franceinfo, La chute de la Silicon Valley Bank, le 13 mars à 14h30

Partager :

92 réponses à “franceinfo, La chute de la Silicon Valley Bank, le 13 mars à 14h30”

  1. Avatar de Guy Leboutte

    Bonjour,
    AFP dans Lesoir.be ci-dessous. ‘Un détail: le dollar US est-il une valeur-refuge, comme dit dans l’article?)
    ——————————–

    La chute historique du Credit Suisse fait trembler les Bourses

    L’action de Credit Suisse subit sa pire journée ce mercredi après avoir plongé jusqu’à plus de 30 %, et touché un nouveau point bas historique à 1,565 franc suisse.
    Par AFP
    Publié le 15/03/2023 à 14:28 Temps de lecture: 3 min

    Les Bourses européennes chutaient de nouveau mercredi avec le retour des vives inquiétudes sur les banques, notamment sur Credit Suisse après que le premier actionnaire saoudien a exclu un sauvetage de la banque en difficulté.

    Paris dévissait de 3,25 %, Londres de 2,34 %, Francfort de 2,61 % et Milan de 3,61 % vers 12h40, heure belge. Les marchés américains se dirigeaient aussi vers une rechute à l’ouverture selon les contrats à terme, qui laissaient augurer des pertes entre -1,5 % et -1,8 %. Pétrole au plus bas depuis décembre 2021, taux en forte baisse, dollar en hausse, vague de volatilité : les signes de grande fébrilité des investisseurs se lisaient sur tous les marchés.

    L’action de Credit Suisse subissait sa pire journée. A 14h12 heure belge, l’action dévissait de 30,13 % pour tomber à 1,565 franc suisse, enfonçant un nouveau point bas historique. Le mouvement de panique a été déclenché après que son premier actionnaire, la Saudi National Bank, a expliqué via son président qu’il n’allait « absolument pas » soutenir la banque en montant davantage au capital, dans une interview à Bloomberg TV.

    La Banque nationale saoudienne détient actuellement autour de 9,8 % de Credit Suisse, juste en-dessous de l’important seuil de 10 % au-delà duquel une autre réglementation s’applique. Mais Ammar al-Khudairy, de la Saudi National Bank, a dit qu’il y avait d’autres raisons que celles « réglementaires et statutaires ». Credit Suisse avait dû lever fin 2022 quatre milliards de francs suisses via une augmentation de capital qui avait permis l’entrée de la Saudi National Bank. Début mars, un actionnaire de longue date, Harris Associates, a jeté l’éponge.

    Des chutes partout en Europe

    Ailleurs en Europe, BNP Paribas chutait de 12,02 %, Société Générale de 11,93 %, Banco Sabadell de 8,82 %, ING de 8,26 %, Commerzbank de 11,57 %, Deutsche Bank de 8,22 %, Unicredit de 7,39 %. Depuis le début de la semaine, presque toutes ces banques ont perdu plus de 10 % de leur valeur en Bourse, et certaines plus de 15 %.

    Les mesures des autorités américaines et les assurances des gouvernements européens sur la solidité du système bancaire à la suite de la faillite de la Silicon Valley Bank (SVB) ont pu stabiliser un peu les marchés mardi. Mais « les craintes quant à la solidité du secteur » persistent et « l’ombre de l’effondrement de la SVB plane toujours », souligne Susannah Streeter, analyste d’Hargreaves Lansdown. Le prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz n’a pas exclu d’autres défaillances dans un entretien à l’AFP mercredi.

    Signe d’une fuite des investisseurs vers des placements perçus comme plus sûrs, les taux d’emprunt des Etats chutaient. L’emprunt américain à 10 ans retombait à 3,52 %, contre 3,69 % la veille. Le taux à 2 ans, encore plus sensible, retournait sous les 4 %. Les taux obligataires ont énormément reculé depuis la fin de la semaine dernière, les investisseurs pensant que le choc bancaire allait pousser les banquiers centraux à plus de prudence dans leur hausse des taux. Et ce, même si l’inflation demeure à un niveau élevé, 6 % en février aux Etats-Unis, selon l’indice CPI publié mardi.

    Avant ces nouvelles, en Asie, Tokyo n’a pas réussi à rebondir (+0,03 %). Shanghai (+0,55 %) et Hong Kong (+1,52 %) sont reparties, après l’annonce d’une reprise des ventes au détail en Chine.

    Signes de peur sur tous les marchés

    Les investisseurs fuyaient tous les placements perçus comme plus risqués ou plus sensibles à la conjoncture économique.

    Le baril de WTI a glissé sous les 70 dollars à son plus bas niveau depuis décembre 2021. Vers 12h (heure belge), il valait 70,34 dollars (-1,39 %), en baisse de plus de 12 % depuis lundi. Le baril de Brent de mer du Nord valait 76,26 dollars (-1,54 %) en baisse de 10 % depuis lundi.

    Le dollar profitait de son statut de valeur refuge pour remonter face aux autres monnaies. L’euro reculait de 1,11 % à 1,0614 dollar et la livre de 0,74 % à 1,2068 dollar vers 12h15 (heure belge).

    Le bitcoin restait stable autour de 24.620 dollars et l’or se maintenait à 1.905,70 dollars l’once.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. Si on laissait faire, je pense que la forêt reprendrait ses droits! Sinon que la jachère soit il me semble…

  2. Mais c’est bien ce que je veux dire. L’IA n’a pas besoin du biologique. Reste à savoir si le « projet »…

  3. Peut-être une décharge de déchets électroniques, de vieux morceaux de robots, etc, gérée « avec intelligence » ?

  4. Peut-être que la représentation d’un homme avec un enfant est un premier biais. Longtemps, les mâles ne savent rien de…

  5. Se représenter la préhistoire est déjà un exercice plein de biais. Nous les déconstruisons peu à peu, mais le chemin…

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima ChatGPT Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta