255 réflexions sur « Vidéo – Une de plus en plus drôle de guerre, le 26 mars 2022 »

          1. evidemment que si ! on sait très bien que ce n’est pas la première fois , mais dans cette période troublée qu’il agisse ainsi n’est pas anodin. Après au lieu de jouer au plus fin avec moi je te signale qu’il y a une info d’un journal qui relate le fait. enfin bref… je vais pas perdre 2 plombes a me justifier visiblement tu es plus intelligent que les autres

            3
            1. « Rocket Man » n’a jamais arrêté de « s’amuser » avec ses missiles… C’est surtout une démonstration de force (relative) et de la provocation… (et il n’a pas grand chose d’autre à faire). Pas d’affolement de ce côté.

              1. @Vincent Teixeira La Corée du Nord avait surtout suspendu ses essais après les rencontres avec Donald Trump,
                à l’heure où la préocupation des US est ailleurs c’est l’occasion de les reprendre surtout que des progrès techniques ont sans doute été effectués dans l’intervalle,
                celà renforce l’impression d’erreur stratégique de l’accord de 1994 où d’un commun accord Etats-Unis, Royaume-Uni et Russie ont tordu le bras de l’Ukraine pour lui faire làcher ses armes nucléaires et l’inanité de leurs engagements conforme à la maxime bien connue attibuée à Charles Pasqua.

                1. @Ruiz
                  c’est faux, et c’est sans doute lié à une « impression d’optique » (vu des médias occidentaux / au Japon, où je vis, les médias en parlent quasiment tout le temps, à chaque nouvel essai – et cette année, Kim en a déjà à 6 ou 7 – je n’ai pas vérifié – mais cette fois-ci il s’agissait apparemment du missile le plus puissant depuis 2017)… mais la Corée du Nord n’a jamais arrêté ses essais de missiles, ou quasiment jamais : juste quelques mois après la rencontre entre Trump et Kim Jong-un (2018), mais dès 2019 ils ont repris (une vingtaine cette année-là ; 9 en 2020…) – c’est pourquoi le cirque médiatique de cette rencontre était hautement risible.

                  Pour plus de détails :
                  https://www.nti.org/analysis/articles/cns-north-korea-missile-test-database/

                  https://www.france24.com/fr/asie-pacifique/20220118-pourquoi-la-cor%C3%A9e-du-nord-multiplie-t-elle-les-tirs-de-missiles-en-ce-d%C3%A9but-d-ann%C3%A9e
                  « “C’est assez nouveau que la Corée du Nord teste autant de missiles au mois de janvier”, confirme à France 24 Antoine Bondaz, chargé de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique – MAIS… “En revanche, ces tirs s’intègrent parfaitement dans une campagne d’essais que la Corée du nord a débuté en 2019, avec des douzaines et des douzaines de tirs de missile à courte portée. « 

                  1. @Vincent Teixeira Merci pour ces corrections, mais il n’en reste pas moins qu’il ne semble pas y avoir lieu de s’affoler, comme certains s’empressent de souligner cet essai un peu exceptionnel ici, alors que les réactions des principaux voisins Russie et Chine semblent rester très mesurées (voire accomodantes).
                    L’exemple de la Corée du Nord et celui de l’Ukraine devrait sans nul doute donner des motivations à la nucléarisation du Japon comme de Taiwan, même si une discrétion ou un double jeu comme Israël s’impose.

                    En effet sur le papier l’accord de 1994 (Bucarest) sur la garantie des frontières de l’ukraine par 3 puissances nucléaires (US,UK,Russie) parait plus solide qu’une appartenance à l’OTAN !

                    Qu’en est-il des assurances d’un seul : US au Japon et à Taiwan.

                    1. oui, c’est exactement ce que je disais : pas d’affolement. Vu du Japon, ce nouveau tir de missile est dans une continuité qui n’a rien d’étonnant – même si sa nature (missile balistique intercontinental) est plus « spectaculaire » et a d’ailleurs entraîné une riposte de la Corée du Sud. 
                      Je ne sais pas pour Taiwan… mais quant à la « nucléarisation » du Japon, elle n’est absolument pas d’actualité, car le sujet reste tout de même HYPER sensible, voire tabou dans le pays par excellence du traumatisme atomique. Certes, dans le contexte actuel, cela n’a pas empêché Abe de déclarer récemment, dans un débat télévisé, que le Japon devrait s’impliquer dans la stratégie de dissuasion nucléaire américaine, sans pour autant être détenteur de l’arme nucléaire… Cette idée n’est pas nouvelle chez lui et d’autres de ses proches ultra-conservateurs et nationalistes.  Mais ces propos ont immédiatement suscité un immense tollé , et l’actuel premier ministre Kishida (qui plus est natif de Hiroshima) s’est clairement opposé à de telles déclarations, en réaffirmant les principes de la dénucléarisation du Japon :  ni construction, ni possession, ni autorisation de possession d’armes nucléaires sur le sol japonais.

                      1
                    2. oups…
                      « autorisation de STATIONNEMENT d’armes nucléaires sur le sol japonais »

                    3. pour ajouter une précision au sujet du Japon, il faut quand même se souvenir que malgré les principes de sa politique officielle, pendant la guerre du Vietnam des accords secrets (révélés en 2010) entre Washington et Tokyo ont autorisé l’entrée d’armes nucléaires américaines sur le territoire japonais. En contradiction totale avec le discours officiel du 1er ministre de l’époque, Eisaku Satô, qui avait obtenu le prix Nobel de la paix pour sa politique pacifiste opposée à la prolifération de l’arme nucléaire !

                      https://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2010/01/04/le-japon-avait-secretement-autorise-l-entree-d-armes-nucleaires-americaines_1287189_3216.html

    1. La Corée du Nord, c’est « la boîte à chocolats »/ »le poil à gratter » de la Chine dans toutes les négociations avec l’Empire. Une espèce de canal direct avec l’appareil d’État US pour connaître son « état d’esprit ».
      Plusieurs générations de hauts fonctionnaires et de militaires de carrière chinois étudient sous cloche le phénomène comme une singularité de leur propre système de gouvernance. L’énergie pour maintenir la bête de laboratoire en vie, héritage russe soit dit en passant, leur rapport plus qu’il ne leur en coûte.

      1
  1. Sur le fond et sans en être autrement autrement conscient que comme une  » anomalie » , j’ai aussi relevé la différence de discours entre Macron et Biden , quant à la façon , aussi bien de considérer Poutine dans son action immédiate , que dans le type de relations à laisser ouvertes avec la Russie pour le futur .

    Le fait que Macron ait pu décrocher une action humanitaire avec la Grèce et la Turquie pour évacuer les civils qui restent terrés à Marioupol , en est en soi un signe patent .

    J’apprécie non plus pas trop le discours sans frais , que j’espère de circonstance , de Biden en Pologne .

    5
    1. Oui, Juan, c’est un discours tendencieux. Si on y ajoute le fait que les E.U vont nous vendre du gaz de shiste , que Biden a aussi parlé de nouvel ordre mondial et que les allemands entre-autres vont acheter des armes US, nous avons le quarté gagnant pour les compltistes…
      Mais on peut aussi se poser une ou deux questions
      1) Pourquoi Biden tient -il ce discours « musclé » maintenant?
      2) Pourquoi Poutine semble vouloir réviser ses plans?

      3
        1. Les éléménts de réponses d’un « invité » de russia today, Blast, Thinkerview, le média, sud radio… Comment dire…?
          C »est un peu comme les « analyses » de l’ex-espion du KGB qui a son rond de serviette sur tous les plateaux télé.

          3
          1. Garorock,
            J’en profite pour continuer notre petite conversation ( https://www.pauljorion.com/blog/2022/03/19/le-programme-du-candidat-emmanuel-macron-la-version-longue/comment-page-1/#comment-894683 )
            à propos de l’article de Hu Wei que vous aviez mentionné rédigé par un professeur d’université chinoise qui préconisait que la Chine coupe ses liens avec Poutine.

            Il y a du nouveau depuis.

            Le 19 mars Biden lors d’une conversation avec Xi a mis en garde celui-ci de ne pas aider militairement Poutine sans quoi la Chine « en paierait le prix fort ».

            Le 25 mars, anticipant des sanctions possibles, le géant du pétrole et de la chimie SINOPEC a suspendu les négociations avec son partenaire russe pour un investissement important et la création d’une société mixte en Russie dans le domaine du gaz.

            Récemment le ministère chinois des affaires étrangères a convoqué les 3 géants de l’énergie leur enjoignant de ne prendre aucune décision sur de nouveaux investissement en Russie.

            Le fait est que Xi Jinping est de plus en plus embarrassé par cette guerre en Ukraine, et qu’il existe un débat à ce sujet au plus haut niveau, ce qui pourrait même compromettre son avenir politique s’il ne prend pas rapidement les bonnes décisions.

            Morale de l’histoire : les menaces de sanctions, ça marche 😉

            https://asialyst.com/fr/2022/03/26/guerre-ukraine-craignant-sanctions-chine-en-train-eloigner-russie/

            6
            1. Salut Pierre-yves
              J’avais vu passer ses infos…
              Je n’arrive pas à me faire à l’idée que Xi qui connaissait l’intention de Poutine, ne lui ait rien demandé d’autre que: ne commences pas ton invasion avant la fin de mes jeux. »

              1
            2. @Pierre-Yves Dambrine Les Chinois suspendent les investissements nouveaux en Russie parce qu’ils ont compris qu’ils vont pouvoir racheter à bas prix les investissements de Total Energies (Sinopec), Renault (volvo) et peut-être Leroy-Merlin et Auchan (?Aliexpress) !
              Tout Bénéf !
              Investisement financier et pas industriel (plus difficile et risqué).
              finalement la Chinamérique ça marche en complicité sur le plan économique, au détriment de l’U.E. continentale (dont la France à la remorque de l’Allemagne) et de la Russie dont il convient d’assurer la dissenssion.

              En dérivant ainsi le gaz russe vers la Chine son approvisionnement énergétique sera assuré et il est sans doute plus facile d’acheminer le gaz des nouveaux gisements de Sibérie vers la Chine.

              De plus et non des moindres avantages celà permets d’assècher l’approvisionnement en gaz de l’Allemagne, neutralisant son industrie, et asservissant son avenir aux Etats-Unis.

              Les menaces de sanctions ça marche d’autant plus que les sanctions sont peut-être le but à terme du conflit !

              8
              1. Jean Duchêne

                Un peu de patience, ce n’est que le début d’un processus.
                Je n’ai pas voulu dire avec ma boutade que tout était plié, mais que contrairement à ce qu’affirment certains les sanctions ont des effets réels, ici, économiques et politiques.
                Or Xi joue gros dans cette affaire comme l’explique bien l’article d’Asialyst que j’ai mis en lien.

                2
            3. « Morale de l’histoire : les menaces de sanctions, ça marche 😉 »

              Oui ça marche avec des Etats responsables et pragmatiques, et malgré tout ce que l’on peut en dire, la Chine est dans cette configuration car on n’est pas dans une configuration oligarchique mafieuse, cependant dans l’autre sens, faut alors entamer aussi une coopération saine et sincère. Surtout quand on a le cul merdeux comme l’Occident tout au long de son Histoire.

              De toute façon, moi je laisse les morts enterrer les morts, seuls les vivants ici et maintenant m’importe ainsi que leur avenir. Et ça passe par la collaboration de tous et le partage, l’égalité. La confiance (qui n’exclut pas le contrôle) c’est la paix.

              1
              1. Cloclo
                Si nos gouvernants européens étaient un peu plus visionnaires et conséquents ils refuseraient le gaz de schiste étasunien.

                Mais pour ça faut assumer une politique d’économie d’énergie en commençant par demander aux gens de baisser le chauffage d’un ou deux degrés (faute de mieux avant que se mette en place une politique ambitieuse d’isolation des logements) , et même ça ils ne le font pas, c’est pourtant pas la mer à boire.

                Je viens de vérifier, même les écolos ne veulent pas faire cet effort pour un motif bidon qui est de dire que c’est les plus pauvres qui en pâtissent.

                Mais le raisonnement (ici de de Bayou dans l’article ci-joint) ne tient pas la route une seconde, il est même malhonnête.

                https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/19h20-politique/quand-nous-achetons-du-gaz-a-poutine-nous-financons-son-effort-de-guerre-en-ukraine-souligne-julien-bayou-secretaire-national-eelv_4984725.html

                Prenons un pauvre qui vit dans une passoire énergétique et qui devrait abaisser d’un ou deux degrés son chauffage, en réalité cela n’impliquerait pas qu’il doive faire un effort plus grand que les riches, cela n’ai rien à voir ! C’est même l’inverse qui serait vrai. Mettons qu’il abaisse le chauffage de 20 degrés à 19, en quoi le pauvre serait-il pénalisé ?
                En rien, au contraire sa facture de gaz diminuerait faisant autant d’économies ! Mais pour Bayou baisser le thermostat c’est faire payer plus aux pauvres et les condamner au froid. Je t’avoue que je suis consterné par le niveau de la réflexion.

                Je m’apprêtais à voter écolo, mais là je commence à avoir des doutes. Si même les écolos se mettent à faire du populisme avec l’argument massue du pouvoir d’achat, où va-t-on ?

                4
                1. PS. L’attitude de Bayou révèle en réalité un certain mépris à l’égard des pauvres.
                  L’idée de Bayou c’est que les pauvres n’ont pas à se sentir solidaires d’une cause, celle du réchauffement climatique, ou du malheur des Ukrainiens, simplement parce qu’ils sont pauvres, et qu’il faut donc laisser aux pauvres les menus plaisirs de la sur-consommation de chauffage. Bref, c’est du misérabilisme pur jus.

                  Il transpire aussi l’attitude que nous parviendrons à faire la transition énergétique et écologique sans économie de guerre au sens où l’entend P. Jorion alors qu’il faudrait un Churchill pour être à la hauteur des enjeux. Une volonté commune.
                  Bien sûr l’effort doit être partagé, mais la sobriété ce n’est pas la pauvreté comme le pense Bayou.

                  2
                  1. Mes beaux Messieurs,

                    «Prenons un pauvre qui vit dans une passoire énergétique et qui devrait abaisser d’un ou deux degrés son chauffage, en réalité cela n’impliquerait pas qu’il doive faire un effort plus grand que les riches, cela n’ai rien à voir ! C’est même l’inverse qui serait vrai. Mettons qu’il abaisse le chauffage de 20 degrés à 19, en quoi le pauvre serait-il pénalisé ?»

                    Vous habitez sur la planète mars.

                    Je ne chauffe pas à 20° ou 19°. Je chauffe à 15°. Couloirs, toilettes et SdB ne sont pas chauffés du tout. Mon salon, pièce la plus froide exposée au nord, est condamné tout l’hiver et laissé simplement hors gel.

                    Votre mépris de classe est hallucinant.

                    Signé: un pauvre.

                    11
                    1. Didier
                      Vous n’avez pas compris ce que j’essayais de dire.

                      Personne n’a dit qu’il fallait baisser le chauffage quand on ne chauffe qu’à 15 degrés. C’est bien pourquoi j’ai pris l’exemple d’une baisse de 20 à 19 degrés. Bien sûr que lorsque l’on ne chauffe qu’à 15 degrés on doit pouvoir chauffer plus, jusqu’à 19 dans mon exemple.
                      Mais Bayou fait semblant lui de dire que les pauvres devront baisser la chauffage, vous saisissez différence dans le raisonnement ?

                      3
                    2. Plus exactement, : Bayou fait mine de dire qu’il que les pauvres qui ne se chauffaient pas convenablement, 15 degrés dans votre exemple, devraient encore baisser leur chauffage.
                      Mais personne ne propose ça !

                      J’ajoute que ceux qui ne peuvent pas bien se chauffer doivent pouvoir bénéficier d’aides pour se chauffer convenablement. Ce qui est la moindre des choses.

                      4
                    3. Salut Didier !

                      Pourquoi avoir compris que celui qui chauffe à 20 ° devrait descendre à 19° est « un mépris de classe » ?

                      D’ailleurs 19° c’est la température « légale » en France pour les calculs thermique sauf erreur.

                      Et si Ecodouble était encore ici, il expliquerait je pense que plus que la température intérieure c’est la qualité de l’isolation et son déphasage avec l’extérieur qui font qu’on peut avoir une sensation de confort améliorée avec des températures de consignes plus basses.

                      Mais ils s’en foutent un peu tous les prétendants au pouvoir suprême je pense. Le mépris de classe est surtout là.

                      1
                    4. @PYD :
                      «Bayou fait mine de dire qu’il que les pauvres qui ne se chauffaient pas convenablement, 15 degrés dans votre exemple, devraient encore baisser leur chauffage. Mais personne ne propose ça ! » -> c’est déjà acté. Le prix du fuel domestique (je suis locataire, j’ai pas choisi le mode de chauffage) a quasiment doublé depuis mon dernier remplissage de citerne. Donc…

                      «J’ajoute que ceux qui ne peuvent pas bien se chauffer doivent pouvoir bénéficier d’aides pour se chauffer convenablement. » -> Non, ce n’est pas d’aide dont ils ont besoin, cette forme déguisée de la charité, très pratiquée depuis quelques mois (les élections arrivant) par le régime macronien : c’est de justice.

                      @CloClo :
                      «Pourquoi avoir compris que celui qui chauffe à 20 ° devrait descendre à 19° est « un mépris de classe » ?» -> parce que les bourgeois qui dissertent doctement sur les efforts que pourraient consentir les pauvres qui chauffent à 19° ou 20°, se fourrent le doigt dans l’œil jusqu’à l’omoplate : les pauvres ne chauffent pas à ces températures, ou, s’ils le font, c’est au détriment de leurs repas.

                      Quant à vos considérations sur la « sensation de confort » ressentie, vous m’en reparlerez le jour où vous aurez froid aux doigts en pelant vos patates, froid aux pieds toute la journée, le jour où vous déshabillerez dans une SdB à 11° et où vous serez obligé de dormir dans un duvet sous la couette. D’ici là, bien le bonjour à Ecodouble.

                      3
                    5. Didier,

                      Euh, tu me réponds « j’ai froid je suis dans une passoire énergétique  » à une réflexion sur l’importance de la qualité d’une isolation dans le confort ressenti. Que veux-tu que je te dise ?

                      Mais tu as raison, la formulation de PYD était mal amené, car il commence par préciser une personne pauvre dans une passoire énergétique et parle de passer de 20° à 19°, là est le quiproquo. En effet, quand tu ne jointes pas les deux bouts, tu ne peux pas chauffer une passoire à 20°. Alors que c’est toute personne dans un bâtiment correctement isolé qui a un intérêt économique à le faire sans rogner son confort, ce n’est pas condition économique de l’occupant qui importe, mais le logement.

                      Remarque y a des gens qui grelottent dans de magnifique Château…

                    6. Cloclo, Didier,

                      Effectivement, il y a eu quiproquo.
                      Mon raisonnement ne concernait que ceux qui peuvent se permettre de baisser leur chauffage de 20° à 19° ; je n’ai pas pensé une seule seconde qu’une personne qui se chauffe à 15° devrait descendre à 14° .

                      Je ne visais pas les pauvres, mais Bayou. Jadot et Rousseau ne disent d’ailleurs pas tout à fait la même chose d’ailleurs, même s’ils commettent l’erreur de ne pas accompagner leurs discours de mesures sociales pour que tout le monde puisse se chauffer à la même hauteur.

                      https://www.ouest-france.fr/monde/guerre-en-ukraine/sandrine-rousseau-propose-de-baisser-le-chauffage-de-2-degres-pour-se-passer-du-gaz-russe-44f1d4c4-9fac-11ec-a158-9c57dc53ab77

                      Voici ce que dit Bayou : «  Il y a plus de trois millions de ménages qui sont en précarité énergétique. Donc, on va dire quoi ? ‘Arrêtez de vous chauffer’ alors qu’ils dépensent déjà trop et qu’ils doivent arbitrer entre des loisirs, la santé et l’alimentation de leurs enfants ? Ce n’est pas une bonne solution. »

                      Bayou aurait du dire :

                      : «  on va demander aux français qu’ils baissent leur chauffage quand ils ne seront pas en situation de précarité énergétique ; pour les autres il y aura des aides massives, soit pour rénover leurs logements, soit pour compenser immédiatement le sur-coût occasionné par les passoires énergétiques.  »

                      Bon, de toutes façons, si Poutine coupe le gaz, il faudra en faire des économies. Et il faudra des mesures sociales, pour que cela soit supportable pour tout le monde.

                  2. Didier,
                    Je ne vois pas en quoi votre objection validerait la position de Bayou qui me paraît toujours aussi stupide et surtout révélatrice d’une écologie peu soucieuse du social.

                    Dans votre cas donc à température égale vous devrez payez plus ; ce qui revient effectivement à baisser le chauffage pour avoir une même facture qu’auparavant.
                    C’est donc un problème de coût. Or ce coût, j’en suis d’accord avec vous, par souci de justice, ne doit pas être supporté par les pauvres. C’est donc un problème de justice. Entièrement d’accord.

                    J’ai évoqué les aides, je ne pensais pas spécialement aux aides Macron, aux chèques énergie, je pensais à des aides substantielles (sérieux, vous m’avez cru macronien ? 😉) qui permettent véritablement que les pauvres ne supportent pas le coût des augmentations et même le coût déjà trop important avant qu’il n’y ait eu ces augmentations.

                    En conclusion, les pauvres doivent être aidés à proportion de leurs difficultés réelles ou ce qui revient au même bénéficier d’un système qui permet à chacun de se chauffer sans amputer sur les autres dépenses avec de meilleurs salaires ou un système de gratuité.

                    Bayou présente la baisse du chauffage comme une mesure anti-sociale, alors qu’en fait c’est l’inverse : c’est parce qu’il n’assume pas le coût social de son écologie qu’il ne veut pas qu’on demande aux gens de baisser leur chauffage.
                    Car sinon il préconiserait la baisse du chauffage d’un ou deux degrés en donnant la possibilité à tous de se chauffer pareillement. CQFD.

                    1
                2. @Pierre-Yves Dambrine Le discours de Jadot et ses supporters n’est pas du tout écologiste !
                  Alors qu’à court et moyen terme le développement des énergies renouvelables solaires et éoliennes intrinséquement variables nécessite le renfort de centrales thermiques économiquement pilotable heure par heure (ce que n’est pas le nucléaire), qu’il est préférable de substituer le gaz au charbon notamment en Allemagne et que le gaz classique russe transporté par gazoduc a un impact écologique et un coût nécessairement moindre que du gaz de schiste transporté à travers l’atlantique avec liquéfaction et regazéification et construction des terminaux supplémentaires inexistants.
                  Le discours de Jadot est un discours atlantiste classique à la sauce GIEC pour faire jeune (Thunberg).
                  Tout concourre à handicaper la sécurité de l’indépendance d’approvisionnement énergétique français (nucléaire Total) .

                  1
                  1. Ruiz
                    Nous nous rejoignons sur les limites du discours des écolos, par contre pour le couplet anti Thunberg, vous repasserez !
                    Pour ma part, ma position c’est ni gaz de schiste US , ni gaz russe, étant données les constances. Faut que cette guerre s’arrête !

                    3
                3. Ben pour bibi qui vit dans une passoire energétique, pas d’isolation de toiture, pas de double vitrage, huisseries en bois vermoulues et chauffage grille pain éléctrique….mais je n’ai aucune idée de la température de mon habitat, d’ailleurs pour les radiateurs je les allume quand les gosses sont dans leur piaule ( suis en garde 1/3 altérné)…le plus dur c’est la chaleur quand il fait plus de 30 ° C dans l’habitat, pas de clim évidement….bref tout ça pour dire que baisser mon chauffage de 1 ou 10 ° C ne fait pas sens de mon côté.

                  1. « Ben pour bibi qui vit dans une passoire energétique,  »

                    Si ça fait pas au moins 10 ans que j’entends de la part des dirigeants élus ou candidats qu’on va rénover des centaines de milliers de logements et en construire des centaines de milliers, on devrait en avoir au moins plus de 6 millions sur le marché à aujourd’hui et pourtant on a encore des témoignage comme celui de … naroic.

                    https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/09/02/pres-de-cinq-millions-de-passoires-thermiques-en-france_6050633_3234.html

                    Pourtant ça se planifie assez facilement. Donc, soit c’est un problème d’argent, mais bon ça coule quand y a besoin, soit c’est un problème matériel d’approvisionnement et de moyens, et là ben faut dire pourquoi, soit, en fait, béh ils s’en foutent carrément.

                    1. Oulà, j’ai essayé le machin truc energie où soit disant on débourse pas un Kopeck pour isoler l’habitat….usine à gaz où ils te vendant un bouzin sur 15 ans à base de tu payes mais à la fin si les projections sont ad hoc et ben tu auras rentabilisé le bouzin…bref un jargon incompréhensible avec un sous traitant de sous traitant qui prend les mesures à l’oeil sans même enlever ses lunettes de soleil – bon j’ai vite compris qu’après avoir rempli 5 feuillets et lui avoir offert 3 cafés et depuis sans nouvel de mon dossier ( 4 mois) que ma masure d’insalubre ne valait pas même les subsides étatiques 😫

                      3
                  2. @naroic Outre les pompes à chaleur, certaines étant réversibles, il y a des rafraichisseurs, assez peu couteux et ne consommant qu’un peu d’eau et d’électricité à condition de garder l’aération.

            4. Sur la hausse de ton de Biden (que Poutine ne doit plus gouverner) , erreur ou pas je ne sais pas, mais s’il fallait une assurance étatsunienne de l’appui à des forces anti-poutines de l’intérieur, elle a pu prendre cette forme là.
              Dans l’hypothèse d’un renversement de Poutine (dans les 6 semaines ou après un autre accès de groznysme généralisé), il faudrait que les félons puissent avoir quelque chose à proposer au peuple pour devenir crédible et se montrer irremplaçable vis à vis des militaires et autres fidèles à Poutine. Ce quelque chose serait la fin quasi-immédiate des sanctions, si on lit entre les lignes de Biden.
              On n’est pas très loin de la structure des coups d’états ailleurs dans le monde (Afrique au hasard) où la junte promet de remédier à des choses graves et achète quelques tranches de popularité en redirigeant des flux financiers qui avaient été avalisés (voire « valisés », « voire « dévalisés ») par le chef d’état en place.

              1. @timiota Celà confirme que les sanctions économiques préconisées dans le rapport de la Rand de 2019 et jugées interesssantes si elles étaient multilatéralres, ce qui n’a pu être obtenu que par l’émoi suscité par les effets de l’opération spéciale militaire de Poutine en Ukraine, constituent bien un élément clé d’une tentative de changement de régime en Russie.
                ou du moins permet de tenir une telle analyse.

                1. C’est regrettable de voir encore aujourd’hui écrits sur ce blog (par des commentateurs habituels) les termes « opération spéciale militaire russe/de Poutine en Ukraine »..!! et sans guillemets en plus!
                  Préciser/Caractériser clairement : Invasion russe de l’Ukraine / agression militaire russe en Ukraine / … et sans guillemets SVP!

                  4
                  1. Regrettable ? Non lamentable, et révélateur d’un état déliquescence cérébrale proche de la bouillie.

                    Si il faut en garder un seul, ça sera Ruiz ! Après je n’arrive pas à savoir si c’est une pathologie, un état d’esprit, ou carrément un bot. Parce que la suite de ses commentaires dessine un truc plutôt hors normes en fait. Toujours d’humeur strictement égale, sans aucune variation dans le confusiannisme et le Goulbi-boulga. A ce niveau c’est presque artistique. Je me risquerais à pronostiquer une forme autistique mais vu que je m’y connais autant qu’en physique quantique c’est vraiment pour balancer un truc au pif question de voir…

                    2
                    1. Salut Ruiz,

                      T’es vraiment Asperger ? Si c’est le cas, ça explique la forme de tes interventions particulières et tout s’éclaire lumineusement pour moi et bien entendu tu prendras quand même des baffes virtuelles car je ne fais jamais dans la ségrégation des haut sou bas potentiels, je sulfate tout le monde pareil par respect et cohérence 😀

                      Je te rappelle quand même que compiler tout internet sur un sujet ça ne donne pas forcément une vue d’ensemble cohérente d’un problème en vue d’une résolution.

                      A plus l’ami.

                      1
                    2. @CloClo Non c’est juste une association d’idée (fun ?) avec l’arroseur arrosé.
                      M’enfin le diagnostic à distance suggèrera aux curieux qui ont un poste de télé les séries Monk ou The Big Bank Theory …

                    1. Voyez plutôt avec (grande) attention la structure de la première ligne de l’article qui contient la dénomination « angélique » en question :

                      … « L’opération militaire spéciale », de la Russie contre l’Ukraine risque de se transformer en guerre d’usure…

                      Remarquez-vous les guillemets..?.. Ce devrait être le « service minimum » sur ce blog.

                      4
          2. Oui c’est bien connu le monde est divisé en 2 – les démocraties libérales où la méritocratie, la liberté, la libre et non faussée concurrence assure une chance égale pour tous de rechercher le bonheur et les autocraties, dictatures qui asservissent, terrorisent, massacrent les individus sans discernement ni cause dans le seul but de renforcer leur absolutisme 🤨

            2
            1. Loupé naroic, c’est bien connu de personne ton histoire. On est sur le blog de Paul Jorion.

              C’est ce qui me fascine en lisant les commentaires de pas mal en ce moment. Le haut degré d’aveuglement sur les forces qui méritent d’être soutenues ou éclairées.

              3
          3. @Garorock

            Vous avez quelque chose contre Blast et Thinkerview ?

            Vous préférez Yvan Rioufol, Pascal Praud, Léa Salamé, Jean-François Achilli et Mimi Mathy dans Joséphine ange gardien ?

            Denis Robert, vous ne connaissez pas ?
            L’affaire Clearstream, ça ne vous dit rien non plus ?

            Misère, misère…

            15
            1. Denis Robert dans l’affaire Clairstream ou Mimy Mathy dans joséphine ange gardien? J’hésite…
              Faut être abonné à Netflix?

              2
            1. Non, ce n’est pas de la bêtise : j’ai averti sur ces questions au fil des années. Je me suis longuement expliqué les quelques fois où j’ai accepté des invitations de ce côté-là : je soulignais que je n’avais pas l’intention d’être l’un des idiots utiles de la doctrine Guérasimov d’entretien de la zizanie dans les pays vus comme « hostiles » par la Russie.

              Mais même les organes de propagande commettent leurs bourdes, comme de publier – probablement pour simplement s’en vanter – la photo des invités à la grande cérémonie à l’ambassade russe.

              7
              1. En tout cas, dans tous les médias alternatifs qui boivent directement à la mamelle de Moscou, béh la guerre en Ukraine ça n’existe tout simplement pas.

                Je vous invite à aller voir le très courageux et indépendant O. Berruyer sur son site qui, ça j’en suis certain car le gars n’est pas mauvais, le vit très très mal. Aucun article ! Rien nada. Les crises oui mais que celles que le patron autorise à évoquer tant que c’est pour foutre le bordel chez les autres. Je n’envie pas d’être à sa place. C’est ça quand on est dans les mains d’un mafieux, après c’est trop tard, t’es réduit au silence ou c’est la fin directe.

                13
                1. En ce sens la liberté de ton et de parole de Monsieur Paul Jorion, est inestimable. Un homme libre n’a pas de prix, et sert d’exemple. Après on vit plus chichement ou plus contraint quand on n’a que soi comme moteur, mais c’est tellement plus digne et enviable !

                  C’était ma minute brosse à reluire car il faut savoir le faire quand c’est à propos.

                  10
                  1. Tiens le cloclo qui sort la brosse à reluire pour nous sortir des banalités….? 😮🤨😁
                    Pour sûr que nos démocraties sont remarquables par deux libértés qu’elles semblent laisser à brides abattues – celles de l’expression et celles de nos sensibiltés sexuelles – bien sûr restent quelques gardes-fous – comme certaines apologétiques ou déviations sexuelles grosso-modo universsellement partagées – mais enfin, quand on comprend que la liberté d’expression est noyée dans le brouillard tout communicationnel et que la liberté des moeurs n’est qu’une concession d’une puissance qui est tourmenté par un autre enjeu…..comment gérer cette masse d’improductifs, au sens du coût marginal, sans passer pour des fascistes ?

                    2
                    1. Banalité ?

                      Hmmm, disons que ce qui te paraît banal, ne l’est pas du tout pour plein de monde encore sur Terre, et surtout un paquet de tordus ont décidé que ce truc mis en place depuis 200 ans à savoir Démocratie et Lumières il était temps de les renvoyer dans le néant.

                      Tu m’excuseras de ne pas du tout te suivre dans ton analyse depuis ta passoire thermique. Car même sans rien, être libre de penser et de s’exprimer et libre de sa sexualité ça reste un luxe qu’il conviendrait de ne pas trop laisser filer. C’est quand on perd un truc qu’on se rend compte qu’on y tenait en fait. L’alliance des curés et des militaires doublé des mafieux et des inconscients ça sera sans moi 😀

                      1
                    2. Bon pour résumé, nous sommes dans le meilleur des mondes – vrai – tant les autres – Russie et toutes les autocraties, ploutocraties, théocraties qui nous sont coexistantes et ben justement subsitent – c’est imparable et indubitable – mais je ne me console pas et je reconnais en cela ma bourgeoisie, du sentiment que notre démocratie est capable de bien mieux, que le rapport de force reste la logique qui gouverne les rapports humains, que nous somme au milieu d’un chemin qui n’ira pas au bout du message chrétien car nous allons devoir relever un défi qui révèlera notre inavouable immaturité à nous confondre dans le genre humain.

                    3. « mais je ne me console pas et je reconnais en cela ma bourgeoisie, du sentiment que notre démocratie est capable de bien mieux, que le rapport de force reste la logique qui gouverne les rapports humains, que nous somme au milieu d’un chemin qui n’ira pas au bout du message chrétien car nous allons devoir relever un défi qui révèlera notre inavouable immaturité à nous confondre dans le genre humain. »

                      Je ne puis mieux dire. Et je ne sais pas comment continuer autrement qu’en gardant le cap. Y a t il une île, un continent réel qui adviendra au delà de l’horizon qui revient chaque jour dès que le soleil réapparait ? Je crois qu’on y travail et on y rame tous ici. Que faire d’autre ?

                2. @CloClo
                  D’ailleurs pour meubler le vide intersidéral de son site, il est un des rares à parler en long en large et en travers du dernier rapport du GIEC 🙂

                  4
                  1. Non, ici on en parle aussi depuis longtemps tu le sais bien. D’ailleurs ça y est tu as compris ce qui se passe maintenant ? 😀

                    1
                3. Je me suis dit : CloClo exagère, il y a peut-être peu, mais il ne peut pas n’y avoir rien à propos de l’Ukraine sur un site qui nous a abondamment renseigné sur le Donbass au fil des années. Eh bien non, c’est vrai : depuis des jours, il n’y a rien sur l’Ukraine sur Lescrises.fr, le site d’Olivier Berruyer.

                  1
                  1. Honnêtement j’en ai mal à l’indépendance pour lui !

                    Car je pense que les sources différentes d’informations, les avis différents, même si je bataille ou ferraille en discutant, sont le seul moyen de l’émergence d’une forme approchante de la vérité, et d’ailleurs parfois les élucubration de Ruiz, et même de Rosebud, bref de tous me nourrisse mentalement et m’empêche de devenir fou d’un bord. Ce qui fait que la liberté de conscience et d’expression comme la pluralité des sources sont des bienfaits irremplaçables et inestimable dans la société humaine. Nous ne sommes pas des fourmis avec une Reine. Mais attention aux dévoiements de ces bienfaits…

                    Mais ce que fait OB là est juste sidérant. C’est une forme de suicide intellectuel. Et c’est dommage. Mieux vaut tout perdre dans la vie que son intégrité intellectuelle, sauf si on a jamais eu… Il me semblait que sa condamnation était un point de départ d’une reprise en main de sa liberté, et puis pfuuiiiiiit. C’est le danger quand on est envahi par des hystériques qui vous tiennent. D’ailleurs Alexis qui écrivait souvent sur Agoravox, les commentaires sous les articles sont tous devenus sidérants. L’état de délabrement des repères est inquiétant.

                    5
                    1. Mouais, bosser dans la finance c’est déjà vendre son âme au diable, alors pour le reste comment être étonné, l’intelligence n’est pas la bonté et le talent ne remplace pas la fraternité 🙄😮

                  2. C’est le Donbass et le contre-Donbass, chez Berruyer, laissez lui le temps de relire Mauss.

                    Du point de vue cognitif, blague à part, le succès de la stratégie russe du type « RT » et les-crises etc., stratégie qui consiste à appuyer là où ça fait mal
                    marche étonnamment bien vue sa simplicité.
                    Je rappelle qu’elle est confirmée par des sources de première main (journalistes ayant été à RT, écouter l’émission de 12h45 sur FQ « signe des temps » ce 27 mars).

                    Cette simplicité, avec le fait que les français sont dans les enquêtes « sociologiques » classés comme champion du mécontentement et de la râlante, raconte quelque chose :

                    Peut-être le peu d’occasions que nous donne la société marchande-capitaliste de construire quelque chose (et statistiquement l’actuelle société russe fait pire, avec un rôle de l’état énorme qui limite cet espace de réalisation, dixit la même émission à la fin), assez simplement.
                    Sous la forme « la ressource qui n’est pas où il faut » dans la vision de PJ (le capitalisme comme mode d’organisation « autour du défaut » ou « avec défaut built-in »). Pérénniser un tant soit peu cette capacité d’organisation créatrice serait un but en soi, elle ne se débloque au fond que lors des épisodes révolutionnaires et assimilés (Maidan pour les Ukrainiens). Graeber et Wengrow (dans leur « au commencement était … » ) rappellent que l’inventivité sociale des groupes humaine a été énorme et a sans doute conduit à bien des sociétés qui ont su satisfaire asez bien ces aspirations sur le long terme, sans laisser forcément beaucoup de trace spectaculaires, vu qu’il s’agissait de société ayant un certain bien être, mais pas de chefferie accaparatrice et peu de restes archéologiques de quelque taille. Notre époque moderne européenne est très bridée par rapport à l’éventail des possibilités.

                    Réduction à un espace agi par la peur et la haine : Voilà pourquoi votre Berruyer est muet(te).

                    1. Mais y a aussi besoin d’appuyer là où ça fait mal. J’ai été par exemple écoeuré du traitement médiatique des Gilets Jaunes dans la plus part des média classiques, ne parlons même pas des TV.

                      Personnellement, je pense que si on explique au gens ce qui se passe et pourquoi les choses sont ainsi, ils s’adaptent et font même souvent preuve de beaucoup d’ingéniosité et de solidarité. La confiance et la pluralité sont primordiale. Y aura toujours des abrutis et des profiteurs mais bon faut faire avec.

                    2. @ Cloclo : pour les Gilets Jaunes (dont le traitement médiatique n’a pas été un long fleuve tranquille même ici), il y a eu de la part du pouvoir en place de la peur et de la haine justement, peur d’une révolte « incompréhensible » et haine de ceux qui cassent le récit « startup nation » car ils le feraient pas « bêtise » (cf. « Jojo le gilet jaune…).
                      C’est donc bien un noeud de l’affaire que de ne pas se laisser réduire à la peur;

                    1. Salut CloClo,

                      Ouais désolé… vous parliez de Berruyer, je me demandais ce qui dominait dans cette classification (Money = la vénalité ; Ideology = anti américanisme, conviction ; Compromise = kompromat à la Trump ; Ego = les ors de l’Ambassade…) le concernant selon vous.

                      Est-ce plus clair mon CloClo ?

                      (Sinon ça va, je me mets à jour de vos débats passionnés ! J’espère qu’ils sont bien payés les propagandistes parce que ça gratte…)

                    2. On peut répondre que ces 4 critères de MICE sont comme une matriochka ?
                      Au début, l’ego sur lequel on vient mettre le baume qu’il pourra avec succès et audience « s’exprimer si … » (compromis).
                      Puis à force de prêcher , on s’autoconvainc (ideologie), et enfin en dernier l’argent, car on doit avoir assez d’estime de soit
                      pour se dire qu’on l’a mérité par la qualité du travail fait « malgré tout », et seurtout surtout qu’on ne puisse pas se dire qu’on s’est prostitué.

                    3. Ah ok 2Casa !

                      Aucune idée. Je suis en free lance totalement indépendant. Mais de mon point de vue, j’ai parfois été obligé de manger mon chapeau ou de passer derrière les lignes pour assurer les/mes affaires et j’ai détesté cela. Je ne juge donc pas. Mais ne pas juger ne veut pas dire ne pas dénoncer.

                      Mais ce silence doit être insupportable intérieurement quand on est normalement constitué intellectuellement. Et ce prix là, il le paye plein fer. C’est le prix de la soumission. Ou alors on est vendu et on profite de ce petit avantage qu’un puissant vous accorde, tant que vous ne mordez pas sa main. Et là ma foi, c’est soi et son miroir.

          4. bof, discrediter quelqu’un par qui il est invite…
            pour autant, au dela de ses analyses, il donne de vraies informations et je ne le considere pas comme un complotiste.
            Par exemple, je ne le vois pas dire du mal de Macron, voire meme annoncer son admiration pour Merkel…

            Mon point de vue est celui de quelqu’un qui vit dans les pays baltes,
            travaille avec un russe estonien, une bielorusse, un ukrainiens, un finnois, des estoniens dans une meme equipe, meme si c’est du coup un sujet tabou.
            L’influence balte me fait penser que oui la Russie a des tendances imperialistes au dela de l’Ukraine (https://www.thesun.co.uk/news/17965158/russian-state-tv-discusses-invasion-seizing-baltic-states/). Je suis attere de voir la sympathie qu’elle peut recevoir dans bien des pays (y compris la France) juste parce qu’elle est ouvertement contre l’imperialisme americain, et pour la plupart nous sommes juste heureux d’etre du cote du plus fort.

            Ca n’empeche pas de comparer avec la crise de Cuba pour les motivations russes.
            Je comprends que pour beaucoup d’Ukrainiens, les pays baltes sont un exemple de comment on peut mieux se developer en rejoignant l’Europe,
            qui est une cause de perte d’influence Russe mal ressentie la-bas.
            Pour autant le modele de la societe americaine est il le meilleur pour la planete?

            Alors oui le probleme est pose:
            – on ne pensait pas l’Ukraine capable de gagner mais meme avec un soutient limite ca change,
            et celle-ci revendique toujours la Crimee. Et ca augmente, les pressions pour une solution militaire
            https://youtu.be/7-u_8HnTt9o
            https://youtu.be/07w7mfKMkfQ
            https://understandingwar.org/who-we-are
            – d’apres ce monsieur Echinger, la Russie ne pourrait soutenir un effort de guerre au dela de Mai,
            et je vois circuler des informations (https://t.me/DIUkraine/198 utilisez google or deepl), cote ukrainien.
            – c’est un peu contradictoire avec son septicisme quant aux sanctions (pour memoire https://news.err.ee/1608483629/investigation-how-record-amounts-of-belarusian-oil-flows-through-estonia), mais les pertes militaires russes sont reelles (et une garantie qu’ils ne vont pas toucher aux pays de l’Otan sauf escalade incontrolee).

            Alors mon analyse c’est qu’on voit quand meme se profiler un risque de contre attaque ukrainienne en Crimee
            qui peut donner lieu a une riposte nucleaire tactique Russe, parce que de son point de vue on touche a son integrite territoriale.

            Je vois des va t’en guerre du cote de l’administration US, et des personnes qui cherchent a menager les russes (en gros ligne carrere d’encausse) comme l’administration Biden? (point de vue reporte par Marc Echinger, juste un peu plus extreme en donnant les republiques separatistes a la Russie, ce qui est peu ou prou la realite du terrain et le nouvel objectif affiche des russes
            conte tenu du rapport de force actuel).

            1
            1. « Pour autant le modele de la societe americaine est il le meilleur pour la planete? »

              Clairement pas ! On l’écrit assez ici il me semble non ? Le système capitaliste dont les USA sont le fer de lance est le problème profond sur cette planète. Mais comme les choses sont souvent complexe, ce n’est pas le modèle de la société américaine qui importe là, c’est notre capacité collective à préserver et favoriser un espace socio économique démocratique libre et égalitaire et une justice indépendante qui empêche l’accaparement des pouvoirs, un objectif toujours et plus que jamais d’actualité ce et y compris en Occident. Car c’est bien cette petite flamme qui vacille sérieusement partout en laissant la place à l’arbitraire et la loi du plus fort.

              3
              1. @CloClo Le système capitaliste dont les USA sont le fer de lance, n’est pas une grave menace pour la planète en soi, c’est son maintien par un équilibre politique actuel basé sur un espace socio économique démocratique égalitaire qui pose problème par la généralisation de la débauche d’énergie.

                  1. @CloClo C’est pourtant très clair, ce n’est pas la gabegie énergétique et de ressources naturelles dont bénéficient directement l’élite de super riches du système capitaliste qui menace la planète, c’est son espérance et début de généralisation à toutes les couches de la société qui en accroit massivement l’impact, parce que le système politique démocratique le réclame.
                    Un système très inégalitaire pourrait être compatible des objectifs du GiEC, certes les riches propriétaires des moyens de production seraient nécessairement moins riches -comptablement-, (du fait de la plus faible production), mais leurs conditions de vie pourraient être identiques voire meilleures.
                    Celà nécessite simplement un changement de perspective.

                    1. Donc le problème ce n’est pas le mode de vie des riches et des pays accapareurs mais le fait que tu penses que tous les gens veulent vivre ainsi ? Et que donc la démocratie c’est ça le danger ? Parce que tu penses que les gens sont cons comme toi à bouffer du foin ?

                      Oui je savais que tu étais en vrac questions idées mais tu le confirmes encore une fois bien clairement, je t’ai tendu la perche et tu l’as saisi avec toutes tes forces. Merci !

                      Tu savais pourquoi en France au début les hommes à l’Assemblée n’avaient pas donné le droit de vote aux femmes en autre ? Ils pensaient qu’elles étaient toutes bigotes et influençables par les curés et qu’elles auraient suivi bêtement les prêches avant d’aller voter restaurant ainsi la royauté par les urnes…Sacré Ruiz va.

                      Mais si, c’est bien la démocratie et les bonnes volontés des scientifiques et des gens doués de raison qui va nous sortir de toute cette séries de catastrophes avec le plus de chance de réussir possible. Y a aucune autre solution.
                      Mais ça va pas être une partie de plaisir, c’est sur. Car on explique correctement et efficacement les choses aux gens, ils se comportent différemment et modifie leurs attitudes. Nous sommes tous capables de comprendre les enjeux.

                      Y a que peureux et les idiots ainsi que les mecs de droite et d’extrême droite et tous les mafieux qui raisonnent comme toi.

                      5
                    2. @CloClo A la question est-ce que le système capitaliste, la lutte contre l’évolution climatique, et la démocratie égalitaire sont compatibles, la réponse semble être négative,
                      ce qui est un point d’accord,
                      penser que le maintien d’une démocratie égalitaire permet de lutter efficacement contre l’évolution climatique, c’est un souhait honorable, mais celà ne signifie pas qu’un système capitaliste soit le principal problème et ne puisse se maintenir, tout en satisfaisant les exigences climatiques,
                      le maintien d’une démocratie égalitaire, avec une baisse/transformation du niveau de consommation énergétique, au détriment du système capitaliste, s’accompagnant d’un accaparement des décisions énergétiques et économiques par le système politique et une suppression des libertés économiques associées au capitalisme libéral.
                      Quand à améliorer la situation énergétique de la masse en supprimant les privilèges de quelques uns, l’incidence ne peut être qu’homéopathique.

                    3. @Ruiz, ou plutôt cacato.es, un perroquet nommé bob qui flirte avec bot, vos commentaires ont la fulgurance de « Space Invaders », les balbutiements des jeux vidéo.

                    4. « ce qui est un point d’accord, »

                      Que nenni ! Ton commentaire est une suite de mots syntaxique, en revanche vu le Gloubi-boulga, je suis désolé non aucun accord Ruiz. Tu mélanges trop de choses et de manière trop générale pour que je puisse en tirer quoique se soit en accord.

                      Je note que tu qualifies de « souhait honorable » la démocratie… Bon ça je prend, mais je m’en tiens là, car moi je pense qu’il est vitale et nécessaire. Enfin si on veut vivre dans un monde humain et construire un avenir en commun.

                      1
                    5. @Ruiz
                      Si vous ne savez pas qu’un système de production organisé sur le mode capitaliste est condamné à une croissance perpétuelle, c’est que vous n’avez pas tout à fait saisi ce qu’était le capitalisme. Le concept de baisse tendancielle du taux de profit, explicité par Karl Marx il y a plus d’un siècle, vous donne la clef de cette malédiction de la croissance. Mondialisation, marchandisation, innovation, surexploitation, tout est déjà là-dedans.
                      Le gâteau doit grossir. Le système est plus ou moins inégalitaire selon que la part supplémentaire de gâteau est plus ou moins bien partagée. Mais le gâteau doit grossir. Vous pouvez -dans un cadre capitaliste- jouer sur le curseur + ou – d’inégalités, c’est un choix politique. Mais si vous faîtes le choix, politique aussi, de diminuer la taille du gâteau, vous sortez du cadre capitaliste.

                      1
                    6. Non. Je le redis : à cause de la baisse tendancielle du taux de profit.
                      Comme beaucoup vous confondez production et système d’organisation de la production. Le capitalisme n’est pas la production. Il n’est que son système d’organisation.

                      1
                    7. Il y a l’erreur qui va permettre d’invalider le modèle. Et l’erreur qui va permettre de l’affiner. Alors précisons pour ceux qui ne connaissent pas Michel Husson qu’il s’agit (s’agissait) d’un économiste marxiste 😉

                    8. Marx que, comme beaucoup encore une fois, vous associez au communisme, comme on vous a appris à le faire. Communisme dont il n’a pourtant jamais fait la théorie. Son grand oeuvre n’est pas « Le Commun » mais bien « Le Capital ». Marx est un théoricien du capitalisme. Une théorie si puissante (et si dérangeante) qu’on n’a pas encore fini de la contester aujourd’hui 😋

                      1
                    9. @Rafio « un système de production organisé sur le mode capitaliste est condamné à une croissance perpétuelle » il s’agit d’un credo marxiste et même sur cette base celà n’explique pas l’impossibilité de poursuivre une lutte contre l’évolution climatique, puisqu’il y a des crises,
                      et la guerre, conséquence d’une opération militaire spéciale et des réactions provoquées ou d’une tentative de maitriser des armes de destruction massive est une forme de crise qui détruit du capital (et de la force de travail ..) et donc ramène la dérive énergétique à des niveaux plus bas reconstituant des marges de croissance,
                      l’effet en a été largement démontré après la deuxème guerre mondiale, et tarde à se concrétiser pour des conflits locaux récents (Iran, Irak, Lybie, Syrie).
                      Il est possible qu’il en soit de même si le conflit en Ukraine reste au stade actuel.

                      Par ailleurs l’organisation un temps non capitaliste semble-t-il de l’URSS ne semble pas avoir montré un non productivisme et l’absence de croissance.

              1. @juannessy
                Attendons un peu pour voir, si effectivement l’opinion internationale a baissé les bras sur la Crimée, y compris les puissances signataires de l’accord de 1994 (Bucarest) US et UK,
                c’est moins clair pour Zelensky qui à la lumière des combats actuels pourrait être tenté (si personne ne l’en dissuade) de bouter les Russes hors de Crimée.

                1. Ruiz,

                  « Attendons un peu pour voir,  » 😀

                  T’as raison ma louloutte restons dans les ténèbres et les méandres de la réalité alternative…

                  Après nous avoir expliqué que c’était quasi plié pour l’Ukraine, qu’il fallait se rendre vite devant les russes pour sauver la paix, voilà pas qu’en fait il programmerait dans un élan de victoire et d’une contre attaque majeur de reprendre la Crimée ! Bah oui évidemment, qu’on est con.

                  Y a pas à dire t’es passé au pressoir.

                  5
                  1. @CloClo Pour éviter les désagréments à la population et les destructions, qui n’ont pas été évitées c’est un choix.
                    Et rien n’empêche de continuer le combat, mais il y a un coût.

                2. S’exprimant plus d’un mois après l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février, Zelenskiy a déclaré qu’aucun accord de paix ne serait possible sans un cessez-le-feu et un retrait des troupes.

                  Il a exclu d’essayer de reprendre par la force tout le territoire détenu par la Russie, affirmant que cela conduirait à une troisième guerre mondiale, et a déclaré qu’il souhaitait parvenir à un « compromis » sur la région orientale du Donbass, détenue par les forces soutenues par la Russie depuis 2014.

                  Zelenskiy a déclaré que l’Ukraine avait refusé de discuter de certaines autres demandes russes, telles que la démilitarisation du pays.
                  Alors dans tout ça la crimée… Poutine a déja prévu d’y ouvrir des banques, des casinos et des parcs d’attractions!

            2. @tgee votre point de vue m’intéresse ! sur l’organisation de la sécurité en Europe quand on est susceptible d’être menacé dans son intégrité territoriale.

              De votre point de vue que pensez-vous de l’idée d’une Europe de la défense, l’idée d’une Europe puissance ?
              Etes-vous favorable à un renforcement de l’Otan ? Pensez-vous qu’il puisse y avoir extension de l’Otan ?
              Est-ce que d’après vous la Pologne de monsieur Duda exploite la situation à son profit ?

              1. Le sentiment balte était que la tendance démographique condamne à moyen terme la Russie à moins de velléités, avec le risque de les voir se précipiter avant ça. (la présidente estonienne précédente avait exprimé cela dans une interview à la télévision française).
                Avec la catastrophe en cours, ça risque de rapprocher l’échéance.
                Alors une Europe puissance contre qui et avec qui ? Le temps qu’elle se fasse… C’est maintenant que ca arrive.
                Les pays continueront de préfèrer la couverture du plus fort, les usa… Et comparativement à l’Europe, les USA ne s’affaiblisse pas.
                Après l’Europe puissance autour de la France ? De l’Allemagne ?
                https://ecfr.eu/article/why-europe-has-no-say-in-the-russia-ukraine-crisis/
                https://news.err.ee/1608476345/meelis-oidsalu-we-should-listen-to-macron-and-address-our-own-fears
                Les pays les plus concernés ne discute pas de L’Europe puissance comme une alternative.
                https://www.ft.com/content/e636c759-aad7-4ee1-b245-f3575dd5ce73
                On reste dans des logiques de sous-ensembles.
                https://news.err.ee/1024085/study-estonia-has-strong-image-within-eu-but-may-be-weakened-by-government

                1
                1. Merci !
                  C’est une vision pragmatique : on prend les problèmes les uns derrière les autres. Ce que j’apprend c’est le souci d’épargner psychologiquement la population d’une crainte qu’on ne discute pas, dans une logique de blocs.
                  Pour ce qui est de l’Europe puissance, c’est désespérant ! Mais c’est bien la réalité. La souveraineté européenne a encore un long chemin à parcourir.
                  « In a world of increasing geopolitical competition, the US needs partners – not supplicants and free-riders. »
                  Cela peut paraître absurde aujourd’hui mais il faut envisager des alliances et des coopérations militaires différentes.
                  « Estonia should avoid losing its reputation as a results-oriented member state that takes into consideration the priorities of others while pursuing its own interests in a constructive manner. »
                  Je ne vois pas pourquoi la France n’aurait pas la même ambition.

                  1. Cette « ambition » est celle qui anime la presque totalité des 27 depuis l’origine , et c’est ce qui fait la solidité des pas faits petit à petit. A cette heure il n’y a guère que l’Angleterre qui a mis ses ambitions plus rances en avant pour sortir de la troupe , pour se faire un allié non free-rider mais peut être bien supplicant des USA .

                    Mais c’est vrai que la situation veut que les pas s’allongent et vite , et en repensant les relations aux autres continents , avant même que ce soit les USA qui aient plus besoin de ses alliés que ses alliés des USA fragilisés et déjà fragiles de l’intérieur .

                    1. Pour la « rancitude » anglaise( le terme est sans doute un peu inapproprié , mais c’est celui qui m’est venu naturellement sous le clavier ) , voir Paul Jorion et son ami écossais , et un Brexit qui est un peu le mauvais choix britannique , pendant d’un mauvais choix russe .

                      L’article cite , comme il m’arrive de le faire , la comparaison des PIB , mais avec une photo datée selon la démonstration préconçue . Sur un minimum d’années et en tendance , on mesure en fait que le PIB de l’UE , celui des USA et celui de la Chine boxent , en valeur absolue , dans la même catégorie ( entre 18 000 et 20 000 milliards de dollars . On remarque au passage que la Russie dont se soucierait tant les USA n’a un PIB que de l’ordre de 8 à 9 % de celui des USA , et que la considération que Washington porte au Kremlin tient d’abord à la menace nucléaire que la Russie , s’offre quitte à se ruiner en finançant d’abord et surtout son appareil d’état et ses armées , par les ressources minières et énergétiques où elle puise à outrance .

                      Je continue à parier l’évolution positive de notre berceau historique pour sa propre sauvegarde et la paix du monde dans une relation neuve et multi domaines aux autres continents ( y compris américains ) ou « sous régions » ( qui sont elles mêmes en train de se reconstituer – cf ce qui se passe actuellement autour de la Turquie et d’Israël , ou en Afrique ) . et c’est bien pour ça que les forces propres ( gouvernance , défense , justice , monnaie , politique énergétique , politique étrangère ) doivent dorénavant se penser au niveau où cela a un sens et un poids géopolitique sur la durée .

                      Ça foirera peut être , auquel cas ce sera plus par aveuglement et bêtise , que par manque de moyens .

                      Il n’y aura alors plus qu’à subir , non seulement l’inévitable rationnement ( souvent possiblement vertueux ) de ce qui faisait les petits plaisirs des consommateurs jouisseurs , en raison des contraintes climatiques et guerres des ressources , mais aussi la perte de la maitrise négociée de nos destins , confiés à d’autres moins regardants sur le sens de la vie individuelle ou collective .

                      Liberté , égalité , fraternité étendue au vivant .

                      1
            3. « bof, discrediter quelqu’un par qui il est invite… »
              Il se discrédite tout seul en allant là où il sait que ses propos seront accueillis avec bienveillance et même une certaine jubilation…

      1. @Garorock Pourquoi en effet
        1) Parce qu’il pense avoir presque gagné et veut pousser son scénario.
        2) – Parce qu’il en a pris plein la gueule et que ça fait réfléchir.
        – Parce que Xi lui conseille et voit d’un mauvais oeil une toute puissance Etats-Unienne.
        – Parce que Macron est persuasif
        – Parce que l’Allemagne achèterait le gaz Russe tout de suite et plus cher que la Chine

  2.  »  »  » «Soutien indéfectible» : Washington va vendre à l’UE 15 milliards de m3 de gaz naturel liquéfié  »  »  »

    « Good job, boys! »

    8
    1. Otromeros,
      Il est parfaitement logique d’acheter une partie de notre gaz aux US, pour la bonne et simple raison qu’ils sont les premiers producteurs au monde et ont des terminaux méthanier à foison.
      Cf ceci
      https://fr.statista.com/statistiques/565249/principaux-pays-en-termes-de-production-de-gaz-naturel-au-monde-en/

      Regardez
      Caractéristique Production en milliards de mètres cubes
      Algérie 85,1
      Arabie saoudite 103,2
      Norvège 110
      Australie 153,6
      Canada 158,3
      Qatar 184,9
      Chine 204,8
      Iran 253,8

      1. Complément:
        États-Unis 947,7
        Russie 693,4
        Iran 253,8
        Chine 204
        Je sais pas pourquoi le tableau n’est pas bien sorti la première fois.

        1. « il est parfaitement logique »…
          ben non, dans une pure logique de marchés, qui est le credo de l’Union Européenne, la seule chose qui compte, c’est le prix. Et le gaz américain est plus cher que le russe

          3
            1. @juannessy C’est un abus de droit l’U.E. n’a aucune compétence en matière de défense.
              Maintenant si des dirigeants d’europe se mettent d’accord entre eux ..
              c’est un réflexe de mafia.

  3. Pour Biden , parce que c’est  » maintenant ».

    Pour Poutine , aussi .

    Pour Macron , je lui fais le crédit , peut être à tort , qu’il laisse « l’avenir » ouvert ( c’est le plus jeune des trois ) .

    1. Parce que, selon moi, il faut, face à l’opinion US, être un président belliciste et méprisant. Biden a aussi des élections de Mid Term, dont une partie d’électorat polonais et d’Est de l’Europe. Parce que, selon moi, Macron joue son rôle de ‘président semestriel de l’Europe’ dans ces circonstances, (et donc comme négociateur plutôt que porte parole des 27), et cela joue aussi dans le jeu électoral français. Ce n’est pas le tout de ces discours, mais ce sont des éléments à prendre en compte.

      1
      1. Pour ceux qui ont besoin de trouver des éléments à  » prendre en compte » , autres que l’essentiel malheureusement évident .

        1
  4. Les actes et les déclarations de Biden dévoilent maintenant clairement la stratégie de Washington et de l’Otan : ne pas chercher de compromis , faire monter la tension, faire durer cette guerre le plus possible pour enliser la Russie en fournissant des armes quitte à accepter des pertes civiles en Ukraine, affaiblir la Russie sur le plan économique et espérer un renversement de régime.
    En face, Poutine s’est planté dans les grandes largeurs en pensant qu’il serait accueilli avec des fleurs et il doit donc revoir ses plans .
    La question est maintenant de savoir si on continue à suivre ce que souhaite Washington, renverser Poutine coûte que coûte quitte à mettre le feu en Europe, ou bien trouver une solution diplomatique pour garantir la sécurité en Europe.
    Pas sûr que Washington soit d’accord , son but ayant été depuis la chute du mur d’éviter un rapprochement entre la Russie et l’UE.
    On est à la croisée des chemins, et pour une fois, moi le gauchiste radical, je soutiens Macron !

    9
    1. Concernant la phrase de Biden :
      « Pour l’amour de Dieu, cet homme ne peut pas rester au pouvoir »

      La Maison Blanche a très vite rétropédalé précisant que « Ce que le président voulait dire, c’est que Poutine ne peut être autorisé à exercer un pouvoir sur ses voisins ou sur la région. Il ne parlait pas du pouvoir de Poutine en Russie, ni d’un changement de régime »

      1
      1. J’ai commenté plus haut en disant que Biden envoyait sans doute là, possiblement, un message de haut niveau aux éventuels « félons » qui renverseraient Poutine : les USA soutiendraient en faisant sauter les sanctions illico, ce qui ferait plébisciter le chef de la faction qui auraient mené ce coup d’état.
        (Quoiqu’à ce niveau d’autocratie, même le mot « état » dans «  »coup d’état » » fait un peu bizarre).

        2
    2. Concernant ce qu’a dit Biden : « Pour l’amour de Dieu, cet homme ne peut pas rester au pouvoir »

      La Maison Blanche a très vite rétropédalé précisant que :

      « Ce que le président voulait dire, c’est que Poutine ne peut être autorisé à exercer un pouvoir sur ses voisins ou sur la région. Il ne parlait pas du pouvoir de Poutine en Russie, ni d’un changement de régime »

        1. La maison blanche ne fait surtout que révéler en clair ce que toute sa politique étrangère depuis 1899 a mis en œuvre dans le monde, il n’en reste pas moins que  » Poutine ne peut rester au pouvoir » car fauteur de guerre et donc criminel, la guerre constituant un crime contre l’humanité.

      1. @PIerre-Yves Dambrine Terminer un discours d’une demi-heure par cette phrase, c’est forcément un cri du coeur, pas besoin de détecteur de mensonge, surtout dans un pays empreint de religiosité comme les Etats-Unis où le Président prête serment sur la Bible.
        Il s’agit d’une guerre sainte pas d’un lapsus calami.

        Ou alors Biden est gâteux !

        Comme si Biden n’était pas autorisé à exercer un pouvoir sur ses voisins ou sur la région !

        2
        1. Voila à quoi pense Biden lorsqu’il parle:
          Washington (CNN)L’invasion russe de l’Ukraine n’est pas sortie de nulle part.

          Le président russe Vladimir Poutine a intensifié les tensions avec l’Occident pendant la majeure partie de la dernière décennie – il a annexé la Crimée, s’est mêlé des élections américaines, a empoisonné un ex-espion sur le sol britannique, et plus encore. Presque à chaque étape du processus, l’ancien président Donald Trump a reproduit les points de discussion du Kremlin, a excusé l’agression russe et l’a parfois même embrassée.
          Il est facile d’oublier qu’il y a quelques années, le président ukrainien Volodymyr Zelensky n’était pas connu pour son leadership d’acier en temps de guerre , mais pour avoir été entraîné par Trump dans le scandale politique américain qui a conduit à la première destitution de Trump.
          Les experts disent que les actions de Trump ont affaibli l’Ukraine, divisé l’OTAN, enhardi Poutine et nous ont aidés à nous rendre là où nous sommes aujourd’hui. Et même avec Trump qui n’est plus au pouvoir, son impact perdure sous la forme de commentaires favorables à Poutine dans les médias conservateurs et de la part de certains législateurs républicains .
          « L’une des principales raisons pour lesquelles Poutine s’est probablement senti à l’aise de lancer l’invasion de l’Ukraine était la mesure dans laquelle l’Occident a été affaibli et déstabilisé, et la démocratie minée, et les divisions politiques semées, au cours des cinq années qui ont suivi l’attaque de nos élections en 2016 », a-t-il ajouté. a déclaré Garrett Graff, historien et journaliste spécialisé dans les questions de sécurité nationale et de guerre froide.
          Voici quatre choses à retenir sur Trump, l’Ukraine et Poutine.
          Trump a pris le parti de la Russie au début du conflit
          Une révolution populaire en 2014 a renversé le régime pro-russe de Kiev, dirigé par le président Viktor Ianoukovitch, et l’a remplacé par un gouvernement à tendance occidentale. Les troupes russes ont rapidement envahi le territoire ukrainien de la Crimée, déclenchant le conflit armé qui s’est intensifié cette année.
          En quelques semaines, Trump a félicité Poutine pour la façon dont il a géré la prise de contrôle de la Crimée et a prédit que « le reste de l’Ukraine tombera… assez rapidement ». Faisant écho à la propagande du Kremlin, Trump a déclaré dans une interview télévisée que le peuple de Crimée « préférerait être avec la Russie », une position qu’il a également défendue en privé. L’un de ses assistants de campagne de 2016 a faussement affirmé que « la Russie ne s’est pas emparée de la Crimée ».
          « Trump a dit que la Crimée est russe, parce que les gens parlent russe », a déclaré Elena Petukhova de Molfar, une société de renseignement économique basée à Kiev, qui l’a qualifiée de vision « absolument pro-Kremlin ». « Selon cette logique, tout le territoire des États-Unis devrait appartenir à la Grande-Bretagne. »
          Lorsque des séparatistes soutenus par la Russie dans l’est de l’Ukraine ont abattu un avion commercial en 2014, tuant 298 personnes, Trump a semé le doute sur l’implication de la Russie. Il a embrassé les dénégations de Poutine, même après que les responsables américains et européens ont publiquement conclu que la Russie était complice.
          Le président de campagne de Trump, Paul Manafort – qui avait passé une décennie à conseiller Ianoukovitch en Ukraine – a collaboré en 2016 avec un espion russe sur un plan secret pour que Trump aide la Russie à contrôler l’est de l’Ukraine, selon le rapport de l’avocat spécial Robert Mueller . La proposition prévoyait que Ianoukovitch reviendrait pour diriger un État fantoche russe dans l’est de l’Ukraine.
          Cette rhétorique pro-russe ne s’est pas toujours traduite en politique pour la Maison Blanche de Trump. Par exemple, son administration a déclaré que les sanctions se poursuivraient jusqu’à ce que la Russie rende la Crimée. Mais la rhétorique a donné à Poutine une pom-pom girl inattendue à DC et a créé des tensions au sein de l’OTAN.
          Le bilan mitigé de Trump sur l’armement de l’Ukraine
          Le président Joe Biden a considérablement augmenté le flux d’armes vers l’Ukraine, notamment des missiles antichars, des systèmes antiaériens, des drones, des fusils et d’autres armes. Surtout, c’est Trump qui a envoyé pour la première fois une aide létale , dans un revirement majeur de l’administration Obama, qui a refusé d’envoyer des armes offensives à l’Ukraine au début des combats dans la région orientale du Donbass.
          Mais Trump a un passé mouvementé sur ce sujet. En tant que candidat, sa position n’était pas claire au mieux. Les assistants de campagne de Trump sont intervenus lors de la Convention nationale républicaine de 2016 pour bloquer le langage de la plate-forme du parti GOP qui appelait les États-Unis à envoyer des armes létales à l’Ukraine.
          Et en 2019, Trump a tristement retenu près de 400 millions de dollars d’aide militaire dans le cadre de sa tentative de faire pression sur Zelensky pour qu’il annonce de fausses enquêtes de corruption sur Biden et les relations commerciales de sa famille. Les armes du programme d’aide au point mort comprenaient les missiles Javelin qui sont devenus un élément crucial des défenses étonnamment robustes de l’Ukraine contre les chars russes.
          Cela a conduit à la première destitution de Trump , mais il a été acquitté par le Sénat dirigé par le GOP. Certains des républicains qui se sont opposés à sa destitution exhortent maintenant Biden à envoyer plus d’armes.
          « Le GOP est le parti des faucons russes. Pendant un demi-siècle, l’un de leurs principes d’organisation centraux a été de s’opposer à la menace soviétique », a déclaré Graff, ajoutant que Trump avait bouleversé cette histoire et incité certains républicains à se montrer indulgents avec Poutine. « Mais au cours du mois dernier, de nombreux républicains qui sont devenus insipides sur la Russie sont revenus à leur position naturelle de faucons russes. »
          Trump a mené une campagne de diffamation contre l’Ukraine
          Tout au long de sa présidence, Trump a poussé une litanie de fausses déclarations sur l’Ukraine – en public et en privé. Il manquait rarement une occasion de critiquer le pays. Un diplomate très respecté a déclaré au Congrès que Trump pensait que « l’Ukraine était un pays corrompu, plein de gens terribles ».
          Le plus gros mensonge de Trump concernait les élections de 2016. Il a rejeté la réalité selon laquelle la Russie est intervenue pour l’aider à gagner. Au lieu de cela, il a faussement affirmé que c’était l’Ukraine qui s’en était mêlée et qu’il en était la victime. Ces mensonges, qu’il a répétés des dizaines de fois , ont été une double aubaine pour le Kremlin : ils ont minimisé l’attaque effrontée de la Russie contre la démocratie américaine, tout en salissant l’Ukraine.
          Ces opinions sont rapidement devenues la ligne du parti pour les législateurs du GOP et les experts conservateurs, même si les meilleurs experts russes comme Fiona Hill ont publiquement averti que tout cela n’était que de la propagande russe .
          Ce fut une rupture avec des décennies de politique chaleureuse des États-Unis envers l’Ukraine, en particulier face à des dirigeants comme Zelensky qui tentaient de réorienter le pays vers l’Occident. L’ancien président George W. Bush a félicité le peuple ukrainien en 2004 pour avoir protesté contre une élection truquée, et Obama a célébré la révolution de 2014 qui a renversé un gouvernement favorable au Kremlin à Kiev.
          « Lorsque Trump brouille les cartes en faisant l’éloge de Poutine, ou sape Zelensky et répand des mensonges sur l’Ukraine, cela a de réelles implications sur le déroulement de cette crise », a déclaré Jordan Gans-Morse, professeur à la Northwestern University et boursier Fulbright en Ukraine. « Cela façonne l’opinion publique d’une manière qui lie les mains de Biden lorsqu’il est président de facto en temps de guerre. »
          Trump a à plusieurs reprises sapé Zelensky
          Le magazine GQ a récemment écrit sur « l’héroïsme sans fin » de Zelensky et le magazine Time a déclaré qu’il « avait uni le monde ». Mais le mythe de Zelensky en tant que personnage à la Churchill est un nouveau développement.
          Il y a moins de trois ans, Zelensky était un politicien débutant dont Trump et ses copains ont profité dans le cadre d’une tentative maladroite de salir le candidat Biden. La relation américano-ukrainienne a été mise en veilleuse et remplacée par les besoins personnels et politiques de Trump.
          Les principales priorités de Zelensky étaient d’obtenir plus de livraisons d’armes américaines et de rencontrer Trump à la Maison Blanche. Les diplomates américains vétérans à Kiev partageaient cet objectif. Mais ils ont été sali et mis à l’écart – et remplacés par un groupe de fidèles de Trump qui ont clairement exprimé ses exigences : Zelensky ne pourrait obtenir ces choses que s’il annonçait que l’Ukraine enquêtait sur Biden pour corruption.
          Cet armement fort de l’équipe Trump a forcé Zelensky, au cours de ses premiers mois au pouvoir, à naviguer dans une relation étonnamment hostile avec les États-Unis, un supposé allié de premier plan dans sa lutte contre la Russie.
          « Zelensky en avait plus qu’assez dans son assiette quand il est arrivé au pouvoir », a déclaré Gans-Morse. « Le pays était déjà en guerre avec la Russie. C’est un novice politique. Et puis, en plus de cela, la personne la plus puissante du monde l’a essentiellement extorqué, et il a dû consacrer du temps et de l’énergie pour faire face à cela. l’impact total l’a été, mais cela a définitivement testé Zelensky. »

          2
    3. « Pas sûr que Washington soit d’accord , son but ayant été depuis la chute du mur d’éviter un rapprochement entre la Russie et l’UE. »

      « Son but » ? Je lis souvent ce genre de phrase. Tu aurais quelques articles sérieux et étayés sur le sujet pour argumenter en ce sens ?

      Moi je pense que c’est de l’anti américanisme primaire, et une pente facile pour foutre sur la tête des autres ses propres échecs et incapacités d’actions, erreurs d’analyses.

      Attention, ce n’est pas qu’on ne doit pas pouvoir trouver des gens aux USA, parmi des conseillers ou des décideurs qui pensent que oui foutre la zizanie chez les autres ou bloquer des alliances sont choses nécessaires pour assurer sa propre hégémonie, y a de tout partout, mais que cela fut une décision pensé et mise en place au plus haut niveau comme une stratégie pérenne et une doctrine depuis la chute du mur de Berlin, béh j’attends encore les preuves d’une telle affirmation. Moi je pense que c’est totalement l’inverse qui a été tenté mais sans force et conviction au début des 90.

      Autre sujet, par exemple pour le Brexit, question foutre le souk dans l’UE, Trump se marrait bien certes, mais Biden n’a pas la même approche :

      https://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/avec-biden-le-royaume-uni-du-brexit-perd-l-un-de-ses-meilleurs-supporters_2141573.html

      Alors tirer des conclusions parler de « but » comme tu l’as fait en une phrase comment dire…

      1. @ cloclo
        « j’attends encore les preuves d’une telle affirmation.  »
        Une preuve : les USA ont par exemple tout fait pour que le projet Nordstream2 n’aboutisse pas.
        Et de plus, d’après toi, quel est le grand gagnant de ce conflit en Ukraine si ce ne sont les USA en tout premier lieu : ils pourront vendre leur gaz liquéfié, les céréales et des armes , que du bonheur !
        Un rapprochement UE-Russie serait la fin de l’hégémonie US sur le vieux continent, et ça, ce n’est pas bon du tout pour un Empire, pour le dollar et pour les affaires.

        3
        1. « Pas sûr que Washington soit d’accord , son but ayant été depuis la chute du mur d’éviter un rapprochement entre la Russie et l’UE. »

          Ta phrase c’est ça. Et t’as amené aucune preuve tangible de la moindre doctrine en ce sens.

          Quant à les USA ont tout fait pour que Nordstream2 n’aboutisse pas, comment dire… C’est Poutine qui vient de le torpiller en fait.

          Après tu continues dans ta lancée qui n’a pas plus de justification que celui du pilier de comptoir qui comprend tout en lisant le Monde dans un demi ou un ballon de blanc. Je sais je suis diplômé du Bar d’à Côté mention Petite mousse ! Attention je ne n’affirme pas que c’est faux ce que tu présentes, mais comme disait Euclide, « ce qui est affirmé sans preuve peut être nié sans preuve ».

          Pourquoi un vaste ensemble UE-Russie avec les ressources et les synergies auto renforçantes, bref, tout le continent européen assis sur des bases démocratiques et responsables seraient de fait, par construction, un problème pour les USA ?

          Si on fait abstraction des problèmes naturels et des répartitions (ce qu’il ne faut pas faire bien entendu !), mais en valeur absolu le Monde n’a jamais été aussi riche et prospère depuis la naissance de l’Humanité qu’en ce moment. C’est un fait ça. Ca profite aux USA, ils financent leurs dettes par exemple et leurs affaires en vraie, non ?

          https://fr.statista.com/statistiques/550024/taux-de-croissance-annuel-du-pib-reel/#:~:text=Le%20produit%20int%C3%A9rieur%20brut%2C%20ou,milliers%20de%20milliards%20de%20dollars.

            1. Et oui Otremeros,

              Mais dans ma phrase l’important est : « sur des bases démocratiques et responsables »

              Et dans l’article que tu colles, qui je le répète ne confirme pas la sortie de l’Arsène sur :

              « Pas sûr que Washington soit d’accord , son but ayant été depuis la chute du mur d’éviter un rapprochement entre la Russie et l’UE. » depuis la chute du mur… Bref.

              Mais on peut y lire :

              « Vendredi, le Congrès américain obtenait l’aval du président Donald Trump sur la prise de sanctions à l’égard des entreprises européennes participant à la construction du gazoduc. Une de leurs craintes : que la Russie, deuxième fournisseur mondial, ne se serve du gaz comme d’un levier d’influence sur l’Europe. »

              Tristement prémonitoire et comme le disait Alexis, les USA les Agences de renseignements et l’Administration connaissent bien mieux les dirigeants Russes paradoxalement que nous qui sommes leurs voisins. Ils les pratiquent depuis 1945, et ce sont les mêmes au cas vous ne l’aviez pas remarqué et ils ont un nom : KGB.

              1. @CloClo 27/3 à 22h07

                Bonne répartie à laquelle je souscris.

                ((Petite réserve… manque un morceau du texte copié , morceau (que j’ajoute en italique) qui met quand même de la nuance :

                 »  » Vendredi, le Congrès américain obtenait l’aval du président Donald Trump sur la prise de sanctions à l’égard des entreprises européennes participant à la construction du gazoduc. Une de leurs craintes : que la Russie, deuxième fournisseur mondial, ne se serve du gaz comme d’un levier d’influence sur l’Europe.
                Des sanctions américaines dénoncées par l’Union européenne samedi, dans un contexte de réchauffement des relations avec le Kremlin et où le président français entend bien intégrer la Russie dans le jeu international.  »  » ))

                De l’intention aux actes…bien sûr… Ainsi va la vie..

                1. Otremeros,

                  Bien tenté 😀

                  « Des sanctions américaines dénoncées par l’Union européenne samedi, dans un contexte de réchauffement des relations avec le Kremlin et où le président français entend bien intégrer la Russie dans le jeu international.  »

                  Démonstration de l’aveuglement idéaliste (comme moi) des occidentaux de l’UE vis à vis de Poutine face au pragmatisme et sérieux travail de renseignement US…

                  D’ailleurs si tu n’as pas vu hier soir sur la 5 ce documentaire, visionne le, le réchauffement de l’UE était digne de la pucelle entre les bras de Guy Georges:

                  https://www.youtube.com/watch?v=m2_BFtg-mjM&ab_channel=RobertMacheprot

                  1. @Cloclo Dans l’affaire du gaz Russe il n’y a pas de chantage de Poutine, bien au contraire, c’est parce que l’U.E. utilise en grande quatité du gaz russe que celà peut constituer un moyen de pression économique en menaçant de se retirer, (ce que les US ne peuvent) si tout les gazoducs avaient été réalisés vers la Chine on n’en parlerait pas !
                    Le vrai risque pour les Etats-uniens était de perdre un moyen d’influencer l’U.E.
                    C’est d’ailleurs pour ça que cette volonté de blocage de gazoduc est antérieure au conflit en Ukraine.
                    La causalité ne peut être invoquée alors que dans l’autre sens.

                    1. Allo Ruiz, je demande Ruiz !

                      « Une de leurs craintes : que la Russie, deuxième fournisseur mondial, ne se serve du gaz comme d’un levier d’influence sur l’Europe. »

                      Les mots ont un sens, « craintes : que », la Russie « ne se serve du gaz comme d’un levier d’influence ».

                      On appelle cela anticiper. Et l’anticipation était bien vu. La preuve aujourd’hui ! Les Allemands, l’italie et l’Est de l’Europe sont dans la panade.

                      Mais on peut toujours concevoir une action sous un autre angle totalement contraire comme tu le fais et inventer une autre réalité : les USA allaient perdre un moyen d’influencer l’UE…

                      Mais selon moi, je peux me tromper, l’aspect le plus important quand tu as des alliés (ce que les autres appellent des vassaux car c’est mieux Kremlin compatible) qui défendent depuis au moins 75 ans les mêmes intérêts et valeurs en gros, le fait de les voir dépendre de plus en plus d’un pays clairement identifié comme étant un pays qui pose problème ça fait réfléchir oui. D’où les actions et anticipations US.

                      T’as quand même capté que l’UE achète son gaz à la Russie par facilité, prix, et parce que le fournisseur peut fournir, et pas parce que l’UE veut changer d’alliance. Quelle culture politique, institutionnels, démocratique, avons nous en commun avec les russes ? Aucune. Ca c’est la réalité objective.

  5. Suite à une discussion sur le précédent fil (entre Juannessy et moi), je me suis intéressé aux opérations d’aide à l’Ukraine proposée aux citoyens. L’UNICEF fait donc une campagne directe en France, on va voir qu’elle est indirecte en Belgique, où j’ai repéré trois canaux très différents.
    Soulignons d’abord la discrétion du Haut Commissariat aux réfugiés de l’ONU (HCR) qui pourtant est présente en Ukraine depuis 1994 (1) et publie dans de nombreux communiqués aux médias, les chiffres et la situation des réfugiés. Il fait bien appel à soutenir financièrement son action, mais sans plus. « Le HCR et ses partenaires ont mis en place les « points bleus », des espaces sûrs offrant des services de protection aux enfants, aux familles et à d’autres personnes ayant des besoins spécifiques, en appui aux services existants et aux efforts gouvernementaux »… mais on n’en sait pas plus. J’ai appris ainsi que « Même avant les récents événements, l’Ukraine subissait déjà l’impact de plusieurs années de conflit et d’incertitude. A la fin 2021, près de trois millions de personnes en Ukraine avaient besoin d’aide humanitaire dans le pays, dont plus de 850 000 d’entre elles qui étaient déplacées par le conflit. » ou encore que « 50,000 people moved to the Russian Federation from the Donetsk and Luhansk regions between 21 and 23 February » (répondant selon mon souvenir à l’appel des autorités de ces régions). Enfin, selon les sources des divers gouvernements, il y a en ce 25 mars, 2.236.314 réfugiés en Pologne, 579.800 en Roumanie, 379.204 en Moldavie, 342.738 en Hongrie, 267.702 en Slovaquie, et 271.254 en Russie.
    L’Unicef explique son action vis-à-vis des enfants en Ukraine et parmi les réfugiés et fait appel à des dons en argent. Cela semble concerner surtout la France, ainsi que l’a dit Juannessy (aucune référence à la Belgique sur sa page).
    En Belgique ? Au début mars, les journaux énoncent quelques canaux pour aider, dont Amnesty International, Médecins sans frontières (mais il est précisé que le don n’est pas affecté à un pays), le « fonds humanitaire ukrainien » de l’ONU qui l’affectera à ses partenaires. Mais à la mi-mars, une plate-forme a été créée, avec l’appui du gouvernement belge, UKRAINE 12-12, qui est l’appel commun des organisations membres du Consortium 12-12 : Caritas International, la Croix-Rouge de Belgique, Handicap International, Médecins du Monde, Oxfam-Solidarité, Plan International Belgique et UNICEF Belgique.
    Le gouvernement a ouvert son propre site d’information, https://info-ukraine.be/fr/newsroom, à la fois pour l’aide aux Ukrainiens, pour leur accueil, avec diverses explications légales et sociales. Cela parait fort complet. On trouve notamment un avertissement, pour se méfier de faux appels à des dons, ou des annonces suspectes, avec une adresse où les dénoncer.
    PAr exemple, j’avais très tôt repéré un appel à des dons, lancé par un jeune couple de ma région sur des groupes Facebook de toutes thématiques locales… sans aucune autre référence utile.
    Enfin, les médias ont également relayé un appel de l’Ambassade d’Ukraine à Bruxelles. Appel triple, avec trois numéros de contact différents : pour l’aide humanitaire, pour rejoindre les forces armées ukrainiennes (!), et pour les questions de logement. Dans les jours qui ont suivi, un reportage a présenté un jeune homme de Liège se préparant à s’engager dans les forces ukrainiennes. Mais plusieurs téléspectateurs ont réagi en voyant au mur une affiche évoquant les collaborateurs wallons ayant renforcé les armées nazies en Europe de l’Est en 1942 ! La télé nationale a présenté des excuses et diffusé un documentaire sur cet élément d’histoire de Belgique…
    Tout récemment, on apprend que les dons regroupés au lieu donné par l’Ambassade à Bruxelles sont pris en charge par une association « Renaissance de la Nation », qui parait avoir été créée il y a trois jours et dont les statuts et organes sont introuvables (cette appellation m’avait d’abord paru suspecte). Mais un reportage explique que l’opération a été lancée dès début mars par trois ukrainiens, qui ont mobilisé de nombreux bénévoles de toutes nationalités et croule sous les dons collectés dans des opérations locales dans toute la Belgique (la vue d’un grand hall à Bruxelles est convaincante). Et que 33 camions auraient été acheminés en Ukraine (et donc apparemment pas vers les réfugiés des pays voisins de l’Ukraine). Un message signale qu’il ne faut plus donner de vêtements, qui sont en excès, mais bien de l’alimentation et du matériel médical.
    Voilà ce que j’ai pu trouver. Pas facile de savoir si on a ainsi un tableau d’ensemble. (Je n’ai pas fait de recherche pour la France).

    1. tiens tiens ça me rappelle l’aide humanitaire d’un certain Kouchner dont les sacs de riz se sont perdus en route ou bien se sont pourri dans les ports …. mais c’est loin tout ça .

  6. A ce propos, au vu de la demande de notre hôte, j’ai lu qu’il y avait à Vannes un collectif qui accueillait les réfugiés Ukrainiens.

    Journal « Libération » :  » Dans le Morbihan, les Ukrainiens fuyant la guerre, arrivés pour désengorger l’Ile-de-France, sont pris en charge dans un dispositif mêlant autorités locales, associations et citoyens.  »

    Un rapprochement est-il possible pour des services à la personne ?

    Aider autrui et être aidé.

    Article Libération : https://www.liberation.fr/societe/cest-un-quartier-avec-beaucoup-detrangers-ils-sont-tous-solidaires-bortsch-au-menu-pour-les-refugies-ukrainiens-a-vannes-20220323_6KDDMROALRE6PP6U5YINN6LE54/

    1
  7. « Drôle de guerre » Ne serait ce pas en effet la dernière superproduction quasi Hollywoodienne des Studios Zelensky pour mettre en avant leur acteur fétiche (image fournie par le candidat) devant tous les parlements possibles des Etats ou organisations qui en possèdent et avec la Guest Star Vladimir Poutine dans le rôle du méchant !

    Certains espèrent qu’il n’y aura pas une série, voire sequel et prequel et attendent les produits dérivés.

    Déjà en Bavière et Basse-saxe, coutumières du fait avec la svastika, il est désormais interdit d’arborer un Z en public.
    Des casquettes vont devenir collector, et c’est pas de chance pour Eric …

    5
    1. en Italie une université a interdit l’enseignement de Dostoïevski , des municipalités font déboulonner ses statues …. cancel culture ? Wokisme ?

      1
      1. quelle idiotie ! quel rapport entre un grand écrivain russe et Poutine ? aucun naturellement
        ps étant d’origine ukrainienne je suis allée à un concert organisé hier dans ma petite ville de l’ouest lyonnais – la salle était pleine (300 personnes au moins)
        une chorale (avec des Français et quelques ukrainiens d’origine ) a interprété des chants populaires ukrainiens ainsi que de la musique écrite par des compositeurs du 19eme siècle et contemporains

        4
        1. j’attends le jour où on interdira Soljenitsyne , Sakharov !! Pourtant le même Soljenitsyne a conseillé Poutine ! Comme quoi le goulag détruit bien le cerveau !
          Vous faites allusion à la culture Ukrainienne ce qui m’emmène à considérer qu’en tant qu’occidentaux nous n’avons pas suffisamment crée des liens forts avec la culture slave, balte .
          il y a de très grands écrivains ukrainiens , russes, polonais…. mais ils sont très peu traduits en français par exemple et pour ceux qui tombent dans le piège pro-poutine vs pro-occidental posons nous la question du pourquoi . Pourquoi n’accorde t’on pas la place à cette culture alors que nous sommes envahis par la culture étasunienne ?
          On pourrait tenir le même raisonnement avec la culture chinoise.

          6
            1. Soljenitsyne ? C’était pas une opération de com de la CIA dans les années 70 pour faire des ennuis à l’URSS ?

              Avec les réalités alternatives qui ont la faveur ici chez certains moi je ne sais plus trop. Mais pas mal de ses positions étaient troubles pour le moins, et si pour pas mal la fin justifie les moyens, le gars en fait n’était pas très net … Adulé un jour, vilipendé le lendemain, ainsi va la célébrité.

              https://fr.wikipedia.org/wiki/Alexandre_Soljenitsyne

              Moi je pense qu’on peut préférer donner à un lycée le nom d’un homme comme Voline en fait, plus ancré dans des valeurs de gauches.

              https://fr.wikipedia.org/wiki/Voline

              Je vote pour !

                1. j’attends le moment où tous ceux qui ont un nom à consonnance russe seront interdits de séjour ! 🤣😂🤣😂🤣😂🤣😂
                  tiens ça me rappelle un certain Z qui faisait des chinoiseries avec les prénoms ……….

                  1. Ben nom Khanard ce n’est pas drôle du tout d’attendre ça !

                    Critiquer Poutine et sa clique d’oligarque ce n’est pas être russophobe, ça c’est une opération de diversion.

                    C’est complètement idiot cette histoire de débaptiser ou de ne plus étudier tel ou tel auteur, complètement stupide, mais quand on donne un nom à un établissement public accueillant des jeunes enfants on pourrait éviter de lui coller le nom d’un … réactionnaire en fait ! Certes il est passé par le Goulag oui, et c’est une abomination d’être enfermé pour ses idées, il a eu son moment de reconnaissance et d’honneur pour cela, après on reste tous avec nos contradictions interne (comme Céline, comme plein d’autres…). Que ce collège soit en Vendée n’est pas très surprenant non plus, je dis ça je dis rien.

                    2
                    1. Il faut deux neurones pour voir la différence entre « artiste russe talentueux » et « défenseur de l’idéologie grand-russe qu’il pleuve ou qu’il vente ».
                      Un seul ne suffit pas.

    2. @ Ruiz

      Vous êtes vraiment et toujours aussi consternant ?
      Vous croyez que la guerre est un film ou un jeu vidéo ?
      Comment pouvez-vous écrire ça ?

      1
      1. @Hervé Désolé, pas toujours.
        La réalité dépase souvent la fiction.
        La guerre n’est pas un film ou un jeu vidéo, mais celà ne veut pas dire qu’il n’y a pas de scénario (au moins au départ) y compris dans une opération spéciale, ou dans l’enchaînement de circonstances qui en facilite le déclenchement.

        1. « Une opération spéciale  » ! 😀

          Ruiz là en revanche ça se voit qu’il n’y a plus le filtre teubé, directe les éléments de langage de Moscou… Faut remettre le filtre avant de taper comme sur Tik Tok.

          3
    1. En terme d’un futur clivage de l’Ukraine en deux partie façon Corée(s) , peut-être un peu, oui et les proportions à Chypre seraient sans doute celles qui suffiraient à Poutine à ne pas perdre la race (30/70 à la grosse louche).
      En revanche, le fossé linguistique me semble bien plus grand à Chypre qu’en Ukraine, entre grec et turc (ma grand-mère avait rapporté des souvenirs de l’arrivée de Kemal Pacha à Smyrne/izmir, avec utilisation de la langue pour démasquer les grecs qui voulaient passer inaperçus).
      En revanche, le point commun est le rôle nationaliste des orthodoxes, à voir de près, mais n’oublions pas que la religion est inscrite sur les passeports grecs, pour donner une idée de la distance à nos habitudes laïcardes (et qu’à Athènes, il n’y a pas de cadastre digne de ce nom, cf. au temps de Varoufakis le sujet des taxes sur l’électricité faute de pouvoir faire de la taxe foncière, et pas de plan de bus non plus (en 2008 de mémoire).

      1
      1. @Timiota
        Poutine s’en fout de la race et de la langue. Ce qu’il veut c’est bouter les nazis. C’est à dire les traitres.
        Qui sont les vrais traitres dans l’esprit de Poutine?

        1. @Garorock Ceux qui viennent propager les idées de l’ouest et de son espace économique (lebensraum) au détriment d’une sphère d’influence de la Russie, comme lors de l’opération Barbarossa, ou de l’extension récente de l’Otan et de l’U.E.

          1. Ruiz
            En Ukraine ce n’est pas une sphère d’influence que veut obtenir Poutine, c’est annexer un territoire dont il estime qu’il appartient par essence au « Monde russe » . Pour Poutine l’Ukraine n’est pas un pays, c’est un bout de Russie qu’il faut reprendre.
            Les traîtres il l’a dit clairement, il faut s’en débarrasser comme on écrase un insecte pour pour purifier la Russie. Ce sont tous ceux qui s’opposent au pouvoir poutinien et à l’idéologie du « Monde russe » Les « traîtres » russes ont pour pendant les « nazis » ukrainiens.

            1
  8. Coucou,

    Il va pleuvoir des grenouilles ! Un brin d’optimisme sur la fin …

    POur les commentaires, çà y est , les catastrophistes professionnels cherchent déja ailleurs ! Vous ne vous fatiguez jamais !

    On est vraiment dans la 4 eme dimension . Entre poutine et sa clique qui se croient dans les années 60, zelinsky qui raconte son histoire en se promenant dans les rues d’une ville en guerre, des gens anonymes qui se prennent des bombes sur la tronche. çà part dans outs les sens . Un ministre ou un général qui essaye de recadrer en donnant un but de guerre: le dombass région du pays soit disant acquise aux russes mais qui résiste depuis 1 mois …
    Le père ubu et sa clique doit essayer d’appuyer sur tous les boutons et il n’y a plus rien qui répond , emprétré qu’il est dans les mensonges répétés qui sont devenus une vérité diffuse, haineuse, arbitraire insensée !

    Et biden qui en rajoute une couche. On touche au grotesque. Comme les américains en irak ou en afganistan.

    Le non sens de la vie !

    Bonne jouréne

    STéphane

    6
    1. ah bon ? il y a des catastrophistes ici ?
      faites attention il y a ici des fondés de pouvoir qui mènent des études statistiques sur les Like ! pro-poutine vade retro !

  9. Drole de guerre, exode comme en 40, mais la résistance est on ne peut plus forte et l’agresseur dans une impasse.
    L’option nucléaire semble moins d’actualité mais toujours en réserve.
    Les Russes veulent consolider leurs positions dans le Donbass et les régions de la mer d’Azov, tout en maintenant leur position
    à distance de Kiev pour empêcher les Ukrainiens d’envoyer des renforts dans le Sud, mais n’atteindront pas
    Odessa car prés de la Roumanie source d’approvisionnement (je ne suis pas expert, mais il suffit de regarder la carte).
    Les Allemands ne veulent pas entendre parler d’embargo sur le gaz (pas avant 2023), les Français ne veulent pas
    fournir de tanks, et les autres livraisons de ces 2 là sont toujours attendues en Ukraine
    (https://www.theguardian.com/commentisfree/2022/mar/27/observer-view-europe-must-redouble-pressure-on-putin-ukraine).
    Les Américains se défaussent sur la Pologne pour les avions, mais on peut comprendre car bien plus provocateurs que les tanks, et attendent des Européens
    plus de cohésion, i.e, qu’ils laissent leurs intérêts économiques de côté ou du moins que les Européens se rallient à leur vision
    géopolitique et économique envers la Chine.
    La situation semble « apaisée », mais un cessez le feu en l’état que l’OTAN favorise par ses sanctions insuffisantes,
    permettrait aux Russes de conserver leur position sur les provinces de la mer d’Azov et le Donbass (où les indépandantistes veulent organiser un référendum
    alors que les locaux qui ne sont pas pro-russes sont déportés en Russie). Ce que les ukrainiens n’accepteront jamais.
    La Chine elle reprend le décompte des points (https://www.lemonde.fr/international/article/2022/03/25/crise-en-ukraine-terrain-mine-pour-l-axe-moscou-pekin_6119171_3210.html)
    Assez désespérant.

  10. Comme toujours dans ces affaires, on sait comment ça commence et jamais comment ça se termine (rarement bien), ni même quand. OTJ s’en est venu en Europe faire un opération de relations publiques qui ne convaincra que ceux qui le sont déjà tant elle est vide de perspectives concrètes : évidemment, personne en occident ne bougera le petit doigt dans le sens d’une intervention directe (entre opinions publiques rétives, perspectives nucléaires réelles et moyens militaires à l’étiage après 30 ans de perception des « dividendes de la paix » le chemin de crête est très, très étroit).

  11. Et si la « guerre de classe sociale et sociétale » en France, guerre déjà perdue, il paraît, par les plus pauvres… était le reflet inversé (de la « hiérarchisation des valeurs morales ») de la « non guerre » que la macronie, et sa « préférence nationaliste » pour une seule opposition « démocratique », d’extrême droite/droite extrême… « non guerre »que « le roi te touche dieu te guérit » contre les « ambitions conquérantes », criminelles néanmoins, du régime de Poutine…?

    « Alors que les « promesses du nouveau monde macronien » cherchent à convaincre les victimes de NON RECOURS – de la non redistribution « systémique » (comme pour l’impunité des discriminations à l’embauche dans l’accès aux au logements, des brutalités commises, lors de contrôles au faciès « manifestations interdites » par une partie croissante du personnel du « monopole de la légitime violence de l’État » votant à plus de 50 % pour l’extrême droite/droite extrême) du soit disant « pognon de dingue mis dans les minimas sociaux, qui fait que les pauvres les restent et se déresponsabilisent », les victimes des « inégalités du soit disant « destin » liées de façon fatale aux inégalités territoriales, scolaires, au fait qu’il n’y aurait rien à faire de politique… pour les plus de 6 générations de descendances des plus pauvres, précaires, discriminées, n’ayant aucun espoir de gravir « l’escalier social » et « sociétal », déjà effondré … – qu’il est de leur DEVOIR – du moins que s’en ABSTENIR, serait pire qu’être « présumé coupable » – de déclarer la moindre « aumône » que leurs membres familiaux, proches, etc… puissent se permettre de leur donner, « LÉGUER »… (ses membres sont-ils suspects d’être des « temps de que « temps de cerveaux disponibles » qu’à vouer un « culte féroce » à la seule « DICTATURE des émotions » sondées, capable de « réconcilier » leurs doutes, incertitudes, indécisions électoralistes, avec le « ras le bol fiscal », « poujadismes » les « bas instincts insécuritaires »…)… afin que soit réajustée dans la variable du partage et de la redistribution de leurs DROITS… un certain « plafond de verre », ne devant pas dépasser le seuil de l’extrême pauvreté, pour telle proportion démographique de certaines classes sociales et « sociétales » défavorisées… dans la lutte contre leurs « présumées coupables fraudes sociales »… est-ce que les « améliorations » fiscales des « Droits à la succession », de « l’immorale optimisation fiscale », de la flat tax, des baisses d’impôts sur société, de production, de la suppression partielle de l’ISF, de la défiscalisation et désocialisation des caisses automatiques de supermarchés, du THF, des guichets automatiques distribuant des billets SNCF/RATP… des robots, logiciels, algos, remplaçant le travail, savoir faire, l’emploi privatisé, digitalisé, technocratisé, « ubérisé » de l’Humain… et le « droit à l’erreur fiscale », à la « phobie administrative »… des descendances des propriétaires privés les plus assistés sans contrepartie… d’actions, d’entreprises, de salaires variables, de stock-options, de retraites, chapeaux, dorées, de la reproduction de classe endogamique… assistés à spéculer de façon dérégulée, dérèglementée sur les stocks gérés en flux tendus leurs problèmes d’approvisionnement de stockages, et les prix hausses de dépenses contraintes des biens de premières nécessités sanitaires (gants, blouses respirateurs, vaccins médicaments, réactifs de test…) énergétiques (hydrocarbures, carburants, gaz, électricité…) et sur les besoins existentiels, essentiels de subsistance in satisfaites (denrées alimentaires, etc)… et sur les « ventes d’armements patriotiques »… est-ce que ces assistés sans contrepartie ont le même DEVOIR, quand aucun contrôle « systémique » de leurs « comptes bancaires aux noms de personnes morales », planqués dans les trous noirs de la finance », ne permet de lutter de manière plus efficace contre leurs fraudes fiscales MAJEURES… plus déséquilibrantes dans la stabilité des comptes publics nationaux/européens, plus impactantes dans les déficits « systémiques », structurelles, conjoncturelles, risquant d’aggraver l’effondrement des services publics hospitaliers, de l’éducation, etc. d’amplifier le dérèglement climatique la perte de la biodiversité d’intensifier les guerres commerciales, monétaires de « civilisations », et de faire émerger d’autres crises sanitaires, nucléaires… ? »

    2
  12. Extrait du Monde.fr de ce jour dans le fil d’actualité à 22h01

    —————————————
    Dimanche, lors d’une conférence de presse aux côtés du chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, le président palestinien Mahmoud Abbas a tancé le « deux poids deux mesures » des Occidentaux, prompts à invoquer le droit international pour imposer des sanctions à la Russie qui a envahi l’Ukraine, mais pas à Israël pour ses « crimes » dans les Territoires palestiniens.

    Les événements actuels en Europe ont fait apparaitre des doubles standards flagrants. Malgré les crimes de l’occupation israélienne, qui s’apparentent à du nettoyage ethnique et à de la discrimination raciale et qui ont été reconnus par les organisations de droits humains internationales, […], nous ne trouvons personne pour tenir responsable Israël qui agit comme un Etat au-dessus du droit. Ce qui se passe en Palestine ne peut être toléré, le droit international ne peut être bafoué, et nous nous demandons si la domination des autorités d’occupation israéliennes sur le peuple palestinien, l’humiliation de sa dignité et la violation de ses droits légitimes, peut continuer sans que ne soit prises des mesures pour y mettre fin.

    L’Autorité palestinienne de M. Abbas n’a pas condamné l’invasion récente de l’Ukraine par la Russie, puissance membre du Quartette pour le Proche-Orient et pays qui reconnait officiellement la Palestine comme un Etat, contrairement aux Etats-Unis et la majorité des pays européens.
    Cette réticence a irrité des diplomates occidentaux à Jérusalem et dans les territoires palestiniens.

    Pour Hanane Achraoui, ancienne membre du comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), le refus palestinien de condamner la Russie ne témoigne pas d’un soutien explicite à Moscou mais d’un sentiment « d’hypocrisie » des Occidentaux : « Nous ne sommes pas aux côtés de la Russie, mais nous ressentons une injustice », a-t-elle déclaré à l’AFP avant l’entretien entre MM. Abbas et Blinken.

    ————————————–

    Qui ne peut pas lui donner entièrement raison ?

    Ca explique aussi un peu le silence d’Israël sur l’agression russe de mon point de vue. Ce que les cartes peuvent être mélangées et les dessous plutôt dégueulasses …

    Est-ce que je verrai de mon vivant dans ce court laps de temps de l’Univers ces histoires de familles réglées une fois pour toute, surtout avec ce qui nous attend ?

    3
    1. Cloclo
      Bien sûr qu’il y a un deux poids deux mesures coté US (je ne dirais pas coté occidental, l’UE a une position beaucoup plus favorable aux Palestiniens, l’UE ne fait pas le poids face aux US hélas.. )

      Par contre coté palestinien justifier le refus de condamner l’agression de l’Ukraine en disant :
      « le refus palestinien de condamner la Russie ne témoigne pas d’un soutien explicite à Moscou mais d’un sentiment « d’hypocrisie » des Occidentaux «  c’est faire de la politique sur le dos des Ukrainiens. C’est une bien curieuse conception de la justice et de l’universalisme je trouve. Souvent les Palestiniens desservent leur cause avec de tels propos à courte vue.

      1. PYD,

        Je pense que lorsque l’on souffre comme ils souffrent, les palestiniens, il est de notre devoir le plus absolu de ne surtout pas juger leurs actions/réactions depuis notre salon. On est d’accord qu’ils en prennent plein la courge depuis plus de 75 ans ? 75 ans ! Putain PYD, ils sont des citoyens de seconde zone sur Terre depuis 75 ans. Une vie entière d’être humain. Pierre Yves, leur cause, ils ne savent même plus comment la servir tellement tout le monde s’en fout. Gaza c’est la honte de l’Humanité de nos jours comment un peuple qui a souffert les camps nazi peut tolérer ça ? Comment ? Tellement de souffrance et d’enfermement c’est incompréhensible.

        Et tu n’es pas sans savoir que l’Iran, donc la Syrie, donc la Russie, apporte son aide à Gaza et ils sont tellement dans l’abandon de notre part qu’ils font ce qu’ils peuvent et préserve le peu qu’ils peuvent espérer avoir de qui se soit. Leur le reprocher n’est pas digne de mon point de vue. Ils sont victimes.

        Mais tu es une grande personne responsable et je n’ai pas à te dicter ta conduite assurément pondérée. Moi je suis excessif et mes tripes parlent souvent. D’ailleurs ne dit-on pas que le deuxième cerveau est dans le bide …Faut l’écouter aussi.

        4
        1. Cloclo
          C’est une critique amicale que j’adresse aux Palestiniens, ou plutôt à ceux qui tiennent les propos cités. Les Palestiniens peuvent avoir entre eux des avis divergents, entre le Hamas et l’OLP elles sont bien connues par exemple. J’admets que je suis un peu excessif en disant Les Palestiniens alors qu’il s’agit de positions exprimées par telle ou telle personnalité. Il ne faut pas généraliser en effet.

          Ceci dit je ne suis pas tout à fait d’accord quand tu dis que tout le monde s’en fout.
          En France il y a un fort courant à gauche qui défend la cause palestinienne.
          Et je retrouve dans ce courant a tendance parfois à s’emparer de cette cause pour faire systématiquement le procès de l’occident, et alors tout ce que fait l’occident à leurs yeux devient suspect sans aucun discernement. Cela ne serait pas très grave s’il ne s’agissait que de l’occident, mais quand cela peut nuire à la cause d’autres pays qui sont en souffrance, de longue date, ou plus récemment. Ainsi j’observe la logique suivante : l’ami de l’occident est l’ennemi de la Palestine. Et ainsi on a l’Occident est l’amie de l’Ukraine, donc implicitement l’Ukraine n’est pas l’amie de la Palestine. La représentante palestinienne fait un raisonnement comparable. Bref, pour moi ce genre de raisonnement est à proscrire, c’est la mort de l’universalisme et de la justice. On ne peut pas faire du malheur d’un pays agressé, martyrisé, quelqu’il soit, l’enjeu d’un calcul politique ou basé sur un sentiment de rejet d’un tiers.
          Cela rejoint le débat sur le campisme évoqué sur le blog récemment.

          2
        2. Cloclo
          Pour ma part par principe je me refuse à établir une hiérarchisation dans les souffrances des différents peuples. Chaque situation est spécifique. Quel peuple souffre le plus en ce moment : le peuple Ouïgour ou le peuple Palestinien ? ( un exemple, il y a en des tas d’autres). Par souci de justice universelle, je réponds : ces deux peuples souffrent, dans des contextes différents, mais ils souffrent tous deux.

          J’observe, malheureusement souvent à gauche, que trop souvent ceux qui soutiennent la cause de tel peuple refusent explicitement, ou par leur silence, de reconnaître la légitimité de la cause de tel autre peuple, simplement parce que ce peuple se trouve associé à un camps qui n’est pas le leur pour une raison ou une autre.

          1. Euh PYD,

            Je ne parle pas de hiérarchiser les souffrances, ni de concurrence victimaire, mais de ne pas juger quand quelqu’un qui s’exprime depuis sa souffrance sur l’état du Monde, de son Monde, et du Monde des autres. Bien sur que tous souffre. Mais de mon point de vue c’est rajouter à leur souffrance en leur expliquant qu’ils jugent mal … de notre point de vue !

            Mais bon, ce que je dis moi c’est que les principes même intangibles doivent rester humains et s’inscrire dans ce rapport avant de juger. Mais nous sommes bien d’accord avoir une cohérence et une ligne directrice permet d’être plus audible, ce qui est plus facile à tenir comme position chez nous tu en conviendras que sous les bombes ou derrière des barbelés qui peuvent influencer les positions.

            1. J’en conviens Cloclo.

              Tout cela résulte de l’affrontement des blocs impérialistes. Pas facile de choisir le moins mauvais.

              C’est difficile d’être un citoyen du monde.

              1
              1. Voilà citoyen du Monde. Déjà on pose les bases d’une vraie avancée. Aucun visa, liberté de circulation; liberté d’installation. Pouvoir vivre avec qui et où l’on veut sur cette planète. Moi je vote pour !

            2. Ah cloclo merci de m’absoudre de mes mauvais jugements et surtout de ne point les relever, car il est vrai que je souffre – peut être seulement de la gravité – dans le fond ne dois-je pas me ranger de ceux qui sont de votre point de vue ? – mais réellement je souffre et j’en accable volontier, car on ne peut pas porter sur soi l’entière responsabilité de son malheur, la société qui m’entoure par l’inhumanité de ses institutions, par sa dictature de l’argent et par sa propagande commerciale omniprésente. 🤨🙄😣

              1
        1. Ruiz,
          C’est là qu’on pourra voir que les différentes causes ne s’excluent pas mutuellement, mais que, au contraire, elles peuvent servir les unes aux autres.
          En ce moment des politiques, citoyens ukrainiens, appellent dans les médias au boycott de certaines enseignes françaises. Cela va créer un précédent. Cela pourrait alors devenir plus difficile d’interdire le boycott des produits israéliens.

          3
      2. « je ne dirais pas coté occidental, l’UE a une position beaucoup plus favorable aux Palestiniens, l’UE ne fait pas le poids face aux US hélas.. « . L’UE est surtout un bon caniche des EU qu’elle neveut pas froisser, pour ne pas, croit-elle, perdre le bénéfice de leur parapluie militaire. Les « valeurs » et le « droit d’ingérence » autoproclamé sont devenues une arme de domination comme les autres et « selon que vous serez puissant ou misérable … »

        1. L’analyse de Richelieu basée sur les dès et les cartes de Risk et Suprematie donne envie de se faire lobotomiser aussi afin de parvenir au Nirvana de la pensée. On refait une partie ?

          1
  13. COucou,

    J’ironisais sur le catastroophisme de mr jorion, mais bon , la guerre n’est pas finie, loin s’en faut !

    Israel est le porte avion américain au moyen -orient çà assoit le couple pétro-dollar. Qui va d’autant plus être renforcé si on coupe les hydrocarbures russes.
    Une politique a long terme aurait voulu que l’on soit moins dépendant des hydrocarbures , russes notamment,. Sans le pretexte fallacieux du climat, les ecolos avaient un théme majeur. C’est dommage.

    Pour en revenir aux conséquences de cette guerre dont on commence à percevoir les buts, sauf ecroulement d’un belligérant, je ne sais pas ce que disent les candidats car je ne les écoute pas , mais va falloir se passer de 30 à 50 % de d’hydrocarbures dans un avenir proche, puis s’approvisionner ailleurs, ou changer de mode de vie, en attendant que les russes ne renversent le père ubu et sa clique , pour en installer un autre; et hop le commerce repart comme avant … avec quelques russes et ukrainiens en moins !

    on respire , la phrase est longue .

    C’etait la minute géopolitique de baloo

    de mon vasistas

    Bonne journée

    STéphane

    2
  14. En Ukraine, une issue négociée est peut-être en vue : Zelensky, qui a déjà renoncé à ce que l’Ukraine intègre l’Otan, serait prêt à discuter de sa neutralité avec la Russie (« https://www.lesechos.fr/monde/europe/en-direct-guerre-en-ukraine-nous-sommes-a-vos-cotes-dit-biden-aux-ukrainiens-1396410 »). Si le processus se poursuit jusqu’à son terme, la Russie sera finalement parvenue à ses fins moyennant un coût élevé pour elle et exorbitant pour l’Ukraine. On ne peut que regretter qu’il ait fallu autant de souffrance et de destruction pour finalement y parvenir.

    5
    1. Oui, mais tout va dépendre des garanties que sont prêts à consentir les Russes pour que la neutralité de l’Ukraine ne soit pas un leurre, je veux dire pour que cette neutralité n’expose pas l’Ukraine à d’autres agressions. Dans ces garanties je n’imagine pas qu’il n’y ait pas un volet assistance militaire. Si l’Ukraine ne peut ou ne veut plus entrer dans l’OTAN, il faudra trouver un autre type d’ accord militaire impliquant d’autres pays que la Russie garantissant l’intégrité territoriale de l’Ukraine. La solution est sans doute l’entrée de l’’Ukraine dans l’UE, mais c’est un processus assez long, en principe…

      1. Coucou,

        La solution c’ets que la russie devienne une démocratie, integre l’otan et puis voila.
        Le problème, c’est l’alphabet cyrillique. On demandera au astronautes de trouver une solution ils ont un peu d’avance sur le vulgum pecus !

        Bonne jrouéen

        Stéphane

        1
        1. Baloo,
          Oui ce serait la meilleure solution, et puis pourquoi s’arrêter en route, la Chine aussi pourrait intégrer l’OTAN, autant dire que ce serait la fin de l’OTAN, la démilitarisation de la planète. 🙂

          3
          1. COucou,

            vous en savez des choses !

            Pas sur que si l’on dise aux russes d’allez se faire voir chez les grecques ça solutionne le problème ! Surtout s’il est d’extrème droite !

            bonne journée

            Stéphane

    2. « On ne peut que regretter qu’il ait fallu autant de souffrance et de destruction pour finalement y parvenir. »

      Regretter ? tiens donc. Non on ne peut que blâmer Poutine d’avoir utiliser, pour arriver à ses fins, la force violente et mortelle : La guerre.

  15. Oui, vous dites vrai dans votre vidéo quand vous nous annoncer ne rien connaître à la stratégie militaire; effectivement, les choses évoluent de manière très étrange. On a même l’impression que l’éventualité que la guerre nucléaire ne se produise pas serait ressentie comme une sorte de défaite, une reconnaissance implicite qu’on s’est trompé avec la déconvenue de ne pas pouvoir lancer à la cantonade “ vous voyez, on vous l’avait bien dit. ”
    Mais finalement, c’est peut-être bien que les choses n’évoluent pas comme on l’avait prévu…

    11
    1. Vous ajoutez involontairement une raison supplémentaire pour laquelle je souhaite ardemment que nous disparaissions tous dans une apocalypse nucléaire (mon rêve secret) : débarrasser la Terre une fois pour toutes de tous ces aigris, ces rouspéteurs systématiques, ces envieux, ces pisse-vinaigres, ces êtres confits dans le ressentiment, dont le seul plaisir est de tenter de pourrir la vie des autres.

      Évidemment, c’est un plaisir de les voir courir épouvantés avec leur pif couleur marron, une fois qu’on leur a mis le nez dans leur caca.

      Courez donc !

      2
      1. Coucou,

        Comme référence filmique , il y a le choix :

        tiens gabin : « janvier , janvier  »

        ou alors bardot: « tu les trouves belles mes fesses ? »

        Pourquoi les hommes ont il inventé les dieux ? dans le même film, question ou affirmation ?

        Je ne sais pas pourquoi je pense à çà.

        Ah aussi celle la, à revers: « un con qui marche ira toujours plus loin que 2 intectuels assis !! »

        Bonne journée

        Stéphane

      2. @PJ
        Je suis heureux d’ajouter une raison à votre souhait et je suppose que vous vous incluez dans tous ces gens aigris et rouspéteurs car pour ce qui est de pourrir la vie des autres avec des prévisions apocalyptiques, la fin du genre humain et l’extinction généralisée vous vous débrouillez plutôt bien. Heureusement, vous avez le bon goût de qualifier cette attitude de lanceur d’alerte et de visionnaire pour le bien de l’humanité, (sans toutefois changer quoique ce soit au cours des choses). Ça fait une satanée différence, non ?

        7
  16. Drôle de guerre effectivement. Je n’ai plus la télé depuis 20 ans, mais hier fin d’apres-midi j’ai été chez un ami qui avait mis les chaînes d’infos française avec des spéciales Ukraine en boucle. L’impression générale après 2 heures : les Ukrainiens ont gagné, l’armée russe démoralisée est en déroute avec 10 à 15 milles soldats morts et donc environ 50 mille soldats hors de combat. Ca m’a fait bizarre suite à la seule lecture de la presse, de quelques blogs et commentaires. J’en conclue que je me suis trompé, les Ukrainiens ont bien fait de résister à l’envahisseur. Et tant pis pour les dégâts collatéraux.

    1. Et une remarque : il semble qu’on ne puisse toujours pas faire un bilan de la frappe sur le théâtre de Marioupol du 16 mars. Au début les infos annonçaient 1500 morts, hier j’ai entendu peut-être 300 morts.

      Mon père m’a un certain nombre de fois raconté une anecdote qui l’avait choqué. En 1944, il avait 14 ans et habitait Bois-Colombes près de l’usine Hispano-Suiza. Une alerte au bombardement américain a fait que les habitants qui se dirigeaient vers un abri anti-aérien ont été touchés par une bombe perdue tombée près de l’entrée de l’abri. Il se rappelait distinctement un homme qui cherchait une femme. Il tenait un plateau sur lequel il y avait une chaussure, et dans la chaussure un pied dont il cherchait la propriétaire. Concernant le théâtre de Marioupol, il doit y avoir de nombreuses images encore plus horribles, mais où, dans le darknet peut-être ? Ceci étant, je ne veux pas les voir, il suffit de savoir qu’elles doivent exister.

      1. « Sous fausse identité » : est ce vraiment le nombre de victimes du bombardement du théâtre de Marioupol, qui abritait des centaines de civils, qui détermine votre perception de cette horreur, de ses conséquences ?

        1. @Arnaud Castex Dans les deux parties de mon post je parlais de nos médias, pas de ma perception de l’horreur de la guerre.

          J’ai mis ce macabre décompte qui ne fait que baisser au cours des semaines en exemple. J’en veux aux médias qui ne vérifient pas leurs sources. Si vraiment il y avait 1500 réfugiés dans ce théâtre, il y aurait des morceaux de corps et des sauveteurs partout. A leur décharge, un grand nombre d’entre ces médias commencent toujours par « Selon les autorités ukrainiennes… ». Mais s’il y a eu mise en scène, le mal est fait : pour des dizaines d’années les Russes auront bombardé sans pitié 1500 civils réfugiés dans un théâtre alors qu’il était visible par avion qu’il y avait des enfants.

          Nos chaînes nationales disposent d’un médiateur. Je lui ai écrit. Je me demande quelle sera la réponse s’il y en a une.

          1
          1. Théâtre ou pas, la guerre russe vient déjà de tuer des milliers de civils ukrainiens, bébés, enfants, femmes, hommes, vieillards, handicapés, orphelins, malades, alors, le mal comme tu dis, il n’a pas besoin de … scène pour être déjà là, pour des années.

            T’as contacté le médiateur pour ça ? Vraiment ? Hé béh.

            1
    2. Sous-fausse-identité

      A la lecture de votre commentaire je me demande tout de même vous n’êtes pas sarcastique ?
      Vous êtes sérieux en écrivant ce que vous écrivez aujourd’hui ?

      Je ne sais pas quelle organe de presse vous lisez. En tous cas moi je n’ai pas remarqué de différence notable dans les analyses selon que l’on lise la presse ou regarde les chaînes d’info en continu.
      Le chiffre annoncé sur ces chaînes c’est plutôt 9000 morts coté Russe selon l’évaluation des Ukrainiens et et autres observateurs non russes, les présentateurs et journalistes n’omettant pas de préciser que le chiffre annoncé par les autorités russes est environ dix fois moindre.

      J’ajoute que sur ces chaînes d’info en continu (en fait je regarde surtout LCI où ils ont je trouve les experts les plus intéressants) ils ne disent pas que c’est plié pour l’armée ukrainienne, c’est plus nuancé que cela. Ils évoquent les grandes défaillances de l’armée russe, mais ils n’excluent pas qu’elle gagne au final en appliquant la politique de la terre brûlée.

        1. Théorie : L’épuisement

          Un mois de combat continu constitue une limite psychologique au-delà on constate une augmentation rapide des effondrements. La moitié des évacués ne présentent alors souvent pas de blessures physiques, en admettant qu’ils puissent être évacués. Après un mois de combat intense à Dien Bien Phu, un cinquième des défenseurs avaient « déserté sur place » en attendant la fin des combats le long de la rivière Nam Youn.
          Tout cela est évidemment très variable, en fonction de l’intensité des combats, de l’expérience et de la solidité individuelle et collective des combattants, de leur motivation, mais il est probable qu’un certain nombre d’unités engagées sans interruption depuis les premiers jours au combat en Ukraine (notamment les unités russes à l’ouest de Kiev ou la plupart des forces engagées à Marioupol) soient au bord de l’effondrement psychique. Dans ces cas-là, ce n’est un recomplètement vers l’avant qu’il faut organiser mais une relève, et il n’est pas évident que les forces au combat en Ukraine, russes en particulier, en soit toujours capables.

          Michel Goya, le 27 mars 2022.

      1. Bon OK, j’exagère peut-être un peu concernant les Ukrainiens en train de gagner la guerre, mais j’ai bien eu l’impression générale que l’armée russe est en déroute. En écoutant d’une seule oreille bfm, lci, cnews etc.. parceque je n’ai pas pu me concentrer.

        Sur le théâtre de Marioupol, sans aller jusqu’à diffuser des images horribles, dans d’autres circonstances, attentats etc.. on a eu des images floutées. Ici même pas d’images d’ambulances et des sauveteurs vus de loin par exemple. Or même s’il n’y plus de journalistes à Marioupol, dans les émissions d’hier j’ai entendu un combattant ukrainien expliquer que internet fonctionne grâce à Starlink, les satellites de Elon Musk. C’est un détail que je trouve bizarre et qui fera plus tard l’objet d’une analyse approfondie de nos medias, du moins j’espère.

        1
        1. @Sous-fausse-identité Peut-être mais ce n’est qu’une hypothèse est-ce qu’il n’y a rien à montrer, on a vu les décombres de loin mais déserts, comme pour les couveuses du Koweit.
          Au début en 2001 sachant que les tours contenaient 50 000 personnes, les bilans annonçaient 6000 morts.

          Dans cette guerre il n’y a aucune vue des combattants …
          aucune équipe de journaliste « embedded ».

          1
        2. Un des avantages décisifs de l’armée ukrainienne, outre son moral en béton, sur l’armée russe c’est qu’elle dispose d’un bien meilleur réseau de communication, avec l’appui satellitaire et de bons équipements pour les transmissions, cryptées je suppose. Elle dispose donc en temps réel des informations précises sur les déplacement des troupes russes.
          Les Russes par contre sont si démunis en moyens de transmissions, que la coordination entre l’aviation et le sol n’est pas bonne, il y aurait même des cas où au sol les troupes russes se seraient fait tirer dessus par l’aviation russe.
          L’armée russe est une armée très corrompue ; elle en est à devoir par exemple à utiliser des téléphones portables pour communiquer, les équipements sophistiqués ayant été revendus sur le marché noir. …
          Concernant Elon Musk, si pour une fois il peut faire quelque chose d’utile, les Ukrainiens auraient eu tort de s’en priver.

          1
            1. Cette bataille des chars contre des hommes chevauchant des quads fait penser à « la guerre des toyotas » en 1987, dans le nord du Tchad, entre les blindés de Kadhafi et les 4×4 des Tchadiens.
              Nous savons comment cela s’est terminé.

              1
            2. @timiota Merci ! Voilà en effet tout l’intérêt de faire des guerres de temps en temps, celà fait par sérendipité progresser les matériels et les tactiques.
              Mais ce type de moyens « bricolés » (mais efficaces) est probablement trop peu cher pour avoir intéressé des industiels du milieu de l’armement et réussi à convaincre des Etats-Majors de carrière.
              La Chine dispose de toute la technologie, mais il est vrai nous n’avons maintenant plus beaucoup de chars …
              Alors de là à avoir depuis quelques années un programme analogue ..

              1. Un des fonds de ce que décortique Tytelman c’est que (i) le combat de rue n’a pas été prévu et que (ii) une fois qu’on en est là, il faut un rapport de 1 à 5 pour gagner contre l’assiégé, qui à le « loisir » de choisit où il s’abrite et s’expose minimalement. Si l’armée russe ne s’est pas conformé à cela, ce n’est pas parce que ce genre de règle serait hors de son champ cognitif, c’est beaucoup plus vraisemblablement en raison de la distorsion des informations entre base et sommet, entre poule mal dénazifiée et grand chef du super-service TrucMuche. Une armée n’ayant pas pris tout un tas de sales habitudes et luttant vraiment pour une finalité à laquelle elle adhère fortement ne se ferait pas malmener de la sorte par des technologies « light », même si elle peut se faire importuner à un degré elevé.
                Donc l’histoire n’est pas lisible comme une excuse technologique (qu’on lit en filigrane) mais bien davantage comme une faillite « bureaucratique généralisée ». Le fantôme de Staline n’est pas si loin dans cette perspective là.

                1
                1. @timiota Il ne semble pas que l’avantage apporté par le déploiement de ces technologies ait été apporté en ville, mais plutôt en campagne comme le rapporte le récit.
                  En revanche l’échec (la déconvenue disons) russe semble bien être liée à un défaut de renseignement et de son exploitation/interprétation, mais c’est un peu la même chose que l’aventure Irakienne ou les opposants à Saddam ce sont avérés assez peu crédibles et finalement constitués surtout de chiites, laissant ainsi l’armée des Etats-Unis faire le boulot dont pouvaient réver les Iraniens.
                  de même en Syrie où l’opposition politique tant vantée laissait croire qu’une chiquenaude, à la limite de la guerre civile éventuellement, ferait tomber le régime Alaouite de Bachar en 4 mois comme le déclarait Fabius, Le Drian et d’autres qui se sont empressés de fermer l’ambassade …
                  Où en Lybie la décapitation d’un régime autocratique stable ayant été préférée, sous-estimant la maîtrise que celà exigeait et prédisant un avenir démocratique heureux dans l’union nationale.

                  Mais le combat de rue avec une telle suprématie numérique peut être refusé par un bombardement aérien intensif, un siège strict, ou l’utilisation des gaz comme dans les combats anti-terroristes des sous-terrains de la Mecque.

  17. « De plus en plus drôle ».

    L’état de guerre c’est des morts, des blessés, des traumatismes, des villes ravagées, détruites, des populations anéanties, des gens jetés sur les routes, fuyant … c’est affreux les guerres … mais votre don d’observation sonne juste lorsque vous soulignez ce qui est incongru et que vous qualifiez de « drôle », ce quelque chose qui semble échapper au rouleau compresseur et vient tressauter sur les bords, avançant en décalage de l’impitoyable comme si ces quelques éléments mis bout à bout étaient prêts à former un cohorte bizarre d’acteurs revêtus des atours d’une comédie ou d’un opéra bouffe sorti d’une musique d’Offenbach.

    https://www.youtube.com/watch?v=57xe0dfLXKs

    Vous avez raison de souligner ces éléments bizarres et quelque peu déjantés qui accompagnent les destructions, signes de ce quelque chose d’humain qui malgré tout persiste et tient encore debout comme une marionnette perdue dans un décor de cauchemar.
    Quelle connerie la guerre !
    Lorsqu’elle sera finie, tout le monde en sera d’accord.
    Ce monde est absurde.

  18. Il faudrait aussi qu’OTJ arrête de gaffer au micro : »EN DIRECT – Guerre en Ukraine : les commentaires de Joe Biden sur Poutine jugés « alarmants » par le Kremlin » lit-on sur le site des échos. On a l’impression d’un type qui se promène dans la Sainte-Barbe avec une torche allumée… Pas très malin.

    1
    1. Ça reste moins explosif qu’un terminus thermonucléaire mis en avant comme préalable guerrier .

      PS : j’hésite à traduire l’expression que vous employez comme risque de cramer la barbe , ou comme risque de  » faire péter les boîtes  » comme disaient les mineurs stéphanois et les pompiers pour le 4 décembre .

      2
    1. Salut Sydney,

      Je ne suis pas certain que c’était à ce genre procédé d’arme chimique et ce type d’utilisation auxquels la ligne rouge faisait référence. Mais ça peut être une forme de test effectivement.

      Pour les russes empoisonner les négociateurs adverses (ici Ukrainien) en revanche je ne comprends pas l’objectif. Les opposants internes je capte le principe quand on est un mafieux comme Poutine, mais là non, pourquoi ?

      1. Salut Cloclo

        Peut être par petite provocation de Poutine a pousser l’Otan à réagir ce qui entrainerait inévitablement une guerre totale. Difficile de comprendre ce que recherche vraiment Poutine, cette guerre est assez bizarre a déchiffrer completement.

        1. Sydney

          L’OTAN ne bouge pas alors que des milliers de civils sont tués dans un pays qui voulaient intégrer cette organisation militaire comme il voulait aussi intégrer l’UE, alors tu penses que 3 types empoisonnés même pas ils relèveront le truc sauf en palabres si c’est avéré, car si tu ne fais pas la guerre pour des milliers tu la fais encore moins pour 3 ou 4…

          Non je pense que la ligne rouge c’est le truc façon Bachar le Chimique comme il y a eu Saddam Le Chimique avec leur propre peuple. Même là faudra un Bhopal je pense, avant que ça bouge, et encore si c’est sur garantie 200% volontaire, décidé. En dessous, ça esquivera, ça niera d’un côté, ça grondera de l’autre bref., ça flottera dans les airs. Pour Poutine autant envoyer directe du nucléaire tactique pour terroriser franchement en fait car là ça veut dire qu’il en a plus rien à foutre de ce que pense ou fera l’OTAN. Mais aucune raison d’en arriver là pour le moment.

          1. A noter que la ligne rouge qu’avait fixée Obama, une fois franchie par Hassad ne fut pas suivie d’une réaction de ce président ; Obama ne fit rien.
            Une décision lourde conséquences, qui a sans doute contribuer à décrédibiliser la parole étasunienne et entretenir l’idée, côté russe, que les Etats-Unis sont faibles.
            C’est ce qui explique le déplacement de Biden en Pologne aux frontières de l’OTAN, et la fermeté de son discours devant le Palais Royal de Varsovie : « ne pensez même pas avancer d’un pouce en territoire de l’OTAN ! »

  19. Avec un peu de recul, ce qui est en train de se passer est ceci : la victime est l’Ukraine, le bourreau est la Russie, les commanditaires sont les pays européens/américains qui, unanimes, se repaissent du spectacle, l’entretiennent à plaisir, et attendent mille bienfaits de ce sacrifice géant.

    Pourquoi nous laissons-nous aller à participer à de tels « jeux sacrés », à de telles « expiations » (Nietzsche, aphorisme 125), plutôt que d’œuvrer pour le retour à la paix  ?

    1. Le surhomme Denis, avec beaucoup de recul, s’est pris un instant pour Dieux, paix à son âme, pour juger les justes et les malins.

      1. Comment déduisez-vous de mon commentaire que je me prenne pour un surhomme ou pour Dieux (sic) ? Je donne, de ce qui se passe, une vision différente de celle qui a cours, et, me semble-t-il, plus juste, une vision qui invite à penser contre soi-même. Est-ce se prendre pour un surhomme ou pour dieu ? Citer Nietzsche est-ce se prendre pour un surhomme ou pour dieu ?

        1. Denis, « ..une vision qui invite à penser contre soi-même. ». Vous êtes confronté à un problème d’échelle, en voulant penser l’homme, la nation et l’humanité d’un seul tenant avec comme étalon le bien et le mal. Scientifiquement, c’est un peu comme si vous vouliez observer l’Univers avec un microscope. Il n’existe pas de modèle universel philosophique ou scientifique avec une telle puissance. Les religions, les sciences économiques, sont des tentatives que je vous laisse juger.

          1. Où voyez-vous que j’ai comme étalon le bien et le mal ? Où voyez-vous que j’utilise un « modèle » ?

            Je me base sur le savoir anthropologique contenu dans la bible, interprété par un certain nombre de penseurs, et j’extrapole aux nations le comportement des individus : comme eux, elles convoitent le bien d’autrui, se battent pour l’avoir, cela crée désordre et violence (n’est-ce pas l’état du monde mondialisé ?), rien de tel alors qu’un coupable unique pour se réconcilier en le sacrifiant. Ce coupable unique est la Russie, elle réconcilie le monde occidental contre elle. Mais nous ne pouvons tout de même pas sacrifier la Russie, l’Ukraine fera l’affaire à sa place, avec la Russie dans le rôle du bourreau, rôle qui complète sa culpabilité, achevant de la condamner, l’Ukraine, elle, étant sanctifiée par son sacrifice.

            Je crois qu’il a là une description fidèle de ce qui est en train de se passer et de nos comportements individuels et collectifs.

  20. Une amie vient de m’envoyer un lien vers un reportage intitulé « Ukraine, les masques de la révolution ». Ca sent très fort la propagande pro-russe, ça a été tourné en 2015 en Ukraine par un certain Paul Moreira et diffusé le 1er février 2016 sur Canal + je suppose en crypté. Le reportage est disponible sur youtube depuis le 4/2/2026 mais très peu vu, car il faut se connecter pour pouvoir le voir (merci Youtube !). Il est visible aussi sur odysee et certainement autres sites du genre, des complotistes ont dû le retrouver et tentent de le rediffuser.

    Ce « travail journalistique » reste intéressant car on peut constater que la désinformation pro-russe a commencé à plein régime juste après la révolution de la place Maïdan de début 2014. Et si les Russes ont fini par croire à leur propre propagande, on peut conclure avec le recul que la guerre était actée par avance.

    Mais attention : il y a des images très dures qui auraient été tournées lors de l’incendie de la maison des syndicats à Odessa le 2 mai 2014.

  21. A Ruiz, 30 mars 2022 à 16h09
     » … des spécialistes apparement assez libres dans leurs points de vue »
    Je pointe à mon tour votre récurrent élément de langage, pour épargner à Paul la peine de le faire encore.

    Merci de m’avoir donné un aperçu de Sud Radio (je n’ai écouté que les toutes premières minutes de la video que vous avez mise en ligne, suffisamment significatives). Continuez ainsi et j’en arriverais presque à aimer BFM.

    Merci également pour l’ensemble de vos interventions sur ce blog a propos de la guerre en Ukraine :
    Vous suscitez de saines réactions, un peu comme un vaccin.

    De ce point de vue, j’hésite entre vous traiter d’idiot utile ou de salaud utile.

    2
    1. JMarc, sachez écouter et entendre des avis différents du vôtre, plus nuancés. Ne voir chez autrui que du blanc ou du noir conduit à la guerre. Et justement nous y sommes.

      1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.