Envoyez par mail 'Petites et moyennes banques américaines : pourquoi ce sera pire cette fois-ci' à un ami

Envoyez une copie de 'Petites et moyennes banques américaines : pourquoi ce sera pire cette fois-ci' à un ami

* Required Field






Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.



Separate multiple entries with a comma. Maximum 5 entries.


E-Mail Image Verification

Loading ... Loading ...
0Shares

32 réflexions sur « Petites et moyennes banques américaines : pourquoi ce sera pire cette fois-ci »

  1. Il aurait presque été agréable, pour ces banques et pour le gouvernement US, d’avoir 5 ans pour mettre en place un plan censé.
    Hors, ce n’est pas la seule voie d’eau du navire.

  2. Merci vivement pour cette question et sa réponse.
    J’avoue que j’ai eu dernièrement un grand pincement au coeur quand j’ai entendu dire à la radio que « c’était le plus grand nombre de faillites bancaires … depuis 1992 ».
    Quoi, me suis-je écrié, même ce Jorion nous mène par le nez, en fait tout un fromage, forcément pour faire l’intéressant, pour vendre … etc, le nombre actuel de faillites n’étant pas si extraordinaire, on a déjà vécu ça sans histoire et cela n’a rien du tout d’exceptionnel !

    Je suis réconforté – maintenant je sais que le MENSONGE est ailleurs, dans l’autre camp, chez ceux qui font tout
    pour minimiser la situation actuelle et pour nous y habituer !!

    Et j’ose avancer qu’un exemple parfait, et à point nommé, de l’explication de la différence entre les deux périodes que vous avez justement donné est la requête aujourd’hui même de la part de CIT de se mettre sous la protection du Chapitre 11 des lois fédérales sur les faillites – CIT qui prétait surtout aux commerces de Main Street, Dunkin’ Doughnuts, n’est-ce pas ?!!!!

  3. si rapproche ce raisonnement au demeurant fort logique des déclarations de Monsieur TRICHET demandant un renforcement des fonds propres des banques, on ne peut que se poser la question sur l’efficience des provisions passées par les banques européennes !!!!

    je soumet à vos lectures ce très intéressant articles de M.SANTI

    http://www.gestionsuisse.com/ArticleDetail.asp?id=622

  4. Le spécialiste américain du crédit aux petites et moyennes entreprises CIT a lancé dimanche une procédure de dépôt de bilan, incapable de se refinancer après la crise financière internationale.

    Ce groupe centenaire compte environ un million de clients aux Etats-Unis et sa mise en faillite, si elle était attendue depuis des mois et ne devrait avoir qu’un impact limité sur les marchés, risque d’aggraver la contraction du crédit et de peser sur l’économie réelle.

    Le groupe CIT avait 71 milliards de dollars d’actifs.

    Il s’agit ainsi de la quatrième plus grosse faillite de l’histoire américaine après celle de Lehman Brothers l’année dernière (639 milliards d’actifs), World Com en 2002 (104 milliards) et General Motors (91 milliards).

    http://www.lesechos.fr/pme/conjoncture/reuters_00197442-cit-depose-le-bilan.htm

    1. Il me semble que pour l’instant il n’y a que la maison mère qui est concernée par le dépot de bilan et donc seulement ses 19 milliards (?) d’actifs concernées.

  5. Pour cette question, je vous soumets ici le site

    http://online.wsj.com/public/resources/documents/info-Failed_Banks-sort.html

    qui donne graphiquement et avec historique les noms des banques en faillite depuis 2007. À la date de ce jour, ils n’ont pas introduit la faillite de la banque CIT. Mais le « score » momentané est de 131 (sans la CiT). Je souligne que c’est une page du site du « Wall Street Journal ». Il n’a pas la réputation de dire du mal du système financier actuel.

    Cette page ne concerne que les banques.

  6. Il suffit d’aller là pour ce rendre compte que ce qui nous arrive sur la tronche est du jamais vu…
    C’est le « perfect storm… »

    http://www.federalreserve.gov/releases/chargeoff/delallsa.htm

    et il suffit de raccorder les tuyaux : se souvenir que le taux de leverage est beaucoup élevé que dans les années 1990, les artifices comptables, dérivées de toutes sortes ont été utilisé pour ENCORE maximiser ce même levier…

    pour arriver à la seule conclusion possible… Le secteur bancaire US dans son ensemble est en banqueroute.

  7. Une question un peu idiote : le nombre de faillites aujourd’hui est-il proportionnellement égal à celui de la dernière crise dans les années 80 ?

    Est-ce que le nombre d’établissements financiers a augmenté en 20 ans ? Sinon, la différence est de quelle ampleur ?

    Peut-être que cela n’a aucun intérêt pour évaluer l’impact de ces faillites ?

  8. Pour revenir à la question posée, à savoir, si on peut comparer le nombre de faillites pendant la crise des S&L et la crise actuelle, la réponse est « pas vraiment ». lol
    En fait, de mémoire, pendant la crise des S&L (années 80 et 90), les régulations existantes faisaient qu’une banque ne pouvait pas avoir des agences dans plusieurs états ou même plusieurs comtés. Une banque, pour s’installer dans un autre état (voire comté), devait créer une filiale dédiée (je simplifie). De cette manière, on se retrouvait avec un grand nombre de banques composés de 2-3 agences… Cela explique le grand nombre de banques fermées pendant la crise des S&L pour un coût finalement assez minime (sarcasme). J’avais lu 150 milliards de dollars dans un article il y a quelque temps pour ma part.
    Sinon, le déroulement de la crise des S&L est comme explique Paul tout à fait « savoureux ». Les S&L commencent à avoir des difficultés au début des années 80 (quand les taux d’intérêt montent alors qu’elles ont prêté à taux fixes bas) et se ruent dans la spéculation pour se refaire (immobilier commerciale notamment), avec le consentement des autorités de régulation (qui espèrent ainsi à ne pas avoir à les renflouer). La bulle de l’immobilier commercial explose un peu plus tard et l’état US via le RTC doit faire le ménage.

  9. Pour être tout à fait clair, chaque filiale de banque compte pour une banque dans les statistiques des années 80-90.

  10. Bonjour Paul,

    un grand merci pour votre réponse !

    Quand une banque fait faillite, elle est souvent reprise par une autre et on annonce le montant de ses actifs.

    Etats-Unis : plus de 100 faillites de banques régionales cette année [ 24/10/09 – 04H14 – AFP ]

    Le nombre de banques régionales ayant fait faillite depuis le début de l’année aux Etats-Unis a passé vendredi le cap des 100 avec l’annonce de 7 nouvelles fermetures dans tout le pays.

    Au total, 106 banques régionales ont fait faillite dans le pays en 2009. Le seuil des 100 faillites en un an n’avait pas été dépassé depuis 1992, lors de la crise des « Savings and loans », des caisses d’épargne américaines.
    Partners Bank « est la 100e banque assurée par la FDIC à faire faillite dans le pays cette année », a indiqué la Compagnie fédér ale de garantie des dépôts bancaires américaine (FDIC) dans un communiqué.
    Partners Bank, située en Floride et dont les actifs atteignaient 65,5 millions de dollars, va être rachetée par une banque du même Etat, Stonegate Bank, qui va également acquérir Hillcrest Bank Florida, autre banque en faillite (83 millions).
    La FDIC a parallèlement annoncé vendredi la fermeture de Flagship National Bank (Floride, 190 millions), d’American United Bank (Géorgie, sud-est), dont les actifs s’élevaient à 111 millions de dollars.
    Les trois autres institutions dont la fermeture a été annoncée vendredi sont toutes situées dans le nord du pays: Riverview Community Bank, qui pèse 108 millions de dollars (Minnesota), Bank of Elmwood (327,4 millions, Wisconsin), Dupage Bank (279 millions, Illinois).
    Toutes ces banques vont être rachetées par d’autres banques régionales. Au total, leurs actifs s’élèvent à 1,164 milliard de dollars.
    Les actifs des 106 banques ayant fait faillite en 2009 atteignent 107,31 milliards de dollars.
    La plus grosse banque à avoir fermé ses portes cette année est la Colonial Bank, dont les actifs pesaient 25 milliards de dollars.
    Source http://www.lesechos.fr/info/finance/afp_00195153-etats-unis-plus-de-100-faillites-de-banques-regionales-cette-annee.htm

    Mais est-ce une perte pure ? Est-ce ce schéma quand on dit que la banque à 500 M$ d’actifs. En fait, après dépréciations, elle est en faillite, donc Pertes = Actif Net – Passif Net <0.

    A-t-on alors une perte de 500 M$, payée par la FDIC, et la banque Tirelire reprend les clients, etc.

    Ou alors, a-t-on Perte = 500 M$ – 600 M$ = -100 M$ payés par la FDIC ?

    Je ne comprends pas l'intérêt de publier des stats aussi détaillées, du nombre de faillites, et ce depuis 1934, mais ne pas évaluer les montants.

    C'est sur que si on mélange 5 caisses d'épargne locale de 10 M$ (dont 3 filiales) et Citygroup, ça frôle le "pâté d'alouette" (parfaite égalité : 1 cheval pour 1 alouette)…

    Cordialement

    Olivier

    1. Bonjour,

      C’est une tentative de réponse je ne suis pas expert.

      Tout d’abord « actif net » ne veut plus rien dire en ces temps troublés :), il est devenus impossible de mettre un prix à quelque chose tant qu’il n’a pas trouvé acquéreur. Il vaut mieus raisonner en terme de passif qui correspondent aux dettes et qui lui est en général « transparent ».

      Toutes ces banques vont être rachetées par d’autres banques régionales. Au total, leurs actifs s’élèvent à 1,164 milliard de dollars.?

      Cette « allégation » est donc à prendre avec bémols, guillemets et circonspection.

      Mais est-ce une perte pure ? Est-ce ce schéma quand on dit que la banque à 500 M$ d’actifs. En fait, après dépréciations, elle est en faillite, donc Pertes = Actif Net – Passif Net <0.

      A-t-on alors une perte de 500 M$, payée par la FDIC, et la banque Tirelire reprend les clients, etc.

      Ou alors, a-t-on Perte = 500 M$ – 600 M$ = -100 M$ payés par la FDIC ?

      Il existe un nombre incroyable de banques pour lesquels Passif Net – « Actif Net » < 0. Le système bancaire est très largement insolvable dans son ensemble.

      Tant que les banques ont du cash, elles se taisent (ou communiquent tt va très bien) et attendent. La FDIC intervient pour protéger les épargnants quand le cash vient à manquer.

      Je suppose qu'elle se met d'accord avec les banques "repreneuses" pour reprendre à son compte les actifs les plus pourris (et illiquides) et honorer les prochaines échéances du bilan de la failed bank, les épargants ne sont pas les seuls créanciers des banques.

      Le coût pour la FDIC est difficile a apprehender car il n'est pas encore arrêté au moment de la fermeture, il ne le sera que quand elle se sera débarassé de tous les actifs qu'elle a pris à sa charge. A mettre en face des engagements qu'elle a honoré à la place de la failed bank, tu obtiens le coût pour la FDIC.

      Je ne suis pas sûr d'avoir été très clair. Quoiqu'il arrive, le montant pour la FDIC ne peut pas dépasser la taille de la valorisation des actifs repris.

    2. PS: Bien sûr la taille des actifs représente la taille du bilan et donc du passif.

      Mais il serait plus honnête de la part de l’industrie de parler de la taille du passif de ces banques qui elle n’est pas sujette à caution.

      Si en face des actifs toxiques ils n’y avaient que les fonds des actionnaires, ces banques ne seraient pas en faillites et il n’y aurait pas de problème.

    3. Actif net = passif (– ) dettes = fonds propres.

      Actif net est donc un autre terme pour dire fonds propres.

      La banque a 500 M$ d’actifs avant dépréciation. Si (hypothèse) ces actifs perdent 10% de leur valeur la banque va comptabiliser à l’exercice n une provision pour dépréciation de 50 M$ (en charge dans son compte de résultat). Si avant dépréciation son résultat était de disons 10 M$ elle va afficher une perte de 40 M$ (50-10). Cette perte va être imputée en moins sur ses fonds propres, donc sur son actif net.

      La banque devient insolvable si elle ne peut couvrir son passif exigible (ce qu’elle doit aux autres banques et à ses clients) avec son actif disponible (ce que lui doivent les autres banques et ses clients : les crédits qu’elle a consenti). Plus elle déprécie ses actifs, plus elle diminue ses fonds propres, plus la part de son passif exigible devient importante dans son total de bilan. Passé un certain seuil elle ne peut plus rembourser une partie de son passif exigible : faillite.

      Dans les grandes banques commerciales (européennes et étasuniennes) les fonds propres sont faibles comparés au volume total des actifs. Plus ce total est important, plus une variation, même modeste, impactera (provision pour dépréciation) son résultat. Cf. Lehman…

      La FDIC prendra à sa charge la partie du passif exigible que la banque en faillite n’est plus capable de rembourser (une partie des dépôts de la clientèle).

      Wikipédia :

      Le Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC) est une agence fédérale américaine dont la principale responsabilité est de garantir les dépôts bancaires faits aux États-Unis jusqu’à concurrence de 200 000 USD en 2009[1]. Le FDIC préserve et favorise la confiance populaire dans le système financier des États-Unis :

      • en assurant les dépôts des particuliers dans les banques et les institutions d’épargne ;
      • en limitant l’effet de la faillite d’une institution financière sur l’économie et le système financier.

      Suite à la crise financière de 2008, son rôle s’est substantiellement modifié. Par exemple, en novembre 2008, elle a décidé d’assurer en partie les dettes des institutions financières américaines[2].

  11. Questions :
    Quid des « Crédit unions » qui semblent dernièrement mieux tirer leur épingles du jeu que les banques?
    Quel type de structure ont-elles? (un site intéressant à ce titre : Bankimplode.com).

    Est-ce que cela va être la course à l’enviable statut de « too big to fail »? Voir par exemple les reprises de banques « saisies » par US bankcorp.

    Quand à CIT ça n’est « que » le dépôt de bilan de la holding (pour l’instant?) ; cout estimé pour les actionnaires et détenteurs de titres de dette de 10 milliard de dollars. Ne peut on considérer que le refus d’octroyer 1 milliard d’aide supplémentaire de la part des autorités américaines et le battage médiatique autour des possibles nouvelles banques en Grande-bretagne et des projet de loi pour gérer un éventuel démembrement de mégabanque aux USA sont à double objectif : montrer que l’on fait quelque chose et envoyer un message subliminal à « la finance » du genre : « plus de calme ou de discrétion sinon on pourrait être tenté de… »?

  12. Merci pour le parralèlle.

    Quant est il des banques européennes, belges et françaises voir neerlandaises svp?

  13. @VBS

    Le nombre de faillites et sa comparaison avec la S&L crisis (en nombre de faillites ou en taille des actifs) n’a aucun intérêt ce qui est important est la capacité de remboursement des prêts octroyés des intervenants.

    J’ai fait toute une chiée de tableaux pour comparer les différentes crises…
    le seul critère que je ne prends pas en compte sont :
    – la dette bancaire (donc les fonds propres)
    – la situation sur les activités autre que prêts…

    Voila la comparaison sur les principaux secteurs :
    Accrochez vous…

    http://img202.imageshack.us/img202/6805/assetqual1.jpg

    situation comparée de nos chers amies les banques par rapport à un repère 2001-12-31 qui se lit :
    situation au pic de la crise précédente base 100 et comparaison suivant la date…

    C’est à dire je pose au 31-12-2001
    – en-cours de prêts = 100
    – delinquencies = 100
    – charge-off = 100

    et je fais une règle de trois pour chaque critère suivant le :
    (total réel « asset ou delinq ou charge off » à la date X / total réel « asset ou delinq ou charge off » au 31-12-2001) * 100 pour rendre compte de la vigueur de la « crise »…

    A crise d’ampleur équivalente
    si le total asset à une date x est de 250, alors les delinquencies doivent aussi être à 250, et les charge off aussi… Ben oui…
    si le total asset à une date x est de 50, alors les delinquencies doivent aussi être à 50, et les charge off aussi…
    Ben oui…

    On voit l’évolution de la quantité « prétée », l’évolution des défauts et retards par rapport à deux crises (1991 et 2000), et donc on peut faire des comparaisons…

  14. dans le dernier tableau un libellé est erroné il faut lire commercial and inductrial au lieu de credit card et la date est 31-12-2001 et non la date mentionnée

  15. Voici votre dose mensuelle de CMBStress – cadeau de l’agence Realpoint

    Voir le graphique pour les défauts sur l’immobilier commercial. Selon Realpoint, le taux de défaut est de 3,94 % en sept. C’est les défauts (delinquency), pas les retards de paiement (non-performing).
    L’article mentionne aussi les problèmes de refinancement (Balloon payments) : mauvaise « qualité » de la contrepartie, avec la possibilité que les emprunteurs maettent simplement la clé sous le paillasson.

    http://ftalphaville.ft.com/blog/2009/11/02/80901/your-cmbs-tranche-is-in-the-mail/

  16. delinquency sont les retards de payements + 30 jours de retard…
    non performing = + 90 jours de retard

    selon mes informations…

  17. Bonjour, merci pour vos réponses !

    Je suis bête, bien entendu, Actif = Actif net (je me suis replongé dans de la compta ces jours ci, d’où l’embrouillage lol)

    J’ai trouvé plus d’informations ici :

    http://www.calculatedriskblog.com/2009/10/fdic-bank-failure-update_31.html

    avec le graphique des faillites ici

    http://1.bp.blogspot.com/_pMscxxELHEg/Suwv059XObI/AAAAAAAAGsQ/OEWzpRAa-G0/s1600-h/FDICWeeklyOct.jpg

    et

    http://1.bp.blogspot.com/_pMscxxELHEg/Suwv1Oa-7xI/AAAAAAAAGsY/Zf7VLDx8I28/s1600-h/FDICYearlyOct.jpg

    Le FDIC est donc à sec, comme on le voit ici :

    http://1.bp.blogspot.com/_pMscxxELHEg/SsgUCTR1JGI/AAAAAAAAGgc/NMu2h0Pj2UU/s1600-h/FDICDifOct22009.jpg

    Pas grave, la liste des non officielel des banques à problème est montée à 500 :

    http://www.calculatedriskblog.com/2009/10/unofficial-problem-bank-list-grows-to.html

  18. Pourquoi ce sera pire …
    C’est en fait déja pire que « ce sera pire », en un graphique la mort clinique de Main street (données Fed ):

    http://www.businessinsider.com/its-the-worst-ever-credit-crunch-on-main-street-2009-10

    L’analogie entre l’économie d’endettement et l’alcoolisme est stupéfiante de vraisemblance.
    On commence par boire/ s’endetter car tout est plus facile, on finit un jour par le faire car on n’a plus le choix, c’est la définition clinique retenue pour l’alcoolisme, elle semble valable pour cette économie d’endettement qui a dépassé le point de non retour.

    Et la ils vont tous droit au delirium tremens, en fait ils en ont déja quelques symptômes. Un Delirium Tremens fait suite à un arrêt brutal de l’alcool il n’arrive pas pendant la consommation (contrairement à une idée reçue). C’est extraordinairement pénible je ne le souhaite à personne.

    Il reste à prier pour que l’Europe ait su dresser un firewall.

  19. et si on reparlait un peu de la courbe des taux ?
    comment, en Europe les banques de dépôts vont-elles lutter contre les organismes de crédit se finançant avec les largesses de la BCE et ses liquidités distribuées à 1% ?
    merci

Les commentaires sont fermés.

*Le seul Blog optimiste du monde occidental*