42 réflexions sur « LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 21 DECEMBRE 2012 »

  1. Il y avait, au moins parmi certaines « élites » au Moyen-âge, le sentiment profond que l’homme, i.e. chacun d’entre nous, appartient à un Univers unique (Unus Mundus), très géocentré, avec lequel nous inter-agissons. Cela se traduisait, au moins en partie, par la reconnaissance de ce que nous sommes l’Univers et que l’Univers est en nous.

    Pour l’année qui s’annonce, mon souhait est que nous actualisions ce sentiment d’appartenance, un peu à contre courant de notre individualisme moderne; nous aurions alors fait un grand pas vers une terre plus humaine.

    1. Voire trop humaine. Il vaut mieux peut-être détester l’existence pour n’avoir rien à regretter en partant… C’est l’art de dégrader le monde pour se donner l’illusion que ça n’en valait pas la peine, c’est le grand bénéfice de tout ça.

      1. Sais pas, crois pas… Pour moi, le lien entre vie et mort est extrêmement intime (lire par exemple l’exceptionnel « Labyrinthe de la solitude » d’Octavio Paz), et on meurt comme on vit. Si on déteste l’existence, on détestera aussi la mort (et elle nous le rendra bien). Si notre vie est un perpétuel mouvement vers ce qui au fond de nous nous relie à l’univers, et en même temps vers les autres, car là aussi c’est lié, notre mort sera probablement un passage où, avec soulagement et légèreté, on s’élancera vers autre chose. Je précise que je suis athée, que cet autre chose pour moi est le retour vers les éléments fondamentaux (hydrogène, carbone, oxygène etc.), ce que je trouve d’ailleurs absolument fabuleux. Si j’avais un nom à donner à Dieu, ce serait certainement l’élément hydrogène.

  2. Juncker fait des cadeaux pour Noël

    Une sortie de crise n’est toujours pas en vue pour la zone euro. Mais un pic a été franchi, a estimé vendredi Jean-Claude Juncker, président de l’Eurogroupe, interrogé sur la radio allemande Deutschlandfunk.

    Puis il ajoute le plus beau des cadeaux aux banques : pas de décote de la dette souveraine de Chypre. Les Chypriotes se contenteront d’une ceinture bien serrée, offerte par la Troika.

    Comme disait votre interlocuteur, les choses sont en train de s’arranger: la bourse monte, la vente des logements anciens a progressé de 5,9 % le mois dernier.

    Sauf que l’INSEE et Philippe Dessertine (« La Décompression ») pensent le contraire.
    (infos du quotidien DNA)

    Que peuvent bien penser ceux qui n’ont pas la bouée « Paul Jorion », ou plutôt la boussole ?

    1. La bourse monte dans des volumes anémiques gérés par des algorithmes.
      Quand à l’immobilier, du fond de ma province pauperisee, je ne vois que des biens qui ne se vendent pas et se détériorent sous le poids du temps qui passe.
      La seule exception semble être le secteur de la rénovation.
      Les petits propriétaires qui ne parviennnent pas à vendre se tournent vers le locatif en rénovant (s’ ils le peuvent) leur bien.
      Le résultat est une offre importante de logements, avec des loyers en baisse.
      Les années 2013 et 2014 seront terribles pour les petits patrimoines investis en bien de piètre qualité.

      1. Les années 2013 et 2014 seront terribles pour les petits patrimoines investis en bien de piètre qualité.

        Oui, les riches resteront riches et ceux qui se croyaient riches vont découvrir qu’ils ne l’étaient pas.
        Mais quand même ne pensez-vous que la correction des prix de l’immobilier, c’est-à-dire l’éclatement de la bulle, est inévitable ?

  3. Merci pour tout à toutes et à tous !

    C’est de plus en plus difficile pour une majorité et cela ne va pas aller en s’améliorant. Le pire est toujours devant nous. Deux mots me viennent à l’esprit: effondrement et insurrection.

    Papillon

  4. Merci pour cette note optimiste alors que nous approchons de la fin du monde, pardon, de l’année!

    François Hollande se transforme en whistleblower, si lui le dit, c’est qu’on va « morfler grave », à la grecque.

    Il est vrai que la très Sainte Croissance nous a quitté depuis avril 2011.

    Si la fin du monde n’a pas lieu d’ici demain, nous serons punis en 2013 pour avoir survécus.

    En attendant, profitons, si rien ne se passe ce soir, du créneau qui va de l’entrée dans l’hiver, au premier janvier 2013. Profitons de la trêve des confiseurs, en évitant la crise de foie tout de même…

      1. Le président François Hollande a maintenu, vendredi, son objectif d’inverser la courbe du chômage à la fin de l’année 2013 malgré les mauvaises perspectives économiques de l’Insee pour l’année prochaine

        Ah bon ! Sarkozy, nous promettait d’aller chercher la croissance avec les dents; on sait ce qu’il advînt !

        Alors Monsieur le Président tant que vous n’aurez pas compris que sans un minimum de protection à nos frontières, ou à celles de l’Europe, sans l’instauration d’une concurrence loyale (non d’une « concurrence libre et non faussée », qui est en fait une concurrence déloyale, car elle se fait avec des pays pratiquant le dumping social); tant que vous n’aurez pas compris cela, les choses iront de mal en pis.
        Mais il est vrai que vos confrères et consoeurs du Conseil européen sont encore plus durs à convaincre: frau Merkel, sir Cameron, entre autres.
        Les élites européennes s’accommodent tout à fait bien du nivellement par le bas, qui est causé par la globalisation néo-libérale. Pis, elles l’utilisent comme prétexte, pour casser le Welfare State, qu’elles n’avaient concédé qu’à contrecoeur, pour contrer l’expansion du communisme. Maintenant qu’il n’y a plus de péril rouge, les troupes du capital ont lancé l’offensive générale pour récupérer ce qu’elles avaient dû concéder en particulier à l’Ouest.
        Nous pouvons nous réjouir pour nos voisins de l’Est, d’en avoir fini avec la dictature du prolétariat, mais cette joie ne dois pas occulter que nous n’en avons pas fini avec la dictature du capital, loin de là.

    1. C’est pas lui qui avait dit, y a environ 15 jours/3 semaines que « la crise était derrière nous » ? Si, hein…C’est bien ça,il me semble, j’ me suis pas trompé ,MOI !

      TARTUFFE !

      Et demain sera un autre jour……

  5. Ne serait-il pas intéressant d’ouvrir un chapitre : Les questions et les interrogations de Paul Jorion, en attente de réponse ? La vraie question est celle de Planck lors de la découverte de la nature quantique de la matière:

    « Espérez-vous convaincre vos détracteurs? »

    On connait sa réponse : « Non j’attendrai qu’ils meurent ! » J’ai peur de mourir avant de convaincre ces « gens-là » qui sont assis certes sur une idéologie vacillante mais surtout sur un choix et un entretien profond d’une ignorance volontairement entretenue. Sauf erreur, Hayek, était un adolescent cancre qui s’est révélé ultérieurement – après une crise de foi – en glorifiant l’inutilité de la connaissance car c’est fatigant ! Donc je reste d’un optimiste mesuré car tout reste à faire et nous aimerions que « ces gens-là » – politiques et administrations – fassent « honnêtement » leur boulot alors que tout ce que nous savons de l’activité des partis politiques et de l’ENA nous invite à penser que la sélection des meilleurs repose sur d’autres critères – autrement sélectifs que la connaissance et l’innovation. Bref, l’époque est effectivement porteuse de nouvelles pratiques citoyennes – et je vous remercie de les avoir mis à notre disposition – mais faire travailler ces gens-là selon des critères qui ne sont pas « les leurs », ceux de leur sang, de leur caste,ou de la caste à laquelle ils aspirent (Servir l’Etat… LOL ! Se servir de l’Etat !) m’apparaît comme un défi anthropologique d’un autre ordre.

    1. La crise de civilisation dans laquelle nous sommes entrés depuis le début des années 70, et sans doute même avant :

      « Nous autres civilisations nous savons maintenant que nous sommes mortelles. »

      (Paul Valéry 1919), cette crise de civilisation nécessiterait que nous ayons à notre tête des visionnaires, mais pour notre grand malheur, nous n’avons que des gestionnaires. De bon élèves, qui ont été formés pour les temps de mer calme, et non des capitaines armés pour les temps de tempête.

      1. « … qui ont été formés pour les temps de mer calme… »

        Qu’ils aient été formés n’importe comment… passe encore… mais surtout, ils ont été choisis… triés… on a pris les plus tartes… comme si toutes les premières années d’école n’avaient été là que pour détruire les talents et encourager les tares…

        Le ver était dans les critères de selection… ça a fait long feu… ça s’est répandu… ça s’est auto-reproduit… et le tamis s’est resserré avec le temps… pour nous sortir du concentré de tarés… du jus essentiel d’ânes bâtés…

  6. Mais qui sont ces hommes avec lesquels PJ n’a pas de parenté intellectuelle?

    Ça me turlupine, j’aimerais bien savoir dans quel sac on veut mettre M JORION.

    1. « parenté intellectuelle »… n’est pas le mot juste… nous avons tous les mêmes sources… seulement voilà, dans une fratrie, parfois, un individu se dégage… se rebelle…

      Qui sont donc ces âmes soeurs qu’on voudrait lui imposer…?

  7. Il n’y a pas qu’en finance que les modèles ne marchent pas.
    Les modèles climatiques du GIEC ne se confirment pas par les mesures de température depuis plus de 15 ans. Les températures n’augmentent pas comme elle le devraient.
    L’humanité prolifère à température constante et les ressources sont produites et recyclées de façon incroyablement inexorable sans que tout s’arrête!
    Y aurait-il quelque chose que nous n’avons pas compris?

  8. L’idée que les choses vont s’arranger, nécessairement, n’est-ce pas l’histoire de l’Idiot de Dostoïevski, l’histoire du prince Mychkine, personnage bon, mais dont la bonté confine à la naïveté et à l’idiotie.

  9. Frau Merkel met en garde les européens quant au poids de leurs Etats Providence, poids qui plombent leur compétitivité par rapport aux émergents.

    Les nouveaux modèle de compétitivité selon frau merkel sont:

    “Other models have long since emerged: China, India, Japan, Brazil, and they will be joined by other countries that are working hard and proving to be innovative.”

    Et oui! La Chine, l’Inde, etc …

    Delenda est Welfare State, le capital, la finance en rêvent, nos élus le font !!! Les panzers germaniques et leurs collaborateurs gaulois se chargent du travail sur le continent.

    1. @ fujisan 21 décembre 2012 à 17:12
      Merci pour le lien vers, encore une fois, une excellente prestation de Paul Jorion.

      J’en profite pour vous solliciter. Vous aviez donné dans le passé, le lien vers une conférence de Pompidou sur la concurrence que j’aimerais revisionner. Si cela ne vous est pas trop difficile de le retrouver, pourriez-vous le redonner ? Je n’y arrive pas et vous remercie par avance.

  10. Si je comprends bien, c’est une chance que Paul Jorion ait trouvé une chaire à Bruxelles, et non en France, car cela va lui permettre de communiquer ses idées, par l’intermédiaire de la Belgique, jusqu’au coeur des institutions européennes (du moins je l’espère), ce qui portera plus que depuis Paris.

    1. Si les RG font correctement leur boulot… voilà cinq ans que les « institutions européennes » sont au courant svadchil…
      Maintenant, ceux qu’il faut toucher, ce sont les masses télévisuées…

  11. Merci Paul de faire part d’un optimisme raisonné que je partage pour les mêmes raisons que vous.

    Même si les dirigeants ne donnent pas toujours l’impression d’agir de façon raisonnée, c’est malheureusement plus souvent le contraire, je trouve que de plus en plus de gens, sur le blog et ailleurs, s’approprient les problèmes à résoudre et les abordent par la voie de la réflexion bien plus que par les passions alimentées par des solutions toutes prêtes et sans consistance, souvent insuffisamment réfléchies notamment sans prendre en compte toutes les contraintes internationales.

    C’est vrai que notre planète a été très endommagée par deux siècles de consommation intense rendue possible par l’industrie et l’utilisation d’une énergie facile à exploiter. Mais des ressources immenses existent encore sur la terre.

    Elle dispose aujourd’hui de milliards d’hommes de plus en plus instruits et de plus en plus connectés qui constituent une immense ressource, un immense capital, il suffi de les rendre plus sensibles et de les intéresser par la réflexion, plus que par la politique, à la préparation du futur au lieu de les rendre trop accros à la consommation dans le présent.

    Côté énergie, il suffit de se servir dans le flux qui nous baigne en les complétant si besoin par du nucléaire. Il faut se servir de notre terre comme d’un substrat, pour faire prospérer la vie au dessus à l’image des végétaux et de nos ancêtres qui il y a seulement deux ou trois siècles ne consommaient pas beaucoup de non renouvelable.

    Alors sans sous estimer l’ampleur des difficultés à surmonter, bien au contraire, il faut espérer.

    Votre intervention à la RTBF m’a permis de me sentir bien en phase avec vous, alors que très souvent nous n’abordons pas les choses par le même côté, par le même bord. L’essentiel est de progresser et je vous remercie de tout ce que vous faites en ce sens.
    http://www.rtbf.be/info/economie/detail_paul-jorion-le-capitalisme-est-au-bout-du-rouleau?id=7896809

Les commentaires sont fermés.