Gilets jaunes / Marche pour le climat : « Le pot de terre et le pot de fer »

Ouvert aux commentaires.

The Guardian : « Les véhicules blindés de la gendarmerie sont capables de tirer des grenades lacrymogènes et de nettoyer des barricades, mais sont rarement utilisés dans les zones urbaines. » Huit seront déployés à Paris. Photo : Arnaud Journois/AFP/Getty Images

Mon grain de sel à propos de la vidéo de Cyril Dion :

Dans ma vidéo d’hier, à propos du président de la République, M. Emmanuel Macron, il m’est venu la réflexion suivante : « un désir peut-être obscur et peut-être inconscient de provoquer l’affrontement entre différentes parties de la population ». Le psychanalyste en moi me fait penser qu’il serait étonnant que ce genre de motivation ne vaille que pour des présidents de la République.

Ce que je cherche à dire : « Allez-y ou n’y allez pas, en votre âme et conscience, mais si vous y allez, soyez conscient que ce ne sera peut-être pas le jour le plus sûr de l’année pour manifester votre attachement inconditionnel à la protestation citoyenne non-violente : la donne globale est contre vous. »

Partager :

164 réflexions sur « Gilets jaunes / Marche pour le climat : « Le pot de terre et le pot de fer » »

    1. On peut remarquer bien sûr que le gouvernement ne se fait pas faute d’essayer de peindre le mouvement Gilets jaunes dans son ensemble aux couleurs de la frange de radicaux violents qu’il charrie.

      Il reste que le risque d’utilisation d’armes à feu dans Paris demain n’est pas une invention intéressée.

      D’autre part, des barricades enflammées peuvent être difficiles à dégager pour des véhicules ordinaires des forces de l’ordre.

      Dans ces conditions, se réserver l’option d’être appuyé le cas échéant par des blindés de la Gendarmerie mobile, protégé contre les balles et les cocktails Molotov et à même d’ouvrir le chemin d’une barricade enflammée, est pour les Compagnies Républicaines de Sécurité une question de simple bon sens.

      Et oui, le « R » de CRS signifie « Républicain ».

      L’ordre n’est pas celui d’une classe sociale. C’est celui de la République, et le bien commun de tous les Français.

      1. Personnellement je préfère un ordre qui relève d’une organisation entre individus qui collaborent que celui imposé par une autorité en crise. Assistera t’on au climax de ces confrontations au spectacle de cette forme de jouissance qui consiste à se vautrer dans sa propre toute puissance . L’occasion fera-t-elle le larron ?
        Léviathan enfilera t’il un gilet jaune ?

  1. Bonsoir Paul
    J’irai demain à la Marche pour le climat dans les Hautes-Pyrénées. Je ne suis pas non plus un forcené de la manif. Mais quand un Gouvernement à bout de souffle n’a plus d’autre argument que de foutre la trouille pour tenter d’assurer sa pérennité, j’estime de mon devoir de montrer que je n’ai pas peur.
    Ok, je me la joue facile dans ma cambrousse pyrénéenne. Je ne risque pas de rencontrer les chars du Gouvernement, ni les cocktails Molotov des groupuscules.

    Alors Amis parisiens, prenez soin de vous et n’allez pas vous mettre entre le marteau et l’enclume mais sortez dans la rue avec des casseroles, des gamelles et tout ce que vous pourrez trouver pour casser les oreilles sourdes de la bienpensance de cette aristopseudoméritocratie.

    Pour le moment, c’est eux qui ont peur ! Peur que la pyramide au sommet de laquelle ils ont construit la certitude de leur domination, ne s’ébranle par le bas. Ils s’obstinent à vouloir nous faire croire que la verticalité sociale est dans la nature même de l’humanité, irriguée par la théorie du ruissellement.

    Mais quand la base d’une pyramide se met en mouvement, ceux d’en bas n’ont rien à craindre. Ils n’iront pas plus bas. Ceux qui ont le plus a perdre, c’est pour ceux du plus haut que la chute sera la plus brutale.
    Demain, il faudra être dehors pour montrer qu’on existe à ceux qui prétendent qu’on est rien.
    Demain, il faudra être dehors pour montrer qu’on veut des nouveaux choix politiques qui réduisent l’impact de la catastrophe écologique déjà en marche.
    Demain, il faudra être dehors pour montrer que le XXIème siècle tourne la page d’une société qui ne fonctionne que sur la domination.
    Demain, il faudra être dehors.

    1. Bien vu. Ce n’est peut-être qu’une illusion mais tout être normalement constitué peut vérifier que c’est à l’intersection des carrefours que l’on choisit sa direction. Pas ces derniers jours. Pour combien de temps encore ?

  2. Paul, je m’interroge sur votre propre désir. Je ne suis pas psy et je ne peux aller manifester. Je ne suis pas concerné, comme on dit. Mais…
    La photo commentée du Guardian semble vouloir nous faire peur, dans une atmosphère guerrière.
    75000 personnes ont manifesté pour le climat à Bruxelles, des milliers de femmes (et d’hommes) ont manifesté contre les violences faites aux femmes et les gilets jaunes n’ont pas perturbé. Pourquoi le feraient-ils ?
    Si Macron a un désir, c’est comme d’habitude de dégrader l’image de ses opposants pour les dénigrer dans l’esprit du « bourgeois » qui a des biens. Mais qui offre encore un espace, une foi, aux désirs de Macron ?
    Dans le monde qui vient du réchauffement et des guerres civiles pour les ressources (n’y sommes nous pas déjà ?), aurons-nous encore le choix de la non-violence, de l’évitement des chars d’assaut ?

  3. Voir l’intervention de Jacline Mouraud sur France Info, reprise dans les médias :

    « Revenez à notre détermination mais aussi à notre côté bon enfant du 17 novembre. Nous ne sommes pas des terroristes. »

    Elle demande également aux « gilets jaunes » de se rendre « aux réunions qui vont être organisées » dans tout le pays par le gouvernement. « C’est là que nous allons avoir du poids, certainement pas en saccageant notre magnifique capitale », a-t-elle plaidé.

      1. Il semblerait oui.

        Notez que les circonstances présentes n’ont que peu à voir avec l’hypnothérapie

        Voire, rien du tout

    1. l’histoire est en marche jacline ! ( Vacherie qui pensait que ça arriverait si vite et d’un coup sec comme ça ?? ) Vous avez vu les petits lycéens a genoux face contre mur et mains sur la nuque ? C’est quoi ce monde qu’est ce qui se passe ????

  4. Bonjour le blog,
    Cyril Dion a tout dit: l’ennemi , c’est notre modèle économique et pas autre chose! Maintenant, est ce le moment de faire converger les 2 mvts (les GJ + en marche pour le climat)? Pas demain, je ne crois pas que c’est une bonne idée! J’ai peur que demain les pavés aient le goût du sang….Alors est ce que inconsciemment, Dion veut l’affrontement? Je ne crois pas….En revanche pour Macron j’ai plus de doute. Il nous a habitué à laisser des petits cailloux de son psychisme depuis le début de son mandat…arrogance, mépris de classe….Il est la personnification des élites qui pilotent le monde! Grande école, capitaliste et libéral, vision de l’humain compétiteur, utilisation à outrance du Globish la langue des élites mondiales, etc,etc , je pourrais en rajouter à la pelle ! C’est une caricature ce gars! Bref, on a tiré le gros lot !
    Demain pour ceux qui auront aux manifs, faites gaffe!
    De mon côté, je descendrais à Toulouse mais sans provoc ‘ inutile!
    La tension est palpable tout peut partir en vrille à tout moment!

    1. Je suis sur que lundi, ce sera un autre homme…est ce que ce sera une autre politique, qui sait ? donnons lui une chance ! Mais j’en doute : au G20 il aurait pu faire quelque chose : parler, expliquer pourquoi ce système de concurrence capitaliste n’a pas d’avenir pacifique, il n’ a pas saisi l’occasion.

      Et donc ce monsieur est fidèle aux intérêts qui l’ont élu. On aura plutôt une opération « séduction ». Voyons comment Louis 16 va s’y prendre pour enfiler le bonnet phrygien…

      1. C’est pas Louis Capet N° 16 qui pointe sous le bonnet, plutôt L.N Bonaparte. N’hésitera pas sur 1) L’état d’urgence; 2/ la loi martiale.

  5. Pour détendre un peu l’atmosphère…
    Gérald Darmanin vient de supprimer la pénalité de 15 € pour paiement par chèque de ses impôts par chèque :
    https://www.ladepeche.fr/article/2018/12/07/2920687-impots-payes-cheque-ministre-gerald-darmanin-supprime-penalite-15e.html
    Paniqués, il deviennent ridicules ! Ces gens-là au service exclusif des hyper-riches sont hyper-ridicules, même dans leur recul. Cela dit leur panique peut les rendre hyper-dangereux.

    1. Chance: de nos jours le ridicule ne tue plus…
      Le donneur de leçons est raillé de toutes parts, Trump ricane doucement, Maduro se permet des remarques sur le traitement des manifestations a Paris, les africains s’y mettent aussi sur un ton moqueur dans leur presse…
      Ce qui est parfaitement déplorable est de constater que c’est la violence qui a pu amener quelques petites concessions, mais a quel prix!

  6. C’est con, mais « la protestation citoyenne non violente » n’a servi à rien, ou à très peu de chose, alors que la protestation violente a donné immédiatement des résultats.

    Je n’irai pas car j’aimerais que les revendications ne soient pas aussi orientées pouvoir d’achat alors que nous savons que la fin de l’humanité est proche.

    Personnellement je voudrais que les manifestants réclament le référendum d’initiative citoyenne.

    Mais je soutiens les gilets jaunes, pas seulement les non violents, les autres aussi. Un peu de casse ne me touche pas. Mais si demain il y a des morts parmi les GJ, il se pourrait que cela déclenche également ma rage.

    1. C’est pas con, c’est logique (au vu des précédents, au vu de la nature du politique etc etc). On peut toujours rêver (= dormir) social-libéral-démocratiquement d’une synthèse des intérêts sociaux, on peut aussi ouvrir les yeux sur les réalités de la domination de classe (loin de tout historicisme neuneu gaucho). Vous connaissez la mythologie des macronistes (distinguons quand même les cynique et les aveugles) : que du contrat, jamais de conflit, et je t’enrhume d’un passement de jambe. Au fond pas loin du Thatcherisme qui veut que la société soit une fiction (niaiserie pré-aristotélicienne, c’est dire si le libéralisme est une vieillerie sans vergogne). A bien y réfléchir, macronisme / tatchérisme = la même chose, finiraient par se confondre.

      Nb, là parce que voilà, c’est l’occasion : les cours de Supiot, Figures de l’allégeance, Collège de France 2015 ou 16, sur FC en podcast –> tout le nécessaire y est, théoriquement et pratiquement, dans l’horizon d’un droit et d’une politique débarrassés de toute métaphysique, ancrés dans l’anthropologie et la psychologie -à hauteur de condition humaine, ce qui est juste la bonne mesure : Ni Dieu ni Fondement, deux visages du trou du cul « au fond ».

      Nb2 : Brexit, Italie, situation française, belge, crise politique larvée en Allemagne… et tous cela n’aurait rien de commun? Y a pas là comme « le réel qui insiste »?

    2. Pas sur que ce soit en fait la violence qui soit efficace, j’ai dans l’idée que c’est plutôt son coût qui produit un effet. Ces gens là comptent tout, s’ils cèdent c’est parce que ça leur coûte moins cher que de tenir. Je suis presque certain qu’on aurait eu le même résultat voire encore plus vite en restant à la maison à lire quelques bon bouquins en mangeant des pâtes pendant une semaine ou deux. Certes pour ça il faut le nombre, mais ça les aurait encore plus fait flippé un pays mort avec pas un chat dans la rue et les magasins déserts une semaine avant noël…

  7. Quand on examine le dispositif préparatoire préventif, avec notamment la fermeture des magasins de luxe et le blindage de leurs vitrines, on pourrait dire que cette nouvelle « bataille de Paris » est déjà gagnée par les gilets jaunes. Paris à peur, Paris se vide, Paris s’enferme.

    1. C’est Rio Bravo sur les champs Elysées .. Dans le film de Gérard Jugnot « Une époque formidable » (1991), un patron de bistrot courrait après un SDF en criant « salaud de pauvre ! », pendant que l’autre s’enfuyait sans payer son café…en criant « te fatique pas…je suis raide ! ».

      17 ans plus tard, malgré divers gouvernements de droite comme de gauche, rien n’a changé, tout à empiré : plus de chômage plus de précarité, rendant impossible toute transition écologique sereine. Alors où se situe l’erreur d’analyse ?

      Chômage de masse croît à partir de 1980 => subventions publiques ou réductions de charges => plus de dépense publique avec les mêmes charges (déficit) + délocalisations des entreprise (1990) => concentration de la fiscalité sur les particuliers, pour préserver les entreprises => de plus en plus de gens sous le seuil de pauvreté => crise financière de 2008 + soutien public massif des états aux banques => fiscalité accentuée sur les classes moyennes => accroissement du chômage et de la précarité des classes moyennes inférieures + prise de conscience écologique => fiscalité additionnelle environnementale ( inégalités Paris / provinces) => arrogance présidentielle envers chômeurs et précaires => crise des Gilets Jaunes.

      Autrement dit et en résumé : un processus en cours nous dirigeant inéluctablement vers un accroissement général de la précarité et de l’impuissance de l’Etat, dont la cause initiale est la disparition progressive du travail, et que vient aggraver le maintien de pratiques financières « hors sol ».

      Vincent Rey
      Findutravail.net

    2. C’était blindé-en-bois jusque dans le quartier de la gare de Lyon, les vitrines des banques et autres loueurs de voitures. Pas que le Paris versaillais…

  8. Abraham Lincoln avait dit : «on peut tromper une partie du peuple tout le temps et tout le peuple une partie du temps mais on ne peut pas tromper le peuple tout le temps ».
    Macron et sa sinistre équipe ont voulu faire nous imposer leur « révolution » (titre extraordinaire de son livre) et pour cela il ont attaqué l’immense majorité de la population constamment pendant 18 mois. Leurs théorie de ruissellement ou de compétitivité pour les individus premiers de cordée sont des mensonges pour tout le peuple et pour tout le temps ─ accompagnés de mots de mépris systématiques.
    Agir durement en y ajoutant cette morgue était proprement suicidaire politiquement.
    Paul avait même qualifié de « criminel » cette histoire de « traverser la rue pour trouver un boulot » si vraiment c’était pensé ainsi.
    Le résultat est cette dramatique situation que nul n’aurait souhaité mais que nul ne peut plus empêcher.
    Je souhaite de tout cœur que tout se passe du mieux possible demain et je suivrai le conseil de Paul car je n’ai pas le courage d’aller à Paris demain. Je l’avoue mais je tiens à dire à Pascal combien son commentaire est parfait.

    1. «Paul avait même qualifié de « criminel » cette histoire de « traverser la rue pour trouver un boulot » si vraiment c’était pensé ainsi.»

      Oui, et peut-être même pire. La question est si Macron pensait vraiment ce qu’il disait.

      Si non, c’est un mépris moqueur et criminel en effet.

      Si oui… c’est encore pire. Cela signifierait que le président de la République – et chef des armées – a un rapport troublé avec la réalité. Ce serait carrément dangereux.

      1. Et surtout , le P.R. a un « totem » de philosophie de classe…marqué par l’abandon de l’I.S.F. , sur lequel, selon R.GODIN (Médiapart de ce jour- extraits) généralement bien inspiré, il (E.M.) s’interdira absolument de revenir puisque, même en cas d’analyse/résultat/invest.dans l’appareil productif, ce résultat ne peut être que positif compte tenu du biais structurel des outils d’évaluation en capitalisme financiarisé débridé..!
        …(extraits)…
        C’est la limite qui ne sera jamais franchie, la concession qui ne sera jamais faite. Jeudi sur France Inter, Gérald Darmanin, le ministre des comptes et de l’action publique, a prévenu : « Nous ne reviendrons pas sur la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF). »
        Si, pour apaiser la colère des « gilets jaunes », le gouvernement a finalement décidé de ne pas inscrire les hausses de taxe sur le carburant dans le projet de loi de finances 2019, allant plus loin que le moratoire de six mois initialement annoncé, il n’entend pas répondre à cette demande, désormais forte du mouvement : engager plus de redistribution. …(…)…
        Cette décision met au jour la nature profonde du pouvoir. La priorité reste la défiscalisation du capital et cette priorité est placée absolument hors de la portée du politique. Le règlement de la crise politique ne peut passer par un recul sur ce point : le patrimoine mobilier est devenu intouchable, sacré et hors du champ des concessions. Il rappelle la définition des buts du néolibéralisme avancé par l’historien étasunien Quinn Slobodian dans son dernier ouvrage Globalists (édition des Presses universitaires de Harvard) : « Ce que les néolibéraux recherchent, ce n’est pas une protection partielle, mais une protection complète des droits du capital privé » de la demande démocratique. …(…)…
        Dans cette vision, l’économie n’est qu’une somme de décisions microéconomiques qui se jouent au niveau du processus de production et qui, à long terme, parviennent à un équilibre parfait par le jeu du marché. Frapper le capital, c’est gêner la formation de l’équilibre et c’est pourquoi, dans l’esprit de la majorité, les sommes qui ne sont pas versées au titre de l’ISF ne peuvent qu’être bénéfiques à la structure économique (donc à ce qui relève du long terme).
        L’argent que l’État ne récolte pas par l’ISF reviendrait en emplois et en salaires par les investissements. Mais la population, « inculte » ne saurait comprendre ce phénomène et le temps nécessaire à son déploiement …(…)…
        mercredi le président du groupe LREM au Sénat, François Patriat, qui s’est dit « sûr que l’évaluation montrera des résultats positifs ». Comment pourrait-il en être autrement ? Les évaluations macroéconomiques sont réalisées à partir de modèles qui intègrent la logique décrite plus haut. Ils donneront donc nécessairement de « bons résultats ». Quant aux évaluations empiriques, celles du terrain, l’exemple du CICE montre que, quand bien même les résultats seraient nuls ou presque (peu d’emplois créés, pas d’effets sur les exportations et les investissements pour un coût total de 100 milliards d’euros), on en dresserait un tableau idyllique en utilisant toujours l’arme du long terme : il faut attendre encore et toujours, puisque l’on est dans le « structurel ».
        C’est là la clé qu’il faut bien saisir : pour le gouvernement, l’exonération du capital de l’ISF n’est pas une simple « mesure fiscale », c’est une réforme structurelle. C’est pourquoi la distinction proposée par Philippe Aghion de lâcher du lest sur l’ISF pour faire accepter les réformes structurelles ailleurs ne saurait être acceptée par l’Élysée. On ne cède pas sur les réformes, donc on ne cède pas sur l’ISF

        Clôturons en appelant à diffuser largement le graphique qui tue , notamment son « bâtonnet » d’extrême droite, qui « parle » de lui-même… haut et fort…!
        https://static.mediapart.fr/etmagine/default/files/2018/10/15/capture-d-e-cran-2018-10-15-a-16-06-43.jpg?width=511&height=374&width_format=pixel&height_format=pixel

      2. Je crois que Annie Le Brun fut une merveille de lucidité le jour qu’elle entreprit d’écrire Du trop de réalité.

  9. La violence policière n’est pas, dans notre pays, un fantasme.

    La France est le seul pays à envoyer des grenades explosives sur ses manifestants etc etc…

    En regardant les commentaires subjugues des novices blessés, assourdis, suffoques, tabassés en garde à vue pour rien je me dis que ça aussi, fait partie de l’éveil politique.

    Les zadistes doivent se sentir un peu moins seuls.

    J’irai aussi demain, dans le gros bled du coin, me faire compter et partager des idées avec les GJ…

    1. Assez de blabla Thomas, du concret, des statistiques, les taux de fréquence, de gravite, et aussi une analyse détaillée des conditions de travail de ces fonctionnaires, de leurs missions, de leur formations, de leur conditions de travail (budget/matériel), du taux charge, de leur remuneration, de leur maladies professionnelles, taux d’absentéisme, d’arrêt maladie de suicide, et d’espérance de vie. Et comparaison avec les pays de l’OCDE.
      ET pas du ressenti , de l’a peu-prês ou de la vidéo sur Youtube a la petite semaine hein, on veut du sérieux du lourd!
      Parce qu’on sent que vous en avez sous la pédale et ce serait dommage d’en rester a ce teasing prometteur.

      1. A mais bien sur, Arnaud, les fonctionnaires sont dans la même galère, sauf qu’ils sont de l’autre côté de la matraque, tu vois…

        Sur la Zad ou je suis allé deux fois en avril 2018, c’était tir tendu sur des groupes paisibles avec enfants et personnes âgées, no problem.

        2500 gendarmes h 24 plus drones et helicos, 12000 grenades en 50 jours sur 200 personnes présentes en moyenne sur le site, soit plus de 50 grenades par personne au total.

        Des blindés pour écraser des cabanes, et finalement en soit, un aveux de faiblesse patent de mettre autant de moyen pour ça…mais bon.

        A la fin, tous blessés, éclats métalliques ou plastiques dans les tissus, lésions auditives, beaucoup boitent encore. Une main arrachée mais franchement, le risque de tuer était quotidien.

        Mais aucune importance : l’alternatif n’est pas une religion, ni une communauté constitué, on peut lui casser la tronche sans mettre le feu au pays et ça montre à la droite comment on defend l’ordre républicain et à la gauche que manifester peut piquer les yeux : une affaire !!

        D’ailleurs bien jouée, la société civile n’a pas bronché.

        Ce que je veux dire, finalement, c’est que ce genre d’événement est pour le pouvoir, une opportunité de communication.

        Si il y a une fenêtre de tir pour que la violence soit exploitable médiatiquement , c’est du billard pour eux.

        Le seul truc avec lequel ils ne savent rien faire, c’est une foule pacifique. Mais ça, ça se travaille.

        Et de quoi tu crois qu’ils discutent avec les RG en ce moment ?

        Pour finir, je dirais que jouer la peur de cette façon, et fuir sa responsabilité, c’est créer solidement les conditions pour avoir un jour, des milliers de morts.

      2. PS Alexis Kohler a pesé lourd dans la stratégie de sortie pour NDDL, il est sans doute aujourd’hui actif sur le dossier  » pourrissement et décrédibilisation du mouvement GJ »

      3. Le policier qui est de « l’autre coté de la matraque » est le même que celui qui est de l’autre cote du cocktail molotov, de l’autre coté du pavé, du malheur de la détresse et de la violence sociale qu’il se coltine au quotidien, de l’autre cote de la haine de plus en plus systématique, ou sous les roues d’un scooter ou d’une bagnole aussi. Bref un être humain, un fonctionnaire qui fait parti d’une organisation d’un système, d’une société.

      4. La limite de la comparaison, c’est qui paye qui !!

        Le Crs ou le gendarme mobile aujourd’hui, defends l’evade fiscal en tapant sur les pauvres pommes qui payent l’impot.

        Un peu fort de café, non ?

        J’ai passé des heures à expliquer ça à des gendarmes, ils sont pas insensibles, crois moi.

      5. Par ailleurs, j’ai une amie Policière à 100 km sud de Paris, je connais son quotidien, c’est un poste sous la douche de ce qui ne va pas dans la société.
        Elle se coltine à longueur d’années la violence conjugale, les suicides notamment de collègues et globalement, toute la merde. Je ne sais pas comment elle tient.
        Je n ‘ ai pas de ressentiments contre la force publique, mais je conchie les responsables qui dévient son usage.

    2. J’espère qu’au moins le jour de la marche pour le climat on aura des tanks hybrides a faible émission GES et des grenades recyclables.

  10. J’ai croisé ce soir vers 19h30 rue de Rivoli, pas loin de la Tour Saint Jacques, un homme très grand, mince mince, cheveux bruns en bataille. C’est un militant écologiste, alter-rmondialiste, humaniste et que sais-je encore, ah oui grippé en ce moment.
    IL m’est familier car je l’ai vu à toutes les manifestations auxquelles j’ai pu participer depuis deux ou trois ans, à Nuit Debout il était là aussi.
    Il vous est sans doute familier aussi car la typographie sans empattement, de type Futura, qu’il imite avec des feutres de couleurs, est très reconnaissable. Un peu plus de jaune cette fois-ci j’ai cru remarquer. Si bien qu’on ne peut pas le rater, je ne compte plus les magazines où il apparaît avec ses slogans assez courts mais toujours efficaces.
    J’ai discuté 5 minutes avec lui en le suivant dans une rue adjacente : il ira demain à la manif pour le climat, mais sans oublier les GJ, car je lui ai posé la question voyant inscrit sur sa pancarte « URGENCE ECOLOGIQUE ET SOCIALE».
    Il mettra sur lui quelque chose rappelant les GJ. Je ne lui ai pas demandé, mais je crois me souvenir qu’il a évoqué un gilet vert, peut-être donc ira t-il aussi à la rencontre des GJ. Bref, pour lui « les gens réfléchissent un peu quand même », pour dire que les GJ et les marcheurs pour le climat : même combat. Il m’a cité une interview d’une certaine Ingrid aide-soignante, une porte-parole des GJ qui intervient à la télévision, me disant qu’elle a été très bien…. Je présume qu’il ne met pas tous les GJ dans le même sac, mais le coeur y est.
    Je l’ai aussi pris en photo.

  11. Le débat mérite d’être posé. Personnellement je partage l’avis de Thomas, ne pas céder à l’intimidation, voire à une certaine provocation de la part du gouvernement, et trouver le moyen de manifester pacifiquement. On est pas obligé d’aller se confronter aux forces de l’ordre. Et puis il est toujours plus intéressant d’aller sur place plutôt que de subir les commentaires biaisés, soit des médias en chasse de buzz, soit de récupérateurs politiques….

  12. Suis d’accord avec Emmanuel et Thomas.
    Ma fille trentenaire et ses amis seront là aussi, nous sommes et resterons pacifiques pacifistes.
    Je suis aussi curieuse et intriguée par le message de Julien Alexandre : Trump rira jaune bientôt !?
    Bon weekend à tous !

  13. A la mi journée, France Info annonce 31000 manifestants dont 8000 à Paris, c’est assez risible vu les centaines de personnes que l’on voit ici, dans des bleds perdus.

    A vu de nez, on doit arriver à ce chiffre très tranquillement, avec un seul département. Encore bravo pour la couverture médiatique.

    1. Je confirme j’ai été étonné des ces chiffres alors qu’à Perpignan, devant la pref, il y avait en gros mille cinq cent personnes, et des rond points occupés un peu partout. Bizarre bizarre.

      1. Beaucoup de monde à la marche pour le climat à Paris.
        Beaucoup d’écolos avaient revêtu un gilet jaune, avec leurs slogans pour la planète.
        J’avais pour ma part confectionné une petite pancarte où était écrit : « vert et jaune » avec au dessous deux gilets bariolés de vert et de jaune. Eh bien je me suis senti presque ridicule, car la stratégie gagnante c’est bien entendu de mettre du jaune quand on est un vert, pour rassembler au delà des polarités écologique et sociale.

  14. Bonjour à toutes et tous,
    Je voudrais dire o combien est une absurdité de dire qu’il faille augmenter le SMIG. Tous les salariés ne sont pas payés au SMIG, donc ça serait juste une petite partie et les autres ?. Il faut augmenter les revenus Qu’elle est le montant du revenu de base aujourd’hui ?

      1. Les salariés qui sont rémunérés hors Smic, il y en a. Quant au revenu de base, je ne sais pas. Ce ne peut pas être le revenu universel

    1. Même si vous augmentez les revenus , il n’y aura pas plus de pétrole qui sortira des puits ou de poissons dans la mer , juste une pression accrue sur l’environnement et les prix qui s’envoleront , on aura l’air malins avec des salaires de 3000 € quand une miche de pain coutera 500 €.. vous entrevoyez le cercle vicieux ?

  15. @thomas,
    Aujourd’hui, il existe une frange inconditionnel de rémunération qui ne correspond à rien. Il devient urgent de reposer sur la table toutes ces formes de rémunération pour faire le point sur un revenu équitable pour toutes et tous. Non le SMIG est le salaire minimum de croissance calculée epar l’INSEE que je connais pour y avoir travaillé. Comment est calculée cette croissance, je n’ai jamais su ?

  16. J’avais écrit s’agissant du ‘programme’ de la Droite au pouvoir :
    « Elle s’est consacrée sans pudeur à favoriser les riches et présenter la note aux autres. »

    Quelques chiffres le confirment, extraits du blog de Régis de Castelnau « vu du droit ». Auteur du texte Ambroise de Rancourt.
    http://www.vududroit.com/2018/12/gilets-jaunes-cette-soif-de-republique/?fbclid=IwAR0DXWWKrf392FSQ9_A4rZaL29NCCv9XH_WEWr8-jTRxX_sl24gmZE4ZDD4

    « Rappelons-le ici encore, clairement : quatre milliards d’ISF rendus ; cinq milliards avec la flat tax sur le capital (au bas mot : à moyen terme, ce pourrait être le double, voire plus, selon plusieurs économistes spécialistes de la fiscalité du patrimoine) ; quant à la défunte exit tax, Bercy estime qu’elle entraînera un manque à gagner total, pour les finances publiques, de six milliards. Restons-en aux taxes dont le produit est annualisé, l’ISF et la flat tax : neuf milliards, chaque année. C’est le budget du ministère de la Justice. Un rapport Solidaires-Finances publiques de cette année a fait le calcul : 86’000 euros seront rendus chaque année aux 0,1% des contribuables les plus aisés de France, du seul fait de la flat tax, au cours du quinquennat ; quant aux quatre milliards d’ISF rendus aux anciens contribuables qui le versaient, ils sont concentrés sur 330’000 personnes, soit la population approximative de la ville de Nice. Et pendant ce temps, le Smic augmentera péniblement de 400€ par ans d’ici à 2022. Moins de quarante euros de gain mensuel pour les deux millions de personnes le touchant – et on ne parle même pas des salariés à temps partiel, des femmes la majorité du temps, pour qui le bénéfice sera encore moins significatif. Or, c’est à ces gens-là que l’on voudrait, justement, ponctionner deux milliards supplémentaires de taxe carbone en 2019, après leur avoir fait porter le même fardeau en 2018 (2,4Md€) ! Selon l’OFCE, c’est simple : les mesures fiscales décidées par Emmanuel Macron aboutiront de fait à une diminution du niveau de vie de l’ensemble de la population, sauf…pour les 5% les plus riches, qui verront le leur augmenter de 1,6%. »

    Je ne comprends pas tout. Les ‘remboursements’( « rendus ») laissent supposer que certains allègements sont à effet rétroactif, ce qui serait vraiment extraordinaire.

  17. Et comment voulez vous donc que ça se passe, puisque les intérêt de l’oligarchie et des citoyens sont CONTRADICTOIRES et que maintenant, plus ou moins tout le monde le sait !!

    Les mensonges sont épuisés.

  18. Bonsoir,

    I’m not a victim! Je me répète souvent ça.
    A Bruxelles, ils ont fait 400 interpellations sur 1000 manifestants. No comments!

    Je sors de la pharmacie : 32€ de vitamines et autres pour tenir debout.
    Il y a deux choses qui se sont inscrites en moi suite au politiques d’ajustement structurels appelées aussi réformes appliquées par le gouvernement Di Rupo, qui me concernèrent, l’insomnie (je me levais la nuit pour compter et me demander comment j’allais m’en sortir) et l’absence d’appétit.
    Grâce aux règlements européens, j’ai pu quitter la Belgique et m’installer en France ; ça n’a pas été facile mais j’y suis arrivé. Je suis payé par la Belgique et je vis en France. Beaucoup de gens travaillent ici et touchent moins que moi (je perçois entre 1200 et 1300€ / mois)
    Je me réjouis de ce qui vient d’arriver ici ; je ne m’en suis pas mêlé si ce n’est en suivant les nombreux débats ayant eu lieu ici quant à ces questions et me tenant informé au mieux.
    L’écologie ne m’intéresse plus, peu de choses m’intéressent encore d’ailleurs, c’est la troisième conséquence de ce que je dis plus haut..
    Il y a un intellectuel français que j’ai beaucoup écouté ces derniers jours, une de ces rares personnes qui manie humour et intelligence, c’est tellement rare, Emmanuel Todd pour ne pas le nommer, quelqu’un de brillant qui soutient ce mouvement ; il disait que dans les gens (vous (?), les autres(ceux qui suivent ce mouvement et d’autres), moi) d’en bas, nombre étaient de ceux qui étaient furieux et intelligents.
    Quelle que soit l’issue de tout ceci, au moins j’aurai entendu ça de la bouche d’un intellectuel. Ça fait un bien fou!

  19. Ouf ! eh bien, on est rassuré ! Il ne s’est pratiquement rien passé aujourd’hui en France.
    Examinons les chiffres : samedi 1er décembre il y avait 136 000 manifestants Gilets jaunes ; aujourd’hui, 125 000 et il y a 15 jours c’était 136 000 : ça baisse, ça baisse ! Notons que ces chiffres sont d’une exactitude confondante : à 17h00, M. Castaner indiquait 106 301 manifestants. La gouvernance par les chiffres est merveilleuse.
    Eh oui, c’est à la fois rassurant et un peu étonnant malgré tout. Un génie des alpages (que j’aime bien) nous a expliqué pour un des week-ends précédents qu’il n’y avait que 8000 péquins (sic) à Paris et qui auraient dû aller rejoindre la manif pour les femmes mais ils ne l’avaient pas fait puisque ces gens-là, ma foi, sont des abrutis fachos et sexistes, manipulés par une poignée de gens d’extrême-droite. Aujourd’hui les manifestants pour le climat étaient nettement plus nombreux, c’est un fait. Dommage que certains soient idiots au point de mettre des gilets jaunes, ils n’ont rien compris ! S’allier avec ces beaufs à clope et Diesel.
    En résumé, avec ces quelques milliers de personnes qui se gèlent sur les ronds-points et viennent voir les Champs-Élysées à Paris un peu avant Noël, certains évoquent des trucs invraisemblables : crise de régime etc.
    Mais c’est ridicule ! Circulez, il n’y a rien à voir ! Tout baigne et Macron est notre grand timonier. N’avait-il pas écrit ce livre prophétique : « Révolution »?

      1. Julien, je suis content que tu sois rassuré après cette journée.
        Bonne nuit et fais de beaux rêves !

      2. « Rassuré » ? J’étais au milieu des cortèges le 1er décembre toute la journée et une bonne partie de la soirée. C’est pas une bande de lanceurs de boule avec des masques de skis qui vont m’empêcher de dormir !

        L’adjectif qui me convient mieux est « navré ». Navré de voir par pur opportunisme certains se rallier à une poujaderie poussée en très grande majorité par les électeurs de Le Pen (42 % selon l’un des sondages que j’ai lu) et de Méluche (20 % selon le même sondage). Mais bon, puisqu’il a été décidé par les jiléjônes eux-mêmes que ce n’était pas une jacquerie rouge-brune…

        Alors oui, je sais bien que tout le monde y a croisé quelques bonnes âmes qui croient participer à la fin du capitalisme, j’en ai vu aussi. L’espoir fait vivre paraît-il.

      3. Si c’est bien le même sondage que j’ai lu, il totalise 87 %, d’ayant voté Pierre ou Paul, et pas un seul abstentionniste.

        Faudra m’expliquer un peu plus ce miracle avant que je gobe.

      4. @Julien : c’est pas satisfaisant ce que tu dis, même si c’est partiellement exact. Oui pour la dimension poujadiste, mais avec d’autres choses en plus, un horizon confus et pas seulement anti-UE; oui pour la composition socio, mais si tu te mets à essentialiser les appartenances politiques…(ton obsession anti-LFI t’ouvrira peut-être les portes du Monde). Après, pour les fréquenter quotidiennement, ben ouais, le portrait, à gros traits, c’est bien celui-là –> tes concitoyens et compatriotes, qui sont cela et en sont là, loin des urbanités post-ceci cela (coloniales, sexuelles, industrielles, transgenrée et inclusives) : des dominés bon teint, qu’il faut soit gazer soit regagner.

      5. http://www.slate.fr/story/170766/qui-sont-gilets-jaunes-et-soutiens-portrait-robot-categories-socio-professionnelles

        Tu parles de ce sondage, cette « étude » là ? Et alors, tu le sais bien qu’une majorité de classes populaires ont voté ainsi, depuis des années, parce qu’ils n’en peuvent plus, à cause de ceux qui sont au pouvoir et qui s’y succèdent depuis des décennies ! On ne crache pas sur la souffrance des gens, t’as pas appris cela toi ? C’est quoi ce dédain envers les classes populaires, même si elles se trompent parfois de discours ?

        Les vrais responsables ce sont les MACRON et autres empaffés qui servent un système inique qui nous transporte tous vers le précipice, cela a été assez dit et démontré ici.

        Moi je me demande pourquoi tu sors toujours de ton trou pour venir défoncer toutes initiatives réelles de renversement du système d’où qu’elle viennent ? Election en 2017, les GJ maintenant, c’est assez dissonant comme musique de ta part, tu crois encore à la réforme du système par un réformisme mou dans le cadre actuel ?
        Mais peut-être je me trompe, je m’en voudrais te faire un procès d’intention, comme tu leurs en fait un ! Si c’est le cas mea culpa maxima.

      6. CloClo, je sors de ma caverne quand le discours ambiant de mes congénères vire au simplisme hébété.

        Malédiction des emmerdeurs comme moi qui n’ont pas la mémoire (de l’histoire) courte.

      7. @Julien Alexandre
        Je perçois les choses différemment. Ce sont les mêmes raisons qui ont conduit certains à voter Le Pen aux dernières élections et à descendre dans la rue aujourd’hui. Ça n’en fait pas des fascistes. Beaucoup ont été illusionnés par les discours faussement républicains et anticapitalistes du FN.

      8. T’as raison Arkao, y a plein de gens qui vivaient dans des grottes avant la présidentielle et qui ne savaient pas ce que signifiaient « Le Pen » sur la devanture de l’échoppe. Ils pensaient faire un choix révolutionnaire de gauchiste. CQFD

        Si c’était vraiment le cas, Méluche se serait pas senti obligé de tenir les discours qu’il a tenus pour tenter de « récupérer » « ses » troupes (en sus de sa pente naturelle, bien entendu).

      9. Tiens arkao passe, jicé se fait bouler, pour le même contenu. Eh, modo, lorsque on est et l’épée et le fourreau, on a au moins la délicatesse de supporter l’objection.

      10. Marquer au fer rouge de l’infamie les électeurs FN, ça ne va pas nous aider à les comprendre et à tenter d’infléchir la tendance. Prétendre que les gilets jaunes sont à majorité de la vermine brun-rouge, ça amène à quoi ? A l’assaut, cavalerie de la République, tous au gnouf! Ce n’est pas en conspuant qu’on va se sortir de ce merdier.

      11. Responsabilisation du vote ? Comme si c’était si simple.

        « la conscience est un cul-de-sac auquel des informations parviennent sans doute, mais sans qu’il existe un effet en retour de type décisionnel. C’est au niveau de l’affect, et de lui seul, que l’information affichée dans le regard de la conscience produit une rétroaction mais de nature « involontaire », automatique » (Paul Jorion)

      12. @Arkao :

        On doit donc supprimer le droit de vote .

        Un clic d’émotion instantanée , ou des tests continus de sympathisants de sympathisants devraient suffire à régler les rapports sociaux ?

        Ce serait quoi la responsabilité ? ( cf. colloque l’IA et l’expertise judicaire ) .

      13. Je prends position , par contre , pour avertir le premier qui voudrait me supprimer le droit de vote , qu’il n’en sortira pas vivant ( ou moi s’il tire plus vite , mais j’ai de toute façon fait le plus gros ) .

      14. @Arkao :

        J’avais bien identifié l’auteur !
        La question vaut aussi pour lui .

        J’imagine mal , en premier abord , que l’on puisse être adversaire de la gouvernance par les nombres, en étant fana de la gouvernance par les sondeurs .

        Une réponse sur la Responsabilité éclaircirait sans doute le tout , mais comme j’ai sous estimé ma crève , je vais me coucher , et je ne trouverai votre dissertation que demain .

        Bonne nuit !

      15. Un jour un zonard à Bordeaux m’a taxé une clope (à l’époque ou c’était pas encore illégal de taxer une clope) , j’étais bien luné ce jour là, je lui en ai filé deux et il m’a dit : « Merci mec mais c’est pas parce que les gens sont cons qu’il faut être généreux… »
        De droite Julien, je te l’ai déja dit 😉 🙂

      16. Julien,

        Croix de bois, croix de fer :

        https://www.youtube.com/watch?v=3KECDG2gPFY vers 4mn20

        Next !

        Ceci dit, et pour abonder dans le sens de Pierre-Yves, la conclusion ici est intéressante :

        « Les « gilets jaunes » perçoivent-ils la présence de ces groupes ? Rien n’est moins sûr. « Il n’y a pas de personnes d’ultradroite ou alors je n’en vois pas », assure Mathieu Blavier, éphémère porte-parole officiel des « gilets jaunes ». Ce jeune étudiant en droit originaire de Miramas, dans les Bouches-du-Rhône, confesse « ne même pas connaître Génération identitaire ». Et d’ajouter : « Et s’il y en a, on ne les voit pas. » D’autres sont plus fatalistes. « On ne pourra pas aller contre », soupire Jonathan Jolivot, un « gilet jaune » du Morbihan. »

        https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/mobilisation-du-17-novembre/enquete-franceinfo-pourquoi-l-ultradroite-a-t-elle-embrasse-la-cause-des-gilets-jaunes_3084163.html

        Opportunisme ou initiative ?

        Notre manque d’opportunisme nous condamnerait-il à laisser s’ancrer encore plus profond dans les esprits la rhétorique frontiste ? Entre le bréviaire créationniste et l’extinction de l’espèce on peut aller « vers un nouveau monde ». Clair, accessible, pas trop épais ! Pourquoi ne pas le distribuer sur les ronds-points ? Les esprits sont effectivement perméables en ce moment et la sympathie largement transversale met au jour la communauté des intérêts par-delà les clivages imposés qui nous atomisent habituellement.

      17. Confusionnisme à tous les étages. Il sentait le confus à 12km le brave « Maxime Nicolle » alias Fly Rider. Son discours de vierge effarouchée qui s’obstine à dédouaner un facho accompli n’est pas crédible une seconde.

        Quel récit rationnel et progressiste peut-on offrir aux naïfs hébétés, qui soit aussi efficace que le tout-à-l’égo conspirationniste qui flatte si efficacement le sur-moi de ceux qui estiment avoir « tout compris à tout » depuis qu’ils ont accès à Facebook et la vision de « l’information » qui y est promue ?

        Si la réponse était dans le simplisme, ce serait fait depuis belle-lurette.

      18. @JA : bon on va faire simple : ton analyse est fausse, au moins comme tu la présentes. « J’étais au milieu des cortèges… » = autant dire Fabrice à Waterloo. Des fachos en pointe à Paris, bien sûr mais pas que… Des Lepénistes poujadistes mais pas que… etc etc. Le gros du bataillon, provincial notamment (la focale télévisuelle était sur sur les Champs, l’essentiel se passait ailleurs) = un petit salariat ou entreprenariat des rmistes qui sentent dans les jours de leur vie que « la fête est finie » – qui le sentent, pas qui le pensent, et à ce niveau c’est l’imagination de courte vue qui souffle ses causes. De toute façon un appui massif de « l’opinion » au moins au sens que chacun prête à la chose, ça fait signe, ça ouvre un truc, non? Là où on peut se rejoindre c’est sur l’idée (je te la prète un instant) que le GJ n’est pas un nouveau sujet de l’histoire (pas plus que l’ancien d’ailleurs), que rien ne sortira spontanément ou dialectiquement de la mêlée, que les solutions (merde, ça fait un peu « direction des massses ») sont à « lourdement » proposer (doivent faire l’objet d’un combat politique, donc symbolique etc etc). Dans cette auberge espagnole je vois pour ma part un début d’insurrection contre une forme assez aboutie aliénation, plus seulement économique mais aussi éthique (éthos : les moeurs) technique et symbolique (Stiegler parlerait d’un processus généralisé de prolétarisation des existences). C’est sûr que pas un mimile de rond-point ne te l’avouera dans ces termes, mais en quoi consiste fondamentalement sa protestation, expresse ou tacite? Dépossession : du travail, de la place sociale, des moyens d’existence, du monde familier, de ses représentations et par dessus-tout de la décision politique, l’ensemble devant en plus s’intérioriser comme « nécessité » et « modernité ». Du style (mettons un peu le bordel et soyons clair) : « comment, pov’tâche, t’es pas pour la PMA généralisée? » « Comment, pov’tâche, t’es pas pour l’abolition des frontières »? « Pour le la déploration post-coloniale? » etc etc = le bréviaire petit-bourgeois de la du moment, présenté comme développement en soi et pour soi de l’esprit. Comment ne pas sentir la justesse du propos de Manu le petit timonier : « des gens qui ne sont rien ». En effet.

      19. J’essaie au contraire de privilégier une vision d’ensemble et pas le petit bout de la lorgnette (« Fabrice à Waterloo », bien vu jicé, on sent le lettré !). Les « analystes » qui sévissent ici sont victime d’un maux courant : leur propension naturelle à vouloir calquer et transposer leurs propres vues sur une lame de fond qu’ils ne saisissent pas. Le « flou artistique » savamment entretenu par la nébuleuse jiléjône aide évidemment grandement en cela.

        Partant de là, tous les prétextes sont bons du moment que l’opportunité soit en apparence bonne. Les gens se révoltent contre une taxe pour leur faire arrêter d’acheter du diesel dégueulasse comme des boeufs ? Ben les voila transformés en deux coups de cuillère à pot en « défenseurs de l’environnement » et meilleur rempart contre le réchauffement climatique.

        Je pose ça ici, même si je sais qu’on va avoir les neuneus confusionnistes habituels qui vont crier au complot du « sondage » comme d’hab : https://www.lejdd.fr/Politique/sondage-les-gilets-jaunes-a-12-aux-europeennes-en-cas-de-candidature-3816677

      20. Pour illustrer le propos on ne peut que citer à nouveau cet article :

        Ici : https://www.pauljorion.com/blog/2018/12/02/fin-de-partie-pour-la-democratie-representative-par-roberto-boulant/#comment-684301

        Là : https://bibliobs.nouvelobs.com/idees/20181129.OBS6311/des-femmes-des-abstentionnistes-des-bandes-de-copains-un-sociologue-raconte-les-gilets-jaunes.html

        « On peut prendre le problème par l’autre bout, en se demandant d’abord pourquoi le mouvement a été assimilé à l’extrême-droite. Si c’est simplement du fait qu’une partie des «gilets jaunes» vont déclarer avoir voté ou être favorable à Le Pen, il faut rappeler qu’il s’agit d’un mouvement de grande ampleur et que l’extrême droite et les idées qu’elle porte se sont implantées depuis longtemps dans la population générale, pas seulement dans l’électorat d’extrême droite. »

        Ne pas laisser s’ancrer plus avant…

        Et sur la perméabilité des esprits :

        « On note aussi que des vidéos étiquetées de gauche (comme «Osons Causer») ont été partagées sur plusieurs pages, donc quand une vidéo critique de gauche est disponible et accessible, elle peut être reçue. »

        Quant aux faux-nez créationnistes :

        « Par contre, des vidéos faisant la promo de l’extrême droite par différents moyens sont très diffusées sur Facebook et ce depuis plusieurs années: on voit notamment émerger des figures d’extrême droite qui sont spécialistes de cet exercice qui consiste à analyser la société et donner son point de vue d’une manière apparemment spontanée, avec un format de vidéo qui marche, des manières de parler qui accrochent. Vu l’importance des groupes d’extrême droite, il est donc logique que ces vidéos se retrouvent sur les groupes des «gilets jaunes», ça fait partie de l’offre disponible et accessible. Même si l’on cherche à éviter la récupération politique, il n’est pas facile de se repérer au milieu des différentes vidéos «coup de gueule» aux apparences spontanées qui ont initié le mouvement. »

        On saluera leur réactivité, leur créativité et leur capacité d’organisation !

        Quant aux méthodes, de même qu’en 2008 avec la création monétaire par les banques commerciales : on ne bâtira rien sur le mensonge et sur la manipulation.

      1. Je viens de comprendre qu’en fait on mesure des sympathisants de sympathisants .

        Avec de pareils résultats , en démocratie , la liste « Gilets jaunes  » emmenée par le sympathisant Lalanne , et , encore mieux avec en n° 2 la sympathisante de charme BB , va faire un malheur aux prochaines élections européennes ,

        Tous les partis historiques de sympathisants n’auront plus que leurs yeux pour pleurer .

        Le capitalisme pleurera aussi .

        De rire .

      2. @Juannessy
        Tout aussi inquantifiable que le bonheur.
        Laissons le temps aux sociologues et aux démographes de travailler.

      3. @Arkao :

        C’est bien la même réticence que j’exprimais sur la fragilité et la volatilité des mesures de thermomètres , qui oublient que la médecine ( la gestion politique ) c’est d’abord la relation entre le patient et le médecin , et la qualité du diagnostic avant le traitement .

        Ces thermomètres là donnent l’idée du danger d’une IA médicale utilisée hors de propos et à tous propos , pour se rassurer , ou se conforter , ou se faire peur . Pas pour guérir .

        Les urgentistes seraient de bon conseil aussi bien auprès de Macron que du patient agité , avant que l’hôpital ( l’état providence ) et le personnel soignant ( le modèle social français ) ne soient rasés .

    1. Clap ! Gilets jaunes libres. Saison 1. Episode 4.
      Sur toutes les manifs les GJ français ont eu cette même impulsion pacifiste. C’est ça les liens qui libèrent. Qu’est-ce que c’est beau ! En bonus, spontané-instantané-cliché ça rime. Ah là là quelle poésie, quelle histoire d’amour réciproque, j’en ai des frissons ! J’ai hâte que le N°5 soit disponible.

      1. @baleine
        Ironie facile. Pourquoi ne pas vouloir voir la disparité des attitudes, des propos et des intentions ?
        La traque au facho masqué est certes respectable mais il me semble qu’il est un peu trop tôt pour cataloguer le mouvement des gilets jaunes.

      2. Arkao
        Les magiciens ont sorti des colombes de leurs chapeaux.
        Les gilets jaunes LIBRES se sont déclarés les gilets jaunes responsables PARCE QUE pacifistes. Ils se sont imposés en représentants initiateurs du mouvement, seuls en droit de négocier avec le gouvernement. Tous sont de la mouvance extrême et ultra droite.
        De même racine :
        Compromis :
        Accord obtenu par des concessions des parties en présence.
        Compromission :
        Action de transiger avec sa conscience ou ses principes en acceptant certains accommodements avec d’autres personnes pour son intérêt personnel (son ambition, ses passions ou sa tranquillité).
        Quels hasard ou/et circonstance coup de pouce colère échec peuvent faire basculer de la compromission à l’adhésion ? Malgré la meilleur volonté de tout obtenir, qu’aucun compromis avec le gouvernement ne puisse être acceptable.
        Paris brûle-t-il ?
        Non, Paris brûle a affirmé Bannon à une Lepen repue sous les applaudissements ricaneurs de Erdogan, Assad, Urban, Salvini, et Trump. Poutine à ma connaissance, en maître de l’ingérence, s’est abstenu de tout commentaire.

        Un silence un impensé ou un non-dit ou une interrogation ou un constat ou une précaution : Connaissez-vous, avez-vous rencontré ou vu ou aperçu sur les ronds-points les manifs ou les reportages des femmes portant foulard ou voilées ? Si oui, en me lisant et tenant compte des derniers évènements, quel(s) mot(s) surgi(ssen)t immédiatement les concernant : courageuses illégitimes inconscientes et/ou suicidaires … ?

    1. Par l’amour ! « Quand il y a de la haine, c’est qu’il y a aussi une demande d’amour » (Macron devant ses conseillers jeudi dernier). Dialectique du « en même temps ».

  20. De nombreuses antennes locales des gilets jaunes relaient la demande d’un referendum d’initiative citoyenne, mot d’ordre : un RIC sinon rien.

    Ce serai pas mal que le blog relaie cela aussi. J’ai un peu l’impression que les GJ, c’est trop  » peuple  » pour les lecteurs d’ici. Juste l’impression.

    C’est pourtant un moment privilégié pour avancer, et reconnaitre des parentés, des envies communes d’émancipation démocratique.

    Notre Place Publique, si on y mets que les classes  » études supérieures  » , et ben elle sera vide.

    1. On peut avoir fait des études supérieures et manquer cruellement de pognon bien avant la fin du mois, sans être méprisant envers les gilets jaunes, mais en être. Maintenant place au futur discours de monsieur Thatcher la peste blanche. Ce sera encore une bonne occasion pour les communistes de hausser les épaules. Attendons-nous aux pires niaiseries de la solidarité, mot qui ne permet pas de penser l’émancipation du travail : Les capitalistes ont besoin de vous, nous n’avons pas besoin d’eux.

    2. « Notre Place Publique, si on y mets que les classes » études supérieures » , et ben elle sera vide. »

      C’est une évidence.
      Et comme vous le suggérez dans un commentaire précédent, les GJ appartiennent à tout le monde.
      La tentative de récupération du mouvement par l’extrême-droite a échouée.
      Désormais on associe au mouvement des GJ la nécessité de conjoindre le combat pour l’égalité et pour la survie de l’humanité. Notamment après cette dernière marche pour le climat qui a été un beau succès malgré la peur. C’était vraiment pas gagné.
      Ceux des GJ qui étaient ‘poujadistes’ ne pourront plus prétendre détenir l’exclusivité de l’interprétation du mouvement comme poujadiste précisément. C’était donc une récupération nécessaire. Et difficile de ne pas penser que le début de jonction entre des gens qui ont des préoccupations différentes, des conditions de vie différentes au départ ne permette pas chez les GJ ‘historiques » une plus grande ouverture à l’écologie tout au moins pour ceux d’entre eux qui y étaient insensibles. Ce qui est certain c’est qu’en rejetant tous les GJ dans un même panier ‘poujadiste’, on s’interdisait toute jonction, et donc tout possibilité d’évolution positive.

    3. « De nombreuses antennes locales des gilets jaunes relaient la demande d’un referendum d’initiative citoyenne, mot d’ordre : un RIC sinon rien. »

      Une excellente stratégie, car c’est à la fois un objectif simple à énoncer et un levier très puissant. Propre à la fois à traiter l’enjeu social, l’enjeu écologique et les autres.

      Si vraiment un RIC était instauré, de manière parallèle à ce qui existe en Suisse, il deviendrait impossible aux gouvernants de rester sourd aux besoins de la population pendant 5 ans. D’autre part, l’ensemble des citoyens serait portés à se ré-intéresser à la politique, et à réfléchir sérieusement aux sujets.

      Et un RIC est bien évidemment le pas le plus concret et le plus immédiat vers davantage de démocratie directe.

      Exiger le RIC, c’est placer la barre très haut. Mais c’est bien d’une barre très haute que nous avons besoin.

      1. Si la revendication fondamentale est le RIC ( j’applaudirai alors des deux mains et surtout je voterai pour si un referendum proposait cette modification constitutionnelle ) , on peut dire que les revendications de départ cachaient bien leur jeux et leurs représentants …

        Sur le seul RIC , modèle suisse qui est le plus généreux en dépit de ses dérapages ,je n’en vois par contre pas la portée historique réelle , s’il reste tragiquement franco-français , et s ‘il n’est pas européen en ayant deux vertus créatrices :

        – donner aux européens ( ces fameux peuples de l’Europe des peuples que tout le monde s’arrache ) , l’occasion de se forger des sujets politiques , écologiques , économiques convergents parce que désirés ,

        – donner le niveau opérationnel pour vraiment poser le capitalisme et le néo-libéralisme sur la table d’opération , avec par exemple de premières questions portant sur l’adoption , à l’échelle européenne , de la taxe Sismondi , de l’interdiction des paris sur les variations de prix , du bancor européen , des taxes sur les tractations financières et numériques , de la planification du deal énergétique européen dans le cadre de la transition du même nom , la notion d’abusus dans les propriétés , de la politique migratoire ….

        Mais je crains bien que la revendication principale ( de qui ?) dans deux heures , soit encore autre , en attendant celle de dans 24 heures , ou de 8 jours qui donnera peut être raison à Trump dans son appel à clone , si Mueller n’a pas réussi à le dégommer entretemps .

        Si j’étais Macron ( heureusement, ça n’est pas le cas !) j’attendrais encore 48 heures pour que se lâchent et « pèsent » toutes les « urgences  » et ,au delà des mesures immédiates matérielles , des modifications de fond
        ( et budgétaires ) dans l’exercice du pouvoir franco-français , j’essaierais de rendre au pays le seul vrai service qui dure plus de trois ans : c’est de mettre l’Europe au pied du mur du budget écologique et de la révision des « règles » et critères de Maastricht , sans attendre les élections de mai 2019 .

        Vaste programme , mais programme gagnant .
        Donc invendable .
        On va continuer à s’anémier en terminant notre graisse coloniale , le travail des générations anciennes , et en accélérant la dette . Sans même être sur de régler le « problème » des banlieues , qui , s’y on décrypte les nuages de fumées ,, et les débris de verres des vitrines , est celui qui a fait une bonne partie du support de « l’animation » de ces derniers jours .
        Sans représentants , pas plus que les assujettis à minima sociaux historiques .

      2. J’ai écrit  » si j’étais Macron » , mais le programme serait le même « si j’étais dans l’opposition qui a envie de servir le pays plus que de se servir » .

        En tant que poulet déplumé , ma dernière revendication ( en attendant ) sera de ne pas être obligé de « me jeter sur le premier Jésus Christ qui passe » , en accord avec l’apôtre Paul :

        « https://www.addnarbonne.com/expressions-bibliques.php?l=S&expression=Se-jeter-sur-le-premier-Jésus‐Christ-qui-passe

        Ce qui me ramène en Haute-Savoie :

        https://www.bing.com/videos/search?q=cabrel+la+dame+de+haute+savoie&&view=detail&mid=5A23C853F690A24CFE6A5A23C853F690A24CFE6A&&FORM=VDRVRV

      3. JY Le Drian tacle Donald, à raison, et évoque un nouveau contrat social.

        Le Grand Jury de Jean-Yves Le Drian du 9 décembre 2018 l
        https://www.youtube.com/watch?v=owF9thtx5cA

        « LE SCAN POLITIQUE – Invité du «Grand Jury» RTL-Le Figaro-LCI dimanche, le chef de la diplomatie française a estimé que «l’heure des territoires est arrivée». «On ne réforme pas un pays uniquement par le haut», a-t-il lâché. »

        « Réputé pour être aussi loyal que taiseux, Jean-Yves Le Drian ne sort que très rarement de sa réserve. Pourtant, sur le plateau du «Grand Jury» RTL-Le Figaro-LCI, dimanche, le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères s’est dit «inquiet» pour les institutions. S’exprimant au lendemain de «l’acte IV» de la mobilisation des «gilets jaunes», il a confirmé que le chef de l’État allait sortir de son silence «en début de semaine». «Il faut une parole forte du président», a-t-il exhorté, espérant que cette intervention suffira à «enrayer» le «mal-être» et le «sentiment profond d’inégalité» qui s’expriment depuis plus d’un mois – et «souvent avec raison». »
        http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2018/12/09/25001-20181209ARTFIG00073-jean-yves-le-drian-reclame-un-nouveau-contrat-social-a-emmanuel-macron.php

        DUEL – Invité du Grand jury ce dimanche, Jean-Yves Le Drian a répondu aux critiques de Donald Trump vis-à-vis de la politique d’Emmanuel Macron et de l’accord de Paris, qui serait, selon lui, à l’origine du mouvement des Gilets jaunes. L’occasion pour le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères de lui demander de s’occuper de ses affaires.
        https://www.lci.fr/politique/laissez-nous-vivre-notre-vie-de-nation-le-message-de-jean-yves-le-drian-a-donald-trump-2106926.html

  21. 08/12/2018 23:46 CET | Actualisé il y a 7 heures
    Ca compte ça pour du vrai ? Parce qu’il ne faut oublier que les services de renseignements français sont à la solde de M le macron

    Gilets jaunes: Les autorités enquêtent sur une possible ingérence étrangère
    Les services de renseignements français ont lancé des vérifications après la multiplication de faux comptes pro-gilets jaunes sur les réseaux sociaux.

    https://www.huffingtonpost.fr/2018/12/08/gilets-jaunes-les-autorites-enquetent-sur-une-possible-ingerence-etrangere_a_23612816/?utm_hp_ref=fr-homepage

    1. Le cynisme et la lâcheté affichés sans vergogne, entre autres, « désirs obscurs » ou régression ?

      Régression de la classe politique, ensuite.
      « Lorsqu’on voit Laurent Wauquiez, chef du principal parti de la droite de gouvernement, enfiler un gilet jaune ou François Hollande poser avec des gilets jaunes, eux qui ont participé au gouvernement de la France et qui connaissent la difficulté de l’exercice, et lorsque l’on se rappelle les échecs qui ont été les leurs pour réformer le pays, on ne peut voir dans leur comportement que de la lâcheté et l’oubli de leur mission et de leur responsabilité. Il est certes normal qu’ils écoutent le mécontentement et critiquent le pouvoir. Mais que proposent-ils de faire et avec quel parti alors que le système partisan est détruit et les partis de gouvernement qu’ils dirigent ou ont dirigés sont au moins aussi impopulaires que le parti au pouvoir ? Qu’espèrent-il récolter du mouvement à tendance insurrectionnelle qu’ils soutiennent avec l’espoir de revenir enfin au pouvoir ? Que feraient-ils eux-mêmes dans cette situation chaotique ? Est-il de leur intérêt de contribuer à renforcer le clivage dangereux qui oppose aujourd’hui, mais sans doute aussi demain dans ces conditions, le « peuple » à ses gouvernants. N’ont-ils pas le devoir de dire la vérité aux électeurs plutôt que de les pousser à radicaliser le mouvement de protestation ? Souhaitent-ils vraiment que les partis extrêmes, mieux armés qu’eux pour profiter politiquement d’un tel mouvement, arrivent au pouvoir ? »
      https://www.telos-eu.com/fr/les-gilets-jaunes-une-double-regression.html

Les commentaires sont fermés.