Le 13 mai 2016 : « La nécessité de choisir entre une position de gauche ou de droite, va passer aussi à travers le Front national »

Le Blog de Paul Jorion : Le temps qu’il fait, le 13 mai 2016

Et alors, peut-être, surprise pour les gens qui ont l’habitude de dire que le Front national est un parti d’extrême droite – ce qu’il est sous différents aspects bien entendu et surtout par la tradition familiale qui joint Madame Marine Le Pen à son père Monsieur Jean-Marie – j’ai le sentiment que cette division, la nécessité de choisir entre une position de gauche ou de droite, va passer aussi à travers le Front national.

Le Monde : Loi travail : le FN pris en flagrant délit de grand écart, par Olivier Faye, le 16 juin 2016

… depuis le début de la mobilisation contre la loi El Khomri, le parti d’extrême droite peine à apparaître comme un moteur de l’opposition au texte porté par la ministre du travail. La faute à une posture perçue comme brinquebalante, entre sa volonté de répondre aux aspirations de souplesse des chefs d’entreprise et celle d’affirmer son soutien aux salariés face au risque d’une supposée plus grande précarité. […]

Plusieurs amendements des sénateurs FN David Rachline (Var) et Stéphane Ravier (Bouches-du-Rhône), à la tonalité très libérale, proposaient ainsi la suppression du compte pénibilité, le doublement des seuils sociaux ou encore la limitation « du monopole syndical ». […]

De son côté, Marine Le Pen a tranché la question. La position que la présidente du Front national défend est commune avec celle de son vice-président Florian Philippot, qui dénonce un projet de loi « infâme » qui « va précariser le travailleur ».

Partager :