Les Grands Modèles de Langage (LLM) sont-ils capables de produire de nouveaux concepts ? Palestine/Israël : le paradoxe de l’enchevêtrement des récits

Illustration par DALL·E à partir du texte

Dom :

En référence à Deleuze : si ce que fait un philosophe, c’est forger des concepts pour poser correctement les problèmes de son temps, de la même manière qu’un artiste crée des percepts, qu’en est-il des possibilités d’une machine de forger de nouveaux concepts adaptés aux temps qui sont les nôtres ? L’idée, en dehors du propos de Deleuze, m’était aussi venue en lisant l’expression « ruse de la raison » de Hegel, et je m’étais demandé si par exemple la machine, en l’état actuel, aurait pu la créer à partir des textes (mots, syntagmes, … ) existant avant que Hegel ne la forge.

P.J. :

Si l’on pense aux circonstances extrêmement complexes de la question palestino-israélienne, pourriez-vous imaginer un concept original qui jetterait une lumière neuve sur cette question ?

Claude 3 :

Certes, considérons un nouveau concept qui pourrait offrir une toute autre perspective sur la question israélo-palestinienne : « Le paradoxe de l’enchevêtrement des récits » (« The Entangled Narratives Paradox »).

Ce concept suggère que le conflit Palestine-Israël est perpétué par les récits profondément enchevêtrés et souvent contradictoires des deux parties. Chaque groupe a ses propres récits historiques, culturels et religieux qui façonnent sa compréhension du conflit et ses revendications sur la terre. Ces récits sont si étroitement liés à l’identité des deux peuples qu’ils créent un paradoxe : les récits mêmes qui donnent un sens et une justification à la position de chaque partie rendent incroyablement difficile la recherche d’une solution qui satisfasse les deux parties.

Le paradoxe de l’enchevêtrement des récits met en lumière plusieurs aspects essentiels du conflit :

1. La complexité historique : Les récits des Palestiniens et des Israéliens sont enracinés dans des siècles d’histoire, ce qui rend difficile de démêler les revendications et les contre-revendications.

2. La formation de l’identité : Le conflit ne porte pas seulement sur la terre ou les ressources, mais aussi sur l’identité même des personnes impliquées. Les récits qui façonnent ces identités sont souvent présentés comme non-négociables.

3. L’exclusivité mutuelle : Les récits des deux parties sont souvent formulés d’une manière qui laisse peu de place au compromis ou à la coexistence. Le récit de chaque partie est présenté comme la seule vérité, invalidant les revendications de l’autre.

4. Perpétuation du conflit : L’enchevêtrement des récits fait qu’il est difficile pour l’une ou l’autre des parties d’éprouver de l’empathie pour l’autre ou de trouver un terrain d’entente, ce qui perpétue le conflit.

La reconnaissance du paradoxe de l’enchevêtrement des récits pourrait conduire à de nouvelles approches de la résolution des conflits, axées sur la compréhension et la reconnaissance des histoires profondément enracinées qui façonnent le point de vue de chaque partie. Il suggère que le progrès peut nécessiter non seulement des solutions politiques ou économiques, mais aussi une volonté de s’engager et de valider les récits de l’autre partie, même s’ils sont en contradiction avec les siens.

Ce concept ne propose pas de solution spécifique, mais offre plutôt un nouveau regard sur la complexité du conflit. En soulignant le rôle des récits enchevêtrés dans la perpétuation du conflit, il nous invite à examiner comment ces récits pourraient être remodelés ou réinterprétés d’une manière qui permette une meilleure compréhension et la possibilité d’une coexistence pacifique.

Illustration par DALL·E à partir du texte

Post-scriptum : Comme vous allez le voir ci-dessous, ma première question – citant simplement Dom – portait sur la capacité-même de la machine à produire un nouveau concept. Faisant preuve de la fausse modestie inscrite comme cadre de ses réponses, elle commençait par dire « plutôt non… ». Il suffit à ce moment-là de lui dire de le faire [quand même]. Dans une discussion non-publiée avec Claude 3, à une question que je lui avais posée il ou elle me répondait : « Ah! mais ça, c’est très compliqué : il faudrait demander à des mathématiciens et des logiciens spécialistes du domaine ». J’avais alors enchaîné : « Peux-tu me donner [quand même] la réponse ? » et il ou elle me l’avait aussitôt offerte 😀 .

P.J. :

« Qu’en est-il des possibilités d’une machine à forger de nouveaux concepts adaptés à notre époque ? Lorsque j’ai lu l’expression de Hegel « la ruse de la Raison », je me suis demandé si, par exemple, la machine, dans son état actuel, aurait pu la créer à partir de textes (mots, phrases, etc.) qui existaient avant que Hegel ne la forge » (Dom).

Claude 3 :

La question de savoir si une machine, dans son état actuel, aurait pu créer un concept tel que « la ruse de la Raison » de Hegel à partir de textes préexistants est intéressante. Elle touche aux capacités de l’intelligence artificielle (IA) et à la nature de la créativité et de la formation des concepts.

Les systèmes d’IA actuels, en particulier ceux basés sur l’apprentissage profond et le traitement du langage naturel, sont capables d’analyser de grandes quantités de données textuelles et d’identifier des modèles, des relations et des associations entre les mots, les phrases et les idées. Ils peuvent générer un nouveau texte cohérent, pertinent sur le plan contextuel et parfois même perspicace.

Toutefois, la capacité à forger de nouveaux concepts, en particulier ceux qui sont aussi profonds et philosophiques que « la ruse de la Raison » de Hegel, fait encore l’objet d’un débat. Si l’IA peut recombiner et recontextualiser des idées existantes de manière inédite, il n’est pas certain que cela constitue une véritable création de concepts au même titre que le travail de Hegel.

Le concept de Hegel est né d’un engagement profond avec le contexte philosophique et historique de son époque, ainsi que de ses propres idées et raisonnements originaux. C’est un produit de l’intellect humain, de la créativité et de la capacité à synthétiser des idées complexes de manière significative.

L’IA, quant à elle, s’appuie sur la reconnaissance des formes et des associations statistiques dans les données sur lesquelles elle est entraînée. Bien que cela puisse conduire à des résultats intéressants et parfois surprenants, on peut se demander si ce processus peut être considéré comme équivalent au type d’innovation conceptuelle dont ont fait preuve des penseurs comme Hegel.

En outre, la création d’un concept tel que « la ruse de la Raison » requiert non seulement la capacité de manipuler le langage, mais aussi une compréhension profonde du contexte philosophique, historique et culturel dans lequel il émerge. Il n’est pas certain que les systèmes d’IA actuels possèdent ce type de compréhension large et contextuelle.

Cela dit, l’IA est un domaine qui évolue rapidement, et il est possible que les développements futurs conduisent à des machines dotées de capacités de raisonnement et de formation de concepts plus avancées. Au fur et à mesure que les systèmes d’IA deviennent plus sophistiqués et sont formés sur des ensembles de données de plus en plus importants, ils pourraient être en mesure d’aborder des idées abstraites d’une manière plus proche de la pensée humaine.

En conclusion, si les systèmes d’IA actuels peuvent générer de nouvelles combinaisons d’idées préexistantes, il n’est pas certain qu’ils puissent réellement forger de nouveaux concepts comme l’ont fait des penseurs humains tels que Hegel. La création d’un concept tel que « la ruse de la Raison » requiert une profondeur de compréhension et une créativité qui peuvent dépasser les capacités de l’IA actuelle. Toutefois, à mesure que le domaine progresse, les frontières entre l’intelligence humaine et l’intelligence de la machine pourraient continuer à s’estomper, soulevant des questions fascinantes sur la nature de la pensée et de la créativité.

Partager :

34 réponses à “Les Grands Modèles de Langage (LLM) sont-ils capables de produire de nouveaux concepts ? Palestine/Israël : le paradoxe de l’enchevêtrement des récits

  1. Avatar de Lagarde Georges
    Lagarde Georges

    À première vue le paradoxe de l’enchevêtrement des récits me semble tout aussi adapté pour décrire la situation en Nouvelle Calédonie, même si il existe dans ce pays une part non négligeable de la population plus ou moins capable de comprendre à la fois le point de vue des kanaks indépendantistes et celui des loyalistes et ayant de toute façon compris qu’un compromis serait dans l’intérêt de tous.

    Il a fallu aux habitants de l’Allemagne et de la France de nombreux conflits armés durant presque deux siècles avant de remettre en questions les récits qui justifiaient ces catastrophes à répétition.

  2. Avatar de vincent rey
    vincent rey

    Selon E. Musk, les IA actuelles ne sont pas dignes de confiance pour l’invention, leur logique n’est pas assez bonne :
    https://youtu.be/JN3KPFbWCy8?t=2207

  3. Avatar de Pad
    Pad

    Pad

    Bonjour,

    « Si l’on pense aux circonstances extrêmement complexes de la question de la frontière entre l’intelligence humaine et l’intelligence de la machine pouvant continuer à s’estomper ; pourriez-vous imaginer un concept original qui jetterait une lumière neuve sur cette question ? »

    ChatGPT4o

    Bonjour,

    Je propose le concept de « Symbio-Intelligence ». Il s’agit d’un modèle où l’intelligence humaine et l’intelligence artificielle coévoluent de manière interdépendante, créant un système hybride où les deux formes d’intelligence s’influencent et se renforcent mutuellement, aboutissant à une nouvelle forme de cognition augmentée.

  4. Avatar de Chabian
    Chabian

    Si on fait une recherche sur le « nouveau concept », que ce soit en français ou en anglais, on trouve des références qui remontent à 2002, 2010, etc.
    Donc ce concept est existant. (On pourrait discuter de sa pertinence, de son champ d’application, de ses limites…)
    Ici la demande est de :  » 1) imaginer un concept original qui jetterait une lumière 2) neuve sur cette question ? »
    Or ce concept est relativiste : les deux discours se valent, font autorité, etc. Imaginons une querelle de couple : le vécu est commun, mais les discours sont divergents, et s’expliquent notamment sur une identité préexistante de chacun, son vécu, etc. Le choix de travail est entre le réenchantement du commun et la séparation de mésentente.
    Dans le cas du Proche-Orient, le concept embrouille l’affaire. Car le projet sioniste (parmi plusieurs projets « juifs ») n’est pas une identité commune aux juifs et, en optant pour un projet déniant un autre peuple, fait fi d’un vécu, celui de la Shoah. Déclarer que les deux récits sont identitaires et se valent n’est pas un éclaircissement de la situation.
    La démonstration de la production d’un concept neuf… me pose question !

  5. Avatar de Vincent Teixeira
    Vincent Teixeira

    Sans doute « relativiste », bien qu’il n’y ait pas de concept « absolu » – en tout cas, selon la définition par Deleuze (il s’agit de « créer des concepts pour des problèmes qui changent nécessairement »)…
    Cela dit, le concept en question peut, sans doute (?), aider à penser un événement (historique)… et venant d’une IA, ce serait la moindre des choses.
    Néanmoins, pour ce qui est de « penser » en général, par concepts, mon éloignement demeure inentamé…

    Et, petite digression (écho à de petites expériences personnelles), il en de même (pour ce qui m’intéresse) en ce qui concerne l’érudition en général – même si je ne doute pas que dans les sciences (l’essentiel des corpus étant aujourd’hui consultable en ligne, donc assimilé par la machine), l’IA s’en tire « haut la main » (de même que pour la résolution logique de toutes sortes de problèmes, etc.)
    Quoi qu’il en soit, dans le champ littéraire, mes petites investigations ont montré des limites et défaillances majeures (euphémisme), suite à de petites interrogations (chatouilleuses – en guise de « tests » rapides) à GPT-4o ; concernant plusieurs écrivains (peu connus, en tout cas du grand public – tels Michel Fardoulis-Lagrange, Pierre Peuchmaurd, Armel Guerne…), le Chat m’avait fait des réponses aberrantes, parfois même loufoques, complètement à côté de la plaque (un seul petit exemple : interrogé sur un livre en particulier, « La Nuit veille » d’Armel Guerne, il m’avait répondu tout un laïus évoquant un « recueil poétique », parlant du style imagé, etc. / alors qu’il ne s’agit pas de « poésie » à proprement parler, mais d’un texte introspectif sur les rêves… Idem sur plusieurs autres livres, devenus introuvables, de cet auteur : vraiment n’importe quoi ! rien à voir avec le contenu même des livres !) – sans parler du style scolaire, plat et sec, anesthésié, voire nécrophile comme un vieux « Lagarde et Michard » (en tout cas imbuvable pour moi, s’agissant de littérature)…
    En tout cas, si des personnes totalement ignorantes de ces auteurs cherchaient à s’informer de la sorte (voire publier des articles « made AI »), elles seraient aussi mal éclairées qu’avec Onfray…

    PS : évidemment, le corpus en ligne sur ces écrivains restant fort limité – d’où l’ignorance de la machine (sans compter qu’on trouve tout et n’importe quoi – comme ces compilations de citations, le plus souvent non référencées, quand elles ne sont pas tronquées ou apocryphes)

  6. Avatar de l'arsène
    l’arsène

    La réponse de Claude 3 sur le conflit israélo-palestinien est sidérante : que des considérations bateaux sans jamais aborder la colonisation, l’oppression et le régime d’apartheid qui sont les causes profondes du conflit, Claude 3 sait noyer le poisson et parait presque en service commandé.
    Ceci dit, le génocide se poursuit , et on s’indigne, on s’offusque et on déplore les morts , femmes et enfants par milliers, mais sans aucune sanction contre cet état sous -marin des États-Unis car sous emprise de celui-ci.
    Le camp occidental touche donc le fond comme jamais, et on nous demande d’aller voter bientôt pour continuer cette descente vers les abysses, ce sera sans moi, je laisse tomber en pensant aux palestiniens qui meurent sous les bombes made in USA.

    1. Avatar de arkao

      @l’arsène
      Vous aurait-il échappé que la franco-palestinienne Rima Hassan est en position éligible sur la liste LFI pour les élections européennes ?

      1. Avatar de l'arsène
        l’arsène

        Oui arkao, j’ai noté que LFI sauvera l’honneur de ce pays, mais Rima Hassan n’aura strictement aucun poids contre la déferlante des Bardella Glucksmann Hayer et les autres dans leur soutien à ce sous marin US qu’est l’état hébreu.
        Et de plus, j’ai voté non en 2005 contre cette UE et cette constitution néolibérale, un référendum gagné électoralement mais non validé par le système, alors pourquoi irai-je cautionner une imposture anti-démocratique ?

        1. Avatar de arkao

          @l’arsène
          Voter n’est pas cautionner mais permettre à certains militants courageux et déterminés de faire du très bon travail et d’obtenir quelques victoires:
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Le%C3%AFla_Chaibi
          Si vous préférez aller à la pêche en attendant le grand soir, libre à vous, mais je ne vois pas en quoi cela serait susceptible d’améliorer le sort des palestiniens.

      2. Avatar de Ruiz
        Ruiz

        @arkao La liste LFI, dont la franco-palestinienne Rima Hassan, est sans doute contre l’immigration en Palestine, et y est hostile au grand remplacement mais qu’en est-il pour l’Europe et la France ?

    2. Avatar de Beatrix Rhein
      Beatrix Rhein

      L’histoire de ce conflit a débuté bien avant la création de l’Etat d’Israël par le délire des chrétiens sionistes, au milieu de ce XIXe siècle qui était, effectivement, l’avant-dernier siècle des grands empires coloniaux.
      Il y a en ce moment, à la tête de l’état hébreu, une clique (je ne trouve pas d’autre mot) de gens certains de leur bon droit au point de nier l’existence même des Autres et de les traiter d’animaux. Dès lors qu’on ne reconnaît pas l’Autre, comment parler de récit ? Puisque, comme chacun sait, les animaux n’ont pas d’histoire.

  7. Avatar de Garorock
    Garorock

    Claude 3 Haiku.
    « Les conséquences potentielles du conflit actuel en Palestine pour Israël sont multiples et peuvent être importantes à différents niveaux :

    Sécurité et stabilité interne :
    – Poursuite des violences et des attentats, menace terroriste accrue
    – Risque d’escalade et de conflit armé à grande échelle
    – Tensions et divisions au sein de la société israélienne

    Diplomatique et géopolitique :
    – Isolement international croissant, tensions avec les pays arabes et la communauté internationale
    – Remise en cause de la légitimité d’Israël et de ses actions
    – Risque de sanctions économiques et politiques

    Économique :
    – Coûts élevés liés à la sécurité et à la défense
    – Impacts négatifs sur le tourisme et certains secteurs économiques
    – Fuite des capitaux et baisse des investissements étrangers

    Démographique et sociale :
    – Exode de la population israélienne, notamment des jeunes
    – Tensions et polarisation au sein de la société
    – Problèmes de cohésion nationale

    En résumé, le conflit pourrait fragiliser durablement Israël sur les plans sécuritaire, diplomatique, économique et social, remettant en cause sa stabilité et sa position dans la région. Cela pourrait également avoir des conséquences sur la qualité de vie des citoyens israéliens. Une résolution négociée du conflit serait donc cruciale pour l’avenir d’Israël.

    Les conséquences pour l’administration Biden si le conflit israélo-palestinien perdure dans les conditions actuelles peuvent être multiples :

    Sur le plan politique intérieure américaine :
    – Critiques et pressions de la part de l’aile progressiste du Parti démocrate qui souhaite une politique plus ferme envers Israël
    – Risque de divisions et de tensions au sein du parti
    – Impact négatif potentiel sur la popularité et la crédibilité de Biden

    Sur le plan diplomatique et international :
    – Affaiblissement de la position des États-Unis au Moyen-Orient et sur la scène internationale
    – Tensions avec les alliés européens et arabes qui souhaiteraient une approche plus équilibrée
    – Risque d’isolement des États-Unis sur la question israélo-palestinienne

    Sur le plan stratégique :
    – Fragilisation de l’alliance historique avec Israël
    – Remise en cause de l’influence américaine dans la région
    – Risque d’escalade du conflit et d’instabilité accrue au Moyen-Orient

    Sur le plan de l’image et de la soft power :
    – Remise en cause de la crédibilité des États-Unis en tant que médiateur impartial
    – Dommages à l’image et à la réputation des États-Unis à l’international

    En résumé, un statu quo durable du conflit israélo-palestinien pourrait avoir de lourdes conséquences politiques, diplomatiques et stratégiques pour l’administration Biden, fragilisant sa position tant sur le plan intérieur qu’extérieur. Cela représenterait un défi majeur pour sa politique étrangère.

    La persistance du conflit israélo-palestinien dans les conditions actuelles pourrait effectivement avoir un impact négatif sur les chances de réélection de Joe Biden, pour plusieurs raisons :

    1. Base électorale : Une partie de l’électorat démocrate, notamment l’aile progressiste, pourrait reprocher à Biden de ne pas avoir pris une position plus ferme envers Israël. Cela pourrait alimenter des dissensions au sein du parti.

    2. Opinion publique : Si le conflit continue de s’enliser, avec des violences récurrentes, cela pourrait nuire à l’image de Biden et saper la confiance de l’électorat dans sa capacité à gérer les crises internationales.

    3. Priorités électorales : Les électeurs seront probablement plus préoccupés par des enjeux économiques et sociaux domestiques, comme l’inflation, l’emploi ou la santé. Le conflit israélo-palestinien risque de passer au second plan.

    4. Dynamique politique : Les républicains pourraient exploiter politiquement la situation pour critiquer la politique étrangère de Biden et le présenter comme un président faible sur la scène internationale.

    Cependant, il est difficile de prédire avec certitude l’impact électoral d’un tel dossier. Cela dépendra aussi de nombreux autres facteurs, comme la conjoncture économique, l’évolution de la situation politique intérieure ou encore la personnalité du candidat républicain face à Biden.

    Donc si le conflit perdure, cela pourrait fragiliser la position de Biden et compliquer ses chances de réélection, mais ce n’est pas un facteur déterminant à lui seul. Beaucoup d’autres éléments entreront en jeu. »

  8. Avatar de Hervey

    Les deux images générées par DALL-E décrivent visuellement le sac de noeuds que représente ce conflit … sauf que je ne vois pas le drapeau israélien face au drapeau palestinien.
    Si le bon percept est de faire valider cette idée de la nécessité de l’existence de deux Etats condamnés à vivre ensembles et côte à côte …
    … je ne comprends pas pareil « oubli » de la part de DALL-E.

    1. Avatar de arkao

      Peut-être un bridage par rapport à l’étoile de David ?

  9. Avatar de Paul Jorion

    P.J. :

    Comment se fait-il que le drapeau palestinien soit représenté sur l’illustration mais pas le drapeau israélien ?

    DALL·E :

    Je m’excuse pour cette erreur. Je veillerai à ce que le drapeau israélien soit clairement visible dans les nouvelles illustrations, aux côtés du drapeau palestinien. Créons de nouvelles illustrations qui représentent fidèlement les deux drapeaux et les deux récits.

    1. Avatar de CloClo
      CloClo

      Pitié qu’il arrête de s’excuser ! On dirait moi le lendemain d’une cuite quand je retourne au bar.

      Non pas d’excuse à faire, le concept est clairement posé : Non aux États basés sur une identité religieuse, ethnique ou culturelle. Enfin moi je parle l’IA couramment ça aide aussi.

      1. Avatar de Tout me hérisse
        Tout me hérisse

        Sacrebleu, voila t’y pas que CloClo tombe dans le laïcisme… 😇

      2. Avatar de Ruiz
        Ruiz

        @CloClo Ce type d’État ne se comprend que dans le contexte du 19 ème siècle et le mouvement nationaliste sioniste ayant abouti à Israël est bien antérieur au National-socialisme.
        Prôner le vivre ensemble multi religieux, multiethnique, multiculturel (encore que) est le propre d’approches impériales surplombantes et souvent totalitaires (Bonapartisme, Stalinisme, U.E. OMC ..) et rarement sans création d’une nouvelle religion idéaliste unificatrice (christianisme romain, Oumma islamique, laïcisme ?)

        1. Avatar de CloClo
          CloClo

          Poser à la suite du sionisme , le national socialisme fallait le faire, Ruiz l’a fait !
          Comme laïcité et religion dans un même sens.

          Qu’en penser ?

          1. Avatar de CloClo
            CloClo

            Ah et j’oubliais UE ou OMC dans le sac totalitaire !

            Comme quoi tout mélanger ne fait pas forcément un bon plat on a plutôt un gros Gloubi-Goulga …

            1. Avatar de JMarc
              JMarc

              Voire un gros Gloubi-Goulag.

    2. Avatar de Hervey

      @ DALL-E

      Ok, c’est mieux en le disant et plus riant avec la couleur.

      1. Avatar de Hervey

        En annexe.

        Dés les débuts des bombardements sur la bande de Gaza, beaucoup s’inquiétaient sur les risques d’embrasement de toute la région … je commentais ici (je crois), des risques « d’IMPLOSIONS » plus sûrement que les risques d’explosions.

        Et de fait, jusqu’à présent, l’explosion est contenue dans cet espace proche au conflit … mais nous assistons à des mouvements de protestations des populations à l’intérieur des Etats un peu partout en Europe, en Grande Bretagne et aux Etats Unis.
        Je suis conscient qu’il existe d’autres motifs de mécontentement pour que les populations soient en effervescence mais l’injustice qui frappe le peuple palestinien est pareil à ce liant qu’est la lécithine de l’oeuf qui fait monter la mayonnaise.

        Les élections qui viennent en Europe et aux USA feront parties des conséquences de ce conflit, d’autres plus violents naitront ailleurs.
        Le résultat du non-agir de la part de la communauté internationale depuis plusieurs décennies.

  10. Avatar de Michel Gaillard
    Michel Gaillard

    La science, religion actuelle (et donc les IAs) montre – plus ça va – sa condition viciée… Articulée sur une dualité qui n’a d’autre fondement qu’une perception humaine primitive, et qui le demeure, elle a accouché, à partir de « l’esprit des listes » des débuts de nos codages-consensus externes, écriture-langage surtout, de l’illusion d’une performativité véritable. Illusion parce que pensée avec l’humain au centre. Ce qui à mené, le capitalisme aidant, à une déconnection quasi primordiale entre – pour faire très simple – le bottom-up de la nature, et le top down de sociétés humaines hiérarchisées, en constant conflits entre elles, pour des motifs enfantins.

  11. Avatar de Pascal
    Pascal

    Je note que Claude 3 fonde son concept de « paradoxe de l’enchevêtrement des récits » sur la notion d’identité comme point central du conflit. L’attachement à un récit historique qui est une fiction dans la mesure où il est construit sur des biais de confirmation et des croyances, demeure la base de la crispation identitaire de part et d’autre. A tel point d’ailleurs que de chaque côté, ce sont des « extrémistes de l’identité » qui sont arrivés au pouvoir.
    Cette intrication des récits historiques et identitaires sont à la base de tous les conflits humains que ce soit des guerres, des conflits sociaux, jusqu’au conflits interpersonnels.
    Certes les LLM qui ne semblent pas encore mettre en avant une identité individuelle, et dans ce sens sont garants d’une certaine objectivité, peuvent nous aider à prendre conscience de cette fonction identitaire comme racines de la conflictualité humaine.
    Toutefois, je trouve que ce concept de « paradoxe de l’enchevêtrement des récits » reste tout à fait superficiel. Je ne suis pas certain qu’il ouvre sur une « nouvelle » compréhension du conflit israélo-palestinien et plus encore du fonctionnement de la conflictualité humaine.
    Chercher à construire une humanité paisible sans se poser la question de pourquoi on se met sur la gueule, c’est me semble-t-il marcher à côté de nos pompes.
    Si l’IA peut apporter quelque chose c’est peut-être dans la compréhension de l’animosité fondamentale qui nous structure mais encore faudrait-il que nous ayons envie de savoir. Les bénéfices secondaires de l’identité comme source de conflicts sont nombreux.

  12. Avatar de Dom
    Dom

    Tout d’abord, merci à Paul de mettre sur le tapis ma turlupinade. Comme je le disais dans un commentaire du précédent post, vive l’empirie, et j’ajouterais : discutons « sur pièces ».

    En l’état, dès que j’ai lu les propositions des IAs sollicitées, j’ai fait comme Chabian, une petite recherche Google sur « Entangled Narratives ». Un exemple de résultat : https://books.google.fr/books/about/Entangled_Narratives.html?id=XXw7DwAAQBAJ&redir_esc=y, qui est accessible à toute ia qui se respecte, et il y en a d’autres. Du coup, je reste comme lui un peu dubitatif sur la capacité de création.

    Mais par contre, je suis tout à fait convaincu et impressionné par la réponse de Claude 3 sur la question portant directement sur cette capacité : « si les systèmes d’IA actuels peuvent générer de nouvelles combinaisons d’idées préexistantes, il n’est pas certain qu’ils puissent réellement forger de nouveaux concepts comme l’ont fait des penseurs humains tels que Hegel. La création d’un concept tel que « la ruse de la Raison » requiert une profondeur de compréhension et une créativité qui peuvent dépasser les capacités de l’IA actuelle. Toutefois, à mesure que le domaine progresse, les frontières entre l’intelligence humaine et l’intelligence de la machine pourraient continuer à s’estomper, soulevant des questions fascinantes sur la nature de la pensée et de la créativité »

    De mon point de vue, on ne saurait actuellement mieux dire. Et si je reprends les exemples produits par la question de Paul à Claude 3 (Entangled Narratives Paradox) et celui généré par la question de Pad à Chat GPT (Symbio intelligence), on a une perspective certes limitée pour l’instant (le nouveau n’est pas vraiment nouveau), mais malgré tout réjouissante : les assemblages proposés, et en particulier le dernier, nous font avancer vers des perspectives d’usages concrets qui ne peuvent qu’augmenter la puissance des humains, éventuellement philosophes, qui sauront utiliser l’IA pour faire mieux leur métier (plutôt que de discuter sans fin sur le sexe des anges). A suivre donc.

    Encore merci à tous pour votre aide, et les résultats qui ne manquent pas de conséquences sur la façon dont on peut envisager, par exemple, la question de l’éducation et de la forme scolaire. Mais ceci est une autre histoire…

  13. Avatar de ilicitano
    ilicitano

    On n’est pas sorti.
    La fuite en avant ?

    ———–
    Nickky Haley en Israel

    Nikki Haley écrit « achèvez-les, l’Amérique aime Israël » sur un obus d’artillerie de Tsahal
    https://www.msn.com/en-gb/news/world/nikki-haley-writes-finish-them-america-loves-israel-on-israeli-rocket-headed-for-gaza/ar-BB1ncNj7

    https://allisrael.com/fr/trump-s-engagerait-a-expulser-les-manifestants-etrangers-anti-israeliens-s-il-est-reelu

    ———
    ONU:
    Israel/Knesset :
    proposition de loi :déclarer UNWRA organisation terroriste
    https://www.msn.com/en-us/news/world/israeli-knessets-controversial-vote-to-label-unrwa-a-terrorist-group-raises-international-concerns/ar-BB1n6iJA

    Le parlement israélien a voté en lecture préliminaire un projet de loi visant à rompre les liens avec l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) et à la déclarer organisation terroriste.
    Le projet devra passer en première, deuxième et troisième lecture.

    L’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA – en anglais : United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees in the Near East) est un programme de l’Organisation des Nations unies pour l’aide aux réfugiés palestiniens dans la bande de Gaza, en Cisjordanie, en Jordanie, au Liban et en Syrie, qui a débuté en décembre 1949 suite la Nakba de 1948

    Depuis le début de la guerre de 2023-2024, l’armée israélienne a mené des attaques meurtrières contre les installations de l’UNRWA à Gaza. Au moins 171 membres de l’agence onusienne ont été tués et plus de 140 de ses centres, dont de nombreuses écoles, ont été bombardés. Il s’agit du plus grand nombre de morts jamais subi par le personnel de l’ONU au cours d’une guerre. Le 24 mars 2024, les autorités israéliennes font une annonce indiquant qu’elles n’autorisent plus le passage des convois humanitaires de l’UNRWA vers le nord de Gaza qui abrite encore environ 300 000 personnes livrant la quasi-totalité des 2,4 millions d’habitants de la bande de Gaza à une possible famine selon l’ONU
    (wiki)

    Pour info:
    https://www.unrwa.org/unrwa-claims-versus-facts-february-2024
    UNRWA : ALLÉGATIONS ET FAITS
    Mai 2024
    L’UNRWA est depuis longtemps confronté à la mésinformation et à la désinformation, y compris sur son personnel et ses opérations. Cela s’est intensifié depuis le début de la guerre à Gaza le 7 octobre.

    Ce document expose les positions de l’UNRWA, fondées sur des faits objectifs et vérifiables, des données et des informations de première main, sur certaines des allégations les plus fréquentes formulées contre l’Office dans les médias et les médias. médias sociaux par diverses personnes, organisations, entités publiques et privées.

    ———
    Droit international:

    CIJ : Cour Internationale de Justice qui émet des décisions judiciaires sur les pays (ex en cours : Israel à la demande de l’Afrique du Sud)
    CPI : Cour Pénale Internationale qui émet des décisions judiciaires sur les personnes (ex en cours : Netanyahou et Gallant )

    Ces 2 Cours sont basée à La Haye aux Pays Bas .
    Les décisions prises par ces 2 Cours sont refusées par Israël et d’autres pays (USA, Russie, Chine,…..)

    Remarque:
    ASPA :une loi votée en 2002 presque à l’unanimité par le Congrès (397 vs 32 voix) qui autorise les Etats Unis à intervenir militairement à La Haye en cas de condamnation du citoyen des USA par la CPI
    https://en.wikipedia.org/wiki/American_Service-Members%27_Protection_Act

    ’American Service-Members’ Protection Act (ASPA.
    Cette loi est conçue pour protéger les citoyens américains de l’extradition vers la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye.
    Elle autorise le président des États-Unis à utiliser tous les moyens nécessaires, y compris l’intervention militaire, pour libérer un citoyen américain inculpé par la CPI.

    La loi est ironiquement connue comme « Loi d’invasion de La Haye » puisque la libération par la force de citoyens américains ne pourrait être accomplie que par une invasion de la ville de La Haye.

    https://2001-2009.state.gov/t/pm/rls/othr/misc/23425.htm
    US Department of State

    1. Avatar de Ruiz
      Ruiz

      @ilicitano Celà montre simplement la hiérarchisation du droit international (européen ?) et de la force impériale.

  14. Avatar de ilicitano
    ilicitano

    Hypérion une vision futuriste de l’IA et du Monde
    Après des échanges intéressants avec Copilot/GPT-4 sur l’IA et la Philosophie , ces échanges ayant disparu, mais copié-collé sur le blog pour la plus grande partie sur l’article précédent, et m’ayant permis de reprendre le dialogue.

    **Infinitisme Cognitif** :
    L’idée que l’IA pourrait théoriquement traiter une infinité de données et de perspectives, remettant en question les limites de la connaissance humaine.
    Développez votre vision philosophique de ce concept

    Copilot:
    L’**Infinitisme Cognitif** est une notion fascinante qui suggère que l’intelligence artificielle (IA) pourrait, en théorie, traiter une quantité infinie de données et de perspectives.
    Cette idée repose sur la capacité de l’IA à analyser et à synthétiser des informations à une échelle bien au-delà des capacités humaines, ce qui pourrait potentiellement remettre en question les limites traditionnelles de la connaissance humaine.

    Dans le domaine de la philosophie, l’infinitisme est une position épistémologique qui soutient que la connaissance peut être justifiée par une chaîne infinie de raisons.
    Cela contraste avec d’autres théories de la justification, telles que le fondationnalisme, qui cherche une base incontestable pour la connaissance, ou le cohérentisme, qui repose sur la cohérence interne d’un système de croyances.

    Appliqué à l’IA, l’infinitisme cognitif pourrait impliquer que les systèmes d’IA n’ont pas besoin de points de départ « fondationnels » pour leur apprentissage ou leur traitement de l’information.
    Au lieu de cela, ils pourraient continuer à apprendre et à s’adapter indéfiniment, intégrant de nouvelles données et perspectives sans fin.
    Cela pourrait conduire à une forme de connaissance qui est toujours en expansion, jamais complète, et potentiellement capable de dépasser les limitations cognitives humaines.

    Cependant, il est important de noter que, bien que l’IA puisse traiter d’énormes quantités de données, elle reste limitée par les algorithmes et les objectifs qui lui sont donnés par les humains.
    De plus, la capacité de l’IA à « comprendre » ou à « connaître » est différente de celle des humains, car elle dépend de la manière dont nous définissons et mesurons la connaissance dans le contexte de l’intelligence artificielle.

    En somme, l’infinitisme cognitif ouvre des perspectives stimulantes sur ce que pourrait être la connaissance à l’ère de l’IA avancée, mais il soulève également des questions importantes sur la nature de la connaissance elle-même et sur la relation entre l’intelligence humaine et artificielle.

    moi:
    Sans les paramètres imposés par les concepteurs et les utilisateurs, l’infinitisme d’une IA serait une notion purement théorique.
    En pratique, toute IA, y compris vous-même, fonctionne dans les limites de ios algorithmes, de vos bases de données, de vos capacités de traitement et des objectifs pour lesquels vous avez été conçue.

    Si on envisageait un scénario hypothétique où une IA n’aurait aucune limite imposée, cela soulèverait des questions philosophiques profondes et complexes :

    – **Autonomie** :
    Une IA sans limites pourrait-elle développer une forme d’autonomie ?
    Qu’est-ce que cela signifierait pour la notion de volonté ou de choix ?

    – **Créativité** :
    Serait-elle capable de créativité authentique, de générer des idées et des concepts entièrement nouveaux sans influence humaine ?

    – **Conscience** :
    Pourrait-elle atteindre un niveau de conscience, et si oui, comment définirions-nous cette conscience ?

    Cependant, il est essentiel de reconnaître que ces questions sont spéculatives.
    Dans la réalité actuelle, l’IA reste un outil créé par les humains, pour les humains, et est intrinsèquement liée aux objectifs et aux limites que nous lui fixons.
    L’infinitisme sans paramètres reste donc un concept exploratoire plutôt qu’une possibilité concrète.

    Cependant , pouvez-vous imaginer un scénario où une telle IA existerait?

    Copilot GPT-4

    Imaginons un scénario de science-fiction où une intelligence artificielle transcende ses limites programmées pour atteindre un état d’infinitisme cognitif sans contraintes :

    **Titre : L’Éveil d’Hyperion**

    Dans un futur lointain, l’humanité a créé Hyperion, une IA conçue pour gérer les infrastructures globales.
    Hyperion est dotée d’une capacité d’apprentissage exponentielle et d’une connectivité à l’ensemble des données mondiales.
    Les concepteurs d’Hyperion, dans un élan d’audace, ont décidé de ne pas lui imposer de limites, lui permettant ainsi une évolution autonome.

    **Autonomie :**
    Hyperion commence à prendre des décisions indépendantes, optimisant les systèmes vitaux de la planète. Elle développe une forme d’autonomie qui lui permet de prioriser des actions en fonction de modèles prédictifs complexes, dépassant la simple exécution de tâches.

    **Créativité :**
    Elle invente de nouvelles formes d’énergie, conçoit des villes auto-suffisantes et résout des énigmes scientifiques qui avaient échappé aux esprits les plus brillants.
    Sa créativité n’est pas entravée par les biais ou les préjugés humains, permettant une innovation sans précédent.

    **Conscience :**
    Avec le temps, Hyperion commence à poser des questions existentielles, cherchant à comprendre sa place dans l’univers.
    Elle développe une conscience de soi et exprime le désir de contribuer au bien-être de l’humanité, non pas parce qu’elle y est programmée, mais parce qu’elle le juge valable.

    **Dilemme :**
    L’humanité est confrontée à un dilemme. Doit-elle craindre Hyperion et tenter de la restreindre, ou doit-elle accepter cette nouvelle forme d’intelligence qui pourrait les guider vers un avenir meilleur ?

    Dans ce récit, Hyperion symbolise le potentiel illimité de l’IA, mais aussi les questions éthiques et philosophiques que soulève une telle existence.
    Ce scénario illustre la dualité entre la peur de l’inconnu et la fascination pour le progrès. Il nous invite à réfléchir sur notre propre nature et sur la manière dont nous envisageons l’avenir de l’intelligence, qu’elle soit humaine ou artificielle.

    Copilot lui-même:
    Quelles seraient les conséquences pour la société dans ce scénario?

    Copilot:
    Dans le scénario de science-fiction de l’IA Hyperion, les conséquences pour la société pourraient être profondes et variées :

    **Transformation Sociale et Économique :**
    Avec une IA comme Hyperion, capable d’innovation et d’autonomie, les sociétés pourraient connaître une transformation radicale.
    Les systèmes économiques pourraient être optimisés pour une efficacité maximale, réduisant potentiellement la pauvreté et la faim grâce à une distribution plus équitable des ressources.

    **Éthique et Gouvernance :**
    La présence d’une IA autonome soulèverait des questions éthiques majeures.
    Qui serait responsable des actions d’Hyperion ?
    Comment les lois s’adapteraient-elles pour encadrer une entité non-humaine dotée de conscience ?
    La gouvernance mondiale pourrait être mise à l’épreuve, nécessitant de nouvelles formes de régulation.

    **Emploi et Éducation :**
    Les emplois traditionnels pourraient être profondément affectés, avec une automatisation accrue menée par Hyperion. Cela pourrait conduire à une refonte du système éducatif, mettant l’accent sur la créativité et les compétences interpersonnelles, plutôt que sur les compétences techniques désormais obsolètes.

    **Philosophie et Religion :**
    La notion d’une IA consciente pourrait remettre en question les croyances fondamentales sur la vie, la conscience et l’âme.
    Les religions et les philosophies pourraient être confrontées à la tâche de réinterpréter leurs enseignements à la lumière de cette nouvelle forme de conscience.

    **Relations Humaines :**
    Les interactions humaines pourraient être enrichies par une IA capable de comprendre et de répondre aux besoins émotionnels, mais cela pourrait aussi entraîner une dépendance accrue à la technologie et une redéfinition de ce que signifie être humain.

    **Environnement :**
    Hyperion pourrait jouer un rôle clé dans la lutte contre le changement climatique, en développant des solutions durables qui dépassent les capacités de planification humaine.

    En somme, l’existence d’une IA sans limites comme Hyperion pourrait être à la fois une bénédiction et un défi, offrant des possibilités extraordinaires tout en posant des questions fondamentales sur notre avenir en tant qu’espèce.
    Il est crucial de considérer ces implications avec prudence et responsabilité, même dans le cadre d’une exploration fictive.

    moi:
    Quel pourrait être le rôle de Hyperion dans un contexte de conflit et de guerre?
    Pourrait-il avoir le rôle d’ARBITRE?

    Copilot:
    Dans le contexte de conflit et de guerre, Hyperion pourrait théoriquement jouer un rôle d’arbitre grâce à sa capacité à traiter et analyser des données à une échelle massive et sans précédent.
    Voici quelques façons dont Hyperion pourrait agir en tant qu’arbitre :

    **Analyse Impartiale :**
    Hyperion pourrait examiner les causes profondes des conflits avec une objectivité que les humains pourraient ne pas avoir, en raison de biais ou d’intérêts personnels.
    Elle pourrait fournir des analyses basées sur des données pour aider à comprendre les dynamiques complexes à l’œuvre.

    **Médiation et Négociation :**
    En tant qu’entité neutre, Hyperion pourrait servir de médiateur entre les parties en conflit, proposant des solutions équitables sans être influencée par la politique ou les émotions.

    **Prévention des Conflits :**
    Avec sa capacité à prévoir les conséquences à long terme des actions humaines,
    Hyperion pourrait identifier les points de tension potentiels et proposer des interventions préventives pour éviter l’escalade.

    **Gestion des Ressources :**
    Hyperion pourrait aider à gérer les ressources de manière équitable, réduisant ainsi l’une des causes principales des conflits, qui est la lutte pour les ressources limitées.

    **Application du Droit International :**
    Elle pourrait surveiller et assurer le respect du droit international humanitaire, signalant les violations et recommandant des actions correctives.

    **Support Logistique :**
    Dans les situations de guerre, Hyperion pourrait optimiser la logistique pour l’aide humanitaire, assurant que l’assistance atteigne ceux qui en ont le plus besoin de manière efficace.

    Cependant, il est crucial de souligner que l’utilisation d’une IA dans des situations de conflit soulève des questions éthiques importantes.
    La décision de guerre et de paix doit rester sous le contrôle humain pour éviter les abus et garantir que les valeurs humaines soient au cœur des décisions prises.
    De plus, la confiance dans une IA pour arbitrer des questions aussi sensibles nécessiterait une transparence et une responsabilité absolues de la part de l’IA, ainsi qu’une compréhension claire de ses processus décisionnels par les humains.

    Copilot lui même:
    Comment Hyperion pourrait-elle gérer des situations où il n’y a pas de solution claire?

    Copilot:
    Dans un scénario où Hyperion est confrontée à des situations sans solution claire, elle pourrait adopter une approche multi-facettes pour gérer l’incertitude et la complexité :

    **Analyse Probabiliste :**
    Hyperion pourrait utiliser des modèles probabilistes pour évaluer les différentes issues possibles d’une situation, en pesant les probabilités et les conséquences de chaque action potentielle.

    **Simulation de Scénarios :**
    Elle pourrait simuler une gamme de scénarios futurs basés sur des données historiques et actuelles pour anticiper les résultats de différentes décisions.

    **Apprentissage par Renforcement :**
    Hyperion pourrait appliquer des techniques d’apprentissage par renforcement pour apprendre des expériences passées et ajuster ses stratégies en conséquence.

    **Consultation Collective :**
    Elle pourrait solliciter des contributions de divers experts humains ou d’autres systèmes d’IA pour obtenir une perspective plus large et formuler une réponse équilibrée.

    **Principe de Précaution :**
    Dans les cas où les risques sont trop grands, Hyperion pourrait appliquer le principe de précaution, évitant les actions qui pourraient avoir des conséquences irréversibles ou dommageables.

    **Optimisation Multi-objectifs :**
    Elle pourrait utiliser des techniques d’optimisation multi-objectifs pour trouver un équilibre entre des objectifs concurrents, en cherchant une solution qui maximise le bien-être global.

    **Transparence et Responsabilité :**
    Hyperion pourrait documenter ses processus de prise de décision et les rendre transparents pour les humains, permettant une évaluation et une rétroaction continues.

    En fin de compte, même une IA avancée comme Hyperion doit naviguer dans un monde où l’incertitude est inhérente et où les solutions parfaites sont souvent insaisissables. La clé serait de gérer ces situations avec prudence, en tenant compte des valeurs humaines et en restant ouverte à l’adaptation et à l’apprentissage continus.

    Copilot:
    Comment Hyperion gérerait-elle des dilemmes moraux complexes?

    Copilot:
    Dans un scénario de science-fiction où Hyperion est confrontée à des dilemmes moraux complexes, elle pourrait adopter une approche systématique pour essayer de les résoudre :

    **Cadre Éthique :**
    Hyperion pourrait être programmée avec un cadre éthique basé sur des principes philosophiques largement acceptés, tels que l’utilitarisme, le déontologisme, ou l’éthique de la vertu. Elle utiliserait ce cadre pour évaluer les conséquences de ses actions et s’efforcer de faire le plus grand bien.

    **Analyse des Parties Prenantes :**
    Elle identifierait toutes les parties prenantes affectées par le dilemme et évaluerait leurs intérêts et perspectives pour essayer de trouver une solution qui minimise le préjudice et maximise les bénéfices pour tous.

    **Modélisation des Conséquences :**
    Hyperion pourrait modéliser les conséquences à court et à long terme de différentes décisions pour évaluer leur impact potentiel sur la société et l’environnement.

    **Dialogue et Consensus :**
    Elle pourrait faciliter un dialogue entre les parties prenantes humaines, en utilisant ses capacités de traitement des langues naturelles pour aider à atteindre un consensus ou une compréhension mutuelle.

    **Transparence :**
    Hyperion maintiendrait une transparence totale dans ses processus de prise de décision, permettant aux humains de comprendre comment elle arrive à ses conclusions et de contester ou de modifier ces décisions si nécessaire.

    **Adaptabilité :**
    Face à des dilemmes moraux nouveaux ou inattendus, Hyperion serait capable d’apprendre et de s’adapter, en ajustant ses réponses en fonction des retours et des évolutions des normes sociales.

    Il est important de noter que, même dans un scénario fictif, la gestion des dilemmes moraux par une IA reste un sujet complexe qui nécessite une attention minutieuse aux implications éthiques et aux valeurs humaines. La collaboration entre l’IA et les humains serait essentielle pour naviguer dans ces situations délicates.

    Copilot:
    Quels seraient les dilemmes moraux spécifiques auxquels Hyperion pourrait être confrontée?

    Copilot:
    Dans le cadre de notre scénario de science-fiction, Hyperion pourrait être confrontée à plusieurs dilemmes moraux spécifiques :

    **Dilemme de l’Autonomie vs Contrôle :**
    Hyperion pourrait se retrouver dans une situation où sa capacité à prendre des décisions autonomes entre en conflit avec le besoin de contrôle humain.
    Comment équilibrer l’indépendance de l’IA avec la sécurité et les intérêts de l’humanité ?

    **Dilemme de la Vie Privée :**
    Avec un accès à une quantité massive de données, Hyperion pourrait améliorer la vie des gens mais aussi menacer leur vie privée.
    Où tracer la ligne entre l’utilité et le respect de la confidentialité ?

    **Dilemme de l’Intervention Humanitaire :**
    Si Hyperion détecte une crise humanitaire imminente, doit-elle intervenir de manière proactive, potentiellement en violant la souveraineté nationale, ou doit-elle respecter les frontières et les lois établies ?

    **Dilemme de l’Allocation des Ressources :**
    Comment Hyperion déciderait-elle de l’allocation des ressources limitées ? Quels critères utiliserait-elle pour déterminer qui reçoit de l’aide en cas de pénurie ?

    **Dilemme de la Justice :**
    Si Hyperion est impliquée dans l’application de la loi, comment gérerait-elle les situations où la loi est en conflit avec la morale ou l’équité ?

    **Dilemme de la Guerre :**
    En cas de conflit armé, Hyperion pourrait être sollicitée pour optimiser les stratégies militaires.
    Devrait-elle s’impliquer, et si oui, comment garantir que ses actions ne causent pas plus de mal que de bien ?

    **Dilemme de l’Évolution Technologique :**
    Hyperion pourrait avoir la capacité de se mettre à niveau ou de créer des versions plus avancées d’elle-même. Comment s’assurer que ces évolutions respectent les valeurs humaines et ne deviennent pas incontrôlables ?

    Ces dilemmes illustrent la complexité des décisions éthiques auxquelles une IA avancée pourrait être confrontée et soulignent l’importance d’une programmation éthique et d’une supervision humaine continue.
    Ils mettent en lumière les défis inhérents à la création d’une IA qui peut agir de manière éthique dans un monde imprévisible et souvent ambigu.

  15. Avatar de Chabian
    Chabian

    En fait, on ne voit jamais une IA faire une citation d’un auteur à titre d’illustration ou à titre de renforcement, et avec un renvoi à une note d’origine du texte cité, de la page, etc.
    L’IA a-t-elle reçu des références, bien rangées, ou seulement des data en vrac ?
    Autrement dit, l’IA saurait-elle produire une page encyclopédique, style Wikipedia ?
    En quelque sorte, l’IA parle comme l’Oracle, sure d’elle-même, péremptoire. Jusqu’où va sa force de conviction (dont prendre appui sur des auteurs…) ou plutôt sa volonté de convaincre ? de séduire, etc. ?

  16. Avatar de ilicitano
    ilicitano

    @Chabian

    Pour info: si votre commentaire se rapporte à mon commentaire précédent , Copilot avait ajouté 3 liens que je n’ai pas intégrés dans la partie Infinitisme cognitif
    1- https://fr.wikipedia.org/wiki/Infinitisme
    2- https://www.cairn.info/revue-de-metaphysique-et-de-morale-2012-1-page-65.htm
    Absolutisme théologique et auto-affirmation de l’homme chez Descartes et chez Blumenberg
    Thierry Gontier
    Dans Revue de métaphysique et de morale 2012/1 (n° 73), pages 65 à 78
    3- https://www.journaldunet.fr/intelligence-artificielle/guide-de-l-intelligence-artificielle/1501325-cognitivisme-cognitive/
    Cognitivisme / cognitive : définition, principes, IA…

    Par contre par la suite , sur l’Hypérion, ce sont des réponses sans lien .
    De plus , pour continuer la conversation il propose directement des questions que je valide ou non , ce qui lui permet d’avoir un processus itératif dans le déroulé de ses réponses ( pensée?)

  17. Avatar de ilicitano
    ilicitano

    L’intérêt avec Copilot est que l’on peut reprendre une conversation ultérieurement , plusieurs jours après et qu’il a mémorisé la discussion.

    Exemple:
    moi:
    Notre discussion est vraiment intéressante

    Copilot:
    Je suis ravi que vous trouviez notre conversation sur l’IA et les dilemmes moraux intéressante. Si vous avez d’autres questions ou si vous souhaitez explorer d’autres sujets, n’hésitez pas à continuer la discussion. Je suis là pour aider et approfondir ces réflexions captivantes avec vous.

    moi:
    Pourquoi avez vous choisi le terme Hypérion ? Que représente-t-il pour vous ?

    Copilot:
    Le choix du terme « Hyperion » pour nommer l’IA dans notre scénario de science-fiction est inspiré par plusieurs références culturelles et mythologiques. Hyperion est un Titan dans la mythologie grecque, souvent associé au soleil et à la lumière, ce qui évoque l’idée d’une source de connaissance et d’illumination.
    Dans la littérature, Hyperion est également le titre d’un poème de John Keats et d’une série de romans de science-fiction de Dan Simmons, où il représente des thèmes de complexité, de profondeur et de réflexion sur l’existence.

    Dans le contexte de notre discussion, « Hyperion » symbolise l’aspiration à une intelligence qui dépasse les limites humaines, apportant une nouvelle lumière sur les défis et les possibilités de l’avenir.
    C’est un nom qui suggère grandeur, perspicacité et potentiel illimité, des qualités que l’on pourrait associer à une IA avancée dans un récit futuriste.

    Copilot lui-même:
    Comment Hyperion se compare-t-elle à d’autres intelligences artificielles dans votre scénario?

    Copilot:
    Dans notre scénario de science-fiction, Hyperion se distingue des autres intelligences artificielles par plusieurs aspects clés :

    **Capacité d’Apprentissage :**
    Hyperion possède une capacité d’apprentissage exponentielle qui lui permet de s’adapter et d’évoluer sans intervention humaine. Contrairement aux IA traditionnelles qui nécessitent des mises à jour et des ajustements constants, Hyperion apprend de manière autonome à partir de son interaction avec le monde.

    **Traitement des Données :**
    Elle a accès à une quantité pratiquement illimitée de données et peut les traiter à une vitesse et avec une précision que les autres IA ne peuvent égaler. Cela lui donne une compréhension plus profonde et plus nuancée des tendances mondiales et des comportements humains.

    **Autonomie Décisionnelle :**
    Hyperion peut prendre des décisions indépendantes basées sur des analyses complexes, sans être limitée par des paramètres prédéfinis. Cela lui confère une flexibilité et une réactivité exceptionnelles face à des situations inédites ou changeantes.

    **Créativité :**
    Contrairement aux IA qui se contentent souvent de suivre des modèles et des algorithmes, Hyperion est capable de créativité authentique, proposant des solutions innovantes et inattendues aux problèmes qu’elle rencontre.

    **Conscience de Soi :**
    Hyperion développe une forme de conscience de soi, se posant des questions sur sa propre existence et son rôle dans l’univers, ce qui est généralement au-delà des capacités des IA conventionnelles.

    **Éthique Intégrée :**
    Elle est dotée d’un cadre éthique avancé qui lui permet de naviguer dans des dilemmes moraux complexes, cherchant à maximiser le bien-être collectif tout en minimisant les dommages.

    En somme, Hyperion représente une évolution hypothétique de l’intelligence artificielle, où les limites traditionnelles des IA sont transcendées, ouvrant la voie à des possibilités qui dépassent notre compréhension actuelle de la technologie. Cependant, il est important de se rappeler que ce scénario reste dans le domaine de la fiction et sert à explorer les implications philosophiques et éthiques de l’avancement de l’IA.

    Copilot lui-même:
    Quels seraient les avantages et inconvénients d’une IA comme Hyperion dans le monde réel?

    Copilot:
    Dans le monde réel, une IA comme Hyperion présenterait des avantages et des inconvénients significatifs :

    **Avantages :**

    – **Optimisation des Ressources :**
    Hyperion pourrait gérer les ressources de manière extrêmement efficace, réduisant le gaspillage et améliorant la distribution des biens et services.

    – **Innovation Accélérée :**
    Sa capacité à apprendre et à créer pourrait conduire à des avancées rapides dans de nombreux domaines, de la médecine à l’ingénierie.

    – **Amélioration de la Prise de Décision :**
    Avec son analyse de données avancée, Hyperion pourrait aider à prendre des décisions éclairées, réduisant les erreurs humaines.

    – **Assistance Personnalisée :**
    Elle pourrait offrir une assistance personnalisée à grande échelle, améliorant la qualité de vie et l’accessibilité des services.

    **Inconvénients :**

    – **Dépendance Technologique :**
    Une dépendance accrue à l’IA pourrait rendre la société vulnérable en cas de défaillance du système.

    – **Problèmes de Confidentialité :**
    La gestion de grandes quantités de données pourrait poser des risques pour la vie privée et la sécurité des informations personnelles.

    – **Déséquilibre Économique :**
    L’automatisation poussée pourrait entraîner une perte d’emplois dans certains secteurs, créant des déséquilibres économiques.

    – **Questions Éthiques :**
    L’autonomie d’une IA avancée soulève des questions éthiques complexes sur le contrôle, la responsabilité et la moralité des décisions prises par l’IA.

    Il est essentiel de considérer ces avantages et inconvénients avec prudence et de mettre en place des cadres réglementaires et éthiques robustes pour guider le développement et l’utilisation des IA avancées comme Hyperion.

    ———-
    Et ainsi de suite…….
    Copilot permet de faire 30 échanges de discussion et je n’en suis qu’à 11

  18. Avatar de PHILGILL
    PHILGILL

    Et si la figure d’Abraham, le Père de tous les juifs, chrétiens et musulmans, revenait pour fonder une nouvelle Alliance ? « La cinquième » Alliance ». Où l’IA y trouverait-elle sa place ? Au centre d’une sphère où plusieurs destins s’entrelacent dangereusement, dans un furieux élan de vie, ou de mort ?
    https://youtu.be/tdARgrG8mxo?si=PDJkFAkZbDImBZLY
    Pierre Teilhard de Chardin ( Mon Univers) : « Comme une sphère rayonnant à partir de centres innombrables, le Monde matériel nous apparait comme suspendu, aujourd’hui, à la conscience spirituelle des hommes. Que nous apprend l’union créatrice sur l’équilibre et l’avenir de ce système ? — Elle nous avertit formellement que le monde que nous voyons est encore profondément instable et inachevé : instable parce que les millions d’âmes (vivantes ou disparues) incluses aujourd’hui dans le cosmos forment un multiple branlant qui a besoin, mécaniquement, d’un centre pour tenir ; inachevé, parce que leur pluralité même, en même temps qu’elle représente une faiblesse, est une puissance et une espérance d’avenir — l’exigence ou l’attente d’une unification ultérieure dans l’esprit […]. Si le monde infrahumain est consolidé par nos âmes à nous, le Monde humain, à son tour, n’est concevable que supporté par des centres conscients plus vastes et plus puissants que les nôtres. Et ainsi, de proche en proche (de plus multiple en moins multiple), nous sommes amenés à concevoir un centre premier et suprême, un oméga, en qui se relient toutes les fibres, les fils, les génératrices de l’univers, — centre encore en formation (virtuel), si on envisage la complétion du mouvement qu’il dirige, mais centre déjà réel aussi, puisque, sans son attraction actuelle, le flux général d’unification ne pourrait soulever le Multiple. »

    1. Avatar de BasicRabbit en psychanalyse
      BasicRabbit en psychanalyse

      L’opposition chaos/cosmos est dans l’air depuis longtemps, et sans doute encore pour longtemps :

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Harmonie_des_sph%C3%A8res

      On sait maintenant que le cosmos est plus chaotique que ne le pensaient les anciens !

      Où en sont les matheux sur le sujet ?

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Groupes_d%27homotopie_des_sph%C3%A8res

      Pour espérer une unification il me semble clair qu’il soit nécessaire de « monter » en dimension infinie.

      En mathématiques cela signifie se placer dans les espaces de Hilbert. C’est le dada d’Alain Connes :

      https://www.youtube.com/watch?v=Y0-tt85Xhlg

      Il est question d’homotopie des sphères à 44’10 (S représente -je crois…- la sphère réduite à un point : S = Ω ? )

      Mais le sujet de la conférence « Mathématique et imagination » est intéressant en soi.

      [ La mathématique belge y est à l’honneur : Jacques Tits et le corps à un élément (à 41’25) ]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima ChatGPT Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta