« Le pêcheur rencontre l’économie » (1989)

MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION
Direction du Patrimoine Ethnologique
Février 1989

« Dans notre métier, la femme et l’homme ne vivent pas ensemble. Le pêcheur ne connaît pas ses enfants : les petits ça change tous les quinze jours, on les suit pas. Et quand on rentre, on a d’abord envie de se reposer. Le père rentre à la maison, et pour lui, c’est comme si les choses reprenaient leur cours normal. Mais ce n’est pas vrai : il est un intrus dans sa propre maison. C’est quand il n’est pas là que les choses suivent leur cours normal. Il décide de ce qu’on va regarder à la télé, mais les enfants ont leurs habitudes : il y a une émission qu’ils regardent toujours ce jour-là. Ils ne disent rien mais il y a un malaise. Il dit : « Il est l’heure d’aller se coucher ». Mais ce n’est pas à cette heure là que les enfants vont au lit quand il n’est pas là. Il est un intrus dans un ménage qui fonctionne bien quand il n’est pas là. Alors ce qui se passe, c’est qu’avant qu’il ne rentre, la mère dit aux enfants : « Vous ne dites rien, vous faites tout ce qu’il dit. S’il y a quelque chose qui ne va pas, vous ne lui répondez pas, vous venez me le dire à moi », et la femme et les enfants attendent que le père reparte pour que les choses rentrent dans l’ordre. C’est pas l’idéal. Parfois quand on comprend ça, on a envie d’arrêter, de trouver un métier à terre. Mais on a pas le choix » (page 11).

Le rapport se trouve ici : Le pêcheur rencontre l’économie

Partager :

28 réponses à “« Le pêcheur rencontre l’économie » (1989)”

  1. Avatar de Juillot Pierre
    Juillot Pierre

    Si j’osai faire une analogie avec l’idée générale que me semble suggèrerait ce billet… et son sous-titres « MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION », je pense à l’incompréhension de l’absence « obligée », du trop de distance/présence alternante, décalée, disruptive… d’un père de retour au foyer… toutes sensations oppressantes quoi qu’il en soit interprétable du discours des vœux de « Jupiter »… et « l’omnipotence »/présence faussement maternelle.. d’une mère dont l’autorité serait se révéler être que le deuxième tranchant d’une épée de « Damoclès », le premier tranchant étant le mépris, la colère, la non reconnaissance, d’un « père » jamais la (au sens matériel comme éthéré – comme pour les anges se disputant sur une tête d’épingle, combien d’eux peuvent y tenir).

    L’infantilisation de l’auditoire, voulu par « Jupiter » (ainsi que la réponse de la bergère au berger), devant recevoir la « divine parole » des vœux souhaités pour 2023… ne donne pas plus « envie » de s’identifier à l’un (figure patriarcale, de la paternité) feignant de regretter de pas pouvoir exercer un autre métier à terre… que de vivre par « procuration » la condition féminine d’une mère au foyer, aussi isolée, que ce que le patronat français a rêvé pour ses travailleuses-euses : un travail aussi précaire que l’amour…

    Un extrait particulier du discours du « monarque républicain » m’a inspiré cette singularité.

    « Drôle de vœux pour l’année 2023, ou d’aveux de fausse impuissance d’un « Jupiter » menaçant de faire tomber la foudre, à coup de 49-3 sur les régimes des retraites et de l’assurance chômage…?

    Avec cet extrait de discours « Qui aurait pu prédire la vague d’inflation ainsi déclenchée ? Ou la crise climatique aux effets spectaculaires encore cet été dans notre pays ? » suspecter la fausseté d’un aveux d’impuissance de la part d’un dirigeant, n’est pas présumé innocent…

    Le procès suspect de « mauvaise intention » est celui de la mauvaise foi dont fait preuve une gouvernance néolibérale des crises sanitaires,, climatiques, etc… et « sociétales », démocratiques, politiques… allant exploser.

    Plus que d’occulter les rapports du GIEC qui ont prédit pourtant les uns après les autres, les crises climatiques et sanitaires, « sociétales pouvant en découler… sous différentes formes et modèles possibles… cette phrase permet aux détails des diableries nichées dans l’idéologie de l’extrême droite (nihilisme et négationnisme) d’ouvrir les portes du paradis du populisme.

    Les « marchés » eux ont si bien prédit les conséquences des crises sanitaires, climatiques… que la continuité de la dérégulation et dérèglementation de leurs spéculations, se fiche de causer les pires catastrophes à venir… de reproduire les même effets quoi…

    Les paris des propriétaires privés d’actions, d’entreprises, de salaires variables, de stock-options, de retraites chapeaux/dorées et par capitalisation… des plus ASSISTES SANS CONTREPARTIES (avec le « quoi qu’il en coûte », les baisses d’impôts sur société, de production, et « charges », la suppression partielle de l’ISF, l »immorale optimisation fiscale » et sa flat tax, etc)… ces paris fait sur la gestion en flux tendu des stocks et donc les risques de pénuries (la soit disant inadéquation de « l’offre et de la demande ») de masques, gants, blouses, respirateurs, médicaments, « vaccins… » purificateurs d’air… par exemple… ont anticipé que les problèmes d’approvisionnement, ferait grimper leurs prix, et exploser l’inflation de leurs coûts…

    L’action politique elle, n’a rien fait contre – en matière d’atténuation des risques de crises climatiques – autre exemple : explosion des prix des granulés de bois, qui ne vont plus pouvoir être produits en masse, par les forêts de « plantation d’allumettes » Landaises – les essences forestières résineuses étant les plus exposées et sensibles aux canicules, sécheresses… ce qui été pourtant prévisible…

    Combien de matériel de lutte contre les incendies et/ou de lutte contre les crises sanitaires, énergétiques, alimentaires… ont vu leurs prix souffrir d’une inflation – sans que l’action politique ai agit en interdisant, par anticipation, les prédictions spéculatives dont on mesure les pires conséquences – que seuls les propriétaires privés d’actions… profitent indécemment de dividendes… sans qu’ils soient nommés « profiteurs de guerres »…?

    Mais dire tous cela équivaut à faire passer quiconque ayant un temps soit de peu de jugeote et bon sens… pour un « Cassandre », s’il s’aventure à prédire la percée de l’extrême droite – et son jeu à somme non nulle, fait avec la macronie – aux prochains scrutins.

    https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/crise-climatique/qui-aurait-pu-predire-la-crise-climatique-la-petite-phrase-d-emmanuel-macron-agace-les-specialistes-du-climat_5576013.html« 

    1. Avatar de Juillot Pierre
      Juillot Pierre

      Quand « l’auditoire » infantilisé n’est réduit qu’à des « opinions »… en somme… qu’à des putes… seules capable par la « grâce » de la « DICTATURE des émotions » sondées, de réconcilier/rassurer/réconforter les doutes, incertitudes, indécisions… que les gestions successives, néolibérales, des crises sanitaires, climatiques, « sociétales » de guerres commerciales, monétaires, de « civilisations », suscitent à leurs « peurs d’avoir peur » de perdre en « pouvoir d’achat », de quoi ne plus se « ressentir légitime » d’être dans dans son bon droit (« l’ordre ») de « poujadiste », du « ras le bol fiscal »… faut-il s’étonner que la jeunesse populaire « prostitue » son « temps de cervelle disponible » au phénomène « tpmp » (et autres « réseaux sociaux », « influenceurs à la mode », etc de la « toile »), lorsque les parents vouent un « culte féroce » aux autres chaînes du groupe Bolloré, dans les choix en soirée, des programmes à regarder en « famille », lors du retour du père, au foyer…?

      1. Avatar de Juillot Pierre
        Juillot Pierre

        Qui aurait pu prévoir que la ministre de la « transition écologique » – Agnès Pannier-Runacher, dont la destiné des enfants est prévue de prospérer plus longtemps que celle des 6 générations de descendances de familles pauvres, précaires aux sorts si fatals qu’elles n’ont plus d’espoir de gravir « l’escalier social »… avec un héritage « acquis » sur les dividendes indécents de titres de propriétés privées ASSISTÉES SANS CONTREPARTIES, dans le l’extraction/exportation/consumérisme de carburants fossiles, émetteurs majoritaires de gaz à effet de serre – serait l’invité ce soir sur un plateau télé d’une chaîne publique (« C à vous » de F5, du moins le formatage de l’émission n’est plus la priorité du groupe de com’ privé de Lagardère…?) pour défendre la « réforme structurelle NEOLIBERALE  » des régimes des retraites…?

  2. Avatar de arkao

    Un rapport tapé à l’ancienne, avec une machine à écrire ?

    1. Avatar de Paul Jorion

      Oui mais c’était les machines électriques « modernes » qui justifiaient le texte !

      1. Avatar de Ruiz
        Ruiz

        Un micro-ordinateur doté d’une programmation neuronale séquentielle énergétiquement efficace serait capable d’émuler un petit singe
        https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03258798/document
        Que de progrès ? (de la justification à l’IA)
        plus accessible :
        https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/le-journal-des-sciences/une-simulation-de-neurones-artificiels-equivalent-au-cerveau-d-un-petit-singe-3715632

      2. Avatar de torpedo
        torpedo

        Rapports d’études passés…ou à venir…

        154 pages tapées avec une machine électro-nucléaire pas même recyclable!
        Des pages pas même remplies, ni imprimées aux deux faces,
        Histoire au moins d’économiser un peu,
        De cette bonne pâte à papier pur jus, issue de nos belles forêts!
        Non, Je rêve! Notre Paul n’a pas pas pu faire ça?
        Et je ne parle pas des dizaines de carbones pour les doubles!
        Et le ruban d’impression à chaud impregnés de métaux lourds!
        Ohh!! Quelle honte!
        Alors que dans le privé, dans les PME ou chez les artisans,
        On gribouillait depuis des lustres au dos de vieux listings en accordéons,
        (vomis par containers entiers par les imprimantes de l’administration française)
        Tout ça pour éviter de taper dans le bloc neuf,
        Ou la belle ramette de papier(pas encore recyclé) livrée à prix d’or par JMB…
        Ah, c’était le bon temps, en 89 quand on travaillait pour l’état!
        Les études étaient si importantes, la fin justifiait les moyens!
        Ces fameux moyens d’hier, que les serviteurs de l’état utilisaient hier sans compter,
        Et qui justifient maintenant la fin que vous nous annoncez …
        Pourtant oui, c’est vrai, les problèmes des pêcheurs sont en passe d’être réglés,
        Puisqu’il y a de moins en moins de pêcheurs,
        Et de plus en plus de poissons sur les étals (à étudier, eux, plutôt qu’à manger),
        Vu leur prix et leur potentielle toxicité…
        Et antérieurement, combien d’études sur les problèmes des mineurs de charbon?
        Tout à fait résolus ceux-là aussi…
        Et pour les boulangers?
        Pas d’inquiétude, les rapports sont en cours!

        Mais non je ne suis pas amer!
        C’est juste un peu d’humour…noir!

        Quel mauvais esprit ce torpedo!
        Amicalement quand-même.
        Eric.

  3. Avatar de un lecteur
    un lecteur

    Ces familles de pêcheurs font la démonstration de l’extraordinaire souplesse de la structure familiale, qui traduit la force vitale qui anime les humains. Sans comparaison possible avec les querelles de genre et d’égalité de traitement qui occupent les Citadins.

  4. Avatar de un lecteur
    un lecteur

    J’ai beaucoup aimé votre vivisection (pour découvrir finalement que c’est une autopsie) du « marginalisme », ch. VI.

  5. Avatar de Maddalena Gilles
    Maddalena Gilles

    Bonsoir et bonne année/santé, et cætera…
    Je lirai, mais un peu plus tard : je n’ai même pas fini « La transmission des savoirs »…

    PS : l’article concernant le « pénétrable et l’impénétrable » me demande de m’abonner > ne suis-je pas déjà abonné ?
    Bug ? Ou nouvelle année ?

  6. Avatar de Maddalena Gilles
    Maddalena Gilles

    Re-bonsoir !
    J’ai pas mal vécu au Maroc, et la description du pêcheur qui se croit chez lui, alors qu’il vit dehors, m’a curieusement rappelé l’attitude des marocains chez eux, chefs de famille autant par habitude que par tradition, mais qui sont en fait peu de chose relativement à la vie du foyer.
    Ce qui pose problème dans les rapports hommes/femmes évidemment…

    1. Avatar de timiota
      timiota

      Oui, c’est ce qui fait dire à un de mes collègues, tunisien, pour une situation locale comparable, que la domination masculine a un de ses pans qui n’est qu’une façade, le foyer pouvant être assez peu sous l’emprise réelle de l’homme.
      Et « ce qui pose problème », c’est que les femmes sont diplômées, donc qu’elles sortent des arguments donnant une sorte de supériorité à ces hommes qui se demandent eux, si ils ont bien fait les coqs dans la rue (les études tentent peu les hommes comparativement, me dit-il). Ce n’est peut-être pas une grosse « charge mentale » pour les hommes (merci Emma) , mais c’est sans doute pleins des ambigüités que souligne un Richard Sennett dans d’autres lieux et pour d’autres gens : le code de la rue n’est pas forcément « lisible », on se demande toujours si on s’y est adapté. Sennett va jusqu’à relier cela à l’occurence de la névrose dans les sociétés qui ont mis en oeuvre (sans le faire exprès) des systèmes de codes vestimentaires/comportementaux peu lisible, pas évident à acquérir ou à interpréter (son exemple est le nombre de jupons que devait mettre une femme comme il faut vers 1880, genre 3 c’est bien, 5 c’est demi-mondaine, etc., le tout n’étant pas écrit noir sur blanc et pouvant évoluer).

  7. Avatar de Garorock
    Garorock

     » il est un intrus dans sa propre maison.  »
    Un peu comme homo sapiens sur sa planète.
    Les coraux et les éléphants attendent qu’il reparte pour que les choses rentrent dans l’ordre…

  8. Avatar de Tout me hérisse
    Tout me hérisse

    Cette façon d’aborder le concept de l’offre et de la demande, dans ce domaine particulier de la pêche et du commerce du poisson, laisse apparaître une volonté de faire en sorte de ne pas concourir à la destruction de l’Économie de l’un ou de l’autre partenaire considéré, d’où l’apparition d’une pratique singulière observée lors de certaines transactions.
    L’Économie française est actuellement soumise à un stress inédit en raison de l’explosion des prix de l’énergie, et particulièrement au prix de l’électricité qui va mettre en péril l’existence même de beaucoup d’entreprises et de commerces soumis à cette hausse inédite du prix.
    Cette situation a été créée par des décisions politiques au niveau de l’Europe, promouvant ‘un marché de l’électricité’, lequel s’est trouvé, en raison d’évènements extérieurs, propulsé au rang d’une immense foire à la spéculation.
    L’explication est connue : sur ce marché, le prix de l’électricité est lié au prix du gaz servant à l’alimentation de la dernière centrale fonctionnant avec ce carburant, dernière centrale dont la production est nécessaire à l’équilibre de tout le réseau européen…
    Le résultat est l’application d’un prix de l’électricité qui n’a que peu à voir avec le prix de revient pour la production française, essentiellement nucléaire et hydraulique.
    L’Espagne et le Portugal sont déjà sortis de ce ‘marché de l’électricité’(ils sont peu interconnectés avec le réseau continental européen), quel intérêt avons-nous à y rester ? Cette question est lourde de conséquence, car en sortir serait abandonner l’Allemagne à son sort, elle qui exploite de nombreuses centrales à gaz, un gaz qui provenait auparavant de Russie et qui doit être remplacé maintenant par des approvisionnements venant d’autres pays ; ne pas envisager une sortie, sera la mort de nombreuses entreprises.

    1. Avatar de Ruiz
      Ruiz

      @Tout me hérisse Mais la sortie de la France du marché de l’électricité du à l’U.E. n’est idéologiquement pas agréable à Macron et surtout pas envisagé à court terme (cet hiver) avec le renouvellement affirmé d’accord avec l’Allemagne à cause de l’état calamiteux des centrales nucléaires …
      La paix sociale bien au chaud et pas de coupure (pour réussir les retraites ?) , s’assoit sur les objectifs climatiques et reste basée sur la combustion de lignite allemande et de gaz russe en Allemagne (hypocrisie ce n’est pas en France ! malgré les pertes en ligne en plus).

      1. Avatar de Romain Vitorge
        Romain Vitorge

        Le vendredi 21 octobre, Emmanuel Macron n’a-t-il pas annoncé que « la France avait décidé de se retirer du Traité sur la charte de l’énergie » ?
        https://www.collectifstoptafta.org/traite-sur-la-charte-de-l-energie/article/pourquoi-la-decision-de-retirer-la-france-du-tce-est-une-bonne-nouvelle-et-qu

        1. Avatar de Ruiz
          Ruiz

          @Romain Vitorge Le TCE date de 1994 et n’est pas la cause des déboires actuels causés par l’U.E. sur les prix internes de l’électricité
          https://www.novethic.fr/actualite/energie/transition-energetique/isr-rse/traite-sur-la-charte-de-l-energie-tce-le-gouvernement-francais-mis-sous-pression-pour-un-retrait-coordonne-au-sein-de-l-ue-151251.html

          En fait c’est l’incompétence de l’idéologie de l’élite gouvernante au sein de l’U.E. qui a appliqué par un « marché européen de l’électricité » volontairement les recettes dont l’échec avait été largement prouvé en Californie :
          https://www.ofce.sciences-po.fr/blog/le-marche-europeen-de-lelectricite-sur-la-sellette-lecons-dune-crise/

          La catastrophe que subissent de nombreux boulangers est purement interne à l’U.E. et auto-infligée, les effets sont apparus dès la reprise après Covid et ne sont pas déclenchés par le conflit en Ukraine, bien qu’accus par les sanctions auto-infligées !

          1. Avatar de Tout me hérisse
            Tout me hérisse

            Très bon article dont Ruiz nous propose le lien, il permet de bien comprendre les mécanismes en jeu dans ce « marché de l’électricité »
            Pour schématiser les choses, l’on a cru que des investisseurs à long terme intégreraient ce marché pour la production d’électricité dans la perspective de profits potentiels ; il n’en a rien été et les ‘investisseurs’ se sont mués en simples ‘trader’ ne visant que les gains potentiels à court terme tirés de l’achat et de la revente d’électrons produits par d’autres, ces derniers acteurs sont qualifiés par Loïk Le Floch-Prigent, de parasites !

          2. Avatar de Romain Vitorge
            Romain Vitorge

            Le TCE (« Traité sur la charte de l’énergie » entrée en vigueur en 1998) mentionne expressément dans ses attendus la prééminence de la concurrence, à ce titre il fait parti des fondements dogmatiques qui ont abouti à la situation ubuesque du marché de l’électricité dans l’UE et notamment en France.

            La corrélation entre le prix du gaz et de l’électricité a pour seule justification la création d’un marché unifié de l’énergie à l’échelle de l’UE, marché érigé comme une fin en soi.
            La création de ce marché, en France, a été organisée par une concurrence artificielle permettant aux concurrents d’EDF de se développer en prélevant directement et légalement une part de la richesse créée par l’opérateur historique.
            Comme dans d’autres domaines les « promesses » de la concurrence ne sont pas tenues. Ces treize dernières années les prix ont augmenté en moyenne de 57%.

    2. Avatar de Christian Brasseur
      Christian Brasseur

      Comme je le disais dans un autre billet, je suis coopérateur éolien, et dispose d’un contrat dont le coût de l’électricité n’est que très partiellement lié au prix du gaz. En fait, c’est le seul fournisseur (en Belgique) qui a découplé le prix de l’électricité de celui du gaz. L’électricité provient des coopératives citoyennes ‘(éoliennes) en Wallonie qui se sont réunies. Ce découplement est obtenu grâce au circuit court. Le prix de l’électricité est très correct dans la mesure où ces structures ne cherchent pas à faire du profit…mais simplement à perenniser l’outil: ce modèle ne serait-il pas transposable en France (j’en ai marre que ces grosses boîtes se sucrent sur le dos des gens à la barbe des « autorités » qui n’en auraient que le nom…)?

      1. Avatar de Tout me hérisse
        Tout me hérisse

        @Christian Brasseur
        C’est ce schéma qu’il faudrait généraliser au niveau global de l’Europe : ne permettre de participer au marché global de l’électricité qu’à la condition nécessaire d’avoir investi dans la production, et de plus, se voir appliquer un coefficient correcteur sur le prix de vente en fonction du taux de rejet immédiat de CO² ; exit donc ceux qui ne visent que le profit à court terme au travers du ‘trading’ !

      2. Avatar de Otromeros
        Otromeros

        @Christian Brasseur (04/01 à 18h28)
        Je m’interroge..
        Auriez- vous deux points-sources de raccordement électrique pour votre habitation..??… le premier issu exclusivement du groupement de production éolienne et le second issu du réseau national classique..?

        Dans le cas contraire, tous les habitants de votre rue/de votre village/… « profitent-ils » du même prix avantageux?
        Sinon, pourquoi ne deviennent-ils pas coopérateurs (pour profiter de ce prix)..?

        1. Avatar de Otromeros
          Otromeros

          Prolongement…

          En tapant les mots-clés : « cooperateur eolien » « wallonie » … j’ai trouvé ça :
          https://eole-lien.be/devenir-cooperateur/ (par exemple)

          En synthèse :

          … » Envie de participer au projet et ainsi profiter des retombées de l’éolienne?

          Notre capital cible ayant été atteint, nous soumettons la souscription de parts aux règles suivantes :

          seules les personnes physiques ou morales qui ne sont pas encore coopératrices peuvent souscrire ;
          1 part = 100€ ;
          maximum 3 parts (300€) par personne.
          nous devrons nous limiter à la souscription de 5000 nouvelles parts par an.

           

          Pour devenir coopérateur.rice (en achetant une ou plusieurs parts), vous devez introduire votre demande via l’application CoopHub. Celle-ci a été créée dans le cadre de la fédération des coopératives actives dans le domaine de l’énergie renouvelable en Wallonie (RESCOOP-W). Elle vous permet aussi d’acheter des parts dans d’autres coopératives de la fédération. Vous vous inscrivez une fois et vous pouvez gérer vos données personnelles ainsi que vos parts dans les différentes coopératives.

           

          Pour devenir Coopérateur.rice il vous suffit donc de suivre le lien https://coophub.rescoop-wallonie.be/home/be-fr et d’effectuer les étapes suivantes :

          Informations personnelles et mises à jour de celles-ci
          Création d’un identifiant et d’un mot de passe
          Souscriptions de parts (entre 1 et 3)
          Confirmation de votre demande

          Nous vous contacterons ensuite par e-mail pour finaliser le processus, avec notamment les informations pour le paiement.

          Votre inscription en tant que coopérateur.rice d’EOLE-LIEN ne sera effective qu’un fois le virement fait sur le compte de la coopérative, vous recevrez alors une attestation de détention de part(s) de la coopérative EOLE-LIEN sc, BE0539.923.774.

          Nous souhaitons rémunérer les coopérateurs.rices en leurs offrant annuellement un dividende plafonné à 6% (bruts) du montant investi (maximum légal actuel pour une coopérative agréée).

          Un placement sûr?

          Devenir Coopérateur reste un investissement, certes plus facile à maîtriser que la bourse, mais il y a des risques.
          Les risques sont de plus en plus faibles après chaque étape.

          Avant l’obtention du permis, le risque existait. Si le permis avait été refusé, l’investissement aurait été perdu. Nous avons eu besoin de citoyens courageux pendant cette période.

          Nous avions déjà signé un accord avec le propriétaire du terrain et nous répondions à toutes les contraintes urbanistiques actuelles ce qui a permis l’obtention du permis ! Nous visions un montant total de € 50.000,- pour monter le dossier de demande de permis, il en aura fallu au final près du double. Cela paraît énorme mais c’est 1/3 du prix habituellement pratiqué par un gros électricien qui revend un permis pour 1 éolienne à une coopérative citoyenne…

           

          Après l’obtention du permis et pendant la construction, le risque est plus faible. Il y a très peu de projets éoliens (aucun à notre connaissance) qui s’arrêtent après l’obtention du permis. Une fois le permis obtenu, il reste à rassembler les fonds nécessaires :

          Nous avons levé € 825.000,- de parts de coopérateurs (l’objectif était € 750.000,-) ;
          € 525.000,- de prêts subordonnés ;
          Nous avons conclu un contrat de prêt avec la banque pour un montant de € 3.575.000,-.

           Pendant l’exploitation de l’éolienne, le risque est pratiquement inexistant. Les assurances couvrent la plupart des imprévus.

          Il vous reste des questions?

          Nous sommes présents pour répondre à toutes vos questions et vous aider à évaluer avec vous l’opportunité d’investir dans le projet.

          N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions relatives au fonctionnement de la coopérative ou à l’investissement  »

          Si équivalent, pourriez-vous commenter. J’imagine que chaque éolienne « communautaire » est reliée ( à un moment donné et via une structure complexe d’injection régulée ) au réseau national… qui ,  » à l’insu de son plein gré?  » sert de « mule » (transport assez illicite en théorie…sauf si… ou.. sauf que…??…).

      3. Avatar de Ruiz
        Ruiz

        @Christian Brasseur L’Etat (français) faisant défaut au niveau du tarif réglementé, ne faudrait-il pas lui substituer une coopérative (citoyene ?) d’achat d’électricité (pas de production) qui péserait de tout son poids (de tous ses membres) pour définir les conditions d’un contrat de groupe (niveau de prix, variations horaires, journalières ou constance, renouvellement, ) assurant une péréquation des variations erratiques du marché de l’électricité, ce qu’assurait par constitution un monopole comme EdF.
        Un monopole (ou oligopole) de distribution, comme la grande distribution.
        Pour celà il faudrait se baser sur une communauté importante, les acheteurs de Metro, de Leclerc, LiDL ..
        Mais celà existe peut-être …
        Par ailleurs pourquoi ne pas agir au niveau européen ?
        Pourquoi le monopole de distribution existe-t-il encore au niveau national ? (liste de fournisseurs ?)

  9. Avatar de Dimitri
    Dimitri

    ou le pêcheur ne rencontre pas ses enfants

  10. Avatar de Otromeros
    Otromeros

    @Christian Brasseur (04/01 à 18h28)

    08/01…  » allôôô..!?..  » https://www.pauljorion.com/blog/2023/01/02/le-pecheur-rencontre-leconomie-1989/comment-page-1/#comment-944429 et suivant..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta