Va y avoir de la bagarre !

C’est un souvenir qui me revient, d’un vieux Laurel et Hardy. Hardy s’est disputé avec un voisin de palier tout en haut de l’immeuble. Ils descendent les escaliers pour en découdre dans la rue. À chaque palier, Laurel frappe à chaque porte, et à celui qui ouvre, il annonce : « Va y avoir de la bagarre ! »

La suite à l’écran…

Fais ce que tu veux ma chérie uh-uh
Mais évite de marcher sur mes chaussures en daim bleu…

 

Partager :

266 réflexions sur « Va y avoir de la bagarre ! »

    1. Bof, il y aurait l’Or alors pour échanger facilement ou alors pourquoi pas revenir au pain et à la bière en échange du travail des ouvrier comme pour fabriquer les pyramides en Egypte il y a 4500 ans? Au pire, il existe toujours le troc, mais « l’expérience Argentine » de 2001 montre que rapidement on en revient toujours à une forme de monnaie (même locale) parce que c’est bien plus simple pour échanger des biens et des services.

      1. On n’est pas obligé de faire du troc. Il suffit de lire Silvio Gesell (l’ordre économique naturel) pour comprendre que l’argent a 2 valeurs 1 financière (celle qui est détestable) et 1 pour l’échange. Contrairement à ce que Yannix disait, il y a 4500ans les égyptiens ne payaient pas leurs ouvriers en poulet mais en blé…
        Comme dit François Hollande, le vrai ennemi c’est le marché et il ne se laisse pas faire (voir Argentine).

    2. M. Fiorantino, un « économiste spécialiste des marchés », disait la même chose il ya déja 3 mois et il faudrait considèrer FH comme le dernier des nuls et son équipe un ramassis de bras-cassés pour penser que les scenaris qu’évoque ce peu ragoûtant personnage, n’ont pas été envisagés sérieusement.
      Après on peut s’interroger sur la pertinence des solutions envisagées mais je fais crédit à FH d’avoir très soigneusement étudié les dernières élections présidentielles et il ne peut pas ne pas avoir analysé l’échec de 83. Il n’ambitionne certainement pas de rester dans l’Histoire comme le fossoyeur de la gauche…So,
      One for the Money,
      Two for the Show,
      Three to get ready,
      Now Go cat Go !

      1. Loreal Alain:

        il faudrait considèrer FH comme le dernier des nuls et son équipe un ramassis de bras-cassés

        Ben….

      2. Alain
        Pourtant ces scénarios sont plausibles.
        Les commentateurs s’offusquent de tant de suffisance ou de cynisme de ce monsieur mais c’est seulement business as usual. Le crédit Agricole c’est la banque universelle qu’on nous vantait tant, « le bon sens près de chez vous ».

        Cet interview est seulement l’illustration brut de décoffrage des analyses de Jorion et Leclerc.
        Quant à Hollande j’aimerais croire à la botte secrète (après tout c’est de bonne guerre), mais pour le premier tour des élections je pense que je vais plutôt suivre votre conseil initial qui était de jouer la carte FdG. 😉
        La gauche sera plus forte pour affronter la bête si son flanc gauche a pu se rassembler et se mettre en ordre de bataille. Bref, faut se préparer à l’option Front Pop

      3. Oui, FH n’est pas magicien…il s’inscrit dans l’europe de Merkel comme tous les présidents depuis De Gaulle. …donc l’euro…donc le remboursement de la dette…donc l’austérité…donc la cata.
        Le vrai enjeu sera celui des législatives : aura-t-il une majorité à lui tout seul et là, vogue la galère, ou devra-t-il composer avec une gauche représentant vraiment les aspirations d’un peuple en souffrance qui ne veut pas perdre les garanties et autres amortisseurs sociaux qu’ils ont hérités de leurs parents?

      4. A propos du bateleur mitterrandien, déclaration hier sur LCP

        « Nous n’appellerons pas à des manifestations. Nous, on suit les syndicats …
        Ni soutien, ni participation, ni opposition…
        L’extrême gauche donne des consignes pour la grève ou le reste, mais pas nous !…
        Besancenot dit on doit être l’opposition à Hollande,
        mais laissons le respirer, donnons une chance à notre pays… »

        Derrière les appels grostesques à  » l’insurrection citoyenne »,
        la soumission à ceux qui ont saboté le tous ensemble pour sauver les retraites,
        et la recherche d’un accord pour mettre en oeuvre un illusoire projet keynésien.
        Entre les travailleurs et les investisseurs « qui n’ont pas à avoir peur de mon projet »,
        les politiciens professionnels ont toujours choisis
        ceux qui les nourissent, jamais l’insurrection.

      5. Bonsoir Loreal Alain et bonsoir à tous.

        Votre désire de faire partir Monsieur Sarkosy vous amène à vous jeter dans les bras de monsieur Hollande. Cependant tous deux ont la même politique à proposer, il n’y a que l’emballage qui change, et pour cause, ils représentent les intérèts d’une unique communauté intra muros, sont tous deux tenus à la même politique étrangère de la dite communauté extra muros.
        Le véritable enjeu de cette élection n’est pas la France et les français mais de s’assurer que celle-ci restera sous contrôle. Ces deux candidats ont le même aval, que le meilleur gagne et que le diable les emporte..

      6. @RIVA MARC 19 avril 2012 à 22:31

        Bonsoir Marc,

        C’est pas beau de dire « tous pareils », vous savez… c’est même vilain comme tout…
        Alors d’abord, je vous rappelle que les prérogatives d’un président de la République ne se résument pas aux règles de la finance…
        Et puis, humainement parlant (et là je parle pour vous..)… ça n’est pas très bon de vivre sans espoir…

        Le procès d’intention que vous faites à F.Hollande ne vous honore pas… je ne sais pas si vous êtes sincèrement pour un rééquilibre des forces en faveur des moins favorisés (mais que vous avez perdu tout espoir) ou si vous êtes l’un de ceux qui passent leur temps à l’enfumage (du genre « je vote Sarkozy parce que Hollande n’est pas assez à gauche »)… mais dans les deux cas votre commentaire ne me dit rien de bon en ce qui concerne votre avenir dans le groupe… vivre ensemble, c’est aussi… vivre d’espoir, être franc du collier, être enthousiaste, s’attacher aux particularités de chacun… et arrêter de tout amalgamer…
        Je vous mets un zéro… pour marquer le coup…

  1. ben si vraiment, vraiment y’a pas moyen de faire autrement, alors oui, peuple de France, sors dans la rue et de la Zone euro…Tu en baveras, mais au moins, tu auras fini de te soumettre, tu seras enfin debout et montreras l’exemple à tous les autres peuples….Ils ont des millions, nous sommes des millions…

    1. @ bulle
      3,5 millions de manifestants dans les rues contre la réforme des retraites .
      Ça a donné quoi ? Rien . Sarko siffle la fin de partie avec l’aide des syndicats et tout le monde rentre chez soi .
      Je note que dans cette vidéo le peuple grec est évoqué . Par un sourire de banquier .
      Effectivement , après avoir soutenu les banques , l’Etat grec a envoyé ses flics . Les capitalistes peuvent dormir tranquilles .
      Ceci dit , ça n’est pas parce qu’on ne parle plus des grecs dans les médias qu’il ne s’y passe plus rien .
      Va falloir trouver autre chose . La guérilla ?

      @ jeanpaulmichel
      « … que pensera ce financier lorsque l’un des siens se retrouvera jeté en pâture à la foule en colère » ?
      Ah bon ? T’y vas , toi ?
      J’entends le bruit de bottes .
      Mais aussi le silence des pantoufles .

      1. Excusez moi…
        « 3,5 millions de manifestants dans les rues contre la réforme des retraites .
        Ça a donné quoi ? Rien . Sarko siffle la fin de partie avec l’aide des syndicats et tout le monde rentre chez soi . »

        C’est avec l’aide de Chérèque, ce chien de garde de l’UMP, du PS et du medef, que cette « réforme imposée » est passée. C’est eux qui l’on signer et contre l’avis des autres syndicats, notament la CGT et SUD solidaire, mais aussi contre la volonté des travailleurs et des 3,5 millions de manifestants.

      2. @taratata
        mais c’était il y a presque 2 ans; depuis, la colère est monté d’un cran, les cerveaux anesthésiés sortent de leur léthargie peu à peu grâce à tous ces veilleurs, ces passeurs qui nous expliquent sans relâche ce que les médias aux ordres veulent nous cacher…depuis il y a eu les marchés qui ont mis le peuple grec à genoux…ça fait réfléchir tout ça…et les syndicats seront obligés de suivre cette fois-ci, sous peine d’être débordés et désavoués par le peuple…
        trop naïve peut être je suis…mais au moins en pensant très fort à mes 70 collègues qui vont être licenciés , au service informatique dont je fais partie qui sera dégraissé aussi, je me dis qu’on ne peut pas continuer toujours et toujours à encaisser les coups, sans finir un jour ou l’autre au mieux par dire stop, au pire par les rendre…

      3. Oui mais quand il n’y a plus rien à perdre, l’instinct de survie est une force aveugle qui inquiète même mes plus puissants.

  2. Insolents ses rictus, son assurance, ses sourires méprisants.
    Alors que le désespoir s’accroît, que des salariés se suicident, que pensera ce financier lorsque l’un des siens se retrouvera jeté en pature à la foule en colère ?

    1. Sur le sujet des suicides, la sncf cache soigneusement le nombre de gens qui se jettent devant les trains. Depuis deux ans, dans le sud les conducteurs de train sont blèmes de cette augmentation de suicide et cela ne fait qu’empirer. On a entendu beaucoup parler des suicides chez « orange » sur le plan de la souffrance sur le lieu de travail mais les statistiques de la sncf sont restées cachées alors qu’elles impliquent non pas le lieu de travail mais tout bonnement la souffrance de l’humain dans notre pays.

  3. Bonsoir Paul.

    Je pourrais dire que j’ignore s’il faut en rire ou en pleurer, mais, face à ce sourire carnassier, je désarme mon rire et ravale mes larmes. Le bonhomme de chez Chevreux est tout simplement bête dans son machiavélisme. Il est aliéné à un degré tel qu’il est capable de promouvoir un scénario qui le précarisera (dans la limite des bonus disponibles). Je serais lui (Harpagon m’en préserve), je quitterais la périssoire Crédit Agricole tant qu’il en est encore temps.

    1. C’est en effet édifiant ce moment de journalisme… Le niveau d’abstraction du day to day work de ce monsieur fait qu’il a pu commettre une note de 9 pages sans qu’à un seul instant il réalise qu’en l’occurrence, il creusait son propre trou.

      1. @Julien :
        Je ne crois pas qu’il puisse réaliser, en fait.
        Il est tout bonnement en pleine abstraction, en train de ‘conduire des scenarii’, ‘résoudre un problème de maths’, rien de plus, rien de moins, nothing personal.
        D’ailleurs, il le dit lui-même : il ne sait pas si la question est morale ou non que ce soit les marchés qui gagnent contre les électeurs à tous coups mais il ne peut pas dire autre chose. C’est logique. Rien d’autre.
        Jusqu’à ce que l’intervieweur lui fasse ‘irrupter’ l’impensable : 36.

        Et là, d’un coup, on sent comme une sourde et réelle angoisse …
        Et un petit frisson de plaisir passer dans l’échine, à la constater de visu.

      2. il a quand même perdu un brin son sourire quand le journaliste a évoqué le peuple dans la rue.
        ça lui plairait pas trop que les gueux fassent leur marché à eux….

      3. ça lui plairait pas trop que les gueux fassent leur marché à eux….

        en tant que salarié de chevreux, non.
        en tant qu’homme il ne semble pas effrayé par l’idée.

      4. QU’IL CREUSAIT SON PROPRE TROU…..
        ne me faites pas rire!!!!…
        si le gars n’est pas trop con, il a placé ses bas de laine dans une quelconque banque et il sait qu’il s’en sortira toujours….
        En étant vraiment pas privilégié, (je suis au niveau du smic mais c’est un choix) rien que dans mon entourage, j’en connais 2….
        Des anciens traders qui se faisait entre 30000 et 50000 euros par mois, qui ont bossé pdt 10 ans et maintenant (à environ 40 ans) qui vivent de leur rentes……

        Demander à ceux qui font math sup math spé, ce qu’ils veulent faire….
        j’en ai pris un en stop il n’y a pas longtemps…

        Son prof (qui estnt censés être socialiste… puisqu’ils vivent des impots du peuple, ce qui est normal) l’encourage (et ceux de sa classe) à entrer dans la finance (parce que c’est là ou il y a du travail ?) cela même qui aspire les finances de l’étât…

        C’est vraiment le serpent qui se mord la queue…..

      5. @ Coco

        Allez dire ça aux milliers de travailleurs de la finance Ui avaient des plans d’épargne et de pension de leurs boites et qui sont partis en fumée quand la boite a fait faillite. On reparlera du niveau de filouterie après ! Ces gens ont la foi.

      6. Je plussoie avec COCO. Dans mon entourage, ceux qui avaitent des têtes de premier et qui ont fait de « grandes écoles » l’ont fait pour avoir la vie dorée, et ne sont pas dupes du caractère néfaste de leur activité si néfaste elle est… L’essentiel étant ailleurs, c’est à dire dans la contrepartie. Prendre un matheux ou autre grosse tête pour un OUI OUI sous prétexte qu’il plane, c’est prendre un singe pour un âne…

      7. @ Julien Alexandre
        « une note de 9 pages sans qu’à un seul instant il réalise qu’en l’occurrence, il creusait son propre trou. »
        @ coco
        « C’est vraiment le serpent qui se mord la queue….. »

        Il n’en faut pas plus pour que j’enfourche mon dada. Le capitalisme prédateur, ayant vaincu le communisme, est dorénavant sa propre proie. Ce monsieur de la vidéo a l’air de se trouver bon (au sens propre!). En se mangeant le capitalisme mange en même temps le TINA. Il nous reste à préparer l’avenir pour prendre le relais au moment opportun en indiquant un nouveau cap porteur d’espoir pour l’humanité.
        Un tel cap est indiqué avec une assez grande précision dans l’oeuvre du mathématicien-philosophe (tiret indispensable) René Thom.
        Tel le petit poucet j’ai parsemé ce blog de citations-petits cailloux…

      8. La flexibilité des contrats de travail et la mobilité des salariés pour un économiste de Deuvreux, c’est une chose. Il en est une autre pour laquelle tous les officiers de la bancassurance trisocolore se retrouveraient unanimement : en finir avec la flexisécurité des contrats d’ass-vie pour une clientèle bien trop mobile, même si du coup extrêmement « mobilisable », en sorte d’Ost populaire de sa Majesté Financière à fleurs de lys…
        Le lieutenant D’Arcy peut se permettre de ricaner avec une armée de piétaille, fantassins et spadassins pareille en réserve…

      9. @ coco
        C’est certainement pas dans des banques que je placerais mes bas de laine, mais dans de la Forêt ou dans des Vignobles; renseignez vous sur les récents acquéreurs dans le bordelais ou les pays de loire…..pas si cons que ça les gars….

      10. Meuhtode, MEUHHHH, MEUHEUHHHH. T’as compris là ? Non ? Ben alors tu fais comme tout l’monde : tu demandes à ton pote Googol.

      11. Le Maître, dont l’oracle est au bout de la rangée de vigne (où déjà dans le verre), ne montre ni ne cache, il signifie.

      12. @ Zébu et herminette
        Il est tout bonnement […] en train de résoudre un problème de maths…

        Il y a maths et maths.

        Il se trouve qu’un de mes neveux fait chez Natixis ce que Doisy fait au CA.
        Mon neveu a été entièrement formaté par le système: il a les diplômes et la foi!
        Si vous êtes intéressé regardez « logique du hasard » (titre qui en dit déjà long!) sur Google.

        Je serais heureux que vous fassiez la différence entre cette diarrhée soi-disant mathématique et les maths de, disons, René Thom.

  4. Mouaih …
    Du Ruffin inside, coproduit par Mermet, avec Les Mutins de Pangée et du live, avec un zigue hilare et franc comme le germinal : c’est pas du boudin mais de l’or en barre.
    La vraie question sera sociale et le facteur l’avait annoncé à France Info, sûr qu’Hollande repasserait les plats.
    J’ai bien aimé l’analyse, très lucide, de l’analyste financier sur l’absente patente d’intelligence quant aux politiques néo-libérales menées en 80, contre tout bon sens politique …
    Cette fois-ci, ‘on’ ne refera pas la même erreur.
    Ce ‘on’ qui n’est pas d’ailleurs une théorie du complot comme il le dit lui-même (ce qui me le rend plus que crédible pour moi) mais seulement les intérêts des marchés financiers.

    La référence à 36 est plus que pertinente et le regard de l’interlocuteur, cherchant si la Bastille était ou non en train d’être prise, aussi.

    Reste que si ‘on’ avait voulu faire monter les voix de Mélenchon juste avant le premier tour, ‘on’ n’aurait pas fait mieux.
    C’est désarmant …

    1. Tu penses qu' »on » aurait pas fait mieux ?

      Les mutins de pangée, Labas.org, fakir, puis le Blog de Paul Jorion. Pour sur, on double le score avec une telle diffusion ! Puis que des gens indécis en plus qui lisent ces médias ! Pffff. Moi qui allais voter FH, me voilà tout émotionné. Ben voyons.

    2. « C’est désarmant … »
      ça me rappelle l’intro du livre de Kaczynski:
      « Et celui qui n’a pas d’épée,
      qu’il vende son manteau
      pour en acheter une. »
      (Saint-Luc 22:36)

    3. ‘on’ avait voulu faire monter les voix de Mélenchon

      Tiens ? un complot ?
      Le candidat JLM a dit à la télé kekchoz comme « les médias me manipulent, je les manipule ».

      politiques néo-libérales menées en 80, contre tout bon sens politique

      pas contre tout bon sens financier !

      1. tutut, Rosebud …
        ‘si’ on avait voulu.
        Le truc est effectivement parfait pour faire accroire à une manip. Je n’y crois pas parce que non seulement le gars cite la théorie du complot pour la réfuter mais aussi et surtout parce que dans tout son entretien, le gars est parfaitement en cohérence, dans son monde, sa logique : TINA.
        Sa réaction quant à 36 ne me semble pas jouée, c’est du gros morceau d’embêtement ce truc.
        Pas besoin de complot ou de manipulation.
        Reste que l’effet est identique à celui d’une bonne manip : les électeurs indécis voteront JLM. Sauf que si on reste dans la logique du gars, voter JLM est là encore un non sens : cela ne fera qu’accélérer la réaction des marchés, pas contrer l’inéluctabilité décrite.
        La véritable réaction que craint cette pythie des marchés, c’est effectivement le troisième tour.

  5. On lui a souvent dis qu’il ressemblait à Bruce Willis alors, une camera et un micro, l’a pas résisté.
    Une vraie candeur, un môme…

  6. Ouais bon il a surtout une attitude et des mimiques d’escroc et de vendeur de baratin. Ce mec est un enfumeur de première et il enfume tous les gens qu’il rencontre. Avec un ego gros comme un Hummer jante large. Merde je ne suis pas le seul à le voir quand même ?

      1. Eclairez donc ma lanterne, que voyez vous sur cette vidéo à part un pauvre type qui enfume son monde ? Je suis prêt à lire quelques lignes de votre perception, si vous avez quelques instants pour moi. Amha des types comme lui, y en a plein les cartons dans les boîtes, dans les syndicats patronaux, les journaleux éco etc etc. Je ne dis pas qu’ils ne sont pas doués pour poser quelques opérations et synthétiser une suite d’événements à leur sauce, mais bon, c’est ça la Finance ? Béh dis donc, ça fait peur.

      2. bien noté ses regards inquiets quand des moineaux se sont mis à voleter à la fenêtre ; il a pensé goudron et plumes

  7. Quel terme conviendrait le mieux à cette interview-flippant, révoltant… Les deux?! Que dire devant l’apparente décontraction entre coupée de rires nerveux de ce financier du CA. J’ai eu le sentiment que ce suffisant personnage daignait répondre à nos deux pauvres reporters avec la désagréable impression qu’il se moquait d’eux presque ouvertement. La cerise sur le gâteau fut lorsque il lui fut indiqué qu’il était lui aussi en CDI. Il a un peu rit jaune à cet instant. Si j’ai bien compris seul le quatrième plan évoqué pourrait bouleverser cette machine infernale. D’un tout autre aspect mais qui est révélateur que son assurance n’est que de façade, je veux parler ici de son attitude en tant qu’interviewé. Il est complètement fermé, sur la défensive. Ses rictus nerveux tentent sans convaincre qu’il est à l’aise. Il ne l’est pas du tout. Parler devant une caméra ne s’improvise pas et visiblement notre gazier n’est pas dans son élément, il est tendu comme une corde à piano. On peut en conclure beaucoup de choses mais une seule est certaine, il a beaucoup de mal à assumer ses dires.

    1. nann !
      5eme plan (le seul): repudation d’une partie de la dette etatique de facon concertee a l’échelle mondiale, ou au pire a l’échelle europeenne … avec tous les petits « désagréments » que cela implique (séparation des banques de depot et d’investissement, nationalisation des banques de depot si faillite, fin du CDI de ce Monsieur …).

      1. « fin du CDI de ce Monsieur »
        Pas besoin, c’est un fonctionnaire-mercenaire.
        Si sa banque existe encore, il appliquera les nouvelles doctrines avec le même allant que pour les précédentes.

  8. On se demande le rapport qu’il y a entre « Lemarché » et le code du travail …

    Ils vont finir par se prendre les pieds dans le tapis :

    -> les politiques européens qui nous serinent jusqu’à écœurement que le remboursement de la dette oblige à des sacrifices
    -> « Lemarché » qui répond : j’men fous de la dette ce que je veux c’est venir me vautrer partout.

    Alors qu’est ce qu’il veut « Lemarché » ? l’argent ? non le pouvoir rampant.

  9. Quel que soit ce que l’on pense de cet analyste financier, au moins il ne refuse pas un interview et assume ses écrits. Qualité très rare dans la vie en générale et dans le monde du travail en particulier.

    De plus, il sait que la seule solution pour contrer le diktat du Marché ou des marchés financiers c’est la mobilisation populaire. Tout le reste n’est que littérature. La question est donc la suivante : les Français et les autres peuples européens vont-ils se soulever et refuser ce qu’on leur impose ou courber l’échine ?

    L’avenir nous apportera la réponse.

    Bien à vous,

    Lhérétique

    1. Je lui trouve bien du mérite: il assume ses écrits et décrit une situation certe désagréable mais bien réelle: les rapports de force plus importants que les promesses faites aux électeurs, la puissance des marchés financiers, l’impossibilité de continuer dans l’Europe sans détruire notre modèle social … Et le pire est qu’il a probablement raison. C’est triste mais je ne vois pas de faille dans cette partie de son analyse.

      Je suis plus sceptique sur les hypothèses sous-jacentes à cette analyse des rapports de force:

      1. En quoi la fin du CDI apporterait-elle quoique ce soit de positif à l’économie ? Je vois comme résultat une baisse des salaires et du cout du travail mais nous sommes déjà dans une crise de la consommation (quand les clients qui sont aussi pour la plupart des salariés n’ont plus les moyens d’acheter…). Le succès de son analyse entrainerait une chute de la croissance et donc les marchés changeraient très vite d’avis.

      2. Sa référence intellectuelle est visiblement 1983 quand Mitterrand a choisit complétement à l’encontre de ses promesses de 1981 la rigueur sous la pression du déficit commercial -qui est toujours là soit-dit en passant- et de l’Europe. L’histoire a d’autres exemples comme par exemple le règlement de la dette des templiers par Philippe le bel. Rien à voir avec ce que je souhaite mais cela arrive quand aussi.

      1983, c’était il y a 30 ans et depuis les conditions n’ont pas cesse de se dégrader. La colère a eu le temps de monter avec des manifestation de plus en plus marquées: progression des extrêmes (gauche et droite), anti-européanisme, regain de vigueur des thèses protectionnistes… Il y a plein d’autres scenario qu’une répétition de 1983.

  10. « «Si le pacte ne contient pas de mesures de croissance, je ne pourrais soutenir sa ratification par l’Assemblée nationale. Je l’ai promis aux Français et je m’y tiendrai», a dit au journal économique Handelsblatt celui que les sondages donnent grand favori pour le scrutin dont le premier tour a lieu dimanche. »
    ‘Hollande reste inflexible sur le pacte budgétaire et la règle d’or’
    Des mesures de croissance. N’importe lesquelles.
    Allez …

    1. «tous ceux, du Front de gauche, des écologistes ou du centre, qui souhaitent me soutenir après le premier tour sont bienvenus. Mais sur la base de mon programme, et d’aucun autre».

      Chirac en 2002 au second tour n’avait pas eu cette vraie parole malheureuse !

    2. On peut rire aussi quand on entend : » Les salaires seront indexés sur la croissance… » , Laquelle ? Celle de la dette ?

  11. Les Marchés, qui ont des visages, des adresses, ont donc préparé un plan de bataille pour accueillir François Hollande. Le site Reporterre.net a publié la traduction d’un document de 9 pages, en anglais, écrit par le premier broker indépendant, Chevreux qui est une filiale du Crédit Agricole et qui conseille 1.200 investisseurs institutionnels.

    Ce que préparent donc les marchés pour notre avenir, est la destruction de notre marché du travail, en demandant la suppression du CDI pour le remplacer par un contrat unique pour tous et permettant une plus large flexibilité.

    En complément de cette lecture, je vous donne l’enregistrement d’une émission de radio de France Inter, « là-bas, si j’y suis » de Daniel Mermet. Le journaliste et son équipe sont allés voir celui qui a écrit ce document, Nicolas Doisy et des sociologues afin d’expliquer dans le texte ce qui risque de se préparer durant les prochains mois de 2012.
    source

    1. Les Marchés, qui ont des visages, des adresses, ont donc préparé un plan de bataille pour accueillir François Hollande.

      Tiens, vous reprenez Mélenchon, qui ajoute : « nous ne nous laisserons pas faire! »

      Cette campagne finalement devient passionnante…

    2. Evidemment croire que tout survient par hasard est un leurre, pour comprendre ce qui s’est passé depuis 2007, il suffit de se mettre dans la peau d’un groupe de personnes disposant d’énormément d’argent (çà existe) et d’influence (argent bien investi) et qui souhaitent en acquérir davantage pour imaginer la suite.

      dés que vous payez pour faire, pour dire, pour expliquer vous obtenez une certaine représentation de la réalité conforme à vos attentes.

      Mais vous cher lecteur :
      Avez vous été payé pour le lire ?
      Avez vous été payé pour le comprendre ?
      Avez vous été payé pour le croire ?
      Souhaitez vous réellement être payé pour celà?

      Allumez la lumière !

      et pas seulement parce que l’on voudrait vous faire croire que vous le valez bien.

  12. L’interview électrochoc.
    Hollande, on avait certaines raisons de penser qu’il ne fera pas le poids, mais là c’est le coup de grâce ! Sauf botte secrète évidemment.

    1. Vous savez, il n’y a qu’une alternative (c’est ainsi, la majorité des Français votera pour l’un ou l’autre) : soit Hollande soit Sarkozy.

      Vous pensiez que Hollande face à cela ne ferait pas le poids ok,
      et Sarkozy oui ?

      1. à edith,

        Pour l’élection c’est l’un ou l’autre ou personne.
        Ceux qui votent personne, en ne votant pas ou en votant blanc, ne s’opposent pas à celui qui est destinataire de la majorité des suffrages, et de ce fait l’encourage.
        Cela veut dire qu’il n’est pas possible de vivre en dehors de ce monde.

      2. @ Edith Ce mode de scrutin est profondément anti-démocratique: il s’agit de voter contre, et pas pour. Que certains ne veuillent pas le comprendre, ça me sidère. Quand je dis certains, j’inclus bien évidemment ceux qui pensent que ce type d’élection vaut plébiscite. Je voterai Hollande, mais la seule qui ne donne pas dans la com, c’est Eva. Merci Eva de ne pas tomber dans le pathos lacrimal.

    2. Oui mais alors à grand coup de Botte secrète dans le cul ! Sinon, c’est mort. Par sécurité, glissez votre bulletin JLM dans l’urne. Le seul CDS sur le marché.

      1. Je n’ai pas entendu JLM dire qu’il sortirait de l’euro: il n’aurait pas plus d’atouts dans sa manche que FH.

      2. Le problème de base n’est pas euro ou pas euro, c’est un instrument point barre. Arrêter de regarder par la lorgnette. Quoique, après tout si ça vous amuse, c’est votre droit.

      3. Le FDG n’a pas pour but de sortir de l’euro mais de faire suffisamment pression pour infléchir l’orthodoxie mortifère. Les traités ont été déjà maintes fois bafouées avant et surtout après la crise. Les rapports de force, ça évolue si on veut bien en faire un objectif. L’Allemagne n’a pas plus intérêt que quiconque à ce que l’euro explose et certainement pas ses banques ou ses retraités fond de pensionnés. Relevons un peu la tête et convainquons en mettant en exergue la faillite des politiques d’austérité menées depuis de début de la crise par la Troïka. Il faut saisir la dynamique crée par le Front de Gauche et le porter au deuxième tour devant les deux candidats de droite. Mon petit doigt m’a dit que c’était un scenario qui devient probable (d’où quelques saillies médiatiques dans la bonne presse de gauche qui essaie de réveiller la nostalgie d’un Fn tout puissant et si pratique)…

      1. Il y a des chances ….

        Car la tournure de cette interview est bien ficelée : au début, l’interviewé précise bien « quel que soit le prochain président », mais le journaliste axe très vite sur Hollande, puis Mélenchon.

        Bref, ce que l’on en retient si l’on écoute au premier degré :

        -> Hollande, ce qu’il vous raconte c’est du pipeau
        -> et alors, Mélenchon, la finance en a peur ….. brrrrrrrouuuuuuu …. pourvu que Hollande l’écoute pas ….

        Bon, conseil : si le fond de l’interview est parfaitement vraie, il y a comme une odeur de manip.

      2. edith,

        Bon, conseil : si le fond de l’interview est parfaitement vraie, il y a comme une odeur de manip.

        en effet, et la voix tremblotante de l’interviewer ne fait que renforcer cette impression. le pauvre il expire ses mots et ses questions avec une difficulté tout à fait audible.

  13. Merci à Nicolas Doisy de nous révéler son « plan de campagne » visant à nous « faire suer le burnous ». Pour une fois que ces financiers disent réellement ce qu’ils pensent « face à la caméra », on peut l’en remercier !

  14. dans le même genre :
    http://fr.news.yahoo.com/petites-mains-instituts-sondage-l%C3%A8vent-voile-pr%C3%A9carit%C3%A9-151206034.html
    « Un laboratoire du salariat libéral : les Instituts de sondage »
    Les petites mains des instituts de sondage lèvent le voile sur leur précarité
    Payés à la tâche et le plus souvent à temps partiel chez plusieurs employeurs, les vacataires doivent « courir après les contrats pour arriver à se nourrir, se loger et payer leurs factures », a récemment dénoncé la CGT.
    En dix ans, les instituts de sondages ont doublé leur chiffre d’affaires, évalué à 2 milliards d’euros en 2010 par le patronat.

  15. Nothing personal… merci de retirer cette vidéo d’ici, il ne peut s’agir que d’un fake ou équivalent !!

    Je ne peux pas croire, je dis bien PAS CROIRE, qu’un type aussi haut dans sa boîte, puisse être à ce point imbu de lui-même et être aussi bête. C’en est désarmant. Je veux croire qu’il s’agit d’une manip ou d’un bug genre Alessio Rastani.

    Je vois d’ici les libéraux, détracteurs de l’interview, cherchant à discréditer d’un coup ce gars-là et ceux qui diffuseront la vidéo. Va y avoir du sport, en effet.

    1. Ben si mon gars , le CDI c’est le dernier rempart , et nos amis bruxellois le savent bien puisqu’ils projettent un remaniement des législations du travail en Yourope !
      La flexi-insécurité universellement reconnue comme muselière des peuples …ou…l’épicurisme poussé à son paroxysme: prends aujourd’hui ce que tu n’auras pas demain !

      1. @ jiemo
        « le CDI c’est le dernier rempart »
        Il ne restera plus que les retraités en CDI, les der des der. Ce sera sans doute la dernière catégorie à laquelle s’occuperont les marchés. Il faut bien en effet un simulacre d’aval démocratique.
        il y a longtemps, du temps où j’appréciais Philippe Val dans sa chronique du lundi à 18h50 dans l’émission de Jean- Luc Hesse sur France Inter, ce premier avait conclu l’une de ses chroniques: « Nous avons confié notre avenir à ceux qui n’en ont pas. »

    2. « Ce reportage de François Ruffin, journaliste et reporter, a été réalisé pour l’émission de Daniel Mermet » Là-bas si j’y suis ». Nous avons pu entendre la première partie la semaine dernière, nous devions entendre la seconde partie le lendemain….seulement voilà, les électeurs socialistes ont pris peur, ce que je comprends, et ils ont laissé de nombreux messages désapprouvants cette émission sur le répondeur, que nous avons pus entendre le lendemain en début d’émission, comme c’est la coutume dans Là-Bas si j’y suis…
      J’imagine que suite à toutes ces réactions et à l’engagement politique de ce reportage, Daniel Mermet s’est fait « recadré » par la direction de France inter car le lendemain nous n’avons pas entendu la suite de l’émission… il nous a informé le surlendemain que celle-ci serait diffusée après le 6 mai… »

      Témoignage d’une internaute recoupée par d’autres que je me contente de retranscrire par défaut n’ayant pas écouté Mermet ces derniers temps. Donc à confirmer…

    3. Ne prenez pas pour de la bêtise, ce qui est simplement une nécessité opérationnelle. Ce monsieur fait le job pour lequel il est payé. Le plus amusant c’est qu’il est payé par ses clients
      qui vont voter contre ce qu’il fait.

      Arrrgh! je suis fait. On va bien rire à la prochaine ag locale du crédit agricole.

      A quoi sert mon argent?Et le vôtre ?

    4. @ Gaetan et suivants

      Pour être explicite, j’ai bien dit « je veux croire » tant je suis abasourdi par cette interview et que je j’ai du mal à y croire.

      Pour ce qui est de son intelligence, j’ai tout de même quelques doutes :

      1) Il creuse sa tombe et semble à peine le comprendre, sauf devant les questions qui lui présentent des cas de figure qu’il ne veut pas (ou peut pas) envisager tant elles remettent en question ses postulats de départ. Son visage se brouille cependant devant l’évidence.

      2) On est toujours le « con » de quelqu’un. Lui peut parfaitement servir de fusible pour une direction du Crédit Agricole qui, suivant les résultats des élections, se fera un plaisir de le désavouer au nom d’une moralisation factice des pratiques financières.

      3) Il n’envisage qu’une seule solution (ce qui n’est jamais bon), à savoir la reconstruction de marges de profit (et ou de désendettement) rendues possibles grâce à la flexibilité du contrat de travail. Ceci augmentant le rapport de force de l’employeur (par rapport aux revendications salariales) que ce dernier ne parvient pas à maîtriser dans le reste de son environnement (concurrence trop forte et pas toujours loyale, coût exorbitant et inutile du crédit, etc). Bref, avec les salariés au moins, on sait à quoi s’en tenir. Le profit restauré (pour qui ?) ne pourra donc se faire qu’au détriment des salariés, lui y compris.

    5. Je ne peux pas croire, je dis bien PAS CROIRE, qu’un type aussi haut dans sa boîte, puisse être à ce point imbu de lui-même et être aussi bête.

      Et pourtant…. depuis le temps qu’ils nous pondent conneries sur conneries il serait temps de leur ôter ce voile de « génie » dont ils s’affublent de manière fallacieuse.

      La seule vraie manip c’est d’avoir pu faire croire si longtemps en leur prétendue supériorité.

      Mais qu’entend-je au loin? n’est-ce pas un air de carmagnole?????

    6. @ ThomBilabong
      « Je vois d’ici les libéraux, détracteurs de l’interview, cherchant à discréditer d’un coup ce gars-là et ceux qui diffuseront la vidéo. Va y avoir du sport, en effet. »

      Le si talentueux Philippe Manière par exemple.
      Il est venu réciter son catéchisme chez Taddéi l’autre soir (Mardi?).

      1. Oui, exactement !!!

        Et je vois d’ici quelques dirigeants de la Finance, soucieux de donner le change et de s’acheter en façade une conduite adaptée à la nouvelle donne politique, se mettant à crier qu’ils n’ont jamais, au grand jamais !, cautionner une telle opinion « qui ne concerne qu’un obscur analyste, etc… »

        Et de crier, la main sur le coeur :
        « Croyez-vous que le Crédit Agricole, le partenaire historique de tous les développements de la France, puisse un seul instant prôner le retour à la précarité généralisée ? Voyons, nous sommes bien conscients que la France a encore des efforts à faire pour rejoindre les niveaux de performance et de compétitivité de ses partenaires, mais de là à souhaiter une telle radicalité ! Ce n’est pas l’habitude de la maison ! »

        Au final, c’est ce pauvre analyste Doisy qui va gentiment rejoindre la cohorte de Pôle Emploi, euh pardon, les salons feutrés d’un Outlplacement de Luxe ! Une prophétie autoréalisatrice express en quelque sorte !

      2. @ Thombilabong

        Vous avez un pseudo dont le début me plaît car il me rappelle mon idole. La suite un peu moi car je l’imagine se casser la fiole dans l’escalier.

        « Croyez-vous que le Crédit Agricole, le partenaire historique de tous les développements de la France, puisse un seul instant prôner le retour à la précarité généralisée ? Voyons, nous sommes bien conscients que la France a encore des efforts à faire pour rejoindre les niveaux de performance et de compétitivité de ses partenaires, mais de là à souhaiter une telle radicalité ! Ce n’est pas l’habitude de la maison ! »

        Votre vrai prénom ne serait-il pas Philippe?

      3. Hé non, désolé, mon prénom commence vraiment par Thom.
        En revanche, j’envisage sérieusement de changer mon pseudo en « pata negra », mon cochon préféré pour les délicieuses charcuteries dont il est la source (hélas une fortune !)

  16. L’interviewer demande dans le film à Nicolas Doisy s’il bénéficie d’un CDI. Il aurait pu lui demander s’il se considérait lui-même comme l’un des rouages de ce marché indéfini et tout puissant qui lui revenait sans arrêt à la bouche.

    1. Ce qui est merveilleux c’est que ces gens ne comprennent pas que tuer le droit du travail c’est aussi en grande partie tuer le Droit avec un grand D, la Justice
      Attention au retour du baton car il faut alors accepter une société de plus en plus violente dont lui-même pourrait être la victime
      ils veulent remettre en cause le droit « des autres » mais ne comprennent pas qu’ils puissent se faire braquer leurs audis

    2. Et aux douze coups de minuit, le carrosse se transforme en citrouille et les chevaux rentrent à l’écurie.
      – Quelle incurie venant de notre Prince dit l’un.
      – Plus de flouze, rétorque l’autre.

    3. Oui tout a fait, l’illusion de faire partie de l’élite ou l’espoir d’y parvenir…
      technique de base d’asservissement.

      Quand on voit ce que vous arrivez à faire avec un budget de communication de 3000 euros par mois
      imaginez les sommes dépensées dans la propagande liée à l’auto-justification du marché , et le plus souvent en étant défiscalisée?
      imaginez surtout,car il ne faut pas perdre son temps,
      comment cet argent pourrait être employé de mille et une autre façon plus utile, s’il était taxé comme il se doit.

      Toute formule du style : « la terre tourne autour de la lune, et c’est très bien ainsi et il ne saurait en être autrement »
      sera désormais taxé à 100% de ses coûts de conception, de diffusion.
      Afin de protéger les investissement que l’état réalise dans l’éducation de sa population, le produit de ces taxes sera reversé au budget de l’éducation nationale.

    4. La réaction sur la question du CDI était néanmoins intéressante (de part l’incompréhension culturelle entre l’interviewer et l’interviewé). Connaissant un peu ces gaillards, il a surtout été un peu gêné d’avouer qu’il était dans la même catégorie que les CDI dont il parlait. Il est évident qu’il ne s’est pas dit « moi aussi j’ai la protection d’un CDI ». Ils s’en foutent du CDI. Et de toutes façons, ils changent d’employeur régulièrement (cela fait même partie d’un bon plan de carrière, c’est bien perçu dans le milieu pour bien se démarquer des CDI prolos qui restent pépères chez le même employeur pendant 20 ou 30 ans).

      Il est évident aussi qu’il se considère comme faisant partie des gens « qui gagnent », « qui décident », etc. De manière générale, il était plus attentif au regard des gens hors-champs (des collègues, voire des supérieurs hiérarchiques) qu’à ce que peut bien penser le bas peuple ou des intellectuels gauchistes (représenté par le journaliste) de son discours. On s’imagine mal dans quel mépris conscient et inconscient les gens qui composent « les marchés » (professionnel et investisseurs amateurs) tiennent le commun des mortels.

      1. On s’imagine mal dans quel mépris conscient et inconscient les gens qui composent « les marchés » (professionnel et investisseurs amateurs) tiennent le commun des mortels.

        Voilà. Très bien dit. C’est exactement ce que révèle, pour moi qui ne les côtoie pas, la fanfaronnade de cet abruti.

  17. et elle sera belle cette prise de la bastille avec ses cohortes d’employés ventripotents criant à qui mieux-mieux leur appétence du pouvoir d’achat et de capitalisme enfin à visage humain. et il se trouvera toujours un attali pour leur vendre une économie positive, éthique et sympathiquement mondiale… il a raison de se marrer le monsieur à l’évocation de « l’irruption du peuple dans l’histoire », ça ne mérite pas autre chose… même les révolutions ont besoin des financiers…

    1. Merci Marcy,

      Par contre, je suis très déçu.

      Moi qui croyais que cette note allait me dire dans quoi il fallait que je place mon pognon… ben non, rien… Je me demande combien les clients de cette « Chevreuse agricole » payent pour ce genre de notes…

      Je m’imagine au japon, les pieds sur mon bureau, en train de lire ce torchon… illico, je prends le téléphone et j’ordonne à la compta du bloquer tous versements à ces rigolos de franchouillards….
      – « Attention! Un président socialiste risque d’être élu en France »… tu parles d’une info…
      Tu t’abonnes au Figaro… et t’as la même depuis 6 mois… non stop… et avec des dessins censés être humoristiques…

      Post scriptum…
      C’est moi ou ce Nicolas Doisy a comme un accent improbable…?
      Je pense que P.Jorion devenu imbattable dans l’art d’adopter l’accent du cru saurait en identifier la provenance…
      Allez, je lance les paris…. je mise dix euros… et je dis … attendez, laissez-moi réfléchir… allez, va pour germanique…
      Faites vos jeux…

  18. Il est encore en poste ?

    Au moins c’est clair, il s’agit d’une guerre à chacun de choisir son camp
    j’ai choisi le mien

    1. est-ce que vous auriez pu passer dans le camp des autistes?
      on ne choisit pas je pense.
      le choix c’est l’argument du rêve américain, mais il n’existe pas, c’est juste la pub.
      si tu n’est pas un maitre alors, …

  19. J’ai peine à croire à la réalité de cet entretien tant il est caricatural. La chasse au CDI apparaît comme un objectif par trop ciblé. Cependant le dénommé Nicoals Doisy semble bel et bien exister au poste indiqué, et je ne peux pas croire que ce document soit publié sur le sitte de Paul Jorion sans un minimum de crédibilité (et nous ne sommes plus le 1er Avil).

    Le personnage se surestime sans aucun doute, ainsi peut être que ses pouvoirs. Mais si une telle mentalité et un tel souci de l’intérêt général sont répandus dans les milieux financiers et politiques, il n’y a plus 36 solutions.

    Dans l’attente, il ne serait pas inintéressant que l’attention des blogs les plus fréquentés et d’un maximum de médias soient sollicitée pour relayer cette édifiante vidéo.

    1. « J’ai peine à croire… »

      C’est ça qui fait leur force : notre « peine à croire » en leur absence totale de scrupules.

      Pour ce qui est de relayer, c’est déjà fait ici, , et encore 😉

  20. Merci pour ce lien vidéo. Excellente trouvaille, il faut la partager, elle est limpide. Voici le lien direct si l’un d’entre vous veut la poster sur Facebook:
    http://dai.ly/HTzp24
    C’est fascinant, ça m’évoque American psycho. Mais cette fois ci Patrick Bateman est global.
    Merci encore!

  21. Je me demande si cette interview à plus appris aux lecteurs de ce blog qu’à ce cadre de la finance. A la fin du film, en tournant la tête, regard inquiet vers l’extérieur, il semblait que le bonhomme ai soudain senti un frisson lui monter sur toute la nuque, réalisant l’énormité des événements qui risque d’arriver dans quelques mois. Lucidité des 5 dernières minutes du condamné ?

  22. Cynique sans doute mais sûr de lui. La chance de Hollande ; le rejet massif de Sarkozy qui ferait pire encore. Mais la montée de Melenchon montre bien le doute d’une large partie des électeurs pas tout a fait rassurée par cette élection. Le même doute habite de nombreux électeurs de Hollande; Une vraie résistance populaire pourrait seule enrayer la machine. Se réalisera t elle nul ne peut le dire en ses temps incertains. Un nouveau président bénéficie toujours d’un crédit de quelques mois. En profitera t il pour donner raison à ce monsieur. A suivre …

  23. Au moins il a le mérite d’avoir accepté d’être interviewé et de parler directement.
    Et oui, avec cette élection, on se sent cocu à la fois par l’époux (se) et par l’amant (maîtresse).
    Mais un constat : ce sera très difficile pour celui qui sera à la tête de l’Etat, de gérer. Restera que le spectre du terrorisme ou des (é)meutes de banlieue pour tenir en laisse ceux qui auraient comme qui dirait des envies de demander des comptes…

  24. Une telle inepte f’ranchise de la part de ce monsieur paraît à peine croyable;ce que l’on devinait,dans les grandes lignes,se prépare bel et bien.
    A nous de nous préparer,sinon,un long hiver austéritaire nous attend…
    Comme disaient les anciens(Ceux qui n’ont pas tourné jaquette…):
    Osez lutter!Osez vaincre!

  25. Qu’ils le fassent ! Qu’ils flexibilisent encore le marché du travail en portant atteinte aux garanties octroyées par le CDI et ce sera la réforme de trop. Que ce soit en 1789 avec le renvoi de Necker, en 1830 avec les ordonnances de Charles X dont la première suspendait la liberté de la presse, en 1848 avec l’interdiction des réunions publiques, à chaque fois, le peuple français est descendu dans la rue avec pertes et fracas.

    Espérons que la montée en puissance du FDG et de JLM est la preuve d’un véritable réveil des consciences capable de s’opposer avec force, virulence, et pourquoi pas violence, au cynisme d’un Doisy, des marchés financiers et d’une Europe ultralibérale. Si une telle mesure était prise, nous aurions, cette fois-ci, la preuve irréfragable que la démocratie est définitivement morte.

    Face à de telles déclarations, comment voulez-vous éviter les déchaînements de violence et de haine contre une finance sans morale et sans scrupule ?

  26. Le Peuple, ce cocu qu’ils croient résigné, va leur faire payer.

    Je suis confiant à ce sujet.

    Mais le plus tôt sera le mieux, car tout retard supplémentaire se paiera dans le sang.

    Il est encore temps d’en sortir maintenant, comme d’une simple plaisanterie, un innocent « poisson d’avril » un peu lourd, bref à l’amiable. Et chacun pourra encore sauver sa peau.

    Sinon…

  27. Pour répondre à François Leclerc et à contrario d’un exemple que donnait un jour Jorion, j’ai connu un directeur des ressources humaines qui s’est lui-même licencié ! Jusqu’au bout… Libéralisme quand tu nous tiens !
    « Va y avoir de la bagarre ! » J’espère qu’on va mieux riposter que Oliver Hardy !
    C’est sûr que ça va tanguer si Mélanchon fait ses 14% et qu’ensuite Hollande fait son Papaandréou. Le spécialiste peut nous parler de la loi des marchés. Il aura, tout comme Hollande, à prendre en considération un probable raz de marée populaire. S’il se croit malin avec ses analyses, il doit savoir aussi que la plupart des gens sont également sur leurs gardes quant « aux contraintes du marché ». S’il y a bien un traité qui a été critiqué tout au long de la campagne électorale c’est bien celui de Lisbonne.
    Il y a également une donnée dont les observateurs étrangers ne tiennent pas assez en compte quand ils évoquent les programmes électoraux des candidats aux élections présidentielles. La France est un pays où le libéralisme et même le capitalisme y est le plus contesté. Sur les 10 candidats, près de 5 – en comptant le FN – sont clairement des anti libéraux. Quant aux cinq restant ils ne se privent pas de critiquer le système libéral et la finance.
    Dans ce contexte il ne faut pas s’étonner à ce que les journalistes étrangers, qui ne conçoivent qu’un monde libéral capitaliste, soient déçus. En fait on ne répond pas aux questions que, eux se posent. Comment les Français vont-ils rembourser leur dette publique ? Quand admettront-ils enfin qu’ils doivent se laisser presser le citron jusqu’à la dernière goutte ?
    Et ils attendent des réponses implicites… En réalité de Mélanchon à poutou ils ont eu sur ces sujets des réponses très claires qui correspondent à l’état d’exaspération d’une large partie de la population. Soit ils ne veulent pas les entendre et donc en parler, soit ils les considèrent comme absurdes et utopiques.
    A nous de leur mettre encore plus les points sur les i en descendant dans la rue le 7 mai. Et en réquisitionnant les biens des grandes entreprises, les entreprises elles-mêmes dès que les marchés vont commencer à tousser. Il y a de fortes chances qu’il y ait dans la foulée (hop hop hop) d’autres Européens comme des Espagnols, des grecs, des Italiens….

  28. D’où ce Monsieur tire-t-il la certitude que François Hollande va l’emporter?

    Des sondages neutres ne cherchant pas à influencer l’opinion, donc privés, ne seraient-ils pas à l’origine de cette étrange prémonition?

    Les résultats des études d’opinion à la Une des journaux ne seraient-ils qu’un éclairage en trompe-l’œil?

    Je commence à penser que les méthodologies « sondagières » sont très différentes selon que les résultats sont, ou ne sont pas, destinés à publication. La méthodologie d’un sondage « à publier » ne devenant neutre qu’à l’approche de l’élection, afin de gommer progressivement des écarts de prévision qui décrédibiliseraient tout le business.

  29. Le pauvre Monsieur ! Si cette vidéo continue à se propager, il va être mis fin à son CDI avant l’heure, pour ainsi dire.

    pas donné à tout le monde d’être ainsi en avance sur son temps

    1. Etincelles

      Entre autres…

      Un jour, après qu’un petit vendeur de légumes a été une nouvelle fois harcelé…
      ===> une révolution

      Un jour, après qu’une indécente vidéo a fait le tour du net…
      ===> ???

  30. A diffuser largement pour obliger Hollande à bruler ses vaisseaux.
    En tout cas l’effet Meluche joue à plein et la Finance, malgré ses sourires carnassiers, commence quand même à flipper.
    C’est bon signe…

    comme quoi aussi il y a des journalistes qui font leur boulot. Mais bon, ils ne passent pas au 20heure
    Twittez un max les liens de la vidéo, faites le savoir…

    1. D’après Perrineau qui intervient également dans le « Politoscope » de début mars de Cheuvreux où l’on a l’analyse on ne peut plus « réaliste » de Doisy, c’est bien l’électorat lepéniste qui met d’abord Hollande sous pression noniste et anti-flexibilité (voir les courbes)…
      Bref les deux fronts nationaux se retrouvent bel et bien unis dans la bagarre annoncée.
      J’ai pas vu la vidéo et je m’en tape, je préfère les textes :
      http://www.masutti.lautre.net/wp-content/uploads/Chevreux-Hollande_trad.pdf

      1. @ La Vigne,

        Ce chart a été entièrement construit pour arriver à cette concordance monte/descente des courbes Hollande/Lepen. C’est tellement visible que ça en est ridicule. Rien que la légende aurait dû t’interpeller :

        « source BVA CSA Harris LH2 Opinion Way TNS Sofres … blablabla »

        Tirer une conclusion de cet artifice et au mieux une faute d’intelligence, au pire un acte volontaire bassement manipulatoire. Je te laisse le choix comme à un petit samouraï pour choisir ton seppuku.

        Toute la courbe est faite en ponctionnant et mélangeant entre tous les instituts, tous les scores. Lamentable.

        Contrôle ici en dessous pour les données :

        http://www.sondages-en-france.fr/sondages/Elections/Présidentielles%202012

        (archives dispo pour reconstruire à qui le souhaite, avec un peu de patience et un tableur Excel).

        Deux fois en 24 heures, avec ta source, proprement, sans crier, méthodiquement. Sans rancune ! Ce n’est pas contre toi, mais contre une méthode. Quand on a de la culture, et un sens de la recherche, on ne s’en sert pas pour raconter de minables menteries. C’était ma minute de moraline, on ne m’y reprendra pas.

    2. « l’effet Meluche joue à plein et la Finance, malgré ses sourires carnassiers, commence quand même à flipper. » Ah, lala…Ca me fait penser au tigre de papier. quand on surestime l’ennemi et qu’ensuite on voit la réalité cruelle de muscles gonflés aux amphet et produits dopants, on a tendance à penser qu’on est pour quelque chose dans la panique dont il a été pris. au final chacun a été victime de son imagination.

  31. Sans parler de marché, j’adore enfin voir le visage d’un des brillants analystes du Crédit Agricole.

    Un de ces génies qui a contribué à une perte de valeur de plus de 60% de sa boite et qui arrive à faire croire qu’il lui reste un quelconque pouvoir, ça force le respect.

    3.82 euros l’action du CA à la clôture, jamais vu si bas..

    Et ça manipulerait à la fois le marché et les élections, ça aurait une STRATEGIE?

    1. Après la sortie de l’eurostox 50, c’est p’têt bien celle du Cac 40 qu’est en route pour Casa… Les bancaires plombent l’indice. Natixis a été viré en septembre. Prochain à dégager : la banque verte. À moins de 10 milliards de capitalisation et moins de 4€ l’action, son compte est bon. SG ensuite et comme prévu BNP en last warrior….

      1. Et ben c’est le gros plongeon pour le CA : 3.56 l’action à 16h12.

        A votre avis, ça vaut le coup de nationaliser à partir de combien?

  32. J’ai écouté l’interview…sidérant mais pas surprenant.
    Je l’ai redémarré, mais sans le son; rien que les images de ce monsieur Doisy . On le voit dire » Vous allez tous mourir, esclaves, dans l’air vicié du grand crime universel. Vous ne le saviez pas?, regardez les Grecs, ils le savent, et les Italiens et les Espagnols aussi, et pas vous? »

    1. C’est précisément parce que nous l’ignorons qu’ils vont tomber sur un bec.
      « Il ne savait pas que c’était impossible, alors il l’a fait… »

  33. Ces gens ont été formés de la même manière : le marché doit servir le marché.

    Ce monsieur est un G. Sorman sans maquillage. Il pousse jusqu’au bout et sans faire chichi la logique de la « pensée » libérale moderne.

    La rémunération très élevée que ces individus reçoivent contribue à en faire de loyaux serviteurs des patrons du système. Cela sert à les attacher mais aussi à les convaincre qu’ils sont des génies de la finance.

    Vivant entre eux, ils nous voient « du-dessus ». Et nous ne sommes guère plus que des fourmis.

    Pour eux, le système ne peut fonctionner autrement et il est éternel. (FUKUYAMA).

    Mais si on résume, pour nous, cela signifie que de toutes façons, c’est le knout.

    Ils ont voté pour le knout et l’angoisse d’un côté, et pour la tranquillité, du leur.

    Tout est dit : alors autant arrêter les niaiseries : Front pop…

    Et voyons ce qui se passe si l’existence d’une nation politique constituée d’être humains se manifeste, seule hypothèse qu’ils ont exclue.

    1. Arrrf Fukuyama ou l’enchanteur Merlin , m’demande ce qu’il est devenu celui-là , en vacances avec Huntington p’têtre !

  34. Regardez le cours de l’action Crédit Agricole depuis 3 ou 4 ans. De quoi faire douter des compétences de ce monsieur.

    1. « Mais non, si le court de l’action est si bas, c’est à cause des CDI.
      Tout ira bien dans quelques mois  » Machiavel.

  35. Bon, ben le monsieur il dit ce que l’on sait. Il parle vrai. Le mur – ou l’abîme – qui se présente régulièrement sur la piste de vitesse, il ne veut pas en entendre parler, mais ce serait injuste de dire qu’il est le seul.
    Au fond, ces propos sont une simple confirmation. Je ne vois pas ce qu’il y a de scandaleux à énoncer la vérité. Quand M. Jorion nous explique que la situation est bien celle-là, nous ne sommes pas scandalisés. Parce que M. Jorion a des propositions pour changer la donne, on est bien d’accord. Toute la différence est là.

    Le constat est simple, et il est connu depuis des décennies, au moins. Des propositions concrètes, il y en a sur ce blog, Il y en a ailleurs, il y en a partout ou presque (Friot, Lordon, Jorion, etc.). Je me sens assez impuissant, mais à part parler autour de soi de ces propositions, d’amener le plus de monde possible à voir un peu autrement (et non pas à rêver un monde paradisiaque…), échanger des propos, réfléchir, tenter de penser, à part cela, je ne vois pas l’utilité de monter sur ses grands chevaux face à ce discours, scandaleux, certes, mais sans surprise aucune. On le connaît. C’est bien de pouvoir l’entendre, mais ce n’est qu’un visage.

    Political Blues by The World Saxophone Quartet (youtube)

    Bonne journée à tous.

  36. Nicolas Doisy, c’est la marquise de la Rochejaquelein.

    Tout va très bien pour vous, madame la marquise.

    Profitez-en.

    Profitez-en bien.

    Le récit suivant est de la marquise de La Rochejaquelein :

    Le 13 juillet 1789, les régiments de Bouillon et de Nassau arrivèrent à Versailles. On les logea dans l’Orangerie ; nous fumes les voir. Le lendemain, 14 juillet, une foule brillante et nombreuse se promenait dans le parterre du midi, au-dessus de l’Orangerie. Les officiers avaient rassemblé la musique, qui jouait des airs charmants ; la joie brillait sur tous les visages : c’était un tableau ravissant.

    Mais jamais je n’oublierai le changement subit qui s’opéra. Nous entendîmes d’abord des chuchotements. M. de Bonsol, officiers des gardes du corps, vint à nous, et dit tout bas : « Rentrez, rentrez, le peuple de Paris est soulevé ; il a pris la Bastille ; on dit qu’il marche sur Versailles. » Nous nous dirigeâmes aussitôt vers notre appartement. Partout la crainte succédait à la gaieté, et en un instant les terrasses furent désertes.

    Constance de Caumont d’Ade, marquise de La Rochejaquelein.

  37. Je pense que Paul vous désignait la lune. Et beaucoup ici regardent le doigt.
    Dans son genre, il est plutôt lucide et fait preuve de recul et d’un certain cynisme. Il fait ce pour quoi il est payé.
    Ce qui est fondamentalement à remettre en cause n’est pas un rouage de ce système mais le système lui-même.

  38. 2000 Md€ de réduction de bilan de 58 banques =+- le pib de la france soustrait.
    60 millions d’êtres humains rayés de la carte zone euro.
    La france sans production durant un an.
    Voilà le scénario qui vous attend.
    Encore mieux………quel financement sous tend le pib ? 10-20-40%
    10% = 600 millions d’humains sans nourriture durant un an en zone €.

    1. 2900 Md€ bilan de la BCE , alors quoi on raye la BCE de la carte ?
      On voit bien que tout çà va prendre des années avec des h et des Bas , que le temps est l’élément le + impor-temps.

  39. Nicolas Doisy travaille pour le CREDIT AGRICOLE.

    Quelle est l’évolution du cours de l’action CREDIT AGRICOLE ?

    Depuis le 1 Janvier 2012 : – 11.15 %

    Depuis 1 semaine : – 5.88 %

    Depuis 1 mois : – 24.70 %

    Depuis 3 mois : – 19.93 %

    Depuis 6 mois : – 22.41 %

    Depuis 1 an : – 63.62 %

    Depuis 3 ans : – 61.07 %

    Depuis 5 ans : – 87.20 %

    http://www.boursorama.com/cours.phtml?symbole=1rPACA

    1. Faut dire qu’avec des guignols dans le genre de cet économiste, ça me fait mourir d’écrire ce mot en voyant ces gens, bref ce gus qui économise jusqu’à son sens du discernement, on ne peut pas s’attendre à des scores plus performants. Même surprenant que tout ce bazar n’est pas encore fait faillite définitivement. Mon dieu que j’en ai croisé des chiefs de ce calibre. Des entubeurs de première.

  40. Paul,
    Vous devriez donner la source de ces vidéos, c’est indispensable. Je crois reconnaitre la voix de François Rufin pour la 1ere video

    1. « Global Execution »
      et un peu en-dessous
      « Cheuvreux Live! »
      Mignon !

      la page d’accueil révèle une grande maîtrise de l’art exigeant du cliché
      Respect !

  41. Moi je vois qu’il avoue que tous les autres pays sont revenus sur le droit du travail, mais que le résultat n’est pas bon dans ces pays là (vu l’augmentation de la misère et l’effet sur l’économie).

    Et qu’il a peur d’une révolution qui au minimum le conduirait en prison (c’est l’angoisse).

    Il faut prendre les gens à leur propre piège.
    L’état est trop interventioniste….ok plus d’aide en cas de faillite des banques Française….: Attaquez nous et on vous tue votre système financier mondial!

    au mieux, ça force la BCE (et donc l’europe) à intervenir (fédéralisme à marche forcée), au pire la France restera dans l’histoire pour avoir tuer la bête en se sacrifiant!

    1. Cedric, « flexsécurité », « mobilité » « modèle danois », mais aussi Stigler (théorie du « job search ») —> Pissarides —> Étienne Wasmer. : http://www.cae.gouv.fr/IMG/pdf/CAE090_Mobilites_V1b.pdf ) et Kramatz (commission Attali) : http://www.telos-eu.com/fr/article/marche_du_travail_un_accord_historique
      Conclusion de l’article de Kramatz (sur l’accord du 11 janvier 2008 sur la modernisation du marché du travail) :

      […] La France a trop souffert de réformes partielles de son marché du travail. L’accord actuel aurait pu être un pas utile dans la bonne direction car les négociateurs s’attaquaient aux vrais problèmes, pas à tous certes, mais à une partie significative d’entre eux. Malheureusement, les jeunes sans emploi, les chômeurs, les entrepreneurs devront encore attendre… Sauf si l’Etat prend ses responsabilités et se substitue aux négociateurs. Mais cette solution est peu probable car comment désavouer des organisations ayant réussi à s’entendre, plus pour leur bien que pour le bien commun.

  42. C’est une offensive européenne, avec ses relais habituels dans la presse.

    Un reportage surréaliste hier au 20h (vers 9:30 sur la vidéo) sur ces pauvres patrons italiens qui ne peuvent pas licencier (ce qui est quand même le cœur de leur métier).

  43. à propos du génie du credit agricole interviewé ,

    il y a quelques années , j’ai pu discuté avec « une petite main » du cabinet Deloitte , ils n’ont aucun état d’âme « nothing personal » de vrais robots .. abime effrrayant …

    c’est là où on se demande si il existe une conscience humaine … si ils sont humains ou si les possedants sont des extraterrestres ..

    dans d’autres circonstances , ils pourraient très bien passer devant une cour de justice internationale …mais ils font « seulement leur job » que de toute façon d’autres feraient à leur place pour plus cher encore …

    desespérant ..

  44. L’objectif de la finance c’est de diminuer les coûts des fins de contrats de travail pour les transformer en rémunérations supplémentaires pour les actionnaires.

    Cela n’est pas nouveau, et s’inscrit dans la continuité de l’action des dominants sociétaux qui visent à une prise de pouvoir sur la population et à son « accession » à une nouvelle forme d’esclavage que nous n’imaginons pas encore, tant elle utilise les conséquences des contraintes légales qui se justifient sur fond d’une liberté et d’une démocratie qui apparait de plus en plus factice.

    Cette stratégie est celle « du doigt qui montre la lune » pour faire oublier qu’il existe.

    1. L’objectif de la finance c’est de diminuer les coûts des fins de contrats de travail pour les transformer en rémunérations supplémentaires pour les actionnaires.

      Ce n’est qu’une partie de la stratégie.
      Il s’agit également de renforcer le rapport de force employeur / employé afin de pouvoir peser toujours plus sur les revendications de salaire à l’embauche et pendant durant le contrat.

      En fait, c’est en vue d’attendrir la viande tout au long de sa vie professionnelle du travailleur : avant le contrat, pendant, à la sortie et après le contrat (pour avoir moins de prétention à l’embauche suivante). Cela ne doit jamais avoir de fin !!!

      Quand on met en regard cette réalité avec celle des emplois toujours moins nombreux face à la robotisation de toute l’économie, on réalise combien un type comme ce Doisy marche totalement sur la tête, sans même avoir l’ombre d’un doute qu’il se trompe.

  45. Les grandes manoeuvres ont commencé.
    FH ne touchera pas au traité lui-même, et en particulier aux clauses concernant l’automaticité des sanctions et la réduction des déficits, mais il ajoutera une annexe ou un protocole (les deux ayant une valeur juridique) concernant la croissance. Le tout avalisé par une « renégociation » au Conseil européen des 28 et 29 juin.
    Il lui faudra aller vite. Au lendemain de de la grève générale en Espagne, le Figaro félicitait Rajoy pour avoir mené les » réformes douloureuses » en début de mandat…S’agissait-il seulement de l’Espagne? Suivez mon regard.
    Le TSCG, la machine infernale qui va amputer le budget de 80 milliards d’euros dès 2013, qui va autoriser en France l’envoi d’émissaires pour faire passer les plans destructeurs de l’ UE et qui va soumettre le pays à un système de sanctions automatiques: « On n’y touche pas! »
    Ce ne sont pas seulement les CDI qui vont y passer mais l’assurance maladie, l’assurance chômage, les retraites, les allocations familiales, l’hôpital et l’école.
    « France in denial ». Vous connaissez?

    1. @ Bruno
      « Les grandes manoeuvres ont commencé. »

      Il me semble que de Gaulle avait dit à Peyrefitte: « Quand un grand pays s’aperçoit qu’il a été couillonné alors il se dit: « J’ai été couillonné » puis il déchire les traités, c’est pas plus compliqué que ça. »

  46. J’adore l’expression de Michael Maloney « Tonte à haute fréquence » au lieu de trading à haute fréquence…

    1. Il s’agit bien entendu d’instaurer un rapport de forces mais n’ayant que de faibles compétences en économie et n’ayant pas connaissance de l’ensemble des tenants et des aboutissants, il m’est difficile d’en prévoir l’issue. Dimanche je voterai Hollande mais j’ignore quels sont ses véritables intentions, sa détermination mais surtout les appuis dont il pourrait bénéficier pour parvenir à réformer le capitalisme, Quant à la morgue de ce financier, elle ne m’impressionne pas, elle aurait plutôt tendance à me faire sourire. Lui au moins il a les pieds sur terre, il ne se paye pas des mots, il ne s’attarde pas à ces aimables plaisanteries que sont les élections, il sait avec ses collègues employer un langage « direct ». Il est dans le « factuel » (sous entendu les citoyens et la classe politique sont dans la gesticulation), il détient le véritable pouvoir et il sait que quoi qu’il arrive le rapport de forces tournera à son avantage. Ce sont ces mêmes « réalistes », « directs » et »factuels » qui pariaient sur une croissance illimitée de la valeur des biens immobiliers aux Etats-Unis. On sait ce qu’il est advenu de cette forme de « réalisme ».

      1. >fabio79

        Allez lire l’article que je cite plus haut, vous verrez ce qu’ont fait vos « amis » socialistes…

        En fait, je devrais plutôt écrire « ce que VOUS ont fait vos amis socialistes », puisque je doute que vous n’ayez, comme la plupart d’entre nous directement profité de l’extention de la finance… Et épargnez moi le bavardage sur l’assurance vie ou le reste…

      2. Blob

        comme je l’ai indiqué je ne dispose pas de votre finesse en matière d’analyse économique et par ailleurs je ne me retrouve guère dans la distinction amis/ennemis à la Carl Schmitt. Quand j’examine tout simplement l’offre électorale à gauche, je découvre une femme intègre mais quelque peu déphasée, deux groupuscules qui se disputent l’héritage du grand Léon (celui de l’armée rouge ou de la révolution espagnole, cela reste à voir) et un cracheur de feu, accompagné par les ex-danseuses du Bolchoi, ce révolutionnaire qui pendant 25 ans a mis le sénat à feu et à sang. Dès lors, plus quelques analyses supplémentaires je vous l’accorde, mon choix est relativement clair.

      3. >Fabio79

        Vous avez oubliez dans votre liste: un ex apparatchik sans envergure, plus tacticien que stratege et bordé à sa droite par une multitude de lobbyistes des banques. Mon choix est aussi fait.

      4. @Fabio

        Vous avez publié celui qui n’a pas de programme autre que de surfer sur la peur des gens (le vote utile sinon c’est la damnation éternelle) et d’en faire des moutons. Ah c’est celui ci qui fait l’objet de votre choix ?

  47. Je n’ai pas suivi la campagne de FH ni lu son programme.
    A-t-il clairement pris position sur le sujet de la renégociation du traité? A-t-il pris l’engagement de faire ratifier le traité par référendum?

    1. Non et non. Ajout d’un protocole non contraignant sur la relance, d’après Moscovici, et pas de referendum bien entendu. Le Front de Gauche le propose, je suppose que vous le savez.

  48. Ouh le vilain financier !…

    À ce stade, il serait intéressant que les uns et les autres clarifient leurs positions anti-financier ou anti-capitaliste ?

    PS : Pour ceux qui veulent lyncher des financiers, ne comptez pas sur moi pour en être, il existe d’autres moyens pour se libérer d’une emprise et bien d’autres aliénations nous enserrent, la finance ne constituant pas, à mes yeux, le joug le plus difficile à briser.

    1. « … Pour ceux qui veulent lyncher des financiers, ne comptez pas sur moi pour en être… »

      Vous me donnez votre part, alors…?
      Hey les gars, y’a Wallon qui me donne son dessert… aujourd’hui, c’est du financier…

      Merci Wallon… mais je ne vous dérange pas plus… je vous laisse briser les jougs qui vous enserrent…

      1. Désolé Al mais la perspective de prendre part à ce genre d’événement ne me réjouit pas du tout. Si c’est votre cas, je vous laisse gérer. C’est peut-être parce que je sais que je n’assisterai pas à la scène confortablement assis dans un fauteuil en écoutant les experts expliquer la situation (je ne dis pas là que ce serait votre cas).
        Si vous préférez insister sur le côté mélancolique de mon message, je vous suggère de vous intéresser au côté demande de clarification (en gros oubliez le PS si ça ne vous parle pas, mais je vous suggère humblement tout de même de vous imaginer au milieu d’une foule en furie procédant à un lynchage…perso cela me glace le sang), cela aura davantage d’intérêt que mes supposées entraves dont vous seriez exempt.

  49. Les propos de cet économiste de banque n’ont rien de bien originaux ou de particulièrement agressifs. C’est la vulgate habituelle uniformément répandue dans les salles de marché des banques, des hedges funds et des fonds de pension. Il représente une corporation qui défend ses intérêts, comme la corporation des retraités et des rentiers défend les siens (via les fonds de pension). Le problème c’est l’impuissance de l’arbitre et l’absence de règles, car il s’agit bien de cela. Chaque année la représentation nationale vote un budget en déficit primaire, chaque année le peuple français donne démocratiquement son accord pour emprunter toujours davantage, chaque année il accepte de se mettre toujours plus profondément entre les mains de la corporation des financiers. Le peuple français n’est-il pas souverain ?

      1. le langage bancaire déteint fortement sur tous les propos, c’est étrange non ? L’argent n’étant qu’une parole donnée , comment reprendre sa parole ? je dis ça, léger , hein et sans trop d’illusion sur la portée réelle des mots . eux qui sont engoncés dans leur boite et en vérité ne transfusent rien ou presque …

  50. Nous n’avons pas du tout affaire à un comploteur mais un analyste, un bon analyste qui voit bien que la situation de 2012 risque fort de ressembler à celle de 1981. François Mitterand avait été élu sur un programme de « rupture avec le capitalisme » qu’il a scrupuleusement appliqué. Devant la montée du déficit qui s’est ensuivi, il a du procéder au tournant de 1983 et faire accepter à ses troupes l’inéluctabilité du marché pour continuer à faire partie de l’Europe. Il disposait pourtant de toutes les armes économiques nécessaires, contrôle des changes et contrôle des prix. F H sera lui beaucoup plus démuni.

    La bataille française est donc perdue d’avance quelle que soit la réaction de la rue … à moins qu’elle ne déclenche une autre bataille, européenne puis mondiale remettant en cause l’ensemble du système auquel, pour l’instant, nous ne pouvons guère échapper au niveau national.

  51. Le marché s’imposera, ça c’est clair…

    4ème cas, et si le peuple intervient ?…

    Et si aussi des hommes politiques interviennent, poussé éventuellement par le peuple ?
    Voici un peu de lumière au bout du tunnel (en espérant ne pas être déçu encore une fois, mais alors garez les meubles, ce sera la dernière…).
    Quid d’une alliance avec les BRIICS pour faire plier ces arrogants qui se croient les maîtres du monde, ayant achetés tous ces politiques à vendre au plus offrant (comme Obama apparemment et malheureusement…).

    Il existe des marges de manoeuvres… Maintenant il faut être un homme politique d’envergure, avec du charisme. Est-ce le cas de Hollande ? J’ai des doutes. mais bon..
    Chacun jugera bientôt…

    Si le peuple intervient, les financiers pourront jouer l’économie à la baisse : ils vont se faire un max de pognon… mais ce sera leur dernier, il y aura des volontaires pour faire des listes et aller les chercher dans leur trou. Ca, le peuple sait faire, il l’a déjà fait…

    On verra alors quelle main invisible régule le mieux…

  52. Chevreux De Virieux …! Société de Bourse reprise par le C.A
    j’ai lu des études dithyrambiques à l’époque de l’introduction d’ Eurotunnel sur le marché RM (il fallait de gros capitaux donc plein de gogos pour y souscrire), Chevreux estimait un cours de 120€, (peut est-ce le même qui écrivait ces études ?) de sorte qu’il y a « à boire et à manger » dans ses propos..!
    Il est certain que la City et Wall Street (le cartel bancaire) réagiront mais leurs pays sont-ils en si bonne situation que çà ? ne cachent-ils pas ….à suivre !

  53. J’ai écouté ce Monsieur et je ne suis ni surprise, ni choquée. Je dirai comme Zébu plus haut, il fait des maths! C’est un rapport qui ne prend en compte qu’un côté des choses. Quelqu’un me disait il y a peu que si des gens (diplômés ou pas) ne trouvent pas de boulot c’est parce qu’ils n’ont pas de valeur! Il y a des gens qui pensent comme cela c’est tout. Et j’ose imaginer qu’un jour les gens sortiront dans la rue en masse pour protester contre ce paradigme inhumain. Et si les marchés sont si puissants, il faudra que ça saigne (hélas!) sinon nous nous retrouverons en esclavage.

  54. le journaliste :
    – Ce sera le Marché ou le Front Populaire .

    Le Marché :
    – Plutôt Hitler , que le Front Populaire !

    Il faut relire nos classiques .

  55. Cynisme business is Business: ““Si le futur président de la République ne libéralise pas le marché du travail en France, les marchés attaqueront ses finances.”.

    http://www.reporterre.net/IMG/pdf/Chevreux-Hollande.pdf

    Mario Draghi, ex Goldman Sachs de la BCE au Wall Street Journal (Médiapart – 3 marzo 2012): Pour lui, « il n’y a pas d’alternative » aux mesures d’austérité imposées aux pays de la zone euro. « Il n’y a pas de compromis possible entre les réformes économiques et l’austérité fiscale. Rediscuter les objectifs budgétaires entraînerait une réaction immédiate des marchés », prévient-il.

    Le modèle social européen, français et le “pacte social” est fini?
    On verra. Même avec le sans couilles (Aubry)
    Face à la politique de la peur (et à leur peur à la banqueroute et fin de système …), la dignité !

  56. Après l’argent, c’est maintenant le travail qui doit devenir une marchandise comme les autres bien soumises au marché. Les modèles mathématiques sont prêts.L’heure de la bourse du travail est arrivée. Les Directeurs des ressources humaines, du « capital humain » sont bien conditionnés. Les sociétés de recrutement d’esclaves aussi ; elles sont d’ailleurs en pleine restructuration pour bien répondre aux demandes du marché.

    La crise financière va générer cette prétendue « nécessité » du travail-marchandise, cette nouvelle mue du capitalisme. Bientôt les salariés ne devront plus donner leur nom, seul suffira leur matricule. L’horreur libérale dans toute sa cruauté. La société moulée sur les attentes des marchés à l’échelle mondiale se met ainsi en place insidieusement et nous laissons faire car nous sommes dans la confusion, victimes d’un décervelage, totalement sous emprise, manipulés comme des objets.Où sont les contre-pouvoirs ?

  57. Sortie aujourd’hui du documentaire de Pierres Carles sur le traitement médiatique de la campagne. Pour ceux qui pensent encore que Hollande va bouger dans le bon sens (enfin déjà le voir bouger serait remarquable), voir qui le soutient est tout de même intéressant.

    http://www.pierrecarles.org/

    1. 1- Virer l’équipe actuelle de bras cassés au pouvoir

      2- Forcer Hollande à choisir son camp: les citoyens ou la finance et ses relais politiques bruxellois

      3- Préparer les législatives en ce sens

  58. Commentaire d’une vidéo d’une conférence d’un médecin allemand que j’ai visionnée à partir de ce billet et que je ne retrouve plus!
    Impressionnant! Et il ne parle que du cartel chimie/pharmacie! il y a aussi le cartel énergétique, le cartel des armes, le cartel financier. Tout ça cul et chemise.
    Je suis d’accord avec ce qu’il dit sur Sarko: le parti de la guerre (j’ai fait sur ce blog une analyse analogue il y a quelques jours).
    Qui relaie ces excellentes idées en France?
    Comment intégrer ces idées dans la sphère du nous? Comment intégrer les jeunes dans cette sphère? Ou nous intégrer dans la leur? Ou fédérer les deux?
    Comment se fédérer avec ce mouvement pirates du net qui démarre très fort en Allemagne?
    Comment se fédérer avec ces millions de jeunes qui jouent sur le net à des jeux de « rôles » cad inventent et testent virtuellement la viabilité de nouvelles sociétés, de nouvelles constitutions?

    1. « Commentaire d’une vidéo d’une conférence d’un médecin allemand que j’ai visionnée à partir de ce billet et que je ne retrouve plus! »

      Si qq pouvait la retrouver? Celui ou celle qui l’a postée par ex…

  59. @basicrabbit

    FH affirme que s’il est élu il demandera à renégocier le TSCG. Cela suppose que ce traité signé par 25 chefs d’Etat ou de gouvernement européens acceptent sans exception de renégocier leur signature du 2 mars. Angela Merkel et plusieurs chefs de gouvernement ont refusé par avance.
    S’il y a refus de « renégociation » que se passera-t-il?
    Ratification du traité tel quel ou refus de ratification?
    FH a proposé un volet sur la croissance et l’emploi. Une dépêche de Reuters du 7 mars explique la démarche en citant Pierre Moscovici, le directeur de campagne de FH: »…sous sa férule, la France va réduire son endettement et ses déficits, mais en échange elle entend obtenir des concessions(…) la discipline budgétaire prévue par le TSCG sera donc intégralement respectée par un nouveau pouvoir socialiste qui entend adopter la règle d’or interdisant les déficits (…) c’est le signe qu’on donnera qu’on est sérieux. »
    La dépêche Reuters précise que les socialistes ont refusé de voter la règle d’or mais sont prêts à adopter une loi organique en ce sens en 2012.

    On ne saurait être plus clair: pas de référendum!

    1. @ Bruno
      Que reste-t-il comme moyen de pression au FdG entre les deux tours?
      Je n’en vois qu’un: pas d’engagement solennel de FH pour consulter les citoyens par référendum en ce qui concerne les modifications des traités européens, pas de report des voix au second tour.

  60. Je veux vous parler
    de l’arme de demain
    Enfantée du monde
    elle en sera la fin
    Je veux vous parler de moi,
    de vous
    Je vois a l’intérieur
    Des images, des couleurs
    Qui ne sont pas a moi
    qui parfois me font peur
    Sensations qui peuvent
    me rendre fou
    Nos sens sont nos fils
    nous pauvres marionnettes
    Nos sens sont le chemin
    qui mène droit a nos têtes

    La bombe humaine
    tu la tiens dans ta main
    Tu as l’ détonateur
    Juste a cote du cœur
    La bombe humaine
    c’est toi elle t’appartient
    Si tu laisses quelqu’un
    prendre en main ton destin
    C’est la fin, la fin

  61. « Il va y avoir du sport mais moi je reste tranquille »

    On est prêt, reste à savoir qui sera où et la place réservée aux envoyés des affaires bancaires dans le dispositif.

    En gros, il suffira de regarder les décrets de nomination pour connaitre l’issue du combat.

  62. Salut Nicks,

    Juste en passant, je voulais vous signaler, mais vous le savez déjà, que Bernard Friot, qui a déjà collé ici, sur ce blog, un passionnant et remarquable billet sur la pension et le travail, hautement instructif et libérateur, a signé la pétition en faveur de Jean Luc Mélenchon (1.000 intellectuels derrière Jean-Luc Mélenchon). Je serais curieux de connaître ses motivations et ses explications éclairante à ce sujet. Bernard, si vous m’entendez monsieur !

  63. Que dit ce gars? Que quel que soit le président élu, il devra « faire le job ».
    « Or vous savez sciemment que quelle que soit la manière dont vous votiez : pour l’un des candidats qui se retrouvera au second tour, ou pour un autre, dans un vote de protestation d’extrême-gauche, d’extrême-droite, ou par un vote blanc, ou même que vous vous absteniez entièrement de voter, tout ça n’a aucune importance parce que le résultat sera le même : vous aurez élu activement, en votant pour lui, ou passivement, en laissant quelqu’un d’autre être élu, un candidat qui, ou bien appliquera immédiatement le programme d’une « Troïka » quelconque (Union européenne, Fonds monétaire international, Banque centrale européenne) ayant oublié – pour autant qu’elle l’ait jamais su – ce que le mot « démocratie » veut dire, ou bien appliquera, « à la Mitterrand », ce même programme six mois plus tard, après un « courageux » baroud d’honneur.
    Ce baroud d’honneur sera en effet « courageux », je n’en doute pas une seconde, mais cela vous fera – à vous et une fois de plus – une belle jambe.

  64. Le chômage, bombe à retardement de l’élection

    « Reste alors un levier, qui est un sujet tabou de cette campagne : la flexibilisation du droit du travail, qui ne coûte rien, du moins à court terme. L’Espagne et l’Italie ont choisi cette voie, quitte à mécontenter leurs citoyens. »

    « La Commission européenne a suscité, mercredi, une levée de boucliers en proposant « de procéder à des réformes modérées et équilibrées de la législation sur la protection de l’emploi » ou que le smic soit variable selon les secteurs d’activité. Mais le débat n’a pas percé en France, la seule mesure évoquée sont les accords compétitivité-emploi, qui doivent permettre aux entreprises en difficulté de faire varier plus facilement salaires et temps de travail. »

    « Une négociation est entamée avec les partenaires sociaux. MM. Sarkozy et Hollande ont promis d’en appliquer le résultat. »

    « Au-delà de la déconstruction du droit individuel du travail que sa mise en œuvre produirait, la proposition relative aux  » accords compétitivité-emploi  » camoufle l’une des mesures les plus réactionnaires envisagées au cours des cinq dernières années. »
    (Les « accords compétitivité-emploi » ou la fin du droit du travail)

    Suffirait donc que les syndicats puissent donner du mou …
    Mais qu’est-ce qui vous ferait plaisir dans la boutique, mon bon monsieur le partenaire social ?
    De la pénibilité ? De la retraite anticipée ? Une modification substantielle des allocations chômage ? Ou de l’emploi pour les jeunes ?
    Faites votre choix, tout est à prix réduit en ce moment.
    Le printemps, comprenez …
    Mais tout ceci n’a qu’un temps : dans deux mois, c’est fini !!

    1. Vous avez raison d’attirer l’ attention sur ce sujet.
      Démolitions en gros et en détail, personne ne moufte…

    2. C’est très simple, par dégoût, ne plus travailler dans cette société de m….
      Et, dès que possible, je ne travaillerai plus…!

  65. Zut quand même ! Je dis la même chose depuis cinq ans, ici, dans les journaux, à la radio, à la télévision et dans mes livres, et on dit bof… Mais quand c’est un « gestionnaire de fortune » qui le dit, tout le monde le prend soudain au sérieux ! 🙂

    1. Je ne sais pas lequel des deux termes est le plus important.
      Néanmoins, ‘gestionnaire’, au regard des résultats de CASA, je ne crois pas.
      ‘Fortune’, sans doute : c’est ça qui impressionne.
      Surtout quand c’est celle des autres.
      Les petits épargnants, c’est comme les moutons face au serpent : hypnotisés qu’ils sont …

      1. @ Zébu
        « Les petits épargnants, c’est comme les moutons face au serpent : hypnotisés qu’ils sont … »

        Rendons à César…
        J’ai vérifié sur le net: il ne s’agit pas de moutons mais de lapins.

      2. Le serpent.

        Il est immense. De sa tête énorme en forme de V sortent deux crocs affutés. L’un s’appelle Fonds Monétaire International et l’autre Banque Mondiale. Son corps est bariolé. Juste derrière le crâne une bannière étoilée. Puis des drapeaux nationaux bien alignés. En ordre décroissant de PIB. Après quelques menu fretin africain ou sud américain la bête dévore tout sur son passage, lentement, majestueusement, inexorablement. Depuis l’effondrement du mur de Berlin plus de menu fretin. La bête affamée a alors une géniale idée, celle d’elle-même se dévorer. De plus en plus vite et goulûment car les proies sont de plus en plus potelées. Ce jour du porc pour le dîner. Blabla…

        « Le prédateur affamé est sa propre proie ». Selon René Thom à la base de l’embryologie animale.
        Toujours selon René Thom l’analogie biologie/sociologie est licite et nous suivons donc en direct la métamorphose de notre société.

        Je rejoins le point de vue de Paul Jorion:
        « QUOI QU’ON FASSE, CE SERA LA MÊME CHOSE ! »
        en ce sens que le processus doit aller à son terme, cad que le boulot ne peut être fait que par les US. A moins que le serpent ne mute en hydre (les BRICS) avant la fin du processus précédent…

    2. @ Paul Jorion
      « Zut quand même ! Je dis la même chose depuis cinq ans, ici, dans les journaux, à la radio, à la télévision et dans mes livres, et on dit bof… »

      Pour qu’il soit lu, compris et digéré, un message doit faire 63 pages, être de préférence illustré, être divulgué semaine après semaine avec un suspens de fin de page suivi d’un « à suivre », le temps que l’on puisse en parler dans la cour de récré. Et, the last but not the least, le héros doit être blond et de préférence ressembler à Tintin (cf. photos de l’île d’Houat des années 1975).
      Un belge devrait savoir ça! 🙂

      1. @ Lisztfr
        Je n’en sais rien. Je viens de regarder Wiki. Il a fait 4 publi dites majeures. La seule sur laquelle j’ai un peu bossé comme matheux (physique beurk) c’est le mouvement brownien. Pour moi tout baigne tant qu’on raisonne sur les petites particules qui poquent des plus grosses leur donnant un mouvement bizarre, brownien. Là où ça me gêne c’est quand on passe à la limiteen faisant tendre la taille des particules vers zéro pour avoir une équation aux dérivées partielles. Parce que là il y a des trucs qui vont plus vite que la lumière! j’ai même demandé à Basdevant encore l’autre jour. Je n’ai jamais compris pourquoi des physiciens adoptant une attitude réductionniste, et acceptant des trucs insécables genre atomes ou quanta, s’amusent dans l’instant qui suit à faire tendre tout ça vers zéro. On a l’impression qu’ils sont fascinés par l’infiniment petit.

        Plus sérieusement il y a à mon avis une sacrée dérive du simple vers l’embrouillé (pour ne pas rentrer dans la querelle complication/complexité). Ô mannes de Guillaume d’Ockham!
        Les anciens construisaient des cathédrales ou des tours (Eiffel) à partir d’observations simples (une chaînette prend une forme naturelle dans le champ de pesanteur et par suite ce sont ces formes qui « reprennent » le mieux les efforts). Maintenant on utilise des codes informatiques de dizaines de milliers de lignes pour concevoir le terminal E de Roissy avec l’insuccès que l’on sait.

      2. mânes.

        La manière dont ce qui se considère comme l’élite (disons scientifique puisque le parterre de ce blog me semble essentiellement non scientifique) bosse actuellement me fait penser à la célèbre réplique de Pozzo (le maître alias le financier) à son esclave Lucky en attendant godot: « Pense! porc! » suivie du nom moins célèbre monologue de Lucky.

    3. Conclusion, Paul, si vous voulez être encore davantage lu et entendu , reprenez du collier dans la Finance !

      Tiens, je suis sûr qu’une place va bientôt se libérer chez Chevreux au Crédit Agricole.
      Ca ne manquerait pas de piquant de lire vos notes conjoncturelles ou prospectives. 🙂

    4. @ P.Jorion

      « Zut quand même ! Je dis la même chose depuis cinq ans, (…)… Mais quand c’est un « gestionnaire de fortune » qui le dit, tout le monde le prend soudain au sérieux ! « 

      J’ai le même problème avec mes amies… Faut que ce soit dans « Psychologie Magazine » (dans les résultats des tests)… pour que ce soit vrai…

      Et ma mère… n’en parlons même pas…

    5. La différence mon cher Monsieur Paul, c’est que c’est le Monsieur finance qui dit, qui fait.
      Vous avez dit qu’il faisait, mais personne ne vous a cru…
      Enfin, personne, c’est vite dit.
      Mais c’est au 20 heure qu’il faudrait publier ce reportage…

  66. Rappel (11 mars 2012 = le mois dernier) : « QUOI QU’ON FASSE, CE SERA LA MÊME CHOSE ! »

    « Or vous savez sciemment que quelle que soit la manière dont vous votiez : pour l’un des candidats qui se retrouvera au second tour, ou pour un autre, dans un vote de protestation d’extrême-gauche, d’extrême-droite, ou par un vote blanc, ou même que vous vous absteniez entièrement de voter, tout ça n’a aucune importance parce que le résultat sera le même : vous aurez élu activement, en votant pour lui, ou passivement, en laissant quelqu’un d’autre être élu, un candidat qui, ou bien appliquera immédiatement le programme d’une « Troïka » quelconque (Union européenne, Fonds monétaire international, Banque centrale européenne) ayant oublié – pour autant qu’elle l’ait jamais su – ce que le mot « démocratie » veut dire, ou bien appliquera, « à la Mitterrand », ce même programme six mois plus tard, après un « courageux » baroud d’honneur.

    Ce baroud d’honneur sera en effet « courageux », je n’en doute pas une seconde, mais cela vous fera – à vous et une fois de plus – une belle jambe. »

    1. « Ce baroud d’honneur sera en effet « courageux », je n’en doute pas une seconde, mais cela vous fera – à vous et une fois de plus – une belle jambe. »

      Maintenant voilà un nouvelle sphère, la sphère du vous!
      Tous ensemble, tous ensemble, tous…, tous…, qu’y toussaient dans les manifs…

    2. [ Ce sera la même chose…] ( pas entendu, ni vu la vidéo)

      Un monstre ne peut pas durer. Question de justice immanente.
      Parce qu’il crée tot ou tard une Résistance à sa mesure.
      Le monstre d’ aujourd’hui est le « libéralisme », dénomination par commodité.
      Nous savons ses hauts faits et nous pouvons juger sur pièces.
      Un texte fondateur, à retardement, du libéralisme est le traité européen.

      Cette Résistance est au début inexpérimentée. Elle subit et souffre.
      Mais elle ne désespère jamais.
      Finalement, elle fait boule de neige et finit par terrasser la Bête.

      Si on se compare à la Résistance à l’ Hitlérisme – fin 1940-
      nous sommes en 1941. Nous encaissons échecs et déceptions.
      Mais un fait nouveau a lieu sous nos yeux : de futurs électeurs prennent
      conscience d’une anomalie et se rassemblent.
      Ils prennent conscience que l’orientation prise insensiblement
      depuis 30 n’est pas viable. C’est un fait nouveau – 1 mois- et c’est
      ce que à gauche ils nomment pompeusement une « dynamique »
      de rassemblement. Ils ne sont pas majoritaires.
      Ce sont ces braises chétives qu’il faudrait protéger.
      L’idée seule qu’autre chose est possible vaut la peine d’être entretenue.

      Bien entendu, cette campagne n’a pas entrevue l’ amorce des vrais solutions.
      ( Précisons par clarté, principalement les vôtres). Ils ne se sont pas
      extraits des antécédents ancestraux, droite, gauche, idéologies.
      Etre aussi investi dans des vieilleries hors de propos – ils sont si loin
      du souhaitable- peut vous paraître dérisoire.
      ( Pour ma part, j’ai une crainte : par goût d’une idéologie bien ficelée , nous entraîner dans un cul de sac.)
      Mais gardez, et gardons, espoir. La lumière viendra, tant que l’idée de défaite ne nous effleure pas. Notre dossier est bon. Don quichotte ne pouvait pas en dire autant.

    3. @ P.Jorion

      Vous inquiétez pas M. Jorion… nous on sait… D’ailleurs renou avait mis le lien… là… un peu plus haut…

    4. A ce propos, dans votre billet, je n’ai pas compris pourquoi vous disiez que toute velléité de créer des coopératives, association d’artisans etc. serait toujours vouée à l’échec, et ce, au regard de l’expérience.

      Dans ma région, il y a de très anciennes coopés, qui fonctionnent toujours.

      Ce n’est pas une critique, j’essaye juste de saisir ce que vous voulez nous faire comprendre.

      1. @ edith

        Bonsoir Edith,

        Je ne vais pas parler à la place de M.Jorion mais pour donner mon point de vue… je dirais juste, qu’effectivement, on peut voir à divers endroits des alternatives qui semblent fonctionner… mais que si l’on observe sur la durée ces tentatives, et dans le meilleur des cas, il apparait que ce ne seront jamais que des épiphénomènes impuissants à organiser une structure qui tend, de par ses lois, à plutôt entrainer l’ensemble de la société dans une autre direction…

        Le propos de P.Jorion, je crois, c’est de montrer et d’analyser les causes et les effets de ces lois sur l’économie d’un système et sur la vie des gens censés les respecter (ces lois) de manière générale…

        Ces modes de fonctionnement (les coop’, asso etc…), vus sous cette angle, s’apparenteraient alors à quelqu’un marchant sur un tapis-roulant qui irait dans la direction opposée… à son niveau, il avance, mais si l’on prend du recul, on s’aperçoit qu’il fait du sur-place… les deux directions contraires s’annulant…
        Et dès que le tapis a le malheur d’accélérer… patatra… tous ses efforts sont alors réduits à néant…

        Pour vivre ensemble nous avons besoin de règles… et M.Jorion étudie ces règles… et les actions isolées ne sont pas la règle…

      2. Comment affirmer qu’une action reste isolée ? N’importe quel acte a des incidences sur l’ensemble , tôt ou tard . Même , toute pensée qui émerge finit par agir .

      3. @ Eric L

        C’est vrai… et c’est pour ça qu’il ne faut rien lacher…. mais là, il s’agissait de savoir si des entreprises individuelles allant à contre courant pouvaient en définitive, infléchir l’ensemble…

        Vous pouvez faire décoller autant de fusées que vous voudrez, ça ne modifiera pas l’attraction terrestre…

        Les Hommes vivent en groupe… des règles organisent le groupe… ces règles ont été décidées par les Hommes… et si ces règles ne permettent pas de vivre correctement ensemble, il faut en charger… c’est aussi simple que ça….
        Là, pour l’instant, les Hommes n’ont pas l’air de s’entendre sur le mot « correctement »….

  67. Soyons un peu sérieux et pas parano.

    La première chose c’est que cette vidéo vient de chez Mermet !! ça pue la manip des anarts de Là bas si j’y suis.

    La deuxième, c’est que le mec se marre tout au long de l’entretien.

    La troisième, ce sont les termes de son alternative : accepter les ordres des marchés ou détruire les protections du marché du travail.
    Déjà en France un accord de 2007-2008 a fait l’essentiel du chemin de réforme du marché du travail dans le secteur privé avec la Sécurisation des parcours professionnels. Pour celui qui y a regardé de près il n’y a plus vraiment de CDI.

    L’expression du Chief de.. montre qu’il ne connait rien de ce qu’il avance.

    Traduit en français cela veut dire exactement ce que dit Sarkosy : il est fou ce Hollande de vouloir continuer à embaucher des fonctionnaires à l’Education nationale et de ne pas en supprimer encore plus.

    C’est pourquoi ça me fait rigoler connaissant Mermet (le plus possible de secteur public) et on va en mettre une couche sur la gueule de Hollande pour faire monter le Front de Gauche qui eux veulent en découdre avec les banquiers et les marchés alors que ce Hollande c’est un gros mou.

    Alors de grâce, pitié, le Blog de Paul Jorion ne peut pas tomber dans ce grosse provocation !!

    1. Oh c’est bon les mecs, on va pas en faire un reblochon de ce truc non plus. Mermet c’est 400 ou 500 000 auditeurs à tout casser, qu’avaient pas besoin du chevalier d’Oisy (j’espère ! ) pour percuter; y’a pas mort d’homme, ni d’éléphant rose, ni de roi d’Espagne.

    2. Mermet, il est bien sympa, mais j’écoute pas, je lui fais confiance…., il fait sa cuisine plutôt bien, et sert ses plats.
      J’ai pas toujours les moyens du resto, et encore moins son temps, depuis qu’il est devenu tellement difficile de réunir des convives déliés!
      Vous avez une drôle d’idée de l’anarchisme @Genetais!

      Le travail, cher monsieur, il ne concerne plus grand monde dans son acception habituellement marxiste, probablement la meilleure jamais écrite, encore sorte de champs de forces désormais livré à nouvel examen.
      Vous en convenez avec votre décryptage de la loi.
      Du coté de la justice, en motifs Marx est toujours pertinent.

      Toutefois, que quiconque s’agite en conçoive l’absolu conviction par réminiscence qu’il travaille, cela est bien certain.
      Par exemple, faire ses courses, c’est travailler.

      Le travail, s’il valait, il ne serait pas seulement rémunéré, il serait financé!
      Bien peu réussissent le financement de leur attachement au travail…

      Il faut citer notre Hôte qui organise le financement de son travail comme vous savez.

    3. @ Genetais
      C’est tout à fait ça, on fait monter Mélenchon, on descend un peu Hollande, impuissant face au Marché et on se retrouve au final avec Sarkozy et Marine Le Pen le 6 Mai, bien joué Callaghan……

  68. Les marchés ont toujours gain de cause, mon oeil, ils en ont été pour 53% de leur mise sur la grèce. L’angoisse elle est pour eux si Hollande se révèle dur…. S’il la joue mou il aura du mal a finir son mandat et on sera bon pour une des deux extrèmes en 2017, dans les 2 cas les marchés sont perdants sur du moyen terme.
    Austérité = chute de la consomation + chute des rentrées fiscales + chute de l’investissement
    Aprés les coupes dans l’emploi et le social les entreprises a defaut de clients devrons couper dans les gros salaires (ça commence aux US) et l’investissement et la gangrène ne s’arrêtera pas…. Sans relance, on tombera aussi bas qu’en 29. Les marchés se comportent en parasites des états, ils mourrons avec leurs hôtes s’ils abusent, même le plus stupide des poux le sait, mais pas ce type visiblement.

  69. Ce baroud d’honneur sera en effet « courageux », je n’en doute pas une seconde, mais cela vous fera – à vous et une fois de plus – une belle jambe. »

    Je ne suis et ne peux être d’accord avec cela qui n’est rien d’autre que la négation de la Politique et des possibilités d’agir.

    Il n’y a que deux solutions, à vous lire , se soumettre, se coucher de toutes façons ces salauds sont trop intelligents et, nous ont déjà désigné pour l’esclavage. L’autre solution, celle des anars et de l’extrême gauche faire la Révolution, tout casser. Et après ????

    Chacune de ces deux solutions conduira à très court terme le système du capitalisme financier à sa perte. De celui-ci je n’en ai pas grand chose à attendre mais je me préoccupe surtout des personnes qui vont se retrouver dans des situations dramatiques.

    Alors pour cela oui je crois qu’il ne faut pas baisser les bras. Oui je crois que la sincérité de François Hollande ne consiste pas à faire un baroud d’honneur cynique. C’est vraiment mal connaître les responsables politiques d’aujourd’hui qu’il n’est en aucun cas possible de comparer à Mitterrand. Alain Loréal a parfaitement raison dans son analyse en cela il ne méconnaît pas les Politiques du PS et surtout les conséquences d’une telle politique de baroud d’honneur pour la Gauche et la Démocratie. Nous ne sommes pas aux USA.

    François Hollande a fait un discours public à Lille ce 18 avril. Il a tenu des propos sans ambiguïté dont beaucoup font échos à ce qui se dit sur ce blog.

    Tous pourris c’est commode comme réaction, comment croire un seul instant que derrière le discours, les positions prises, les engagements posés, il y ait chez Hollande du calcul ou du cynisme. La personne colle totalement à la sincérité du personnage, à son implication, à sa volonté de mettre en oeuvre des forces sociales pour réaliser les transformations qu’il désigne indispensable.

    Toute la différence est là dans le fait que contrairement aux pays Anglo-Saxons, il y a dans ce pays un fort mouvement social qui ne s’en laissera pas compter. Nous ne sommes ni Grec, ni Espagnol, ni Italien, nous avons un Etat qui fonctionne, et un système social que personne n’a envie de perdre.

    François Hollande à Lille :
    Changer de logique, c’est en finir avec les aides de l’Etat aux entreprises sans contrepartie.

    Changer de logique, c’est créer par exemple un contrat de relocalisation qui permettra d’apporter un soutien public pour des engagements précis en faveur de l’emploi, de la présence sur le territoire, de l’investissement, de la formation des salariés, du respect des délais de paiement avec les sous-traitants (…)

    Changer de logique, c’est en terminer avec un chômage qui frappe les plus jeunes et qui écarte les plus anciens. (…)

    Changer de logique, c’est en finir avec un système où les grands groupes paient moins d’impôt sur les sociétés en proportion que les petites et moyennes entreprises (…)

    Changer de logique, c’est mobiliser l’épargne, l’épargne populaire – mais pour l’emploi, pour l’emploi et pour l’industrie. (…)

    Changer de logique, c’est faciliter l’accès à la commande publique, justement, de ces petites et moyennes entreprises. (…)

    Changer de logique, c’est en finir avec un système bancaire où l’argent sert la spéculation et non la production, la rente et non l’investissement, les profits et non les embauches. (…)

    Changer de logique, c’est interdire les produits financiers qui sont autant de vecteurs pour des rentes insupportables ou des calculs qui finalement spéculent sur des valeurs qui n’ont plus rien à voir avec l’économie réelle. (…)

    Changer de logique, c’est aussi engager une grande politique industrielle autour de nos grandes filières. (…)

    Changer de logique, c’est réinvestir dans la croissance verte, dans la transition énergétique, écologique, qui est un défi en ce début de XXIe siècle, parce que nous devons trouver d’autres ressources que celles du pétrole, nous rendre moins dépendant du nucléaire tout en faisant monter les énergies renouvelables et les économies de toute sorte en matière de consommation d’énergie, et de nouveaux modes de transports urbains, mais aussi le véhicule propre (…)

    Changer de logique, c’est aussi changer l’orientation de l’Europe. (…)

    Mais les Européens attendent de nous, peuple de France, que nous leur donnions une autre perspective, une autre direction, une autre orientation de l’Europe. Rendez-vous compte de la responsabilité qui est la mienne, qui est la vôtre dans cette élection ! Alors j’ai annoncé que nous voulions renégocier le traité budgétaire qui avait été signé par les chefs d’Etat et de gouvernement au mois de mars.
    Non pas pour ne pas respecter les disciplines. Nous savons bien ce qui nous a été laissé comme dette et comme déficit par le candidat sortant et nous prendrons nos responsabilités. Mais parce que nous avons considéré que sans la croissance, sans une perspective industrielle, sans de nouveaux efforts de recherche, mais aussi de mobilisation de l’enseignement supérieur, de l’innovation, il ne pouvait pas y avoir de retour vers l’équilibre, parce que nous avons besoin de croissance, d’emploi, d’activité. Et je ne céderai rien sur ce point.
    (…)

    J’ai compris ces derniers jours, ces dernières heures, que le candidat sortant avait eu d’un seul coup – cela peut lui arriver – un éclair de lucidité. Et voilà qu’il s’en prend à la Banque centrale européenne ! Et voilà qu’il réclame que la Banque centrale intervienne pour soutenir la croissance. Mais qu’a-t-il fait pendant cinq ans ? Qu’a-t-il dit ? Qu’a-t-il changé ?
    (…)

    La responsabilité, ce sera la nôtre, en France, de nous mettre en règle par rapport à ce qu’est la bonne gestion des finances publiques. Certains imaginent que Nicolas Sarkozy va partir avec la dette. Avant on pouvait craindre qu’un candidat sortant parte avec la caisse. Mais comme elle est vide, et même plus que vide, puisque nous sommes perclus de dettes et de déficits, il nous laissera la dette. D’autres imaginent, parfois par naïveté ou par illusion, qu’au prétexte que nous aurions gagné les élections, nous pourrions annuler les dettes. Eh bien non. Nous avons à assumer la continuité de l’Etat. Nous avons à faire en sorte que la France se redresse. C’est notre mission, notre responsabilité.
    (…)

    Eh bien encore aujourd’hui, c’est notre destin. Nous allons arriver et il va falloir réduire les déficits et maîtriser la dette. Cela, c’est le pacte de responsabilité. Nous le dirons à nos amis européens. Mais en même temps nous leur dirons que ce pacte doit être un pacte de croissance.
    (…)

    Ce sont les mots du blog que je lis au travers de ce discours. Sans implication citoyenne de ceux qui les soutiennent ce ne sera pas seulement le travail de Hollande qui sera vain, les idées exprimées ici ne seront que du jus de cerveaux.

    1. Il semble qu’il y ait derrière votre colère une profonde incompréhension des objectifs du blog. Le « tous pourris », c’est une autre boutique, la résignation aussi, la révolution sanglante aussi.

    2. @ genetais
      Pour moi il y a un conflit entre la finance et la démocratie.
      Ce conflit doit d’abord se résoudre d’une façon ou d’une autre (harmonie, victoire par KO de l’un des actants).
      Tant que cela ne sera pas fait ce sera « bombinans in vacuo ».
      FH bourdonne dans le vide.
      Pire, il ne choisit pas son camp alors qu’il brigue un mandat démocratique!
      Les français, les néerlandais ont refusé le traité constitutionnel en 2005, les allemands et beaucoup d’autres paraît-il aussi si on leur avait demandé leur avis par référendum.

  70. En 1870, on avait trouvé le gouvernement des « Jules », dont Jules Favre, Jules Simon et Jules Trochu, le participe passé de « trop choir ».
    Et on a laissé, non seulement l’Alsace mais une partie de la Lorraine à l’Allemagne, contre la volonté des Anglais. Pardi, il fallait rapatrier la troupe de Bazaine encerclée dans Metz pour réprimer les révoltes ouvrières qui commençaient à Paris et la Commune.

    La Lorraine contre la protection des rentes. Finalement rien n’a véritablement changé.

  71. Bonjour AL

    Cette èlection plus que tout autre est à classer dans la rubrique de l’anecdote.
    Quand je parle de communauté, je ne fais pas référence à celle de la finance même si cette communauté y est particulièrement présente et active comme en politique ou dans les médiats..
    L’enjeu de cette élection dépasse et de loin les intérêts des français. L’enfumagfe n’est pas de mon côté.
    Faites comme Alain crêdit à Monsieur Hollande, vous ne serez jamais remboursé.

  72. En fait, l’irruption du peuple, je pense sauverait l’Europe, et bien plus, mais elle n’aura pas lieu. Parce que le processus démocratique est faussé. En fait, la discussion n’aura pas lieu non plus. Des états fascistes feront leur irruption à la place d’états communistes, c’est beaucoup plus facile à gérer. La Chine elle-même risque d’imploser d’ici cinq ans. Aucune force politique ne sera en mesure de rétablir la situation, d’imposer des réformes intelligentes. Guerre et misère.. Et les marchés vaincront, mais de quelle nature sera la guerre? Est-ce que l’humanité, telle qu’elle existe, survivra. La réponse est non également. Mais, évidemment, personne ne peut le croire.. Même les gens qui ont l’habitude de parler un langage direct. Sauf peut-être des révolutionnaires. Mais il n’y a plus de révolutionnaires, sauf dans des tout petit pays qui n’ont aucun poids.

    1. Monsieur Willems : Attention ! l’abus d’andidote aux illusions ne génère pas la moindre nuisance.

  73. Les postulats sont faux. Le CDI ne protège pas plus que le CDD. Par ailleurs, les législations européennes du travail sont très protectrices

    1. Le CDI relève plus de la protection psychologique que réellement juridique : un salarié en CDD est impossible à licencier sauf faute grave ou accord entre les parties, même pour motif économique (on ne parle d’ailleurs pas de « licenciement » pour un CDD mais de rupture avant terme du contrat). Mais au-delà de la technique juridique, il y a la réalité des rapports au quotidien : la précarité (renouvellement ou pas, titularisation…) modifie les comportements des deux parties au contrat.

      Toutefois, vous avez raison de rappeler que les principales contraintes en matière de droit du travail (et de santé au travail) découlent de normes européennes, et non d’un prétendu droit du travail français « crypto-soviétique ». Par exemple, la dernière évolution en matière de congés payés et de maladie nous vient de la CJUE, et non de la Chambre sociale de la Cour de cassation…

      En revanche, le concept de « contrat unique » est un nouveau moyen de faire passer des baisses de charges sociales, pour un résultat juridiquement aléatoire (pour mémoire le CNE n’a tenu qu’un an avant que le Juge n’y mette bon ordre). Changer le droit sans changer le Juge ne donne jamais les résultats espérés…

      CM

  74. Prendre la bastille c’est fait, mais ce modèle est resté dans la mémoire collective des français, des bastilles il y en aura d’autres à détruire, le Crédit Agricole ou la mafia financière pourrait en être une autre à abattre.
    Si ce plan de bataille des financiers concernant la France devait se dérouler selon le souhait de leurs auteurs, alors la révolution de type (1792/94) serait la seul réponse à apporter face aux dicta criminelle des financiers de l’absurde, et gageons que beaucoup de têtes des seules bénéficiaire du cdi des valets de la haute finance ornerons alors les piques révolutionnaire de 2012 ! Mr Nicolas Doizy, vous pouvez toujours vous marrez, et croire que la Bastille n’est plus à prendre, elle le sera toujours quelque que soit la nature du symbole qui abrite une dictature, le peuple reconnaitra en lui une bastille à abattre, et un dogme a annihilé.
    Le peuple français est prêt à toutes les révolutions !

  75. Il est curieux de noter à quel point les interéssés (hormis Mélenchon, qui n’est pas ma tasse de thé) font abstraction du vrai débat qui est : atlantiste ou pas ? Mr Hollande l’est autant que Mrs Sarkozy, Bayrou, que Mme le Pen, et tous les suiveurs. Aucun de ces chefs d’état potentiesl ne peut passer à coté du dictat européano-US, bien en place, qui sera renforcé par le super marché atlantique (USA-Canada-Europe) en cours d’élaboration par les technocrates de Bruxelles. Là, il sera bien trop tard pour réagir….In dubito abstinat !

  76. les marchés ont même flingué le King, à trop lui demander, à trop le bourrer de tranquillisants ; le King est mort, vive le King !

Les commentaires sont fermés.