Les gouvernements d’union nationale

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Je terminais ma chronique pour Le Monde Économie du mois d’avril intitulée Le fil rouge de la manière suivante :

Qu’on ne s’y trompe pas : les chamailleries au sein de la zone euro au cours des semaines passées ne relèvent pas de la comédie mais de la tragédie. Suivons du regard le fil rouge : ce que nous voyons, c’est le repli des nations sur elles-mêmes dans un « Sauve qui peut ! Chacun pour soi ! » généralisé. La Chine et l’Allemagne ont indiqué la marche à suivre. Les gouvernements d’unité nationale sont pour bientôt, quand il sera devenu évident aux yeux de tous qu’aucun parti ne connaît à lui tout seul la solution des problèmes insolubles qui se posent, suivis alors de Comités de Salut Public, quand il sera clair que même tous ensemble ils n’y comprennent rien et – si Dieu nous prend alors en pitié – suivi enfin d’un nouveau Conseil National de la Résistance, au moment où il faudra, par-delà les divergences conçues aujourd’hui comme irréductiblement inconciliables, lancer une ultime tentative de sauver ce qui peut encore l’être.

Je crois de manière générale à ce que j’écris, je n’en ai pas moins été surpris de retrouver cette notion de gouvernement d’unité ou d’union nationale dans les réflexions d’un fonctionnaire des institutions européennes à Bruxelles avec qui je viens d’échanger quelques mails. Quand je lui demande ce qu’il suggère qu’on fasse, il me répond ceci :

1) inflation contrôlée (la ligne de Blanchard renforcée) [1]

– la déflation est intenable (voir la Grèce hier)

– un nouveau contrat social en faveur des emprunteurs/travailleurs (contre les rentiers/retraités) : la seule façon d’éviter une guerre civile jeunes/vieux à l’horizon 2050. D’un point de vue « jeune contribuable », les inconvénients d’une trop forte inflation sur des retraites moins réactives que les salaires ne sont après tout que le remboursement forcé de ce que les baby boomers nous ont pris (don’t take it personally).

2) gouvernements d’union nationale partout en Europe : c’est la guerre, le clivage gauche/droite apparaîtra vite dérisoire face à ce qui nous attend.

Si l’on n’évoque plus seulement les gouvernements d’union nationale dans mes billets, mais à Bruxelles également, les événements se précipitent singulièrement.

===========
[1] La « ligne de Blanchard », c’est une allusion aux propositions faites par Olivier Blanchard, Giovanni Dell’Ariccia, and Paolo Mauro dans un rapport du FMI daté du 12 février et intitulé : Rethinking Macroeconomic Policy d’autoriser une certaine inflation pour éviter la « trappe à liquidités », l’incapacité des banques centrales à jouer sur le révision des taux d’intérêt courts en raison du fait qu’ils ont déjà été ramenés à un très bas niveau.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager

49 thoughts on “Les gouvernements d’union nationale”

  1. Le gouvernement d’union nationale, autre nom du gouvernement des hauts fonctionnaires? Je suis sûr que ça a toujours été une tentation à Bruxelles, comme dans certains ministères.

    Ce n’est pas d’un gouvernement d’union nationale dont nous avons besoin, mais d’un gouvernement de gauche offensif et novateur!

  2. Où il est question de « la ligne de Blanchard ». Noyer et Casanova prennent clairement le chef économiste du FMI pour un demeuré.

    http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/rumeur/fiche.php?diffusion_id=83410

    Par ailleurs, que signifie ce « c’est la guerre » ? Se prépare-t-on à Bruxelles à un peu plus qu’une guerre économique impitoyable – ce qui est déjà effrayant (faire renaître le William Munny qui sommeille en chacun de nous) ?

  3. qui touchera encore une retraite en 2050 ??? les sénateurs-députés ???, les PDG-parachutes-dorés ??? , mais et après ??? combien seront morts avant la retraite, combien du fait de la décote, n’auront droit qu’au minimum retraite ??

  4. Pour que l’inflation des salaires suivent, il faudra imposer les produits importés. Au passage cela me semble difficile dans les domaines du service (IT, centres d’appels, etc.) et tous les flux immatériels.

    Sinon il y aura bien une inflation mais sans hausse des salaires avec un effet ciseau qui fera encore plus de dégâts chez les ménages.

    De plus l’inflation serait très injuste pour les fourmis qui n’auraient pas participé à la bulle immobilière se constituant en // un apport. On sanctionnerait un agent économique qui se serait comporté de façon rationnel, alors qu’au final un agent s’étant endetté pour des actifs surévalués se verrait récompensé par la diminution du poids de sa dette.

    Bref, encore un pas de plus pour ne pas responsabiliser les gens.

    1. Bonjour,

      Il est en effet à craindre que l’inflation ne soit pas celle des salaires (sans compter qu’il y a de moins en moins de salariés dans un contexte de délocalisation à outrance et de désindustrialisation au stade terminal), ce qui réduirait à néant une grande partie de la belle démonstration du FMI.

      Cordialement,

    2. Laissons « les gens » tranquilles.
      Les banquiers, hedge-funds, et autres
      parieurs sans risque ont besoin d’ être
      réformés et reformés en profondeur.
      Qu’ils montrent ce qu’est la responsabilité,
      le loyauté et l’ ardeur au travail.
      Une pratique morale robuste donnerait
      à ce monde compromis une toute autre réputation…

    3. @VB
      Cette inflation est pire que le mal. Le véritable terme c’est la stagflation.

      @Marlowe
      La question n’est pas de savoir si c’est bien ou mal. Mais de prendre en compte l’existant.

      De toute façon, l’austérité est ce qui nous attend. Et entre nous, dans le système actuel, plus vite on redeviendra compétitif face aux pays émergents et plus vite l’activité reprendra.

      Avoir mon revenu divisé par 2 ne me dérange pas si le coût de la vie est également divisé par 2 (déflation). En redevenant compétitif ça permettra à d’autres d’avoir un revenu.

      L’autre solution c’est de dévaluer la monnaie, mais vous l’avez compris, avec l’€ ce n’est pas possible. Sinon la Grèce n’en serait pas là.

  5. Comment peut on controler une inflation en instaurant :
    -des plans d’austérité
    -des limitations ou gel des salaires

    j’aimerais bien qu’on m’explique, là!

    pour moi ce sont les règles pour la déflation!

  6. Bonjour

    Avec toutes les bombes à retardement dont l’explosion est plus ou moins imminente un peu partout sur la planète et les intérêts divergents des possédants régionaux (au niveau mondial), je voudrais savoir s’il est possible – et avec quels moyens – de contrôler l’inflation. Si Keynes avait eu à gérer l’ensemble des paramètres actuels, il est possible de douter qu’il fut parvenu aux mêmes conclusions.
    S’agissant du dépassement du clivage gauche / droite (je n’ai pas le courage de mettre des guillemets partout), je serais curieux de connaitre la réactions des Grecs au vu de la composition d’un gouvernement Pasok – droite. Faut – il y inclure les communistes ? Dans le monde de Oui Oui, cela ferait sans doute sourire, mais en Grèce, je ne suis pas vraiment sûr.
    Ca fait belle lurette que le clivage gauche / droite – c’est à dire partis socio-démocrates et conservateurs, n’est-ce pas – est dépassé pour ce qui est des questions économiques ; l’union nationale ne pourra donc concerner que les gens qui sont déjà d’accord entre eux, car les autres, très peu nombreux à ce jour, ne s’en ressentent pas pour refonder le capitalisme. Politiquement, cette séparation là est telle qu’on retrouvera forcément les mêmes au pouvoir. Cela revient à supprimer l’idée d’alternance : c’est au moins un marché de dupes qui prendra fin.
    Pour le reste, on va bientôt pouvoir arrêter de blablater, le feu est maintenant dans la maison.
    Au fait, à combien se monte le nombre de milliards d’euros dont vont avoir besoin les membres de la CE dans la dèche financière dans les deux prochaines années ? 1000 ? 1500 ? 2500 milliards ? Je n’ai pas vu d’estimation / extrapolation à ce sujet.

  7. Nous sommes dans une situation catastrophique.
    Nous ne savons qu’à peine 10% de ce qui doit se discuter en ce moment dans les coulisses de Bruxelles.

    Trichet a été aujourd’hui fidèle à lui même. On continu dans la même voie.

    1. Ce qui est terrible c »est que les solutions existent, celles qu’il faut prendre tout de suite et d’autres à moyen et long terme.

      Le problème n’est pas économique, mais politique.

      M. Trichet doit de toute urgence avaler de nouvelles couleuvres !

  8. Propositions;

    -très court terme(3 semaines):permettre aux Etats de la zone euro d’emprunter directement auprès de la BCE(à 1%?),par dérogation au traité de Lisbonne(ou de Maastricht?),afin d’éteindre l’incendie

    -court terme(3 mois):
    -créer un Fond Monétaire Européen,
    -créer un gouvernement économique de la zone Euro,
    -en « finir » avec les « paradis fiscaux

    -moyen terme(6 mois):
    -instaurer un nouveau Système Monétaire International,
    -instaurer une solide régulation financière internationale,
    -taxer aux frontières de l’Europe les importations provenant de pays qui ne respecteraient pas les normes sociales fixées par le Pacte International relatif aux Droits Economiques,Sociaux et Culturels de l’ONU et par les Conventions Fondamentales de l’OIT(et des normes environnementales et sanitaires minimales à définir?),seule solution pour relancer l’emploi et la croissance, indispensables pour assurer la paix sociale et les rentrées fiscales et sociales permettant de rembourser les montagnes de dettes accumulées et d’éviter le cataclysme financier,économique et social.

    1. Bonjour,

      J’ai bien peur que les « paradis fiscaux » n’existent que par et pour les services qu’ils rendent ; ce qui ne milite pas pour une disparition dès demain si vous voyez ce que je veux dire.
      En entendre parler est en soi un signe que tout va très très mal : ils ont prospéré depuis de nombreuses décennies dans le silence le plus complet et l’ignorance totale et « royale » des administrations fiscales, ces dernières ne s’étant pas gênées (aidées en cela par de multiples lois « démocratiquement votées » !) par ailleurs, dans le même temps, pour améliorer et intensifier leur pratique des contrôles fiscaux des PME et autres contribuables somme toute inoffensifs.
      Pour terminer, je ne pense pas qu’il faille croire en la prochaine disparition des paradis fiscaux, car sinon celle-ci serait effective depuis déjà de nombreuses années, vu les dégâts que ces « paradis » causent aux finances publiques de tous les pays.

      Cordialement,

    2. On ne dit jamais pourquoi aucun politique de haut rang n’engage la lutte (autrement qu’en mots) contre les paradis fiscaux.
      Est-ce qu’on peut les soupçonner d’y nicher leurs intérêts privés et ceux de leurs amis financiers?

  9. je ne vois pas comment les salaires augmenteraient. Pression grâce à la globalisation.
    Et le gouvernement d’unité nationale, en France après la guerre, fut clairement de gauche. Aujourd’hui, c’est impossible: le pas franchi s’appelle néolibéralisme. On ne s’en remet pas comme ça. Il est le bain ambiant de la pensée.

  10. M. Jorion (et tous les participants ici présents),
    serait-il possible d’avoir plus de précisions concernant le déroulement des évènements (notamment à propos des échéances commerciales de 2012 dont vous aviez parlé) et si possible, de savoir si ce déroulement est inéluctable et alors quelles en seront les conséquences en l’état actuel des choses (humaines, financières, matérielles)?
    Cordialement.

  11. cher Monsieur Jorion,
    Union nationale, dites-vous… Ok, mais presque dans le même temps, vous avez ironisé sur le grand score (« je suis quand même étonné des 47% atteint par la majorité, je veux dire les chiffre du PS additionné à ceux de l’UMP. Cela veut dire que le vote protestataire n’est pas encore fort » ) On ne sait si vous vous félicitez du peu de protestataire…
    Et on ne sait si l’union nationale supposée, composée de gens qui on forgé hier la financiarisation, sera efficace…
    Qu’en est-il exactement?
    Merci

    1. @ tiers

      réponse en 3 parties.

      1er tiers :

      « …47% atteint par la majorité, je veux dire les chiffre du PS additionné à ceux de l’UMP. Cela veut dire que le vote protestataire n’est pas encore fort » »

      Oui, les opinions sont morcelées, fragmentées.
      Certains (trop nombreux, c’est presque incompréhensible) restent axés sur le folklorique affrontement bi-partiste sans réussir à assimiler que le PS n’est plus une force d’opposition depuis longtemps (cf. Fondation Saint-Simon)
      Alors oui, l’UMPS est encore presque majoritaire 🙁

      Et en dehors de ces 2 « fonds de commerces », la multiplication des offres alternatives dissipe l’énergie contestataire.

      Tiens, parlerais-je de thermodynamique ? 😉

    2. Je partage votre avis.

      Une union nationale de qui et de quoi ? Et surtout pour quoi faire ?

      Les politiciens adeptes de la pensée ZERO (à ne pas confondre avec ceux de la pensée unique) qui nous ont conduit là où nous nous trouvons ne se transformerons pas par miracle en « Zinédine » Jorion !

      La question que je me pose depuis plusieurs mois est de savoir comment nous débarrasser de la classe politique actuelle de façon civilisée, i.e. démocratique.

    3. Bonsoir à tous,

      Sur la question de l’inflation, je préconise d’écouter une série d’explications particulièrement éclairantes dont l’auteur est un certain chris Martenson.
      C’est en anglais sous-titré en français.
      tapez crash course 10 sur google… et accrochez vos ceintures!

    4. Division des « forces révolutionnaires » comme Mélenchon et Besancenot.
      Ils font partie du complot sans le savoir.
      Ils se sont embourgeoisés et ont des envies de pouvoir.
      Ils ont des actifs à perdre.
      Ce ne sont plus que des révolutionnaires de papier.

      Mais qui veut envisager de nos jours une vraie révolution avec des morts et des coupures internet?
      Et des cartes vitales sans objet et une coupe du monde de foot annulée (1 TV plate gratuite si la France gagne qu’y disent).

      Tout çà foutu et peut-être pas d’eau au robinet en cas de grève EDF prolongée…
      Donc pas de révolution…juste un peu plus d’endettement et le retour à la semaine de 40 heures .
      Et pas de congés payés.
      Ni de complémentaire santé.
      Ni de police.
      A demain donc.

    5. @ manuel
      « La question que je me pose depuis plusieurs mois est de savoir comment nous débarrasser de la classe politique actuelle de façon civilisée, i.e. démocratique. »

      C’est la question que les hommes de 1789 se sont posés jusqu’en 1792 . Après …

    6. @ tiers

      Suite de la réponse en 3 parties.

      2ème tiers :

      Multiplication des offres politiques, multiplications des sources d’informations, des forums, des blogs

      …des plus sérieux aux plus fantaisistes, des plus instructifs aux plus distrayants…voire aux plus déroutants (du verbe dérouter : ceux qui font dériver le lecteur qui cherche de l’information vers des chemins buissonniers où il ne trouvera que des futilités)

      Le web est une bombe à fragmentation.
      Des avis convergents se retrouvent fragmentés à hue et à dia.

      Sur le thème du réveil citoyen contre le système,
      jouons au « Qui a dit » :

      Choix A >
      « … il me paraît urgent d’enclencher dans notre pays un processus de réveil.

      La révolte est pour moi le sursaut, le réveil indispensable dans une situation d’exaspération.

      Ceux qui sont censés gérer notre société usent de la peur et de la résignation comme armes anesthésiantes.

      C’est une guerre sournoise menée par une caste dominante qui asservit par l’endormissement ».

      Choix B >
      « …
      Nous vivons une période que l’on peut sans emphase qualifier d’historique : le capitalisme meurt sous nos yeux et nous entraîne dans sa perte.

      Si rien n’est fait – et l’encommissionnement est une forme du rien – il n’y aura plus bientôt ni planète viable pour notre espèce, ni économie qui ne soit simple rapt par la finance de toute richesse créée,…

      Il n’est question ici ni de nouveaux slogans, ni d’un nouveau parti …

      Il s’agit au contraire de mettre en mots, en images et en actes, les prémices du monde nouveau qui se dessine à nos yeux.

      À l’égard de celui-ci, nous sommes déjà, au plus profond de nous-mêmes, des insoumis. C’est cette insoumission-même qui émerge aujourd’hui sous sa forme collective. »

      Choix C >
      « Ce blog de propositions et de réflexions politiques est né de mes colères et de mon désespoir.

      tout indique que ce monde globalisé qu’on nous propose (déjà en route depuis 20 ans et présenté comme inéluctable), sera celui de la concurrence des misères à l’échelle internationale.

      Il faut que la classe politique comprenne que les électeurs n’en peuvent plus de ces hommes et de ces femmes, dont tous les actes, pensées, actions, alliances ne sont tournés que vers un seul but, l’accession à des postes de responsabilités, …

      Dans ce dévoiement de la démocratie, les grands médias ont une grande responsabilité

      … Cette collusion, cette complicité et cette complaisance des grands médias avec le pouvoir politique forment la pierre angulaire de cette démocratie en déshérence.”

      Choix D >
      « Si vous êtes excédés par les politiques passées et actuelles, désabusés des comportements des uns et des autres, si votre confiance vis à vis de ces gens là est émoussée, si les injustices dont vous êtes victime vous paraissent illégales et pesantes, si vous pensez qu’en tant que représentant du peuple français vous n’êtes plus respectés ni écoutés et mal représentés par les parlementaires, les élus, si vous pensez que la majorité des hommes et femmes politiques sont des cumulards avides, si vous croyez encore à la souveraineté du peuple français et que tous unis nous pourrions changer tout cela, alors… »

    7. @ tiers

      Suite et fin de la réponse en 3 parties.

      3ème tiers :

      Réponses au jeu du « Qui a dit ? »

      Choix A >
      Ces phrases sont extraites du manifeste de Patrick SEBASTIEN,

      « UNE REVOLTE, PAS UNE REVOLUTION »

      Comme vous le savez certainement, il a initié un mouvement, sous l’appellation de D.A.R.D. (Droit Au Respect et à la Dignité)

      Il s’agit d’un rassemblement, non politique « mais destiné à agir sur les politiques, ouvert à tous ceux, droite et gauche confondues, qui considèrent que l’être humain est la priorité de tout ».

      Son site : le-dard.com

      Choix B >
      Il s’agit, vous l’aurez reconnu, du « Contre-appel du 22 mars » de Paul Jorion et Frederic Leclerc

      Accessible ici : pauljorion.com/blog/?p=9401

      Choix C >
      Il s’agit d’un site « solutions-politiques.over-blog » qui titre :
      « Solutions politiques ou + de 400 propositions de réformes qui ne se feront probablement jamais »

      Choix D >
      PF = Peuple Français (peuplefrancais.fr)

      « Le PF, pour Peuple Français, affiche d’emblée, par son sigle, ses positions. Il n’y a pas de différences de couleurs de peau, d’origines ou de religions pour tous ceux qui peuvent se prévaloir de la nationalité Française et qui voudraient adhérer à ce mouvement apolitique.

      Apolitique , pour rassembler tous les déçus des partis politiques et ceux qui ne souhaitent pas, par confort et/ou idéologie, faire parti d’un autre mouvement politique et, quelque part, être embrigadés, sous le joug d’un parti et retomber dans le même carcan ».

      – – – – – – – – – – – – – – – – –

      J’aurais pu allez ainsi jusqu’à Z, en citant au passage Frederic Lordon.

      Qu’ai-je voulu démontrer avec ce jeu ?

      Ce que j’ai dit dans le 1er message :

      « Et en dehors de ces 2 « fonds de commerces » (UMPS), la multiplication des offres alternatives dissipe l’énergie contestataire ».

      A noter : références a/b/c/d puisées sur un forum où l’auteur appelle ce réveil citoyen de ses vœux :

      Ici : pro-at.com/forums-bourse/bourse-Psychologie-Reflexions-Autres-reflexions-LE-SILENCE-DES-LOUPS-Decryptage-d-un-monde-interdit-aux-moins-de-16-dents-100-30072.html#1123838

      (dans les 1er et 3ème message sur la page 100)

      Voir également le message intitulé « PRISE DE CONSCIENCE » (page 102)
      – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

      Une petite dernière pour la route ?

      Qui a écrit, avant-hier :

      « Tout au long de ce débat, je me suis interrogé sur le fait de savoir si le gouvernement était incompétent, dissimulateur ou les deux à la fois. Dans tous les cas, la conséquence est la même : des souffrances toujours plus grandes imposées aux peuples d’Europe, …

      En cette séance nocturne, j’ai pu voir grandeur nature à quel point, une fois de plus dans sa longue histoire, la France n’est plus vraiment gouvernée ! Le gouvernement qui, comme de juste, a pu compter sur une opposition totalement solidaire de cette politique au fil de l’eau, cette dernière assortissant comme d’habitude son satisfecit de desideratas tous plus hypocrites les uns que les autres. L’hypocrisie, une spécialité où le PS est passé maître, lui qui avait déjà fait mine en février 2008 de défendre le référendum pour ratifier le traité de Lisbonne tout en le votant au Congrès « au nom de l’intérêt européen »…

      Plus que jamais, j’ai ressenti le devoir qui est le nôtre d’alerter l’opinion et d’offrir une autre voie. »
      – – – – – – – – – – – – – – –

      Réponse : Nicolas Dupont-Aignan ( blog.nicolasdupontaignan.fr)

      > Paul,

      le terrain existe pour développer l’idée d’un gouvernement d’union nationale.

      Il y a, dans divers courants de pensée, des convergences évidentes sur des aspects qui pourraient permettre de réunir un front démocratique anti-UMPS, afin d’imposer le changement de paradigme qui s’impose.

      C’est d’un Fédérateur dont nous avons à présent besoin.

  12. Nous flirtons avec le vide, le KO absolu. Une « panne » de crédit généralisé (comprendre une explosion des taux à des niveaux jamais vus) pour la Grèce, le Portugal, l’Espagne, l’Italie et à terme (ou dans la foulée), l’Angleterre et la France…. autant dire une position intenable pour l’Allemagne (seul maillon européen aussi fort). Cette situation serait un cauchemars tant pour les peuples a qui ont demanderait des efforts sans précédents (depuis les années 30) et évidemment les politiques. Un cocktail explosif pouvant pousser les extrêmes politiques les plus farfelues et les plus dangereux (années 30 toujours) et favoriser les affrontements civils pour ne pas dire la guerre civile voir pire. La vraie raison est…. nous payons pour qui ? La crise des subprimes est elle une invention européenne ? l’effondrement immobilier US est il une création européenne ? la crise de liquidité que cela à entrainé est elle une invention européenne ? Les 4000 milliards d’actifs pourries en circulation viennent de chez qui ? OK pour partager avec nos « alliés  » (occupants ? cf les bases militaires disséminées en Europe) US un bout de la casse (et de leur inconscience totale) mais n’essaye t’on pas de nous faire porter le chapeau voir de nous faire avaler de grosses couleuvres ? La Californie est en cessation de paiement et elle n’a pas de note elle contrairement à la Grèce… la note US est toujours impeccable malgré une dette de 100% du PIB égale à 13000 milliards de dollars sans parler des 4000 milliards d’actifs pourries (certains disent 20 000 c’est dire la transparence du système) en circulation basé sur le dollars…dont 900 milliards seraient encore dans les banques européennes… la pression mise soudain sur les économie des pays les plus endettées de la zone Euro ne serait elle pas un moyen de se refaire sur le dos des peuples par tout ce jolie monde (FED, banques US, banques européennes) le tout sans faire exploser le dollars ? juste pour mémoire… qui distribue les notes ?

  13. « Je pense qu’on a le gros de la crise derrière nous » C. LAGARDE 23 juin 2008 !!!! Et pourtant elle est considérée comme l’une des meilleurs ministres. C’est pour dire la capacité qu’ont nos gouvernants à prévoir. La réalité c’est qu’ayant favorisé une mondialisation débridée et anarchique ILS NE CONTROLENT PLUS RIEN. Finalement ca devrait être aux banquiers à se présenter devant les électeurs.

  14. « – un nouveau contrat social en faveur des emprunteurs/travailleurs (contre les rentiers/retraités) : la seule façon d’éviter une guerre civile jeunes/vieux à l’horizon 2050. D’un point de vue « jeune contribuable », les inconvénients d’une trop forte inflation sur des retraites moins réactives que les salaires ne sont après tout que le remboursement forcé de ce que les baby boomers nous ont pris (don’t take it personally). »

    J’ai encore du mal à y croire. Enfin ! ils se réveillent !

    Reste à voir si les actes suivront !

    1. Si on pouvait faire la différence entre retraités et rentiers prêteurs à 14 % ce serait pas mal…Ces derniers étranglent les pays, ce qui n’est pas le cas des premiers, me semble-t-il.

  15. L’inflation comme solution maintenant… on continue décidément dans les erreurs. Et « contrôlée » en plus ça, ce doit être la european touch mais dans les faits on fera tourner la planche à billet de la même manière que les anglo-saxons.

    @ Ribes Gilbert : Sauf erreur de ma part, les fonds de la BCE proviennent des dits états nations. C’est le FMI qui est indépendant de l’UE… mais pas des USA.

    -court terme(3 mois):
    -créer un Fond Monétaire Européen,
    -créer un gouvernement économique de la zone Euro,

    Mouais… et pourquoi ne pas supprimer les banques centrales tout simplement ? Les excès de liquidités c’est bien de leur faute non ?

  16. « Si l’on n’évoque plus seulement les gouvernements d’union nationale dans mes billets, mais à Bruxelles également, les événements se précipitent singulièrement. »

    Faut-il s’en réjouir ?

    Ces gens-là ne pensent qu’à sauver leur peau et leur prison dorée. Et quand je rapproche « (voir la Grèce hier) » de « c’est la guerre », je crains le pire de cette caste de voleurs de pouvoir. De quelle guerre parlent-ils ?

  17. bonjour

    Je m »appelle Frédéric et j’ai une addiction au site de Paul Jorion …

    Juste pour réagir au gouvernement d’union national . Le dernier qu’on ait connu en France remonte à 1944 , il a duré jusqu’à la guerre froide ( 1947 ) . Il avait été rendu possible parce que la résistance au nazisme avait mobilisé des gens de tous bords ( y compris l’action française ) et que la guerre forgea des caractères assez exceptionnels .
    je ne pense pas qu’aujourd’hui nous soyons dans ce cas de figure , nos politiques sont plutôt médiocres , incultes et intellectuellement paresseux .
    Nous traversons une crise de civilisation depuis les années 60 , et la fin du récit héroïque de l’occident . Les gesticulations des uns et des autres ne sont que des aveux d’impuissance . Les dieux nous ont jeté sur la terre et se marrent en nous voyant nous débattre .
    La crise actuelle n’est qu’un symptome , la maladie est ailleurs , le remède n’est pas encore trouvé , il faudra peut être changer de référentiel, on sait grâce à Molière que la purge et la saignée ont tué plus de malades qu’elles n’en ont guéri .
    Courage docteur Jorion , et les quelques autres qui essayez de réfléchir autrement , l’avenir appartient aux briseurs de dogmes !

    1. Il y a aussi que parmi les plus réactionnaires, les élites de la haute bourgeoisie ayant tellement trahi, elles ne pouvaient plus vraiment l’ouvrir et toute la résistance soit évidemment De Gaule -cela puisque même mon père…- le savait
      (pour aller vite : fin de page de l’avant dernière page et dernière page, soit une quizaine de lignes )
      http://www.ebooksgratuits.org/pdf/bloch_etrange_defaite.pdf

    1. La 1ere réunion avec Jean Moulin le 27 mai 1943 à Paris rue du Four.
      Ensuite, le conseil devient « national » en Novembre 1943 (adoubé par De Gaulle, grosso modo)

      réédition augmenté « Les jours Heureux », La découverte, 14 euros, suivi de « comment Sarkozy accélère sa démolition »…

  18. « Union Nationale » qu’ils disaient…
    Mais l’homme providentiel est tout trouvé : DSK, le copain des bankster, le seul qui peut réunir le centre-gauche et la droite autour d’une politique de rigueur à la grecque, le « sauveur » de l’économie mondiale tel qu’essaie de le faire croire le « gang » (son équipe de campagne). Mais le fin stratège a-t-il d’autres propositions pour la france et l’europe que des sanctions contre « les mauvais élèves » ?

    1. je ne vois pas comment une politique de rigueur , que je qualifierais de néoféodale
      (je n’ai pas trop compris
      mais en Hongrie en Grèce hausse de la TVA, abaissement de l’âge de la retraite …
      avec dans l’air à l’échelle mondiale, de nouvelles idées de taxes, comme la taxe carbone -sur la consommation- ,
      ou celle de créer -pour nous de déplacer- la taxe sociale-santé-consultation-médicament -sur la consommation- ,
      c’est ce que je pressens ….. de cette politique de rigueur )
      aurait seulement une chance de prétendre à dissiper la crise
      (je n’ai aucune prétention à dire, il faudrait faire ceci, il faudrait faire cela, ..
      après tout si la grande frénésie néolibérale du moment est dans le sens de celui d’un asservissement des masses , elle irait même jusque de rétablir l’esclavage, …
      pour moi, je reste convaincue qu’elle ne résoudra rien …)

  19. On profite de la Grece pour imposer la rigueur en France et, parmi les mesures annoncées, la chasse aux niches fiscales avec en particulier le ticket restaurant, resérvé à d’avides speculateurs comme chacun sait…M’est avis que le réveil des peuples sera brutal, un peu volcanique !
    Par ailleurs quand on voit le premier ministre grec, les bras toujours écartés , en train de calmer la foule, on ne peut en effet qu’être inquiet. Il a la bonhomie d’un Chamberlain…Sauf que ce n’est pas à Hitler qu’il dit amen. il met à genoux son peuple dans l’espoir qu’on lui accordera encore quelques miettes. Mais qui le lui garantit ? Qui protégera la Grèce des appétits des autres états européens (du 3% prêté à 5), sans parler des américains et de leurs spéculateurs assoiffés de sang (Soros, le killer de la livre sterling, déjà) ?

    Et si on envoyait se faire voir les prêteurs ? OK les salaires tomberaient vertigineusement, mais on pourrait se débrouiller entre soi et le FMI finirait par clabauder faute de gogos à qui prêter leur argent si cher, à des taux mafieux à tout le moins.

    1. je serais assez pour remmettre le délit d’usure en vigueur ..
      en 1910, avec des taux exorbitants de plus de 10%, vous étiez un usurier..
      aujourd’hui, je ne sais pas pourquoi, il est possible de prétendre à des rentes de rémunérations de 15, 20, 30 %, mais cela me parait parfaitement insensé …
      d’accord on nous a vendu le ciel, là on est très en train de nous vendre les gènes -des graines et plantes stériles, des oeufs stériles, les vaches sont à l’insémination artificielle, il est en question d’interdire les béliers ….
      nous sommes capables de créer de nouvelles matières -à base de nanoparticules qui vont des canes à pêche aux écrans plats …
      mais même…
      si l’on s’interroge en fin de compte, qu’est-ce qu’on en sait ???
      simplement sur le nucléaire, qu’est-ce qu’on va faire de nos déchets nucléaires ??? …
      pour moi, , j’en suis seulement là : nous voulons seulement essayer de vivre mieux, …
      ex : ne pas avoir faim, ne pas avoir froid, être soigné quand on est malade, s’occuper de nos jeunes, s’occuper de nos vieux …et pas seulement ça il y a l’éducation …..
      cela pendant que cependant se prendrait des 30% sur des actions de je ne sais quoi, des 14% sur des obligations grecques ….????
      je suis désolée mais dans ma logique à moi, cela ne peut que merder, et il faudrait se dépêcher d’arrêter de traiter le quidam d’irresponsable, parce que l’irresponsabilité n’est pas du quidam mais de l’élite…
      et qu’au point où cela se ressent, une guerre civile n’est pas inévitable…
      et donc , faudra-t-il faire semblant de calculer comme croissance, – alors que ce n’est pas une croissance mais bien l’aboutissement d’un processus de déchéance démocratique, les emplois crées dans la serureries, le blindage, les milices, les écoutes, les procédures judiciaires, les prisons … –
      et franchement est-ce que nous aurions pas autre chose à faire ???
      je suis désamparée

  20. « 2) gouvernements d’union nationale partout en Europe : c’est la guerre, le clivage gauche/droite apparaîtra vite dérisoire face à ce qui nous attend. »

    Je ne sais pas qui a écrit ceci, mais le « c’est la guerre » me fait froid dans le dos.

    Je dois avouer que jusqu’il y a quelques mois, je pensais grosso modo comprendre ce qui se passait. Mais là, tout se déroule trop vite. Tout vole en éclat. Certains ne vont pas se laisser faire.

    Et dire qu’ici en Belgique, on va encore traîner des mois que les politiciens se mettent d’accord sur le statut de quelques milliers de personnes habitant la périphérie nord de Bruxelles. Si ceux des autres pays sont comme les nôtres, ça va être la catastrophe.

    Comment avons-nous pu être endoctrinés à ce point sur le plan économique? [Quand je dis, nous, je veux dire la majorité de la population, et je pense que les politiciens, les journalistes, et les scientifiques ne sont pas mieux lotis que le citoyen lambda en matière de « culture économique »]

  21. C’est ce qu’on dit après les guerres ! et si on avait mis Hitler hors d’état de nuire (ce n’est même pas un euphémisme ! l’asile lui siérait bien) ? Lui même, physiquement ? Ainsi va de notre époque, reste à identifier ceux qui individuellement sont responsables des horreurs à venir…Il faut vraiment maintenant et très rapidement les enfermer. Et ne pas se poser de questions. Je propose Soros, Merkel, Sarkozy, Greenspan, Bernanke, Hu jin Tao, Poutine, Buffett, Brown, Geithner, Ahmadinedjad :encore un ou deux peut être : même pas 10 personnes pour sauver la planète du chaos qu’ils désirent déclencher.

  22. Aujourd’hui 7 mai 2010, 1er jour d’application de la « doctrine Jorion » : à l’heure où les résultats parviennent, les Anglais s’engagent vers un gouvernement d’union nationale. Les élections de demain en Allemagne pour une région devraient produire un effet analogue au plan national. Les prochaines élections belges vont confirmer cette tendance. En France, le Président songerait à se doter d’un Premier Ministre.

  23. Je ne crois pas du tout à un gouvernement d’union nationale, encore une idée pour endormir les gens; ce qu’il faut c’est une vraie politique de gauche, mais au préalable il faut mettre au pas la finance en supprimant les paris comme le préconise P. Jorion et surtout en supprimant la libre circulation des capitaux. Il faut lire le livre de Hans-Peter Martin et Harald Schumann  » Le piège de la mondialisation » tout y est, pas besoin d’être énarque ou inspecteur des finances pour comprendre où nos politiques de droite nous emmènent.

    1. Bonjour,

      @ Kerema29 :

      Droite, gauche : par les temps qui courent, depuis déjà 40 ans (au moins), on a un peu de mal.
      Ne seriez-vous pas légèrement utopiste ? Cela dit, c’est une maladie comme une autre.

      Bref, ni droite ni gauche mais de l’honnêteté intellectuelle, du courage, de la mesure (la prise en compte de notre stricte place dans cet univers, de nos stricts besoins d’humains : ni trop, ni trop peu), de l’équilibre en toute chose (n’oublions pas que la vie sur Terre résulte d’un concours hallucinant de circonstances : en un mot, nous sommes bien peu de choses, essayons de passer le moins mal possible le peu de temps qui nous est accordé sur cette Terre…) et de la détermination.

      Enfin, ce que j’en dit…

      Cordialement,

  24. Un gouvernement d’union nationale (GUN), en France, ça s’appelle « cohabitation », les français adorent. Comme les français sont peu syndiqués, le GUN n’aura aucune courroie de transmission dans le milieu salarial pour faire avaler les couleuvres dû à la crise. Cette affaire se terminera « à la française », les pavés voleront dans les rues. Nous disposons d’ores et déjà de jeunes belliqueux dans les cités près à en découdre avec toutes formes d’autorités (cf 2005). Pour faire une vraie révolution, les historiens rappellent toujours le rôle joué par les jeunes mâles de 16 à 25 ans dans les mouvements de foules violents, sans eux, il n’y a pas de révolution. Tous les ingrédients d’une fin de cycle historique en forme de révolution sont présents en France, je ne crois pas au GUN sans violence urbaine, ce serait méconnaitre notre pays.

Les commentaires sont fermés.