« Union Maid » (« La syndicaliste ») de Woody Guthrie


Union Maid

Il était une fois une syndicaliste, elle n’a jamais eu peur
Des voyous et des gangsters, et des finauds de l’entreprise…
Et des shérifs adjoints qui faisaient des descentes.
Elle se rendait à la salle des syndicats lorsqu’une réunion était convoquée
Et quand les gars de la compagnie venaient dans les parages
Elle a toujours tenu bon.

« Oh, vous ne pouvez pas m’effrayer, je suis fidèle au syndicat
Je suis fidèle au syndicat, je suis fidèle au syndicat
Oh, vous ne pouvez pas m’effrayer, je suis fidèle au syndicat
Je reste fidèle au syndicat jusqu’à ma mort. »

Cette syndicaliste a su déjouer les pièges des espions de l’entreprise
Elle ne s’est jamais laissée berner par un larbin de l’entreprise
Elle organisait toujours les gars
Elle obtenait toujours ce qu’elle voulait quand elle demandait un meilleur salaire
Elle montrait sa carte au garde de l’entreprise
Et voici ce qu’elle disait :

« Oh, vous ne pouvez pas m’effrayer, je suis fidèle au syndicat
Je suis fidèle au syndicat, je suis fidèle au syndicat
Oh, vous ne pouvez pas m’effrayer, je suis fidèle au syndicat
Je reste fidèle au syndicat jusqu’à ma mort. »

Maintenant, vous les filles qui veulent être libres,
Vous devez prendre un petit conseil de moi :
Trouvez-vous un homme qui soit syndiqué et luttez ensemble pour la liberté
Parce que la vie de couple n’est pas difficile si vous avez une carte syndicale
Et un homme syndiqué a une vie heureuse s’il a une femme syndiquée.

« Oh, vous ne pouvez pas m’effrayer, je suis fidèle au syndicat
Je suis fidèle au syndicat, je suis fidèle au syndicat
Oh, vous ne pouvez pas m’effrayer, je suis fidèle au syndicat
Je reste fidèle au syndicat jusqu’à ma mort. »

Oh, encore une fois
Je n’ai pas le choix, je ne peux pas m’empêcher de m’en aller.
Je m’en tiens au syndicat, je m’en tiens au syndicat
Oh, tu ne peux pas m’effrayer, je reste fidèle au syndicat
Je reste fidèle au syndicat jusqu’à ma mort

Woody Guthrie (1940) sur une mélodie de Robert Schumann (1848)

Partager :

Une réponse à “« Union Maid » (« La syndicaliste ») de Woody Guthrie

  1. Avatar de fnh
    fnh

    Peut-être que ma mémoire me trompe, mais il me semble que vous aviez fait, il y a quelques temps, un billet sur Lautréamont.

    On trouve cette phrase dans « Les chants »:

    « Mais, sachez que la poésie se trouve partout où n’est pas le sourire, stupidement railleur, de l’homme, à la figure de canard. »

    C’est une bien belle poésie que vous nous faites partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima ChatGPT Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon Joe Biden John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta