Quelques considérations pour l’organisation d’une transition raisonnée vers des modes de fonctionnement plus durables, par Jean-Paul Vignal

Billet invité.

Ce texte est une synthèse actualisée de plusieurs documents rédigés depuis 2002. Son propos est d’amorcer une discussion ouverte sur les enjeux, les objectifs et les modalités éventuelles d’une transition réussie des modèles de fonctionnement pilleurs et pollueurs actuels vers des modèles plus respectueux des hommes et de la biosphère dont ils dépendent pour leur survie harmonieuse.

Par convention, et parce que ce terme est universellement connu et admis, ce texte fait référence  au « developpement durable » plutôt qu’au « fonctionnement durable » bien qu’il soit préférable de parler de fonctionnement, le developpement ne pouvant par nature être indéfiniment durable dans un environnement fini.

Le Constat : un modèle de développement dépassé?

L’accélération mal maîtrisée de l’accumulation des connaissances

L’aptitude à imaginer et à concevoir des solutions nouvelles est une des caractéristiques qui différencie le mieux l’être humain dans le monde du vivant. Ses capacités mentales lui donnent la capacité de modifier son environnement pour le rendre plus conforme à ce qu’il estime être son intérêt. Le passage du concept à l’action se fait, de façon formelle ou informelle, à travers ce qu’il est convenu d’appeler la planification, qui, depuis la mise au point des premières techniques collectives de chasse et de cueillette, constitue à ce titre un aspect essentiel des interactions entre individus et vis à vis du milieu environnant. La maîtrise de cette « ardente obligation » est donc de toute évidence une des activités indispensables à notre survie à long terme en tant qu’espèce.

La suite se trouve ici.

Partager :

Une réflexion sur « Quelques considérations pour l’organisation d’une transition raisonnée vers des modes de fonctionnement plus durables, par Jean-Paul Vignal »

Les commentaires sont fermés.