Mélenchon ou Hamon ? Le pari irresponsable et dangereux, par Cédric Mas

Billet invité. Ouvert aux commentaires. P.J. : Je publierai bien entendu volontiers comme billet autonome les réponses qui lui seraient faites.

À quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, se pose pour un certain nombre d’électeurs la question de savoir qui voter entre MM. Mélenchon et Hamon.

Cette question découle directement d’une manipulation claire entretenue des deux côtés par calcul politique : les programmes de Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon seraient très proches, et seules les personnalités et les qualités oratoires de l’un expliqueraient la différence importante constatée dans les sondages.

D’aucuns pensent même que leur rapprochement, envisagé à plusieurs reprises, n’aurait échoué que pour des questions d’appareil et d’égos. Or, rien n’est moins vrai.

Ces idées largement répandues passent sous silence un chaînon manquant primordial : le lien idéologique très fort entre Jean-Luc Mélenchon et certains milieux qualifiés péjorativement de « rouge-brun », dont la présence est loin d’être négligeable dans ses équipes et ne sont pas sans liens avec les réseaux d’influence russes.

Ainsi, sur les questions internationales, le programme de M. Mélenchon est bien plus proche de celui de Marine Le Pen (et sur certains points de celui de M. Fillon) que de celui de Benoît Hamon.

Le rapport à la Russie, à ses agissements impardonnables et contraires aux intérêts de la France en Europe de l’Est comme en Syrie, est ainsi un symptôme d’un mal plus profond.

Si l’influence russe sur le Front National est essentiellement matérialisée par des financements importants, l’influence exercée sur Jean-Luc Mélenchon, intimement convaincu aujourd’hui sur ces questions d’avoir raison contre une majorité « intoxiquée » par une « propagande atlantiste », inquiète car elle pourrait révéler un noyautage progressif de ses équipes.

Ainsi, sur les questions internationales, il faut s’interroger sur des personnalités dont la biographie est loin de correspondre à ce que l’on pourrait attendre d’un militant du Front de Gauche. Pensons par exemple à M. Djordje Kuzmanovic, ancien militaire ayant notamment combattu en Afghanistan.

M. Kuzmanovic est la tête d’une société de conseil « pour les affaires », et aujourd’hui secrétaire national du parti de Gauche pour les questions de défense et internationale.

M. Kuzmanovic, élu au sein du Bureau national du Parti de Gauche, est très actif sur les réseaux sociaux.

Comme très bien expliqué ici, les idées qu’il professe font les choux gras des sites complotistes dont (voir ci-dessous) le site de Michel Collon, (dont les fréquentations comptent notamment Thierry Meyssan et Dieudonné).

De telles personnes, au profil pour le moins contestable, entourent Jean-Luc Mélenchon, sont responsables de sa conversion, aujourd’hui solidement ancrée, dans l’existence d’une « vérité alternative » qui serait masquée par une propagande téléguidée par les États-Unis. Cette affirmation constamment déjugée par les faits, est l’un des piliers des médias d’obédience russe comme RT et Sputnik.

Prenons un exemple flagrant : la conviction exprimée à plusieurs reprises par M. Mélenchon que la Russie combat Daech en Syrie, et son refus d’admettre le fait avéré que les frappes russes visent d’abord les rebelles syriens qui luttent contre Assad et contre Daech (ne revenons pas sur la question du gazoduc qatari, enfant chéri de la propagande pro-Assad, déjà décrypté ici).

Voir tout particulièrement à 4m06s M. Mélenchon opposer un silence irrité face à la contradiction citant des chiffres avérés sur les frappes russes.

On notera que lorsqu’il est interrogé à ce sujet, M. Mélenchon se refuse à reconnaître clairement et sans ambiguïté la responsabilité entière et unique d’Assad dans un certain nombre de crimes, à commencer (mais ce ne sont pas les seules) par les attaques chimiques de la Ghouta en 2013 ou celle de Khan Sheykhoun commise le 4 avril 2017. Il préfère prendre la posture d’une condamnation générale des attaques chimiques en restant vague sur les responsabilités pourtant avérées, et appelant à une enquête indépendante de l’ONU (alors que les projets de résolution sur des enquêtes sur les crimes syriens sont systématiquement bloquées par un véto russe).

La vraie raison de l’impossible rapprochement entre MM. Mélenchon et Hamon réside donc dans une différence fondamentale sur les questions internationales.

De manière générale, M. Mélenchon souhaite aujourd’hui se présenter comme le candidat « de la Paix » alors que sa volonté pacifiste est dirigée uniquement contre les États-Unis et l’OTAN et non contre les aventures dangereuses et belliqueuses de la Russie dans différentes régions du monde, ni son soutien à différents dictateurs directement à l’origine de troubles, voire de guerres civiles (Syrie, mais aussi Venezuela).

La posture de M. Mélenchon aboutit à placer une exigence de multilatéralisme comme garde-fou contre les actions qu’il juge par principe « criminelles » des États-Unis, exigence soigneusement mise entre parenthèses lorsque la Russie agit unilatéralement, comme par exemple en septembre 2015 en Syrie.

Cette posture internationale donne une clé pour comprendre à quel point le vote pour M. Mélenchon ne débouchera que sur une impasse politique dangereuse pour le pays.

Elle permet d’abord de découvrir que les équipes du front de Gauche, loin de l’image marketing d’une France insoumise, sont hélas contaminées par des éléments idéologiquement peu compatibles avec les idéaux humanistes et démocratiques qu’ils essaient d’afficher, et dont les connexions vers les réseaux complotistes et fascistes sont trop nombreuses pour être de simples affaires de circonstances.

On rappellera que les congrès du Parti de Gauche sont souvent le lieux de déclarations étonnantes où la dénonciation de la finance internationale alterne avec des propos plus violents, et où l’on n’hésite pas à citer Dzerjinski « Pour ceux qui ne sont pas de notre avis, quatre murs, c’est trois de trop. »

Par-delà même les personnes, la posture choisie par M. Mélenchon pour la politique internationale, si peu soucieuse des intérêts de la France au profit d’une Paix théorique et impossible face à des dictateurs, affaiblit considérablement son projet économique, élément fort de son programme. Le programme économique de M. Mélenchon suppose en effet une action unilatérale et l’instauration d’un rapport de force avec l’Europe, l’Allemagne et les règles régissant la finance internationale. Or, cette action unilatérale, à exercer pour préserver les intérêts économiques de la France face à l’Europe, l’Allemagne, les États-Unis… M. Mélenchon l’écarte pour toutes les questions internationales, se réfugiant dans un refus ab abstracto de toute action unilatérale.

Comment croire un candidat qui affirme refuser de lancer une opération militaire unilatérale afin de préserver les intérêts de la France, alors qu’il s’engage sur un programme économique qui impose un tel unilatéralisme en matière économique ?

Voter Mélenchon dimanche prochain est donc un pari, un pari irresponsable et dangereux du fait que, comme Donald Trump dans le cas de Steve Bannon, confronté à la réalité, il tournera le dos aux conseillers qui l’ont accompagné durant son élection.

Comment être sûr que M. Mélenchon changera d’avis seulement sur les questions internationales, restant ferme par ailleurs sur son programme économique ?

Si la sincérité de l’attachement de M. Mélenchon à la République, à l’état de droit et aux libertés fondamentales ne peut être mise en doute, la même confiance ne peut pas être accordée à certains de ceux qui l’entourent et qui portent un projet dangereux auquel aucun citoyen authentiquement attaché aux valeurs progressistes et humanistes ne peut adhérer.

Enfin, il convient de rappeler cette règle simple : le premier tour d’une élection présidentielle doit être l’expression d’un vote d’adhésion et non celui d’un vote utile fait de calculs manipulés par des sondages dont la fiabilité a montré encore récemment ses limites.

Si le choix au second tour impose de voter M. Mélenchon pour faire barrage à l’extrême-droite, il sera toujours temps de voter utile. Essayons au premier tour de ne pas être contraints à un tel choix entre deux extrêmes.

Partager :

600 réflexions sur « Mélenchon ou Hamon ? Le pari irresponsable et dangereux, par Cédric Mas »

  1. aucun problème avec votre argumentaire à charge. Je me demande simplement pourquoi ne pas avoir dépenser toute cette énergie et ce temps à défendre un projet qui tient tête à vos exigences plutôt que de s’attacher à combattre ces forfaitures. Dans un monde de sur information permanente ne pensez vous pas que toute tentative personnelle dans un sens ou dans un autre n’est qu’une goutte dans l’océan à l’échelle d’un individu, alors cette goutte précieuse, capable d’initier les plus grands océan, ne devrait elle pas être dépenser à défendre des idées qui en valent la peine ?

  2. Au deuxième tour, Hamon, Poutou et Piketti voteraient Mélenchon. Qui leur envoie une copie de ce forum pour les en dissuader ?
    Piketti longtemps poussé dans ce blog à se présenter serait il devenu abruti du jour au lendemain ?

    1. Piketty se dit que dans ce cas, le boulot qu’il a préparé seraitg peut-être lu pour de bon par tous ceux qui se voudraient vigilant comme lui.

      Et pour le coup il serait lu au-delà des frontières de l’hexagone. Très bon plan, j’achète.

      1. Voilà, enfin ça commence a s’éclairer dans le blog, c’est long mais on y vient. Le crochet du gauche que je dis depuis le début ! Celui qui réveille. Parce que le droit en général y casse le nez où il endort définitivement.

        Bon en même temps l’argument tombe un peu à plat pour la lecture parce que le top des ventes et pas en France mais aux USA. Et ils ont élu Trump ! Va savoir charles, au pmu…

  3. Julien, il faudrait faire la carto de ceux dans l’organigramme de FI qui sont strictement sur le même degré d’opportunisme (>50%?) de JLM, puis comment ça se distord puisque dès le 3eme ou 4eme cercle (50-100 personnes) on doit avoir 20% d’opportunisme et quand même 80% de conviction.
    L’élément qui permet à cette distorsion de l’espace-temps de se propager égale à elle-même (ah, un statut aristotélicien ne se cahce-t-il pas là , au passage?) est-il l’armée attilienne de troll qui est rodée probablement depuis 2012ou peu après, et qui joue un rôle rare et important : l’impression de gagner au moins de petite bataille, le minimum de l’empowerment.
    La ruse de l’histoire est alors que l’empowerment sauce numérique serait l’espace dans lequel on est in fine le moins confronté à l’autre Leviathan sauce numérique, aka le monde de la finance. Etranges planètes et epicycloïdaux satellites (quand tout tourne rond en donnant le tournis : https://www.youtube.com/watch?v=GwN8YoHPKH8).

    1. Difficile d’établir une estimation correcte, à partir du second cercle on tombe vite sur des seconds couteaux inconnus au bataillon.
      Ici, on a un échantillon peu représentatif, car composé non pas de convaincus mais de cyniques de mauvaise foi. Et effectivement, ce sont les mêmes qui en 2012 soutenaient une campagne où le souverainisme n’était pas l’alpha et l’oméga, pas davantage que la sortie de l’UE. On avait déjà le folklore sud-américain et l’antiaméricanisme primaire, mais là le lider minimo a trouvé la recette miracle en 2017 en mélangeant les nouveaux éléments et les anciens afin de créer une radicalité attrape-tout.

      1. Quel mépris pour les gens… C’est triste.
        Peut-être tout simplement avons nous écouté, lu des gens comme Lordon, ou d’autres, et nous sommes nous rendu compte qu’aucune solution n’était possible pour abattre le capitalisme, et plus généralement pendre des décisions en faveur de la population, sans sortir du carcan des traités européens et de l’infeodation aux États Unis, tout simplement parce que c’est une union capitaliste.
        Le seul cadre dans lequel la démocratie peut s’exprimer est encore la nation, donc….

      2. Ça me fait penser Julien que j’ai vu passer des RT de Steve Keen (que je suis) plus que zarbis aujourd’hui. M’a pas l’air très bien le zig… faut que je retrouve mais en tout cas le follower qu’il a RT était carrément 100% conspi antisioniste affiché. Elle est mal la gauche j’te l’dis…

  4. (idem corrigé et revu)

    Julien, il faudrait faire la carto de ceux dans l’organigramme de FI qui sont strictement sur le même degré d’opportunisme (>50%?) de JLM, puis comment ça se distord, puisque dès le 3ème ou 4ème cercle (50-100 personnes) on doit avoir 20% d’opportunisme et quand même, allez, 80% de conviction.

    L’élément qui permet à cette distorsion de l’espace-temps de se propager égale à elle-même (ah, un statut aristotélicien ne se cache-t-il pas là , au passage?) est-il l’armée attilienne de trolls qui est rodée probablement depuis 2012 ou depuis peu après, et qui joue un rôle rare et important : l’impression de gagner au moins de petites batailles, le minimum de l’empowerment. Quoi de mieux pour trouver son côté anti-TINA ?

    La ruse de l’histoire est alors que l’empowerment sauce numérique serait l’espace dans lequel on est, in fine, le moins confronté à l’autre Léviathan sauce numérique, j’ai nommé le monde de la finance.
    Les conséquences réelles de ces deux complexes virtuels sont-elle du même degré d’imprévisibilité ? De dérive ?

    Etranges planètes et épicycloïdaux satellites (quand tout tourne rond en donnant le tournis : https://www.youtube.com/watch?v=GwN8YoHPKH8).

  5. Posté à l’instant sur tweeter par une espèce d’apatride improbable et anglophone, les résultats d’Elabe/Express du jour, chacun reconnaitra les siens (les résultats me conviennent…) :

    In varietate concordia 24%
    Travail famille patrie 23.5%
    Un vol pour France 19%
    La Russie insoumise 18.5%

    1. Attention, dangers !

       » Le risque est incontestablement celui que fait courir Emmanuel Macron, le candidat de l’ubérisation de la société. Sous ses aspects de jeune premier à la Kennedy, l’ex énarque et banquier n’est pas un OVNI politique. Il est le produit de l’osmose entre l’oligarchie financière et la technocratie d’Etat. Sa prétendue modernité est celle des marchés. Son programme pourrait être plus dangereux, de fait, que celui de François Fillon car il a les moyens de l’appliquer effectivement par le consensus qu’il entend faire régner autour de lui. Sa vision de la politique est celle d’un exécutif qui ressemble au bras armé d’une Cour des Comptes décomplexée. Dans les premiers mois il démantèlera le Code du travail par ordonnances et imposera la retraite par points, qui équivaut à une baisse de 20 % des pensions. L’écologie en prendra elle aussi pour son grade : Le nucléaire restera l’énergie de référence et l’agriculture industrielle sera préservée. Pouvons-nous faire confiance à ce faux nez des multinationales, monté en puissance grâce aux « unes » des magazines people, aux mains de grands groupes de presse contrôlés par les marchands d’armes, les grandes sociétés du BTP et des Télécoms ?  »

      Article / Mediapart – Noël Mamère
      ( Extrait ). Titre de l’article : Attention, dangers !

      1. On croirait lire un tract du PCF de Bègles quand Mamère est venu piquer la commune historiquement détenue par le PC….
        Mamère… ce clown s’est tellement bien entendu avec Juppé à Bordeaux, c’en est presque devenu un parangon du rêve Girondin de la coexistence à la Macron…

  6. D’après le « sondage' » Scan-research / Le Terrain, dont je suis bien incapable de juger du sérieux…Jean Luc Mélenchon passerait ce jour devant Le Pen et serait au second tour face à Macron !

    Macron se maintient au niveau d’intentions de vote (24 %) suivi à moins de deux points par Mélenchon (22,5%), devant Le Pen (21,5) et Fillon (17,5) et Hamon (8%).

    Mélenchon ferait jeu égal avec Le Pen parmi les employés (29,5% d’intentions de vote) et aurait progressé de manière importante auprès des ouvriers (25,5%).

    Voilà qui semble indiquer que la « dynamique » autour de Philippe Poutou n’empêche en rien Mélenchon de monter dans les sondages. Ce ne sont pas forcément les mêmes électorats. Si Philippe Poutou n’était pas présent, les quelques %, qui voteront pour se reporteraient plutôt sur Nathalie Artaud ou s’abstiendraient.

    La seule gauche socialiste aujourd’hui, c’est à dire la révolutionnaire, sortira renforcée de ce scrutin, grâce à la qualité du programme et de la campapagne de Philippe Poutou. Il faut que de un à deux millions de jeunes et de travailleurs, malgré la période d’anesthésie relative des luttes par les élections, rappellent que jamais, nulle part, la bourgeoisie n’a dégagé ni n’a cèdé nos principaux acquis devant les urnes. Il faut aussi sa campagne qui contribue à reconstruire le projet d’émancipaton sociale. Il faut que le score de Poutou redonne confiance et prépare les affrontements décisifs à venir dans la crise qui va rebondir, quel que soit l’occopant de l’Elysée.

    Par contre, c’est la responsabilité de ceux qui ne voient pas un au delà du capitalisme, et qui votent Hamon, de voter JLM. Si la moitié d’entre eux préfère la « gauche » à la « droite », ils doivent voter et appeler à voter JLM. Les deux programmes sont les plus proches de l’offre actuelle, comme l’ont reconnu Hamon et JLM. C’est eux qui portent l’entière responsabilité: Mélenchon ou Macron pour 5 ans.

    1. @ Vigneron

      Et, oui, je comprends bien pourquoi vous insultez maintenant M.Mamère, monsieur Vigneron.

      Voter pour un pion des marchands d’arme, ça vous en fout un coup..!

      Tout votre discours  » anti-France Insoumise  » s’écroule subitement.

      1. Manquerait plus que tu t’en prennes à Bové, Vigneron. Là, pour Hervé, la coupe serait pleine de chez pleine. Triptyque zinsoumis du sud-ouest : Méluche, Mamère, Bové.

  7. Au final, si je comprends bien, sur les quatre vainqueurs possibles :
    – Le Pen, Marine : extrême-droite (là, on est d’accord)
    – Macron : fasciste en col blanc
    – Fillon, François : politique étrangère gaulliste = fasciste + fasciste en col blanc
    – (rêve errant) Père Castor : anti-(fasciste-en-col-blanc) mais, pas de bol, politique étrangère gaulliste = rouge-brun = fasciste
    Votez Poutou ! 2% des voix ?… ok, restez chez vous et pariez sur l’émergence – enfin ! – d’un candidat non fasciste et jorionement pur en 2022… ou à la Trinité… ou à la Trinité…

    Tout le monde il est laid, tout le monde il est fasciste.

    Julien Alexandre disait quelque part que Piketty est politiquement nul. Peut-être. Mais que dire alors de ceux qui misaient politiquement sur un non-candidat politiquement nul, puis sur le candidat politiquement nul soutenu par le non-candidat politiquement nul ? Résultat concret au final de toute cette pureté d’âme non compromise 0,00% fasciste et 100% politiquement nul ? zéro changement de cadre.

    En politique, on se salit les mains s’il le faut et on choisit le moindre mal. Sinon, on peut aussi attendre le Royaume de Dieu. Il reviendra z’à Pâques (mais pas en 2017)…. ou à la Trinité…

    Du coup, je cite Pascal : « Il faut des mouvements de bassesse, non de nature, mais de pénitence, non pour y demeurer mais pour aller à la grandeur. Il faut des mouvements de grandeur, non de mérite mais de grâce et après avoir passé par la bassesse. »

    Ou plus prosaïquement : ad augusta per angusta.

    Mais je fais plutôt le pari mélenchonien, vu que je ne crois pas du tout au Royaume, et que c’est ici et maintenant. C’est un pari, il y a des risques ; je les comprends et les accepte.

    1. Politique extérieure gaulliste du Père Castor ? Sérieux ? Il a quitté l’Otan de Gaulle ? Il a quitté la CEE ? Il aurait intégré la France à une alliance bolivarienne autour de Cuba ? Il s’est aligné sur la ligne du Kremlin ? Il a cessé de vendre des armes à fond les manettes par pacifisme ? à Israël d’abord (y-compris en coopérant sur la technologie nucléaire) et aux pays Arabes ensuite ?

  8. Un post d’antologie il faut scroller une heure pour arriver en bas ! Au final un peu d’amertume tout de même. On aurait pu penser qu’avec lepen au deuxième tour a près de 25% ce blog se serait employé à taper la ou ça le mérite vraiment. Peur de s’éclabousser? Peu importe, dommage. 🙁

    1. Oui mais Marine va boire le bouillon et ne sera pas au second tour.

      Alors pourquoi s’échiner ?

      Ce sera donc Mélenchon contre Fillon.

      Marchais contre Chirac. ça va pas nous rajeunir !

    2. Elle s’effondre toute seule la Pénienne, merci Gnangnan, Ah ce Lino! et Lassalle, voire Fillon, qui pourrait bien jouer les prolongations et me mettre dedans de 50.

      1. @Vigneron

        ça aurait pu être pire pour toi si tu n’étais pas entouré d’amis blogueurs raisonnables.

        Pour ma pomme ça sera 25.

        Elle aurait pu quand même durer une dizaine de jours de plus la Marine, mais non, il a fallut qu’elle en remette une couche sur sa folie de sortir de l’euro, maintenant !

        Pour ton poulain, il s’est définitivement flingué hier à Bercy, en allant draguer l’électorat de droite.

        Ce type d’électorat, historiquement c’est le culte du chef. Et leur chef c’est pas Macron, c’est Fillon.

        Certains cherchent des poux dans la tête du lion, mais eux ne voient que le lion.

  9. @Julien Alexandre
    Ma réponse est à Mas qui dit globalement:
    Ouah! regardez ils disent qu’ils bombardent les méchants rebelles alors qu’en fait ils bombardent les gentils rebelles.
    Ma réponse est simple:
    Du point de vue du Gouvernement il n’y a pas des gentils et des méchants rebelles, il y a des rebelles. Point!
    Du point de vue des stratèges, il a un territoire à reprendre suivant des axes logistiques, des conditions opérationnelles et des considérations techniques et pratiques. Point!
    Blablater sur « ils bombardent ci et pas ça » sans même regarder la logique géographique c’est, ou de la bêtise ou de la propagande. Ou les deux!
    Quand à vos histoires de gaz, sarin ou pas et de vos bébés morts, ils ne m’arracheront pas une larme n’ayant aucune envie de contribuer à l’océan d’hypocrisie ambiant.

    1. On admire la hauteur de vue et l’on devine la froideur rationnelle du fin stratège anti-insurrectionnel Subotai. Mais heureusement on ne fait pas un général d’état-major de cette sorte de zombie de nos jours, sauf en quelques pays riants comme la Bacharie ou la Putinie. Ici on en fait juste un triste sire de fond de blog.

  10. Ils ont parlé de Mélenchon. Ils se sont lancé la vaisselle à la figure (gueule?).
    Allez en paix mes frères.

  11. Merci Msieur Mas, je savais bien qu’il clochait ce Mèluche .
    Allé! Je m’avoue vaincu,! vote à Poutou plus creation d’association qui dépollue, qui héberge ou informe les immigrés et discussion pour ouvrir les esprits et le ciel vous abdsoudera pour notre imbécile ignorance, jeunes congénères.

  12. « …Mélenchon n’est pas un fasciste…. »
    Si.
    C’est un nationaliste, c’est un socialiste. Un national-socialiste;).
    Son programme essentiel s’identifie à celui de Le Pen:
    Destruction de l’Union Européenne et chauvinisme économique.

    1. « « …Mélenchon n’est pas un fasciste…. »
      Si.
      C’est un nationaliste, c’est un socialiste. Un national-socialiste;) »

      Il n’est plus « socialiste », et il le dit lui même. Nationaliste, oui, mais il n’est pas le seul !

      Plus sérieusement il faut faire attention avec le sens des mots.

      Si comme tu le dis, Melenchon était devenu un fasciste, et en tant que tel, faisait tourner la tête au prolétariat français comme il le fait actuellement. Sur une perspective national-socialiste de triste mémoire .

      Il faudrait alors s’adresser avec une force redoublée aux directions ouvrières (partis syndicats), et leurs dire:

      Et les Poutou, les Hamon, qu’est ce qui vous prend d’annoncer que vous vous apprêtez à nous appeler à voter pour un fasciste en mai ? Je ne parle même pas des Jorion et Eninel qui se ferait tailler un short sur ce blog !

      Et les Martinez et les Mailly, l’histoire ne vous a donc pas enseigner que le fascisme c’est l’élimination physique des organisations ouvrières ?

      Comment pouvez vous supporter une minute une telle menace ?

      Qu’est ce que vous attendez pour appeler à la grève générale ?

      Un peu de sérieux.

      Mélenchon est au plus un politicien qui se cherche un destin.
      Il est plus proche d’un péronisme argentin, que d’un hitlérisme en Allemagne.

      Il ne peut même pas être un chavez, il n’est pas militaire et il n’a pas l’armée derrière lui.

      Mais il le dit lui même, il se prend pour un De Gaulle.

      Et De Gaulle n’était pas un fasciste. Simplement un politicien -certes autoritaire et mégalo- bien aidé par l’histoire quand même !

      1. Vous avez raison. Le 😉 vous a échappé.
        En fait le fascisme propose surtout un ‘régime fort’, avec un chef tout puissant et s’appuie pour y arriver sur le socialisme et surtout le nationalisme. A ce niveau ni Mélenchon ni Lepen ne sont (en discours) fascistes. Mais leurs programmes se ressemblent.

  13. Je viens de lire une grosse partie de ces nombreux commentaires ,avis,opinions..La violence des propos anti Mélenchon me sidère sur ce blog progressiste.J’ai l’impression d’être sur Facebook! Amis français, quand vous aurez Macron ou Fillon comme président, ne venez pas pleurer.

    1. Un blog progressiste est ouvert au dialogue et rappelle à ses lecteurs qu’il faut toujours se méfier des tribuns !

      Je ne suis pas toujours d’accord avec ce que dit Paul (à la marge). Là je suis d’accord avec Cédric Mas parce qu’il est sidérant de voir s’agglutiner tel des mouches à leur papier collant des citoyens bernés par cet artifice aussi ancien qu’on appelle la rhétorique.
      « Le tribun exalté par la populace, ainsi que l’arbre grandi dans un marécage, perd en consistance ce qu’il gagne en rapide élévation ».
      Allez-y, votez pour Monsieur, vous tomberez de haut, la chute est vieille comme l’antique !

    2. Vous en avez des amis !

      Ce qui me rappelle que j’ai eu un ami qui s’appelait Pascal Bernier , mais qui a du réserver ses pleurs à des situations plus dignes des larmes , que ses vrais amis ont partagées avec lui .

  14. Que de bêtises écrites! du genre « Je ne veux pas me faire naturaliser Bolivien! » Et il y en a à la pelle de cet acabit dans ce forum!
    Que d’énergie perdue, avec tant de violence et de haine, pour certains qui ne s’en tiennent pas à critiquer des idées, mais insultent des êtres humains, avec une totale immaturité de cour de récréation.
    Jean-Luc Mélenchon a cette maturité, et vous pourrez calomnier n’importe quoi de sa personne, vous ne faites que lui rendre service par un tel comportement décalé. Les citoyens sont de plus en plus conscients.
    Le Changement est d’ordre politique, certes, mais tout autant spirituel (canaliser sa violence intérieure et savoir s’exprimer avec sérénité et tolérance – ce qui évite de faire ses projections intimes sur les autres)
    J’ai lu tous les commentaires : la conscience ressent vite de quel côté se trouve la réalité, par les vibrations qui s’en dégagent et les amalgames pré-digérés resservis.
    Avec un merci aux personnes qui ont exprimé longuement et avec authenticité, des analyses que je partage entièrement, quand on lit au-delà des mots eux-mêmes, avec tous les ressorts psychologiques.

  15. Merci Cedric Mas pour votre article qui, avec d’autres lus sur Mediapart, m’amène à voir d’un autre œil la candidature de Mélenchon et la construction de sa campagne.

    J’imagine ne pas être le seul à avoir été enthousiasmé par la partie économique et écologique du programme.
    D’autant plus enthousiasmé que bien souvent les critiques à son encontre, à l’inverse votre article, sont caricaturales et du coup « facilement écartées ».

    Par curiosité j’ai lu l’ensemble des commentaires à la recherche d’une réponse solide qui viendrait enrichir la discussion et permettre à Paul Jorion de faire un « article réponse ».
    Je n’en ai pas trouvé.

    Bref, j’ ai vu dans le fil de commentaires un grand nombre de personnes annoncer qu’ils ne viendraient plus lire le blog.
    Pour faire contrepoids… : je viens sur le blog pour y trouver des articles comme le votre, comme ceux de François Leclerc etc … pour y lire des choses bien construites, documentées et argumentées qui enrichissent les réflexions. Et cet article m’encourage à continuer à venir.

    Merci, bonne journée

    1. Ca fait un bon moment que je ne viens plus que pour lire les billets de François Leclerc, toujours aussi bons. Le reste est devenu creux, sans intérêt. Je me souviens du plaisir que je prenais à lire ce blog à ses débuts alors que François Leclerc n’était même pas encore présent. Mais c’était aussi le cas avec celui de Berruyer et on sait comment ça a fini.
      Avec ce comportement puéril de vertueux (paniqué par le récent succès du Jean-Luc?) qui distribue les bons et les mauvais points vous vous êtes ridiculisé d’une façon à peine pensable tout en vous mettant à dos bon nombre de vos lecteurs même pas fans du Jean-Luc.
      On dirait que les blogs politiques vieillissent mal en général.

    2. Matthieu Ferrand 18 avril 2017 à 12 h 54 min,

      C’est clair qu’un type qui vous prévient que , je le cite :

       » Tout ce qui est écrit est vrai. Et chercher une posture dans ce qui dérange lorsqu’on ne sait pas y répondre n’est pas très efficace. La question n’est pas de savoir pour qui je roule (bien malin qui saura le dire vu que je ne roule pour personne), mais quelle est la lourde responsabilité que va assumer chaque électeur qui va donner sa voix à M. Mélenchon et à ceux qui l’entourent. »

      On lui donne le Bon Dieu sans confession à Cédric Mas avec une telle profession de foi…quand on va pas chercher plus loin !

      Vous témoignez que « Par curiosité j’ai lu l’ensemble des commentaires à la recherche d’une réponse solide qui viendrait enrichir la discussion et permettre à Paul Jorion de faire un « article réponse » et que vous n’en avez pas trouvé…

      Ça me surprend, j’ai même du insister pour avoir une réponse à ce que j’estime être du « lourd » et c’est le silence pour toute réponse. Voyez ici :

      http://www.pauljorion.com/blog/2017/04/17/melenchon-ou-hamon-le-pari-irresponsable-et-dangereux-par-cedric-mas/#comment-611913

      Attention ça va pour prendre du temps et la tête si vous pistez ces liens…

      J’interviens depuis 9 ans plus ou moins près régulièrement sur ce blog, ce n’est pas la première fois, que j’obtiens du silence (quand ce n’est pas de la censure et bien évidemment pas pour des insultes…), et la répétition dessine en creux une stratégie de fait.

      La seconde stratégie pour éviter d’aller un peu plus au fond des enjeux, est de produire un nouveau billet sur lequel le blogueur lambda se précipite et qui bien évidemment enterre le précédent dans les « archives » heureusement consultables.

      Dernière stratégie, faire donner de la voix à 2 chiens de garde, qui inondent toute contestation sur un mode de cour de récréation d’ados avec des arguments de potache, un style agressif voire pire à l’occasion. Il suffit de décompter que sur 540 commentaires à cette heure, Julien Alexandre compte pour 124 et Vigneron pour 105, donc près de la moitié des commentaires viennent de ces 2 là, avec quelques groupies d’appoints négligeables.

      Et pour finir, le responsable de l’affaire, Paul Jorion, après avoir balancé le vrai du vrai caché à propos de l’élection présidentielle et de la dangereuse candidature de JLM, conclut que tout compte fait cette élection est anecdotique, puisque « c’est le cadre de la réflexion qu’il faudrait faire exploser ».

      Sans doute de l’humour belge encore…

      J’attends de lire si ce message passera la censure.

      et bon courage …surtout ne croyez pas tout ce qu’on vous, dit, tentez de vérifiez, même ce que j’écris !

      1. Rosebud, aka « j’ai rien à faire dans la vie, alors je compte les commentaires et je tiens des fiches sur tout ce que Paul Jorion a dit ! »
        On pourrait avoir le décompte des virgules et des points par année de naissance des commentateurs ?

        Rosebud, où la frustration de s’être fait recaler à chaque fois qu’il a proposé un billet.

      2. Tu m’étonnes Julien, je subodore que même Schizosophie, dans sa pourtant grande sagacité, n’arrivait pas à capter la moitié du signifiant de son signifié au Bouton de Rose.

      3. Simple confusion entre votre texte et vos longs commentaires tortueux qui nous faisaient nous gratter la tête.
        Je rectifie : LE refus, le seul, l’unique. C’est pire encore.

  16. @Rosebud,
    Votre fascination et votre dévouement épistolaire pour ce tribun est la preuve qu’il vous manquait un love-gourou pour vous tenir droit peut-être depuis vos jeunes années de militant ! eurêka ! vous avez trouvé l’amour, merci Jean-Luc. Si ce comportement reste compréhensible chez le jeune électeur à déniaiser, mais alors mon vieux Rosebud, quand le retraité devient-il adulte ? Comment à votre âge peut-on encore croire aux bateleurs ? (le tribun qui apparaît sous forme holographique en définissant qui est le gentil et qui est le méchant, est bien un bateleur avec ses tours de magie au sens strict, à votre âge, c’est comme croire au père noël ).

    1. Sapristi 18 avril 2017 à 16 h 06 min

      Vous m’avez manifestement peu lu et/ou pas compris pour m’adresser de pareils propos.

      Du coté de la fascination allez donc consulter sur ce qu’est un fascinum, ça vous éclairera sur le distinguo à faire :
      entre la place à laquelle vous mettez JLM (vous, pas moi : c’est vous qui l’écrivez en me l’attribuant),
      et la place dont il s’agit avec les attributs de votre Macron.

      Le pseudo « L » ayant repéré la chose, je lui ai adressé un compliment ce qui extrêmement rare de ma part. La pacotille ça attire.

      http://www.pauljorion.com/blog/2017/04/14/ce-qui-clive-les-amis-du-blog-de-paul-jorion-par-pascal/#comment-610896

      Vous aurez du mal à trouver une ligne de ma part de promotion de JLM mais beaucoup pour dévoiler la mauvaise foi et les manipulations des jean-foutre qui tentent ici de le dézinguer comme porte parole du mouvement des insoumis.

      Pour sa promotion il s’en sort bien avec ses militants, d’où la rage des dézingeurs.

      Oui depuis 1981, il n’y a pas eu d’autres opportunités de changer le cadre, et la potentialité me ravit.

      La bateleur qui vous mène en bateau, (voir plus haut les attributs du macaron) c’est votre choix de vote pour Macron, mais soit vous défendez vos intérêts de classe, soit vous aimez vous faire du mal, et la solution masochiste à cela de définitif qu’elle n’en finit pas : au plaisir.

      Et si vous n’entravez rien de ce que je vous écris, j’espère qu’il y aura au moins un rieur qui saura me lire et pouffer. Je lui adresse tous mes compliments.

      1. @Rosebud,
        Si Mélenchon n’existait pas, il n’y aurait pas de France Insoumise, tout ne tient qu’à ce fil : la rhétorique de Monsieur. Alors au journal officiel le 17 janvier 2017, est acté la naissance du parti de Monsieur.
        J’aime pas votre candidat et Cédric Mas a raison. Et sur le blog on voit bien que le candidat est déjà idolâtré : on ne peut pas critiquer Méluce sans que des lecteurs de Paul Jorion menacent de ne plus lire ce blog ! (et les mecs, grandissez un peu) c’est très révélateur d’un tempérament sectaire, la gauche est vraiment mal.

  17. Pour les béats européistes et leurs candidats de gauche de droite Macron et Hamon : 35 ans de promesses d’Europe sociale non tenues
    https://www.youtube.com/watch?v=qzV52nNCvB0

    Une dernière chose ceux qui se prépare à voter pour Macron devrait pourtant comprendre qu’il est le meilleur marche-pied pour la future élection de Le Pen. Comme Obama et la clique Clinton préparèrent eux aussi la venue de Trump.
    Je ne suis pas un fan de Mélenchon, je n’ai voté qu’une seule fois à une élection présidentielle c’était en 1974 (pour René Dumont) et jamais à une législative, mais cette fois ci pour être débarrasser de la clique solférinienne et afin d’éviter la « tomate hydroponique » Macron je vais rompre mon jeûne d’isoloir pour une élection. Par contre, comme je l’ai écrit plus haut, à la moindre tentative de rapprochement avec le parti des 49.3, de la loi El Khomry, de Notre Dame des Landes, des matraquages de manifestants, des bisous au MEDEF, des génuflexions à l’OTAN, du vote du traité de Lisbonne et des si nombreuses autres trahisons à répétition, ce sera le constat définitif que jamais rien de bon ne sortira de cette boîte à mensonges.

  18. “Il n’y a pas d’éloquence solitaire et tout orateur a deux génies, le sien et celui du siècle qui l’écoute. ” Henri Lacordaire

    1. C’est gentil tur, mais les arguments de Serge Victor, on les a eus à toutes les sauces déjà dans les 598 commentaires précédents. C’est pas la piétaille à l’oeuvre ici qui a élaboré les zolis zéléments zinsoumis de langage. Se contentent d’aller chercher les instructions.

      Désintox à deux balles, on fait semblant de porter des critiques, mais des qui font pas trop mal « oh, il est peut-être aller un tout petit peu trop loin » pour finalement nous balancer : « mais en fait, c’était beaucoup plus nuancé… et notre lider minimo avait raison ».

      On dirait les supporters de Trump qui après avoir dénoncé un attentat imaginaire en Suède se réjouissent 2 mois plus tard qu’il ait eu finalement lieu : « voyez, notre lider l’avait dit, il a toujours raison ».

Les commentaires sont fermés.