47 réflexions au sujet de « Présidentielle, faut que ça bouge ! La grande abstention de la Gauche, par Stéphane Gaufrès »

  1. Pour mon brave Vigneron, « Tête Masseur » de nos cerveaux, en réponse à son excellent jeu de mots et d’autres choses encore postés quelques pages plus haut : « lordon / lourdon ».

    « Dans l’ironie, l’homme anéantit (…) ce qu’il pose, il donne à croire pour n’être pas cru, il affirme pour nier, il nie pour affirmer, il crée un objet positif mais qui n’a d’autre être que son néant (Sartre, Être et Néant)

      1. Et pour ce qui est de l’être , je préfère aussi Shakespeare et l’ironie selon Socrate et Kierkegaard , tant qu’elle reste sur sa phase « progrès » sans tomber sur la face « recul » du cynisme .

        Car l’ironie , comme la hache minoenne , peut aussi bien tuer l’attaquant que l’attaqué si l’on en fait une arme plutôt qu’un outil servi par une forme de don …artistique .

  2. Aprés les elections,et peut-etre la grande abstention à gauche, (et à droite ?) une enquete qui sera sans doute interessante :  » qui a , tout de même, voté ? »

    Les choses on l’air tellement mal engagées pour les partis institutionnels, que l’inoui ce sera peut-etre une abstention massive, inhabituelle pour une election presidentielle…

    allons nous aborder aux rivage de l’aprés-democratie décrite par Emmanuel Todd dans son livre aprés la démocratie ?

      1. Allons… Monsieur Vigneron…soyez beau joueur !

        Des intellectuels comme Emmanuel Todd, capables de predictions economiques , politiques ,geopolitiques, aussi souvent vérifiées par les faits…ils n’y en a pas beaucoup dans le paysage !
        Que ses prises de position soient si differentes des votres , ne devrait pas vous conduire à vous montrer ni injuste, ni meprisant à son encontre…enfin…ça vous regarde … mais utiliser le ON comme procédé pour entrainer à votre suite l’immense cohorte des lecteurs des commentaires de Paul Jorion, ah ça…! non ! Monsieur Vigneron, non ! vous allez trop loin…vous depassez les bornes…! j’ose esperer que de semblables faux pas vous attireront l’epais mépris sans fioritures, ni chichis , des autres contributeurs … j’appelle à la vindicte ! à l’insurrection ! ah zut , je m’etrangle ! ou que c’est que j’ai mis mes cachets ?

    1. Qui à tout de même, voté? Pour quelques éléments de réponse, inutile d’attendre que l’élection soit passée : Neuilly et la « Finance » ne s’abstiennent jamais!

      1. Si seulement Neuilly et la finance votaient , le nombre des votants serait merveilleusement infime , ridicule, en face d’un tsunami abstentionnel exceptionnel !

  3. Affiche détournée de « La grande Illusion », film culte de J. Renoir (1937)
    Ce titre me semble plus approprié concernant la candidature de Macron, j’attends avec gourmandise le simili débat qui aura lieu lundi soir, il a tout fait pour éviter une telle confrontation, se fera-t-il ‘démonter’ ?

    1. Je crois que le Monsieur comme le Benoit seraient bien avisés d’éviter les attaques ad hominem ou bassement politiciennes, danger, tout le monde y perdrait. Mais je sais qu’ils sont déjà avisés.

      1. Bien d’accord sur cet aspect qui pourrait être très négatif pour ces deux candidats, mais il s’agit surtout pour cette entrevue de jouer le rôle de révélateur de ce que sont les intentions véritables de Macron, un peu comme un papier photo plongé dans son bain révélateur, laisse apparaître l’image qui n’était que latente.

      2. C’est pas ça le problème, le problème c’est que la star du soir s’appellera Marine et s’ils ne veulent pas jouer les stars américaines…

  4. Le niveau est tellement critique que voter n’engage à rien, à tout moment le peuple peut destituer le politicien qui ne tient pas ses engagements. Si le peuple ne peut renverser le pouvoir corrompu c’est qu’il l’est tout autant.

    1. Une des plus comiques des pancartes à Monsieur, je crois que c’est « Inéligibilité des corrompus ». De deux choses l’une, ou la justice rend inéligible à vie un citoyen convaincu de corruption (ça va faire du monde et c’est to-ta-le-ment inadmissible) ou c’est le citoyen qui décide qui il élit et quel que soit son passif une fois passé un délai d’inéligibilité, bref comme aujourd’hui quoi.

      1. Ce n’est pas si comique que ça. Les affaires se succèdent, on peut oublier que le type en costume qui nous prend de haut, interrogé avec la bienveillance des journalistes, est un repris de justice. Pas aussi comique que la dépénalisation de la corruption des affaires.

  5. « Tous impuissants, tous irresponsables, tous planqués ».

    Si ceci s’adresse aux abstentionnistes, je pense que l’insulte est une très mauvaise stratégie d’incitation à participer, d’autant plus quand elle est aussi peu pertinente: La responsabilité des résultats d’une élection incombe en effet essentiellement aux votants, et accessoirement aux candidats.

    Essayer de faire porter le chapeau du fiasco qui s’annonce à ceux qui font le choix rationnel de ne pas participer à cette mascarade, c’est une sorte de comble.

    1. Je suis tout à fait d’accord avec vous Dissonance, et vous remercie d’y mettre ces mots que n’osait mettre, de peur d’avoir mal interprété l’intention de l’auteur….

      Cette sorte « d’externalité négative » de la responsabilité et culpabilité du législateur, comme d’une partie de la société civile, me déplaît…
      Qui de la citoyenneté est responsable et coupable d’avoir restreint les choix démocratiques (ou de les avoir dispersé divisé pour mieux régner dans le chaos), et d’avoir favorisé le dégoût, à défaut d’adhésion à l’absconse, l’incertitude… ???

      Qui peut assumer « les yeux dans les yeux » d’avoir instillé la désillusion (ou l’illusion de Macron, « d’une révolution par les urnes », etc), et le désespoir, qui se cristallisent dans une injonction contradiction rejetée aux seuls-es citoyens-nes (confronter à choisir entre « front républicain » et le fhaine, la peste ou le choléra) qui pensent que « quand il y a un flou, c’est qu’il y a un loup » et de fait il est raisonnable de s’abstenir autant de croire que d’acter par son vote, pour accorder la confiance à une « représentativité » (« providentielle ») d’un mandataire, de la délégation de notre pouvoir, qu’à l’institution dans laquelle elle va risqué, d’en user jusqu’à en abuser, les sauvera de tous leurs maux… ?

      1. Permettez de rectifier mes fautes et d’améliorer ce que ma précipitation (émotive) m’a fait rater…

        Je suis tout à fait d’accord avec vous Dissonance, et vous remercie d’y mettre ces mots que n’osait mettre, ma peur, ma crainte d’avoir mal interprété l’intention de l’auteur….

        Cette sorte « d’externalité négative » de la responsabilité et culpabilité du législateur, comme d’une partie de la société civile, me déplaît…
        Qui de la citoyenneté est responsable et coupable d’avoir restreint les choix démocratiques (ou de les avoir dispersé divisé pour mieux régner dans le chaos), et d’avoir favorisé le dégoût, à défaut d’adhésion à l’absconse, l’incertitude… (continuité des contrôles aux faciès, refus du droit de vote… discriminations à l’embauche et accès aux droits sociaux – logements sociaux manquant, NON REOURS, etc)???

        Qui peut assumer « les yeux dans les yeux » d’avoir instillé la désillusion (ou l’illusion de Macron, « d’une révolution par les urnes », etc), et le désespoir, qui se cristallisent dans une injonction contradiction rejetée aux seuls-es citoyens-nes (confronter à choisir entre « front républicain » et/ou le fhaine, la peste ou/et le choléra) qui pensent que « quand il y a un flou, c’est qu’il y a un loup » et de fait il est raisonnable de s’abstenir… autant de croire que d’acter par son vote, à accorder la confiance à une « représentativité » (« providentielle ») d’un mandataire, de la délégation de notre pouvoir, qu’à l’institution dans laquelle elle va risqué, d’en user jusqu’à en abuser (le vote blanc étant un marché identique – celui de ma « majorité silencieuse à qui on fait dire n’importe quoi même le contraire de ce qu’elle ne peut représenter- à celui des pauvres démunis-es, vulnérables, etc servant lors que lors des élections), les sauvera de tous leurs maux… ?

    2. Sauf votre culpabilité d’abstentionniste, je ne vois pas la raison qui pousse à cette lecture.
      Je lis plutôt une attaque contre les « responsables » de « gauche » incapables de faire l’Union tant désirée, puisqu’ils sont Impuissants à la faire, Irresponsables de ne pas la faire, ou Planqués dans leurs fauteuils d’élus à reconduire.

      Des I.P.P. quoi, comme Incapacité Permanente de Travail, rajoutez même un P ça mène à Infirmerie Psychiatrique de la Préfecture de Police de Paris (IPPP).

      1. J’ignorais qu’en m’exprimant ici sans avoir peur de dévoiler le fond de ma pensée, ni l’identité l’affirmant avec conviction, j’en serais à recevoir une « leçon de psychanalyse », sur mes défaut personnels, et ceux d’un « problème de défaillance » de perception du message (qui n’a qu’une grille de lecture, vous en être absolument sûr..?).

      2. Et vous me préconisez quoi entre des substances psychotropes (drogue douce) ou un traitement médicamenteux très suivi durant les 5 ans ou la défaite de la Gauche ensevelira le public électoral trahi, abandonné, dans un état de « quasi guerre civile » en plus de « l’Etat d’urgence permanent », et qui devra céder pour partie aux sirènes du fhaine derrière les discours sur la « République patriotique » (que ce soit la 5 ou 6 ième d’ailleurs), et pour l’autre partie dans l’abstention enterrant la Gauche et le clivage institutionnel, social, politique, droite/gauche, pour une bipolarité « mondialisation »/ « patriotisme »… ?

      3. @Rosebud1871

        Il y a pourtant au moins une excellente raison de faire cette lecture: L’habitude d’être confronté à ce genre d’accusations, qu’on a d’ailleurs vu poindre ça et là sur ce blog aussi.

        Ceci étant dit, votre lecture s’entend également. En attendant que l’auteur précise son intention…

      4. Juillot Pierre 19 mars 2017 à 18 h 42 min
        Désolé, oublié d’indiquer en tête de mon message « Dissonance 19 mars 2017 à 16 h 10 min » auquel ça s’adressait.
        je ne connais aucun énoncé qui du coté de « l’émetteur » ni du coté du « receveur » ne prête pas à ambiguïté de lecture possible.
        C’est même pour ça que je proposais un autre tour de lecture à Dissonance, qui se précipitait trop vite à mon goût.
        Je suis partisan de laisser aux auteurs sur la place publique le dernier mot sur la signification de ce « qu’ils ont voulu dire ». Mais personne n’est obligé de les croire…

      5. Juillot Pierre 19 mars 2017 à 19 h 05 min

        Pour vous tranquilliser, signez donc cette pétition :
        https://www.change.org/p/le-peuple-fran%C3%A7ais-appel-des-psychanalystes-contre-marine-le-pen-9cbfc4db-4c1b-4c1a-b8ef-f8b39425124b

        Personne ne vérifiera votre occupation professionnelle, personne n’a jamais pu définir clairement ce qu’était (au sens d’ « Être ») un psychanalyste, et je suis certain que presque tous ne souhaitent pas qu’une 6ème constitution s’en mêle !

      6. @Dissonnace, Julliot Pierre, Rosebud1871 : Oui, j’ai écrit les trois « tous » en pensant fortement à H&M. En dézoomant je me suis aperçu qu’il y avait quelque chose de pas raccord avec le titre en bas, qui renvoyait aux premières lignes de façon ambigüe. Mais ce « renvoi » et cette double lecture m’a paru finalement intéressant, pas pour qualifier les abstentionnistes (j’ai toujours un faible pour les désespérés…) mais plutôt pour l’ensemble du conglomérat électeurs/médias/politiques, qui s’enfonce depuis des années dans un déni massif. Déni qui est en train de préparer tranquillement une déflagration qui peut être vue comme un FN/Trump mis à l’exponentielle du nombre des pays du monde qui sont dans notre situation.
        « Planqués » est le mot qui me semble le mieux décrire la situation, des politiques bien-sûr, mais je trouve que les électeurs aussi se mettent un bras devant les yeux.

  6. Je dis çà,
    Je dis rien,
    Mais pour la suite on peut envisager un mode de scrutin et le travail de David Louapre qui à la base est un scientifique mérite de passer 10 minutes avec lui pour découvrir le type de scrutin qui enfin nous libèrerais du vote anti et:ou de l’abstention.
    Ce jeune scientifique à quand même commis un bouquin sur le Bozon de Higss et propose à ceusse qui sont plus des sciences sociales un mini série sur les biais cognitif.
    Alors bon visionnage
    https://sciencetonnante.wordpress.com/2016/10/21/reformons-lelection-presidentielle/
    Biais cognitif l’effet de halo
    https://www.youtube.com/watch?v=xJO5GstqTSY
    Biais cognitif l’effet d’ancrage
    https://www.youtube.com/watch?v=fxTxU0Echq8
    Les coûts irrécupérables
    https://www.youtube.com/watch?v=GCmfXMMhRzk
    Et moi, moi, moi, moi je m’abstiendrai après avoir voté pour la première fois en 1981 pour Mitterrand, qui je l’ai appris bien plus tard fût décoré de la Francisque par Pétain.
    Déjà tous pourri ?
    Comment se fait il Monsieur Jorion vous qui m’avez éclairé sur le pourquoi il nous est impossible d’éviter la fin de l’espèce humaine, comment se fait il que la fonction suprême soit occupé par de gens de si peu de vertus ?

      1. J’aurais plutôt dit la conscience, plutôt que la vertu. (la démocratie suppose un peuple éclairé et surtout pas, au contraire, enfumé)

      2. Si on accepte que la vertu est un stade fort éloigné de la culture humaine, une longue éducation donc une condition peu « naturelle », ne peut-on pas commencer par constater, comme Pierre Rosanvallon l’a fait plusieurs fois, que la démocratie réclame de véritables procédures d’évaluation à tout moment ? Et pas seulement de ses zélus ! Car eux, il semble qu’ils n’aiment pas être évalués !
        Mais aussi par exemple apprendre à décrypter des appels d’offre, à en pratiquer une pédagogie et des compte rendus critiques des travaux des cours des comptes locales, régionales, etc. et les corrections imposées. Bref on pourrait en enseigner les compte-rendus et les recommandations pour limiter sinon éviter des tentations de facilité ? Ce n’est qu’un exemple parmi mille autres. OK c’est un peu ambitieux ?

      3. @Vigneron :

        J’avais les mêmes sources que Robespierre , et n’en ai pas encore trouver de meilleures .
        Oscar Wilde l’avait aussi un peu traduit en rapprochant Démocratie et Aristocratie ( dont la condition est l’Honneur selon Montesquieu) en écrivant :

        « Dans une démocratie réussie , tous les citoyens sont des aristocrates « 

      4. « Dans une démocratie réussie , tous les citoyens sont des aristocrates «

        Bien vu ! Merci juan pour cette pensée que je partages.

    1. @ Quel Art Pierre

      Pour vous éviter une nouvelle déception, je vous informe, si vous ne le savez déjà, que JLM a été trotskiste tendance lambertiste ainsi que son nouvel économiste Liem Hoang Ngoc, mais je ne sais pas s’il ont obtenu des breloques pour leurs services 😉

  7. Rosebud1871 dit :
    19 mars 2017 à 19 h 24 min

    Merci de m’avoir fait découvrir cette pétition que j’ignorais et me conforte dans un ressenti partagé qui croissant inquiète. Quand à me tranquilliser, ce sera autre chose. Mais j’espère aussi ne pas vous avoir induit en erreur dans une faute d’orthographe (c’est ici « …celui de ma « majorité silencieuse … » ou j’ai confondu « la » avec « ma »), au sujet de ma profession (chômeur en « fin de droit », sans droit au RSA, depuis des lustres, plus de 4 ans), par rapport à la répartie que je vous ai envoyé avant de prendre connaissance de votre erreur de destinataire. En effet j’attends aussi que l’auteur apporte des éclaircissement sur les intentions des mots qui dans cette affiche et tentative artistique induise l’ambivalence, l’ambiguïté, signe peut être de l’époque que nous vivant…

    1. Rosebud1871 dit :
      19 mars 2017 à 19 h 24 min

      Pourquoi ne peut on plus sur ce blog corriger ses fautes d’orthographes, et/ou améliorer, peaufiner ses idées… ? Voilà donc le « produit fini ».

      Merci de m’avoir fait découvrir cette pétition que j’ignorais et me conforte dans un ressenti partagé qui croissant inquiète. Quand à me tranquilliser, ce sera autre chose. Mais j’espère aussi ne pas vous avoir induit en erreur dans une faute d’orthographe (c’est ici « …celui de ma « majorité silencieuse … » ou j’ai confondu « la » avec « ma »), au sujet de ma profession (chômeur en « fin de droit », sans droit au RSA, depuis des lustres, plus de 4 ans), par rapport à la répartie que je vous ai envoyé avant de prendre connaissance de votre erreur de destinataire. En effet j’attends aussi que l’auteur apporte des éclaircissements sur les intentions des mots qui dans cette affiche et tentative artistique induisent l’ambivalence, l’ambiguïté (comme le souligne très bien Dissonance ici « …L’habitude d’être confronté à ce genre d’accusations, qu’on a d’ailleurs vu poindre ça et là sur ce blog aussi… »), signe peut être de l’époque bouleversée que nous vivant…

  8. 100 % des abstentions auront conforté le vainqueur. N’est ce pas aussi une tradition française ? Certes désespoir mais logique de dégoût de la corruption, paresseusement destructrice de Citoyenneté et de Démocratie. La démocratie par la bureaucratie ne fait pas correctement son travail en laissant les privilèges ( = loi très particulière, donc hors la loi du vulgum pecus) et qui permettent de piétiner « légalement » l’esprit des Lois.

    1. Jean Francois Le Bitoux dit :
      20 mars 2017 à 8 h 30 min

      Jusqu’à quel pourcentage d’abstention (plus de 30, 40, 50, 60, 70…%) vous défendrez cet argutie, qui légitimerait alors les plus mal élus-es (élection de Trump obtenue que par le vote de l’establishment –-et autres soupçons d’ingérence, de piratages, etc – par exemple, qui lui accorda les pouvoirs au contraire des votes populaires) des « représentativités », d’un système corrompu comme vous le soulevez… ? Est-ce qu’inversement à votre position ceux et celles votant encore ne confortent pas quelque part et la corruption (les promesses de les éradiquer, d’être plus « vertueux-euse » que… n’ayant toujours convaincu que ceux et celles y croyant – voir la progression de l’indécision de des électorat), et les failles béantes du système devant les faire élire, malgré les engagements de le réformer de fond en comble, dépendants eux de ce que l’incertitude croissante, le chaos en devenir (crack financier, « crises écologiques », « guerres de civilisations », pandémies, etc), seront les contrarier… ?

      1. 65% d’abstention lors du vote pour élire la constituante dans le grand village/la grande famille qu’est l’Islande si je ne me trompe. Ou comment tuer dans l’œuf, c’est plus rapide que de couper les ailes au zoziau petit à petit par abstention croissante.
        Sinon, oui, c’est arithmétique, 1% d’abstention de gauche augmente de 1% le score de la droite (49,5% deviennent 50%).

      2. La question est à quel niveau d’abstention devrait-on pouvoir éliminer les candidats en présence comme « très insuffisants pour le poste à occuper » ? Il y a effectivement un fossé difficilement quantifiable entre « qualité appréciable » et « quantité mesurable » des promesses et de la corruption – au sens le plus large, qui n’implique pas forcément de s’en mettre immédiatement plein les poches. Mais nous attendons de la part des strates supérieures du mille feuille, une exigence croissante de sérieux dans les fonctions exercées. Et quand cette exigence est trompée, cela signifie que le premier venu une fois Zélu, l’oint du peuple, peut faire n’importe quoi sur la base de « faits alternatifs » les plus affligeants. Bush a déclaré la guerre à l’Irak sur une succession de faits alternatifs que les démocraties ont « acceptés ».
        C’est bien une dérive normale et naturelle d’un opportunisme sans frein vers la pathogénie ( dis-ease = dysfonctionnement) puis des pathologies franches et déclarées, maladies chroniques puis aiguës, dès que nos défenses (spécifiques ou non) sont débordées : et voilà pourquoi les Lumières s’obscurcissent, la citoyenneté oubliée, à part cela tout va très bien, Mme la Marquise,;..
        Ce qui est et sera de plus en plus le cas, devant une avalanche croissante de vérités alternatives que nous ne saurons pas endiguées.

  9. vigneron dit :
    20 mars 2017 à 11 h 06 min

    Comparer le vote pour une constituante à celui pour des présidentielles (et législatives en suivant), qui puis est entre deux pays dont la démographie, et culture politique, sociale, etc etc, n’ont rien de comparable, et dont les enjeux électoraux, sont en rien similaires, est-ce raisonnable, rationnel, ou faire des amalgames et du simplisme, que ne renierait pas le populisme débilitant du fhaine, surtout pour en conclure qu’à une voix abstentionniste de gauche, une voix de droite gagne (Elle est crée par « magie »…? Comme si à droite il n’y avait pas de dégoût et d’abstention avec les affaires Fillon, et du fhaine)…?

    1. Je parle bien de constituante et le taux de participation des exemplaires Islandais ne prêche pas l’optimisme.
      Je ne me fais aucun souci pour la star mondiale des élections (à égalité avec Miss Univers et LOLcat Of the Year), la présidentielle trisocolore, elle fera ses 75/80% de bons citoyens au 1er comme au 2nd.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *