MARIO DRAGHI : ET S’IL S’AGISSAIT D’UN ABOMINABLE MALENTENDU ?

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

The English version of this post can be found here.

Je faisais la sieste tout à l’heure, assoupi du sommeil du juste, quand je me suis réveillé en sursaut, mon cœur battant la chamade, et le front couvert de sueur, en proie à une vive émotion : et si nous n’avions rien compris aux propos de Mario Draghi, président de la Banque Centrale Européenne, avant-hier : et s’il avait dit tout autre chose que ce que nous l’avons entendu dire ?

C’est très loin d’être impossible : durant la période 1997-2006, j’ai lu consciencieusement chacun des discours que prononçait M. Alan Greenspan, alors à la tête de la Fed, et je l’ai très souvent entendu dire des choses dont je ne trouvais aucune trace ensuite dans la presse qui imaginait cependant résumer consciencieusement ses propos. Vous trouverez des exemples de cela dans mon livre La crise du capitalisme américain (2007).

Chacun a cru entendre dire jeudi par Mario Draghi que la BCE achèterait autant de dette espagnole et italienne qu’il serait nécessaire pour que le taux exigé sur leurs emprunts par le marché des capitaux revienne à un niveau raisonnable.

C’est ce que j’avais cru l’entendre dire moi-même, et j’avais ânonné dans ma vidéo d’hier, à l’unisson de la presse internationale, que M. Draghi ferait tourner la planche à billets européenne autant qu’il serait nécessaire.

Mais cela n’avait aucun sens si l’on songe que jamais M. Jens Weidmann, à la tête de la Bundesbank, n’accepterait une telle hérésie monétaire.

Bien sûr, le prédécesseur de Weidmann à la tête de la vénérable institution, Axel Weber avait démissionné en avril 2011 plutôt que d’avaler davantage de couleuvres en ce sens, et Jürgen Stark, économiste en chef de la Bundesbank, avait lui aussi démissionné pour la même raison et ceci en septembre de l’année dernière.

D’où certainement mon réveil en sursaut et en sueur : ce n’est pas de planche à billets que Draghi parlait mais de convertibilité, il a prononcé le mot : « Ces primes ont à voir, comme je l’ai dit, avec la liquidité, mais elles ont à voir aussi, et de plus en plus, avec la convertibilité, avec le risque de convertibilité » !

De convertibilité ! Du fait que les taux invraisemblables que le marché des capitaux exigeait de l’Espagne et de l’Italie jusqu’à ce qu’il énonçât ses propos rassurants jeudi, n’étaient pas dus à une prime de risque de non-remboursement mais à une prime de convertibilité : à la perte qu’essuieraient les prêteurs du fait d’un retour à la peseta et à la lire !

Pour empêcher cela, il suffisait que Draghi déclare : « Tout sera fait pour préserver l’euro ! » (ce qu’il fit) et que l’on croie alors à ce qu’il affirme en raison de la fermeté de sa voix. Foin d’achats par la BCE de dette italienne et espagnole ! Foin de Jens Weidmann et son orthodoxie monétaire ! Foin de la cour constitutionnelle allemande de Karlsruhe, réfléchissant sur les plages jusqu’en septembre à la constitutionalité du MES !

Personne n’avait entendu ce que Mario Draghi avait effectivement dit : « Faites-moi confiance : on ne laissera pas tomber l’euro –  et ce que je dis-là devrait suffire amplement à ce que la prime de convertibilité tombe à zéro, puisqu’un retour à la peseta et à la lire est hors de question, foi de président de la BCE ! ».

« On ne laissera pas tomber l’euro ! ». « On » ? J’espère seulement qu’il ne s’agit pas de la même « bande de ons » qu’évoquait le poète ! Sans quoi la dette à 10 ans espagnole repassera rapidement la barre des 7%, dès qu’on se rendra compte qu’il s’agissait bien malheureusement des même « ons ».

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction numérique en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

0Shares

52 réflexions sur « MARIO DRAGHI : ET S’IL S’AGISSAIT D’UN ABOMINABLE MALENTENDU ? »

  1. Merci beaucoup Monsieur Jorion de cette mise au point.
    J’ai d’abord été très surpris, en visionnant comme d’habitude votre «Le temps qu’il fait» du vendredi 27 juillet, de votre apparente acceptation inconditionnelle de la «miraculeuse» intervention de Monsieur Draghi qui réglait tous les problèmes, et transportait également l’ensemble des acteurs des marchés de la planète vers des horizons hallucinés.
    Ouf et merde …!!!
    D’autres, grecs, espagnols, portugais, (français ?) commencent sans doute a trouver cette tragédie un tantinet longuette !

    1. « J’ai d’abord été très surpris, en visionnant comme d’habitude votre «Le temps qu’il fait» du vendredi 27 juillet, de votre apparente acceptation inconditionnelle de la «miraculeuse» intervention de Monsieur Draghi qui réglait tous les problèmes, et transportait également l’ensemble des acteurs des marchés de la planète vers des horizons hallucinés. »

      C’est mon genre d’humour à froid, les personnes plus familières que vous de mes vidéos du vendredi ont – je l’espère – pleinement apprécié.

      1. C’est vrai .

        Mais dorénavant j’attendrai la lecture du rêve de la nuit de vendredi à samedi pour avoir les détailsd e ce que je n’ai pas complètement élucidé le jour même .

      2. @ Juan nessy

        Je vous rattrappe ici et vous propose : http://reflets.info/comment-jai-decouvert-que-psa-fabriquait-des-automobiles/
        J »ajoute que les 8000 futurs licenciés que vous citez sur le post  » ATLANTICO.fr, Les banques, responsables de la crise : pourquoi la question de la séparation des activités de dépôt et de spéculation est un faux débat » …… ne représentent pas la totalité du marasme car vous omettez tout le secteur de la sous traitance !
        Pas de quoi !

      3. @Efarista :

        Ne cherchez pas à me rattraper , j’ai de la peine à y parvenir moi même et quand j’y réusss je suis toujours déçu.

        Si votre sujet était pourquoi n’y a-t-il pas de révolte des citrons pressés , PSA et Alcatel n’étaient d’ailleurs pas forcément des illustrations emblématiques des plus fortes détresses et situations de soumission .

        Mais ça nous éloigne un peu des oracles de la Mario Pythie .

  2. ah Monsieur Jorion…….c’est ce que j’aime a lire votre blog……les neurones en activité… aussi bien sur les articles que sur les commentaires….. même si le prix a payer, entre autre, peut passer par tous les stades, de l’écoeurement au constat du fonctionnement de la société actuelle.. à la sieste agitée ! Merci infiniment.

  3. Cher M. Jorion, voilà un « Eurêka » bien sinistre… mais félicitations tout de même…
    C’est un peu comme quand Poe (autre amateur d’Eurêkas) démystifie l’automate de Maëlzel…
    Mario Draghi et Alan Greenspan ont d’ailleurs de sacrées têtes d’automates…

  4. Surprenant qu’ON (les autres!) puisse imaginer que ces personnes puissent entrevoir l’avenir…
    Le billet video du vendredi me semble assez profond et donne un sens a la demarche de ce blog.
    J’espere que les vacanciers, hyper intelligents, donneront un sens fiduciaire à tout ce travail.

  5. Donc si j »ai bien compris M. jorion lundi matin quand les marchés vont sortir de leur sieste les taux vont exploser ?

  6. A l’attention de M Jorion et de tous les utilisateurs du blog, ces 2 vidéos (qui font partie d’une série) dont le but est de vulgariser la science de manière fort originale : en effet, un jeune compositeur , économiste par ailleurs, a récupéré et monté des extraits d’émissions scientifiques , arrivant même à faire « chanter  » les participants (Carl Sagan , Stephen Hawking etc.). C’est tout bonnement, délicieusement génial :

    http://www.youtube.com/watch?v=JB7jSFeVz1U&feature=relmfu

    http://www.youtube.com/watch?v=zSgiXGELjbc&feature=relmfu

    1. Pas mal…
      Dans la série la science en chansons, une battle Stephen Hawking vs Albert Einstein 🙂
      – I’m the Snoop Dog of science…
      – And when it’s true that my work is based on you, I’m a super computer you’re like a TI-82… Ouuuuuuuuh.
      Hahahahaha ! Stephen won… 🙂

      Pour le moment je préfère penser à autre chose qu’au taux espagnols. De toute façon, le FESF va éteindre l’incendie qui menace en Espagne et ça va reporter le problème aux calendes grecques, ama. On verra tout ça la semaine prochaine…. Dormons tranquilles… 🙂

  7. Le démenti des Allemands, juste un peu plus lent que d’habitude mais il est bien arrivé:

    Schauble Just Says Nein Again: German FinMin Denies Rumors Of ECB Bond Buying.

    For days, it is rumored that the ECB wants to buy Spanish government bonds in a big way. Now Finance Minister Wolfgang Schaeuble has rejected such reports – there was « no truth ». Spain itself calls from Germany for more solidarity in the euro crisis.

    http://translate.google.com/translate?sl=de&tl=en&js=n&prev=_t&hl=en&ie=UTF-8&layout=2&eotf=1&u=http%3A%2F%2Fwww.spiegel.de%2Fwirtschaft%2Fsoziales%2Fschaeuble-lehnt-ezb-aufkauf-spanischer-staatsanleihen-ab-a-846929.html

    http://www.zerohedge.com/news/schauble-just-says-nein-again-german-finmin-denies-rumors-ecb-bond-buying

  8. Mario Draghi parlait bundesbank il y a une semaine dans le monde , et à Londres il parle City .
    Vacance d’Angela Merkel ? On assiste a une cacophonie Allemande , 65 millions ont été débloqués officiellement pour l’Espagne , sans contre-partie , çà fait couac . Et Schauble qui fait
    la claque au Draghi-City . Quelque chose s’est passé en une semaine mais quoi ?
    Peut-étre faudrait-il chercher coté US , où là aussi çà cacophone , d’une part on a la Jp morgan
    Goldman Sachs , etc de l’autre le Trésor US , de l’autre encore la FED , difficile de spéculer par
    CDS sur la dette Euro et de relancer l’éco US avec un Euro en berne et une déflation Européenne .
    Et si les CDS se déclenchent ? Tim Geithner doit s’arracher les cheveux .
    Les contradictions du systéme monétaire actuel s’exacerbent , certes l’Euro est une monnaie
    inconcevable , mais le $ devient de plus en plus improbable . Une solution : que la Fed finance en $ , le soutien de l’Euro , par un Qe3 …. Je rigole bien sur !

    1. Ya rin à faire, les plus gros spéculateurs virtuels à nu sur le marché des Cds souverains eurozonards c’est bien sur le BJ qu’on les trouve… Mister money time en est une sorte de gourou, le blogo-Soros du Cds eurosouverain… J’me marre.
      Renseigne toi, c’est peanuts les Cds sur les dettes eurozonardes.

    1. « Patricia, mon petit, l’homme de la pampa, toujours courtois, a du savoir-vivre, mais la vérité « m’oblige à te le dire, ton « Mario » commence à me les briser menues, mais alors là menues!
      ( Michel Audiard… à peine modifié)

  9. Exaltant ce genre de réveil !
    Bien que bousculant, cela montre la force d’un entraînement cognitif quotidien.
    Vous êtes semble t- il prêt à concourir au JO des chercheurs!

  10. Il nous reste les paris sur la fluctuation des bourses le lundi matin 🙂

    Il est remarquable que toutes ces annonces arrivent le week-end, notamment celle de Wolfgang Schäuble… comme s’il fallait respecter un temps de latence pour que la ficelle ne paraisse pas trop grosse, la fluctuation du jour au lendemain étant inacceptable, celle sur 3 jours étant habituelle. En 1930 le we engendrait la déprime ce qui se traduisait par une vente le lundi.

  11. Merci Mr Jorion
    Passionnant, instructif, lucide, clair… Généreux.
    Je me permet de vous témoigner toute ma reconnaissance en ces termes et vous remercie particulièrement pour la générosité active dont vous faite preuve pour partager votre connaissance.
    Merci Mr Jorion

  12. Sur la BCE, Draghi, Schäuble et les autres, on n’arrête pas d’enchainer les infos contradictoires, ce qui une fois de plus semble vous donner raison M.Jorion.

    La BCE, éventuellement via le FESF, achète de la dette espagnole…
    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/reuters-00457712-la-bce-envisage-d-acheter-des-obligations-espagnoles-presse-348507.php

    … et puis non, finalement, il n’en est pas question
    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/afp-00457714-espagne-schauble-dement-les-projets-d-achats-d-obligations-par-le-fesf-348514.php

    Il y a de la zizanie parmi cette bande de « ons ».

    1. Je pense qu’on assiste pour le moment à un beau bras de fer entre l’Allemagne et le reste du monde. Deux lutteurs qui s’affrontent au bord du gouffre. Qui va gagner ? Qui va entraîner l’autre ? Les uns ont le nombre et des arguments de fin du monde pour eux, les autres ont la loi, les traités et leur vertu… Réponse bientôt…
      De toute façon depuis 2008 .(ou avant ?), on a tous perdu…

    2. Tournez le truc comme vous voudrez, Draghi. Schauble, Rajoy et tutti quanti, l’Espagne aura ses 300 milliards en plus des 100 milliards pour ses banques, parce que deux et deux font quatre et deux moins deux zéro.

  13. ons vit bien ensemble sur la même planète, dommage qu’il n y en est qu’une.
    Car en lisant l’ensemble des blogs, je finalise ceci:
    en attendant une réponse de l’allemagne sur le droit de l’europe à endetter les générations futures tout en détruisant notre terre. En espérant que le taux des dettes ne dépasse pas celui des natalités ; j’en ai des sueurs nocturnes aussi.
    Nous allons bientôt danser sur votre chanson favorite : tout va trés bien madame la marquise…

  14. Finalement Draghi est un magicien.
    Il en a la technique!
    Attirer l’attention sur autre chose pour manipuler sans que cela se voie
    Heureusement il y a des perspicaces!
    Mais alors les marchés comme il sont betes!
    Encore un bull trap?
    Drole non

    1. Mais alors les marchés comme il sont betes!

      les « ons » ils ont quand même gagné près de 15% en deux jours sur les valeurs bancaires…
      mais comme vous dites, si y a pas de mouvement, y a pas de gains…

      1. C’est par l’intuition que Paul a trouvé la solution, à son réveil, et par la logique qu’il peut la prouver.

      2. ok, merci.
        Ainsi Paul Jorion a trouvé la solution en rêvant, en roue libre, ça a seulement chauffé un peu (réveil en sueur). Il faut qu’il pense à graisser le moyeu de temps en temps. 🙂

  15. Tout le monde est d’accord et il y a des témoins pour le confirmer : la bouche de Mr Draghi s’est animée et a émis des sons (à la Trichet), qui peuvent s’interpréter comme il a été rapporté.

    Tout le monde est aussi d’accord (mais où sont les témoins ?), le téléphone a bruité entre Mr Hollande et Mme Merkel. On ne sait pas ce qu’il se sont dit sur le fond, mais sur la forme, ils ont convenu de ne pas contredire Mr Draghi.

    Sur le fond, pour le dire quand même, il est fort probable, que Mme Merkel ait confirmé sa position antérieure qui est, et c’est un comble, celle du gouvernement et du parlement Allemand. On se demande à quoi sert une chancelière !

    Sur la forme, pour préciser aussi, on peut faire crédit à Mr Hollande d’avoir finalement convaincu Mme Merkel que ne pas contredire Mr Draghi parce qu’après tout « ça ,ne mange pas de pain » ou encore « il n’y a pas de quoi troubler une sieste ». Ceci aurait même fait sourire Mme Merkel, mais là j’ai des doutes.

    1. il est fort probable, que Mme Merkel ait confirmé sa position antérieure qui est, et c’est un comble, celle du gouvernement et du parlement Allemand. On se demande à quoi sert une chancelière !

      Plaît-il ?

  16. J’ai compris qu’il y avait entourloupe, mais je n’ai pas compris laquelle.
    Je n’ai aucune notion de ce qu’est un taux de convertibilité et ce que va donner le fait que les « ons » vont jouer avec.

    1. Notion de taux de convertibilité ===> Si les taux sont élevés, c’est que l' »on » intègre dans les taux le fait que l’Euro va imploser! Les taux sont donc largement plus élevés que la normal, pour certains pays, à cause de cette vision des choses (implosion de l’Euro à court ou moyen terme, et donc re-création de la pesta et de la lire, par exemple, à une valeur assez largement inférieure à l’Euro), pour certains Etats comme l’Espagne ou l’Italie; et non classiquement, parce que ces Etats présenteraient spécifiquement un danger, en tant qu’emprunteurs, pour ses créanciers.

      L’entourloupe est que les marchés ont crû qu’il allait y avoir un nouveau QE par la BCE, alors que ce n’est pas ce que Draghi aurait effectivement dit. Et que rien ne serait prévu à ce sujet.

      Le politique dominerait la chose (vu du point de vue de Draghi), alors que ça tiraille sur le plan financier de tous les côtés (et n’est pas sauvable, sans rien faire dans la pratique).

      Le réveil pour les marchés risque d’être difficile.

      C’est ainsi que je l’ai compris…

      1. Merci.
        Je n’ai pas tout compris, même si le sens doit être ici :
        « Personne n’avait entendu ce que Mario Draghi avait effectivement dit : « Faites-moi confiance : on ne laissera pas tomber l’euro – et ce que je dis-là devrait suffire amplement à ce que la prime de convertibilité tombe à zéro, puisqu’un retour à la peseta et à la lire est hors de question, foi de président de la BCE ! ».
        Nous verrons bien demain…

      2. Valérie,

        Oui, effectivement. Cette phrase est à mon avis aussi de l’ironie de la part de Paul, au sujet des propos, ainsi décrits, de Draghi.

        Rien de conséquent ne serait « sur la table » pour résoudre les problèmes du moment des marchés, de taux d’intérêts excessifs, d’ici la création et l’activation du MES (au plus tôt en septembre, si la Cour de Karlsruhe donne son aval, en la rendant constitutionnelle – ou non…-, pour l’Allemagne).

        En dehors du malentendu créé (volontaire?), cela ressemble en réalité fortement à une incantation « autoréalisatrice », dans le désert « de solutions potentielles » actuel, de la part de Draghi, auprès des marchés…

  17. La rivière sans retour, autre titre parlant.

    The river of no return, d’Otto Preminger

    L’ouverture rappelle un peu 3h10 pour Yuma, etc, ces westerns qui mettent en avant une chanson bien particulière, qui se lie à l’histoire.

  18. L’élément nouveau est que l’Allemagne a enfin compris qu’elle serait la seule à perdre dans l’abandon de l’Euro.. La France représenterait vraisemblablement l’équilibre, en ce sens que le Franc nouveau serait à parité avec l’Euro.. d’où la confiance dont elle jouit auprès des marchés..

  19. Gandhi et Nehru étaient plutôt socialistes (au sens de communisme) :

    Nehru 1936 :

    « Je ne vois pas d’autre moyen que le socialisme pour venir à bout de la pauvreté, du chômage, de la dégradation et de l’assujettissement de notre peuple. Cela implique des changements vastes et révolutionnaires dans notre structure politique et sociale, la fin des intérêts personnels dans la terre et l’industrie aussi bien que du système des États indiens féodaux et autocratiques. Cela signifie la fin de la propriété privée, sauf dans un sens limité, et le remplacement de l’actuel système de profits par un idéal plus élevé de services coopératifs. Cela signifie en dernier lieu un changement de nos instincts, habitudes et désirs. En bref, cela signifie une nouvelle civilisation, radicalement différente de l’actuel ordre capitaliste. »

    http://www.enfantsruespondichery.org/pages/l-economie-de-l-inde-selon-gandhi-juin-2011-5351044.html

Les commentaires sont fermés.