mutation artificielle de façon moins visible ? et pourquoi ces études n’auraient elles pas été financées ou entreprises préférentiellement dans un pays assurant la discrétion et la maîtrise épidémique en cas d’incident ?

        2
    2. 10 amis à 28 ans il m’en reste 2 : 6 morts du sida et 2 morts dans des accidents de voiture (dont 1 en ayant bu le jour dit mort à la trentaine et un qui buvait trop souvent voire tous les jours mort à 51 ans). Et pourtant ces personnes avaient entre BAC+5 et BAC+8 à trente ans et sont morts entre 30 et 40 ans pour la plupart et un à 51 ans ! Ils m’ont tous reproché d’être coincé dans ma vie sociale…

      1
      1. J’avais examiné les statistiques d’accidents mortels en France quand E. Philippe a instauré le 80 km/h pour « sauver des vies ». J’ai été effaré de voir que 1/3 des morts au volant se tuent tous seuls comme des grands, sans collision avec personne. Un tiers ! Drogue, alcool, téléphone, vitesse excessive. Et ces causes doivent aussi jouer dans quelques collisions avec des morts… Et sans doute beaucoup de jeunes durant le WE en nocturne.

  7. Suite à l’article, j’ai lu la page WIKI sur la grippe.
    J’ai lu qu’il y a un additif alimentaire qui attaque l’immunité, toujours autorisé en UE.
    Par ailleurs, long exposé sur l’éternuement dans un mouchoir en papier à jeter précautionneusement, ou mieux, dans sa manche. Et sur le lavage des mains.
    J’ai une question ? Que sait-on de plus récent sur la permanence du virus sur les surfaces et notamment sur les masques ? On a parlé au début de permanence de 3 jours ou moins. Il y a-t-il une différence avec les variants ?
    (En fait, depuis le début des masques, j’ai établi une tournante des masques de quelques jours et je les ai longuement réutilisés (sauf l’odeur imposant de les mettre à la poubelle). Cette règle de jeter le masque après 4h d’usage, me pose question, surtout pour des FFP2.
    Quelqu’un a une information récente ?

    1. Les tissus in-tissés sont au départ très performants mais dans la durée laisse passer les particules à cause des déformations physiques du masque. Donc l’usage normal sans que les qualités physiques ne se détériorent sont de l’ordre de 8h pour un FFP2, vous pouvez même le laver à la machine à laver une fois ou deux (mais je ne m’engagerai pas personnellement même si des études ont été satisfaisantes sur ce point). Dans certaines conditions de froid et sur des plastiques on a vu le virus survivre jusqu’à 28 jours sur du plastique… Mais en gros au sec et au chaud à priori il meurt ou plutôt il se désactive car ce n’est pas à proprement parler un être vivant. dans des conditions « normales » d’intérieur en une semaine au plus. En gros mais je ne m’engagerais pas à 100%.

      1
    2. @Chabian
      Omicron comme une lettre à la poste :
      https://www.rfi.fr/fr/asie-pacifique/20220117-chine-le-variant-omicron-serait-arriv%C3%A9-%C3%A0-p%C3%A9kin-via-une-lettre-d-am%C3%A9rique-du-nord
      Seule la stratégie Zéro Covid chinoise permet de tracer une telle source, bien difficile à mettre en évidence par nos contrées.
      Donc
      Ne pas stocker ses masques FFP2 au froid à l’extérieur, plutôt au soleil derrière une vitre.
      FFP2 c’est 8H normalement.
      Attendre pour traiter le courrier …

      BHQT
      E319 – Butylhydroquinone tertiaire
      https://fr.openfoodfacts.org/additif/e319-butylhydroquinone-tertiaire/
      préférer la vitamine C comme additif anti-oxydant.
      l’alerte visiblement appuyée contre les produits transformée est antérieure au Covid.

      3
  8. Infos Géodes Santé Publique France sur le Covid le 17/01

    Concernant les personnes en cours d’hospitalisation

    Total : 25.776 qui continuent à monter
    0-9 : 517 ( 100 lors des pics hospitaliers précédents et 40 à 60 sur oct et nov 2021)
    10-19: 361 ( 100 lors des pics hospitaliers précédents)
    20-29: 863
    30-39: 1144
    40-49 :1251
    50-59: 2462
    60-69: 4237
    70-79: 5554
    80-89: 6071
    + 90 : 3191

    En total on se rapproche des pics hospitaliers de 04 et 11/2020 et 04/2021 qui étaient de 31/32.000 environ

    dont concernant les personnes en soins critiques/réanimations

    Total :3913
    0-9 : 84 ( 5 en moyenne en octobre 2021)
    10-19: 29 ( 4 en moyenne en octobre 2021)
    20-29 : 73
    30-39 :160
    40-49: 294
    50-59: 714
    60-69: 1243
    70-79: 1072
    80-89: 204
    + 90 : 30

    Pour les 0-9 ans il y a eu une forte augmentation à partir de mi-décembre en hospitalisations et réanimations ( covid ,ou brionchiolite qui a démarré en octobre ?????)

    Les + 80 ans représentent
    -36% des hospitalisés
    – 6% des réanimations

    3
    1. Pour rappel

      Hospitalisations
      6572 le 31/10
      25776 le 17/01

      Réanimations
      1023 le 25/10
      3913 le 17/01

      Moyenne quotidienne décès sur 7 jours
      31/10 : 30
      17/10 : 220

      Cas positifs : 7 days moving average
      – monde : 2.548.835
      dont
      – Chine : 184

      Stratégie 0 Covid
      Les Jeux Olympiques d’hiver vont démarer à Pékin le 04 février sous bulle sanitaire.
      Il n’y aura pas de public .
      https://www.sudouest.fr/sport/jeux-olympiques/jeux-olympiques-d-hiver-2022-a-pekin-face-au-covid-19-la-chine-renonce-a-vendre-des-billets-au-grand-public-7805526.php

      « Le comité d’organisation a annoncé lundi annuler la vente de tickets au grand public en raison d’une situation épidémique « compliquée », à moins de trois semaines du début des épreuves. Il était jusqu’ici prévu que les personnes résidant en Chine puissent acheter des billets et assister aux Jeux (4-20 février 2022). Les spectateurs venant de l’étranger n’avaient déjà aucun moyen d’assister aux compétitions. »

      2
    2. @ Ilicitano,

      Le problème (et j’ai mes sources fiables chez SPF) c’est que depuis septembre dernier, lorsque vous vous présentez à l’hopital que ce soit pour le covid, la grippe, une gastro carabinée… ou une fracture ouverte du fémur, dès lors qu’il faut hospitaliser, on vous teste et si vous êtes « covid+ » mais que le covid n’a rien à voir avec le motif premier de votre hospitalisation, bah on vous comptabilise quand même comme hospitalisé « covid » (car en fait, ça fait 4 mois que l’on comptabilise des hospitalisés avec covid… et non du covid).

      C’est comme pour le nombre de cas : il y a encore eu un changement dans la doctrine de dénombrement ! De nouveau (comme durant l’été/automne 2020), on ne compte plus les réels nouveaux cas de « covid+ » mais tous les cas de « covid+ »… y compris lorsque la personne revient après ses 5 (ou 7) jours d’isolement pour contrôler qu’elle est bien repassée « covid- » mais que son test échoue. Or vue la fournée de double voire triples testés en 5 à 7 jours qu’il y a actuellement avec les protocoles en milieu scolaire, universitaire ou professionnel, le biais de dénombrement doit être relativement important.

      Bref… Comme je le faisais remarquer à François M, je trouve très hasardeux de vouloir tirer des conclusions (voire faire des projections) sur la base des chiffres « covid » actuels.

      7
      1. Pour ma part en moins de 1 semaine j’ai été testé DEUX fois positif et compté par le système 2 fois cas positif. Or je confirme, je suis une seule et même personne !

        La procédure demande de se tester au bout de 5 jours pour pouvoir reprendre le boulot avant les 7 jours d »isolement « obligatoire », or un test PCR sera systématiquement positif à J+5…

        3
  9. Covid ou bronchiolite chez les enfants

    https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-et-infections-respiratoires/bronchiolite/documents/bulletin-national/bulletin-epidemiologique-bronchiolite-semaine-1.-saison-2021-2022

    Points clés semaine 01
    *Forte diminution des indicateurs de surveillance de la bronchiolite chez les enfants de moins de 2 ans
    *Fin de l’épidémie en Ile-de-France
    *Passage en phase post-épidémique dans les Hauts-de-France et en Normandie
    *Passage en phase épidémique en Martinique

    Covid semaine 03

    « Pour les 0-9 ans il y a eu une forte augmentation à partir de mi-décembre en hospitalisations et réanimations ( covid ,ou brionchiolite qui a démarré en octobre ?????) »

    1
  10. @ilicitano Les Jeux Olympiques devraient avoir lieu en télétravail, à guichets fermés sans public, comme les autres compétitions sportives, uniquement avec des champions vaccinés à l’instar de Novax en Australie ou de la France.
    Quelles économies de CO2 ! de construction de stades ou d’infrastructures inutiles
    !
    Avec la fin attendue du Covid, Paris ne pourra sans doute pas s’épargner l’afflux de visiteurs en 2024 !

    1
  11. L’humain n’est-il pas en train de se nécroser avec son anthropocentrisme ? Cette volonté de penser contrôler son destin (avec des politiques de zéro risque en terme sanitaire par exemple) apparait un peu dérisoire. La symbiose s’éloigne de plus en plus on dirait.

    « Toutes les bactéries du monde ont avant tout accès à un pool génétique unique et donc aux mécanismes d’adaptation de l’ensemble du règne bactérien. Cette vitesse de recombinaison est supérieure à celle de la mutation : en cas de changement à l’échelle mondiale il faudrait un million d’années aux organismes eucaryotes pour s’adapter alors que les bactéries pourront le faire en quelques années. »
    Lynn Margulis Lynn, L’univers bactériel, page 20

    3
    1. As-t-on le droit de dire et de savoir si c’était Omicron ?

      Si elle a tenu 11 jours après son test PCR positif elle aurait obtenu en France son Pass tant désiré !
      Au moins elle a évité le Covid long.

      De toute manière si sa famille était déjà contaminée c’était un peu tard pour se vacciner.
      C’est dangereux de vivre avec des vaccinés …

      1
      1. @ Ruiz : Commentaires pas fameux ! 🙂
        Dire qu' »elle a évité… ». Soyons optimistes : elle se réjouissait d’avoir son pass et avait des projets plein la tête.
        Dire que c’est dangereux de vivre avec des vaccinés. Vous ignorez qu’ils sont 95 %, et veulent du mal aux non-vaccinés ? Donc ils les contaminent avec des formes graves, en pensant : na ! ça leur apprendra d’avoir eu le tort d’avoir raison trop tard !
        Soyons optimistes : le Covid va faire long pour tout le monde.

        Des infos : Prof Durieux (ex médecin de l’hop américain de Paris) : avec Omidron deux doses suffisent contre les formes graves. Trois doses pour être asymptomatique. (vu sur le web en passant).
        L’OMS : la priorité est de davantage vacciner en Afrique ; on pourrait craindre encore un variant plus agressif (vu sur une info en Côte d’Ivoire).

        2
  12. 17/01
    « Le scénario du pire s’éloigne, la décrue a commencé. » Membre du conseil scientifique, Arnaud Fontanet

    mais :
    18/01
    464.769 nouveaux cas positifs aujourd’hui. un record.
    Ca fait beaucoup.

    On va finir par tous l’avoir l’Omicron.

    29 millions de troisièmes doses face à l’Omicron
    Ce n’est pas assez.

    Les hospitalisations en cours devraient continuer à augmenter.
    rythme des 10 derniers jour :420
    17/01 : 25.776
    18/01: 26.526 soit +750 ce jour

    A ce rythme le nombre d’hospitalisations en cours devrait dépasser les pics des précédentes vagues (31/32.000)

    3
    1. En Belgique, on constate que des personnes hospitalisées pour autre chose sont testées et déclarées pour une grande part omicronnes. Donc la contamination est bien plus haute qu’on ne croyait. Et ces hospitalisés covid positif mais asymptomatiques, deviennent des covid hospitalisés, ce qui fait une hausse artificielle.
      De plus on a réduit le nombre de tests imposés, donc l’imprécision grandit.
      Rien n’est simple…

      3
  13. IMPORTANT

    Bonjour à tous,
    @Ilicitano,

    Ne vous inquiétez donc pas, car ce rythme n’est en rien nouveau. Il est inscrit dans les gènes des signaux depuis le début de la pandémie de SARS-CoV-2, si ce n’est que tout le monde refuse de le prendre en considération, et ceci notamment afin de se rassurer autant que possible ; le syndrôme du pont des 1ères classes du TITANIC en quelque sorte…

    Aussi, les questions que je me pose ce matin en parcourant les nouvelles des médias aux ordres, ainsi que certains des commentaires de Trolls ci-dessus, sont celles-ci :

    1- Comment nos zélites vont elles bien pouvoir réagir lorsqu’elles prendront enfin conscience (disons fin février 2022, pas avant vu le déni) de l’ampleur des dégats provoqués suite à leur stratégie sans nom, mais hélas ! bel et bien favorable à la recherche de l’immunité collective via ce variant Omicron, et ceci en dépit de la présence du variant Delta ?!

    2- Quand nos zélites vont elles ENFIN se décider à prendre en compte les temps longs propres à cette pandémie de SARS-CoV-2, alors même que la science sait ô ! combien il est totalement impossible de déterminer avec exactitude ne serait-ce que les temps d’incubation du Covid-19, sachant que les chercheurs chinois nous avaient alertés dès 2020 ?!

    Rq. certains patients peuvent incuber durant plus de 20 jours (!!!) alors même qu’il nous a suffi d’un patient zéro en 2019 pour provoquer cette pandémie ; cherchez l’erreur…

    3- Quand nos zélites vont elles ENFIN se décider à cesser de prier leurs Dieux à la faveur d’une endémie totalement irréalisable à ce stade du fait du clivage Delta vs. Omicron ?!

    Les services hospitaliers du monde entier sont sur le point d’imploser du fait de ce déni de masse, tant le passage du moindre pallier demeure en permanence dans l’esprit des gens un signe d’espoir qu’ils n’hésitent pas à relayer instantanément à tort, exacerbant ainsi le moindre comportement déviant à l’égard des gestes barrières, de la distanciation sociale, voire de la vaccination. Or, ce signe d’espoir s’affiche ici en trompe l’oeil ! Aussi, au rythme où vont les choses, lorsque chancun(e) s’en appercevra, il sera hélas ! trop tard.

    C’est un vrai problème de systémique (ou une strate en réalité) mais qui, comme tout autre problème de systémique (pollution chimique, émission de CO2 eq., prolifération plastique, prolifération microbienne, effondrement biologique, réchauffement climatique, emballement climatique, crise économique, crise géostratégique, crise politique, crise scientifique, crise philosophique, etc.), est hélas ! géré par des gens totalement incompétents sur ce sujet global…

    Alors ma foi… Attendons bien sagement fin février 2022 afin de pouvoir tirer avantage des gueules de bois à venir ; c’est inéluctable désormais ; là SEULEMENT, ils écouteront !!

    En attendant, la vague de décembre-janvier-février poursuit sa route sur sa jambe de hausse ; un chameau = deux bosses ; c’est aussi à ça que ça sert un point d’inflexion en traitement du signal ; la décrue, ce sera pour avril 2022, pas avant ; et pour fin 2022, eh ! bien tout cela dépendra des choix à venir de l’ensemble de nos zélites internationales…

    Et pour ce qui est de l’immunité collective ?! « Immunisé contre quoi ?! », dixit le virologue allemand, Christian Drosten…

    Bien à vous,

    Philippe

    1
    1. « Alors ma foi… Attendons bien sagement fin février 2022 afin de pouvoir tirer avantage des gueules de bois à venir ; c’est inéluctable désormais ; là SEULEMENT, ils écouteront !! »

      Ils n’écouteront rien, d’ailleurs écouter quoi ?

      Non, le système va soit :

      1) laisser filer la Santé, et on empilera les morts, nos sociétés l’ont déjà fait et la « vie » continuera as usual. Et contrairement à ce que certains pensent ici, ça passera relativement bien.
      2) mettre au point des unités /bâtiment spécialement dédiés au COVID avec des gens formés juste pour suivi des gens sous aide respiratoire et/ou réa (= intubé pendant 1 semaine).

      Je note quand même, que l’apocalypse c’était fin décembre, puis mi janvier, puis février… Je sais c’est pas facile de faire des prédictions. Mais ce qui compte c’est d’anticiper non pas la catastrophe (impossible à faire ça) mais en fait de comprendre qu’elle va être la réponse donnée. lorsque elle arrivera. (cf mes 2 points au dessus)

      4
      1. Ben voyons,

        Et moi je note, mon cher CloClo, que comme beaucoup d’autres ici, tu ne retiens hélas ! que ce qui t’intéresse…

        Quelques piqûres de Rappel pour le moins nécessaires :

        19 DÉCEMBRE 2021 À 14 H 35 MIN
        « La partie est terminée ! Les services hospitaliers imploseront tous en Europe, courant décembre-janvier-février 2022 sous la poussée du variant Omicron, et ceci notamment si les gouvernements refusent de se remettre en question, d’admettre leurs erreurs systémiques accumulées depuis 20 mois, et de confiner pour de bon… »
        https://www.pauljorion.com/blog/2021/12/18/video-covid-19-retour-a-la-case-zero/comment-page-1/#comment-878584

        20 DÉCEMBRE 2021 À 10 H 30 MIN
        « Les services hospitaliers imploseront tous en Europe courant décembre-janvier-février 2022 si rien n’est fait ! »
        https://www.pauljorion.com/blog/2021/12/18/video-covid-19-retour-a-la-case-zero/comment-page-2/#comment-878862

        Etc., etc., etc.

        Et il faudra sans doute beaucoup d’autres articles comme celui-ci-après, pour vous faire prendre ENFIN conscience à tous, de l’ampleur de votre sottise collective :
        https://www.leprogres.fr/sante/2022/01/18/covid-la-pression-hospitaliere-se-maintient-aux-hcl

        Rendez-vous fin février pour un premier bilan… En attendant au centre, la roulette russe se poursuit pendant que tout autour, vous autres, vous ne savez que parier !

        Ah ! oui, au passage : pourquoi l’Afrique du Sud connait-elle actuellement une accalmie côté pandémie (des cas seulement, mais pas des décès) ; réponse « simple » : la canicule toujours en cours et à venir dans tout l’hémisphère sud…

        Projections à l’horizon 3 jours :
        https://climatereanalyzer.org/wx_frames/gfs/ds/gfs_ant-lea_t2max_3-day.png

        Projections à l’horizon 10 jours :
        https://climatereanalyzer.org/wx_frames/gfs/ds/gfs_ant-lea_t2max_10-day.png

        Autre piqûre de rappel sur ce point :
        https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-deux-etudes-montrent-sars-cov-2-naime-pas-soleil-80070/

        Bien à vous,

        Philippe

        1
        1. On mise quoi ? 2 Carambars et 3 Twix ? (je te rappelle que je suis pour la décroissance moi !)

          Oui mais on le sait qu’on est en période d’effondrement multi sectoriel et multi factoriel, question de temps avant un bon collapse.

          Moi je dis que non, là c’est encore trop tôt. Ca passera, et en février 2022 tu verras ça passera, en mars 2022 aussi.

          Ca tient encore. Et le seuil d’acceptabilité devant les pertes est tranquillement entrain de monter dans la société.

          Tu sous-estimes la capacité d’adaptation face à ce qui est pour le moment une simple torture…

          Mais le vrai problème en vrai il est là :

          https://www.ladepeche.fr/2022/01/14/covid-19-les-hommes-contamines-ont-plus-de-chances-davoir-des-problemes-derection-et-de-retrecissement-du-penis-10045762.php

          Alors là … 😱😱😱 😱😱😱 😱😱😱 😱😱😱 😱😱😱 😱😱😱 😱😱😱 😱😱😱 Au secours ! (t’es passé à côté de la seule info sérieuse sur cette épidémie mec)

          2
      2. @CloClo Prédire la catastrophe quand la dynamique est exponentielle et le reste (Reff >> 1) malgré les mesures prises et les ajustements de comportement est assez aisé, prévoir le moment précis, notamment à cause des ajustements est plus difficile (pied de plage assez long avant la falaise) en particulier quand les données sont imparfaites (comptage, séquençage ..).
        La donnée favorable qui se confirme, mais qui n’était que préliminaire il y a 2 mois est le plus faible danger statistique encouru avec Omicron.
        Mais pas sa disparition totale comme beaucoup voudraient le croire (et le faire croire) et le coefficient de diminution est fixe 4 5 ou 8 peu importe.
        Alors en présence d’une poursuite dynamique avec un Reff significatif 1,4 par semaine, x2 en 15 jours (250 000 à 500 000) soit 4 en un mois la première quinzaine de février pourrait nous ramener, Omicron ou pas, aux mêmes dynamiques.
        Quelle réponse va être donnée ?
        C’est bien simple, que l’approche 2 commence à être envisagée par certains 2 ans après avoir été déployée en 10 jours en Chine ne garantit pas qu’elle voit un début de réalisation, encore moins en temps utile.

        Il est donc possible d’anticiper une solution de type 1.

        Nous allons vers une période de froid (même si le soleil revient).
        Le variant Omicron mieux adapté aux voies supérieures qu’aux poumons est mieux adapté au temps froid (cf Canada).

        Le discours rassuriste récent (médias, Boris Johnson) ne va pas freiner.

        Avec un niveau global d’incidence très élevé, la part résiduelle de Delta (en pourcentage) reste peut-être notamment dans les régions plus faiblement vaccinées tout à fait significative en nombre …

        Les vaccinés se contaminent mutuellement en allant dans les lieux sous passe, et ne subissent qu’un gros rhume sans recourir au système hospitalier et envoient les non-vaccinés non encore atteints en réa.

        Il est indispensable pour rendre le processus acceptable socialement d’en disqualifier préalablement les victimes.

  14. Variant peu virulent mais très contagieux = Beaucoup de mutation = beaucoup de cas = mortalité faible dans l’immédiat = les morts c’est pour plus tard = désordre = anti-néolibérale
    Variant très virulent = beaucoup de mort = saturation des hôpitaux = confinement = anti-néolibérale
    Virus endémique = super-néolibérale = big-pharma compatible = etc..
    Solution néolibérale : Demander à Covid-19 & Co de rentrer dans le rang des virus endémiques par injonctions médiatiques.

  15. youpeeee !!! je vous ai tous retrouvés ! vous êtes ici !!! je commençais à m’inquiéter ! mais où sont ils passés ? dans les autres billets plus rien , morne plaine ! Pourtant les sujets sont éminemment intéressants !
    on se croirait dans un jeu avec plusieurs pièces . Là le covid , là la guerre , là l’effondrement . .. non c’est chouette !

    2
  16. Vous n’êtes pas encore vieux, mais ça va venir, vous l’êtes déjà c’est urgent le covid vous emmerdera possiblement alors votez pour la démocratie, 97 % des français veulent mourir dans la dignité. Au fait qui propose ça dans les candidats ? Parce qu’avec le franc suisse c’est inabordable…
    https://www.admd.net/articles/medias/le-message-militant-de-christian-rauth-en-faveur-du-droit-de-mourir-dans-la-dignite?utm_source=Sarbacane&utm_medium=email&utm_campaign=christian

    2
    1. @PYD

      Pour confirmer

      The Economist
      Magazine hebdomadaire britannique.

      Le journal diffuse une estimation en temps réel des décès Covid en se basant sur la surmortalité mondiale en analysant chaque pays
      Sa conclusion : les décès sont sous évalués d’un coefficient 3,5

      5,6 millions :données officielles
      19,5 millions: données estimées ( intervalle de confiance 95%)
      avec l’estimation par pays
      Les pays les plus concernés : Inde ,USA, Russie, Indonésie, Pakistan , Chine , Brésil , Bangladesh, Turquie , Mexique, Egypte,…….

      https://www.economist.com/graphic-detail/coronavirus-excess-deaths-estimates
      Données Covid-19
      Le véritable bilan de la pandémie
      Estimation quotidienne de l’excès de décès dans le monde

      https://www.economist.com/graphic-detail/2021/05/13/how-we-estimated-the-true-death-toll-of-the-pandemic
      « Bilan des décès liés au Covid-19
      Comment nous avons estimé le nombre réel de morts de la pandémie »

      https://github.com/TheEconomist/covid-19-the-economist-global-excess-deaths-model
      les codes, modèles utilisés

      01/11/2021
      https://www.leparisien.fr/societe/sante/le-covid-19-a-fait-plus-de-cinq-millions-de-morts-dans-le-monde-01-11-2021-33VF5S33ORDEPCZ4MY2PXPGMRY.php

      « En prenant en compte la surmortalité liée à la maladie, le bilan pourrait être deux à trois fois plus élevé, a fait savoir l’OMS. Selon une estimation de la revue The Economist, le Covid-19 aurait même causé quelque 17 millions de décès.
      « Ce bilan me paraît plus crédible », dit à l’AFP Arnaud Fontanet, épidémiologiste à l’Institut Pasteur et membre du conseil scientifique français. »

      https://www.who.int/data/stories/the-true-death-toll-of-covid-19-estimating-global-excess-mortality
      estimation OMS

      1
    2. @Pierre-Yves Dambrine
      Omicron, qui jusqu’à plus ample informé n’est pas une invention chinoise mets à mal (au minimum sous stress extrême) la politique ZéroCovid, jusque là plutôt réussie.
      Mais Imagine-t-on la tenue des J.O. à Paris avec des spectateurs et notre politique sanitaire ?
      Ce n’est pas la politique Zéro Covid qui est spécifiquement mise à mal.

      En revanche si la Chine se laisse débordée malgré ses vaccinations, c’est le blocage de toute l’économie mondiale et la disparition de certains produits auquel il faut s’attendre …

      Mais bon cette fois-ci on a eu le temps d’anticiper.

      1. Illicitano, Ruiz
        C’est juste une interrogation sur l’exactitude des chiffres actuels, je ne mets pas en doute l’ordre de grandeur des chiffres des contaminations en Chine, pour la raison simple que si les chiffres étaient très sous-estimés, on constaterait assez rapidement un taux d’hospitalisation anormal.
        Par contre je ne suis pas certain que si la situation devenait hors de contrôle en Chine pour une raison x ou y, nous serions immédiatement avertis que la situation est plus grave qu’elle ne semble être, tout simplement pour des raisons politiques. Xi joue son avenir sur la réussite de sa politique 0 Covid.
        Ceci dit effectivement, on peut penser raisonnablement que des leçons ont été tirées des débuts de la pandémie. Au niveau local, ceux qui n’appliquent pas assez sévèrement la politique O covid sont sanctionnés rapidement.

  17. Bonsoir @ tous,

    Un preprint sorti ce 11/01 passé quasi innaperçu dans nos médias français (et pourtant relayé entre autre par le NYT) :
    https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2022.01.11.22269045v1
    https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2022.01.11.22269045v1.full.pdf

    Cette étude réalisée notamment par des chercheurs de l’Université de Californie à Berkeley pose une possible remise en question de la vaccination de masse concernant le variant Omicron – par manque d’efficacité des vaccins dans la contamination – tout en confirmant (à nouveau) son efficacité contre le variant Delta – au moins dans la maîtrise du nombre de cas graves.

    En page 11 du PDF, le tableau montre que pour les personnes non vaccinées, elles représentaient près de 50% des cas d’infections avec le variant Delta contre seulement près de 27% pour le variant Omicron. Or, durant le mois d’étude réalisé en Californie du Sud, il n’y a pas eu beaucoup de primo-vaccinées. En conséquence, il semble que les non vaccinés soient moins sensibles à Omicron en comparaison avec Delta.

    En revanche si on regarde les chiffres des personnes vaccinées, la situation est inversée (tout ou en partie). Par exemple, avec les deux vaccins à ARN (Pfizer ou Moderna), la situation est surprenante. Par exemple les personnes ayant reçu 3 doses d’un vaccin à ARN représentaient environ 5% des cas positif pour le variant Delta contre plus de 13% des cas pour le variant Omicron. Autrement dit, la vaccination ARN protège beaucoup moins de la contamination contre Omicron que contre Delta, y compris après 3 doses.

    Autre point interressant, les quelques hospitalisés (vaccinés ou non) en Californie du fait d’Omicron ont un temps de séjour moyen de 1,5 jours contre presque 5 jours pour le variant Delta. Surtout, il n’y a pas pas de passage en réanimation car, possiblement, pas de nécessité d’en passer par une ventilation mécanique.

    Cette étude – si elle était validée – est très précieuse car elle montre qu’avec Omicron on est clairement entré dans une autre phase de l’épidémie. Scientifiquement, il pourrait presque être nécessaire de renommer Covid-19 en Covid-21 afin de marquer cette rupture (si elle venait à se confirmer dans les semaines à venir).

    Par ailleurs, une autre étude chinoise très intéressante publiée en pre–print le 13/01 (https://www.biorxiv.org/content/10.1101/2022.01.12.476031v1.full.pdf) a montré que chez des hamsters non vaccinés, le variant Delta domine le variant Omicron alors que chez les hamsters vaccinés, le variant Omicron domine le variant Delta.

    Dans la discussion de leur étude, les chercheurs chinois pensent que dans les sociétés (pays) très vaccinées contre la Covid-19 ou qui ont eu de nombreux cas de Covid-19 avant le variant Omicron, ce dernier devrait dominer rapidement et produire beaucoup de cas. A l’inverse dans les pays qui ont peu vaccinés et ont eu peu d’infections naturelles par SARS-COV-2, le variant Omicron pourrait passer sans « marquer les esprits » : ceci explique peut-être ce qui a été observé en Afrique du Sud (faiblement vaccinée et faiblement touchée par Beta ou Delta).

    Bref… Si la vaccination continue à être recommandée pour les personnes les plus à risque, la question des rappels (3ème, 4ème avec vaccins à ARN) en masse ou même de la vaccination chez les enfants peut mériter au moins une réflexion si l’hypothèse d’un mécanisme lié à la vaccination et facilitant la contamination à Omicron se confirme – compte tenu des potentiels effets délétères à moyen long terme du Covid et/ou de la vaccination.

    3
    1. Votre conclusion est à peu près la conclusion de la dernière vidéo (hier) de Didier R.
      Raisons vaguement identiques…Pédagogie nulle..donc difficile de comprendre les nuances..

      1. @ Otromeros,

        Je n’ai pas vu la vidéo du professeur marsaillais… d’ailleurs ça fait bien longtemps que je n’écoute plus trop ses propos.
        Mais j’ai toujours dit qu’entre beaucoup de bêtises, il a dit quelques fois des choses intéressantes.

        J’avoue par contre avoir été très influencé par l’analyse du NYT sur le sujet et un papier fait par deux chercheurs du CNRS (pas forcément réputé pour être pro Raoult).

        Enfin, j’ai la conviction depuis l’été dernier que l’approche vaccinale universelle dès lors qu’il était acquis qu’elle ne garantissait pas la protection contre la contamination était une erreur d’autant que le risque individuel de forme grave était très différentié d’un individu à un autre.

        1
        1. …  » Mais j’ai toujours dit qu’entre beaucoup de bêtises, il a dit quelques fois des choses intéressantes.  » …

          Nous sommes d’accord.
          Je reste curieux et informé sur ce qu’il dit. Et , le temps passant , je pense qu’il dira plus de choses intéressantes que de bêtises..
          BAV

        2. IMPORTANT

          Bonjour à tous,

          Rappel : la vaccination ne stoppe pas la contagion, mais elle protège des infections graves…

          Depuis le début de la campagne de vaccination, des questions très importantes relatives aux vaccinés, du type : impacts psychologiques, changements de comportements (comme par exemple l’abandon définitif des gestes barrières), préoccupent une part non négligeable de la communauté scientifique, tant ces impacts et ces changements difficilement mesurables (car laissés à la discrétion des seuls cas positifs) ont été jusqu’ici amplement exacerbés par la communication nécessaire en faveur de la vaccination ; autrement dit, un nombre indéterminé de vaccinés ont vu subitement leur attention vis à vis des gestes barrières et de la distanciation sociale se relâcher…

          Qui en parle ?!

          Rien de tout ceci ne figure ni dans l’étude que vous mentionnez ci-dessus (https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2022.01.11.22269045v1.full.pdf), ni dans les propos du Professeur Didier Raoult lors de sa dernière vidéo (https://www.youtube.com/watch?v=TKwox82_Utg)… Or, c’est justement cette couche de catégorisation supplémentaire qui permettrait d’y voir un peu plus clair entre vaccinés prudents et vaccinés imprudents, puis d’exprimer les réserves de bon sens en découlant !!

          Qui en parle ?!

          Le relâchement de la communication autour des gestes barrières et de la distanciation sociale au profit de la communication nécessaire en faveur de la vaccination, étant ici la cause principale de ce phénomène observable, mais encore une fois, difficilement mesurable (car laissé à la discrétion des seuls cas positifs) ; sachant que les vaccinés contaminés n’avoueront jamais facilement qu’ils sont devenus subitement imprudents suite à la vaccination…

          Rq. A l’inverse, les non-vaccinés extrêmement prudents existent également ; or là aussi, il est à ce stade difficile de dire combien ils sont ce qui permettrait pourtant cette autre catégorisation fort utile, car complémentaire à ces analyses…

          Quand à la distance qui sépare Omicron de Delta, elle n’est pas nouvelle !! Je rappelle que le virologue Christian Drosten l’a clairement dit dès la fin décembre 2021, se disant pas très optimiste et parlant même d’un nouveau R0 dans le cas d’Omicron (https://www.pauljorion.com/blog/2022/01/02/video-attention-les-disruptions-dues-a-omicron/#comment-882079)…

          Qui en parle ?!

          A méditer…

          Philippe

          ps : il fallait mettre en oeuvre une stratégie radicale, du type : confiner-vacciner (revoir mes 12 mesures d’urgence ici : https://www.pauljorion.com/blog/2021/12/15/covid-19-alerte-omicron-analyse-des-donnees-de-mesure-en-provenance-dafrique-du-sud-par-philippe-soubeyrand/comment-page-1/#comment-877983)… Qui en parle ?! Rendez-vous fin février 2022 !!

          1
          1. @ Philippe,

            Il y a peut-être une part de « comportemental »… mais elle n’est pas nouvelle : depuis le printemps dernier, je dénonce le comportement d’un certain nombre de vaccinés qui se sont relâchés bien trop souvent dans l’application des gestes barrière.

            Je pense qu’il faut vraiment prendre la piste des vaccins ARNm « passoires face à la contamination » au sérieux… notamment au regard des REX qui viennent d’Israël sur le sujet de la 4ème dose :
            https://www.leprogres.fr/sante/2022/01/20/quatrieme-dose-israel-douche-les-espoirs-sur-l-efficacite-du-vaccin-face-a-omicron

            Même le Ugur Sahin, le PDG de BioNTech, alertait déjà il y a un moins de vrai risque de contamination plus élevé avec Omicron (y compris pour les triples-dosés) :
            https://www.lindependant.fr/2021/12/20/covuid-face-a-omicron-le-vaccin-est-loin-des-95-defficacite-alerte-le-pdg-de-biontech-10004271.php

            Il faut peut-être donc accepter que le variant Omicron a rebattu les cartes au point de devoir revoir notre stratégie du « tout vaccinal » pour aller peut-être vers une stratégie de vaccination plus ciblée des profils à risque et, au moins dans un premier temps, un testing des autres pour la fréquentation des lieux publics à risques (restaurants, bars, …).

            2
    2. @Benjamin Ne serait-ce pas un cas d’anti-corps « facilitateurs » évoqués parfois ici ou là ?
      Le variant Omicron ne devant sa diffusion qu’à une vaccination massive prééxistante ?

      Autrement dit les vaccins actuels n’auraient aucune efficacité sur la propagation du Omicron (voire au contraire ?)
      Et comment alors aurait été évalué son efficacité sur les formes graves de Omicron si ce variant ne provoque pas de formes graves ?

      Les pays non vaccinés resteraient alors un foyer réservoir de variant Delta.
      Au bout de combien de temps une vaccination ou une contamination n’a plus d’effet préférentiel pour le variant Omicron et une réinfection Delta reste possible ?

Les commentaires sont fermés.